Ouvrir le menu principal

Florence Véran

compositrice et interprète de chanson française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Véran.
Florence Véran
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Période d'activité
Nom de naissance
Éliane MeyerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Instrument
Genre artistique

Florence Véran, de son vrai nom Éliane Meyer (1922-2006), était une compositrice et une chanteuse française. Elle est inhumée à Pélussin (Loire).

Elle est la mère de la chanteuse Marianne Mille.

Sommaire

BiographieModifier

Formée au conservatoire classique, on compte à son actif de compositrice plusieurs grands succès des années 1950. Tout d’abord Gigi interprété par André Claveau en 1950. Ensuite, un titre qui créa l’événement, Je hais les dimanches (avec des paroles de Charles Aznavour), chanson initialement refusée par Édith Piaf mais acceptée par la jeune Juliette Gréco qui la défendit au concours de Deauville et reçut le « Prix Édith-Piaf d’interprétation » le . De ce fait, Édith Piaf voulut l’enregistrer et la grava au mois d’octobre de la même année. Piaf interpréta encore plusieurs compositions de Florence Véran, associée notamment à Robert Gall pour les paroles, avec le succès que fut Les Amants merveilleux en 1960.

En tant qu’interprète, Florence Véran enregistra quelques titres sans grand retentissement : Mon ami le Brésilien, Mon ami Pierrot, Dis-moi, tambour (paroles de Jacques Brel, en 1957). Elle anima un temps l’émission télévisée de music-hall, La Joie de vivre, produite par Henri Spade et Robert Chazal.

Ses interprètesModifier

Liste non exhaustive (par ordre alphabétique).

André ClaveauModifier

Philippe ClayModifier

Eddie DegronModifier

  • 1978 : Enregistrements de six chansons non éditées en discographie, paroles d'Eddie Degron

Lucienne DelyleModifier

Juliette GrécoModifier

  • 1951 : Je hais les dimanches, paroles de Charles Aznavour (prix Édith-Piaf d’interprétation au concours de la chanson de Deauville).
  • 1952 : Comme un enfant puni, paroles de Raymond Bravard
  • 1957 : Si l’amour est un péché, paroles de Claude Delécluse
  • 1968 : Le Roi Misère, paroles de Boris Bergman

Rina KettyModifier

Édith PiafModifier

Roger Pierre et Jean-Marc ThibaultModifier

DistinctionsModifier

Liens externesModifier