Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Italien (homonymie).
Italiens
Italiani
Description de cette image, également commentée ci-après

Populations significatives par région
Drapeau de l'Italie Italie 56 400 000
Drapeau du Brésil Brésil 23-25 000 000[1]
Drapeau de l'Argentine Argentine 20 000 000[2]
Drapeau des États-Unis États-Unis 17 800 000[3]
Drapeau de la France France 5 000 000[4]
Drapeau de la Colombie Colombie 2 000 000[5]
Drapeau du Venezuela Venezuela 1 736 766[6],[7]
Drapeau de l'Uruguay Uruguay 1 500 000[8]
Drapeau du Canada Canada 1 445 335[9]
Drapeau de l'Australie Australie 916 121[10]
Drapeau de la Suisse Suisse 800 000
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 611 000[11]
Drapeau du Chili Chili c. 600 000
Drapeau du Pérou Pérou c. 500 000[12]
Drapeau de la Belgique Belgique 290 000[13]
Drapeau de l'Espagne Espagne 153 700[14]
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 133 500
Autres
Régions d’origine Drapeau de l'Italie Italie
Langues Italien et dialectes italiens
Religions Majorité catholique
Minorités protestantes, orthodoxes, et juives

Les Italiens (en italien Italiani) sont un peuple d'Europe du Sud partageant une culture commune et dont la langue maternelle est l'italien ou l'un des dialectes italiens. Au-delà de la simple nationalité italienne, la définition peut englober les immigrés italiens et leurs descendants se considérant comme Italiens. Par ailleurs, la simple existence d'une culture italienne et de la pratique de la langue ne suffit pas ; on distingue par exemple en Suisse : les Suisses italophones, les citoyens suisses et les Italiens vivant dans la Confédération.

Les Italiens vivent principalement en Italie, en Suisse et en France. La large diaspora habite majoritairement en Europe de l'Ouest, en Amérique (principalement au Brésil, en Argentine et aux États-Unis) et en Australie. Il y a aussi des minorités italiennes en Slovénie et en Croatie, principalement en Istrie.

EthnonymieModifier

L'ethnonyme est mentionné sous la graphie ytaliiens vers 1265[15]. Au Moyen Âge, les Italiens sont indistinctement connus en France et en Allemagne sous la dénomination générique de Lombards[16].

En italien : Italiani [i.ta.ˈlja.ni].

AnthropologieModifier

OriginesModifier

Avant l'Empire romain, l'Italie était déjà habitée par une nombreuse population, composée en grande partie de nations policées et florissantes[16]. Seulement, vers le Nord, qui résista plus longtemps aux armes des Romains, vivait un peuple à demi sauvage, qu’on appelait les Gaulois et, plus bas, entre l’Arno et le Tibre, une foule de petites peuplades qui, comme les Étrusques, les Samnites et les Latins, cherchaient la sécurité de leur existence laborieuse dans des unions fédératives, elles faisaient payer cher leur liberté aux Romains. Enfin, les colonies grecques, moins unies et souvent hostiles les unes aux autres, habitaient la Basse-Italie sous le nom collectif de Grande-Grèce. La soumission de tous ces peuples au pouvoir de Rome appartient à l'histoire de cette dernière ville[16].

XVIIIe siècleModifier

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les peuples des différentes contrées d'Italie ne se ressemblent pas. Il y a une différence très marquée entre ceux de Naples et ceux de Bologne ; ceux de Rome et ceux de Venise ; ceux d'Ancône ou de Florence et ceux de Milan, de Turin ou de Gênes. Mais on peut dire, d'après Giuseppe Baretti, qu'ils sont en général tous humbles, civils, compatissants et généreux[17].

Les Italiens du peuple sont à cette époque crédules, parce qu'ils sont ignorants ; et l'ignorance règne parmi eux à un tel point, qu'il est rare qu'ils sachent lire ou écrire. Ils ont dans le caractère beaucoup de gaieté et d'enjouement, ce qui est incompatible avec une prétendue cruauté que leur reprochent quelques voyageurs. Ils aiment passionnément à chanter, à toucher des instruments et à danser[17]. Les Italiens d'alors donnent peu dans les excès de la débauche et du libertinage, et s'ils ne sont pas dissolus, ils sont encore moins séditieux. Naturellement dociles au joug que leur impose le Gouvernement, ils souffriraient les plus dures exactions sans songer à la révolte. M. Sharp observe d'ailleurs que les Italiens, dans les plus grands concours, se conduisent avec une retenue et une décence remarquable[17].

Les Italiens du XVIIIe siècle sont compatissants, ils aiment surtout à exercer l'hospitalité envers les étrangers. Ils sont serviables les uns à l'égard des autres et secourent volontiers les pauvres. Scrupuleux observateurs des pratiques religieuses, ils ne se couchent pas sans avoir récité le rosaire ou avoir chanté leurs litanies. Les jours de fête et les dimanches, c'est pour eux un indispensable devoir d'entendre la messe le matin et d'assister le soir à la bénédiction[17]. Néanmoins, le peuple d'Italie, malgré toutes ses qualités, est à cette époque emporté et violent : une parole injurieuse, un coup d'œil de mépris de la part d'un égal, les transporte de colère et ils tombent les uns sur les autres à coups de couteau. Cependant il faudrait que l'offense fût extrême de la part de celui qu'ils croiraient leurs supérieurs, avant qu'ils se livrassent à la passion de la vengeance, tant ils sont accoutumés au frein de la plus stricte subordination[17].

En matière d'amour, ils doivent être très circonspects ; le premier qui s'est déclaré l'amant d'une fille, prétend ne pas avoir de concurrent ; il ne souffrirait pas que, sans sa permission, un rival vint jouer de la guitare sous la fenêtre de sa maîtresse. Cette permission s'accorde volontiers à celui qui la demande ; mais sans cette déférence, le ressentiment de l'amant n'a point de bornes : il se vengera de son rival et de sa maîtresse même si elle lui a donné lieu de soupçonner sa fidélité. Néanmoins les filles en Italie ne sont pas fréquemment égorgées par leurs amants au XVIIIe siècle[N 1], elles ne se piquent pas moins qu'eux d'être fidèles à l'amour[17].

XIXe siècleModifier

Au début du XIXe siècle, selon José René Masson, les Italiens sont polis et spirituels ; ils aiment les arts, ils excellent dans la sculpture, la peinture, la poésie et la musique. On leur reproche d'être rusés, jaloux et vindicatifs[18].

Dans les années 1830, le caractère national autrefois si vif, passionné et entreprenant est dégénéré en un certain égoïsme par suite d'une longue oppression. Cependant, il y a encore chez les habitants des campagnes quelques traces du sang brûlant et de la vivacité méridionale de leurs ancêtres. Les Italiens sont en outre doués d'un certain esprit de ruse et d'un amour bien prononcé pour l'argent qui les rendent propres aux opérations mercantiles[16].

Régime alimentaireModifier

Article détaillé : Cuisine italienne.

Diaspora italienneModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. M. Baretti a vu, pendant son séjour à Ancône, condamner aux galères un jeune paysan pour avoir dangereusement blessé une fille qu'il aimait.

RéférencesModifier

  1. (it) http://www.consultanazionaleemigrazione.it/itestero/Gli_italiani_in_Brasile.pdf Gli italiani in Brasile, p.11/150
  2. (es) Adam Lee, « Unos 20 millones de personas que viven en la Argentina tienen algún grado de descendencia italiana », marchl 15, 2013 (consulté le 15 mars 2013)
  3. (en) « S0201. Selected Population Profile in the United States - Population Group: Italian (030-031, 051-074) - Data Set: 2006 American Community Survey - Survey: 2006 American Community Survey », American Factfinder, U.S. Census Bureau (consulté le 8 mai 2008)
  4. (fr) « Insee - Population - Enquêtes annuelles de recensement 2004 et 2005 - Près de 5 millions d'immigrés à la mi-2004 » (consulté le 11 janvier 2009)
  5. (it) « Convenzioni Inps estere, Fedi sollecita Nuova Zelanda ma anche Cile e Filippine » (consulté le 10 février 2018)
  6. Santander Laya-Garrido, Alfonso. Los Italianos forjadores de la nacionalidad y del desarrollo economico en Venezuela. Editorial Vadell. Valencia, 1978
  7. http://www.correodelorinoco.gob.ve/tema-dia/embajador-italia-caracas-asegura-que-sistema-electoral-venezolano-es-confiable/ "...el diplomático calcula que 5% o 6% de la población venezolana actual tiene origen italiano."
  8. (en) « Ethnic origins, 2006 counts, for Uruguay, provinces and territories - 20% sample data »
  9. (en) « Ethnic origins, 2006 counts, for Canada, provinces and territories - 20% sample data »
  10. (en) « Australian Census 2006 »
  11. (en) « Immigration Laws: October, 2003 - Number #14 », MigrationInt.com (consulté le 4 mai 2007)
  12. (en) « Documento sin título »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Lucanidelperu.com (consulté le 2 septembre 2010)
  13. (it) (en) « Informazioni sul Belgio » (consulté le 28 février 2009)
  14. (es) « Demographía » [PDF], Ine.es, (consulté le 4 mai 2007)
  15. Brunet Latin, Trésor, éd. Fr. J. Carmody, III, 1, 3.
  16. a b c et d Dictionnaire de la conversation et de la lecture, tome XXXIII, Paris, Belin-Mandar, 1837
  17. a b c d e et f Giuseppe Baretti, Les Italiens, ou mœurs et coutumes d'Italie, Paris, Costard, 1773
  18. José René Masson, Encyclopédie des enfans, ou abrégé de toutes les sciences, à l'usage des écoles des deux sexes, Paris, 1807

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier