Ouvrir le menu principal

Irvillac

commune française du département du Finistère

Irvillac
Irvillac
L'église paroissiale Saint-Pierre vue du sud.
Blason de Irvillac
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Brest
Canton Pont-de-Buis-lès-Quimerch
Intercommunalité Pays de Landerneau-Daoulas
Maire
Mandat
Jean-Noël Le Gall
2014-2020
Code postal 29460
Code commune 29086
Démographie
Gentilé Irvillacois
Population
municipale
1 429 hab. (2016 en augmentation de 4,77 % par rapport à 2011)
Densité 48 hab./km2
Population
aire urbaine
44 395 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 22′ 16″ nord, 4° 12′ 40″ ouest
Superficie 29,60 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Irvillac

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Irvillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Irvillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Irvillac
Liens
Site web Site de la commune

Irvillac [iʁvijak] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

GéographieModifier

Irvillac est situé dans le nord de la Cornouaille, au sud de Landerneau, à l'est de Daoulas, au nord du Faou et à l'ouest des monts d'Arrée. Le finage communal est délimité au nord par la Mignonne, dite aussi rivière de Daoulas, et au sud par le Camfrout, deux petits fleuves côtiers. Les altitudes sont comprises entre 124 mètres pour le point culminant (au sud de la commune, à l'ouest du hameau de Creac'h Carnel, où se trouve le château d'eau) et 12 mètres (dans la partie aval de la vallée de la Mignonne, à la limite de la commune de Daoulas), le bourg se trouvant vers une centaine de mètres d'altitude.

Le paysage rural traditionnel est du bocage avec habitat dispersé. « Dans tout le secteur compris entre Hanvec, Saint-Éloy et Irvillac, les microgranites sont peu utilisés [pour la construction] par suite de l'abondance d'un schiste bleu sombre apte à fournir d'excellents moellons souvent de grande dimension (schistes dévoniens de Saint-Éloy) »[1].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

L'ancien chemin d'avant la route royale aménagée au XVIIIe siècle allant de Quimper à Landerneau passait par Irvillac et franchissait la Mignonne à Stang Meyet où subsiste le vieux pont qui permettait de franchir ce cours d'eau[2].

La voie ferrée allant de Quimper à Landerneau traverse le territoire communal, passant au sud du bourg, mais les trains ne s'arrêtent plus en gare de Daoulas-Irvillac[3], laquelle, située à la limite communale entre Daoulas et Irvillac, a été détruite en 1984. La voie rapide RN 165 allant de Nantes à Brest via Quimper traverse la partie sud-ouest de la commune, mais Irvillac n'est pas directement desservie par un échangeur à cette route et il faut traverser le bourg de Daoulas pour pouvoir la rejoindre depuis Irvillac, en empruntant la route départementale no 33.

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Ploe Ermeliac au XIe siècle[4], Irvilac en 1173, Irvillac en 1218.

Il s'agit d'une formation toponymique gauloise ou gallo-romaine en -(i)acon (en latin -acum), suffixe d'origine gauloise à caractère localisant et marquant la propriété. Il est précédé d'un anthroponyme gaulois ou gallo-romain, peut-être Armilius[5].

Remarque : L'introduction du breton dans la région vers le Ve siècle explique pourquoi la forme suffixe en -ac s'est maintenue comme dans le midi de la France, alors que l'évolution se serait faite en ou éventuellement -ay dans la partie occidentale du domaine d'oïl. Par contre, le suffixe breton de même étymologie -ec (anciennement -oc > -euc) ne s'est pas substitué à -ac contrairement à ce qu'on observe généralement dans la région.

HistoireModifier

PréhistoireModifier

Une ceinture en or torsadée fut trouvée en 1925 dans un champ de la commune par un agriculteur qui la vendit à un bijoutier de Landerneau. Ce n'est qu'en 1988 qu'un expert joaillier brestois découvrit sa valeur historique[6].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

AntiquitéModifier

Un dépôt de scories ferrugineuses, répandues dans trois champs d'un hectare chacun, a été identifié près de la ferme de Creac'h Carnel (butte de l'ossuaire), sur la route allant d'Irvillac au Faou. La présence de ces résidus de forges dans une contrée aujourd'hui peu peuplée s'explique probablement par le voisinage de la vieille route allant de Quimper à Landerneau et de la rivière de l'Hôpital qui favorisait le transport du minerai de fer, la proximité du bois du Gars fournissant la charbon de bois nécessaire. En outre, la présence de plus de 300 tumuli voisins est l'indice d'une population autrefois plus dense. Cette industrie ancienne se rattachait probablement à des besoins militaires, le poste romain de Cos Castel, situé à l'intersection de deux voies romaines étant situé à 1,5 km plus à l'est[7].

HéraldiqueModifier

  Blason Écartelé : au 1er d'azur à deux clés d'or passées en sautoir, au 2e d'argent à la moucheture d'hermine de sable, au 3e d'argent à la fleur de lin d'azur boutonnée d'or, au 4e de sinople à la tête de bélier d'argent accorné d'or.
Détails
Adopté par le conseil municipal le 5 septembre 2011[8].

Moyen ÂgeModifier

Selon Arthur Le Moyne de La Borderie, deux saints bretons locaux peu connus provenant d'Outre-Manche, saint Martin et saint Valay, se seraient fixés à Ermelliac (aujourd'hui Irvillac) dans le pagus du Fou, probablement au début du VIe siècle[9].

Irvillac est mentionnée comme paroisse dans le Cartulaire de Landévennec dès le XIe siècle. En 1186, Hervé, vicomte de Léon, donna à l'abbaye de Daoulas les dîmes de Lozonar, en cette paroisse[10], qui devient une dépendance de cette abbaye. L'ancien château-fort du Cosquer (de nos jours un simple manoir), aux murailles percées de meurtrières, fut probablement construit par les moines de cette abbaye qui devinrent prieurs recteurs d'Irvillac. L'abbaye de Daoulas disposait du droit de haute justice comme le prouve des lettres patentes du roi Charles IX datant de 1567 qui autorisent Jean Le Prédour, abbé de Daoulas, à relever ses patibulaires à Saint-Éloy, tombées depuis quinze ans[11].

La famille de Loc'hant, seigneur du dit-lieu, est reconnue de noblesse d'ancienne extraction en 1668 et était présente aux montres entre 1426 et 1536 ; la famille du Ménez, seigneur de Traonvézec, est elle aussi reconnue de noblesse d'ancienne extraction en 1669 et était présente aux montres entre 1536 et 1562[12].

L'activité toilière à IrvillacModifier

Deux activités textiles ont cohabité à Irvillac, principalement au XVIIIe siècle, l'une tournée vers le lin comme dans le Pays Chelgen (24 kanndi ont été recensés à Irvillac), l'autre vers la fabrication de berlingue et de bure ; cette coexistence est peut-être due au fait que certains outils utilisés pour les fabriquer sont communs. La laine utilisée provenait principalement des moutons élevés dans la paroisse voisine d'Hanvec.

Après tissage, la berlingue et la bure étaient foulés, « le foulage pouvant apporter jusqu'à 50 % de plus-value par rapport à une pièce non foulée. Il se pratique dans l'un des moulins à foulon de la région, Guern-ar-Hoadic, en Trévarn (Saint-Urbain) sur la Mignonne, Lavadur, en Irvillac et Troéoc, en Hanvec, sur le Camfrout. [...] En 1224, il y avait déjà un moulin à foulon à Daoulas »[13].

À Irvillac, la berlingue et la bure sont essentiellement tissées dans les villages[14] proches des moulins à foulon de Lavadur, Troéoc et Guern-ar-Hoadic en raison de l'obligation pour les paysans de s'adresser au moulin banal et de la lourdeur des pièces textiles mouillées en raison du foulage et donc lourdes à transporter jusqu'à leur lieu de séchage[13].

En 1797, on recense 10 marchands de berlingue à Irvillac, le mode de vie de ces « paysans-fabricants-marchands », par exemple Guillaume Keromnès, de Mézavern, étant semblable à celui des juloded du Haut-Léon voisin. En régression pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle, la fabrication de berlingue et de bure semble avoir disparu pendant la première moitié du XIXe siècle[13].

Autres faits de l'époque moderneModifier

En 1644 le prédicateur Julien Maunoir prêcha une mission à Irvillac[15]. L'église paroissiale Saint-Pierre est construite en 1656 par Vincent de Kerouartz[a], chanoine de Daoulas et prieur d'Irvillac.

En 1756, au décès de Louis Auguste de Rohan-Chabot (1722-1753) (un des fils de Louis II de Rohan-Chabot), mort sans descendance, les terres et seigneuries du Faou, de la Villeneuve, de la châtellenie d'Irvillac et Logonna, correspondant aux paroisses de Rosnoën, Hanvec, Guimerch [Quimerc'h], Lopérec, revinrent aux familles de Châtillon, d'Enrichemont, de Broglie et de Pouyanne et louées pour quelques années au sieur du Pontois[b], puis à Joseph Le Roy, greffier de la cour royale de Lesneven et de la principauté de Landerneau[16]. En 1762, ces terres sont vendues à Messire Nicolas I Magon, seigneur de la Gervaisais et de la Gicquelaye, lieutenant général des armées du roi entre 1761 et 1765. C'est alors qu'elles portèrent le nom de « marquisat de la Gervaisais et du Faou »[17].

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse d'Irvillac de fournir 37 hommes et de payer 242 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[18].

Jean-Baptiste Ogée décrit ainsi Irvillac en 1780 :

« Yrvillac, sur la route de Quimper à Landerneau ; à 9 lieues ½ de Quimper, son évêché et son ressort ; à 42 lieues ½ de Rennes ; et à 1 lieue trois-quarts de Landerneau, sa subdélégation. Cette paroisse, qui a le titre de châtellenie compte 2 200 communiants[19], y compris ceux de Saint-Éloy, sa trève. La cure est présentée par un moine de Daoulas. Beaucoup de vallons, des ruisseaux qui vont se jeter dans la Rade de Brest, des terres en labour de bonne qualité, des prairies, quelques petits bois et des landes, voici ce que ce territoire offre à la vue. (...)[10]. »

Louis Bouin, qui serait originaire d'Irvillac[c], mousse dans l'escadre du comte de Grasse, fut tué au combat le dans le cadre de la Guerre d'indépendance américaine lors de la Bataille des Saintes[20].

Révolution françaiseModifier

Les paroissiens d'Irvillac écrivent dans leur cahier de doléances que « les vassaux sujets aux moulins sont dans l'impossibilité de mettre des bornes à la cupidité des meuniers qu'on peut regarder comme les sangsues du genre humain ».

De Croisys et René Le Gars sont les deux délégués représentant les 200 feux d'Irvillac lors de l'élection des députés du tiers état de la sénéchaussée de Quimper aux états généraux de 1789[21].

La loi du réduit, en dehors de la ville de Landerneau, à huit le nombre des paroisses du district de Landerneau, dont celle d'Irvillac[22].

Joseph-Marie Corvaisier, recteur d'Irvillac, prêtre réfractaire, fut déporté en septembre 1794 sur un bateau des pontons de Rochefort à l'Île Madame[23].

Un arrêté no 1016 du 7 brumaire de l'an X [29 octobre 1801] porte réduction des justices de paix du département du Finistère et supprime celle d'Irvillac[24].

Le XIXe siècleModifier

La première moitié du XIXe siècleModifier

Les comptes rendus du Conseil municipal font ressortir, durant cette période, le souci de l’ordre et de la sécurité à l’intérieur du pays.

Ainsi, le 27 vendémiaire an XI (), le maire, « instruit des désordres se produisant au chef-lieu de notre commune aux jours de dimanche, déclarons que le premier délinquant sera puni avec la plus grande sévérité ; défense est faite à tout cabaretier de servir à boire et de recevoir chez lui aucun individu, passé 10 heures du soir, si ce n’est les passants étrangers à la commune » .

Afin de renforcer la sûreté intérieure, le sous-préfet demande au maire de prendre des mesures de « surveillance de la commune ». Par un arrêté de police, le maire désigne, le 14 septembre 1806, cinq commissaires de police sur l’étendue de la commune, avec la mission de « surveiller et de veiller à la sûreté et à la tranquillité publique, viser et examiner les papiers des étrangers qui leur seront déférés par les habitants ».

Le maire « enjoint à tous les habitants de dénoncer et de conduire à un des commissaires les individus étrangers sur lesquels ils fourniraient le moindre doute ». Les cinq commissaires sont : le sieur Lessègues de Lavadur, le sieur Cosson du bourg, Vincent Kéromnès de Ménehy, François Gouriou de Kerdanet et Guillaume Deniel de Guiler.

 
Faïence de Quimper : Homme et femme d'Irvillac (musée de Locronan)

Une réunion du conseil a lieu le 30 germinal an IX (20 avril 1801). L’objet en est de former la liste des citoyens de la commune ayant, en fonction des impôts qu’ils paient, le droit de voter. Le maire, Jean Marhic, est présent avec cinq conseillers, trois sont absents. Les six personnes présentes « condamnent la défaillance des trois absents » et leur infligent une amende de cinq francs chacun au profit de la caisse de la mairie.

Napoléon Ier revient en France le 1er mars 1815 : le 20 mars, Louis XVIII quitte Paris et Napoléon 1er s’installe au pouvoir. Ses armées sont battues, le 18 juin 1815, à Waterloo. Napoléon est exilé à Sainte-Hélène et Louis XVIII retrouve son trône début juillet 1815.

Comment ces événements ont-ils été vécus à Irvillac ? Le Conseil municipal, fortement soumis à la tutelle du sous-préfet, va devoir prêter serment.

Le , lors de la Première Restauration royaliste, le maire est chargé par le sous-préfet de recevoir des membres du conseil le serment d’obéissance et de fidélité au roi. Selon le compte rendu de la réunion du conseil, tous prêtent le serment suivant « aux cris répétés de vive le roi. Vivent les Bourbons » : « Je jure et promets à Dieu de garder obéissance et fidélité au Roi, de n’avoir aucune intelligence, de n’assister à aucun conseil, de n’entretenir aucune ligue qui soit contraire à son autorité et si, dans le ressort de mes fonctions ou ailleurs, j’apprends qu’il se trouve quelque chose à son préjudice, je le ferai connaître au Roi ».

Le , date à laquelle Napoléon 1er est revenu au pouvoir, le sous-préfet demande au conseil municipal de prêter serment : le conseil municipal « jure obéissance aux constitutions de l’Empire et fidélité à l’Empereur ».

Le 10 septembre 1815, Jean Marhic, nommé adjoint au maire par arrêté préfectoral, prête serment au roi, selon la même formulation que celle utilisée un an plus tôt.

Une grande fête est organisée par la commune, le , à l’occasion du mariage de son altesse royale, Monseigneur duc de Berry. Bien que la cérémonie se déroule très loin d’Irvillac, les cloches sonnent dès 6 heures et des drapeaux blancs (symbole de la royauté) sont mis aux fenêtres des principales maisons du bourg.

Les réjouissances sont les suivantes : grand-messe à 6 heures du matin, distribution de pain aux indigents, banquet à midi pour le maire et les conseillers, courses et danses à partir de 14 heures et feu de joie à 19 heures. Selon la relation qui en est faite, tous les habitants ont pris part à la fête « avec les démonstrations de joie la plus pure ; les cris de vive le Roi, vivent les Bourbons n’ont pas cessé de se faire entendre ».

Un incident toutefois : le curé, invité, ne s’est pas déplacé. Il avait quitté la commune ce jour-là pour éviter de s’y trouver. Était-ce un signe d’opposition aux Bourbons ? Non, mais il voulait ainsi manifester sa désapprobation sur la date qui coïncidait avec celle de la fête patronale qu’il entendait organiser ce jour-là.

Le , le conseil municipal vote un crédit de 100 francs (environ 2 000 francs en 2000) pour la réception du duc et de la duchesse de Nemours lors de leur passage sur la commune. À cette date en effet, la grande route de Landerneau à Quimper passe par Irvillac et est empruntée par tous les voyageurs.

Le crédit voté par la commune sert à édifier au bourg un arc de triomphe et des colonnes. Il est précisé que les habitants se prêtent à ces travaux visant à accueillir « l’auguste voyageur ». Nous ne savons cependant pas si le duc de Nemours s’est effectivement arrêté dans la commune.

Irvillac en 1853Modifier

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi Irvillac en 1853 :

« Yrvillac, et plus exactement Irvillac : commune formée par l'ancienne paroisse de ce nom, moins sa trève Saint-Clair [erreur : Saint-Éloy] ; aujourd'hui succursale. (...) Principaux villages : Pendref, Penbouillen, Gullor, Crech, Kervréach, Poulligou, Verluere, Mezarvern, Rocheneuf, Bodenes. Maison importante : Cleunan. Superficie totale : 3 434 hectares, dont (...) terres labourables 1 494 ha, prés et pâtures 186 ha, bois 270 ha, vergers et jardins 7 ha, landes et incultes 1 293 ha (...). Moulins : 11 (de Stang-Meget, de Cleunan, de Guern-Eméry, Vert-du-Bois, de Tronévézec, de Lavadur, de Russiau, à eau, etc.). La route de Quimper à Brest traverse cette commune du sud au nord. Il y a, en outre de l'église, les chapelles de Notre-Dame de Lorette et de Saint-Christophe. Il y a foire les 8 février, mai, août et novembre. Géologie : grès au sud, roches feldspathiques à Quinquis. On parle le breton[25]. »

Irvillac dans la seconde moitié du XIXe siècleModifier

L'autorisation de percevoir des surtaxes à l'alcool à l'octroi de la commune d'Irvillac étaient chaque année votées par l'Assemblée nationale, par exemple en 1859 et 1873[26].

En 1873 un nouveau tracé fut retenu pour le chemin de grande communication n° 8 (actuel D 33) allant de Daoulas à Sizun dont le tracé était très défectueux, formant un angle droit, sur le territoire de la commune d'Irvillac[27]. En 1879, un rapport du Conseil général du Finistère indique qu' « une portion considérable et très habitée du terrain situé (...) entre les bourgs du Tréhou, d'Irvillac et de Saint-Éloy » se trouve dépourvue de routes praticables pour atteindre Landerneau et que les habitants ne peuvent atteindre cette localité sans faire des détours qui allongent leurs parcours de 6 à 8 kilomètres, à moins de passer la rivière de Daoulas à un gué souvent impraticable et difficilement abordable[28]. Benjamin Girard écrit en 1889 que depuis l'abandon de l'ancienne route allant de Quimper à Landerneau via Irvillac (au profit d'un autre tracé passant par Daoulas), le bourg d'Irvillac « a beaucoup perdu de son importance »[29].

Le , un forcené tira sur plusieurs personnes (quatre furent blessées, dont une, Henri Le Forestier de Quillien[d], juge de paix, succomba le à ses blessures) dans le village de Kerisit en Irvillac ; ce malheureux fait divers fut relaté y compris dans la presse parisienne[30].

En 1895, le notaire d'Irvillac, Berthou, fut condamné à six ans de réclusion par la Cour d'assises du Finistère pour « faux et abus de confiance »[31].

Le XXe siècleModifier

La Belle ÉpoqueModifier

En réponse à une enquête épiscopale organisée en 1902 par Mgr Dubillard, évêque de Quimper et de Léon en raison de la politique alors menée par le gouvernement d'Émile Combes contre l'utilisation du breton par les membres du clergé, le recteur d'Irvillac, l'abbé Le Goff, écrit : « Comme tous, y compris l'instituteur et l'institutrice, comprennent parfaitement le breton, il est tout naturel que les instructions paroissiales se fassent toujours, et exclusivement, dans la vieille langue du pays » ; il ajoute : « Les rares enfants qui commencent à apprendre à lire sont absolument incapables de comprendre une phrase française »[32].

Des petits gisements de kaolin furent exploités avant la Première Guerre mondiale à Tréflévénez, Irvillac et Daoulas pour le compte d'une usine de sulfate d'aluminium située à Landerneau afin de fabriquer de la porcelaine[33].

L'explosion survenue le à bord du Latouche-Tréville fit une victime originaire d'Irvillac : Goulard[e], quartier-maître canonnier à bord de ce navire[34].

La Première Guerre mondialeModifier

Le monument aux morts d'Irvillac porte les noms de 92 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; plusieurs sont décédés en Belgique (François Le Roux le à Maissin, Corentin Quillec le même jour à Rossignol, Jean Marhic le à Dixmude, Jean Le Borgne le au Passage de la Lys) ; François Hamon est mort en mer le lors du naufrage du croiseur cuirassé Léon Gambetta ; Jean Keromnès, Jacques Salaün et Pierre Yvinec sont aussi morts en mer ; Michel Emzivat est mort de ses blessures à Salonique (Grèce) alors qu'il participait à l'expédition de Salonique ; Jean Brenaut, Jean Le Bris et François Trellu sont morts alors qu'ils étaient prisonniers en Allemagne ; la plupart des autres sont décédés sur le sol français : parmi eux François Marhic[f], décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre[35].

Paul Gouriou[g], vicaire à Irvillac, fut grièvement blessé le à Héricourt par l'explosion d'une grenade avant d'être fait prisonnier par les Allemands. Il fut démobilisé en mars 1919[36]

L'Entre-deux-guerresModifier

Jean Salaün, originaire d'Irvillac, matelot arrimeur, fut tué lors de la collision de deux hydravions près de Cherbourg le [37].

Deux chevaux qui s'emballèrent au retour d'un charroi de bois en grume qu'ils avaient conduit à la scierie de Coatnant en Irvillac provoquèrent le le décès du conducteur de l'attelage et d'un charretier près du village de Forsquilly (en Saint-Éloy)[38].

La Deuxième Guerre mondialeModifier

Le monument aux morts d'Irvillac porte les noms de 15 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi elles, René Gourvès[h], membre des Forces françaises libres, disparu en mer ; Pierre Rochongar est mort dans le port de Casablanca (Maroc) le lors de l'explosion accidentelle du croiseur Pluton ; François Marhic est mort dans le Chenal du Four lors du naufrage du Vauquois victime d'une mine le [35].

Le , de violents combats opposèrent une colonne de soldats allemands qui revenait de Brasparts via Le Tréhou et qui se dirigeait vers Brest et des résistants de la compagnie Jean-Riou, vite épaulés par le bataillon René-Caro, basé à Rumengol. Les combats firent 18 victimes[39] parmi les résistants[40].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le , un avion anglais tombe sur le territoire de la commune d'Irvillac[41].

Les modifications territoriales survenues en 1946Modifier

 
L'arrêté du .

Par arrêté préfectoral du portant sur le rattachement de certains villages[14] des communes de Logonna-Daoulas et d'Irvillac : « Les villages sus-mentionnés sont rattachés à la commune de L'Hôpital-Camfrout : 1° Kersalguen, Kerbiaouen-Bras, Kerbiaouen-Dénez, Coz-Feunteun, Kerbiaouen-Bihan, Kersanton, Pen-ar-Pont, Run-Bihan et Run-Bras, dépendant de la commune de Logonna-Daoulas ; 2° Pen-ar-Pont, Moulin-Vert, Toul-Bélony, Moulin-du-Bois, Moulin-de-Traonévézec, Kerbrat-ar-Guélet et Stang-ar-Voguer, dépendant de la commune d'Irvillac. »

L'après Seconde Guerre mondialeModifier

Louis Morvan est mort pour la France le pendant la Guerre d'Indochine[35].

Politique et administrationModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1792   Nicolas Salaün    
1792   Yves Salliou    
1795   Hergouarc'h    
1803 1804 Jean Marhic[i]   Cultivateur à Runagaouen.
1813 1819 Ange-Pierre Le Gualès de La Villeneuve    
1819 1820 Joseph Galleron    
1821 1826 François Gouriou[j]   Cultivateur.
1826 1829 Alain Montfort[k]   Cultivateur.
1830 1850 Armand-Prosper Julien[l]   Notaire.
1851 1867 Jean-Noël Marhic[m]   Cultivateur. Fils de Jean Marhic, maire entre 1803 et 1804.
1868 1869 Billant    
1870 1871 Ollivier Marhic[n]   Cultivateur.
1872   Grignoux    
1874 1912 Yves Marhic[o]   Cultivateur.
1912 1929 Yves Quillec[p]   Meunier.
1929 1943 Christophe Le Stum[q]   Premier maître fourrier en retraite.
1944   Jean Romeur[r]    
1945 1947 Yves Quillec Rad-soc  
1947 1952 Jean François Pédel[s] MRP  
         
1963 1969 François Le Rest    
1969 1971 Gabriel Le Goff    
1971 2001 Jérôme Denniel[t]. CNIPUDF-CDS  
2001 2008 Joseph Cann    
2008 En cours Jean-Noël Le Gall UMPLR Retraité Fonction publique

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[43].

En 2016, la commune comptait 1 429 habitants[Note 1], en augmentation de 4,77 % par rapport à 2011 (Finistère : +0,93 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 7012 0831 8851 5232 2222 3282 4522 5942 523
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 5012 5162 6202 5082 5242 5692 5412 4092 320
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3482 2942 2372 0091 8091 6871 6581 4891 260
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
1 1439838229351 0051 0111 2431 2761 380
2016 - - - - - - - -
1 429--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

MonumentsModifier

Article détaillé : Église Saint-Pierre d'Irvillac.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Le calvaire de Coatnant et la chapelle Notre-Dame-de-Lorette : la chapelle, en forme de croix latine, date de 1634 la date de 1629 est inscrite sur un pilier intérieur) et a été restaurée vers 1822. Ses autels latéraux portent quatre sibylles en bas-relief avec leurs attributs : Persica, Hellesponca, Phrygia, Delphica[11]. Une pierre sculptée, encastrée dans le mur extérieur représente la Mise au tombeau avec six personnages et daterait de la fin du XVe siècle ou du XVIe siècle. Un ecce homo en pierre est sculpté sur le mur sud[46].

Le calvaire de Coatnant est un calvaire-fontaine situé près de la chapelle Notre-Dame-de-Lorette. Le calvaire est au-dessus d’une fontaine monumentale, datée de 1644. Du pied s'élèvent deux longues branches en granit, courbées en volutes et soutenant les statues adossées de Notre-Dame, saint Yves, saint Pierre et saint Jean. Ce calvaire est dû à Roland Doré et a été classé monument historique en 1976.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • D'autres calvaires se trouvent à Cozcastel (il porte la date de 1559), Créac'h-Menguy (il date du XVIe siècle, Crec-Bihan (seul le socle et le fût subsistent), Le Goaz (il date de 1580)[47].
  • Le calvaire de Croas-Lidou, situé à Clénucan, date du XVIIe siècle (il a été érigé en 1640 par Ian Lidou, d'où son nom[47]); il a été déplacé et restauré en 2012[48].
  • Le manoir de Clénucan

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Le manoir du Cosquer.
  • Le monument aux morts de la Première Guerre mondiale.

Personnalités liées à la communeModifier

 
Acte du mariage de Noël Legault avec Marie Besnard le 18 novembre 1698 en l'église Notre-Dame de Montréal (Nouvelle-France).
  • Noel Le Goff (1674-1747) : pionnier du Canada français, fils de Roch Le Goff et Marie Galiou, né le 13 juin 1674 à Irvillac, il est l'ancêtre de tous les Legault du Canada dont François Legault, né en 1957, Premier ministre du Québec depuis le 18 octobre 2018.
  • Léontine Drapier-Cadec (1895-1995) : écrivain et institutrice française.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  1. Vincent de Kerouartz, né le à Lannilis, décédé le à Daoulas,
  2. René Le Pontois, sénéchal et premier magistrat de la vicomté du Faou, marié en 1666 avec Catherine Derrien, décédé le à Landerneau
  3. Aucune trace d'un Louis Bouin n'existe dans le registre paroissial d'Irvillac
  4. Henri Le Forestier de Quillien, né le à Daoulas.
  5. Jean Goulard, né le à Irvillac.
  6. François Marhic, né le à Irvillac, maréchal des logis au 28e régiment d'artillerie, tué à l'ennemi le à Tahure (Marne).
  7. Paul Gouriou, né le à Lambézellec
  8. René Gourvès, né le à Hanvec, matelot mécanicien à bord du sous-marin Surcouf, coulé par un hydravion américain dans le Golfe du Mexique à la suite d'une méprise ; il a été décoré de la Médaille militaire, de la Croix de guerre et de la Médaille de la Résistance
  9. Jean Marhic, né le à Irvillac.
  10. François Gouriou, né le à Saint-Éloy, décédé le à Kerdanet en Irvillac.
  11. Alain Montfort, né le à Creach Camel en Irvillac, décédé le à Creach Camel en Irvillac.
  12. Armand-Prosper Julien, né le 26 messidor an II () à Brest, décédé le au bourg d'Irvillac.
  13. Jean-Noël Marhic, né le à Irvillac, décédé le à Irvillac.
  14. Ollivier Marhic, né le à Pendreff en Irvillac, décédé le à Creis Bras en Irvillac.
  15. Yves Marhic, né le à Irvillac, décédé le à Irvillac.
  16. Yves Quillec, né le à Irvillac, décédé le à Irvillac.
  17. Christophe Le Stum, né le à Craonguilly en Irvillac, décédé le au bourg d'Irvillac.
  18. Jean Romeur, né le à Irvillac, décédé le à Landerneau.
  19. Jean Pédel, né le au bourg de Loperhet, décédé le à Irvillac.
  20. Jérôme Denniel, né vers 1931, décédé en janvier 2014, voir https://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/daoulas/irvillac/necrologie-deces-de-jerome-denniel-ancien-maire-10-01-2014-2363055.php

RéférencesModifier

  1. Louis Chauris, Mise en œuvre de quelques microgranites du centre Finistère dans les constructions, Société géologique et minéralogique de Bretagne, "Bulletin de la Société géologique et minéralogique de Bretagne", 2010, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9687436n/f64.image.r=Irvillac?rk=729617;2
  2. http://www.voies-romaines-bretagne.com/vrom2/quimper-landerneau.html
  3. http://irvillac.over-blog.com/article-30768695.html
  4. Hervé Abalain, « Noms de lieux bretons - Page 74, Editions Jean-paul Gisserot, ([[International Standard Book Number|ISBN]] [[Spécial:Ouvrages de référence/2877474828|2877474828]]) » (consulté le 18 janvier 2017)
  5. Hervé Abalain, op. cit.
  6. http://war.hentchou.irvilhag.over-blog.com/article-une-torsade-d-or-dans-un-champ-a-irvillac-71327737.html et http://war.hentchou.irvilhag.over-blog.com/2014/11/les-peripeties-de-la-torsade-d-or-d-irvillac.html
  7. L. Azema, Scories ferrugineuses du Finistère, Bulletin de la Société de Sciences naturelles de l'ouest de la France, 1911, Gallica
  8. « Un blason pour la commune d'Irvillac », sur Keleier Irvilhag, (consulté le 22 janvier 2014)
  9. Arthur Le Moyne de La Borderie, "Du rôle historique des saints de Bretagne dans l'établissement de la nation bretonne armoricaine", 1883, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57664811/f20.image.r=Irvillac?rk=1051507;2
  10. a et b Jean-Baptiste Ogée, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 4, 1780, consultable https://archive.org/details/dictionnairehist04og
  11. a et b http://www.infobretagne.com/irvillac.htm
  12. Pol Potier de Courcy, "Nobiliaire et armorial de Bretagne", tome 2, 1862, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f118.image.r=Irvillac?rk=1545072;0 et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5406239c/f172.image.r=Irvillac?rk=1545072;0
  13. a b et c Andrée Le Gall-Sanquer, Jean-Luc Richard, Marie-Louise Richard, L'or bleu (An aour glaz) : le lin au pays de Landerneau-Daoulas, Association Dourdon, Cloître Imprimeurs, 2005, [ (ISBN 2-9505493-1-4)]
  14. a b et c Le terme village en Finistère est utilisé en lieu et place de celui de hameau. La commune (ou paroisse) comprend son bourg et ses villages.
  15. Edm.-M. P. Du V, "Le R. P. Julien Maunoir, de la Compagnie de Jésus, apôtre de la Bretagne au XVIIe siècle", 1869, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k63707557/f185.image.r=Irvillac?rk=1502153;2
  16. http://www.adu-brest.fr/Des%20LE%20PONTOIS.pdf
  17. Comptes-rendus, procès-verbaux, mémoires… de l'Association bretonne, Agriculture, Archéologie, 1912, consultable sur Gallica
  18. "Ordonnance... portant imposition pour la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne", 1759, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k97412315/f7.image.r=Plovan?rk=21459;2
  19. Personnes en âge de communier
  20. Henri Mérou, " Les combattants français de la guerre américaine, 1778-1783 : listes établies d'après les documents authentiques déposés aux Archives Nationales et aux Archives du Ministère de la guerre", 1903, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5525402h/f176.image.r=Irvillac?rk=2768254;0
  21. Archives parlementaires de 1787 à 1860 ; 2-7. États généraux ; Cahiers des sénéchaussées et bailliages, série 1, tome 5, Gallica
  22. "Collection complète des lois promulguées sur les décrets de l'assemblée nationale, imprimée par ordre de l'assemblée nationale", tome 12, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5685361x/f313.image.r=Irvillac?rk=21459;2
  23. Eugène Mangenot, "La déportation ecclésiastique de l'an II : (novembre 1793 - avril 1795) : sur les pontons de Rochefort", 1934, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9692990w/f16.image.r=Irvillac?rk=1373397;2
  24. Bulletin des lois de la République française no 133 sur Gallica.
  25. A. Marteville et P. Varin, "Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne", tome 2, 1853, consultable https://books.google.fr/books?id=MZIPAAAAQAAJ&printsec=frontcover&dq=bibliogroup:%22Dictionnaire+historique+et+g%C3%A9ographique+de+la+province+de+Bretagne%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj0loWWz53cAhXLy4UKHStOANQQ6wEIQDAE#v=onepage&q=Irvillac&f=false
  26. Journal La Presse, n° du 13 septembre 1859, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k478450n/f2.image.r=Irvillac?rk=42918;4 et n° du 6 décembre 1873, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k514520k/f2.image.r=Irvillac?rk=21459;2
  27. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", avril 1873, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5565206k/f145.image.r=Irvillac
  28. "Rapports et délibérations / Conseil général du Finistère", 1879, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55621158/f291.image.r=Tr%C3%A9hou?rk=85837;2
  29. Benjamin Girard, "La Bretagne maritime", 1889, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5744832r/f285.image.r=Irvillac
  30. Journal La Lanterne du 9 juillet 1887, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7504458f/f3.image.r=Irvillac?rk=21459;2 et n° du 31 octobre 1887, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75045722/f3.image.r=Irvillac?rk=42918;4 ; journal L'Intransigeant, n° du 30 octobre 1887, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7773724/f2.image.r=Irvillac?rk=21459;2 ; etc.
  31. Journal Le Radical, n° du 19 juin 1895, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7618680q/f3.image.r=Irvillac?rk=64378;0
  32. Fanch Broudic, L'interdiction du breton en 1902, Coop Breizh, (ISBN 2-909924-78-5)
  33. Y. Milon, Observations sur quelques gîtes de kaolin de Bretagne, et leur répartition, "Bulletin de la Société géologique et minéralogique de Bretagne", janvier 1936, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96890809/f93.image.r=Irvillac?rk=1802584;0
  34. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 28 septembre 1908, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k641936j/f1.image.r=Irvillac?rk=278971;2
  35. a b et c http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=29086&pays=France&dpt=29&idsource=29539&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=0
  36. "Livre d'or du clergé & des congrégations 1914-1922 : la preuve du sang", 1925, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k96935984/f1082.image.r=Irvillac?rk=3218900;0
  37. Journal L'Homme libre, n° du 25 juin 1936, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k7597525t/f1.image.r=Irvillac?rk=1030048;0
  38. Journal L'Ouest-Éclair, n° du 20 mars 1938, consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k630998v/f4.image.r=Forsquilly
  39. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=25934
  40. https://www.letelegramme.fr/finistere/irvillac/16-aout-1944-18-victimes-parmi-les-resistants-15-08-2017-11629661.php
  41. Éric Rondel, La Bretagne bombardée, 1940-1944, éditions Ouest et Cie, 2011, [ (ISBN 9-782364-28007-6)]
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  46. http://war.hentchou.irvilhag.over-blog.com/article-la-chapelle-notre-dame-de-lorette-une-restauration-indispensable-68486591.html
  47. a et b http://croix.du-finistere.org/commune/irvillac.html
  48. https://www.letelegramme.fr/local/finistere-nord/brest/daoulas/irvillac/patrimoine-le-calvaire-de-croas-lidou-mis-en-place-17-12-2012-1945675.php

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :