Ouvrir le menu principal

ItterswillerModifier

Pourriez-vous jeter un coup d’œil sur le complément que j'ai apporté à cet article concernant le judaïsme rural. N'étant pas juif j'ai pu faire des erreurs. Merci. 2A01:CB10:2E2:9B00:5CD9:183C:9C2C:17AB (discuter) 19 novembre 2018 à 19:22 (CET)

L'année 2019Modifier

  Que cette année 2019 soit riche en bonheurs sur wp comme dans la vraie vie.

Avec tous mes vœux  . Amicalement, Manacore (discuter) 3 janvier 2019 à 15:44 (CET)

Le roi de Perse descendant de Juda et de Tamar?Modifier

Bonjour. Une légende indique que le roi de Perse est un descendant de Juda et de Tamar. Dans le Kebra Nagast les rois du monde descendent d'Israël: Ibn al-Hakim est le fils aîné de Salomon et de la Reine de Saba, Roboam roi de Juda est le second fils de Salomon, Adrani roi de Byzance est le fils de Salomon et de la fille du mage Zanbarés, Nabuchodonosor est le fils bâtard de la muletiére de Manassé roi de Juda, Le roi de Perse est un descendant de Juda et de Tamar. Cordialement.

Bonjour, je ne vois pas ce qui l’indique dans ce que vous écrivez mais il n’y a pas besoin d’aller si loin : d’une part, Pharès a engendré outre la lignée royale, de nombreux Judaïtes dont il se trouve que les rois sont les plus illustres. D’autre part, le Midrash avait déjà tiré de Néhémie 2:6 que la reine aux côtés d’Arta’hshast (Artaxerxès), c’est Esther, ce qui confère aux héritiers au trône de Perse des ascendants judéens (bien qu’Esther soit benjaminite, au moins par sa qualité de nièce de Mardochée). J’ignore le degré de véracité de ce qu’indique le Midrash mais il souhaite vraisemblablement élucider les motifs d’un roi à autoriser la reconstruction d’une nation détruite, de même que le Kebra Nagast a pour but d’établir que les rois quelque peu illustres sont, à commencer par Ménélik, issus de Salomon tandis que les ennemis de son royaume sont des bâtards de basse extraction. Cdt-- Nathan m'écrire 10 mai 2019 à 13:30 (CEST)
Bonjour. Je n'ai pas de sources sur cette légende. L'historien Jean Doresse écrit que cette légende se trouve dans le Kebra Nagast. J'ai trouvé ceci dans le livre: L'Empire du prêtre Jean de Jean Doresse, volume 1 pages 255-256, chapitre "Un fardeau de légendes", Plon, Paris 1957. Cordialement.--Godard andre (discuter) 11 mai 2019 à 07:46 (CEST)

Identifier des rabbanimModifier

Salut Nathan, j'aurais besoin de ton aide pour identifier des rabbanims, je bosse sur Hamat Gader qui est mentionnée dans le talmud et la littérature rabbinique. J'ai une source intéressante [1] mais je peine à identifier les noms à cause des homonymies possibles.

Voici ceux à identifier, ils ont sans doute vécu à un moment de leur vie à Tibériade

  • Rabbi Me'ir (milieu du 2e siècle EC), mentionné dans Midrash Rabbah: Ecclesiastes, VIII, a vécu à Usha en Galilée
  • Rabbis Hanina et Yonathan (3e s.)
  • Rabbis Ami et Judah (fin du 3e siècle) mentionnés dans le talmud de Jérusalem, 'Avoda Zara, V, 15,45b.

Merci pour ton aide !--Kimdime (discuter) 19 juin 2019 à 20:50 (CEST)

Sur le Rav FeuerwerkerModifier

Tout d'abord merci pour les améliorations et remarques. Votre approche est excellente. Ce que j'ai essayé de faire, mais que vous avez amélioré, c'est de montrer ce moment pivotal. La HIAS ne peut plus fonctionner à Marseille. C'est devenu intenable. Elle trouve refuge, pour rayonner à travers la France, dans la ville de Brive-la-Gaillarde, à mon avis un endroit plus sécuritaire que des grandes villes. Ce refuge est offert par le rabbin de Brive. Du point de vue de la Résistance, l'impact n'est plus seulement local, mais national. Bien cordialement. (Leparc (discuter) 30 juillet 2019 à 15:17 (CEST))

Une question technique. 9 références apparaissent maintenant en dessous des Portails, comment les remettre dans la liste? Merci. Bien cordialement. (Leparc (discuter) 30 juillet 2019 à 16:08 (CEST))
C’était un doublon. J'ai corrigé-- Nathan m'écrire 30 juillet 2019 à 16:19 (CEST)
Merci. (Leparc (discuter) 30 juillet 2019 à 16:35 (CEST))
Je m'excuse de revenir à la charge, mais le problème persiste, comme je viens de le constater. Merci d'avance. (Leparc (discuter) 30 juillet 2019 à 16:38 (CEST))
Je viens de voir. Merci. (Leparc (discuter))
Merci. Il faudra que je regarde. (Leparc (discuter) 6 août 2019 à 14:20 (CEST))

Merci pour ce déjà très bel article. --Olevy (discuter) 8 août 2019 à 11:21 (CEST)

A danke, c’était de circonstance en ces jours…-- Nathan m'écrire 9 août 2019 à 13:11 (CEST)
  • Sur le document salvadorien, c'est une déduction qu'il n'a pas été reçu ni utilisé. Il provient de Genève et les communications ne sont pas bonnes. Si le document avait été reçu il aurait peut-être été utilisé pour son épouse et son bébé... Je connais d'autres cas où ces documents ont été créés sans avoir été utilisés, pour les mêmes raisons. Mon impression est que ces documents ont été fais en masse, avec beaucoup de mérite, sans faire des aller-retours de qui en a besoin. Je serais même curieux de savoir combien ont été vraiment utilisés. J'espère qu'il y en a eu...
  • Pour les mariages, enterrements, il faudrait des recherches dans les archives du Consistoire, Bulletin des Communautés...sur les noms. Je ne sais pas si il y a des textes conservés. Je sais que pour le mariage de Robert Cohen, alors champion du monde de boxe, cela a fait la manchette je crois de France-Dimanche... mais je n'arrive pas à retracer en ligne cet article.
  • Pour les dates, en général, je ne vois pas très bien, le problème de chronologie.... Ce n'est pas toujours facile d'aller de A à Z. Une vue d'ensemble est plus abordable.
  • La mention du père Léon Bedrune est basée sur un document manuscrit de ce dernier qu'on m'a fait parvenir. Je ne sais pas si cela a été publié. Je l'ai mentionné par ce que cela correspond à ce que je fais sur Wikipédia, retracer des vies et en particulier de ceux qui ont aidé. J'essaie de percer le silence, lutter contre l'oubli, montrer la valeur, le courage et les contributions de certains. En somme, des vies mémorables.
  • Shabbat shalom, tsom kal.
  • Merci pour tous les efforts.

Bien cordialement. (Leparc (discuter) 9 août 2019 à 14:56 (CEST))

Précisions:
  • Le document salvadorien est daté du 11 janvier 1944, ce qui est très tard déjà pour la suite des événements. On est en plein dans la clandestinité et la survie.
  • Pour le père Bédrune il s'agit d'un texte qui se trouve au centre Edmond Michelet à Brive. Le père Léon Bédrune a fait une conférence à la chapelle Saint Libéral le 23 mai 1986, intitulée "Saint Antoine dans la Résistance". Voir, un article sur le sujet:

"Saint Antoine dans la Résistance" une conférence du père Léon BEDRUNE (Bédrune), à la chapelle Saint Libéral le 23 mai 1986, dans la revue Fidélité N°95 publiée par la Fraternité Edmond Michelet. Bien cordialement. (Leparc (discuter) 9 août 2019 à 17:01 (CEST))

Bien sûr que Mandelbrodt et Moïsi ne relevènt pas de la même période ni de la même dimension.

  • Je n'ai pas la date de la venue de Moshe Koussevitzky, elle doit ètre dans la période 1950-1960, à la Synagogue de la rue des Tournelles. Elle est présentée pour montrer son intérêt à la musique juive. Il est le Hazzan par excellence..
  • Sa carrière universitaire est en parallèle. Vu, ses diverses responsabilités, il n'y consacre pas 100% de son temps mais un temps important. Dans son livre sur l'émancipation, il parle d'un projet qui a mis environ 30 ans à voir le jour, i.e. la publication de ce classique. De plus, il fait partie des historiens des "Annales".
  • Au sujet de Brive, j'essaie de comprendre mieux les étapes:
    • Il est démobilisé le 29 juillet 1940, après l'armistice du 22 juin 1940.
    • Il est affecté par le Consistoire à l'organisation communautaire des réfugiés de Brive et de Corrèze , qui commencent à affluer. Brive n'a jamais connu avant ou après une telle population juive. Ce sont des réfugiés du Nord, avec un certain nombre venus d'Alsace mais aussi des autres régions de France. En passant, c'est le premier - et dernier - rabbin de Brive. A part la Corrèze, il sera responsable du Lot et de la Creuse (ce département est important pour les questions de refuge, de résistance).
    • Il participe à l'assemblée Générale du Rabbinat Français les 3 et 4 septembre 1940 à Lyon sous la présidence du Grand Rabbin de France Isaïe Schwartz.
    • Il est sollicité le 9 décembre 1940 par le Rabbin Samuel Kapel pour organiser une aide matérielle au camp de Gurs qui est dans un état déplorable,ce qui initiera le parrainage de prisonnier dans les différents camps du sud. [Voir, Samuel Kapel "un rabbin dans la tourmente" page 41.]
    • Il crée de toute pièces l'espace communautaire. Il trouve le lieu qui deviendra la Synagogue de Brive au 30 rue Pasteur à Brive -la - Gaillarde et fonde officiellement l' association cultuelle Israélite de Brive enregistrée en sous préfecture le 25 janvier 1941. [Voir, Catherine Poujol Archives juives 2002/2 Vol 35.]. Donc maintenant, il y a une légalité évidente, qui lui permet d'avoir un rôle efficace. Bien cordialement. (Leparc (discuter) 12 août 2019 à 22:29 (CEST))
Il semble qu'il ne s'est pas présenté à l'élection du grand-rabbin de France en 1955, lorsque le rabbin Kaplan est choisi. La source est Catherine Poujol, mais il semble que c'est erroné. Il est nommé adjoint au grand-rabbin de Paris, information exacte.(Leparc (discuter))
A nouveau merci pour tout le travail et les efforts. Bien cordialement. (Leparc (discuter))
La question de la détention du rabbin lorsqu'il passe en Suisse est mentionnée, je parle de mémoire, dans l'article publié en 1980 dans la Revue d'Histoire de la Médecine Hébraïque. Ce que j'ignore c'est la durée, car à l'évidence il sera actif à Genève, pour l'OSE... Il est né à Genève et sa famille vit en Suisse. Mais pendant très longtemps naître en Suisse ne s'accompagnait pas de droit à la nationalité. En Suisse, cela relevait du privilège et non du droit... de devenir Suisse. Son nom figure dans l'entrée à Genève en 1944, à la frontière suisse. La politique suisse était de détenir toute personne entrant illégalement...si on peut appeler cela illégal de (r)entrer dans son pays natal, où sa famille réside. Il est évident qu'il ne tient pas à rester longtemps à Genève. Sa femme et son bébé, où sont-elles, que deviennent-elles? Il se sent responsable de sa communauté. Lui qui a aidé d'autres à quitter la France durant la guerre aurait pu faire de même. Il ne le fait pas, volontairement. (Leparc (discuter) 14 août 2019 à 23:45 (CEST))
Je suppose donc qu'il était alors déjà libre. Je spécule, la détention a du être de courte durée, vu son background, sa naissance en Suisse et ses talents de négociateur. Je n'ai pas plus d'information. A nouveau je pense que la procédure était à l'époque de routine. (Leparc (discuter) 15 août 2019 à 00:12 (CEST))
J'ai consulté l'article de 1980 et n'y trouve pas de référence. Cela demeure un fait, qu'il aurait été détenu pendant environ une semaine, mais je ne trouve pas à présent de source écrite. Si le manque de référence publiée est un problème, la mention peut être omise. Bien cordialement. (Leparc (discuter) 15 août 2019 à 16:54 (CEST))
Je viens de noter qu'au sujet du Cercle d'Etudes du Marais, la liste des personnalités participantes a été supprimée. A mon avis cette liste montre l'impact de ce Cercle. Il n'y a pas d'équivalent à l'époque. Une autre suppression m'étonne: la mention de François Gros, le futur directeur de l'Institut Pasteur. Cette mention montre à nouveau l'influence du rabbin. Je sais que il n'y a pas nécessairement place pour tout dire. Mais il y a ce que j'appelle le contexte. Si on enlève certains éléments on se prive parfois d'une compréhension. A nouveau merci pour tout ce travail. Bien cordialement. (Leparc (discuter) 15 août 2019 à 17:23 (CEST))
Addendum: la liste des personnalités ayant participé au Cercle d'Études du Marais se trouve dans l'article de 1980 de la Revue d'Histoire de la Médecine Hébraïque + programme du Cercle mis en ligne. (Leparc (discuter) 15 août 2019 à 17:33 (CEST))
Merci pour l'explication pour Gros ou Moïsi mais je reviens sur le Cercle d'Etudes du Marais. Les intervenants pour la plupart font partie de l'histoire de France et au delà, ce que trouve important de noter. Si je lis juste qu'il y a un Cercle d'Etudes, je n'en conclus rien ou je passe à côté d'éléments importants, sans m'en rendre compte. Bien cordialement. (Leparc (discuter) 15 août 2019 à 23:19 (CEST))
A nouveau merci pour ce beau travail. Sur l'Unité, je ne crois pas qu'un travail d'analyse existe. Cette publication donne des nouvelles des communautés juste après la guerre, c'est donc une source d'information importante. Bien cordialement. (Leparc (discuter) 16 août 2019 à 14:24 (CEST))

Avertissement suppression « Jésus-Christ (Shingō) »Modifier

Bonjour,

L’article « Jésus-Christ (Shingō) » est proposé à la suppression (cf. Wikipédia:Pages à supprimer). En tant que participant à l'article ou projet associé, vous êtes invité à donner votre avis à l’aune de l’existence de sources secondaires fiables et indépendantes et des critères généraux et spécifiques d'admissibilité.

N’oubliez pas que les principes fondateurs de Wikipédia ne garantissent aucun droit à avoir un article sur Wikipédia.

Accéder au débat

Chris a liege (discuter) 14 septembre 2019 à 01:00 (CEST)

Retour à la page d’utilisateur de « 'Inyan ».