Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Muriel Robin

auteur et interprète de sketches humoristiques
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robin.
Muriel Robin
Description de cette image, également commentée ci-après

Muriel Robin à Basankusu en 2016.

Nom de naissance Muriel Marie-Jeanne Robin
Naissance (62 ans)
Montbrison, Loire, France
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Humoriste, Actrice
Films notables Les Couloirs du temps : Les Visiteurs 2
Marie-Line
Saint-Jacques… La Mecque
Site internet http://murielrobin.com/

Muriel Robin est une humoriste et actrice française, née le à Montbrison (Loire). Après une formation d'actrice classique, elle est révélée au public en tant qu'humoriste, d'abord dans l'émission La Classe, puis dans des one woman show qui font d'elle une vedette au début des années 1990.

Sommaire

BiographieModifier

EnfanceModifier

Muriel Robin est la cadette des trois enfants d'Antoine Robin et Aimée Rimbaud, marchands de chaussures place Saint-Pierre à Montbrison. Elle a deux sœurs, Nydia et Martine. En 1960, la famille s'installe à Saint-Étienne. Très jeune, elle aime faire rire et rêve de devenir chanteuse. Après une scolarité sans éclat passée notamment au cours Sévigné de Saint-Étienne et une certaine préférence pour faire la fête, elle finit par échouer deux fois de suite à son bac. Hésitant sur sa carrière professionnelle, elle commence par vendre des chaussures dans le magasin familial (1975-76), sans être vraiment motivée[1].

Années 1970Modifier

En 1977, âgée de 22 ans, elle quitte Saint-Étienne pour Paris et prend des cours d'art dramatique au cours Florent et prépare le concours d'entrée au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris. Elle est reçue première et suit trois ans durant l'enseignement de ses maîtres, notamment de l'acteur Michel Bouquet[1]. Sortie lauréate du Conservatoire, elle retourne vendre des chaussures à Saint-Étienne.

Années 1980Modifier

En 1981, elle part rejoindre Roger Louret, rencontré à Paris, qui se trouve à Monclar en Lot-et-Garonne avec sa troupe, Les Baladins en Agenais[1]. Elle partage alors la vie de troupe : comédie, comptabilité, régie, etc. Elle y rencontre notamment Elie Semoun et Annie Grégorio.

Son ambition d'alors, selon son propre aveu, est de faire du cinéma et d'obtenir des rôles à l'image de ceux qu'avait interprétés une des comédiennes qui la font rêver : Annie Girardot (qu'elle rencontrera d'ailleurs plus tard et avec laquelle elle deviendra très amie).

En 1983, c'est avec Annie Grégorio qu'elle remonte à Paris pour vivre l'aventure du Petit Théâtre de Bouvard. Elle y rencontre Didier Bénureau. En butte aux méthodes autoritaires de Philippe Bouvard, elle se voit toutefois offrir par celui-ci un rôle dans la pièce qu'il vient d'écrire, Double Foyer. Elle joue ensuite dans la pièce coécrite avec Didier Bénureau, Maman ou Donne-moi ton linge, je fais une machine, en 1986 à Avignon et en 1987 à Paris au Théâtre de Dix heures. La pièce fut d'abord présentée à Monclar, au Théâtre de Poche.

Après un creux dans sa carrière, c'est dans le cadre de l'émission La Classe diffusée sur FR3 (future France 3) qu'elle se fait connaître du grand public, à la fin des années 1980. En 1988, Muriel Robin rencontre Pierre Palmade, un homme qui va beaucoup compter dans sa carrière. Ils deviennent rapidement grands amis et créent ensemble son premier one-woman-show Les majorettes se cachent pour mourir en 1988 au Tintamarre, mis en scène par Roger Louret. Ce spectacle est un vrai succès et propulse Robin dans les médias. Vient ensuite Un point, c'est tout en 1989 au Splendid.

Années 1990Modifier

De 1990-1991 Tout m'énerve à l'Olympia, deux spectacles mis en scène par Roger Louret.

En 1992-1993, Bedos-Robin où Robin propose avec Guy Bedos un spectacle commun à l'Olympia mis en scène par Roger Louret.

En 1994, Robin joue deux pièces de Georges Feydeau avec Pierre Richard (Feu la mère de Madame et On purge Bébé) au Théâtre Edouard VII, mise en scène de Bernard Murat.

En 1995, Robin anime à la radio, sur Europe 1, l'émission Robin Déboise avec Philippe Massé.

En 1996, Tout Robin au Casino de Paris, sélection de sketches anciens.

En 1997, elle obtient son premier rôle au cinéma en remplacement de Valérie Lemercier dans Les Couloirs du temps : Les Visiteurs 2 de Jean-Marie Poiré. La même année, elle écrit et met en scène avec Pierre Palmade le spectacle Ils s'aiment, joué par Pierre Palmade et Michèle Laroque, qui obtient un vif succès public et une nomination au Molière du meilleur one man show ou spectacle de sketches. Elle coécrit et met en scène la suite Ils se sont aimés.

En 1998, elle réalise la mise en scène du spectacle d'Elie Semoun : Elie et Semoun.

En 1998-1999, Toute seule comme une grande à l'Olympia, puis au Zenith et en tournée.

Années 2000Modifier

Elle annonce à l'occasion de la dernière de ce spectacle à l'Olympia, en mai 2000, son intention d'en finir avec le one-woman-show traditionnel afin de se consacrer à son métier de comédienne.

En 2000, premier vrai grand rôle au cinéma dans le rôle éponyme Marie-Line de Mehdi Charef.

Retour sur les planches en 2002, dans la Griffe mis en scène par Annick Blancheteau, au théâtre Fontaine.

Robin crée un spectacle d'un genre nouveau (sketches, music-hall) Au secours à la fin de 2004, présenté ensuite au Grand Rex en janvier 2005. Tournée ensuite et dernière en décembre 2005 au Grand Rex.

Entre-temps, en 2005, Robin est à l'affiche du film réalisé par Coline Serreau Saint-Jacques… La Mecque.

En octobre 2006, Robin crée l'événement télévisuel avec Marie Besnard, l'empoisonneuse, réalisé par Christian Faure. Ce rôle lui vaut de remporter le l'International Emmy Award de la meilleure performance d'actrice[2].

Fin 2006, Muriel Robin fait le bilan de 30 ans de carrière en sortant un coffret DVD, Muriel se plie en quatre, réunissant quatre de ses spectacles les plus emblématiques. En bonus, elle se confie dans une interview rare à la journaliste Sandrine Cohen[3]. Le , elle est vice-présidente du jury de l'élection de Miss France 2007.

Entre 1992 et 2007, elle participe activement chaque année aux concerts des Enfoirés donnés pour Les Restos du cœur créés par Coluche et dont elle a été la marraine jusqu'en 2007. En 2001, elle s'est également engagée, avec la journaliste Marine Jacquemin, aux côtés de La Chaîne de l'espoir dans la réalisation de l'Institut Médical Français pour l'Enfant de Kaboul[4] en Afghanistan. Cet hôpital a ouvert ses portes en 2005.

Muriel Robin est, aux côtés de Line Renaud, à l'affiche de la pièce de théâtre Fugueuses, écrite par Pierre Palmade et Christophe Duthuron. La dernière représentation de la pièce fut diffusée en direct sur France 2, le samedi à 21 heures, et avait réuni près de 8 millions de téléspectateurs (audience exceptionnelle pour une chaîne du service public).

Années 2010Modifier

Robin a vécu plusieurs drames ce qui l'avait poussée à se retirer de la scène médiatique, car en plus de ses problèmes personnels, l'humoriste a perdu sa mère[5]. Ainsi, depuis plusieurs éditions, elle ne fait plus partie de la troupe des Enfoirés, une cause qui lui tient pourtant à cœur[6].

Elle revient en 2013 avec un nouveau spectacle intitulé : Muriel Robin revient... Tsoin Tsoin. Ce spectacle est un triomphe et se prolonge jusqu'en 2014.

Vie privéeModifier

Muriel Robin a indiqué avoir été, au cours de sa vie amoureuse, « avec des hommes, des femmes, encore avec des hommes. Aujourd'hui, je suis avec une femme parce que je suis tombée sur la bonne personne[7]. »

Muriel Robin vit en couple avec la comédienne Anne Le Nen avec laquelle elle s’est pacsée le 5 décembre 2009[8],[9]. Dans une interview du magazine Closer, Robin reconnaît penser au mariage avec celle qui partage sa vie depuis 2006[10].

Dans son livre « Entre émoi et moi » publié en 2011[11], Catherine Lara fait mention de son histoire d'amour passée avec Muriel Robin[12], une histoire qui remonte à la fin des années 1980-début 1990, quand Muriel Robin était au sommet de sa carrière[réf. insuffisante].

Le , lors d'une interview, elle révèle avoir fait une fausse couche lorsqu'elle était plus jeune[7].

SpectaclesModifier

SketchesModifier

Tout m’énerveModifier

  • Les animaux
  • La veste
  • Christine
  • L'amnésique
  • La solitude
  • Le salon de coiffure
  • La lettre et l'addition
  • Le dictionnaire
  • Mme Dupin
  • L'addition
  • Le noir
  • Mélodrame
  • Le répondeur
  • La blague

Bedos/RobinModifier

  • La première valse
  • Les programmes scolaires
  • Dans le noir
  • La maison de retraite
  • Private Club
  • Chantal, Bush et Cie
  • Si j'étais une femme
  • Le noir (suite)
  • Chagrin fiscal
  • Première impro
  • Revue de presse
  • L'annonce faite à Odile
  • Répétition
  • Molière, Musset, Shakespeare et nous
  • L'illusionniste
  • La bête de scène
  • Faut se tirer
  • Sur le balcon
  • Carola
  • Cinq ans après
  • J'ai envie

Toute seule comme une grandeModifier

  • Entrée
  • Le testament
  • Le peintre
  • Pépette
  • Sacha
  • Le barbecue
  • Les vacances
  • La réunion de chantier
  • Je perds tout
  • La vedette
  • Tout groupé

Au secours !Modifier

En janvier 2005, Muriel Robin crée la surprise en présentant son nouveau one-woman show d'un genre nouveau.

En effet, Au secours ! n'est pas, à l'inverse de ses précédents spectacles, une suite de sketches abordant tous un thème ou un type de personnage différents. Ce spectacle, coécrit avec Pierre Palmade, montre, en fil rouge, les mésaventures et les tracas d'une metteur en scène d'une adaptation de Blanche-Neige et les Sept Nains en comédie musicale. Entre une vie privée déprimante, une bisexualité difficile à gérer, des comédiens aussi niais qu'incompétents et une mère atteinte de la maladie d'Alzheimer, la répétition générale, à moins de 15 jours de la première représentation, n'est vraiment pas de tout repos. Crises de nerfs, rires, pleurs, déclarations, passion et amour sont au programme.

Sur plus d'1h50 de spectacle, Muriel Robin mélange comédie, burlesque, théâtre, sentiments, chanson, danse et cabaret. Elle est notamment accompagnée, à la fin du spectacle, de 6 danseurs professionnels qui exécutent avec elle les différentes chorégraphies de sa comédie musicale, que ses acteurs, fictifs, sont incapables de se remémorer.

Véritable prouesse autant technique que physique, le spectacle a été présenté pour la première fois en 2005 au Grand Rex à Paris, complexe cinématographique, dans une salle aux proportions inattendues pour un one-woman show, mais nécessaire à l'installation d'un immense escalier qui joue un rôle important notamment durant les chorégraphies, et aussi à l'exécution des nombreuses danses que Muriel Robin exécute pendant tout le spectacle. La taille du show ne permettait pas à Muriel Robin de se représenter à l'Olympia par exemple, ou au sein de théâtres plus intimistes, lieux de prédilection des one-man show habituels. Elle a d'ailleurs achevé sa tournée nationale à nouveau au Grand Rex, en décembre 2005.

FilmographieModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

DoublageModifier

ThéâtreModifier

ComédienneModifier

Metteuse en scèneModifier

LivresModifier

DistinctionsModifier

Muriel Robin a également été faite chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur lors de la promotion de janvier 2008.

Notes et référencesModifier

  1. a, b et c Jacques Lafitte, Stephen Taylor, Qui est qui en France, J. Lafitte, , p. 1527
  2. a et b « Muriel Robin reçoit l'Emmy Awards du meilleur rôle féminin », sur Libération, (consulté le 26 avril 2015)
  3. [1] [LIEN MORT ?]
  4. Muriel Robin - Presse - TStar 27/03/06
  5. http://www.closermag.fr/stars/news-stars/muriel-robin-va-mieux-et-veut-se-fendre-la-peche-pour-son-retour-sur-scene-162469
  6. http://www.closermag.fr/people/news-people/muriel-robin-les-enfoires-ca-roule-sans-moi-131436
  7. a et b « Ses regrets de ne pas avoir d'enfant, sa bisexualité, ses dépressions... Muriel Robin raconte tout », Metro, 29 juin 2015 (lire en ligne)
  8. « Muriel Robin s’est pacsée avec sa compagne Anne », purepeople.com « News »,‎ (lire en ligne)
    Samedi 5 décembre 2009 : la comédienne Muriel Robin déclare officiellement son amour à sa compagne Anne Le Nen.
  9. Judith Silberfeld et Yannick Barbe, « Muriel Robin : Je constate que j’ai dépassé le stade de la peur et que je dis les choses », yagg, tv.yagg.com « Culture / Rencontres » « Interview vidéo »,‎ (lire en ligne [vidéo])
    Muriel Robin est à l’affiche de « On ne choisit pas sa famille », de et avec Christian Clavier, sorti en salle le 9 novembre 2011. Dans cette interview vidéo, l’actrice évoque son personnage et le couple qu’elle forme dans le film avec la comédienne Helena Noguerra, son coming-out, ainsi que le bonheur qu’elle vit en couple dans la vie réelle avec sa compagne également actrice Anne Le Nen.
  10. http://www.closermag.fr/people/people-francais/muriel-robin-le-mariage-cest-choisir-la-bonne-tenue-194621
  11. Catherine Lara (auteur) et Anne-Charlotte De Langhe (collaboratrice), Entre émoi et moi, Neuilly-sur-Seine, éditions Michel Lafon, , 267 p. (ISBN 2749912040 et 9782749912042, OCLC 708326535, notice BnF no FRBNF42394704)
  12. « Catherine Lara : elle parle de sa relation passée avec Muriel Robin », Staragora,‎ (lire en ligne [[vidéo]])
  13. http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18639390.html
  14. a et b « Historique des nominations aux Molières de 1987 à 2015 » [PDF], sur Les Molières (consulté le 13 janvier 2016)

Liens externesModifier