Ouvrir le menu principal

La Case de l'oncle Tom (film, 1965)

film sorti en 1965
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Case de l'oncle Tom (homonymie).
La Case de l'oncle Tom
Titre original Onkel Toms Hütte
Réalisation Géza von Radványi
Scénario Géza von Radványi et Fred Denger d’après le roman d’Harriet Beecher Stowe
Acteurs principaux
Sociétés de production Debora Film
Melodie-Film
SIPRO
Avala Film
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la République fédérative socialiste de Yougoslavie Yougoslavie
Genre Drame
Durée 125 min
Sortie 1965

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Case de l'oncle Tom (Onkel Toms Hütte) est un film franco-italo-germano-yougoslave réalisé par Géza von Radványi et sorti en 1965.

SynopsisModifier

Adaptation européenne du roman-fleuve d’Harriet Beecher Stowe contant la dramatique histoire d’une famille noire déchirée par l’esclavage dans le Sud des États-Unis avant la Guerre de Sécession.

Fiche techniqueModifier

  • Titre original : Onkel Toms Hütte
  • Titre français : La Case de l'oncle Tom
  • Titre italien : La capanna dello zio Tom
  • Titre yougoslave : Cica Tomina koliba
  • Titre anglais : Uncle Tom's Cabin
  • Réalisation : Géza von Radványi
  • Assistant à la réalisation : Gusti Brunjes-Goldschwendt
  • Scénario : Géza von Radványi et Fred Denger d’après le roman d’Harriet Beecher Stowe, La Case de l'oncle Tom (1852)
  • Direction artistique : Dragoljub Ivkov
  • Décors : Willi Schatz, Lazar Stefanovic
  • Costumes : Herbert Ploberger
  • Maquillages : Susi Krause, Raimund Stangl
  • Photographie : Heinz Hölscher
  • Cadrage : Sekula Banovic, Gerhard Fromm, Dieter Grob
  • Son : Michèle Neny
  • Montage : Victor Palfi, Hans Schubert, Will Williams
  • Musique : Peter Thomas
  • Scripte : Gusti Brunjes-Goldschwendt
  • Production : Aldo von Pinelli (alias Aldo Pinelli)
  • Producteur exécutif : Georg M. Reuther
  • Directeur de production : Hans Thilo Theilen
  • Sociétés de production[1],[2] : Avala Film (Yougoslavie), Debora Film (Italie), CCC Filmkunst (Central Cinema Company Films, Allemagne), Melodie-Film GmbH (Allemagne), Sipro (Société internationale de production de films, France),
  • Sociétés de distribution[1],[2],[3] : Nora Films (Allemagne), Francinor (France), Midi Cinéma Location (France), Rex Film (France), UGC (France), Les Films Grandvilliers (France), TV Cinéma (France)
  • Pays d’origine :   France |   Italie |   Allemagne |   Yougoslavie[4],[5],[6]
  • Langues originales : allemand, anglais
  • Format : couleur (Eastmancolor) :
  • Genre : drame
  • Durée : 125 minutes
  • Dates de sortie :
  • (fr) Classification et visa CNC : tous publics, visa d'exploitation no 30616 délivré le

DistributionModifier

ProductionModifier

CastingModifier

  • Dernier rôle à l'écran de John Kitzmiller (l'oncle Tom) qui succomba à une cirrhose quelques mois après le tournage de ce film.
  • Créditée en seconde position en tête d'affiche, Mylène Demongeot totalise pourtant moins de 30 minutes de présence à l'écran.
  • Alors qu'on reconnaît parfaitement sa voix dans l'unique scène où elle chante, Juliette Gréco a bizarrement été postsynchronisée par une autre comédienne dans la version française pour les courtes séquences dialoguées où elle figure.

TournageModifier

  • Intérieurs : en Yougoslavie, probablement à Belgrade, à confirmer, car, dans ses mémoires[7], Mylène Demongeot est peu éloquente, et imprécise sur le lieu de tournage : « Me voici partie en Yougoslavie, à Belgrade[Note 2] ou à Ljubljana, je ne me rappelle plus, tourner sous la direction de Géza von Radványi La Case de l'oncle Tom. Je m'ennuie comme un rat mort là-bas. Heureusement que sur le plateau d'à côté il y a Omar Sharif, qui devient mon flirt attitré... »
  • Extérieurs aux États-Unis : Louisiane (à confirmer).

MusiqueModifier

Après l'édition de l'album studio originel allemand de 1965, la VO a été successivement éditée dans plusieurs pays, dont une version vinyle américaine parue en 1968 et titrée Uncle Tom's Cabin mettant en avant les noms des chanteurs Juliette Gréco, Eartha Kitt et George Goodman. Une version CD augmentée (incluant les chansons interprétées par Eartha Kitt et George Goodman) a notamment été éditée sous le double titre allemand/anglais Uncle Tom's Cabin-Onkel Toms Hütte[8].

ExploitationModifier

Une version au montage remanié par Al Adamson et d'une durée réduite à 90 minutes sortit aux États-Unis en 1976 pour profiter de la blacksploitation encore très en vogue et concurrencer à moindres frais Mandingo et sa suite L'Enfer des Mandingos (en), deux riches productions à succès et aux thèmes similaires, respectivement réalisées par Richard Fleischer en 1975 et Steve Carver en 1976.

DistinctionsModifier

Toutes ces informations proviennent des bases de données cinématographiques IMDb et Filmportal.de[9].

RécompenseModifier

Deutscher Filmpreis 1965 : prix de la meilleure photographie à Heinz Hölscher.

NominationModifier

Festival international du film de Moscou 1965 : Géza von Radványi nommé pour le Grand Prix.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Bertrand Dicale : « Gréco joue le rôle d'une tenancière de saloon qui pousse la chanson » (sa note dans le volume 7 de l'intégrale de Gréco L'Éternel Féminin, Mercury Records/Universal Music, 2003).
  2. La société de production yougoslave Avala Film étant implantée à Belgrade (source (de) Filmportal.de), on peut en déduire que c'est dans les studios d'Avala que sont tournées les scènes d'intérieur. De plus, Mylène Demongeot fait référence à Omar Sharif qui, sur le plateau voisin, tient le rôle de l'émir Alaou dans La Fabuleuse Aventure de Marco Polo, une autre production internationale (1965) où il est précisé que les intérieurs sont tournés aux studios d'Avala Film (voir (en) IMDb Filming & Production of La Fabuleuse Aventure de Marco Polo.
  3. Bien que cette chanson soit rebaptisée So Much the Worse for Me dans l'édition vinyle américaine de 1968, c'est toujours la version originale française que l'on entend.
  4. Bertrand Dicale note dans le volume 7 de l'intégrale de Gréco L'Éternel Féminin : « La chanson, plaisante et très couleur locale (avec banjo et piano bastringue), est l'œuvre du parolier Aldo Pinelli et du compositeur Peter Thomas, qui est également venu à Paris diriger l'enregistrement de la chanson avant le tournage pour des raisons de synchronisation à l'image »

RéférencesModifier

Liens externesModifier