Médaille de la Résistance française

décoration française

Médaille de la Résistance française
Illustration.
Avers
Seconde illustration.
Revers
Médaille de la Résistance française avec rosette.
Conditions
Décerné par Drapeau de la France France
Type Médaille
Décerné pour Actes remarquables de foi et de courage qui, en France, dans l'empire et à l'étranger, auront contribué à la résistance du peuple français
Éligibilité Militaires ou civils
Statistiques
Création
Total 65 000 dont 4 500 avec rosette
Ordre de préséance
Illustration.
Ruban de la médaille de la Résistance sans rosette
Seconde illustration.
Ruban de la médaille de la Résistance avec rosette

La médaille de la Résistance française est une décoration française instituée le à Londres par ordonnance du général de Gaulle, chef de la France combattante[1]. Son objet était de « reconnaître les actes remarquables de foi et de courage qui, en France, dans l'Empire et à l'étranger, auront contribué à la Résistance du peuple français contre l'ennemi et contre ses complices depuis le  ». Il s'agit, après l'ordre de la Libération, de la seconde et seule autre décoration créée pendant la Seconde Guerre mondiale par le général de Gaulle.

La médaille de la résistance avec la rosette et sans la rosette.

HistoriqueModifier

Lors de leur évasion, par l'intermédiaire de Jean Sainteny du réseau Alliance, Claude Hettier de Boislambert et Antoine Bissagnet passent un contrôle de gendarmerie ; cette tension nerveuse qu'ils ressentent les fait réfléchir à une décoration spécifique pour les actes de résistance. C'est sur leur suggestion qu'est donc créée la médaille de la Résistance[2].

AttributionModifier

La médaille de la Résistance française a été conférée à 65 029 personnes dont 25 722 à titre posthume, appartenant aussi bien aux Français libres qu'à la Résistance intérieure. Elle a été également attribuée à 18 collectivités territoriales, à 21 unités militaires des quatre armées et à 15 autres collectivités (lycées, hôpitaux, couvents, etc.)[3].

Cette distinction a été décernée à 65 295 résistants et dans son grade supérieur, la médaille de la Résistance avec rosette, à 4 586 personnes[4],[5].

La médaille de la Résistance française n'est plus attribuée depuis le , sauf au titre de la Résistance en Indochine, pour laquelle le délai a été prorogé jusqu'au .

La médaille de la Résistance française n'a été conférée que par décret du chef de la France combattante, du président du Gouvernement provisoire de la République puis, à partir du , du président de la République.

Elle peut encore être attribuée, à titre posthume, dans les mêmes conditions, mais uniquement à des personnes tuées pendant la guerre ou mortes en déportation à la suite de faits de résistance.

InsigneModifier

  • Médaille : ronde, en bronze patiné ou doré, d'un module de 37 mm. L'avers représente un bouclier circulaire frappé d'une croix de Lorraine avec, en exergue, «  » écrit en chiffres romains (XVIII.VI.MCMXL). Le revers comporte l'inscription latine « Patria non immemor » (la Patrie n'oublie pas) ;
  • Ruban : noir traversé verticalement par deux bandes rouges latérales de 3 millimètres de large et quatre bandes de 1 millimètre, dont deux médianes espacées de 2 millimètres, et deux intermédiaires distantes des médianes de 6 millimètres. Lorsque la décoration est décernée avec rosette, une rosette noire et rouge prend place sur le ruban.

TitulairesModifier

  • Titulaire de la médaille de la Résistance française dans catégorie.

Collectivités décoréesModifier

 
Médaille de la résistance avec rosette.

La médaille de la Résistance française a été décernée à un certain nombre de collectivités : 18 communes (dont une outre-mer), 15 collectivités civiles (associations, hôpitaux, etc.), 21 unités militaires (régiments, bateaux, etc.)[6].

Avec rosetteModifier

Sans rosetteModifier

Notes et référencesModifier

  1. Ordonnance n°42 instituant une médaille de la Résistance française.
  2. Henri Noguères et Marcel Degliame-Fouché, Histoire de la Résistance en France de 1940 à 1945 : Et du Nord au Midi : novembre 1942-septembre 1943, vol. 3, Paris, Éditions Robert Laffont, , 764 p. (ISBN 978-2-221-23604-8, lire en ligne), chap. 11 (« Novembre 1942 »)
  3. La médaille de la Résistance
  4. La commission nationale de la médaille de la Résistance française, Musée de l'Ordre de la Libération, (lire en ligne)
  5. Ordonnance relative à l'attribution de la médaille de la Résistance française.
  6. « LES COLLECTIVITÉS MÉDAILLÉES », sur ordredelaliberation.fr.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Association nationale des médaillés de la Résistance française, Liste des médaillés de la Résistance : médaille de la Résistance française – Annuaire des médaillés de la Résistance française, édité par Brodard et Taupin, 1953. — Avec reproduction d'une lettre manuscrite du général de Gaulle du . Cet ouvrage donne le nom du récipiendaire, sa date de naissance, son grade (médaille ou rosette), la date du décret d'attribution, la date du Journal officiel.
  • Eloïse Deligny, Les femmes médaillées de la Résistance avec rosette, 1940-1947 : engagement, lutte, reconnaissance, 2020.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier