Ceuta

ville autonome espagnole en Afrique du Nord

Ville autonome de Ceuta
(es) Ciudad Autónoma de Ceuta (ar) سبتة
Blason de Ville autonome de Ceuta
Armoiries
Drapeau de Ville autonome de Ceuta
Drapeau
Ceuta
Administration
Pays Drapeau de l'Espagne Espagne
Statut d'autonomie 14 mars 1995
Sièges au Parlement 1 députés
2 sénateurs
Président Juan Jesús Vivas Lara (PP)
Code postal 51001–51005
ISO 3166-2:ES ES-CE
Démographie
Gentilé Ceutien, Ceutienne
Population 84 202 hab. (2020[1])
Densité 4 551 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 53′ 12″ nord, 5° 18′ 00″ ouest
Superficie 1 850 ha = 18,5 km2
Divers
Hymne Ceuta, mi ciudad querida
Ceuta, ma ville chérie
Liens
Site web ceuta.es

Ceuta [əa][réf. nécessaire] (prononcé en espagnol [ˈθeuta], du latin Septem Fratres[2] ; Abyla dans l'Antiquité ou Sebta ⵙⴱⵜⴰ en berbère et سبتة en arabe[3]) est une ville autonome espagnole sur la côte nord de l'Afrique ayant une frontière directe avec le Maroc.

L'enclave espagnole est, comme sa voisine Melilla, située sur le continent africain, en face de la péninsule Ibérique, à environ quinze kilomètres des côtes de la province espagnole de Cadix. Ces deux enclaves sont les seuls passages terrestres qui relient l'Union européenne de l'Afrique. Ceuta est sous souveraineté espagnole mais revendiquée par le Maroc depuis 1956.

GéographieModifier

 
Carte de Ceuta

Ceuta, d'une superficie de 18,5 km2[4], est constituée en grande partie par le territoire continental, terminé par la péninsule d'Almina, dominé par Monte Hacho, et au bout de laquelle se trouve la Punta Almina.

Ceuta est situé sur le passage stratégique que constitue le détroit de Gibraltar, à environ 18 km de Gibraltar. En raison de sa proximité avec les côtes espagnoles, il est possible d'apercevoir les maisons de Ceuta depuis Algésiras.

ClimatModifier

 Relevé météorologique de Ceuta 
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 11 11,4 12,2 13,6 15,7 18,8 20,9 21,5 19,8 17,5 14 12,1 15,7
Température moyenne (°C) 13,4 13,7 14,6 16,4 18,8 22,3 24,9 25 22,8 20,2 16,4 14,3 18,6
Température maximale moyenne (°C) 15,8 15,9 17,4 19,1 21,9 25,7 28,9 28,5 25,8 22,8 18,8 16,4 21,4
Record de froid (°C)
date du record
1,3
2005
4,4
2012
7
2021
9
2013
10,4
2004
7,2
2010
16,3
2003
18
2006
15,3
2008
9,9
2018
7,3
2008
5,5
2008
1,3
2005
Record de chaleur (°C)
date du record
23
2021
25,2
2011
27,9
2015
28,1
2014
33,7
2012
35,3
2011
40,2
2009
38,8
2021
34,8
2009
33,1
2014
26,9
2006
25,5
2010
40,2
2009
Précipitations (mm) 122 145 90 57 21 3 1 3 37 82 127 161 849
Nombre de jours avec précipitations 8 9 6 6 4 1 0 0 2 7 7 10 60
Humidité relative (%) 72 75 68 71 66 67 61 70 72 75 73 73 70,25
Source : AEMET[5],[6]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
15,8
11
122
 
 
 
15,9
11,4
145
 
 
 
17,4
12,2
90
 
 
 
19,1
13,6
57
 
 
 
21,9
15,7
21
 
 
 
25,7
18,8
3
 
 
 
28,9
20,9
1
 
 
 
28,5
21,5
3
 
 
 
25,8
19,8
37
 
 
 
22,8
17,5
82
 
 
 
18,8
14
127
 
 
 
16,4
12,1
161
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

HistoireModifier

 
Maison de Dragons
 
Commandement général
 
Murs Royaux
 
Place de l'Afrique
 
Les deux colonnes d'Héraclès

Fondée par les Phéniciens, au VIIe siècle av. J.-C., la ville est riche d'une histoire culturelle féconde et originale du fait de sa position stratégique, et différente à son tour de la culture environnante de l'Afrique du Nord, amazigh, maure puis arabe. Conquise par les Grecs phocéens et nommée « Hepta Adelphoi », elle devient carthaginoise à partir de 319[réf. nécessaire]. Après la victoire de Rome sur Carthage, les Numides occupent la ville jusqu'au règne de l'empereur Caligula, qui l'intègre à l'Empire dans l'année 40.

La Septa romaine, chrétienne et latine, dure jusqu'à la conquête musulmane, en 709, avec des parenthèses de domination vandale et byzantine. Elle appartient à la Maurétanie tingitane et en devient un centre commercial de premier ordre, profitant de sa situation de carrefour méditerranéen.

Les alternances dans la domination sur la ville se reflètent dans la culture prédominante à chaque époque. Sept siècles de domination musulmane effacent presque entièrement les vestiges romains et chrétiens de la ville.

Période préromaineModifier

  • VIIe siècle av. J.-C. : la ville est sous contrôle phénicien puis phocéen, et désignée sous le nom d’Hepta Adelphoi.
  • 319 av. J.-C. : la ville est conquise par Carthage.
  • 201 av. J.-C. : Carthage perd la guerre contre Rome et la ville passe sous contrôle du royaume berbère des Numides.
  • 47 av. J.-C. : Ceuta passe sous contrôle du royaume berbère de la Maurétanie.

Domination romaine et post-romaine (40-709)Modifier

Domination musulmane (709-1415)Modifier

  • 709 : Ceuta est livrée aux Omeyyades par le comte Julien[7], le gouverneur local de la ville et vassal des Wisigoths de la péninsule Ibérique (il semblerait qu'il ait trahi Roderic à la mort de Wittiza, en 711 au profit du prince d'Agila en favorisant le passage des troupes musulmanes).
  • 740 : soulèvement berbère dans l'actuel nord du Maroc contre le pouvoir arabe ; les Omeyyades sont massacrés.
  • 789 : la ville est prise par la dynastie des Idrissides (fondateurs de l’État marocain ).
  • 931 : la ville, ainsi qu'une partie du nord du Maroc, est prise par le califat de Cordoue sous Abd al-Rahman III. À l'instar du reste du califat de Cordoue, Ceuta entre dans une période de déclin.
  • 1061 : Suqut al-Bargawati, wali de Tanger et Ceuta, se proclame indépendant.
  • 1084 : la dynastie des Almoravides s'établit comme le nouveau pouvoir dans la région. Youssef ben Tachfine, premier souverain almoravide et sultan de Marrakech, prend la ville de Ceuta, puis après plusieurs années entreprend la conquête de tous les taïfas d'al-Andalus, et repousse les royaumes chrétiens vers le nord de la péninsule Ibérique.
  • 1147 : Ceuta est prise par le sultan almohade du Maroc qui conquiert tout le Maghreb et la moitié sud de la Péninsule ibérique.
  • 1212 : défaite de l'empire des Almohades à la bataille de Las Navas de Tolosa : les Almohades cèdent leurs territoires ibériques aux Andalous, reconstitution des taïfas. Ceuta reste sous domination du sultan de Marrakech.
  • 1232 : prise éphémère de la ville par la taïfa de Murcie.
  • 1233 : ville indépendante.
  • 1236 : la ville est prise par la dynastie des Mérinides, nouvelle dynastie zeneta-musulmane ayant Fès comme capitale.
  • 1242 : la ville passe sous le contrôle éphémère de la dynastie des Hafsides de Tunis. [réf. nécessaire]
  • 1249 : la famille locale azafide expulse les Hafsides, prend le pouvoir à Ceuta et fait allégeance au sultan de Fès.
  • 1291 : signature du traité de Monteagudo entre les royaumes de Castille et d'Aragon. Les deux royaumes se partagent les zones d'influence sur la Méditerranée : dans le traité Ceuta reviendrait à la Castille.
  • 1305 : la ville est prise par le royaume nasride de Grenade.
  • 1309 : la ville est reprise par le sultan de Fès avec l'aide du royaume d'Aragon : les Azafides sont de nouveau nommés walis de Ceuta par le sultan marocain.
  • 1340 : le sultan marocain Abou el-Hassan ben Othman débarque à Ceuta après la défaite de ses troupes à la bataille du Salado qui signe la fin des interventions marocaines dans la Péninsule ibérique.
  • 1384 : le royaume nasride de Grenade prend Ceuta.
  • 1387 : Ceuta est reprise par les Merinides de Fez.

Domination portugaise et espagnoleModifier

 
Ceuta, vue depuis le belvédère d'Isabelle II, près de la frontière marocaine.
  • 1415 : le Portugal prend Ceuta à la dynastie mérinide et entame ainsi une vaste campagne d'expéditions coloniales en Afrique : Bataille de Ceuta (1415).
  • 1437 : échec d'une expédition portugaise menée par Henri le Navigateur contre Tanger. Une partie du corps expéditionnaire est fait prisonnier et l'infant Ferdinand est gardé en otage. Un traité est signé par lequel les Portugais obtiennent de pouvoir partir à condition de rendre Ceuta et de laisser l'infant en otage, pour garantir l'exécution de ce pacte, mais l'infant meurt en captivité et le pacte n'est pas respecté.
  • 1469 : naissance de l'Espagne moderne à partir de l'union dynastique des Couronnes de Castille et d'Aragon.
  • 1479 : le Portugal et la Castille signent le traité d’Alcáçovas par lequel les deux royaumes se partagent les zones d'influence sur le Maroc, alors sous domination wattasside ; la Castille y reconnaît Ceuta comme possession portugaise et confirme n'avoir aucun droit historique sur la ville.
  • 1494 : traité de Tordesillas entre le Portugal et l'Espagne, cette dernière reconnaît de nouveau Ceuta comme possession portugaise.
  • 1509 : l'Espagne et le Portugal signent la capitulation de Cintra dans laquelle l'Espagne reconnaît n'avoir aucun droit sur les colonies portugaises dans la côte marocaine allant de Ceuta à Boujdour.
  • 1578 : mort du roi portugais Sébastien Ier, en 1578 à la bataille des Trois Rois, sans héritier.
  • 1580 : l'Espagne remporte la bataille d'Alcántara. Philippe II d'Espagne est proclamé roi de Portugal (Philippe Ier), les possessions et colonies portugaises sont incorporées au royaume d'Espagne.
  • 1640 : le Portugal recouvre son indépendance mais Ceuta, peuplée par une majorité d'origine espagnole, reste sous la souveraineté espagnole.
  • 1668 : le traité de Lisbonne entre le Portugal et l'Espagne garantit la séparation entre les deux pays, mais au prix de la reconnaissance officielle de l'appartenance de Ceuta à l'Espagne.
  • 1694-1724 : le sultan Ismaïl ben Chérif, de la dynastie alaouite, prend plusieurs villes portugaises et espagnoles sur la côte atlantique de l'actuel Maroc, puis mène un long siège devant Ceuta qui se solde par un échec dû au ravitaillement de la ville par voie de mer depuis la péninsule Ibérique.
  • 1702 : la ville est attaquée par l'Angleterre ; Ceuta résiste mais Gibraltar est conquise en 1704. L'Espagne reconnaît la souveraineté britannique sur ce dernier territoire par le second traité d'Utrecht (1713) avec le Royaume-Uni.
  • 1791 : l'Espagne cède Oran et Mers el-Kébir à la régence d'Alger.
  • 1808 : les Anglais évacuent l'îlot Persil en 1813 à la demande du roi d'Espagne Ferdinand VII.
  • 1811 : les Cortes de Cadix déclarent que les « presidios menores » ne font pas partie du territoire espagnol et un vote favorable à leur cession obtient la majorité des voix.
  • 1859-1860 : profitant d'un incident aux frontières de la ville et de sa supériorité militaire vis-à-vis de son voisin, l'Espagne déclare la guerre au Maroc (Deuxième guerre du Maroc) et la remporte et élargit les frontières de Ceuta et de Melilla.
  • 1902 : négociations entamées entre le Foreign-Office et le Makhzen pour la cession de l'îlot Persil.
  • 1925 : la ville devient indépendante de la province de Cadix.
  • 1936-1939 : guerre d'Espagne dont le soulèvement militaire commence dans le protectorat du Maroc.
  • 1995 : Promulgation du Statut d'autonomie de la ville, suivant l'aménagement du reste des territoires d'Espagne.
  • 2007 : à la suite de l'annonce officielle de la visite du roi Juan Carlos Ier et de la reine Sofía à Ceuta et Melilla, le roi Mohammed VI du Maroc rappelle son ambassadeur en Espagne pour consultations (jusqu'au ). Des manifestations de protestation ont lieu au Maroc pendant la visite[8].

Statut et administrationModifier

La Constitution de autorise Ceuta à se constituer en une communauté autonome. Entre et , Ceuta n'a pas eu recours à cette disposition et constituait une commune de la province de Cadix. En , les Cortes Generales adoptent la loi organique accordant à Ceuta le statut de ville autonome (en espagnol : Ciudad Autónoma).

La gouvernance décentralisée de la ville repose sur deux organes :

  • l'Assemblée, constituée de vingt-cinq membres élus pour quatre ans et qui exerce le « pouvoir normatif » ;
  • le président, qui préside le conseil de gouvernement, l'Assemblée et exerce le rôle de maire.

Ceuta ne constitue donc pas une communauté autonome, à l'image de l'Andalousie, mais bénéficie d'institutions spécifiques, hybrides entre celles d'une ville et ceux d'une autonomie.

Avant l'entrée de l'Espagne dans ce qui était alors la Communauté européenne, en 1986, la ville avait eu le statut de port franc. L'enclave est incluse dans l'Union européenne.

Population et sociétéModifier

La population, d'origine espagnole et marocaine, comporte près de 45 % de musulmans[9].

Le castillan, langue officielle de l’État espagnol, est la seule langue officielle de Ceuta (la Cité Autonome de Ceuta ne reconnaît aucune langue co-officielle). Cependant, la population espagnole d'origine européenne et ayant le castillan pour langue maternelle ne compte que pour 55 % de la population totale. La population d'origine marocaine, qui compte environ 45 % de la population, a l'arabe ceutien, appelé dariya par le gouvernement espagnol.

Les habitants d'origine européenne sont pour la plupart unilingues, tandis que les musulmans sont la plupart du temps bilingues. Les autres groupes ethno-linguistiques sont peu représentés : les Juifs parlant le judéo-espagnol (plus particulièrement la jaquitía), la langue des Berbères, la langue sindhi parlée par les Roms, le portugais et le français[4].

ÉconomieModifier

Chaque jour, entre 12 000 et 15 000 personnes — majoritairement des femmes marocaines — transportent sur leur dos des paquets de dizaines de kilos contenant des marchandises de contrebande, qu'elles font passer entre Ceuta et le Maroc. Elles essayent de traverser la frontière autant de fois que possible dans une même matinée pour gagner en fin de journée l’équivalent de quelques dizaines d’euros[10].

Le métier est considéré comme des plus pénibles. En 2018, deux d’entre elles sont mortes en traversant la frontière et 84 ont été blessées d’après le rapport parlementaire marocain, un chiffre qui sous-estime la réalité selon des ONG espagnoles[10].

Ceuta exporterait chaque année pour 700 millions d’euros de marchandises au Maroc[10].

ÉdificesModifier

 
Édifice Trujillo

ÉglisesModifier

 
Cathédrale Sainte-Marie de l’Assomption

Ces églises catholiques dépendent du diocèse de Cadix et Ceuta qui, lui-même, relève de la province ecclésiastique de Séville.

ArènesModifier

Les arènes de Ceuta furent construites en 1918, à Las Damas[11].

Revendications marocainesModifier

Depuis son indépendance en 1956, le Maroc revendique cette enclave, tout comme Melilla et les autres Plazas de soberanía, ceci bien que dans le traité de cessation du protectorat il ne fût fait mention des deux enclaves (existantes avant ledit protectorat espagnol) ou comme n'étant pas « continental » car insulaires pour les « présides ». Pour le Maroc, il s'agit d'un vestige du colonialisme et les médias marocains évoquent Ceuta comme « le préside occupé de Sebta ». L'Espagne considère pour sa part Ceuta comme faisant partie intégrante de son territoire, depuis 1995 en tant que ville autonome ou « autonomie » comme les autres régions espagnoles, et comme partie intégrante du Royaume d'Espagne depuis 1580 et 1415 par « rétroactivité hispano-portugaise » comme indiqué dans l'historique ci-dessus.

Soutien et statut internationalModifier

 
Port de Ceuta
 
Avenue Alcalde Sánchez Prados

La souveraineté espagnole sur Ceuta et Melilla n'est reconnue ni par la plupart des pays d'Afrique[12], ni par l'Union africaine[13], ni par l'Organisation de la coopération islamique, ni par la Ligue arabe, ni par l'Union du Maghreb arabe. Les pays membres de ces quatre organisations considérant que l'Espagne doit décoloniser ces territoires et les restituer au Maroc. Ces territoires revendiqués, espagnols ou portugais depuis près de 600 ans, ne font cependant pas partie de la liste des territoires non-autonomes en attente de décolonisation de l'ONU. L'Union européenne aide à financer la politique de lutte contre l'immigration clandestine dans cette région, et considère comme dépendance européenne les dépendances des États de l'Union (départements et territoires d'outre mer français, dépendances et îles éparses néerlandaises, françaises, danoises, et ici même espagnoles).

Crise migratoireModifier

Etant les seuls points de passage terrestre direct avec le continent européen, Ceuta et Melilla sont sujettes à un afflux migratoire en provenance du Maghreb et de l'Afrique subsaharienne. Chaque année, des centaines de migrants tentent de traverser la frontière pour se rendre en Espagne.

En une entrée massive de migrants à Ceuta provoque une augmentation de la tension entre l’Espagne et le Maroc[14]. Dans la nuit du 16 au 17 mai 2021, des milliers de migrants ont traversé à la nage ou à pied la frontière entre le Maroc et l'Espagne. Plus de 8 000, dont beaucoup d'hommes jeunes, des femmes et des mineurs. Cette crise migratoire, sans précédent pour l'Espagne, aurait été orchestrée par le Maroc[15],[16] alors que les relations entre les deux pays se sont envenimées depuis l'accueil, fin avril 2021, en Espagne du chef des indépendantistes sahraouis du Front Polisario, Brahim Ghali, pour y être soigné du Covid-19. Ennemi du Maroc, il est notamment accusé par Fadel Breika, un opposant politique sahraoui, de « détention illégale », « tortures » et « lèse-humanité »[17].

JumelagesModifier

Personnalités liées à la villeModifier

Notes et référencesModifier

  1. (es) « Población por comunidades y ciudades autónomas y sexo.(2853) », sur INE (consulté le )
  2. Ángeles Vicente, Ceuta, une ville entre deux langues : Une étude sociolinguistique de sa communauté musulmane, L'Harmattan, , 220 p. (ISBN 978-2-7475-8584-2 et 2747585840, lire en ligne), p. 19
  3. Michel Malherbe, Quand l'histoire change les noms de lieux : Les lieux à dénominations multiples, Paris, L'Harmattan, , 303 p. (ISBN 978-2-296-05761-6 et 2296057616, LCCN 2008448758, présentation en ligne, lire en ligne), p. 39
  4. a et b http://www.axl.cefan.ulaval.ca/europe/espagne-Ceuta.htm
  5. (es) « Valores climatológicos normales. Ceuta », AEMET (consulté le )
  6. (es) « Valores extremos. Ceuta », AEMET (consulté le )
  7. L'origine de Julien n'est pas connue avec certitude, divers historiens espagnols soutiennent les possibilités qu'elle soit berbère, wisigothe ou byzantine, tandis que les sources arabes affirment qu'elle était certainement byzantine, et que Ceuta et Tanger étaient les derniers bastions de l'Empire byzantin en Afrique du Nord.
  8. Poursuite de la visite du roi d’Espagne à Ceuta, El Watan, .
  9. « The battle over Ceuta, Spain's African Gibraltar », sur The Daily Telegraph (consulté le ) : « Of course Ceuta should stay a part of Spain”, said Mohammad, a small businessman and one of the Muslims who make up almost half of Ceutas population. ».
  10. a b et c « Le Maroc à l’assaut de Ceuta et Mellila », sur orientxxi.info,
  11. « portada actualité », sur toreria.chez-alice.fr (consulté le )
  12. Le plan stratégique de la Commission de l'Union africaine
  13. Le plan stratégique de la Commission de l'Union africaine [PDF]
  14. Sandrine Morel, « L’entrée massive de migrants à Ceuta aggrave la crise diplomatique entre l’Espagne et le Maroc », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  15. « Crise des migrants à Ceuta : il est temps de sortir d’une certaine naïveté dans le regard porté sur le Maroc », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. « King Muhammad of Morocco weaponises migration », The Economist,‎ (ISSN 0013-0613, lire en ligne, consulté le )
  17. « Brahim Ghali en Espagne : vérités et mensonges », sur Middle East Eye édition française (consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (es) Máximo Cajal, Ceuta, Melilla, Olivenza y Gibraltar. ¿Dónde acaba España?, Madrid, Siglo XXI de España, (ISBN 978-84-323-1138-3)
  • François Papet-Périn, La mer d'Alboran ou Le contentieux territorial hispano-marocain sur les deux bornes européennes de Ceuta et Melilla (1 thèse de doctorat d'histoire contemporaine soutenue en 2012 à Paris 1-Sorbonne sous la direction de Pierre Vermeren).
  • Yves Zurlo (préf. Bernard Bessière), Ceuta et Melilla : histoire, représentations et devenir de deux enclaves espagnoles (texte remanié d'une thèse de doctorat en espagnol, soutenue en 2002), Paris, Budapest et Turin, L'Harmattan, coll. « Recherches et documents. Espagne », , 320 p. (ISBN 978-2-7475-7656-7)
  • Attilio Gaudio (préf. Henri La Bastide), Maroc du Nord Cités Andalouses et Montagnes Berbères, Paris, Nouvelles Éditions Latines, (ISBN 978-2-7233-0118-3)
  • « Mérinides et Watassides : La conquête de Ceuta par le Portugal et le début de l'expansionnisme ibérique au Maroc », dans Michel Abitbol, Histoire du Maroc, Paris, Perrin, [détail de l’édition], p. 133-135
  • (en) Ferrer-Gallardo, X. et Albet-Mas, A., « EU-Limboscapes: Ceuta and the proliferation of migrant detention spaces across the European Union », European Urban and Regional Studies,‎ (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier