Más País

Más País
Image illustrative de l’article Más País
Logotype officiel.
Présentation
Chef de file Íñigo Errejón
Fondation (Más Madrid)
(Más País)
Positionnement Gauche
Idéologie Progressisme
Féminisme
Écosocialisme
Démocratie participative
Couleurs
  • Vert émeraude
Site web maspais.es
Représentation
Députés au Congrès
1 / 350
Sénateurs
1 / 266

Más País (en français : « Plus de Pays ») est un parti politique espagnol de gauche fondé en septembre 2019 dans la perspective des élections générales de novembre suivant.

Emmené par l'ancien numéro deux de Podemos, Íñigo Errejón, il succède à son parti Más Madrid, fondé environ un an plus tôt. Il est associé nationalement avec les écologistes d'Equo, ainsi que la gauche nationaliste valencienne de Compromís et aragonaise de la Chunta Aragonesista dans leurs territoires respectifs.

HistoriqueModifier

Candidature aux législativesModifier

Le , à deux jours de la dissolution des Cortes Generales en vue de convoquer les élections générales du 10 novembre, une assemblée des dirigeants et cadres du parti madrilène Más Madrid — fondé en novembre 2018 par l'ancien numéro deux de Podemos Íñigo Errejón et la maire de Madrid Manuela Carmena — décide de concourir lors de ce scrutin convoqué après que le Parti socialiste et Unidas Podemos ont été incapables de s'entendre pour investir un président du gouvernement[1].

CréationModifier

Lors d'une réunion publique organisée le au siège de l'Union générale des travailleurs (UGT), syndicat historiquement lié au Parti socialiste, Más Madrid décide de constituer la plateforme électorale Más País et de se présenter uniquement dans les circonscriptions élisant au moins sept députés. La distribution des sièges y étant davantage proportionnelle, la coalition cherche ainsi à éviter que la dispersion des voix de gauche ne lui fasse perdre des sièges dans les territoires les moins peuplés[2].

Le , le secrétaire général de Podemos en Région de Murcie Óscar Urralburu indique qu'il renonce à ce poste, à son mandat de député à l'Assemblée régionale et qu'il sera tête de liste de Más País dans la circonscription de Murcie lors du scrutin de novembre[3].

Trois jours plus tard, Más Madrid change officiellement son nom en Más País au registre des partis politiques espagnols du ministère de l'Intérieur[4].

AlliancesModifier

Dès le , la Coalition Compromís, qui participe au gouvernement de la Communauté valencienne et réunit la gauche nationaliste et écosocialiste de cette communauté autonome, approuve de former avec Más Madrid une coalition électorale, réservant la tête de liste de la circonscription de Valence à son député Joan Baldoví. Elle rejette ainsi de rétablir, comme en 2015 et en 2016, une confluence territoriale au sein d'Unidas Podemos[5].

Quatre jours plus tard, le , à la suite d'un vote de ses adhérents et sympathisants, le parti écologiste Equo annonce rompre avec Unidas Podemos et s'associer avec Más País ; une décision qui provoque le départ de plusieurs cadres de la formation, dont son fondateur et député d'Alava Juan López de Uralde, qui dit vouloir rejoindre Podemos[6]. Quelques heures plus tard, le comité national de la Chunta Aragonesista (CHA) — parti nationaliste aragonais de gauche qui siège au gouvernement régional — valide à son tour une alliance avec les partisans d'Errejón[7].

Les coalitions sont officiellement déclarées le à la Junte électorale centrale (JEC), sous les noms de « Más País-Equo » dans 16 provinces, de « Més Compromís » dans les trois circonscriptions valenciennes et de « Más País-Chunta Aragonesista » dans les trois territoires aragonais[8],[9].

Résultats électorauxModifier

Année Congrès des députés Sénat Gouvernement
Voix % Députés Tête de liste Rang
11/2019 527 375 2,40
3 / 350
Íñigo Errejón 7e
0 / 208

Notes et référencesModifier

  1. (es) Fátima Caballero, « Más Madrid decide presentarse a las generales y lanza la campaña a unas horas del sí de Errejón », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2019).
  2. (es) Fátima Caballero, « Errejón ya tiene marca para presentarse a las elecciones: concurrirá el 10 de noviembre con Más País », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 25 septembre 2019).
  3. (es) « El exlíder de Podemos Murcia confirma que encabezará la lista de Más País por la región », El Confidencial,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2019).
  4. (es) « Más Madrid cambia su nombre a Más País », La Vanguardia,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2019).
  5. (es) Carlos Alós, « Compromís prefiere a Íñigo Errejón para las generales y evita a Pablo Iglesias », Levante EMV,‎ (lire en ligne, consulté le 24 septembre 2019).
  6. (es) Javier Bocanegra, « Equo se quiebra tras elegir a Errejón en lugar de Iglesias para el 10-N », El Confidencial,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2019).
  7. (es) « Chunta Aragonesista se presentará a las elecciones del 10N con Más País », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 27 septembre 2019).
  8. (es) Beatriz Asuar Gallego, « Más País registra las coaliciones con Equo, Compromís y CHA sin decidir las provincias por las que se presentarán », Público,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2019).
  9. (es) Fátima Caballero, « Íñigo Errejón hace una primera criba de 17 provincias antes de decidir dónde se presenta Más País », eldiario.es,‎ (lire en ligne, consulté le 1er octobre 2019).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier