Chœurs de l'Armée rouge

ensembles musicaux officiels de la fédération de Russie

Les Chœurs de l'Armée rouge, sont deux ensembles officiels de la fédération de Russie. Ces ensembles sont les Chœurs de l'Armée rouge Alexandrov, fondé en 1928 par Alexandre Alexandrov, actuellement sous la tutelle du ministère de la Défense, puis les Chœurs de l'Armée rouge MVD, fondé en 1973 et actuellement sous la tutelle de la garde nationale[1].

Ensemble académique de chant et de danse de l'Armée russe A. V. AlexandrovModifier

HistoireModifier

Création et débutsModifier

 
L'ensemble à ses débuts.

À l’occasion du dixième anniversaire de la création de l’Armée rouge, un ensemble fut créé au sein même de l’armée, dans le but de promouvoir l’histoire de l’Armée rouge et de ses héros. C’est en 1928 que le projet voit le jour à l’initiative de responsables dans le domaine de la culture et de l’art. En 1938, l’un d’entre eux Alexandre Alexandrov, accède à la direction de l’ensemble. Cependant, il a joué un rôle prépondérant depuis la création de l’ensemble, en tant que chef d’orchestre, directeur artistique et directeur musical, et est considéré aujourd’hui comme le fondateur de l’ensemble. En 1978, en son hommage, on ajoute son patronyme à celui de l’ensemble[2]. En 2019, une rame de métro de Moscou est dédiée à l'ensemble qui fête cette année là le 90e anniversaire de sa fondation[3].

L’ensemble se produit pour la première fois en octobre 1928 à la Maison centrale de l’Armée rouge, alors composé de seulement douze soldats artistes, et Alexandre Alexandrov lui-même en tant que chef d’orchestre. Ils poursuivent leur représentations notamment en Extrême-Orient russe la même année, dans le but d’accroître le moral des troupes en poste à la construction du réseau ferroviaire. On dénombre 135 membre en 1935, et la même année, l’ensemble reçoit l’ordre du Drapeau rouge[4], l’une des plus hautes décorations militaires de l’Union soviétique. Ils participent également à l’Exposition universelle de 1937 à Paris, événement au cours du quel ils reçoivent le Grand Prix.

Seconde Guerre mondialeModifier

Durant la Grande Guerre patriotique, l'ensemble se produit sur tous les fronts du pays, aux côtés des troupes prêtes à être déployées, sur le champ de bataille, dans les tranchées, sur les terrains d'aviation, mais aussi dans les hôpitaux. Ils mettent ainsi leur service pour ce dont ils ont été formés initialement : exalter l'idéal révolutionnaire du pays et remonter le moral des troupes et de la patrie. Durant les premiers jours qui suivent l'opération Barbarossa, Alexandre Alexandrov compose la chanson Guerre sacrée, qui deviendra l'un des chants les plus célèbres de la Grande Guerre patriotique. Une composition d'Alexandre Alexandrov est également adoptée comme hymne national par Joseph Staline en 1944, cet hymne dont les paroles ont été modifiées à plusieurs reprises au cours de l'histoire demeure encore aujourd'hui l'hymne national de la fédération de Russie. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l'ensemble aura livré plus de 1 400 concerts[5] à travers tout le pays. Alexandre Alexandrov décède en 1946 et laisse son fils, Boris Alexandrov, prendre la direction de l'ensemble.

Sous la direction de Boris AlexandrovModifier

Boris Alexandrov accède à la direction de l'ensemble suite au décès de son père Alexandre Alexandrov, survenu en juillet 1946, après dix-huit ans de direction. Dans les projets de son père, Boris Alexandrov produit un concert au Gendarmenmarkt à Berlin la même année, s'intitulant le Concert de la Paix[6] à l'occasion de la victoire des pays Alliés sur les forces de l'Axe. Cette victoire accroît considérablement la popularité et l'influence de l'ensemble, enchaînant ainsi des tournées à travers le monde entier, comme en France, en Tchécoslovaquie, à Cuba[7] ou bien au Royaume-Uni. Boris Alexandrov produit un film en 1972 s'intitulant Quand les soldats chantent (en russeКогда поют солдаты)[8] qui dure une cinquantaine de minutes et dans lequel on peut visionner des extraits de chansons populaires du répertoire de l'ensemble. Boris Alexandrov prend sa retraite en 1987 et décède quelques années plus tard en 1994.

Accident d'avionModifier

Le 25 décembre 2016, environ un tiers des artistes de l'ensemble dont leur chef le lieutenant général Valéry Khalilov périssent dans un accident d'avion près de Sotchi[9]. La troupe se rendait en Syrie dans le secteur de Lattaquié[10]. Accompagnés notamment par neuf journalistes, les chanteurs du chœur s'apprêtaient à passer le Nouvel An avec les forces russes basées en Syrie[10],[9].

Tournée mondiale et européenne du 90e anniversaireModifier

Le 12 octobre 2018, les Chœurs de l'Armée rouge célèbrent le 90e anniversaire de leur fondation[3]. Cette tournée anniversaire commence au théâtre du Bolchoï à Moscou en octobre 2019, où l'ensemble produit par Thierry Wolf[11] accueille d'autres ensembles notoires comme le ballet Moïsseïev et le ballet du Bolchoï[réf. souhaitée]. Le colonel Guennadi Satcheniouk et son impresario Thierry Wolf décident d'une grande tournée mondiale et l'ensemble se produit par la suite en France, en Suisse et en Belgique en mars et en avril 2019[12], ensuite dans de nombreux autres pays comme la Serbie la Tchéquie, l'Italie ou et la Chine[13] puis terminent pas une semaine de représentation à Montréal au Canada[14], où ils accueillent sur scène Isabelle Boulay et le poète Gilles Vigneault[15].

Après avoir annulé une série de concert à case du confinement lié à la pandémie de Covid-19, les Chœurs de l'Armée rouge font leur retour sur scène à Moscou le 24 juin 2020[16].

SolistesModifier

Voici une liste non exhaustive de solistes notoires de l'ensemble depuis sa création.

Quasiment tous les solistes sont associés à certaines chansons en fonction de leur tessiture. Ainsi les solistes Vadim Ananiev, Victor Nikitine et Evgueni Beliaïev sont indissociables de la chanson Kalinka, par exemple. Vadim Ananiev et Victor Nikitine ont d'ailleurs reçu le surnom de « Mister Kalinka ».

CollaborationsModifier

Total Balalaika ShowModifier

 
L'ensemble en 2009 à Varsovie avec sa troupe de danseurs.

En 1993, l'ensemble se produit avec le groupe finlandais Leningrad Cowboys, connus non seulement en Finlande, mais également à travers de nombreux pays, pour proposer régulièrement des reprises de tubes internationaux dans des versions improbables, et souvent proches de la tendance heavy metal. L'idée séduit côté russe et aboutit dans les mois qui suivent au Total Balalaika Show. En plein centre de Helsinki, sur la place du Sénat et devant 70 000 spectateurs, les artistes finlandais et russes interprètent dans des versions inattendues des morceaux tels que Happy Together, Sweet Home Alabama ou encore Knockin' on Heaven's Door.

Fredericks Goldman JonesModifier

L'ensemble collabore avec le groupe français Fredericks Goldman Jones dans l'album Rouge sorti en 1993, en participant notamment à la chanson du même nom. Par conséquent, l'ensemble participe également à la tournée Rouge de 1994[17] et à la Tournée des Campagnes de 1995[18]. Après êtres apparus sur l'antépénultième chanson Il suffira d'un signe, ils sont introduits par Jean-Jacques Goldman en ces mots :

« Ils ont fait pas mal de kilomètres pour être parmi nous.. Il a fallu que beaucoup de choses se passent aussi. Enfin, j'ai le bonheur de vous présenter les chœurs de l'Armée rouge »

Ils interprètent donc la chanson Rouge, puis une partie de Puisque tu pars qui clôture le spectacle. L'ensemble figure aussi sur l'album Du New Morning au Zénith, enregistré à l'occasion de la tournée Rouge.

En 2009, Les Chœurs de l'Armée rouge Alexandrov se produisent pour le Concours Eurovision de la chanson[19] avec les solistes Vadim Ananiev, surnommé « Mister Kalinka », pour interpréter la chanson traditionnelle Kalinka, puis Valeri Gavva pour interpréter la chanson Les Yeux noirs.

Isabelle BoulayModifier

A la demande de leur producteur Thierry Wolf, les Chœurs de l'Armée rouge accueillent la chanteuse canadienne Isabelle Boulay[20] durant sept concerts à Montréal du 26 au 30 décembre 2019 sur la scène de la Maison de la Musique[21].

Ensemble académique de chant et de danse des troupes de la Garde nationale de la fédération de RussieModifier

HistoireModifier

Sous la direction de Victor EliseïevModifier

 
L'ensemble avec son directeur Victor Elisseev au fort de la Pompelle, près de Reims, à l'occasion des Journées de l'Histoire et de l'International[22] en 2017.

L'ensemble ouvre les Jeux olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi avec une reprise[23] de Get Lucky[24] du groupe Daft Punk, 30 ans après avoir ouvert les Jeux olympiques d'été de 1980 à Moscou.

En 2016, l'ensemble est affectée à la toute nouvelle Garde nationale et se détache par conséquent du ministère de l'Intérieur, connu sous le sigle MVD.

La dénomination officielle actuelle de l'ensemble est « Ensemble académique de chant et de danse des troupes de la Garde nationale de la Fédération de Russie »[25].

L'ensemble s'est ainsi produit plus de 8 000 fois devant plus de 25 millions de spectateurs à travers le monde. En 1993, l'ensemble reçoit le titre d'ensemble « académique »[26].

CollaborationsModifier

Vincent NicloModifier

En 2012, le ténor français Vincent Niclo souhaite réaliser un album reprenant de grands airs d'opéra avec l'ensemble. Il contact Thierry Wolf [27], impressario de l'ensemble qui propose au général Victor Eliseev de produire un album[28]. L'ensemble invite alors Vincent Niclo sur leur tournée française produite par FGL PRODUCTIONS en mars 2012[29] pour qu'il y interprète Ameno et La Marseillaise, deux titres issus de l'album en préparation : Opéra rouge. Ils sortent ensemble l'album Opéra rouge le qui remportera un réel succès, en restant cinquième des ventes pendant six semaines consécutives.

Vincent Niclo fut invité à deux reprises au Kremlin de Moscou pour interpréter aux côtés de l'ensemble, une fois en novembre 2012[30] puis une seconde fois en octobre 2018[31]. En mars 2013, ils effectuent une tournée[32] des Zénith en France, en Suisse et en Belgique. Après 37 représentations à guichets fermés, l'ensemble reçoit un triple disque de platine pour près de 300 000 exemplaires vendus de l'album Opéra rouge. L'ensemble continue sa collaboration avec Vincent Niclo en sortant avec le label Deutsche Gammophon l'album O Fortuna[33] le 18 octobre 2013 en Allemagne.

Julia MigenesModifier

Lors de l'émission française 300 chœurs pour les fêtes diffusé le 25 décembre 2012 sur TF1, la soprano américaine Julia Migenes interprète[34] avec l'ensemble puis Vincent Niclo Libiamo ne' lieti calici, un extrait de l'opéra La Traviata de Giuseppe Verdi.

Céline DionModifier

Pour la sortie de son nouvel album Sans attendre, Céline Dion a réalisé un grand show le 24 novembre 2012, diffusé sur France 2, où elle a invité l'ensemble et Vincent Niclo, pour interpréter le titre All by myself[35]. Séduite par leur incroyable interprétation, Céline Dion a invité Vincent Niclo et l'ensemble à ouvrir les concerts qu'elle donnera en France et en Belgique à l'automne 2013[36].

Reprises de Get Lucky et HappyModifier

Pour la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver 2014 à Sotchi, Thierry Wolf[37] propose à l'ensemble d’interpréter le célèbre titre Get Lucky[24] de Daft Punk. L'événement est visionné par trois milliards de téléspectateurs à travers le monde[38].

Le 1er janvier 2015, ils décident de fêter la nouvelle année en reprenant le célèbre titre de Happy[39], de Pharrell Williams.

En 2013, une fausse troupe se faisant passer pour les Chœurs de l'Armée rouge a repris la chanson Skyfall d'Adele, dans une vidéo visionnée par des milliers de personnes.[réf. nécessaire] Suite à cela, l'ensemble académique Alexandrov reprit la chanson d'Adele lors d'une de leurs tournées[40].

Genres et caractéristiquesModifier

Chants et interprétationsModifier

Le répertoire des Chœurs de l'Armée rouge se compose essentiellement de chants traditionnels et sacrés, de musiques populaires, de chants patriotiques, de musiques militaires et d'airs d'opéra. On parle également de musique du monde lorsque l'on parle du genre musical des Chœurs de l'Armée rouge.

L'ensemble académique Rosgvardi[a] se démarque plus particulièrement des autres ensembles pour interpréter des chansons très diversifiées et inattendues comme Get Lucky, Sixteen Tons, ou même Sex Bomb.

Voici une liste non exhaustive d'œuvres qui ont été interprétées par les Chœurs de l'Armée rouge, tous ensembles confondus :

Instruments traditionnelsModifier

Si le genre des Chœurs de l'Armée rouge se démarque toujours par son originalité, c'est aussi principalement grâce aux instruments traditionnels et originaux russes qu'ils utilisent :

  • la domra : ancêtre de la balalaïka, la domra voit le jour au XVIe siècle ; elle a une caisse ronde, un long manche à trois cordes en métal et existe en plusieurs tailles.
  • la balalaïka : instrument de musique russe à cordes, de la catégorie des luths, la balalaïka descend de la domra. Cet instrument se caractérise par une caisse triangulaire qui existe, elle aussi, en plusieurs tailles.
  • le bayan : accordéon chromatique de Russie.
  • le basson russe : Ce basson tire son origine du modèle Regibo de 1789. Il est en bois, compte trois ou quatre parties détachables et se termine par une cloche, ou une tête droite, peinte, ou en laiton.
  • le cor russe : Cor de chasse droit ou légèrement courbé, de grand calibre, existe dans différentes tailles, de 20 centimètres à 210 centimètres, et il peut être en cuivre ou en laiton.

L'introduction des instruments comme la balalaïka et la domra au sein des Chœurs de l'Armée rouge, et des orchestres militaires russes en outre, est portée par Vassili Andreïev, qui a œuvré à l'introduction de la tradition russe au sein de la musique militaire russe de manière générale.

Compositeurs associésModifier

Liste non exhaustive des principaux compositeurs et paroliers, dont les œuvres ont été interprétées par les Chœurs de l'Armée rouge

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Variante abréviative pour désigner l'ensemble académique des troupes de la Garde nationale de la fédération de Russie. Le terme Rosgvardi (en russeРосгвардии) se compose de Ros- (fait référence à la Russie, aux russes) et de -gvardi (garde).

RéférencesModifier

  1. (ru) « Академический ансамбль песни и пляски войск национальной гвардии Российской Федерации » [« Ensemble académique de chant et de danse de la garde nationale de la Fédération de Russie »], sur rosguard.gov.ru (consulté le 24 février 2021)
  2. « Biographie | LES CHOEURS DE L'ARMEE ROUGE ALEXANDROV », sur choeurdelarmeerouge.com (consulté le 29 juin 2020)
  3. a et b « LES CHOEURS DE L'ARMEE ROUGE ALEXANDROV - Thierry Wolf | LES CHOEURS DE L'ARMEE ROUGE ALEXANDROV », sur choeurdelarmeerouge.com (consulté le 23 février 2021)
  4. (ru) « История Ансамбля - Академический ансамбль песни и пляски Российской Армии имени А.В.Александрова », sur redarmychorus.mil.ru
  5. (ru) « Ансамбль Александрова | История », sur alexandrov-fond.ru
  6. riverhouse2007, « Peace Concert, Gendarmenmarkt, Berlin, 1948: Nikitin sings Kalinka. » [« Concert de la Paix, Gendarmenmarkt, Berlin, 1948: Nikitine chante la Kalinka. »], sur youtube.com,
  7. Leonid Kharitonov (Леонид Харитонов), « The Red Army Choir's concert tour to Cuba, 1961 (documentary) » [« Concert des Chœurs de l'Armée rouge ; tournée à Cuba, 1961 (documentaire) »], représentation en présence notamment de Fidel Castro et de Che Guevara, à l'aube de la crise des missiles de Cuba, sur youtube.com,‎
  8. Santi ago, « "Когда поют солдаты..." Фильм / Краснознамённый ансамбль им. А. Александрова » [« "Quand les soldats chantent..." Film / Ensemble Alexandrov »], sur youtube.com,‎
  9. a et b (ru) « Почти все участники хора ансамбля имени Александрова были на борту Ту-154 » [« Presque tous les membres de chorale de l'ensemble Alexandrov étaient à bord du Tu-154 »], sur gazeta.ru,‎ .
  10. a et b « Crash en mer Noire, jour de deuil en Russie », sur lefigaro.fr,
  11. Daria Bonnin, « Retour sue Les Choeurs de l'Armée Rouge en concert Vendredi soir à L'Acropolis de Nice », sur francebleu.fr, (consulté le 23 février 2021)
  12. Les Choeurs de l'Armée Rouge Alexandrov - Officiel, « Les Choeurs de l'Armée Rouge - Tournée 2019 (France / Belgique / Suisse) », sur youtube.com, (consulté le 23 février 2021)
  13. « LES CHOEURS DE L'ARMEE ROUGE ALEXANDROV - Concert, Tournée, Spectacle | LES CHOEURS DE L'ARMEE ROUGE ALEXANDROV », sur choeurdelarmeerouge.com (consulté le 23 février 2021)
  14. « Les Chœurs de l’Armée Rouge - Maison symphonique | Place des Arts », sur placedesarts.com (consulté le 23 février 2021)
  15. Marie-Claude Lessard, « Les Choeurs de l’Armée rouge : la force du nombre », sur eklectikmedia.ca, (consulté le 29 juin 2020)
  16. « LES CHOEURS DE L'ARMEE ROUGE ALEXANDROV - Thierry Wolf | LES CHOEURS DE L'ARMEE ROUGE ALEXANDROV », sur choeurdelarmeerouge.com (consulté le 23 février 2021)
  17. Jean-Michel Fontaine, « Fredericks-Goldman-Jones, tournée Rouge 1994 », sur Parler d'sa vie, inconnu (consulté le 19 novembre 2015)
  18. Jean-Michel Fontaine, « Jean-Jacques Goldman, Tournée des Campagnes 1995 », sur Parler d'sa vie (consulté le 19 novembre 2015)
  19. Roman Koncur, « Aleksandrov Red Army Choir on Eurovision Song Contest 2009, Moscow [HQ] » [« Les Chœurs de l'Armée Rouge Alexandrov au Concours Eurovision de la chanson 2009, Moscou [HQ] »], sur youtube.com, (consulté le 29 juin 2020)
  20. Marc-Yvan Coulombe, « Les Choeurs de l'Armée rouge et Isabelle : en plein coeur ! | LES ARTSZÉ - le choix des Québécois », sur lesartsze.com, (consulté le 23 février 2021)
  21. Jean Siag, « Les Chœurs de l’Armée Rouge à Montréal pour les Fêtes | La Presse », sur lapresse.ca, (consulté le 23 février 2021)
  22. Béatrice Keller, « FORT DE LA POMPELLE : HOMMAGE AUX SOLDATS RUSSES », sur frontdechampagne.over-blog.com, (consulté le 31 janvier 2020)
  23. Super Catman, « 2014 Sochi Olympic Opening Ceremony », sur youtube.com,
  24. a et b el Corcho, « Russian Police Choir Covers Daft Punk s Get Lucky », sur youtube.com,
  25. (ru) « prikaz_o_zvanii.jpg (1000x1530) », Prikaze 596 - 27 septembre 1993, sur lubyanka13.ru,
  26. (ru) « Министерство културы Российской Федерации, Приказ 27.09.93 - 596 » [« Ministère de la culture de la fédération de Russie, Prikaze 27.09.93 - 596 »], sur lubyanka13.ru,‎
  27. when-the-red-army-choir-conquer-the-world-with-french-producer-thierry-wolf
  28. « L'Armée rouge ne manque pas de chÅ?urs », sur leparisien.fr, (consulté le 29 juin 2020)
  29. fglmusic, « Spot Choeurs de l'Armée Rouge - Tournée 2012 », sur youtube.com, (consulté le 29 juin 2020)
  30. DjukiNew1957, « AMENO - Vincent Niclo, les Chœurs de l'Armée Rouge (2012) », sur youtube.com
  31. DjukiNew1957, « AMENO - Vincent Niclo & MVD Ensemble (2018) », sur youtube.com (consulté le 25 janvier 2019)
  32. « Vincent Niclo en tournée avec Les Chœurs de l'Armée Rouge », sur France Bleu (consulté le 25 janvier 2019)
  33. Panorama, « The Red Army Choir & Vincent Niclo: "O Fortuna" Album Trailer », sur youtube.com (consulté le 25 janvier 2019)
  34. Patricia M, « Vincent Niclo, Julia Migenes & Les Chœurs de l'Armée Rouge - Libiamo », sur youtube.com (consulté le 25 janvier 2019)
  35. « Vincent Niclo : "Ma rencontre avec Céline Dion a changé ma carrière" », sur europe1.fr : « En 2012 lors d'une émission sur France 2, Vincent Niclo et les Chœurs de l'Armée rouge interprètent All by Myself devant Céline Dion. »
  36. Valerie Vantieghem, « Celine Dion Sans Attendre Tour 2013 - Vincent Niclo », Céline Dion « Sans attendre » au Palais des sports d'Anvers, sur youtube.com,
  37. « Entre vestiges communistes et "Get Lucky"…dans les coulisses des Choeurs de l’Armée Rouge », sur europe1.fr, (consulté le 29 juin 2020)
  38. « Russian police choir steal show at Sochi with 'Get Lucky' rendition » [« Le chœur de la police russe vole la vedette à Sotchi avec une interprétation de 'Get Lucky' »], sur dailymail.co.uk,
  39. « VIDEO. Russie : Les Chœurs de l'Armée rouge sont bien «Happy» - Le Parisien », sur leparisien.fr,
  40. Ансамбль Александрова, « Skyfall Ансамбль Александрова » [« Skyfall Ensemble Alexandrov »], sur youtube.com,‎ (consulté le 15 avril 2019)
  41. CD de l'ensemble avec la chanson Sombre Nuit.
  42. Banque d'enregistrement de toutes les chansons de l'ensemble

Liens externesModifier