Ouvrir le menu principal

Portail de la politique en Espagne

Il y a actuellement 3 079 articles liés au portail.

Introduction
Façade du Congrès des députés.

L'Espagne est une monarchie constitutionnelle à régime parlementaire dans laquelle le roi est le chef de l'État et le président du gouvernement le chef de gouvernement. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. Le pouvoir législatif appartient aux Cortes Generales, composé du Congrès des députés élu et du Sénat élu et désigné. Le Tribunal suprême est la plus haute juridiction du pays.

L'actuelle constitution de l'Espagne a été approuvée par le Parlement le puis ratifiée par référendum le . Elle est entrée en vigueur le .

Depuis les années 1980, l'Espagne a engagé un processus de transfert des compétences de l'État central vers ses communautés autonomes ; processus qui n'est pas encore achevé.

L'Espagne est un pays multipartite dans lequel deux partis principaux alternent au pouvoir depuis 1982 : le Parti populaire et le Parti socialiste ouvrier espagnol. Le scrutin proportionnel tend à favoriser l'un ou l'autre des principaux partis mais permet l'éclatement des forces politiques au Parlement. Les élections générales ont lieu au maximum tous les quatre ans.

Scrutins récents
Dernière procédure électorale Prochaine procédure électorale
Flag of Spain.svg Flag of the Basque Country.svg Flag of Galicia.svg
2 mois et 23 jours depuis les élections municipales et européennes. 434 jours au plus avant les élections basques et galiciennes.
Notions
Évènements
Communautés autonomes
Drapeau de la communauté autonome.

La communauté autonome du Pays basque (appelée aussi Euskadi) ou la Communauté autonome basque est l'une des 17 Communautés autonomes de l'Espagne, une des trois autonomies historiques reconnues par le gouvernement espagnol en 1979 avec la Catalogne et la Galice, et composée de 3 provinces historiques basques: l'Alava, la Biscaye et le Guipuscoa.

Elle est située dans le nord de l'Espagne et dispose d'une autonomie certaine dans plusieurs domaines : fiscalité (tous les impôts sont levés par l'administration fiscale basque qui reverse 5 % des impôts à l'Espagne), enseignement, police (police autonome Ertzaintza), soins de santé Osakidetza, etc. La capitale de la communauté est Vitoria-Gasteiz (province d'Alava).

Le nom en basque est Euskal Autonomia Erkidegoa et en espagnol il s'agit de la Comunidad Autónoma del País Vasco.

Lire la suite
Citation
Left pointing double angle quotation mark sh3.svg
Le changement politique réalisé dans notre pays a été profond et sincère. Mais maintenant, une nouvelle période, une période profonde de transformation de la société commence
Right pointing double angle quotation mark sh3.svg Adolfo Suárez, lors de son premier discours d'investiture le 30 mars 1979.
Élections et partis politiques
Drapeau de l'Espagne. 3 mois et 21 jours depuis les élections générales.

Lors des dernières élections générales, le , le Parti socialiste ouvrier espagnol a remporté un total de 123 sièges sur les 350 du Congrès des députés, devançant nettement le Parti populaire, Ciudadanos et la coalition Unidas Podemos. Avec 10 % des voix, Vox est le premier parti d'extrême droite à obtenir une représentation parlementaire depuis la fin du franquisme.

Sièges au Congrès des députés à l'issue des élections de 2019.

Drapeau de l'Espagne Partis politiques nationaux :

Partis politiques régionaux :

Drapeau de l’Union européenne Élections européennes (dernières élections en 2014)

Institutions
Un article au hasard
Nous vous proposons de lire au hasard l'article :

« Óscar Galeano »

Vous pouvez aussi retenter votre chance.
Lumière sur une personnalité historique
Portrait de la personnalité évoquée.

Alfredo Pérez Rubalcaba est un homme d'État espagnol membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), né le à Solares en Cantabrie et mort le à Majadahonda.

Il adhère au PSOE dans les années 1970, et se spécialise alors dans le domaine de l'enseignement. Haut fonctionnaire du ministère de l'Éducation dans les années 1980, il en prend la tête en 1992, puis est nommé, un an plus tard, ministre de la Présidence et porte-parole du dernier gouvernement de Felipe González.

À la suite du passage des socialistes dans l'opposition, en 1996, il monte progressivement dans l'appareil et devient le représentant du parti dans le domaine du terrorisme basque, aux côtés des secrétaires généraux Joaquín Almunia et José Luis Rodríguez Zapatero. Une fois le PSOE revenu au pouvoir, en 2004, il est porté à la tête du groupe parlementaire, avant de revenir au gouvernement, en 2006, comme ministre de l'Intérieur.

Lors du remaniement de 2010, il est promu premier vice-président du gouvernement et porte-parole, ce qui fait de lui le numéro deux de l'exécutif. En 2011, il est investi candidat socialiste à la présidence du gouvernement pour les prochaines élections législatives, et annonce son départ du gouvernement.

Défait par le Parti populaire (PP), il est élu en 2012 secrétaire général du PSOE. Il démissionne de cette fonction après l'échec socialiste aux élections européennes de 2014, et se retire de la vie politique. Il meurt cinq ans plus tard des suites d'un accident vasculaire cérébral. Son décès génère une vive émotion au sein de la classe politique et de la population.

Lire la suite
Des élections marquantes
Carte des élections.

Les élections générales espagnoles de 1982 (en espagnol : Elecciones generales de España de 1982) se sont tenues le jeudi dans le but d'élire les 350 membres du Congrès des députés et les 208 membres du Sénat de la IIe législature. Ce sont les troisièmes élections générales depuis la transition démocratique. Le président du gouvernement sortant, le centriste Leopoldo Calvo-Sotelo, en poste depuis vingt mois, convoque les élections de manière anticipée après une crise au sein de son propre parti l'Union du centre démocratique et la difficulté à gouverner.

Ces élections sont une véritable débâcle pour le parti au pouvoir qui perd 157 sièges et n'en gagne que 12. Leopoldo Calvo-Sotelo n'est pas réélu dans sa propre circonscription et n'entre au Congrès des députés que suite à la démission du tête de liste Landelino Lavilla. Le Parti communiste d'Espagne de Santiago Carrillo subit lui aussi une sévère défaite et perd 19 sièges. En revanche, les élections constituent un triomphe important du Parti socialiste ouvrier espagnol de Felipe González qui obtient près d'un suffrage sur deux et une des plus fortes majorités absolues de toute la période démocratique avec 202 sièges. Enfin, l'Alliance populaire de l'ancien ministre franquiste Manuel Fraga obtient la deuxième place et conquiert 107 mandats à la chambre basse des Cortes Generales.

Le , le secrétaire général du PSOE Felipe González est investi président du gouvernement par une majorité absolue de 207 voix favorables ; il est le premier président du gouvernement socialiste depuis la transition démocratique.

Lire la suite
Projets Wikimédia associés
Sur les autres projets Wikimedia
Lien vers Wikimedia Commons

Wikimedia Commons
(Ressources multimédia)
Politique en Espagne


Lien vers Wikinews

Wikinews
(Actualités)
Politique en Espagne