Ouvrir le menu principal

Yolande Moreau

actrice, réalisatrice et scénariste belge
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moreau.
Yolande Moreau
Description de cette image, également commentée ci-après
Yolande Moreau à la cérémonie des prix Lumières 2014.
Naissance (66 ans)
Bruxelles, (Belgique)
Nationalité Drapeau de la Belgique Belge
Profession Actrice
Réalisatrice
Films notables Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain
Quand la mer monte...
Séraphine
Louise-Michel
Mammuth
Camille redouble
Henri
Voyage en Chine
Le Tout Nouveau Testament
Rebelles

Yolande Moreau, née le à Bruxelles, est une comédienne et réalisatrice belge. Elle est lauréate de trois César : meilleur premier film en 2005, pour Quand la mer monte... et meilleure actrice, pour le rôle d'Irène dans ce même film, et pour celui de Séraphine de Senlis dans Séraphine, en 2009. Elle est à ce jour la seule comédienne belge à avoir gagné deux fois cette récompense.

Sommaire

BiographieModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
 
Yolande Moreau en 2013 au FIFF de Namur.

Son père, wallon, est négociant en bois ; sa mère, flamande, est femme au foyer[1].

À vingt ans, seule avec deux enfants en bas âge, Yolande Moreau se fait embaucher dans un théâtre pour enfants de la Ville de Bruxelles[1] (et contrairement aux informations circulant dans la presse, elle n'a jamais travaillé comme éducatrice[2]). Marquée par un spectacle de Zouc, elle décide de s'adresser à un public adulte et se rend à Paris en stop où elle suit un stage animé par Philippe Gaulier (ancien élève de l'école de théâtre Jacques Lecoq), axé sur le corps, le mime et le masque[1]. Après ce stage, elle retourne à Bruxelles et présente, en 1982, son spectacle Sale affaire, du sexe et du crime, un one-woman-show dans lequel elle interprète, avec un masque hideux à grand nez pour accessoire, une femme qui vient de tuer son amant[1]. Elle présente ce spectacle au Festival du rire de Rochefort (Belgique) où elle remporte le grand prix en 1982.

Agnès Varda lui offre ses premiers rôles au cinéma dans le court-métrage 7 p., cuis., s. de b.... à saisir en 1984 puis l'année suivante dans Sans toit ni loi.

En 1989, Yolande Moreau rejoint la troupe de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff, dont elle devient l'un des piliers. Des spectacles Lapin chasseur (1989), Les Pieds dans l'eau (1992), C'est magnifique (1994) au programme télévisé Les Deschiens (1993-2002), elle joue un personnage fruste et loufoque.

En 2004, elle interprète et coréalise, avec Gilles Porte, Quand la mer monte... où elle joue le rôle, tiré de sa propre expérience, d'une comédienne-humoriste en tournée dans le Nord de la France et en Belgique. Pour ce film, elle se voit décerner le prix Louis-Delluc du meilleur premier film puis les Césars de la meilleure première œuvre de fiction et de la meilleure actrice.

En 2008, elle rejoue Sale affaire, du sexe et du crime à l'occasion du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, dans une nouvelle mise en scène, illustrée en direct par le dessinateur Pascal Rabaté. Elle est également l'actrice vedette de Séraphine de Martin Provost, biographie filmée du peintre Séraphine de Senlis[3]. Son interprétation lui vaut, en 2009, le César de la meilleure actrice pour la seconde fois de sa carrière.

Elle tient aussi, avec son compatriote Bouli Lanners, le haut de l'affiche de Louise-Michel, comédie sociale et burlesque de Benoît Delépine et Gustave Kervern. Elle y joue le rôle d'une ouvrière picarde qui propose à ses collègues de réunir leurs indemnités de licenciement pour payer un tueur professionnel chargé de liquider le patron qui vient de fermer leur usine.

En 2010, elle joue dans Mammuth des mêmes réalisateurs, et apparaît également dans Gainsbourg, vie héroïque de Joann Sfar.

En 2011, elle retrouve le réalisateur Martin Provost qui lui offre, après Séraphine, le rôle principal d'Où va la nuit ; aux côtés de Pierre Moure, Edith Scob et Laurent Capelluto, elle interprète une femme battue, Rose Mayer, qui assassine son mari et part vivre avec son fils à Bruxelles.

En 2012, elle interprète la mère de Noémie Lvovsky, brutalement replongée dans son adolescence des années 1980 dans le film Camille redouble.

En 2013, Yolande Moreau préside la 3e cérémonie des Magritte qui vise à saluer l'excellence de la production cinématographique belge. Elle y remporte le Magritte de la meilleure actrice dans un second rôle pour Camille redouble.

En février 2019, Yolande Moreau enregistre un texte que Laurent Georjin a écrit pour elle, Sept moments avec Amîn, pour La Première RTBF[4]. C'est la première fois qu'elle enregistre un texte pour la radio. Sept moments avec Amîn est diffusé dans l'émission Par Ouï-dire le 29 avril 2019. C'est cette même année que l'actrice signera un appel de Délit Solidaire (association havraise pour l'accueil et la prise en charge des jeunes mineurs isolés issus de l'immigration).

Elle vit actuellement dans une maison en Normandie près de Vernon, dans l'Eure où elle peut se consacrer au jardinage.

FilmographieModifier

ActriceModifier

CinémaModifier

TélévisionModifier

RéalisatriceModifier

 
Yolande Moreau en 2009 à la cérémonie des Étoiles d'or du cinéma français.

ThéâtreModifier

Yolande Moreau a joué dans une dizaine de pièces de théâtre.

En 1981, elle écrit son premier spectacle qu'elle joue à de nombreuses reprises les années suivantes : Sale affaire, du sexe et du crime (seule en scène). La première phrase « J’ai trempé dans un crime, c’est moche, hein ? » marque le début de sa reconnaissance en Belgique.

  • 1989 : Lapin chasseur de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff.
  • 1992 : Les Pieds dans l'eau de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff
  • 1994 : C'est magnifique spectacle de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff
  • 1997 : Les Précieuses ridicules de Molière, mise en scène Jérôme Deschamps et Macha Makeieff, Théâtre national de Bretagne, Odéon-Théâtre de l'Europe
  • 2018 : Prévert : Hommage au grand poète. Christian Olivier compose des musiques et avec Yolande Moreau, ils chantent ou content sur les vers brûlants de Prévert, en compagnie de Serge Begout, guitare, Pierre Payan, clavier, scie musicale et bruitages, Scott Taylor, accordéon, cuivres, percussion. Production Astérios Spectacles.

Box-OfficeModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (mai 2017). Découvrez comment la « wikifier ».
Films ayant dépassé le million d'entrées sur le territoire français.
Titre Année Spectateurs
1 Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain 2001 8 636 041
2 Les Trois Frères 1995 6 897 098
3 Germinal 1993 6 161 776
4 Le bonheur est dans le pré 1995 4 931 618
5 Le Hussard sur le toit 1995 2 552 695
6 9 mois ferme 2013 1 989 530
7 Micmacs à tire-larigot 2009 1 258 804
8 Incognito 2009 1 250 138
9 Gainsbourg, vie héroïque 2010 1 199 451
10 Dans la maison 2012 1 195 518
11 Sans toit ni loi 1985 1 080 143

DistinctionsModifier

DécorationModifier

BibliographieModifier

Elle préface l'ouvrage de Francis Delabre Capenoules! aux (éditions) La Contre Allée, 2010 (ISBN 978-2-917817-02-5).

Hommage en bande dessinéeModifier

En 2010 l'ouvrage Drôles de femmes aux éditions Dargaud écrit par la journaliste Julie Birmant et illustré par Catherine Meurisse s'intéresse à Yolande Moreau, Anémone, Dominique Lavanant, Sylvie Joly, Florence Cestac, Michèle Bernier, Claire Bretécher, Tsilla Chelton, Maria Pacôme et Amélie Nothomb. Selon le magazine Le Nouvel Observateur : « dix artistes féministes livrent spontanément des pans de leur carrière, leurs histoires de famille, mais aussi leurs doutes. Très bavard, très touffu, ce livre est vraiment une réussite, et un bel hommage à des femmes atypiques[8] ». La journaliste se rend chez Yolande Moreau qui « l'accueille dans son potager[9] », et Catherine Meurisse, l'illustratrice, les rencontrera aussi, pour leurs représentations dessinées[10].

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Mathilde Blottière, « La comédienne Yolande Moreau, portrait - Princesse de la rue », Télérama,‎ 17 au 23 janvier 2009, p. 28-30
  2. Yolande Moreau réfute son activité d'éducatrice lors d'un entretien avec Frédéric Taddéi sur Europe 1 le 13/03/2007.
  3. de son vrai nom Séraphine Louis
  4. « FICTION - 'Sept moments avec Amîn', un texte de Laurent Georjin interprété par Yolande Moreau », sur La Première, (consulté le 9 mai 2019)
  5. Nulle part en France, le beau documentaire de Yolande Moreau sur les migrants du nord de la France, sur lesinrocks.com, consulté le 7 avril 2016
  6. Palmarès 2004 du FIFF de Namur, site officiel. « Copie archivée » (version du 3 février 2016 sur l'Internet Archive)
  7. Récompenses attribuées par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles
  8. « Les Drôles de femmes », , magazine Le Nouvel Observateur, du 11/01/2010.
  9. Fiche de l'album, sur le site de l'éditeur, Dargaud.
  10. « Tout est à Lavanant », article journal Libération du 06/03/2010.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liens externesModifier