Directeur général

salarié qui occupe le rang le plus élevé dans la hiérarchie d'une organisation sociale

Un directeur général[1] (DG), chef de la direction ou administrateur délégué (en Belgique, en Suisse et en Italie), voire parfois, en anglais, chief executive officer (ou CEO), est le salarié qui occupe le rang le plus élevé dans la direction d'une organisation, que ce soit une entreprise, un organisme à but non lucratif ou une entité publique ou parapublique.

Groupe de directeurs généraux du Fortune 500, en 2015.

Nommé — et éventuellement révoqué — par le conseil d'administration, il reçoit de lui un mandat pour exécuter ses décisions dans le cadre d'une fonction dénommée « direction générale » et lui rend compte périodiquement.

Selon les pays modifier

Amérique modifier

Canada modifier

Au Québec, le directeur général peut être désigné comme le « chef de la direction », rôle qui peut être rempli par le président-directeur général (PDG).

Pour les autres provinces du Canada anglophones, le directeur général (DG) se nomme Chief Executive Officer (CEO)

États-Unis modifier

Aux États-Unis, le directeur général (appelé en anglais américain chief executive officer ou CEO) peut aussi être le président du conseil d'administration (chairman of the board) et le président de la société. Ces rôles sont toutefois séparés dans des organisations plus importantes, afin d'éviter une direction centralisée sur une seule personne et les conflits subséquents avec les actionnaires et les autres membres importants de la société.

Europe modifier

La fonction de président du conseil d'administration de l'organisation et celle de Direction générale sont habituellement séparées, pour les mêmes raisons qu'aux États-Unis. Selon les législations, le cumul des fonctions peut même être illégal.

En Allemagne modifier

En allemand c'est le Geschäftsführer, Geschäftsführung ou Vorstand.

En Belgique, Italie et Suisse modifier

En Belgique, en Suisse et en Italie, le directeur général est dit administrateur délégué.

En France modifier

Dans la société anonyme, la fonction de directeur général peut être assumée par[2] :

Les statuts juridiques de l'organisation doivent prévoir les modalités de désignation et d'élection. La nomination doit faire l'objet d'une publication légale et de l'information du greffe du tribunal de commerce[3].

Le directeur général peut être assisté d'un ou de plusieurs directeurs généraux délégués[4]. Leur nomination est proposée par le directeur général au vote du conseil d'administration et doit également faire l'objet de formalités de publication légale.

La durée du mandat du Directeur général est en général fixée au moment de sa nomination. La cessation de celui-ci peut intervenir du fait de l'échéance du terme, d'une révocation par le conseil d'administration ou d'une démission du Directeur général.

On nomme Directeur général adjoint un salarié exerçant les mêmes fonctions de fait qu'un directeur général, mais n'ayant pas de mandat social, et dont les relations avec l'entreprise sont régies exclusivement par le droit du travail.

Prérogatives particulières en droit français modifier

Les prérogatives du directeur général varient selon la structure, sa taille et sa nationalité, mais l'esprit de la fonction varie peu : haut responsable de tous les dirigeants opérationnels, le directeur général est responsable de la déclinaison de la stratégie de l'entreprise au niveau de toutes ses activités, dont les ventes, la production, et la gestion des ressources.

Pour ce faire :

Dans certaines organisations exerçant des activités importantes ou complexes, le directeur général peut être amené à :

  • prendre en charge lui-même certaines responsabilités opérationnelles (par exemple : tout ou partie du domaine Marketing-Commercial) ;
  • déléguer au contraire certaines de ses attributions par volonté ou par nécessité ;
  • s'entourer d'une équipe de collaborateurs qui lui sont directement rattachés. Celle-ci peut comprendre des personnes investies d'un rôle de conseil ou d'une délégation permanente comme secrétaire général, ou plus ou moins temporaire comme celles données à des chefs de projet ou des chargés de mission.

Au Royaume-Uni modifier

Au Royaume-Uni, une bonne partie des agences gouvernementales et PLCs (traduisible par « société ouverte à responsabilité limitée ») sont dirigées par un Chief Executive qui doit répondre de ses actions auprès du conseil d'administration.

La Limited Company (traduisible par « Société de capitaux » ) est dirigée par un Managing Director.

Dans les collectivités modifier

La fonction de directeur général existe aussi dans les collectivités territoriales (et aujourd'hui souvent sous l'égide d'un Directeur général des services), de même - depuis plusieurs siècles - dans l'administration nationale au début du XIXe siècle, Louis Becquey était directeur général des ponts et chaussées et des mines[5].

Notes et références modifier

  1. Avec des minuscules comme la plupart des fonctions et titres civils, conformément aux conventions typographiques
  2. Code de commerce art. L225-5-1.
  3. Cf. article R123-105 du code de commerce.
  4. Cf. article L225-53 du code commerce.
  5. Conseil général des ponts, & chaussées. (1823). Rapport à Monsieur Becquey... directeur général des ponts et chaussées et des mines : et Mémoire sur les ponts suspendus. L'imprimerie Royale URL:https://books.google.fr/books?id=ZWQUAAAAQAAJ&pg=PA1#v=onepage&q&f=false

Voir aussi modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier