Le Beausset

commune française du département du Var

Le Beausset est une commune française située près de Toulon, dans le département du Var, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Le Beausset
Le Beausset
Blason de Le Beausset
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Var
Arrondissement Toulon
Intercommunalité Communauté d'agglomération Sud Sainte Baume
Maire
Mandat
Edouard Friedler
2020-2026
Code postal 83330
Code commune 83016
Démographie
Gentilé Beaussetans
Population
municipale
9 845 hab. (2019 en augmentation de 5,75 % par rapport à 2013)
Densité 273 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 11′ 56″ nord, 5° 48′ 12″ est
Altitude Min. 80 m
Max. 560 m
Superficie 36 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Toulon
(banlieue)
Aire d'attraction Toulon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Cyr-sur-Mer
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Le Beausset
Géolocalisation sur la carte : Var
Voir sur la carte topographique du Var
City locator 14.svg
Le Beausset
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Beausset
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Beausset
Liens
Site web http://www.ville-lebeausset.fr/

Ses habitants sont appelés les Beaussétans[1].

GéographieModifier

LocalisationModifier

Localisée au Sud-Ouest du Var, la commune du Beausset, chef-lieu de canton, est rattachée à l’arrondissement de Toulon.

Lieux-dits et hameauxModifier

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

Le territoire communal est caractérisé par trois unités topographiques :

  • le plateau de Siou Blanc, au nord ;
  • la plaine du Beausset, où se situent le bourg et ses zones d’habitat pavillonnaire ;
  • le massif du Gros-Cerveau, au sud.

Région forestière « Chaînons calcaires méridionaux »[2].

SismicitéModifier

Il existe trois zones de sismicité dans le Var :

  • Zone 0 : Risque négligeable. C'est le cas de bon nombre de communes du littoral varois, ainsi que d'une partie des communes du centre Var. Malgré tout, ces communes ne sont pas à l'abri d'un effet tsunami, lié à un séisme en mer ;
  • Zone Ia : Risque très faible. Concerne essentiellement les communes comprises dans une bande allant de la montagne Sainte-Victoire au massif de l'Esterel ;
  • Zone Ib : Risque faible. Ce risque, le plus élevé du département mais qui n'est pas le plus haut de l'évaluation nationale, concerne 21 communes du nord du département.

La commune du Beausset est en zone sismique de faible risque 0[3].

Hydrographie et les eaux souterrainesModifier

Le Beausset est traversée par le fleuve La Reppe[4], ainsi que par ses deux affluents, la Darbousse[5] et la Capucine[6],[7].

ClimatModifier

Le Beausset n'ayant pas de station météo, la plus proche est celle d'Ollioules[8].

Relevé météorologique d'Ollioules
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 6,3 6,2 7,8 9,7 13,4 16,6 19,4 19,4 16,6 14,5 9,8 7,6 12
Température moyenne (°C) 8,7 9,1 11,1 13,1 17 20,5 23,4 23 20,1 16,9 12,8 9,9 15,4
Température maximale moyenne (°C) 11,1 12 14,4 16,5 20,5 24,3 27,4 27,2 23,7 19,2 15,7 12,2 18,7
Précipitations (mm) 50,5 27 20,9 48,9 23,2 20,4 6,2 8,7 39,6 74,9 58,5 41,5 420,3
dont pluie (mm) 45,5 17 20,9 48,9 23,2 20,4 6,2 8,7 39,6 74,9 58,5 36,5 400,3
dont neige (cm) 0,5 1 0 0 0 0 0 0 0 0 0,5 2
Source : Relevé météo d'Ollioules[9]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
11,1
6,3
50,5
 
 
 
12
6,2
27
 
 
 
14,4
7,8
20,9
 
 
 
16,5
9,7
48,9
 
 
 
20,5
13,4
23,2
 
 
 
24,3
16,6
20,4
 
 
 
27,4
19,4
6,2
 
 
 
27,2
19,4
8,7
 
 
 
23,7
16,6
39,6
 
 
 
19,2
14,5
74,9
 
 
 
15,7
9,8
58,5
 
 
 
12,2
7,6
41,5
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

AccèsModifier

Le Beausset est accessible par la route départementale DN 8, l'ancienne route nationale 8, depuis Toulon, au sud, ou Cuges-les-Pins au nord. Les sorties de l'autoroute A50 les plus proches sont les   11 (depuis Toulon) et   12 (depuis Marseille)[10].

Distance des grandes villes françaises

L'orientation et la localisation du Beausset par rapport à quelques grandes villes françaises sont données dans le tableau suivant. Distance à vol d'oiseau[11] :

Ville Marseille Nice Montpellier Lyon Toulouse Bordeaux Strasbourg Paris Nantes Rennes Lille
Distance

Orientation

36 km

(O)

131 km

(E)

162 km

(O)

295 km

(N)

356 km

(O)

543 km

(O)

618 km

(N-E)

685 km

(N)

732 km

(N-O)

797 km

(N-O)

853 km

(N)

TransportsModifier

Transports à longue distanceModifier

L’aéroport le plus proche est celui de Toulon-Hyères à 40 km, celui de Marseille-Provence est à 70 km. A 6 km se trouve l'aéroport du Castellet pour l'aviation privée et d'affaires[12].

Les gares SNCF les plus proches se trouvent à Bandol à 7,8 kmSaint-Cyr-sur-Mer à 7,9 km, à Ollioules - Sanary à 8,6 km, à La Seyne-Six-Fours à 11 km, ces gares sont desservies par les TER Provence-Alpes-Côte d'Azur. Pour les liaisons TGV : Toulon à 13 km et Marseille à 49 km[12].

Plusieurs ports se situent à proximité de la commune : port marchand et militaire de Toulon distant de 13 km et les ports de plaisance de Bandol (8,2 km), Sanary-sur-Mer (9,1 km), Saint-Cyr-sur-Mer (10,1 km) et Six-Fours-les-Plages (13,6 km)[12]. Le grand port maritime de Marseille se situe à 50 km, celui de La Ciotat à 20 km.

Transports collectifsModifier

Quatre lignes de bus du réseau de transport du Var Varlib desservent la commune et sont assurées par le Groupement des lignes du Var SCAC Keolis[13],[14] :

Pour desservir le collège Jean-Giono des transports scolaires ont été mis en place au profit des élèves des communes voisines. Pour les élèves du Beausset, des transports scolaires ont été mis en place pour qu'ils se rendent aux différents lycées de La Seyne-sur-Mer. Ces transports sont de la compétence du conseil général du Var.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Le Beausset est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[15],[16],[17]. Elle appartient à l'unité urbaine de Toulon, une agglomération inter-départementale regroupant 27 communes[18] et 575 347 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Toulon est la neuvième plus importante de la France en termes de population, derrière celles de Paris, Lyon, Marseille-Aix-en-Provence, Lille (partie française), Toulouse, Bordeaux, Nice et Nantes[19],[20].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Toulon dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 35 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[21],[22].

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme[23].

Le Beausset se situe dans le périmètre du SCoT Provence Méditerranée défini par arrêté préfectoral en date du .

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (60 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (62 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (41 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (19 %), cultures permanentes (17,2 %), zones urbanisées (14,4 %), zones agricoles hétérogènes (7,2 %), mines, décharges et chantiers (1 %)[24].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[25].

ToponymieModifier

Bausset est en provençal le diminutif du mot baus, qui signifie falaise, escarpement rocheux. Lou bausset, c'est donc le petit escarpement. Baus se retrouve dans de nombreux toponymes provençaux, dont trois communes : Le Beausset (Var), Le Beaucet (Vaucluse) et Les Baux de Provence (Bouches-du-Rhône). Phonétiquement, baus se prononce « bàou », avec une diphtongue accentuée sur le « a ». Les formes francisées hésitent entra baou d'une part, ce qui marque la diphtongue d'origine, et bau ou beau d'autre part, prononcés « bô »[26].
Les panneaux routiers en provençal installés par la municipalité portent la mention Lou Bausset en Prouvènço.

Le Beausset s'écrit Lo Baucet en selon la norme classique de l'occitan et Lou Bausset en provençal selon la norme mistralienne.

HistoireModifier

Antiquité et Moyen ÂgeModifier

L'éminence appelée aujourd'hui le Beausset-Vieux porte des traces d'occupations successives, probablement par les Ligures puis par les Phocéens de Tauroentum (Le Brusc), et ensuite les Romains. Plate-forme au sommet d'un escarpement, le Beausset-Vieux contrôlait la principale voie terrestre entre Marseille et Toulon à un endroit particulièrement étroit, la route passant entre le pied de l'escarpement et la plaine du Beausset, alors très majoritairement marécageuse. De ce fait, le Beausset s'intégrait dans la série des points de contrôle de cette route, avec Le Castellet en amont, Évenos et Ollioules en aval.

Ce site resta le principal centre d'implantation jusqu'au XVe siècle, où l'assèchement progressif de la plaine et le recul des menaces extérieures permit à l'habitat de descendre sur un mamelon qui constitue l'actuel centre-ville. Le site du Beausset-Vieux fut abandonné en 1506.

De la Révolution à la Seconde Guerre mondialeModifier

Peu avant la Révolution française, l’agitation monte. Outre les problèmes fiscaux présents depuis plusieurs années, la récolte de 1788 avait été mauvaise et l’hiver 1788-89 très froid. L’élection des États généraux de 1789 avait été préparée par celles des États de Provence de 1788 et de , ce qui avait contribué à faire ressortir les oppositions politiques de classe et à provoquer une certaine agitation[27]. C’est au moment de la rédaction des cahiers de doléances, fin mars, qu’une vague insurrectionnelle secoue la Provence. Une émeute à caractère politique se produit au Beausset le [28]. Elle parvient à obtenir la suppression d’un impôt, le piquet, à changer le règlement de l’élection du conseil municipal, et à en faire élire un nouveau[29]. Dans un premier temps, la réaction consiste dans le rassemblement d’effectifs de la maréchaussée sur place. Puis des poursuites judiciaires sont diligentées, mais les condamnations ne sont pas exécutées, la prise de la Bastille comme les troubles de la Grande peur provoquant, par mesure d’apaisement, une amnistie début août[30].

De 1945 à nos joursModifier

La famille Bonnasse, banquiers marseillais, est originaire du Beausset.

Politique et administrationModifier

Tendances politiquesModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

La commune ayant plus de 3 500 habitants c'est un scrutin de liste à deux tours avec représentation proportionnelle : les candidats se présentent en listes complètes. Lors du vote, on ne peut faire ni adjonction, ni suppression, ni modification de l'ordre de présentation des listes[31],[32]..

Depuis la loi n° 2000-493 du tendant à favoriser l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, des règles de parité homme/femme s'appliquent aux élections municipales des communes de plus de 3 500 habitants. Ces règles se sont appliquées pour la première fois aux élections de 2001 et sont renforcées pour les élections de 2008[33].

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 29 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[34]).

Administration municipaleModifier

Conseil municipal de Le Beausset (mandature 2014)[35].
Liste Tendance Président Effectif Statut
« L'élan beaussetan » DVD Georges Ferrero 22 Majorité
« Le Beausset rassemblé » DVG Edouard Friedler 3 Opposition
« Construisons ensemble Le Beausset de demain » DVD Claude Alimi 2 Opposition
« le Beausset Bleu Marine » FN Yolande Bonnaure 2 Opposition

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
septembre 1944 mars 1959 Marius Mari[38] PCF  
mars 1959 décembre 1987
(décès)
Gabriel Polge de Combret RI puis UDF Conseiller général du canton du Beausset(1964 → 1976 puis 1982 → 1987)
décembre 1987 1995 Edmond Lafond UDF Notaire
1995 juin 1995 Alain Cossais   Directeur de maison de retraite
Maire par intérim
juin 1995 septembre 2002
(démission)
Josette Pons UDF-DL
puis UMP
Conseillère générale du canton du Beausset (1988 → 2015)
Vice-présidente du conseil général du Var (1994 → 2001)
septembre 2002 mars 2008 Sylviane Pardon UMP  
mars 2008 mars 2014 Jean-Claude Richard DVD 6e vice-président de la CC Sud Sainte Baume(? → 2008)
mars 2014 4 juillet 2020 Georges Ferrero DVD Chef d'entreprise
1er vice-président de la CA Sud Sainte Baume (2014 → 2020)
4 juillet 2020 En cours Édouard Friedler DVG Retraité de l'enseignement, proviseur honoraire
7e vice-président de la CA Sud Sainte Baume (2020 → )

De 1789 à 1799, les agents municipaux (maires) sont élus au suffrage direct pour deux ans et rééligibles, par les citoyens actifs de la commune, contribuables payant une contribution au moins égale à trois journées de travail dans la commune. Sont éligibles ceux qui paient un impôt au moins équivalent à dix journées de travail.

De 1799 à 1848, la constitution du 22 frimaire an VIII () revient sur l’élection du maire, les maires sont nommés par le préfet pour les communes de moins de 5 000 habitants. La Restauration instaure la nomination des maires et des conseillers municipaux. Après 1831, les maires sont nommés (par le roi pour les communes de plus de 3 000 habitants, par le préfet pour les plus petites), mais les conseillers municipaux sont élus pour six ans.

Du à 1851, les maires sont élus par le conseil municipal pour les communes de moins de 6 000 habitants.

De 1851 à 1871, les maires sont nommés par le préfet, pour les communes de moins de 3 000 habitants et pour cinq ans à partir de 1855.

Depuis 1871 Les maires sont élus par le conseil municipal à la suite de son élection au suffrage universel.

Budget et fiscalité 2016Modifier

En 2016, le budget de la commune était constitué ainsi[39] :

  • total des produits de fonctionnement : 8 624 000 , soit 910  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 8 712 000 , soit 919  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 1 796 000 , soit 190  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 1 952 000 , soit 206  par habitant.
  • endettement : 4 984 000 , soit 526  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 11,13 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 23,76 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 108,11 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2014 : Médiane en 2014 du revenu disponible, par unité de consommation : 22 503 [40].

IntercommunalitéModifier

La commune fait partie de la communauté d'agglomération Sud Sainte Baume.

EnvironnementModifier

La communauté de communes gère trois déchèteries sur son territoire dont celle installée au Beausset (quartier Pas de Pouyen) [41]. Chaque lundi la communauté de communes effectue la collecte des encombrants sur la commune[42].

Le Beausset dispose de la station d'épuration intercommunale du Castellet d'une capacité de 30 000 Équivalent-habitants[43].

La commune fait partiellement partie du nouveau parc naturel régional de la Sainte-Baume, créé par décret du [44].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[45]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[46].

En 2019, la commune comptait 9 845 habitants[Note 3], en augmentation de 5,75 % par rapport à 2013 (Var : +4,68 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 0802 9803 2693 3673 3263 0502 7722 8222 833
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 6672 6922 5692 5132 5552 0141 7541 7971 920
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 0431 9911 9211 9131 8021 8481 8171 8972 059
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
2 3202 7222 9925 3277 1147 7238 4108 7109 103
2014 2019 - - - - - - -
9 4179 845-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[47] puis Insee à partir de 2006[48].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 29,3 %, soit en dessous de la moyenne départementale (30,2 %). De même, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 30,9 % la même année, alors qu'il est de 32,5 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 4 653 hommes pour 5 137 femmes, soit un taux de 52,47 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,95 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[49]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
1,6 
8,3 
75-89 ans
9,5 
20,2 
60-74 ans
21,1 
22,1 
45-59 ans
21,9 
17,8 
30-44 ans
17,9 
13,7 
15-29 ans
12,7 
17,0 
0-14 ans
15,3 
Pyramide des âges du département du Var en 2018 en pourcentage[50]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,9 
90 ou +
2,3 
9,6 
75-89 ans
12,1 
19,4 
60-74 ans
20,6 
20,3 
45-59 ans
20,2 
17,2 
30-44 ans
16,7 
15,7 
15-29 ans
13,5 
16,8 
0-14 ans
14,6 

EnseignementModifier

La commune dispose de trois groupes scolaires : André-Malraux (école maternelle et primaire) , Marcel-Pagnol (maternelle et primaire) et Jean-Gavot (primaire)[51]. Les élèves poursuivent leur scolarité dans la commune au collège Jean-Giono[52],[53]. Ensuite les élèves sont affectés aux lycées de La Seyne-sur-Mer[54] Beaussier[55] (enseignement général et technologique) ou Paul-Langevin (enseignement général et technologique et enseignement professionnel, appelé aussi lycée des métiers)[56],[57].

SportsModifier

La vie sportive pour les jeunes au Beausset est très active. La municipalité participe à l'initiation de cette tranche d'age, par l'organisation de stages[58], ainsi que par une école municipale des Sports[59], et une école de natation[60].

SantéModifier

De nombreux professionnels de santé sont installés au Beausset[61], dont six médecins, et un laboratoire d'analyses médicales.

CultesModifier

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption, de culte catholique, dépend du diocèse de Fréjus-Toulon, doyenné de Bandol[62].

ÉconomieModifier

Entreprises et commercesModifier

AgricultureModifier

  • Coopérative vinicole[63] Les Maîtres Vignerons du Beausset[64].

TourismeModifier

  • La Maison de la Nature des Quatre Frères[65].

CommercesModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Patrimoine religieux :

Église Notre-Dame-de-l'AssomptionModifier

L'église mise en chantier le [66], et ses cloches de 1751[67] et 1773[68]. Le clocher fut ajouté en 1905 et surmonté d'un campanile en fer forgé en 1958.

Chapelle Notre-Dame-de-BeauvoirModifier

Seul vestige de l'ancien site du village l'ermitage du Beausset-Vieux[69] comprend une chapelle romane du XIIe siècle qui constitue la destination d'un pèlerinage régional toujours actif. Une ancienne tradition attribue à Notre-Dame du Beausset-Vieux une grande efficacité dans la guérison de maladie ou la protection en cas d'accident. Cette tradition a donné naissance à une galerie de plus de 80 ex-voto, dont les plus vieux datent du XVIIIe siècle. Les ex-voto du Beausset-Vieux constituent un témoignage intéressant d'art naïf et d'art populaire.

Chapelle Notre-Dame de Beauvoir inscrite sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du [70], et son mobilier (Nombreux Ex-voto[71], cloche de 1634[72] , etc.).

OratoiresModifier

Petits édifices religieux dédiés à un saint ou à une sainte, les oratoires du Beausset foisonnent[73] et la commune en compte près d'une centaine. Placés de long des anciens chemins, ils subsistent dans des états de conservation ou de restauration très variables, certains ayant été intégrés dans des murs, d'autres au contraire dans un état de quasi-ruine. Ils abritaient traditionnellement une statue de saint ou de la sainte, mais des vols répétés des statuettes, souvent des plâtres sans grande valeur, ont conduit à leur remplacement par des effigies planes scellées dans l'oratoire. Il existe au Beausset un chemin, appelé : le chemin des Oratoires qui mène depuis le Beausset, jusqu'à la chapelle du Beausset Vieux, et qui constitue encore aujourd'hui l'ascension vers ce lieu de pèlerinage[74].

Monument aux mortsModifier

Monument aux morts inauguré en 1922[75].

Patrimoine civil :

Maison de la poupéeModifier

Maison et non pas musée, cet établissement propose une collection intéressante de poupées en porcelaine et les met en scène. De plus, la Maison de la poupée est reconnue nationalement par le savoir-faire de ses restaurateurs et artisans.

La maison DalmasModifier

Située rue Pasteur au Beausset, la maison Dalmas accueillit Napoléon Bonaparte alors qu'il n'était que capitaine. Il y séjourna un mois, durant l'année 1793, pendant le siège de Toulon.

Maison La ThébaïdeModifier

Cloche de la maison La Thébaïde, de 1700[76].

L'ancien siège du DirectoireModifier

Durant la période du Directoire, Le Beausset accueillit les bureaux de l'administration républicaine du au . Ce lieu se situe rue de la République au Beausset dans ce qui fut jadis un hôtel particulier.

Les puits et fontainesModifier

Le Puits d’Isnard[77].

La fontaine du square Portalis[78].

La fontaine de l'esplanade De Gaulle[79].

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes du Beausset se blasonnent : D'azur, à une sainte Vierge d'or, soutenue d'un croissant d'argent, et la tête entourée de sept étoiles du même[80].


Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

  1. « Habitants du Beausset », sur habitants.fr.
  2. Inventaire forestier national : La Basse-Provence occidentale, pp. 6-10-30
  3. [PDF] « sismicité du Var », Préfecture du Var.
  4. « fiche de la Reppe », SANDRE.
  5. « Fiche de la Darbousse », SANDRE.
  6. « Fiche de la Capucine », SANDRE.
  7. L'eau dans la commune
  8. « Station météo la plus proche : Ollioules », MSN Météo.
  9. « Relevé météo d'Ollioules », MSN Météo.
  10. accès au Beausset
  11. « Distance entre Le Beausset et les plus grandes villes Françaises », Annuaire Mairie
  12. a b et c « Transports au Beausset », sur annuaire-mairie.fr.
  13. « Horaires des lignes du réseau VarLib », sur varlib.fr, .
  14. « Lignes du réseau VarLib desservant Le Beausset », sur visitvar.fr.
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  17. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Unité urbaine 2020 de Toulon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  19. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  20. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction duToulon », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  23. Plan local d'urbanisme
  24. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  25. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  26. Lieux-dits en Provence, Librairie contemporaine 2003, pages 40 et 41
  27. Monique Cubells, « Les mouvements populaires du printemps 1789 en Provence », Provence historique, volume 36, no 145, 1986, p. 309
  28. M. Cubells, op. cit., p. 310 et 312.
  29. M. Cubells, op. cit., p. 320.
  30. M. Cubells, op. cit., p. 322.
  31. Source : art L. 260 du code électoral.
  32. Source : art L. 262 du code électoral.
  33. Source : art L. 264 du code électoral.
  34. « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance.
  35. « Elections municipales Le Beausset 2014 », sur linternaute.com.
  36. Joseph Salvarelli, "Les Administrateurs du département du Var (1790-1897). Notices biographiques" (1897), pp.449-450. [1]
  37. Les ultras dans le Var
  38. a et b La fiche biographique de MARI Marius, Polycarpe sur le Maitron en ligne
  39. Les comptes de la commune
  40. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  41. « Les déchèteries », sur Communauté de communes Sud Sainte-Beaume.
  42. « Collecte des encombrants », sur Communauté de communes Sud Sainte-Beaume.
  43. Description de la station
  44. décret de constitution du Parc naturel régional de la Sainte-Baume
  45. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  46. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  47. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  48. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  49. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune du Beausset (83016) », (consulté le ).
  50. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département du Var (83) », (consulté le ).
  51. « Le Beausset et ses écoles », sur Mairie du Beausset.
  52. [PDF] « Carte des collèges du Var », Inspection académique du Var.
  53. « Site du collège Jean Giono », Académie de Nice.
  54. [PDF] « Sectorisation des lycées du Var », Inspection académique du Var, .
  55. « Site du lycée Beaussier », Académie de Nice.
  56. « Liste des lycées du Var », sur Comité de résistance citoyenne, .
  57. « Site du lycée Paul Langevin », Académie de Nice.
  58. « Stages municipaux de sport pour jeunes », sur Ville du Beausset.
  59. « École municipales des sports du Beausset », sur Ville du Beausset.
  60. « École de natation du Beausset », sur Ville du Beausset.
  61. « Professionnels de santé au Beausset », sur Office du tourisme du Beausset.
  62. « Fiche de l'église ND de l'Assomption », sur Diocèse de Fréjus-Toulon.
  63. « Coopérative vinicole Les Maîtres Vignerons », notice no IA83001305, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  64. Coopérative vinicole Les Maîtres Vignerons du Beausset
  65. La Maison de la Nature des Quatre Frères
  66. Église Notre-Dame de l'Assomption
  67. Notice no PM83000110, base Palissy, ministère français de la Culture cloche de 1751 église Notre-Dame de l'Assomption
  68. Notice no PM83000111, base Palissy, ministère français de la Culture cloche de 1773 église Notre-Dame de l'Assomption
  69. L'ermitage de Beausset-Vieux
  70. « Chapelle Notre-Dame de Beauvoir », notice no PA00081540, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  71. Mobilier de la chapelle
  72. Notice no PM83000112, base Palissy, ministère français de la Culture cloche chapelle Notre-Dame du Beausset Vieux
  73. Les oratoires en Provence
  74. Chemin des oratoires
  75. Monument aux morts : Conflits commémorés 1914-1918 - 1939-1945 - Indochine (1946-1954) - AFN-Algérie (1954-1962)
  76. Notice no PM83000113, base Palissy, ministère français de la Culture cloche chemin de la Macamoye
  77. Le Puits d’Isnard
  78. La fontaine du square Portalis
  79. La fontaine de l'esplanade De Gaulle
  80. Sud Ste Baume : Le Beausset, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau
  81. « bourg castral du Beausset », notice no IA83001147, base Mérimée, ministère français de la Culture.