Ouvrir le menu principal

Portail:Politique en Espagne

Portail de la politique en Espagne

Il y a actuellement 2 895 articles liés au portail.

Introduction
Façade du Congrès des députés.

L'Espagne est une monarchie constitutionnelle à régime parlementaire dans laquelle le roi est le chef de l'État et le président du gouvernement le chef de gouvernement. Le pouvoir exécutif est exercé par le gouvernement. Le pouvoir législatif appartient aux Cortes Generales, composé du Congrès des députés élu et du Sénat élu et désigné. Le Tribunal suprême est la plus haute juridiction du pays.

L'actuelle constitution de l'Espagne a été approuvée par le Parlement le puis ratifiée par référendum le . Elle est entrée en vigueur le .

Depuis les années 1980, l'Espagne a engagé un processus de transfert des compétences de l'État central vers ses communautés autonomes ; processus qui n'est pas encore achevé.

L'Espagne est un pays multipartite dans lequel deux partis principaux alternent au pouvoir depuis 1982 : le Parti populaire et le Parti socialiste ouvrier espagnol. Le scrutin proportionnel tend à favoriser l'un ou l'autre des principaux partis mais permet l'éclatement des forces politiques au Parlement. Les élections générales ont lieu au maximum tous les quatre ans.

Scrutins récents
Dernière procédure électorale Prochaine procédure électorale
Flag of Andalucía.svg Flag of Spain.svg
2 mois et 19 jours depuis les élections au Parlement d'Andalousie. 66 jours avant les élections générales.
Notions
Évènements
Communautés autonomes
Drapeau de la communauté autonome.

La Communauté de Madrid (Comunidad de Madrid) est l'une des dix-sept communautés autonomes de l'Espagne, se composant de la province de Madrid. Sa capitale est la ville de Madrid, aussi capitale d'Espagne. Elle est bordée par les provinces de Guadalajara, de Cuenca, de Tolède (Castille-La Mancha), d'Ávila et de Ségovie (Castille-et-León). La communauté autonome de Madrid et la province de Madrid ont donc leur territoire en commun, ce qui peut être décrit par l'appellation Communauté mono-provinciale. Par conséquent, Madrid ne dispose pas de députation. Elle compte une population de 6 448 270 habitants (INE 2013), la plupart habite sur son aire métropolitaine.

La formation de l'actuelle communauté autonome a été précédée d'un houleux débat politique, dans le contexte pré-autonomies de la fin des années 1970. Au début, on proposa de laisser la province de Madrid dans la communauté autonome de la Castille-La Manche, bien qu'avec un statut particulier, compte tenu de leurs conditions particulières pour tenir la capitale de l'État. En 1981, Madrid serait détachée de cette région, héritière de la précédente Nouvelle-Castille, à laquelle Madrid appartenait depuis le XIXe siècle. En 1983, la communauté de Madrid est finalement constituée, tout en gardant sa condition castillane en tant que caractéristique essentielle, reconnue officiellement par son Statut d'autonomie.

La ville de Madrid était alors élue capitale de la communauté autonome, même s'il y a eu d'autres initiatives pour que d'autres villes deviennent la capitale. C'était le cas d'Alcalá de Henares, qui présenta officiellement sa candidature au début des années 1980 et, plus récemment la ville de Getafe qui en 2006 a annoncé son aspiration à devenir capitale régionale.

Lire la suite
Citation
Left pointing double angle quotation mark sh3.svg
Aujourd'hui commence une nouvelle étape de l'histoire de l'Espagne.
Right pointing double angle quotation mark sh3.svg Juan Carlos Ier lors du premier discours de la couronne le 22 novembre 1975.
Élections et partis politiques
Drapeau de l'Espagne. 2 ans, 7 mois et 26 jours depuis les élections générales.

Lors des dernières élections générales, le , le Parti socialiste ouvrier espagnol a remporté un total de 85 sièges sur les 350 du Congrès des députés ; parvenant à constituer un gouvernement minoritaire soutenu ponctuellement par Podemos, la Gauche républicaine de Catalogne, le Parti démocrate européen catalan et le Parti nationaliste basque.

Sièges au Congrès des députés à l'issue des élections de 2016.

Drapeau de l'Espagne Partis politiques nationaux :

Partis politiques régionaux :

Drapeau de l’Union européenne Élections européennes (dernières élections en 2014)

Institutions
Un article au hasard
Nous vous proposons de lire au hasard l'article :

« Circonscription électorale de Castellón »

Vous pouvez aussi retenter votre chance.
Lumière sur une personnalité historique
Portrait de la personnalité évoquée.

Francisco Miguel Fernández Marugán, né le à Cáceres, est un homme politique espagnol membre du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE).

Haut fonctionnaire de l'État, il est élu député de Séville en puis devient sous-directeur de cabinet de Felipe González. Il démissionne de ce poste en et intègre la direction du PSOE. Après avoir été réélu député de Badajoz en , il est nommé secrétaire à l'Économie de la direction socialiste.

Il quitte l'exécutif du PSOE en . Six ans plus tard, il devient porte-parole du groupe parlementaire socialiste pour les questions budgétaires, une fonction qu'il perd en mais retrouve en . Il ne postule pas pour un neuvième mandat aux élections de .

Il est choisi l'année suivant comme premier adjoint par la Défenseure du peuple Soledad Becerril. À l'issue du mandat de cinq ans de cette dernière, il assume l'intérim de la fonction à partir de .

Lire la suite
Des élections marquantes
Carte des élections.

Les élections générales espagnoles de 1982 (en espagnol : Elecciones generales de España de 1982) se sont tenues le jeudi dans le but d'élire les 350 membres du Congrès des députés et les 208 membres du Sénat de la IIe législature. Ce sont les troisièmes élections générales depuis la transition démocratique. Le président du gouvernement sortant, le centriste Leopoldo Calvo-Sotelo, en poste depuis vingt mois, convoque les élections de manière anticipée après une crise au sein de son propre parti l'Union du centre démocratique et la difficulté à gouverner.

Ces élections sont une véritable débâcle pour le parti au pouvoir qui perd 157 sièges et n'en gagne que 12. Leopoldo Calvo-Sotelo n'est pas réélu dans sa propre circonscription et n'entre au Congrès des députés que suite à la démission du tête de liste Landelino Lavilla. Le Parti communiste d'Espagne de Santiago Carrillo subit lui aussi une sévère défaite et perd 19 sièges. En revanche, les élections constituent un triomphe important du Parti socialiste ouvrier espagnol de Felipe González qui obtient près d'un suffrage sur deux et une des plus fortes majorités absolues de toute la période démocratique avec 202 sièges. Enfin, l'Alliance populaire de l'ancien ministre franquiste Manuel Fraga obtient la deuxième place et conquiert 107 mandats à la chambre basse des Cortes Generales.

Le , le secrétaire général du PSOE Felipe González est investi président du gouvernement par une majorité absolue de 207 voix favorables ; il est le premier président du gouvernement socialiste depuis la transition démocratique.

Lire la suite
Projets Wikimédia associés
Sur les autres projets Wikimedia
Commons-logo.svg

Wikimedia Commons
(Ressources multimédia)
Politique en Espagne


Wikinews-logo.svg

Wikinews
(Actualités)
Politique en Espagne