Mignonne

rivière française

Mignonne
(Rivière de Daoulas)
Illustration
Caractéristiques
Longueur 21 km
Bassin 111 km2
Débit moyen 1,47 m3/s
Nombre de Strahler 1
Organisme gestionnaire Sage de l'Élorn
Cours
· Localisation Monts d’Arrée
· Altitude 250 m
Embouchure Rade de Brest
· Localisation Port de Daoulas
· Altitude m
· Coordonnées 48° 21′ 38″ N, 4° 15′ 42″ O
Géographie
Principaux affluents
· Rive droite La Boissière (ruisseau)
Pays traversés France
Région Bretagne
Département Finistère
Communes Daoulas, Irvillac, Saint-Urbain, Saint-Eloy, Le Tréhou, Tréflévénez, Sizun.

La Mignonne ou Rivière de Daoulas est un petit fleuve côtier du Finistère (Bretagne). Sa source se trouve dans les monts d'Arrée sur le territoire de la commune de Sizun. Ce cours d'eau arrose la commune du Tréhou, puis sépare les communes de Saint-Urbain et Irvillac avant de se jeter dans la rade de Brest après avoir traversé Daoulas où se trouve son embouchure, qui forme une ria connue sous le nom de « Rivière de Daoulas ».

ToponymieModifier

La Mignonne, est dite aussi rivière de Daoulas ou ruisseau la Mignonne[1].

Son nom français lui a été attribué au XXe siècle (son nom breton se traduit simplement en rivière de Daoulas)[réf. nécessaire].

GéographieModifier

Située en Bretagne, au nord-ouest du Finistère, la Mignone est un fleuve côtier[2] d'un linéaire total de 21 km fourni par un bassin versant de 111 km2[3]. Son débit moyen annuel est de 1,47 m3/s[4], mais ce cours d'eau connaît périodiquement des crues qui peuvent être dévastatrices : par exemple le , le moulin de Stang Meyet, à la limite des communes de Saint-Urbain et Irvillac fut inondé[5] ; il le fut à nouveau le .

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La vallée de la Migonne, très encaissée dans sa partie aval, a nécessité la construction d'un viaduc (dit « viaduc de Daoulas », mais situé en fait sur le territoire de la commune de Saint-Urbain) pour que la voie ferrée allant de Quimper à Landerneau puisse la franchir.

AffluentsModifier

HistoireModifier

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, décrivent ainsi la Rivière de Daoulas en 1843 :

« Daoulas (rivière de) . On donne ce nom au bras de mer qui joint Daoulas à la rade de Brest, et qui remonte un peu au-dessus de la première de ces villes. La rivière de Daoulas en reçoit plusieurs petites, entre autres le Cosquer et le Pont-Mein, qui prennent leur source en La Martyre et Le Tréhou. Ces trois cours d'eau réunis font tourner 21 moulins, en traversant les communes qui précèdent, et en outre celles de Saint-Éloi, Tréflévénez, Yrvillac et Saint-Urbain[6]. »

En 1879, un rapport du Conseil général du Finistère indique qu' « une portion considérable et très habitée du terrain situé (...) entre les bourgs du Tréhou, d'Irvillac et de Saint-Éloy » se trouve dépourvue de routes praticables pour atteindre Landerneau et que les habitants ne peuvent atteindre cette localité sans faire des détours qui allongent leurs parcours de 6 à 8 kilomètres, à moins de passer la rivière de Daoulas à un gué souvent impraticable et difficilement abordable[7]. L'ancien chemin d'avant la route royale aménagée au XVIIIe siècle allant de Quimper à Landerneau passait par Irvillac et franchissait la Mignonne à Stang Meyet où subsiste le vieux pont (antérieurement un gué) qui permettait de franchir ce cours d'eau[8].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Sage Elorn, Plan d'aménagement et de gestion durable : Version approuvée par la CLE du 08/07/2009, , 119 p. (lire en ligne),
  • Fédération du Finistère pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique, Description des habitats piscicoles et estimation du potentiel de production en juvéniles de Saumon atlantique (salmo salar, L.) sur les bassins versant de la Mignonne, du Camfrout et de la rivière du Faou : Contrat de projet État-Région 2007-2013 - Volet poissons migrateurs, Quimper, , 45 p. (lire en ligne [PDF]).

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier