Ouvrir le menu principal

Yvan Audouard

écrivain français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Audouard et Yvan.
Yvan Audouard
Description de l'image defaut.svg.
Naissance
Saïgon
(Cochinchine, Indochine française)
Décès (à 90 ans)
Paris
(France)
Activité principale
journaliste, dialoguiste

Yvan Audouard est un homme de lettres français, né le à Saïgon (aujourd'hui Hô-Chi-Minh-Ville) et mort dans le à Paris.

Il est le père de l'écrivain et éditeur Antoine Audouard (né en 1956).

Sommaire

BiographieModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

JeunesseModifier

Yvan Audouard est né d'un père lieutenant qui, à son retour de Saïgon, devient marchand de tabac et de journaux à Montélimar, avant de s'installer définitivement à Arles où il devient libraire avec son épouse ; tous deux sont natifs du Sud (Avignon et Marseille). Yvan Audouard passe une grande partie de son enfance à Arles et à Nîmes : il gardera pour la Provence une profonde tendresse et un accent caractéristique. Dans le livre Le Sabre de mon père (1999)[1] il raconte son enfance dans la maison familiale, rue Spinelli, dans le quartier de Saint-Mauront à Marseille, entre les années 1917 et 1919.

Durant sa jeunesse, il crée le fantaisiste Parti légitimiste mérovingien, ou encore milite en faveur du non moins fantaisiste Comité pour la commémoration du passage des Alpes par Hannibal. Il étudie à l'École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud à Arles[Information douteuse] [?] de 1940 à 1942.

JournalisteModifier

Yvan Audouard est journaliste au Journal replié à Lyon pendant la Seconde Guerre mondiale, et ensuite à Franc-Tireur en 1944 (souvent sous le pseudonyme de François Fontvieille). Tour à tour écrivain, humoriste, conteur, dialoguiste, il devient, à partir de 1945, journaliste à Paris dans divers organes de presse dont Paris-Presse, Paris Jour et l'ORTF. Il rejoint ensuite le Canard enchaîné où il travaille durant une trentaine d'années, en tenant notamment la chronique de critique de télévision de La boîte à images, ainsi que la chronique de contrepèteries intitulée Sur l'Album de la Comtesse. Il s'éloigne du journal dans les années 1990.

ÉcrivainModifier

Yvan Audouard publie plusieurs livres humoristiques, des pamphlets, ainsi qu'une série de romans policiers mettant en scène le personnage d’Antoine le vertueux.

Il évoque également à la fois ses souvenirs et son enfance et des contes provençaux dans Le Sabre de mon père (1999), la Provence et la Camargue, la tauromachie ou des personnages célèbres.

Lauréat du prix de l'Humour en 1953 pour À Catherine pour la vie et du prix Rabelais en 1956 pour Brune Hors Série, Audouard est également l'auteur des dialogues d'une vingtaine de films des années 1960, interprétés entre autres par Fernandel, Lino Ventura, Eddie Constantine. Il est le scénariste du film D'où viens-tu Johnny ? avec Johnny Hallyday. Il apparaît dans l'émission Italiques en 1971 dans un débat sur L'homme qui rit de Victor Hugo face à Jean Kerchbron[2]. Il est l'auteur de Lettre ouverte aux cons (1974), La connerie n'est plus ce qu'elle était (1993) et de Monsieur Jadis est de retour (1994), prix Paul-Léautaud.

ŒuvresModifier

PublicationsModifier

  • Liqueurs fortes, 1946.
  • Recherche de Paul Valéry, Albi, Éditions du Languedoc, 1946.
  • Au petit poil, Éditions du scorpion, 1949.
  • La Belle Embellie, Horay, 1953.
  • À Catherine pour la vie, Pierre horay, 1953.
  • Brune Hors Série, Éditions de Paris, 1955.
  • Vie à crédit, Horay, 1955.
  • Minute d'égarement, Série blonde, 1956.
  • Bout d'essai, Série blonde, 1956.
  • Cartouche ou la rage de vivre, Éditions de Paris, 1957.
  • À la belle hormone, Série blonde, 1957.
  • Les Lions d'Arles, Lausanne, La Thune Du Guay, 1957.
  • Cocagne, Lausanne, La Thune Du Guay, 1960.
  • Pas de panique, Plon, 1963.
  • Camargue, Rencontre, 1965.
  • Les Aventures du Vertueux : Le Vertueux a tous les vices, Plon, 1965.
  • Le Vertueux à Tahiti, Plon, 1965.
  • Les Chemins faciles, Plon, 1966.
  • Les Secrets de leur réussite, interviews presque imaginaires, Pauvert, 1967.
  • Le Vertueux descend à New York, Plon, 1967.
  • Le Vertueux chez les poulets.
  • Bons baisers de Fontvieille, Plon, 1970.
  • Audouard raconte Pagnol, Stock, 1973.
  • Lettre ouverte aux cons (Collection Lettre Ouverte), Albin Michel, 1974.
  • Il se fait tard pour faire la fête, Albin Michel, 1976.
  • Dîner avec Giscard, Plon, 1976.
  • L'Heure d'été, Stock, 1978.
  • La Complainte du malfrat perturbé, Jullian, 1979.
  • L'Apprenti fada, Stock, 1979.
  • Un homme à nous, Hachette, 1982.
  • La Clémence d'Auguste, Albin Michel, 1985.
  • Cinquante ans d'impertinence, Le pré aux Clercs, 1987.
  • Les nouveaux contes de ma Provence, Le pré aux Clercs, 1987.
  • Marie, Fixot, Collection « Le Mot et l'Image », 1987.
  • La Belle bleue, Fixot, 1989.
  • Almanach égoïste à l'usage de quelques-uns, Rivages, 1990.
  • Lettres de mon pigeonnier, Le pré aux Clercs, 1991.
  • Ma Provence. Romans et contes, Plon, 1993.
  • La connerie n'est plus ce qu'elle était, Plon, 1993.
  • Provence, Bergère de lumière et de vent, Laffont, 1995.
  • La Provence de village en village, avec Pierre Pellet, Éditions Ouest-France, 2007.

DiscographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Le Sabre de mon père, Paris, Robert Laffont, 1999.
  2. Italiques, deuxième chaîne de l'ORTF, novembre 1971.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier