Louis Amade

préfet et poète français

Louis Amade, né le à Ille-sur-Têt (Pyrénées-Orientales) et mort le à Paris, est un haut fonctionnaire, préfet hors cadre, auteur et parolier[1].

Louis Amade
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Sous-préfet de l'arrondissement du Vigan
Jacques Ravail (d)
Raoul Hoff (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Louis Jean Mathieu AmadeVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Ramon de Costa, Ramon De CostaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions
Archives conservées par
Archives nationales (AJ/40/542)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

D'origine catalane, licencié ès lettres et en droit, diplômé d'études criminelles, de médecine légale et de médecine mentale, Louis Amade commence une carrière de fonctionnaire en devenant attaché au cabinet du préfet de l'Hérault en 1937[2]. Sous-préfet du Vigan en 1940, il est alors le plus jeune des sous-préfets français[3]. En 1947, il est chef de cabinet du secrétaire général de la Préfecture de police[2]. En 1952, il est directeur de cabinet du préfet de Seine-et-Oise. Il est nommé directeur adjoint du cabinet du Préfet de police en 1955. En 1958, il est nommé préfet, conseiller technique auprès du Préfet de police[4], poste qu'il occupera jusqu'à sa retraite, en 1979[2].

Louis Amade a été l'un des paroliers d'Édith Piaf[5]. Celle-ci lui présente le jeune Gilbert Bécaud en 1952[6]. Immédiatement, ils travaillent ensemble et proposent Les Croix à Edith Piaf, qui l'enregistre en 1953. Louis Amade devient le mentor de Bécaud et le pousse à chanter[7]. Il devient l'un des principaux paroliers de Bécaud, écrivant les paroles de beaucoup de ses plus grands succès, notamment les paroles de L'important c'est la rose, une partie des textes de L'Opéra d'Aran ou le poème L'Enfant à l'étoile, dont Bécaud fait une cantate[8],[9]. Il remet à l'artiste la Légion d'honneur sur la scène de l'Olympia en 1974[10].

Comme poète, il reçoit plusieurs prix de l'Académie française, dont le prix Broquette-Gonin en 1973, 1975 et 1979, le prix d'Académie en 1986 pour l'ensemble de son œuvre poétique, et la Grande médaille de la chanson française en 1990[11].

Il meurt le 4 octobre 1992 à Paris. Après une cérémonie d'obsèques en la cathédrale Notre-Dame de Paris, il est inhumé au cimetière d'Ille-sur-Têt, sa ville natale[12].

Il était commandeur de la Légion d'honneur, commandeur de l'Ordre national du Mérite ainsi que des Arts et des lettres, également Croix de guerre 1939-1945, médaille de la Résistance française et Croix du combattant volontaire[2],[13].

ŒuvresModifier

RomansModifier

  • La Ferme aux genêts, Ed. Le Hublot, 1945.
  • L'Escale avant le jour, Ed. Chantal, 1946.
  • Fontargente, Ed. Ferenczi, 1948.
  • Passez votre chemin, Ed. Ferenczi, 1951.
  • Pardonnez-leur, Ed. Ferenczi, 1953.

Ces deux derniers romans ont été réédités en 1991 et 1992 et sont diffusés par l'Association des Amis de Louis Amade, Paris.

Contes et nouvellesModifier

  • Vingt ans… bonnes vacances, Ed. Chantal, 1946.
  • Fortunio, conte illustré par Joseph Alfonsi. Ouvrage à tirage limité, édité en 1992 par l'Association en hommage au poète. Comporte le manuscrit, la biographie, la bibliographie de Louis Amade. Il est préfacé par Gilbert Bécaud.

Ouvrages autobiographiquesModifier

  • Il faut me croire sur parole, Ed. Julliard, 1973.
  • Vous nous chanterez bien quelque chose, Ed. Julliard, 1976.
  • Et ce sera ta passion de vivre, Amade raconte Bécaud, Hachette/RTL, 1982.

Ouvrages d'artModifier

  • Le Zodiaque, poèmes, lithographies de Peynet, Ed. des Maîtres contemporains, 1979.
  • Les Vieux métiers, Ed. D'Art de Lutèce, 1983.

Recueils de poèmesModifier

  • Septimanie de Novembre et Noël en Septimanie : tirages à part de la revue d'art SEPTIMANIE, Noël 1938 - Nouvel an 1939.
  • Soir bleu : Tirage à part de la revue d'art SEPTIMANIE, 1939.
  • Tempête étoilée, Ed. Artaud, 1942.
  • Le Diable se noie le vendredi, Ed. Lachèvre, 1949.
  • Le Père Noël des wagons lits, Ed. Ferenczi, 1952.
  • Chef-lieu la Terre, Seghers, 1959.
  • L'Éternité + un jour, Seghers, 1966.
  • Les Métairies lointaines, Seghers, 1969.
  • Cent mille ans d'étoiles, Seghers, 1972.
  • Les Elohim ou la Quatrième dimension, Seghers, 1976.
  • Rajuste ta couronne et pars Coquelicot, Seghers, 1979.
  • Les quatre saisons, Poèmes, Ed. D'Art de Lutèce, 1980.
  • L'Enfant sur l'épaule, Seghers, 1981.
  • Moi, je passais, Seghers, 1984 (Grand Prix Alfred de Vigny).
  • Les Chevaux blancs de Salamanque, Seghers, 1986.
  • La sagesse de porcelaine, Seghers, 1988.
  • La sainte fragilité de l'Arlequin, Seghers, 1990.
  • On peut mourir pour un sourire, Seghers, 1991.
  • Prends ton manteau d'étoiles, Poèmes inédits. Ouvrage posthume édité par la Galerie LE SUD / Association des Amis de Louis Amade, Paris, 2000.

ThéâtreModifier

  • Déportés : pièce en un acte. Éditions Pierre Farré, 1946.

BibliographieModifier

  • Ton frère le poète : essai de Robert Sprengers, 1968.
  • L'œuvre de Louis Amade, Édition Jean-Claude Bologne, 1983.

Poèmes mis en musiqueModifier

  • 1988, album : L'immensité de vivre, studio EGP, en collaboration avec Jean-Edouard (direction artistique et musique), Gilbert Bécaud (musique), Laurent Jérôme (musique) et Georges Locatelli (musique).

Compositions de Gilbert BécaudModifier

Compositions de Charles DumontModifier

  • Inconnu excepté de Dieu
  • Cinq minutes qui viennent

L'Association des Amis de Louis AmadeModifier

ActivitésModifier

Créée moins de trois ans après la disparition de Louis Amade, elle est destinée à « protéger, transmettre et faire connaître son œuvre »[14]. Elle gère le Prix de Poésie Louis Amade destiné à faciliter la publication du premier ouvrage d'un poète[15]. Ce prix était distribué annuellement par l'ancien président du jury Pierre Delanoë en compagnie de Georges Moustaki. L'association publie "Présence", un bulletin trimestriel.

Le rosier Souvenir de Louis AmadeModifier

C'est une création du rosiériste Georges Delbard faite à la demande de l'Association des Amis de Louis Amade en souvenir de la chanson mise en parole par Louis Amade L'important c'est la rose (1967) chantée par Gilbert Bécaud[16]. Il s'agit d'un rosier buisson à grandes fleurs parfumées roses, faisant partie de la collection "les souvenirs d'amour parfumés". Elle a été baptisée le dimanche en la présence de sa marraine Annie Cordy dans la Roseraie du Val-de-Marne située à L'Haÿ-les-Roses[16]. 180 rosiers Souvenir de Louis Amade ont été plantés en l'an 2000 dans la Roseraie de l'Abbaye Sainte-Marie de Fontfroide.

BibliographieModifier

  • Pierre Grau, « Amade (Louis, Jean, Mathieu) », dans Nouveau Dictionnaire de biographies roussillonnaises 1789-2011, vol. 1 Pouvoirs et société, t. 1 (A-L), Perpignan, Publications de l'olivier, , 699 p. (ISBN 9782908866414).

Notes et référencesModifier

  1. Autorité sur la Bibliothèque nationale de France
  2. a b c et d « Parolier de Gilbert Bécaud Louis Amade est mort », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2020).
  3. « Louis Amade, signé Ramon de Costa », sur amislouisamade.pagesperso-orange.fr (consulté le 13 octobre 2020).
  4. Laurence Picq. Le fantôme du préfet-poète. Liaisons, le magazine de la Préfecture de police, n°113 "Les lieux secrets de la Préfecture de police", novembre 2015, p. 62-65.
  5. « Musée SACEM: Louis Amade », sur musee.sacem.fr (consulté le 13 octobre 2020).
  6. « Rencontre Amade- », sur amislouisamade.pagesperso-orange.fr (consulté le 13 octobre 2020).
  7. Cf. Et ce sera ta passion de vivre, Amade raconte Bécaud, Hachette/RTL, .
  8. « Louis Amade, Suite de l'aventure Amade Bécaud », sur amislouisamade.pagesperso-orange.fr (consulté le 13 octobre 2020).
  9. https://www.lemonde.fr/archives/article/1992/10/06/musiques-parolier-de-gilbert-becaud-louis-amade-est-mort_3898790_1819218.html
  10. Catherine Chantepie, L'histoire cachée des tubes de la chanson française: Culture musicale, La Boîte à Pandore, (ISBN 978-2-39009-345-9, lire en ligne).
  11. « Louis AMADE | Académie française », sur www.academie-francaise.fr (consulté le 12 octobre 2020).
  12. « Louis Amade, La fin du chemin », sur amislouisamade.pagesperso-orange.fr (consulté le 13 octobre 2020).
  13. « Louis Amade, Bibliographie et Discographie », sur amislouisamade.pagesperso-orange.fr (consulté le 12 octobre 2020).
  14. « L'Association des Amis de Louis Amade », sur amislouisamade.pagesperso-orange.fr (consulté le 12 octobre 2020)
  15. « Le Prix de Poésie, Actualités », sur amislouisamade.pagesperso-orange.fr (consulté le 12 octobre 2020)
  16. a et b M. L., « Une variété en souvenir de Louis Amade », sur leparisien.fr, (consulté le 12 octobre 2020)

Liens externesModifier