Ouvrir le menu principal

Discographie de Juliette Gréco

DiscographieModifier

Établie principalement d'après l'historique inclus dans l'intégrale des enregistrements de Juliette Gréco, L'Éternel féminin[1].

Albums studioModifier

Années 1950Modifier

Note : le premier disque enregistré par Juliette Gréco est édité en 78 tours par le label Columbia Records et paraît en novembre 1950 avec trois titres[1] :

Note : en 1951, elle est la première artiste à enregistrer pour le tout nouveau label Philips qui inaugure donc sa production avec le 78 tours N 72.000 H (Amours perdues) qui paraît en septembre 1951[1].

Années 1960Modifier

Années 1970Modifier

Années 1980Modifier

Années 1990Modifier

Années 2000Modifier

Années 2010Modifier

Albums en publicModifier

Années 1950Modifier

Années 1960Modifier

Années 1980Modifier

Années 1990Modifier

Années 2000Modifier

CompilationsModifier

Extrêmement nombreuses depuis l'avènement du CD, parmi ces compilations, trois éditions combinant titres essentiels avec d'autres moins connus :

ContributionsModifier

Anthologies et intégraleModifier

AnthologiesModifier

IntégraleModifier

  • 2003 : L'Éternel féminin, intégrale 1947-1997 (inclus inédits radio/INA) en 21 CD Mercury Records 980 042-6.

Album-gagModifier

En 1966, Claude Dejacques, producteur chez Philips, a une idée amusante. Il conçoit de sortir, pour le 1er avril, un album-gag dans lequel les plus grands artistes maison échangent leurs tubes respectifs. Ainsi, Gréco reprend Le Folklore américain de Sheila et Le Jouet extraordinaire de Claude François tandis que France Gall reprend Jolie Môme, un grand succès de Gréco en 1961, Anne Sylvestre et Barbara reprenaient Les Zozos de Pierre Perret, Claude Nougaro La Javanaise et Si j'avais un marteau, Johnny Hallyday Le Parapluie et Le Petit Cheval de Georges Brassens, etc. Comme beaucoup d'idées originales, l'album poisson d'avril 1966 restera dans les placards de Philips, on ignore pour quelles raisons. Néanmoins, les deux enregistrements historiques de Gréco seront inclus dans le volume 8 de son intégrale L'Éternel féminin parue en 2003.

Livre audioModifier

Juliette Gréco a prêté sa voix pour un livre audio, Lettres à sa fille de Madame de Sévigné, publié aux Éditions des femmes, dans la collection Bibliothèque des voix (1987).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Juliette Gréco reprendra en 1959 Je hais les dimanches, accompagnée cette fois par Alain Goraguer et son orchestre dans le cadre du « réenregistrement d'une dizaine de titres pour un 33 tours 25 cm commémorant ses dix ans de chanson. Puisque la stéréo arrive, Philips veut pouvoir proposer rapidement un fond de catalogue convaincant aux premiers acheteurs des nouveaux appareils “Hi-fi stéréo”. » Notes de Bertrand Dicale dans le volume 4 (Si tu t'imagines) de l'intégrale L'Éternel Féminin.
  2. Manouchka, alias Monette Triadou, qui deviendra l'épouse de Boby Lapointe.
  3. Adaptation française par Françoise Sagan de la pièce de théâtre de Tennessee Williams (Théâtre de l'Atelier, 1971).
  4. Réédition de l'album en CD en 1998 sous le label Bear Family BCD 16238. Réédition de la chanson dans le volume 7 de l'intégrale L'Éternel Féminin.
  5. Équivalent du Sonorama français.

RéférencesModifier

  1. a b c et d Source : livrets de l'intégrale discographique 1947-1997 de Juliette Gréco, L'Éternel Féminin, 21 CD Universal/Mercury Records 980 042-6, 2003.
  2. La pièce dans Les Archives du spectacle