Claude Bolling

compositeur et pianiste de jazz
Claude Bolling
Nom de naissance Claude, Jean, Harry Bolling [1]
Naissance
Cannes (France)
Décès (à 90 ans)
Saint-Cloud (France)
Activité principale Compositeur de musique de film
Activités annexes Arrangeur, chef d'orchestre
Genre musical Jazz
Instruments Piano
Années actives 1944-2020
Labels Philips, Columbia, Frémeaux & Associés
Site officiel www.claude-bolling.com

Claude Bolling, né le à Cannes dans les Alpes-Maritimes et mort le à Saint-Cloud, est un pianiste de jazz, chef d'orchestre, compositeur et arrangeur français.

BiographieModifier

Famille et formationModifier

Claude Jean Harry Bolling naît le à Cannes, fils d'Henri Bolling et de Geneviève Brannens[2].

Il étudie au conservatoire de Nice, puis à Paris.

Le , il épouse la journaliste Irène Dervize-Sadyker[2], morte le . Il a deux fils[2] adoptifs, David, né en 1968, et Alexandre, né en 1969.

Carrière musicaleModifier

Enfant prodige, il joue dès l'âge de 14 ans de façon professionnelle avec Lionel Hampton et participe aux concerts organisés par le Hot Club de France à l'École normale de musique de Paris. En 1948, à la Grande semaine du jazz, il accompagne Chippie Hill. Au début des années1950, il joue et enregistre avec Roy Eldridge (Fireworks) et Kenny Clarke.

Son orchestre, le Claude Bolling Big Band, est fondé en 1956.

Il compose des hybrides jazz-classique, notamment la Suite pour flûte et jazz piano trio (1973) enregistrée avec le flûtiste Jean-Pierre Rampal en 1975. Il compose une seconde suite pour flûte quelques années plus tard : Suite pour Flûte & Jazz Piano Trio no 2 (1987), puis, avec notamment Alexandre Lagoya (Concerto pour Guitare & Jazz Piano Trio, 1975), Pinchas Zukerman (Suite pour Violon & Jazz Piano Trio, 1977), Maurice André (Toot Suite - Pour Trompette & Jazz Piano trio, 1981) et Yo-Yo Ma (Suite pour Violoncelle & Jazz Piano Trio, 1984). Dans Picnic suite pour flûte, guitare et jazz piano trio (1980), il réunit Jean-Pierre Rampal et Alexandre Lagoya autour de son trio jazz. Sa Toot Suite pour trompette et piano jazz est enregistrée en formation trio jazz avec Maurice André. Il est appelé sur toutes les chaînes de télévision en France et dans tous les pays qu'il visite pour ses concerts, il représente le jazz français comme personne d'autre. En 1984, il est invité par la productrice franco-canadienne Véronique Perez à participer à une rencontre unique sur la scène du Centre national des Arts d'Ottawa, accompagné d'Oscar Peterson et de Michel Legrand, pour une série de solos, duos et trios. Ce spectacle rencontre un immense succès, est enregistré par la CBC et est vendu et diffusé dans presque tous les pays en plus d'être acheté par Air Canada pour être diffusé sur ses vols. En 1985, le International Film & TV Festival de New-York couronne ce spectacle d'une médaille de bronze pour Véronique Perez en tant que conceptrice et réalisatrice.

Il est à l'origine de la création d'un quatuor féminin au style yéyé qui collectionnera les tubes dans les années 1960, Les Parisiennes. Il leur fournit ses compositions, des arrangements, des clips, etc. Parmi leurs titres les plus connus figurent Il fait trop beau pour travailler, Le 30 février, L'argent ne fait pas le bonheur, Quand il y aura le tunnel sous la Manche. Claude Bolling apparaît même, fouet en main, habillé en dompteur de cirque avec les quatre filles en tenues « panthère » pour une séquence photo publiée dans le magazine Paris Match en 1969[3].

Il compose l'indicatif sonore de France Inter ORTF « 24h/24 » (car la radio diffusait des programmes 24 heures sur 24) et de son réseau Inter (radios locales) en 1964. Il produit la chanson 24 heures, enregistrée en par le groupe Les Parisiennes. L'indicatif retentira à l'antenne d'abord jusqu'en 1975 au moment du passage de l'ORTF à Radio France puis de 1975 à 1982 dans une version plus électronique.

Dans les années 1970 et les 1980, il compose une centaine de bandes originales de films, français pour la plupart, dont la plus célèbre est celle du film Borsalino. Tous ses concerts et enregistrements font appel aux meilleurs musiciens du moment. En 2006, André Paquinet à Jazzaparc, avec les meilleurs musiciens français (dont ceux de Claude), avec Roger Guérin et Maurice André, déclarent au public du festival venu voir le Big Band de l'Olympia reconstitué, « Claude Bolling parmi les meilleures baguettes de Paris, fait de la musique de jazz sa vie, ses repas, il en mange, il mange avec ses notes... » Un film est tourné au sujet de ces journées, intitulé Najac an un.

Passionné de modélisme ferroviaire et du chemin de fer, surtout américain, il inaugure le à Saint-Léonard-de-Noblat (Haute-Vienne) le musée du chemin de fer HistoRail, dont il est président d'honneur.

Il est le parrain d'une école de musique intercommunale située à Trouville-sur-Mer (Calvados) qui porte son nom.

Claude Bolling meurt le à Saint-Cloud à l’âge de 90 ans[4]. Il est inhumé au cimetière de Garches (Hauts-de-Seine), non loin de son acolyte Jacques Deray[5].

DiscographieModifier

  • 1956 : Les Succès de Duke Ellington
  • 1956 : Les Succès de la Nouvelle-Orléans
  • 1956 : Les Succès de Django Reinhardt
  • 1957 : Rolling with Bolling
  • 1965 : Cat Anderson, Claude Bolling and Co.
  • 1966 : Jazzgang Amadeus Mozart
  • 1966 : Original Ragtime
  • 1968 : Original Boogie Woogie
  • 1969 : Original Piano Blues
  • 1970 : Original Jazz Classics
  • 1972 : Original Piano Greats
  • 1973 : Swing Session
  • 1975 : Jazz Party
  • 1975 : Suite for Violin and Jazz Piano
  • 1975 : With the Help of My Friends
  • 1975 : Keep Swingin' Volume 4
  • 1975 : Suite for Flute and Jazz Piano
  • 1975 : Concerto for Guitar and Jazz Piano Trio
  • 1976 : Hot Sounds
  • 1977 : Suite for Violin and Jazz Piano Trio
  • 1979 : Jazz Gala 79
  • 1980 : Just For Fun
  • 1980 : Picnic Suite
  • 1981 : Toot Suite
  • 1981 : Claude Bolling
  • 1983 : Suite for Chamber Orchestra and Jazz Piano Trio
  • 1984 : Suite for Cello and Jazz Piano Trio
  • 1984 : Jazz à la française
  • 1985 : Live at the Méridien
  • 1987 : Suite No. 2 for Flute and Jazz Piano Trio
  • 1988 : Nuances
  • 1989 : Sonatas for Two Pianos
  • 1993 : Cross Over U.S.A.
  • 1994 : The Victory Concert
  • 1994 : Enchanting Versailles - Strictly Classical
  • 1997 : A Drum is a Woman
  • 1999 : Pariswing
  • 1999 : Suite for Flute and Piano Jazz Trio (Acte Préalable)
  • 1999 : Suite for Violin and Piano Jazz Trio (Acte Préalable)
  • 1999 : Suite for Cello and Piano Jazz Trio (Acte Préalable)
  • 2003 : Tribute to The Piano Greats

Sur une idée et des musiques de Claude Bolling, un groupe féminin de musique yéyé des années 1960 s'est intitulé : Les Parisiennes.

Filmographie partielleModifier

Musiques de filmsModifier

Claude Bolling a écrit la musique d'une centaine de films, dont :

Musiques de télévisionModifier

Une quarantaine dont :

Comédie musicaleModifier

PublicationModifier

Récompense et distinctionsModifier

Claude Bolling est promu officier de l'ordre national de la Légion d'honneur le au titre de « compositeur de musique de cinéma, arrangeur, chef d'orchestre », son titre de chevalier lui avait été remis le [8].

Il est promu commandeur dans l'ordre des Arts et des Lettres en [9].

Il est titulaire de la médaille d'or de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem), de disques de platine USA-Canada, du Grand prix 1984 de la Sacem, du 7 d'or de la meilleure musique de film en 1989 pour la musique du téléfilm la Garçonne, des Victoires de la musique en 1994 : Victoire de l'album de variété instrumentale pour son album Cross over USA[2].

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier