Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Memmi.
Albert Memmi
Albert Memmi par Claude Truong-Ngoc décembre 1982.jpg
Albert Memmi en 1982.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Mouvement
Distinctions
Œuvres principales

Albert Memmi, né le à Tunis, est un écrivain et essayiste français.

BiographieModifier

Albert Memmi naît le , à huit heures du matin, au no 4 de l'impasse Tronja, rue Vieille-Tronja, dans le quartier juif de la Hara à Tunis, capitale de la Tunisie, alors placée sous protectorat de la France[1],[2]. Il est l'aîné de huit enfants[1]. Son père, François Memmi, est un artisan bourrelier[1] d'origine juive italienne ; sa mère, Marguerite Sarfati, Juive sépharade d'ascendance berbère[3],[4], est analphabète[5]. Sa langue maternelle est le judéo-arabe[1].

À sept ans, Albert Memmi entre à l'école de l'Alliance israélite universelle[1]. Meilleur élève de sa promotion, il obtient une bourse privée qui lui permet de suivre des études secondaires au lycée Carnot de Tunis[1],[5]. En , il obtient un baccalauréat en philosophie[6],[7]. Il commence des études de philosophie à l'université d'Alger tout en demeurant à Tunis où, afin de subvenir à ses besoins, il occupe un poste de surveillant au lycée Carnot[6]. En -, il fait — « à peu près volontairement » selon ses propres termes[7] — l'expérience des camps de travail forcé[6],[5].

En , Albert Memmi reprend ses études de philosophie, d'abord à Alger, puis à Paris[8] où il s'inscrit à la Sorbonne afin de préparer le concours d'agrégation[5].

Parallèlement à son œuvre littéraire, il poursuit une carrière d'enseignant au lycée Carnot de Tunis () puis, après s'être replié en France à l'indépendance de la Tunisie, à l'École pratique des hautes études, à HEC et à l'université de Nanterre (). En , il obtient la nationalité française[9].

Bien qu'ayant soutenu le mouvement d'émancipation de la Tunisie, il ne peut trouver sa place dans le nouvel État musulman.

Il publie son premier roman largement autobiographique, La Statue de sel, en avec une préface d'Albert Camus. Son œuvre la plus connue est un essai théorique préfacé par Jean-Paul Sartre : Portrait du colonisé, précédé du portrait du colonisateur publié en et qui apparaît, à l'époque, comme un soutien aux mouvements indépendantistes. Cette œuvre montre comment la relation entre colonisateur et colonisé les conditionne l'un et l'autre. Il est aussi connu pour l'Anthologie des littératures maghrébines publiée en (tome I) et (tome II). Il apparaît dans l'émission Italiques à l'occasion du dixième anniversaire de l'indépendance de l'Algérie[10].

Il est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la décennie de la culture de non-violence et de paix. Il fait également partie du comité de parrainage de l'association La Paix maintenant[11].

Il est membre du comité d'honneur de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité.

Concept de judéitéModifier

Au début des années 1970, Albert Memmi réfléchit sur ce que signifie être Juif. Il fonde alors le concept de judéité comme base de son travail d'exploration de l'être juif. Ce concept, dont il jeta les bases, sera ensuite utilisé par de nombreux philosophes.

Concept d'hétérophobieModifier

Dans son livre Le Racisme, Albert Memmi développe le concept d'hétérophobie : « Le refus d’autrui au nom de n’importe quelle différence ». Ce terme désigne la peur diffuse et agressive d'autrui pouvant se transformer en violence physique. Le racisme est une expression particulière de l'hétérophobie.

Honneurs et distinctionsModifier

Le , Albert Memmi est élu membre associé de l'Académie des sciences d'outre-mer[12].

En , il est fait docteur honoris causa de l'université Ben-Gourion du Néguev[13],[14].

PrixModifier

En , l'Académie française lui décerne le Grand prix de la francophonie pour l'« ensemble de son œuvre écrite en français »[13],[15].

Il a reçu de nombreux autres prix[13] parmi lesquels : le Prix de Carthage à Tunis en puis le Prix Fénéon à Paris en , tous deux pour La Statue de sel[16] ; le Prix Simba à Rome en pour « l'apport africain de son œuvre »[16] ; le prix de l'Union rationaliste[17] en 1994[18] ; le Grand Prix littéraire du Maghreb de la Fondation Nourredine-Aba à l'Unesco en [16] ; le Prix de l'Afrique méditerranéenne (hors concours) de l'Association des écrivains de langue française en « pour l'ensemble de son œuvre »[19] ; ou encore le Prix littéraire Tunisie-France, le Chalom du Conseil représentatif des institutions juives de France et le Prix de la ville de Bari[17].

DécorationsModifier

Albert Memmi est officier de l'Ordre national de la Légion d'honneur, commandeur du Nichan Iftikhar et officier de l'Ordre de la République tunisienne[20].

Vie privéeModifier

En à Paris, Albert Memmi épouse la germaniste française Germaine Dubach, agrégée d'allemand et plus tard professeure à l'université Paris-VIII[7],[21].

ŒuvresModifier

  • La Statue de sel, Paris, Corréa, , 292 p.
  • Agar, Paris, Corréa, , 253 p.
  • Portrait du colonisé, précédé du portrait du colonisateur (préf. Jean-Paul Sartre), Paris, Buchet/Chastel, , 193 p.
  • Portrait d'un Juif, Paris, Gallimard, coll. « Blanche », , 312 p. (ISBN 2-07-024380-X).
  • Anthologie des écrivains maghrébins d'expression française, Paris, Présence africaine, , 299 p.
  • La Libération du Juif, Paris, Payot, , 272 p. (ISBN 2-07-024381-8).
  • L'Homme dominé, Paris, Gallimard, , 224 p. (ISBN 2-07-027197-8).
  • Le Scorpion ou la confession imaginaire, Paris, Gallimard, , 304 p. (ISBN 978-2-070-27198-6).
  • Portrait du colonisé, suivi de Les Canadiens français sont-ils des colonisés ?, Montréal, L'Étincelle, , 146 p. (ISBN 978-0-885-15018-2)
    Nouvelle édition québécoise, revue et corrigée
  • Juifs et Arabes, Paris, Gallimard, coll. « Idées », , 224 p. (ISBN 2-07-035320-6).
  • Le Désert, ou la vie et les aventures de Jubaïr Ouali El-Mammi, Paris, Gallimard, , 191 p. (ISBN 2-07-029754-3).
  • La Dépendance : esquisse pour un portrait du dépendant, Paris, Gallimard, , 216 p. (ISBN 2-07-028920-6).
  • Le Racisme : description, définition, traitement, Paris, Gallimard, coll. « Idées Sciences humaines », , 220 p. (ISBN 2-07-035461-X).
  • Ce que je crois, Paris, Grasset, , 223 p. (ISBN 2-246-31171-3).
  • Le Pharaon, Paris, Julliard, , 376 p. (ISBN 2-260-00535-7).
  • Le Mirliton du ciel, Paris, Julliard, , 160 p. (ISBN 2-260-00650-7).
  • Le Juif et l'Autre, Paris, Christian de Bartillat, , 222 p. (ISBN 2-84100-025-7).
  • L'Exercice du bonheur, Paris, Arléa, , 172 p. (ISBN 2-86959-379-1).
  • Le Buveur et l'Amoureux, Paris, Arléa, , 254 p. (ISBN 978-2-869-59391-6).
  • Le Nomade immobile, Paris, Arléa, , 278 p. (ISBN 978-2-869-59521-7).
  • Dictionnaire critique à l'usage des incrédules, Paris, Éditions du Félin, , 374 p. (ISBN 978-2-866-45430-2).
  • Térésa et autres femmes, Paris, Éditions du Félin, , 268 p. (ISBN 978-2-866-45568-2).
  • Portrait du décolonisé arabo-musulman et de quelques autres, Paris, Gallimard, , 176 p. (ISBN 978-2-070-77377-0).
  • Le Testament insolent, Paris, Odile Jacob, , 256 p. (ISBN 978-2-738-12303-9).
  • Portraits : Portrait du colonisé, Portrait du colonisateur, Portrait du décolonisé arabo-musulman et de quelques autres, Portrait d'un Juif, La Libération du Juif et L'Homme dominé, Paris, Centre national de la recherche scientifique, coll. « Planète libre », , 1294 p. (ISBN 978-2-271-07987-9)
    Édition critique de Guy Dugas
  • Penser à vif : de la colonisation à la laïcité, Paris, Non Lieu, , 320 p. (ISBN 978-2-352-70247-4)
    Textes réunis et présentés par Hervé Sanson
  • Tunisie, an 1 : journal tunisien, 1955-1956, suivi de Tunisie, un pays d'opérette et Autres écrits des années tunisiennes, Paris, Centre national de la recherche scientifique, coll. « Biblis », , 226 p. (ISBN 978-2-271-09435-3)
    Édité et annoté par Guy Dugas

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f Hagège et Zarca 2001, § 40.
  2. Kelly 2003, p. 145.
  3. « Moi, le fils d'un juif d'origine italienne et d'une berbère » dans La Statue de sel, Paris, Gallimard, , 296 p. (ISBN 978-2-070-24382-2), p. 103.
  4. Edmond Jouve, Albert Memmi, prophète de la décolonisation, Paris, SEPEG International, coll. « Collection Mondes en devenir », , 211 p. (lire en ligne), p. 54.
  5. a b c et d Déchamp-Le Roux 2009, § 7.
  6. a b et c Hagège et Zarca 2001, § 43.
  7. a b et c Marzouki 2007, p. 10.
  8. Hagège et Zarca 2001, § 44.
  9. Déchamp-Le Roux 2009, § 8.
  10. Italiques, deuxième chaîne de l'ORTF, 17 février 1972
  11. « La Paix Maintenant, un mouvement français qui milite pour la paix entre Israéliens et Palestiniens », sur lapaixmaintenant.org, (consulté le 29 janvier 2017).
  12. ASOM.
  13. a b et c Déchamp-Le Roux 2009, § 6.
  14. BGUN.
  15. AF.
  16. a b et c Marzouki 2007, p. 11.
  17. a et b Anon. 2001, s.v. Albert Menni, p. 253, col. 2.
  18. « Memmi, Albert », sur limag.com (consulté le 25 juillet 2019).
  19. ADELF, s.v. 2001, p. 2.
  20. Teodorescu 2009, p. 161.
  21. Marzouki 2007, p. 12.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier