LGBT au cinéma

genre de cinéma

L'homosexualité a été représentée au cinéma de façons très diverses suivant l'époque, le pays, le contexte culturel ou le regard personnel du réalisateur. Ce thème a été traité dans des comédies, dans le cinéma expérimental, dans des films historiques, policiers, biographiques, d'horreur, de contestation sociale ou de série B.

L'équipe du film La piel que habito (Pedro Almodóvar) au festival de Cannes 2011 en compagnie de Jean-Paul Gaultier, à droite.

On distingue le cinéma à thème LGBT, dont l'intrigue tourne autour de personnages homosexuels et de leurs relations avec les autres, et les films faisant intervenir des personnages LGBT dans des rôles secondaires, dont la sexualité n'entre pas en compte dans la trame du film. La plupart des films de la première catégorie ont pour thèmes l'homosexualité et la bisexualité masculines, alors que le lesbianisme et la transidentité ont été moins souvent abordés.

Historique généralModifier

Alors que la plupart des représentations cinématographiques de l'homosexualité ou, d'une manière plus générale, de l'ambiguïté sexuelle et du travestissement parues entre 1895 et 1934 tendent à donner une image négative de toute « déviance » sexuelle, on assiste à l'époque à une véritable émergence de la question gay au cinéma, qui se manifeste par l'éclosion de talents comme Rudolph Valentino, Louise Brooks ou Jean Cocteau, mais aussi par le succès remporté par les chefs d'œuvre de Leontine Sagan (Jeunes filles en uniforme, Allemagne, 1931), Josef von Sternberg (Cœurs brûlés, États-Unis, 1931), James Whale (Frankenstein, Une soirée étrange, États-Unis, 1931 et 1932) ou encore Jean Vigo (Zéro de conduite, France, 1933)[1].

À partir de 1933, l'homosexualité est bannie des écrans, non seulement dans l'Allemagne nazie, dans l'Italie de Mussolini, en URSS, toujours soumise à un régime clairement autoritaire, et, un peu plus tard, dans l'Espagne franquiste, mais aussi au Royaume-Uni, qui peine à s'affranchir d’une morale victorienne particulièrement virulente, et aux États-Unis, où est adopté un code de censure (Code Hays) excessivement rude. La France reste pratiquement le seul pays au monde où subsiste une certaine tolérance ce dont témoignent Hôtel du Nord (Marcel Carné, 1938) et La Règle du jeu (Jean Renoir, 1939)[2].

Dans les années 1930, 1940 et 1950 les réalisateurs durent aux États-Unis faire preuve d'une inventivité incroyable pour traiter, d'une manière ou d'une autre, de sujets que le Code Hays rejetait catégoriquement. Si certains de leurs films ont construit leur réputation sur leur évidente ambigüité, il est clair que certaines œuvres n'ont pas pour ambition de donner une image positive de l'homosexualité. Néanmoins, certains réalisateurs choisissent de montrer au spectateur en quoi la société fait preuve d'une très grande intolérance envers tout ce qui ne correspond pas à la norme.

Depuis le début des années 1960 et l’assouplissement des règles de représentation de l'homosexualité, bon nombre de films posent un questionnement sur le genre, que ce soit de manière inédite (Fassbinder en Allemagne, Almodóvar en Espagne, Gus Van Sant, Todd Haynes et Gregg Araki aux États-Unis) ou en recyclant avec plus ou moins d'habileté les clichés réservés aux homosexuels. En France, les films La Cage aux folles (Édouard Molinaro, 1978), Papy fait de la résistance (Jean-Marie Poiré, 1983) ou encore Le père Noël est une ordure (Jean-Marie Poiré, 1982) font preuve d'un regard relativement nouveau sur la question[3].

 
Jake Gyllenhaal, l'un des protagonistes du Secret de Brokeback Mountain (Ang Lee, 2005), film qui présenta l'homosexualité dans un milieu on ne peut plus masculin et hétérosexuel, celui des westerns.

Jusque là, les homosexuels étaient représentés sous une forme stéréotypée ou dans des rôles d'assassins impitoyables ou d'êtres perturbés à penchant suicidaire, des exceptions se trouvant dans le cinéma indépendant nord-américain ou dans certaines productions européennes. Le tournant dans le domaine grand-public, semble avoir été atteint en 2006 par Le Secret de Brokeback Mountain d’Ang Lee qui, par son succès mondial, le nombre impressionnant de récompenses et les réactions qu'il a déclenchées, a permis sans doute de faire atteindre une nouvelle dimension à ce genre, un impact social avec un vaste écho. Deux ans plus tard, Gus Van Sant tourne Harvey MilkSean Penn remporte l' Oscar du meilleur acteur ; le scénariste du film, Dustin Lance Black, déclare alors au quotidien Le Monde :

« c’est le premier film hollywoodien grand public où le personnage est gay sans s'excuser de l'être[4]. »

Cette situation évolua peu à peu jusqu'à l'époque actuelle, où les grandes sociétés de production réalisent des films s'adressant avant tout au public LGBT, avec des personnages et des scénarios plus réalistes, et présentés dans des salles commerciales ou dans les nombreux festivals de cinéma LGBT se tenant un peu partout dans le monde. Une grande partie de ces films récents montrent combien il est difficile de faire son coming out et exposent au spectateur la réalité à laquelle sont confrontés les homosexuels.

Le cinéma LGBT par paysModifier

Cinéma des États-UnisModifier

Cinéma de HollywoodModifier

Après de courageux débuts dans le court métrage, avec Lot in Sodom (James Sibley Watson et Melville Webber, 1933), qui traitait les homosexuels comme des satyres dépravés, avides de sexe, mais, s'inspirant de l'histoire sainte, esthétisait le désir homo et ajoutait l'incontournable touche de culpabilité judéo-chrétienne[5], ce ne fut qu'au XXIe siècle que le film Le Secret de Brokeback Mountain (Ang Lee, 2005) présenta les homosexuels au grand public comme des hommes « normaux », à l'aspect traditionnellement masculin et dépourvus de toute pathologie censée justifier la présence de tels personnages dans le film[6].

Origines: Cinéma muetModifier

Le cinéma a traité de l'homosexualité dès ses premiers balbutiements. L'une des premières scènes homosexuelles que l'on ait conservées provient d'une expérimentation de Thomas Edison de 1895, où l'on peut voir deux hommes dansant ensemble alors qu'un troisième joue un air de violon, bien que l'intention ne fût pas précisément celle qu'on veut bien lui prêter. Ultérieurement, dans les premières productions commerciales, l'homosexualité était présentée sous un angle humoristique, sous forme de gags. Ainsi, dans une scène du film A Florida Enchantment, de Sidney Drew, (1914), on voit deux femmes laissant de côté leurs partenaires pour danser ensemble, les deux hommes repoussés de la sorte se mettant à leur tour, après quelque hésitation, à en faire autant[7].

Pendant cette période, on représentait les hommes homosexuels sous une forme stéréotypée, en exagérant leur efféminité pour qu'un public populaire pût distinguer les personnages gays sans qu'il fût besoin de paroles. Citons à titre d'exemple une scène du film de Charlie Chaplin Charlot fait du ciné (Charlie Chaplin et Edward Brewer, 1916), où Charlot donne un baiser à une femme vêtue en homme, mais dont il sait qu'elle est une femme, tandis qu'un autre homme, les voyant, commence à tourner autour d'eux avec des airs manifestement efféminés pour attirer leur attention, mais se fait chasser par Charlot par un coup de pied dans le derrière[8].

Cinéma classique : des années 1930 aux années 1960Modifier

Dans le cinéma muet, le personnage de tapette (« sissy » en anglais) se trouvait déjà dans les films de Hollywood, mais ce n'est qu'après l'apparition du cinéma sonore qu'il devint vraiment populaire. Bien qu'il ne fût jamais fait mention des préférences sexuelles ou affectives de ces personnages, l'audience pouvait facilement les identifier comme homosexuels, car ils reflétaient exactement les clichés colportés à leur égard dans la société. Ils y étaient représentés comme des personnages extrêmement maniérés, affectés, aux fines moustaches et souvent grotesquement maquillés. Ils faisaient rire les spectateurs et, en comparaison avec eux, les hommes se sentaient plus masculins et les femmes plus féminines. On les trouve dans des films comme Broadway Melody (Harry Beaumont, 1929), Haute Société (George Cukor, 1932), La Joyeuse Divorcée (Mark Sandrich, 1934) ou Myrt and Marge (Al Boasberg, 1933).

À cette époque, les hommes portant des habits ou adoptant des attitudes propres aux femmes suscitaient des réactions tout autres que les femmes assumant un rôle masculin. Alors que les premiers faisaient l'objet de plaisanteries ou de situations comiques, les secondes étaient considérées comme attractives autant par les hommes que par les femmes. On peut constater cette réaction dans le film Cœurs Brûlés (Josef von Sternberg, 1930), où Marlene Dietrich revêt un smoking d'homme dans une boîte de nuit et est applaudie par toute l'assistance lorsqu'elle donne un baiser sur la bouche à une autre femme[9].

 
Greta Garbo, icône lesbienne.

Autre film évoquant le lesbianisme, La Reine Christine (Rouben Mamoulian, 1933), qui, bien que l'histoire eût été modifiée pour ne pas faire directement allusion à l'homosexualité de Christine de Suède, relatait l'étroite amitié qui la liait à l'une de ses servantes[10].

Sa protagoniste, Greta Garbo, et Marlene Dietrich, mentionnée plus haut, devinrent les deux icônes lesbiennes par excellence de l'histoire du cinéma[11].

Dans les années 1930, l'Église catholique et certaines branches du protestantisme, menacèrent, par le biais de la Ligue pour la vertu et de la Ligue des femmes, d'appeler au boycott pour protester contre le contenu de certains films considérés comme indécents et nuisibles pour la société. Pour atténuer ces pressions, l'industrie cinématographique de Hollywood approuva le Code Hays, imaginé par William Hays, dont l'objectif était de censurer tous les contenus considérés indécents[12]. Figuraient parmi ces contenus les nus, les baisers trop fougueux, l'avortement, la prostitution ou les perversions sexuelles, dont l'homosexualité. Entre 1934 et 1967, la censure était autorisée à modifier des dialogues, des scènes, des personnages ou des trames qui ne respectaient pas les principes du code. Ainsi, dans Le Poison (Billy Wilder, 1945) les doutes qui hantent le protagoniste au sujet de sa sexualité, explicites dans le roman sur lequel le film se base, sont passés sous silence[13]. Feux croisés (Edward Dmytryk, 1947) modifie le propos du livre dont il s'inspire, L'Aventure du caporal Mitchell de Richard Brooks, éliminant les allusions à des meurtres perpétrés contres des homosexuels pour en faire un film sur les assassinats de juifs[14].

 
Tant dans sa période britannique qu'américaine, Alfred Hitchcock traita de l'homosexualité, dans des films comme Rebecca (1940) ou La Corde (1948).

La nouvelle censure du Code Hays interdisait toute référence à l'homosexualité, mais ne parvint pas à éradiquer sa présence dans le cinéma. La principale différence avec la période antérieure était que les homosexuels n'étaient plus un élément comique, mais assumaient le rôle de personnes dépravées, conformément au concept d'homosexualité que le Code Hays s'appliquait à transmettre à la société, obligeant réalisateurs et scénaristes à rechercher des formes éludées ou sous-entendues pour raconter ce qu'ils avaient à dire. Dans certains films comme La Fille de Dracula (Lambert Hillyer, 1936), Rebecca (Alfred Hitchcock, 1940), ou, plus tard, Femmes en cage (John Cromwell, 1950), on voyait des lesbiennes capables de poursuivre leurs objectifs sans aucun scrupule, bien qu'il ne fût pas dit explicitement qu'elles étaient homosexuelles. Dans La Femme aux chimères (Michael Curtiz, 1950), une biographie du cornettiste de jazz Bix Beiderbecke, Lauren Bacall interprétait une femme bisexuelle qui mène une vie autodestructrice et désordonnée. De même, dans le film La Corde (Alfred Hitchcock, 1948), deux jeunes étudiants, interprétés par John Dall et Farley Granger, dont la relation amoureuse est suggérée en filigrane, assassinent un camarade[15].

 
Le duel entre Joan Crawford et Mercedes McCambridge dans Johnny Guitare (1954) illustre la façon d'aborder le lesbianisme à l'époque du Code Hays.

Comme toute allusion directe à l'homosexualité était proscrite, seule une insinuation était possible, à l'aide de clins d'œil, que le public saisissait aisément. Ainsi, dans Le Faucon maltais (John Huston, 1941), un classique du film noir, le personnage interprété par Peter Lorre, qui, dans le roman de Dashiell Hammett, est gay, est présenté au détective Sam Spade (interprété par Humphrey Bogart) le pommeau de sa canne appuyé sur la commissure de ses lèvres, l'accompagnement musical suggérant un parfum aux notes féminines. On trouve aussi des westerns où l'homosexualité est insinuée, comme dans certaines scènes entre Montgomery Clift et John Ireland dans le film de Howard Hawks La Rivière rouge (1948). Dans l'une de ces scènes, ils comparent amoureusement la longueur de leur pistolet et la précision de leurs tirs[16]. Deux autres exemples de la façon dont est traitée l'homosexualité en cette période des grandes productions de Hollywood : le lesbianisme voilé des protagonistes de La Blonde du Far-West (David Butler, 1953), avec Doris Day, et Johnny Guitare (Nicholas Ray, 1954), où l'on assiste à un duel interprétatif entre Joan Crawford et Mercedes McCambridge. La perception des gays dans la société américaine des années 1950 est bien restituée dans le long-métrage Thé et sympathie (1956) de Vincente Minnelli. Basée sur la pièce de théâtre homonyme de Robert Anderson, qui fut chargé de l'adapter au cinéma, il relate les efforts déployés par un jeune homme issu d'une famille aisée pour faire taire les rumeurs sur son homosexualité.

 
Charlton Heston, protagoniste de Ben-Hur (William Wyler, 1959), film qui, par le biais de doubles sens, passait outre à la censure du code Hays frappant l'homosexualité.

À la fin des années 1950, on commença dans quelques films à insinuer des relations sexuelles entre des personnes du même sexe ; ce fut alors que la censure se mit à opérer d'une manière plus effective. Des films comme Ben-Hur (William Wyler, 1959) purent s'y soustraire grâce à un traitement quasi subliminal de la relation gay que suggère le film[17]. Comme l'affirme Gore Vidal, romancier et scénariste du film, dans le documentaire The Celluloid Closet, la trame de Ben-Hur tournait autour de la relation homosexuelle que les deux personnages principaux avaient entretenue pendant leur adolescence, relation traitée dans le film comme une amitié. Le cas de Spartacus (Stanley Kubrick, 1960), est différent ; dans ce film, la censure supprima une scène où l'on voit l'esclave (Tony Curtis) partager le bain de son maître (Laurence Olivier), alors que les deux personnages font discrètement allusion à leur homosexualité, évoquant une subtile différence de goût entre les huîtres et les escargots[18].

 
Dans Soudain l'été dernier (Joseph L. Mankiewicz, 1959), Katharine Hepburn interprète une mère prête à tout pour éviter que soit révélée l'homosexualité de son fils.
 
Le film La Chatte sur un toit brûlant (Richard Brooks, 1958) fut censuré pour que fût dissimulée l'homosexualité du protagoniste, élément majeur de la pièce de Tennessee Williams dont il s'inspire.

De même, les films La Chatte sur un toit brûlant (Richard Brooks, 1958)[19] et Soudain l'été dernier (Joseph L. Mankiewicz, 1959)[20], tous deux basés sur des pièces de théâtre de Tennessee Williams, furent censurés pour que l'homosexualité des ses protagonistes n'apparût pas de manière directe, bien qu'elle fût subtilement évoquée.

Au début des années 1960, la censure s'assouplit et le code Hays cessa progressivement d'être appliqué dans la majorité des cas, mais il restait encore à abattre le dernier tabou, l'homosexualité. Les réalisateurs, las des restrictions, commencèrent à tourner des films abordant clairement le thème des lesbiennes et des gays, mais toujours selon un prototype qui collait à ces personnages : ils devaient mener une vie tourmentée qui culminait en une fin tragique, que ce fût une mort violente ou un suicide.

Ce changement d'attitude se reflète dans le personnage de Platon (Sal Mineo), dans La Fureur de vivre (Nicholas Ray, 1956), qui, tombé amoureux de l'irrésistible Jim (James Dean), finit tué par un agent de police. Dans La Rue chaude (Edward Dmytryk, 1962), Dove (Laurence Harvey) retrouve son amour perdu Hallie (Capucine) dans une maison close, où elle entretient une relation lesbienne avec la patronne Jo (Barbara Stanwyck). Dans Tempête à Washington (Otto Preminger, 1962), un sénateur fait l'objet d'un chantage à cause de son homosexualité.

 
« Une vilaine rumeur peut-elle détruire ce qui est beau ? » Le terme « lesbianisme » n'apparaît pas dans le film La Rumeur (William Wyler, 1962), mais il est clair que c'est là le motif de la rumeur qui déclenche la trame.

L'exemple le plus paradigmatique est donné par La Rumeur (William Wyler, 1962), où Martha (Shirley MacLaine) est obnubilée par le fait d'être tombée amoureuse de sa collègue Karen (Audrey Hepburn) et finit par se suicider[21]. À la fin des années 1960, le terme « homosexuel » était déjà utilisé ouvertement dans certains films, enclins il est vrai à donner une vision truculente de la vie des lesbiennes et des gays. Le Détective (Gordon Douglas, 1968) raconte l'histoire d'un détective qui n'assume pas son orientation sexuelle. Dans Le Renard (Mark Rydell, 1968) un homme s'interpose dans un couple lesbien et parvient à « convertir » l'une d'elles à l'hétérosexualité, alors que l'autre meurt écrasée par un arbre. À l'aube de la nouvelle décennie paraît une tragicomédie audacieuse de thématique gay, L'Escalier (Stanley Donen, 1969)[22]. Richard Burton et Rex Harrison y incarnent un couple de coiffeurs homosexuels, accusés d’atteinte à la morale et empêtrés dans des situations cocasses.

Cinéma contemporain : à partir des années 1970Modifier
 
Michael York interprète un homosexuel sans complexe de culpabilité dans le film Cabaret (Bob Fosse, 1972).

Au début des années 1970 furent tournés les premiers films marquant une nouvelle évolution dans la relation entre l'industrie cinématographique et l'homosexualité, au moment précisément où le mouvement LGBT faisait ses premiers pas. Les Garçons de la bande (William Friedkin, 1970) fut le premier film gay à avoir été produit à Hollywood sans issue tragique, bien que sa vision stéréotypée des gays n'eût pas été bien accueillie parmi les activistes LGBT[23]. Le film met en scène un groupe de gays où priment l'amitié et la camaraderie, bien que par moments, certains des personnages s'adonnent, dans une attitude d'auto-compassion, à des réflexions sur leur condition sexuelle. Le film Cabaret (Bob Fosse, 1972) fit un pas de plus, Michael York jouant un gay résolu à assumer sa sexualité sans sentiment de culpabilité. Malgré ces exceptions et la tombée des tabous, qui permettait de représenter librement l'homosexualité, des films comme Point limite zéro (Richard C. Sarafian, 1971)[24] et Les Anges gardiens (Richard Rush, 1974) renouent avec le vieux stéréotype des délinquants gays finalement traduits en justice par le héros hétérosexuel.

 
Al Pacino,principal protagoniste du film controversé La Chasse (William Friedkin, 1980).

Encore au début des années 1980, des films comme Windows (Gordon Willis, 1980), Fanatique (Edward Bianchi, 1981) et La Chasse (William Friedkin, 1980) persistaient à voir dans les lesbiennes et les gays des assassins déments et sans scrupules[25]. Ce dernier film, mettant en scène un tueur en série qui localisait ses victimes dans des lieux d'ambiance leather, eut un effet quelque peu inédit jusqu'alors : les homosexuels, las de se voir représentés sous un jour négatif dans le cinéma de Hollywood et conscients de l'influence que celui-ci exerçait dans l'imaginaire collectif de la société, organisèrent des démonstrations massives dans différentes villes nord-américaines pour faire obstacle à sa distribution. Finalement, le film La Chasse fut retiré des écrans et les manifestations contribuèrent à ce que l'industrie cinématographique prît conscience de l'exaspération qu'éprouvait le collectif LGBT devant la mauvaise image qu'en donnait le cinéma. Pour ainsi dire en réconciliation allait paraître, en 1982, la comédie policière Partners (James Burrows, 1982), interprétée par Ryan O'Neal et John Hurt. Peu après fut lancé Clins d'œil sur un adieu (Bill Sherwood (en), 1986), début à l'écran pour l'acteur Steve Buscemi, qui interprète un musicien homosexuel porteur du virus du sida[26]. Ce fut la première production à aborder de près cette thématique, bien avant certains films plus connus comme Les Soldats de l'espérance (Roger Spottiswoode, 1993) et Philadelphia (Jonathan Demme, 1993).

À partir de ce moment, le cinéma s'adressant au grand public hollywoodien commença à produire des films qui traitaient les homosexuels avec respect, dont deux, tournés en 1982, jouèrent le rôle de pionniers : Making love (Arthur Hiller), qui retraçait une relation entre deux hommes, et Personal Best (Robert Towne), qui parlait de l'amour entre femmes. Dans le premier, un médecin marié éprouve une crise dans sa sexualité et se lance dans une histoire d'amour avec un écrivain gay interprété par Harry Hamlin. Le deuxième film met en scène deux athlètes d'élite interprétées par Mariel Hemingway et Patrice Donnelly (en) qui tombent amoureuses l'une de l'autre, mais dont les rapports sont perturbés lorsque l'une d'entre elle s'engage dans une relation hétérosexuelle.

 
Cher a participé à des films, comme Le Mystère Silkwood (1983), qui lançaient une message de tolérance envers les homosexuels.

À cette époque et jusqu'au début des années 1990, Hollywood produisit toute une série de films dans lesquels les personnages et les rapports homosexuels, notamment lesbiens, sont présentés sous des formes différentes. Si dans Le Mystère Silkwood (Mike Nichols, 1983) le personnage interprété par Cher vit ouvertement son homosexualité[27], dans d'autres films comme La Couleur pourpre (Steven Spielberg, 1985)[28], Beignets de tomates vertes (Jon Avnet, 1991)[29] ou Le Silence des agneaux (Jonathan Demme, 1991), les protagonistes lesbiennes ne se présentent pas comme telles d'une manière aussi manifeste que dans les romans sur lesquels se basent les films[30]. Le lesbianisme est également représenté pendant cette période dans des films comme Basic Instinct (Paul Verhoeven, 1992), déclenchant des manifestations des associations LGBT des États-Unis qui protestaient contre le fait que trois personnes incriminées étaient bisexuelles, dont le personnage incarné par Sharon Stone, perpétuant ainsi l'image négative de l'homosexualité[31]. La profonde amitié entre les protagonistes de Thelma et Louise (Ridley Scott, 1991) a souvent aussi été interprétée comme une relation lesbienne.

 
L'interprétation de Tom Hanks, avocat séropositif dans Philadelphia (Jonathan Demme, 1993), lui valut l'Oscar du meilleur acteur.

Philadelphia (Jonathan Demme, 1993), deuxième film à budget élevé et à acteurs renommés à aborder le thème du sida (après Les Soldats de l'espérance) aux États-Unis, a marqué au début des années 1990 un changement dans le cinéma de Hollywood[32]. Toutefois, le fait que les personnages de Tom Hanks et Antonio Banderas n'échangeassent pas de gestes d'affection typiques d’une relation amoureuse et l'absence de femmes homosexuelles suscitèrent des commentaires défavorables de la part de certains critiques du cinéma LGBT. Dans une interview du documentaire The Celluloid Closet (Rob Epstein et Jeffrey M. Friedman (en), 1996) Hanks révéla que quelques scènes où se manifestait une affection plus profonde entre lui et Banderas avaient été éliminées, dont une scène les montrant tous deux au lit (bien que l'édition sur DVD de ce film comporte bien cette scène). Le film remporta l'Oscar du meilleur acteur (Tom Hanks) et de la meilleure chanson (Bruce Springsteen pour Streets of Philadelphia)[33]. La trame s'inspirait en partie de l'histoire de Geoffrey Bowers, un avocat qui, en 1987, porta plainte contre le cabinet d'avocats Baker & McKenzie pour licenciement abusif. C'était là l'un des premiers cas de discrimination liée au sida.

 
La carrière du réalisateur taïwanais Ang Lee a été marquée par quelques films importants sur la thématique LGBT, comme Garçon d'honneur (1993) ou Le Secret de Brokeback Mountain (2005).

Depuis le milieu des années 1990, l'industrie nord-américaine présente une série de comédies qui abordent l'homosexualité comme thème principal ou secondaire, avec des personnages avenants et positifs. Garçon d'honneur (Ang Lee, 1993)[34] adoptait la structure d'une comédie d'intrigue style George Cukor où, dans un heureux couple homosexuel, l'un des deux partenaires se marie avec une fille, avec la complexité de l'autre, pour sauver les apparences envers ses parents attachés aux traditions. On retrouve une structure semblable dans In and Out (Frank Oz, 1997), avec Kevin Kline, Tom Selleck et Matt Dillon dans les rôles principaux, où un professeur de littérature assiste à la révélation de son homosexualité par un ancien élève, acteur célèbre, lors de la remise à ce dernier de l’Oscar du meilleur acteur[35]. Le Mariage de mon meilleur ami (P. J. Hogan, 1997), avec Julia Roberts et Cameron Diaz en tête d'affiche, est une comédie ubuesque dans laquelle le personnage gay joué par Rupert Everett prête main forte à son amie dans une manœuvre fallacieuse afin de l'aider à conquérir un garçon amoureux d’une autre[36]. Autre exemple, Pour le pire et pour le meilleur (James L. Brooks, 1997)[37], dans lequel l'écrivain taciturne interprété par Jack Nicholson, tombé amoureux d'une serveuse (Helen Hunt), profite, comme excuse pour lui faire la cour, d'une mésaventure survenue à son voisin, un artiste homosexuel Greg Kinnear. Extravagances (Beeban Kidron, 1995)[38] tire avantage de sa distribution (Patrick Swayze, John Leguizamo et Wesley Snipes) pour conter les aventures d'un groupe de drag queens traversant les États-Unis. Sur un registre juvénile, Méprise multiple (Kevin Smith, 1997)[39], interprété par Ben Affleck et Jason Lee, met en scène deux amis, dessinateurs de comics, dont l'un tombe amoureux d'une dessinatrice lesbienne (Joey Lauren Adams). Dans le film American Beauty (Sam Mendes, 1999)[40], qui a remporté cinq Oscars, le thème de l'homosexualité est aussi abordé au niveau d'un personnage secondaire.

 
Felicity Huffman dans Transamerica (Duncan Tucker, 2005), film qui aborde la transsexualité et les rapports familiaux.

Dans La Maison au bout du monde (Michael Meyer, 2004), deux amis remettent en cause leurs relations passées, y compris celle qui les lie[41]. Il convient de relever que, parmi les Oscars de 2006, trois films à thématique LGBT ont reçu des nominations : Le Secret de Brokeback Mountain (Ang Lee, 2005) avec 8 nominations et 3 statuettes[42], Transamerica (Duncan Tucker, 2005) avec 2 nominations[43] et Capote (Bennett Miller, 2005)[44], film biographique sur l'écrivain Truman Capote, qui obtint 5 nominations et le prix du meilleur acteur pour Philip Seymour Hoffman. En 2008, Sean Penn remporta l'Oscar du meilleur acteur pour son interprétation dans le film Harvey Milk (Gus Van Sant, 2008)[45], basé sur la biographie de l'homme politique gay Harvey Milk. Parmi les autres films à retenir de cette décennie, nous trouvons Le Talentueux Mr Ripley (Anthony Minghella, 1999)[46], la comédie dramatique I Love You Phillip Morris (Glenn Ficarra et John Requa, 2009), interprétée par Jim Carrey et Ewan McGregor[47], ou Bobby, seul contre tous (Russell Mulcahy, 2009), basé sur le livre homonyme de Leroy F. Aarons et interprété par Ryan Kelley et Sigourney Weaver, qui puise ses origines dans une histoire vraie s'étant produite à la fin des années 1970 et au début des années 1980[48].

 
Barry Jenkins (réalisateur et scénariste) avec les acteurs André Holland (Kevin) et Ashton Sanders (en) (Chiron) du film Moonlight, Oscar et Golden Globe du meilleur film en 2017.

Dans l'édition 2017 des Oscars le film Moonlight (Barry Jenkins, 2016)[49] fut proclamé meilleur film de l'année après un incroyable cafouillage lors de la remise des enveloppes[50]. Moonlight remporta les Oscars du meilleur film, du meilleur acteur dans un second rôle (Mahershala Ali) et du meilleur scénario adapté (Barry Jenkins et Tarell Alvin McCraney) et obtint également le Golden Globe 2017 du meilleur film. Il raconte l'histoire d'un jeune Afro-Américain qui vit dans un quartier sensible de Miami. Structuré en trois parties correspondant à l’enfance, à l’adolescence et à l’âge adulte, Moonlight relate la vie de Chiron (Alex Hibbert, Ashton Sanders (en) et Trevante Rhodes), un enfant orphelin de père, timide et renfermé, dont la mère est addicte au crack et qui, lui-même victime de harcèlement scolaire, découvre son homosexualité avec son ami Kevin (Jaden Piner, Jharrel Jerome et André Holland).

Cinéma indépendant et cinéma de genreModifier

La principale différence entre le cinéma de Hollywood et les producteurs de cinéma indépendant dans le traitement de l'homosexualité réside dans le fait que ces derniers s'abstiennent de porter un jugement sur la sexualité des personnages ou de mettre en question leurs motivations. Les premières productions cinématographiques de cette catégorie se limitent au « film d'exploitation », basé sur les interdits et les tabous de la société tels que le crime, le sexe, la violence et les drogues.

Origines : cinéma « cautionary » (1930-1940)Modifier

Les premières représentations de l'homosexualité dans le cinéma indépendant nord-américain remontent au cinéma dit « cautionary », supposé devant tenir lieu de mise en garde, de mesure de précaution, qui est apparu dans les années 1930[51]. Ce type de films avait pour thèmes la consommation de drogues, le métissage, la promiscuité sexuelle, l'homosexualité, l'avortement et la fornication, le but officiellement poursuivi étant d'éduquer et d'avertir l'audience. Malgré tout, des idées erronées y étaient introduites et il jouissait d'une grande popularité, aucune censure ne venant s'y opposer avant l'application du Code Hays.

Cinéma d'exploitation (1950-1970)Modifier

 
Affiche du film d'exploitation lesbien Chained Girls (en) (1968).

Le cinéma d'exploitation reprend ces thèmes récurrents et les productions cinématographiques, généralement à faible budget, prétendent remporter un succès commercial et se positionner parmi les films culte plus par des thématiques triviales que par leur qualité esthétique. Elles connurent leur âge d'or dans les années 1960 et 1970, avec la popularisation de l’esthétique camp de l'efféminement et la culture « closet » antérieure aux émeutes de Stonewall, qui se référait à l'homosexualité, à la transidentité et aux drag queens[52]. L'un des premiers films sur le travestissement à avoir été tourné en marge de l'industrie de Hollywood a été la production de série B Louis ou Louise (1953), avec Ed Wood comme réalisateur et acteur principal, lequel fut qualifié de « plus mauvais cinéaste de l'histoire du cinéma » par les critiques Michael et Harry Medved dans leur livre de 1980 The Golden Turkey Awards. Le thème de Louis et Louise se base sur la propre vie de Wood et celle de Christine Jorgensen, l'une des premières personnes transsexuelles à avoir changé de sexe[53].

Tout aussi iconoclaste que Wood, le réalisateur Kenneth Anger a exercé une influence considérable sur le cinéma moderne. On trouvait dans ses films, dont Scorpio Rising (1963), aussi bien le fétichisme gay, que l'occultisme et les drogues[54].

Cinéma contemporain: à partir des années 1960Modifier

 
Andy Warhol, Paul Morrisey et Tennessee Williams. Trois icônes de la culture LGBT nord-américaine du XXe siècle.

Pendant la deuxième moitié des années 1960, le réalisateur Paul Morrissey tourna dans la Factory, avec Andy Warhol comme producteur, de nombreux films expérimentaux traitant sans ambages de l'homosexualité et de la transsexualité[55], dont Lonesome Cowboys (1968), un western se déroulant dans un village habité uniquement par des hommes, et tout particulièrement la trilogie Flesh, composée de Flesh (1968), Trash (1970) et Heat (1972) et figurant parmi les premières productions à montrer le corps masculin comme un objet érotique, faisant de son acteur protagoniste, Joe Dallesandro, un sex-symbol du monde gay[56].

Les films comme ceux de Warhol et Morrissey et l'avènement de la contre-culture dans les années 1960 marquèrent la naissance du cinéma underground de la décennie suivante, genre représenté par plusieurs réalisatrices qui abordèrent le lesbianisme sous un angle politique et féministe. La première à s'engager dans cette voie a été la réalisatrice Barbara Hammer, qui, depuis 1968, a tourné de nombreux films expérimentaux sur cette thématique, dont elle est considérée comme la pionnière[57]. Hammer a traité l'érotisme lesbien et a représenté sans tabous le corps féminin dans des films comme Dyketactics (1974), Menses (1974) et Multiple Orgasm (1976). Autre nom important du cinéma féministe lesbien : Jan Oxenberg, dont les films critiquent les stéréotypes culturels hétérosexuels et homosexuels en ayant recours à un sens de l'humour particulier qui porte parfois à controverse. Les travaux de Hammer et Oxenberg ont exercé une influence sur plusieurs réalisatrices comme Greta Schiller, Su Friedrich et Lizzie Borden, qui ont approfondi cette représentation militante du lesbianisme, opposée à celle traditionnellement divulguée par la culture dominante.

 
Les films de John Waters, notamment ses productions en collaboration avec Divine, sont provocateurs, pervers et hilarants.

Toujours dans les années 1970, John Waters devint une référence incontournable dans le cinéma indépendant et un cinéaste culte de par ses comédies grossières, satiriques et irrévérencieuses. L'homosexualité, le travestisme et le camp sont présents dans tous ses films, dont bon nombre ont pour protagoniste son compagnon sentimental, la drag queen Divine[58]. Son film le plus emblématique est Pink Flamingos (1972), où la famille de Divine rivalise avec une autre pour remporter le titre de la famille la plus répugnante du monde. Autres œuvres caractéristiques de sa trajectoire : Polyester (1981) et Hairspray (1988).

Si, pendant les années 1980 et dans la première moitié des années 1990, l'industrie du cinéma indépendant traitait le thème d'un point de vue dramatique, elle ne le fit jamais sous un angle moral. Retenons, de cette époque, des films comme Un Compagnon de longue date (Norman René, 1990) ou Le Dernier Anniversaire (Randal Kleiser, 1996). Peu de films se détachèrent, à l’époque, du dramatisme : l’un des premiers à le faire fut Desert Hearts (Donna Deitch, 1985), film à thématique lesbienne (le premier réalisé par une femme) où les deux protagonistes connaissent une fin heureuse.

New Queer CinemaModifier

Au début des années 1990, le mouvement appelé New Queer Cinema défia par sa vision radicale de l'homosexualité autant le cinéma conventionnel que les activistes LGBT, qui, après des décennies de stéréotypes négatifs véhiculés dans le cinéma sur les lesbiennes et les gays, commençaient à demander que les films donnassent une bonne image de ces collectivités[59]. Les films précurseurs du mouvement furent Mala Noche (Gus Van Sant, 1985)[60], qui dépeint la relation entre Walt (Tim Streeter), un jeune homosexuel gérant d'un magasin, et deux immigrés clandestins mexicains, Johnny (Doug Cooeyate) et Roberto "Pepper" (Ray Monge), et Clins d'œil sur un adieu (Bill Sherwood, 1986), l'une des premières productions à aborder le sida au cinéma, où deux personnes doivent se quitter devant l'imminence de la mort[26]. Ces deux films sont considérés comme des œuvres cultes.

 
Gus Van Sant, l'un des représentants les plus connus du New Queer Cinema nord-américain.

Parmi les films les plus représentatifs et à l'influence la plus marquée figurent My Own Private Idaho (Gus Van Sant, 1991), interprété par River Phoenix et Keanu Reeves, qui relate les aventures, à Portland, de deux jeunes prostitués, dont l'un est narcoleptique, Poison (Todd Haynes, 1991), entremêlant diverses histoires inspirées de Jean Genet, et Swoon (Tom Kalin, 1991), qui traite du meurtre perpétré par deux étudiants de l'Université de Chicago sur un jeune garçon pour prouver leur courage d'assumer un tel acte. Le même thème a été porté au grand écran par Alfred Hitchcock dans le film La Corde (1948) et par Richard Fleischer dans Le Génie du mal (1959). Totally Fucked Up (Gregg Araki, 1993) est la première partie d'une trilogie de l'apocalypse adolescent et dépeint les vies dysfonctionnelles de six adolescents homosexuels qui forment une "famille", s’aidant réciproquement à affronter les obstacles de la vie. Go Fish (Rose Troche, 1994), est un film qui retrace la vie d’un groupe d'amies lesbiennes et qui fut très bien accueilli par la critique. Dans les films queer, selon le critique Diego Trerotola, l'homosexualité n'est pas tant une pratique stabilisée, une habitude sociale, qu'une prestation, une action qui ne peut être répétée ni consommée. Dans ces films, la sexualité, d'une manière générale, n'est pas nécessairement représentée par des images digestibles et acceptables. Sa présence à elle seule a une valeur critique qui ébranle les canons traditionalistes[61].

À la différence de Gregg Araki[62], qui continue à réaliser des films s'inscrivant clairement dans les postulats du New Queer Cinema, les autres réalisateurs ont modulé leurs positions ou élargi leur discours cinématographique. Néanmoins, cette vision de l'homosexualité s'écartant des conventions sociales établies se trouve aussi dans d'autres films indépendants ultérieurs, comme J’ai tiré sur Andy Warhol (en) (Mary Harron, 1995), basé sur la vie de la féministe radicale Valerie Solanas, ou Boys Don't Cry (Kimberly Peirce, 1999), qui relate l'histoire réelle de Brandon Teena, un homme transgenre américain assassiné par transphobie. L'œuvre de John Cameron Mitchell[63] comprend des films tels que Hedwig and the Angry Inch (2001), centré sur l'histoire d'un chanteur de rock transgenre, ou Shortbus (2006), qui intègre le sexe explicite de manière naturelle et comprend quelques rôles peu conventionnels. The Fluffer (Richard Glatzer et Wash West, 2001) présente un triangle amoureux dans le contexte du cinéma pour adultes homosexuel et inclut des caméos de personnalités renommées de cette industrie, comme Chi Chi LaRue, Ron Jeremy ou Karen Dior.

Certains récupérateurs du cinéma classique des années 1990 font des clins d'œil aux modes de représentation de l'homosexualité dans les films de l'époque. Dans le film des frères Coen Miller's Crossing (1990), il existe un triangle amoureux inquiétant et voilé entre les gangsters interprétés par John Turturro, Steve Buscemi et J.E. Freeman, bien que le mot "homosexuel" ne soit jamais employé[64].

Des comédies romantiques ont aussi été tournées sans surcharge dramatique, traitant la thématique LGBT sous l'angle du quotidien : Deux garçons, une fille, trois possibilités (Andrew Fleming, 1994) présente deux étudiants partageant une chambre qui se voient obligés d'accueillir une fille comme troisième colocataire en raison d'une erreur administrative. Dans Jeffrey (Christopher Ashley, 1995), un serveur gay désirant devenir acteur décide, de peur du sida, de cesser définitivement de pratiquer le sexe. Méprise multiple (Kevin Smith, 1997), interprété par Ben Affleck, raconte l'histoire d'un dessinateur de bd qui tombe amoureux d'une collègue lesbienne. Kiss me, Guido (en) (Tony Vitale, 1997) présente le conflit entre un acteur homosexuel qui tombe amoureux d'un prétendant acteur hétérosexuel avec lequel il partage un appartement. Dans Trick (Jim Fall (en), 1999), deux jeunes gays ne parviennent pas à trouver un endroit où vivre leur intimité à Manhattan. L'importance des amis pour aller de l'avant se révèle dans Le Club des cœurs brisés (Greg Berlanti, 2000). Eating Out (Q. Allan Brocka, 2004) et ses suites Sloopy Seconds (2006), All you can eat (2009) et Drama Camp (2011) revisite les schémas des comédies d'intrigue de George Cukor. Saved! (Brian Dannelly (en), 2004) est une comédie adolescente qui satirise le bigotisme. All Over the Guy (Julie Davis (en), 2001) est une comédie romantique où deux jeunes homosexuels tentent de jouer les entremetteurs entre deux de leurs amis alors que ceux-ci n'ont apparemment rien en commun. Citons enfin un film inclassable, Chain of Desire (Temístocles López, 1992), interprété par Linda Fiorentino et Elias Koteas, où plusieurs relations amoureuses apparemment sans rapport vont être reliées par les tourments du désir.

Au début des années 2020, le film Cowboys (Anna Kerrigan (de), 1986) relate comment un couple séparé affronte les problèmes identitaires de leur enfant transgenre (Sasha Knight (de)). La mère (Jillian Bell), à qui incombe la gestion du quotidien, n'accepte pas que sa fille soit un garçon manqué, alors que le père (Steve Zahn) partage avec son rejeton des aventures de cowboys dans les montagnes du Montana et lui permet de vivre pleinement, le temps d'un week-end, l'identité à laquelle il aspire[65].

Films d'épouvante : vampires homosexuels et Queer HorrorModifier

Il existe des théories qui affirment que le cinéma dédié aux monstres classiques, comme Dracula (Tod Browning, 1931) ou L'Homme invisible (James Whale, 1933), recèlent une double lecture et peuvent être interprétés comme des films reflétant l'homosexualité ou possédant un caractère homo-érotique plus ou moins dissimulé[66]. L'influence de ces classiques se retrouve dans des productions ultérieures comme Lemora (en) (Richard Blackburn, 1973), film où l'imposante et inquiétante Lemora séduit une angélique Lila Lee. La coproduction anglo-américaine Le Bal des vampires (Roman Polanski, 1967), une comédie noire où le protagoniste est poursuivi par un vampire homosexuel dément, a remporté un grand succès.

 
The Rocky Horror Picture Show (Jim Sharman, 1975), une icône dévoyée et rebelle que l'on trouve encore à l'affiche des cinémas et théâtres.

On ne saurait ignorer le musical dépravé inclassable et incontournable The Rocky Horror Picture Show (Jim Sharman, 1975), qui allie de manière magistrale et comique le transformisme, le rock 'n' roll, l'homosexualité et les premières relations sexuelles des protagonistes, le tout relevé par des effets spéciaux qu'on retrouvera dans des séries télévisées comme lesPower Rangers. Interprété entre autres par Tim Curry et Susan Sarandon, c'est la version cinématographique du musical homonyme qui continue à être projetée dans des versions spéciales un peu partout dans le monde et dont la version théâtrale est toujours représentée[67].

Un sous-genre du cinéma d'épouvante est la Queer Horror (en), qui applique les caractéristiques du slasher dans un contexte homosexuel[68]. Citons à titre d’exemple Hellbent (Paul Etheredge-Ouzts, 2004), dont les créateurs se targuent d'avoir tourné le premier film du genre slasher sur une thématique homosexuelle ; on y voit à l'œuvre un tueur qui décapite les uns après les autres plusieurs homosexuels en train de célébrer Halloween. Dans Dead Serious (Joe Sullivan, 2005), un groupe de voisins sectaires cherchent à mettre fin à l'activité d'un bar gay et à l'indécence qu'il représente ; or, il s’avère que non seulement le bar appartient à la mafia du quartier, mais aussi que celle-ci est dirigée par des vampires. On remarquera enfin October Moon (en) (Jason Paul Collum (en), 2005), où un homme commence par être repoussé par sa famille, par ses amis et sa fiancée, jusqu'à ce qu'ils se rendent tous compte de l'attraction qu'il ressent pour un collègue de travail.

Cinéma européenModifier

 
L'acteur débutant Nils Asther contemplant des photos de scènes de Les Ailes (Mauritz Stiller, 1916)

En Europe comme dans le cinéma indépendant nord-américain, des films furent tournés sur la thématique homosexuelle faisant fi de la moralité alors prévalente et traitant le sujet sous l'angle de la normalité et du quotidien bien avant que le cinéma de Hollywood n'adoptât cette posture. La première production au monde à avoir pour thème principal une relation homosexuelle a été le film suédois Les Ailes (Mauritz Stiller, 1916)[69].

La filmographie européenne a généré bon nombre de films qui se distinguèrent au niveau international, comme Mort à Venise (Luchino Visconti, 1971), Salò ou les 120 Journées de Sodome (Pier Paolo Pasolini, 1975), Querelle (Rainer Werner Fassbinder, 1982), The Crying Game (Neil Jordan, 1992), Edward II (Derek Jarman, 1991), Les Nouveaux Mecs (Sönke Wortmann, 1994), Beautiful Thing (Hettie Macdonald (en), 1996), Krámpack (Cesc Gay, 2000) ou Summer Storm (Marco Kreuzpaintner (en), 2004).

Cinéma allemandModifier

Pendant les premières années de l'histoire du cinéma, l'Allemagne fut le pays ayant traité le plus fréquemment le thème de l'homosexualité. Depuis la fin de la Première Guerre mondiale jusqu'à l'arrivée au pouvoir d'Hitler, de nombreux films allemands ont fait allusion à cette orientation sexuelle, en faisant parfois leur trame principale. Des dizaines de documentaires et de courts-métrages s'employèrent à combattre le mépris auquel se voyaient confrontés les homosexuels, dont nombre d'entre eux furent produits par l'Institut de sexologie, créé par le pionnier de l'activisme gay Magnus Hirschfeld[70].

 
Affiche du film Différent des autres (1919), réalisé par Richard Oswald.

L'un des films dans lesquels Hirschfeld s'est particulièrement impliqué fut Différent des autres (Richard Oswald, 1919), qui met en scène un musicien gay victime de chantage en raison de son orientation sexuelle. Le film prend position contre le paragraphe 175 du Code pénal allemand, qui condamnait de prison l'homosexualité. Il fut ultérieurement interdit, ses copies furent détruites et il resta dans l'oubli jusqu'en 1979, où l'on retrouva en Ukraine la majeure partie des bobines. Une version restaurée de 50 minutes fut présentée lors de l'édition de 2016 de la Berlinale[71]. Dans la même décennie, l'homosexualité féminine fut traitée dans la comédie d'intrigue Zapatas Bande (« La Bande à Zapata », Urban Gad, 1914) et dans Je ne voudrais pas être un homme (Ernst Lubitsch, 1918), où sont insinuées des scènes de flirt entre deux femmes, dont l'une porte des vêtements d'homme, ces coquetteries cessant dès qu'est dévoilé le véritable genre de cette dernière[72].

Dans les années 1920 sortit une nouvelle version du film suédois Vingarne (Mauritz Stiller, 1916), réalisée cette fois par Carl Theodor Dreyer et plus fidèle au roman publié en 1904 par Herman Bang, intitulé, comme le film, Michaël (1924)[73]. Il raconte l'histoire d’un peintre renommé appelé Claude Zoret (Benjamin Christensen), qui tombe amoureux d'un de ses modèles, Mikaël (Walter Slezak), et partage un temps avec lui une vie heureuse. Autre film remarquable de la même période, Geschlecht in Fesseln (« Les Sexes enchaînés », Wilhelm Dieterle, 1928) relate une relation homosexuelle entre deux prisonniers[74]. Loulou (Georg Wilhelm Pabst, 1929) est un classique du cinéma muet ; il raconte l'histoire d’une artiste de vaudeville, décomplexée et adepte d'une sexualité libre, qui provoque la perte de tous les hommes – et femmes – qui la connaissent[75]. Le film fait intervenir la comtesse Geschwitz, qui courtise la protagoniste, mais s'étend moins sur ce personnage que la pièce de théâtre sur laquelle il se base.

L'avènement du cinéma parlant vit sortir le premier film ouvertement lesbien de l'histoire du cinéma : Jeunes Filles en uniforme (Leontine Sagan, 1931)[76]. Basée sur une pièce de théâtre de Christa Winsloe, l'action se déroule dans un internat de jeunes filles où une élève tombe amoureuse d'une professeur, ce qui scandalise la directrice de l'établissement, qui prend des mesures draconiennes. Plaidoyer de l'amour entre femmes, le film contient également des critiques directes à l'encontre du national-socialisme alors émergent en Allemagne. Deux ans plus tard sera tourné Anna et Elisabeth (de) (Frank Wisbar, 1933), interprété par Dorothea Wieck et Hertha Thiele, les mêmes actrices que celles ayant joué dans Jeunes Filles en uniforme ; il dépeint la relation intense qui lie deux jeunes femmes, dont l'une paraplégique, mais ici sans le sous-texte érotique du film précédent. La même année sortit Viktor und Viktoria (Reinhold Schünzel, 1933), où l'on assiste au renversement des genres : une jeune fille, pour échapper à la médiocrité, se fait passer pour un homme, qui, à son tour doit représenter une femme dans un spectacle de cabaret. Malgré son apparence masculine, elle parviendra à capter l'attention d’un homme hétérosexuel.

Après l'instauration du Troisième Reich, entre 1933 et 1945, la majeure partie de ces films fut interdite, amorçant dans le cinéma allemand une période de silence par rapport à l'homosexualité, qui durera jusqu'à la fin des années 1950.

 
Rainer Werner Fassbinder, réalisateur allemand, représentant du nouveau cinéma allemand des années 1960 et 1970

Ce n’est que dans les années 1960 que la thématique homosexuelle resurgira grâce à ce qu'on appelle le "nouveau cinéma allemand" et son représentant le plus charismatique, Rainer Werner Fassbinder[77]. Avec une filmographie de 41 films, Fassbinder, malgré sa mort prématurée à l'âge de 36 ans, a réussi à trouver un langage adéquat pour représenter l'homosexualité, mettant notamment en relief les rapports de domination/soumission, où l'un des deux amants exploite l'autre d'une manière intéressée, attitude mise en parallèle avec l'oppression dans la société capitaliste. Nous en trouvons quelques exemples dans les relations lesbiennes qu'il décrit dans Les Larmes amères de Petra von Kant (1972)[78] ou la relation entre deux hommes homosexuels de classe sociale différente, dont l'un est interprété par le réalisateur lui-même, dans Le Droit du plus fort (1974)[79]. Son œuvre posthume, Querelle (1982), est une adaptation du roman homonyme de Jean Genet et comprend des scènes au contenu explicitement sexuel, interprétées par l'acteur Brad Davis, devenu symbole homo-érotique[80]

C'est encore dans ce même mouvement cinématographique allemand que s'inscrivent les films de Rosa von Praunheim, réalisateur postmoderne très controversé dont le nom d'artiste fait référence au triangle rose (« rosa Winkel »), que les homosexuels devaient porter dans les camps de concentration nazis[81]. Von Praunheim a allié politique et activisme LGBT dans son parcours de cinéaste, où, tout au long de sa prolifique filmographie, il a eu recours à l'esthétique camp et à la culture pop pour dénoncer la discrimination sexuelle et critiquer la culture gay officielle. Il a entamé sa carrière en critiquant la promiscuité de la scène gay dans Ce n'est pas l'homosexuel qui est pervers mais la société dans laquelle il vit (1970), et tournera plus de cinquante films dans lesquels il aborde des thèmes très divers, allant de la biographie du médecin et sexologue Magnus Hirschfeld dans L'Einstein du sexe (1999) jusqu'au drame du sida.

 
Avant de tourner aux États-Unis, Wolfgang Petersen a tourné des films intéressants dans son Allemagne natale, comme Le Bateau (1981).

Autre cinéaste allemand ayant traité de l'homosexualité masculine : Frank Ripploh (de) (1949-2002), dont le premier film, l'explicite Taxi zum Klo («Taxi pour les toilettes », 1981)[82], basé sur ses fantasmes et ses escapades sexuelles, remporta un succès non négligeable au niveau international et obtint le Prix Max Ophüls[83].

Avant de s'installer à Hollywood pour tourner des films comme Air Force One (1997) ou Troie (2004), Wolfgang Petersen fut acclamé dans le monde entier pour le film La Conséquence (1977)[84], qui montre la répression dont souffrent les homosexuels même dans les sociétés les plus avancées. Le Bateau (1981), dont l'action se déroule dans un sous-marin allemand pendant la Seconde Guerre mondiale, eut lui aussi un profond retentissement.

La réalisatrice Ulrike Ottinger[85] est devenue une figure culte du cinéma lesbien avec ses films stylisés d'avant-garde Laokoon und Söhne (« Laocoon et fils », 1975) et Madame X: Eine Absolute Herrscherin (« Madame X, souveraine absolue », 1978), où la sexualité de ses personnages féminins est subtilement insinuée, mais toujours présente.

La sexualité lesbienne la plus démesurée, notamment le sado-masochisme, a été explorée par la cinéaste Monika Treut dans ses films et documentaires. On trouve dans sa filmographie des titres comme Bondage (1983), Female Misbehavior (1993) ou Max (1992), documentaire qui esquisse le passage de femme à homme d'un homme trans.

Au début des années 2020, le cinéma LGBT allemand ne saurait passer outre au débat sur l'immigration. Le jeune cinéaste allemand d'origine iranienne Faraz Shariat (de) tourne en 2020 le film autobiographique No Hard Feelings - Le monde est à nous, où le fils d'un couple d'exilés iraniens, condamné pour un vol à des heures de travail d'intérêt général, est chargé de s'occuper de deux sans papiers iraniens, frère et sœur, et s'éprend du garçon. Le film a été récompensé du prestigieux Teddy Award au Festival de Berlin 2020[86].

Cinéma britanniqueModifier

Les premières apparitions de personnages homosexuels dans le cinéma britannique remontent aux premiers films muets d'Alfred Hitchcock, comme la modiste du Jardin du plaisir (1925) ou le beau garçon incarné par Ivor Novello dans Les Cheveux d'or (1926)[87]. Néanmoins, c'est Borderline (Kenneth Macpherson (en), 1930) qui est le premier film à présenter des thématiques complexes comme l'homosexualité, les relations interraciales ou l'adultère[88]. Dans la même décennie, citons First a Girl (Victor Saville, 1935), adaptation britannique de Viktor und Viktoria, mis en scène en1933 par l'Allemand Reinhold Schünzel, qui raconte l'histoire d’une chanteuse de cabaret frustrée de voir sa carrière piétiner, mais dont le sort changera lorsqu'elle se fera passer pour un homme déguisé en femme[89].

Cependant, le film considéré comme ayant posé la première pierre du cinéma homosexuel britannique moderne est La Victime (Basil Dearden, 1961)[90]. Non seulement il aborde la thématique gay, mais il utilise aussi pour la première fois le mot "homosexuel" dans une production cinématographique. Comme d’autres film de la même décennie, il prend comme référence le film muet allemand Différent des autres (Richard Oswald, 1919) pour esquisser les mésaventures d'un homme jouissant d'une bonne position sociale victime de chantage en raison de ses penchants homosexuels. Le film a suscité des polémiques dès avant son tournage, car, à l'époque, l'homosexualité constituait encore un délit au Royaume-Uni et équivalait à un stigmate social. Plusieurs acteurs refusèrent de participer au projet, jusqu'à ce que, finalement, Dirk Bogarde se montrât disposé à jouer le rôle. Il n'avait alors pas encore admis publiquement son orientation sexuelle[91].

La fin des années 1950 et le début des années 1960 virent l'apogée du Free Cinema et des angry young men, dont les adeptes étaient souvent homosexuels ou bisexuels[92]. L'un des plus importants fut Tony Richardson[93], qui signa plusieurs œuvres où l'homosexualité n’était pas le thème principal, mais où elle était présente. L'un de ses films les plus remarqués – Les Corps sauvages (1958), avec Richard Burton – décrivait le déclin d'une relation hétérosexuelle où l'un des personnages principaux était gay, même s'il n'en était pas fait mention pendant tout le film[94]. Dans son film suivant, Un goût de miel (1961), il dépeint la relation de complicité entre une jeune fille et son compagnon homosexuel avec lequel elle partage un appartement. De cette époque, antérieure encore à la dépénalisation de l'homosexualité, on retiendra le film La Chambre indiscrète (Bryan Forbes, 1962), l'une des premières productions comptant parmi ses personnages une lesbienne et un homme gay[95]

 
Ken Russell en 2008.

Un an après la dépénalisation partielle de l'homosexualité parut le premier film sur le lesbianisme jamais tourné dans le pays : Faut-il tuer Sister George ? (Robert Aldrich, 1968), bien qu'il s'agisse d'une production américaine. Le film est basé sur une pièce de théâtre écrite en 1964 par le dramaturge britannique Frank Marcus (en) et suscita une large polémique dans le public en raison du thème abordé.

Le cinéma du producteur controversé Ken Russell a traité de l'homosexualité dans des films comme Love (1969). Inspiré par le roman de D. H. Lawrence et mettant en vedette Glenda Jackson, qui obtint un Oscar pour son interprétation, il contenait une scène hautement érotique de lutte entre deux hommes. Le thème est repris dans son film biographique sur le compositeur russe Tchaïkovski, La Symphonie pathétique (1971)[96].

 
Le producteur britannique Derek Jarman.

Derek Jarman commença sa carrière cinématographique avec Sebastiane (1976) un péplum à thématique homosexuelle où l'on raconte la vie d’un esclave. Jarman s'est toujours distingué, jusqu'à ce qu'il fût emporté par le sida en 1994, comme un personnage polémique et une figure-clé de la culture pop britannique des années 1980, alternant ses films pour le grand écran avec la production de vidéoclips et la peinture. De toute son œuvre cinématographique, souvent dédiée à l'homoérotisme et à la dénonciation de l'hypocrisie envers l'homosexualité, on retiendra les films biographiques Caravaggio (1986) et Edward II (1991), basé sur la pièce de théâtre homonyme de Christopher Marlowe[97].

Jarman tout comme Ken Russell a traité l'homosexualité dans des films historiques, phénomène fréquent dans le cinéma britannique, où de nombreux films se déroulent dans l'époque victorienne et dans les premières décennies du XXe siècle. L'exemple le plus connu est le film Maurice (James Ivory, 1987), basé sur le roman homonyme d’E.M. Forster, qui reflète la situation de clandestinité à laquelle se trouvaient confrontés les homosexuels dans la société anglaise du début du XXe siècle[98]. On retrouve l'homosexualité dans d'autres films historiques comme Bent (Martin Sherman, 1997), Mrs Dalloway (Marleen Gorris, 1997) et dans des films biographiques comme Oscar Wilde (Brian Gilbert, 1997), avec Stephen Fry, ou Carrington (Christopher Hampton, 1995).

Un autre genre classique de la filmographie britannique est l'amalgame de la thématique homosexuelle et du cinéma social, héritier du Free cinema, où sont traités les problèmes et la vie quotidienne de la classe ouvrière. Terence Davies est un cinéaste homosexuel ayant pratiqué ce genre[99] dans ses films d'inspiration autobiographique comme Distant Voices, Still Lives (1988), où sont contées les privations d'une famille ouvrière dans les années 1940[100], ou Une longue journée qui s'achève (1992), qui se focalise sur un enfant de douze ans, sensible, timide et introverti dans une famille de la classe ouvrière[101]. L'un des représentants les plus emblématiques du cinéma britannique contemporain, Stephen Frears[102], a lui aussi associé ces deux thématiques dans My Beautiful Laundrette (1985)[103], long métrage sur le scénario de l'écrivain Hanif Kureishi, où il dépeint la relation entre un jeune anglo-pakistanais issu de la bourgeoisie intellectuelle et commerçante et un jeune prolétaire britannique marginalisé qui projettent de se mettre ensemble pour remettre sur pied une laverie. Il reviendra un peu plus tard sur le même sujet avec Prick Up Your Ears (1989)[104], faisant référence à la vie du dramaturge Joe Orton et à sa relation tourmentée avec son amant Kenneth Halliwell (en).

Sous un angle plus politique, le cinéaste d'origine irlandaise Neil Jordan a montré dans The Crying Game (1992), sur toile de fond de conflit nord-irlandais, les difficultés auxquelles sont confrontées les personnes transgenre. Interprété par Stephen Rea, Miranda Richardson, Jaye Davidson et Forest Whitaker, le film de Jordan a obtenu l'Oscar du meilleur scénario original et cinq nominations supplémentaires, dont celles du meilleur film et du meilleur réalisateur[105]. Breakfast on Pluto (2005) raconte aussi l'histoire d'une personne transgenre dans l'Ulster des années 1970, avec de grandes pointes d'humour interprétées par Cillian Murphy, nommé aux Golden Globes comme meilleur acteur dans un film musical ou une comédie, et Liam Neeson.

 
La sortie du placard de nombreux acteurs britanniques, comme Ian McKellen, contribua à normaliser l'homosexualité dans l'imaginaire collectif.

Autre titre clé de la cinématographie britannique des années 1990, Beautiful Thing (Hettie McDonald (en), 1996) retrace la première relation homosexuelle entres deux adolescents de la classe ouvrière ; le film a participé à des festivals de cinéma comme ceux de Cannes, Paris et Saint-Sébastien[106]. C'est à cette époque que l'on constate un changement d'attitude dans la société britannique, plus tolérante envers l'homosexualité, avec le coming out d'acteurs britanniques de premier niveau comme Anthony Sher, Simon Callow, Stephen Fry, Rupert Everett ou Ian McKellen. Il s'ensuivit un intérêt accru pour le cinéma à thématique LGBT, des films s'adressant non seulement au public LGBT incluant de plus en plus fréquemment des personnages ou des récits homosexuels ou bisexuels comme par exemple Peter’s Friends (Kenneth Branagh, 1992)[107], où le personnage principal incarné par Stephen Fry reçoit ses amis au réveillon du jour de l'an pour leur faire part non seulement de son homosexualité, mais aussi de son état séropositif, ou The Full Monty (Peter Cattaneo, 1997)[108], dont une sous-trame fait intervenir un couple homosexuel non sorti du placard.

Cet intérêt se manifeste également dans des titres comme Une vie normale (Angela Pope, 1995)[109], où un père homosexuel se bat devant les tribunaux pour secourir son fils maltraité par son beau-père. Different for Girls (Richard Spence (en), 1995)[110] réunit deux amis d'enfance qui se retrouvent des années plus tard, alors que l'un est devenu une fille. Dans La Rage de vivre (Nancy Meckler, 1996), un jeune danseur réinvente face au sida sa carrière et sa vie et trouve refuge auprès d'un homme plus âgé, qui devient son mentor, son compagnon et son amant[111]. Pride (Matthew Warchus, 2014)[112] est une comédie basée sur un fait réel où un groupe d’activistes LGBT collecte de l'argent pour aider les familles affectées par la grève des mineurs britanniques de 1984, initiative qui devait déboucher sur la campagne Lesbians and Gays Support the Miners ("Lesbiennes et gays en soutien aux mineurs").

Alan Turing, mathématicien londonien qui contribua à rompre le code utilisé par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale[113] a fait l'objet de deux films biographiques reflétant son homosexualité, la façon dont son travail a été compromis par cette circonstance et les méthodes employées pour lui faire ingérer des hormones. Breaking the Code (en) (Herbert Wise, 1997)[114] est une production pour la télévision avec Derek Jacobi dans le rôle principal. Imitation Game (Morten Tyldum, 2015) est une coproduction américano-britannique interprétée par Benedict Cumberbatch qui remporta l'Oscar du meilleur scénario adapté. Toujours dans la série des films biographiques, nous trouvons le film américano-britanno-germano-danois Danish Girl (2015) du réalisateur britannique Tom Hooper, qui retrace l’histoire vraie de Lili Elbe, une artiste danoise connue pour avoir été la première personne à recourir (en 1930) à une opération de réassignation sexuelle[115]. Le personnage principal, interprété par Eddie Redmayne, a été jusqu'au bout admirablement soutenu par sa femme (Alicia Vikander).

À l’aube des années 2020, le cinéma historique reste très prisé au Royaume-Uni et propose des films qui explorent la diversité des genres et des sexualités, qui existait, même réprimée, dans un plus lointain passé, tel ce biopic de Francis Lee, Ammonite (2020)[116], qui laisse entrevoir comment éclot, (en 1840), une relation amoureuse entre une célèbre chasseuse de fossiles (Kate Winslet) et une jeune femme envoyée en convalescence au bord de la mer (Saoirse Ronan).

Cinéma françaisModifier

Les premiers films à thématique homosexuelle tournés en France furent l'œuvre d’artistes multidisciplinaires et enclins à la transgression, qui alternèrent avec le cinéma la poésie, le roman et la peinture : Jean Cocteau et Jean Genet. Avant-gardiste en littérature, peinture et cinéma, Cocteau réalisa divers longs métrages avec pour protagoniste son amant Jean Marais, dont Orphée (1950)[117], adaptation homoérotique du mythe grec d'Orphée dans le contexte du Paris d'après-guerre.

La même année vit apparaître un autre film pionnier à thématique gay dans le cinéma français : le moyen métrage Un chant d’amour (1950), de Jean Genet, unique incursion de l'écrivain dans le monde du cinéma, qui montre des relations homosexuelles entre deux détenus et comprend des scènes de nu frontal et de sexe explicite, ce qui le fit interdire dans de nombreux pays tout en en faisant l'une des premières expressions de l’érotisme homosexuel au cinéma[118].

À l'époque où la nouvelle vague dominait le cinéma français, il n'y eut guère de films à thématique lesbienne ou gay, au contraire de ce que l'on put observer dans les mouvements cinématographiques équivalents au Royaume-Uni et en Allemagne. L'une des rares exceptions fut le film Les Amitiés particulières (Jean Delannoy, 1964), basé sur le roman homonyme de Roger Peyrefitte. Dans un internat catholique régi d’une main de fer par les bons pères, deux élèves commencent à se sentir attirés l'un par l'autre, ce qui déclenche une campagne de répression de la part de la direction pour empêcher toute relation entre les élèves allant au-delà de l'amitié[119].

À partir des années 1970, on enregistre un nombre croissant de films français comprenant des personnages LGBT ou se concentrant exclusivement sur ce sujet. La cinéaste belge Chantal Akerman a entamé une carrière centrée sur la femme, ses sentiments et ses relations avec les autres[120]. Dans son premier long métrage, Je, tu, il, elle (1974)[121], elle trace le portrait d'une jeune lesbienne encore amoureuse de son ancienne amante, incluant des scènes de sexe entre les deux protagonistes.

 
L'actrice Sylvia Kristel, icône du cinéma érotique français des années 1970.

Furent tournés dans la même décennie des films érotiques à forte résonance internationale dépeignant des relations sexuelles entre des femmes sous la perspective d'hommes hétérosexuels, ce avec quoi nombre de lesbiennes ne pouvaient s'identifier. L'exemple paradigmatique en allait être une saga, basée sur le personnage du roman d'Emmanuelle Arsan (1959), dont le premier film français, Emmanuelle (Just Jaeckin, 1974)[122], fut incarné par Sylvia Kristel et remporta un grand succès. Histoire d'O (Just Jaeckin, 1975)[123], avec Corinne Cléry, était une adaptation du roman érotique homonyme écrit en 1954 par Pauline Réage sur une thématique sado-masochiste. On remarquera aussi Bilitis (David Hamilton, 1977), inspiré des Chansons de Bilitis, poèmes érotiques de Pierre Louÿs, qui relate l'initiation sexuelle d'une adolescente par une fmme mariée.

À la fin de la décennie, l'extravagante comédie La cage aux folles (Édouard Molinaro, 1978)[124], qui traitait de thèmes comme le travestissement en mettant en scène à Saint-Tropez un couple d'homosexuels murs, remporta un immense succès international. La pièce de théâtre éponyme, écrite par Jean Poiret fut en outre la source d'inspiration de deux suites, de plusieurs adaptations théâtrales et, plus tard, d'un remake aux États-Unis, Birdcage (Mike Nichols, 1996) interprété par Robin Williams, Gene Hackman, Nathan Lane et Dianne Wiest[125].

Vint inaugurer la nouvelle décennie L'Homme blessé (Patrice Chéreau, 1983)[126], où un jeune homme, rencontrant à la gare un homme plus âgé, au passé trouble, qui l’embrasse brusquement, découvre l'attraction qu'exercent sur lui d’autres hommes. Coup de foudre (Diane Kurys, 1983), dont l'histoire commence en 1942 dans la France occupée, montre deux femmes unies par une étroite amitié qui les fait quitter leurs maris[127].

 
Le réalisateur André Téchiné a représenté dans ses films l'homosexualité dans les différentes étapes de la vie.

En 1984, Yannick Bellon aborde l'homosexualité avec un film dramatique, La Triche: En enquêtant sur le meurtre d'un homosexuel, Morane (Michel Galabru), l'inspecteur Verta (Victor Lanoux), marié et père de famille, rencontre un jeune musicien, Bernard (Xavier Deluc), dont il tombe amoureux…

Dans une optique intimiste et sensuelle, l'homosexualité est aussi présente dans une plus ou moins forte mesure dans l'œuvre d'André Téchiné[128], notamment dans des films comme Les innocents (1987) ou Les Roseaux sauvages (1994)[129]. Ce dernier est en grande partie autobiographique, l'histoire s'inspirant d'un événement de la jeunesse du réalisateur, l'intrusion d'un pied noir dans un coin tranquille de la France des années 60. Les Roseaux sauvages est devenu un classique du cinéma français contemporain. Autre film d'André Téchiné, Quand on a 17 ans (2016)[130], reprenant dans son titre un vers d'Arthur Rimbaud, relate une nouvelle histoire d'adolescents qui se déroule dans les Pyrénées. Damien, dont la mère est médecin et le père militaire, et Tom, garçon métis adopté par une famille de paysans, fréquentent la même classe. Leur relation passera de l'affrontement physique à une hostilité franche, puis à une passion homo-érotique. Le film, contenant des scènes de sexe gay et des nus intégraux, a été en compétition à la Berlinale 2016.

Au début des années 1990, on retiendra le long-métrage autobiographique Les Nuits fauves (Cyril Collard, 1992)[131], interprété par Cyril Collard, Romane Bohringer et Carlos López, qui a remporté un grand succès, racontant l'histoire d’un jeune bisexuel, curieux de tout et séropositif, qui hésite entre le maintien d'une relation avec une jeune femme entièrement dépendante de lui sur le plan affectif et ses rapports sexuels avec son ami Samy, avec lequel il partage un appartement. La trame est une reprise du livre autobiographique homonyme écrit par Collard et le film remporta quatre Césars en 1993, bien que le réalisateur décéda du sida trois jours avant la cérémonie[132].

 
Anaïs Demoustier, Romain Duris et François Ozon en 2014 à une avant-première de Une nouvelle amie.

Le représentant le plus marquant du cinéma homosexuel contemporain en France est François Ozon, un cinéaste qui a été comparé à Pedro Almodóvar pour sa vision sans complexes de la sexualité[133]. Les rapports gays sont présents dans des films comme Gouttes d'eau sur pierres brûlantes (1999)[134], adaptation d'une pièce de théâtre de Rainer Werner Fassbinder ou Le Temps qui reste (2005)[135], qui se focalise sur un photographe homosexuel arrogant et prétentieux à qui l'on diagnostique un cancer inguérissable. Sa vision des relations lesbiennes ou bisexuelles est développée dans la comédie dramatique Huit Femmes (2001)[136], avec une distribution toute étoile comprenant Catherine Deneuve, Isabelle Huppert, Emmanuelle Béart et Fanny Ardant. Il a aussi abordé les identités sexuelles dans Une nouvelle amie (2015)[137], où un jeune veuf réinvente sa sexualité après la mort de sa femme.

Un thème récurrent dans le cinéma LGBT français des années 2010 est celui des jeunes adultes exclus de leur foyer familial à cause de leur homosexualité. On le trouvera dans le documentaire Famille tu me hais (Gaël Morel, 2020), qui relate par le biais d'interviews et portraits les traumatismes, mais aussi la soif de vivre de jeunes homosexuels rejetés par leurs parents[138]. Autre thème qui ne perd pas de son actualité, la lutte contre le sida fait l'objet d'un film historique, qui reste bouleversant, 120 Battements par minute (Robin Campillo, 2017), où les scènes de militantisme sont alternées par des scènes plus intimes où les personnages se rencontrent et se désirent. Ce film remporta le grand prix du Festival de Cannes 2017[139].

Cinéma espagnolModifier

La thématique homosexuelle a été traitée dans le cinéma espagnol dans tous les genres, sous tous les points de vue et avec une certaine quotidienneté[140]. Il existe des films de genre dramatique, comme Je veux être femme (es) (Vicente Aranda, 1977), des comédies érotico-morbides (« destape » ou déshabillage) de l'époque du postfranquisme, comme Me siento extraña (es) (Enrique Martí Maqueda (es), 1977), des comédies comme Ma mère préfère les femmes (surtout les jeunes...) (Inés París (es) et Daniela Fejerman, 2001), des productions sur l'adolescence, comme Mentiras y gordas (Alfonso Albacete (es) et David Menkes (es), 2009) et même des films fantastiques et d'horreur, comme Vampyros Lesbos (Jesús Franco, 1970)[141].

L'homosexualité masculine est plus représentée dans les productions de cinéma espagnol que le lesbianisme, la transsexualité ou la bisexualité. Mais il existe des productions touchant toutes les thématiques, y compris le cinéma pornographique autochtone. Il convient cependant de tenir compte du fait qu'en raison de la censure cinématographique imposée pendant la dictature de Franco, le cinéma LGBT ne put s'épanouir qu'à partir des années 1970[8].

Pendant la dictature franquiste, l'homosexualité a toujours été traitée au cinéma de manière voilée et subtile, afin d'esquiver la censure. Il existe néanmoins quelques productions surprenantes, telles que Harka! (Carlos Arévalo, 1941)[142], film de guerre dont l'action se situe pendant la guerre du Rif et où les deux principaux personnages masculins entretiennent une amitié étrange et ambiguë[143]. Toutefois, le film pionnier, qui échappa mystérieusement à la censure, est sans aucun doute Diferente (es) (Roberto Luis Maria Delgado (es), 1961)[144]. Avec Alfredo Alaria (es) comme acteur principal, cette comédie musicale à thématique homosexuelle, pleine de références et de séquences homo-érotiques, est passée inaperçue des censeurs, peut-être moins acharnés sur les productions musicales. Le film nous montre un personnage tourmenté par son orientation sexuelle, qui, pendant ses épisodes de delirium tremens, causés par l'alcool et les drogues, a des rêves où il s'épanouit et s'exprime en dansant.

 
Narciso Ibáñez Serrador a débuté au cinéma avec La Résidence (1969), un film aux nombreux clins d’œil lesbiens se déroulant dans un pensionnat de jeunes filles.

Certains réalisateurs ont utilisé le genre du cinéma d'horreur pour faire référence implicite ou explicite à l'homosexualité et, plus concrètement, au lesbianisme. C'est le cas du premier film de Narciso Ibáñez Serrador, La Résidence (1969)[145], qui se déroule dans le milieu extrêmement cloîtré d'un pensionnat de jeunes filles, où l'on assiste à des actes morbides à caractère lesbien. Quelques productions de cinéma fantastique et d'horreur réalisées par Jesús Franco, comme la coproduction hispano-allemande Vampyros Lesbos (1971)[146], peuvent être considérées comme des antécédents dans la représentation de personnages clairement homosexuels.

L'homosexualité est également traitée d'une manière totalement opposée, à l'aide de clichés et de stéréotypes négatifs, dans diverses productions du cinéma essentiellement commercial des années 1960 et 70. Un exemple symptomatique en est la coproduction hispano-italienne No desearás al vecino del quinto (es) (« Tu ne convoiteras pas le voisin du cinquième ») (Tito Fernández (es), 1970). Dans ce film, Alfredo Landa[147] interprète un modiste qui se fait passer pour homosexuel pour pouvoir draguer les femmes qui viennent le voir sans avoir à être confronté à leurs maris ou amants[148].

 
José Luis López Vázquez interprète Adela/Juan dans Mi querida señorita (Jaime de Armiñán, 1972), l'un des premiers films à aborder un changement d'identité.

Il convient enfin de mentionner, vers la fin de la dictature, le film Mi querida señorita (Jaime de Armiñán, 1971)[149], avec José Luis López Vázquez dans le rôle d’Adela/Juan, la première production espagnole à traiter d'un changement d'identité de genre.

À partir de la mort de Franco et avec la mise en place d'un régime démocratique en Espagne au milieu des années 1970, la censure cinématographique disparaît, permettant la production de films à thématique LGBT, et certains réalisateurs entament une carrière brillante au niveau international[150]. Pour la première fois sont mises en scène des histoires en rapport avec la transsexualité, comme Je veux être femme (es) (Vicente Aranda, 1977)[151], avec Victoria Abril et Bibí Andersen. Ou alors on revisite l'homosexualité des décennies antérieures, comme dans A un dios desconocido (es) (Jaime Chávarri, 1977)[152], dont l'action se déroule à Grenade après la guerre avec comme toile de fond le souvenir du poète Federico García Lorca. La prostitution masculine homosexuelle est aussi abordée comme thème principal avec issue tragique dans La Corea (ca) (Pedro Olea, 1976)[153], interprété par Queta Claver (es) et Encarna Paso (qui traite aussi, de manière voilée, de lesbianisme à l'âge mûr). L'année même où est approuvée la Constitution espagnole est tourné le film Un homme appelé Fleur d’Automne (es) (Pedro Olea, 1978)[154], qui raconte l'histoire d'un attentat avorté contre Primo de Rivera mené par un groupe de gauchistes dirigé par un avocat en droit du travail homosexuel.

À partir des années 1990, le cinéma espagnol commence à produire des films qui traitent plus naturellement, avec moins de préjugés et d'humour, l'homosexualité comme thème central de l'intrigue. Citons entre autres des comédies comme Más que amor, frenesí (es) (« Plus que de l'amour, de la frénésie ») (Alfonso Albacete (es), David Menkes (es) et Miguel Bardem (es), 1996)[155], premier long métrage de trois jeunes réalisateurs, qui aborde la thématique gay avec un naturel total et absolu. Perdona bonita, pero Lucas me quería a mí (« Pardonne-moi ma chérie, mais c'est moi que Lucas aimait ») (Dunia Ayaso et Félix Sabroso, 1997)[156] raconte sous forme de comédie d'intrigue comment trois amis homosexuels (Jordi Mollà, Pepón Nieto et Roberto Correcher) se disputent les faveurs de Lucas (Alonso Caparrós (es)), leur nouveau locataire hétérosexuel.

 
Loles León a participé à plusieurs films mettant en scène des personnages LGBT, comme Amor de hombre (es) (« Amour d'homme ») (Yolanda García Serrano (es) et Juan Luis Iborra (es), 1997) ou Almejas y mejillones (es) (« Moules et palourdes ») (Marcos Carnevale (es), 2000).

Au milieu des années 1990, on remarquera aussi une comédie aigre-douce interprétée par Loles León, intitulée Amor de hombre (es) (« Amour d'homme ») (Yolanda García Serrano (es) et Juan Luis Iborra (es), 1997)[157], qui raconte l'histoire d'une fille à pédés et de son meilleur ami. Dans un registre plus dramatique, d'autres films mentionnent l'homosexualité dans des trames secondaires, comme Les Vies de Loulou (Bigas Luna, 1990)[158]. Dans Raisons de vivre (Alfonso Albacete (es) et David Menkes (es), 1999)[159], Emma Suárez joue le rôle d'une femme de 32 ans en pleine crise personnelle qui tombe amoureuse d'un garçon gay de dix ans de moins qu'elle interprété par Juan Diego Botto. Segunda piel (« Deuxième Peau ») (Gerardo Vera (es), 1999)[160] montre un couple en crise, Elena (Ariadna Gil) et Alberto (Jordi Mollà), où ce dernier entretient une relation avec un médecin homosexuel, Diego (Javier Bardem) .

 
José Sacristán et Concha Velasco ont participé à plusieurs films à thématique LGBT réalisés en Espagne, comme El diputado (Eloy de la Iglesia, 1978) ou Chuecatown (Juan Flahn (es), 2007), respectivement.

À l'aube du XXIe siècle, l'exploration et la découverte de l'orientation sexuelle de deux adolescents a fait l’objet de films comme Krámpack (Cesc Gay, 2000)[161], tourné en catalan, où Dani (Fernando Ramallo) tombe amoureux de son ami Nico (Jordi Vilches (es)), plus intéressé à perdre sa virginité pendant les vacances plutôt que de se préoccuper des sentiments de son ami. Dans le film choral Km. 0 (es), (Yolanda García Serrano (es) et Juan Luis Iborra (es), 2000)[162], avec Concha Velasco, Georges Corraface, Silke (es), Carlos Fuentes (es) et Tristán Ulloa (es), on découvre sur une place de Madrid les destins croisés de 14 personnes à la recherche de nouvelles rencontres pour régler leurs conflits sentimentaux. Ma mère préfère les femmes (surtout les jeunes…) (Inés París (es) et Daniela Fejerman, 2002)[163] relate les différentes réactions de trois sœurs à la nouvelle que leur mère, incarnée par Rosa María Sardá, est tombée amoureuse d'une jeune pianiste. Le Gamin (Miguel Albaladejo, 2004)[164] a pour protagoniste un ours, à la vie gaie et insouciante, qui doit prendre en charge son neveu de neuf ans et former envers lui des liens affectifs, ce qu'il avait toujours cherché à éviter depuis la mort de son partenaire. Reinas (Manuel Gómez Pereira, 2005)[165], qui cumule les stars, dont Carmen Maura, Verónica Forqué, Marisa Paredes, Betiana Blum (es) et Mercedes Sampietro, montre sous forme de comédie d'intrigue la réaction d’un groupe de mères de différents statuts sociaux lorsqu'elles apprennent que leurs enfants vont se marier en application de la loi sur le mariage homosexuel sur le point d'être approuvée en Espagne[166]. C’est aussi d’un couple d’ours qu’il s’agit dans la comédie farfelue Chuecatown (Juan Flahn, 2007)[167], avec Rosa Maria Sardà, Concha Velasco, Pepón Nieto, Carlos Fuentes (es) et Pablo Puyol.

 
Photo du premier mariage homosexuel en Espagne entre Elisa Sánchez Loriga et Marcela Gracia Ibeas (1901), qui fait l'objet du film Elisa et Marcela (Isabel Coixet, 2019).

À la fin de la décennie, deux drames furent tournés : Little Ashes (Paul Morrison, 2008)[168], coproduction hispano-britannique interprétée par Javier Beltrán (es) et Robert Pattinson, évoquant la prétendue relation amoureuse entre le poète Federico García Lorca et le peintre Salvador Dalí ; et Mentiras y gordas (« Mensonges et bourdes ») (Alfonso Albacete (es) et David Menkes (es), 2009)[169], où se forment des relations, dont deux homosexuelles, entre adolescents dans l'univers nocturne de la drogue. Le premier film à thématique LGBT tourné en basque s'intitule Ander (Roberto Castón (es), 2009)[170] ; il raconte l'histoire d’un paysan, Ander, la quarantaine, qui, blessé à la jambe dans un accident, découvre soudain son homosexualité lorsqu'il tombe amoureux de l'immigrant qu'il embauche pour assurer les travaux de la ferme pendant sa convalescence. Un autre film basque, 80 Jours (Jose Maria Goenaga (eu) et Jon Garaño, 2010)[171] traite des sentiments lesbiens de deux femmes âgées.

Dans les années 2010, deux films abordent le thème de l'homosexualité dans le contexte des milieux marginaux et du manque de repères : Los héroes del mal (Zoe Berriatúa, 2015) parle de trois adolescents qui vivent dans l'humiliation et la violence[172]. Dans Fronteras (2014), où une jeune Espagnol soutient un immigré clandestin marocain et tombe amoureux de lui, le réalisateur Mikel Rueda (es) veut concilier « teen-movie» et film engagé[173].

Le lesbianisme est abordé sur un ton comique et décontracté dans De chica en chica (« De fille en fille ») (Sonia Sebastián, 2015), une comédie chaotique mettant en lumière la diversité et l'imprévisibilité des relations familiales et amoureuses[174]. Carmen et Lola (Arantxa Echevarría, 2018) est une histoire d'amour entre deux gitanes, qui essaient de vivre dans le milieu conservateur gitan[175]. Film de dimension historique, Elisa et Marcela (Isabel Coixet, 2019) nous fait vivre le premier mariage à avoir uni deux personnes du même sexe en Espagne[176]. C'était en 1901.

L'univers underground barcelonais sert de coulisses au film ¡Corten! (« Coupez ! ») (Marc Ferrer, 2021), qui relate les mésaventures d'un cinéaste raté tournant un giallo queer[177]. La même année sortait El fantasma de la sauna (« Le fantôme du sauna ») (Luis Navarrete, 2021), une tragicomédie musicale sur les thèmes du désir, de l'amour et de la mort[178].

Quatre réalisateurs incontournablesModifier

Quatre réalisateurs espagnols se sont particulièrement distingués dans le cinéma à thématique LGBT : le Catalan Ventura Pons, le Basque Eloy de la Iglesia, le Majorquin Agustí Villaronga et Pedro Almodóvar, originaire de la Manche.

 
Le cinéaste catalan Ventura Pons.

Ventura Pons[179] (né en 1945) a entamé sa carrière cinématographique avec un documentaire dédié à la vie et à l'œuvre du peintre José Pérez Ocaña, Ocaña, retrato intermitente (es) (« Ocaña, portrait intermittent », 1978)[180], qui dépeint la capitale catalane au début de la transition démocratique avec son ambiance gay, alors qu'était encore en vigueur la loi sur les dangers sociaux et la réhabilitation (es), invoquée pour la répression de l'homosexualité. Les films de Pons sont généralement tournés en catalan. Citons notamment des titres comme Carícies [« Caresses ») (1998)[181], qui raconte les histoires entrelacées de divers personnages comptant parmi eux des homosexuels. Dans Ami/Amant (1999)[182], un professeur homosexuel dans la cinquantaine, interprété par Josep Maria Pou, se sachant condamné par la maladie, décide de léguer son héritage spirituel par le biais de son meilleur élève, dont il est amoureux. Food of Love (2002)[183] recueille d’excellentes critiques à la Berlinale ; il relate l'éveil à la sexualité d'un jeune musicien interprété par Kevin Bishop lorsqu'il découvre l'attrait qu'exerce sur lui un musicien renommé (Paul Rhys (en)) pour lequel il tourne les pages lors d'un concert.

 
Eloy de la Iglesia affiche une approche très personnelle de la marginalité et de l'homosexualité.

Le cinéma d'Eloy de la Iglesia (1944 - 2006) est très personnel, militant et transgresseur. On l'associe souvent à d'autres réalisateurs comme l'Italien Pier Paolo Pasolini ou l'Allemand Rainer Werner Fassbinder. Avec une vie personnelle turbulente, marquée par la consommation de drogues, le metteur en scène basque s'est spécialisé dans une représentation de la marginalité et de l'homosexualité en dehors des conventions habituelles du genre[184]. Dans une Espagne encore franquiste garrottée par la censure, il a traité de l'homosexualité dans La semana del asesino (« La Semaine de l’assassin », 1972)[185]. Mais c'est avec la levée de la censure que voient le jour ses productions les plus remarquables, telles que Los placeres ocultos (« Les Plaisirs cachés », 1977)[186], qui met en scène un directeur de banque homosexuel qui vit sa vie sexuelle pleinement, mais en secret, et tombe amoureux d'un jeune banlieusard hétérosexuel, ou El diputado (« Le Député », 1978)[187], où José Sacristán joue le rôle d'un homme politique qui s'éprend d'un jeune prostitué, lequel est utilisé comme appât pour détruire sa carrière. Otra vuelta de tuerca (es) (« Encore un tour de vis », 1985)[188], adapté d'un roman d'horreur d'Henry James, et L'Amant bulgare (2003)[189], inspiré du roman homonyme d'Eduardo Mendicutti et qui allait être son dernier film, portent une empreinte nettement homosexuelle. On trouve dans toute la filmographie de La Iglesia des personnages homosexuels ou qui emploient des codes facilement perceptibles pour les personnes qui les connaissent[190].

 
Agustí Villaronga, réalisateur majorquin.

Le cinéaste majorquin Agustí Villaronga[191] propose dans ses films un regard très personnel et difficile à classer dans des genres ou conventions traditionnels. Il a débuté dans le long métrage par le film d'horreur et de suspens Prison de cristal (1987)[192], qui raconte comment Klaus (Günter Meisner), un médecin allemand paraplégique autrefois tortionnaire dans un camp de concentration où il abusait des enfants, est confié, en dépit de la réticence de sa femme (Marisa Paredes), aux soins d'un infirmier, Angelo (David Sust), qui s'avère être l'une de ses anciennes victimes. El mar (2000)[193] relate l'histoire de Manuel (Bruno Bergonzini), un jeune tuberculeux de l'Espagne d'après-guerre, qui retrouve au sanatorium un vieil ami d'enfance, Ramallo (Roger Casamajor), pour lequel il éprouve des sentiments qu'il peine à concilier avec sa foi fervente. Son film le plus reconnu et le plus primé, Pain noir (2010)[194], inspiré du roman homonyme d'Emili Teixidor, comporte aussi une trame homosexuelle.

Pedro Almodóvar[195] est l'un des réalisateurs les plus renommés du cinéma espagnol au niveau international[196] et la thématique et les personnages LGBT sont présents dans pratiquement tous ses films, depuis son début avec Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier (1980)[197]. Avec un style personnel et reconnaissable entre tous, il entremêle drame et comédie dans ses productions et suscite généralement la controverse avec ses portraits aux éléments provocateurs, comme la corruption, la consommation de drogues, la prostitution, les déchirures de l'homosexualité ou des scènes de sexe hétérodoxes. Même si les personnages secondaires homosexuels, transsexuels et bisexuels abondent dans presque tous ses films, la trame de certains d'entre eux a pour axe central la thématique LGBT. Le Labyrinthe des passions (1982)[198], son deuxième long-métrage, relate les aventures sexuelles et affectives de Riza Niro (Imanol Arias) à Madrid, "la ville la plus drôle et la plus sauvage du monde". Dans les ténèbres (1983)[199] se focalise sur la vie dans un couvent de religieuses qui aident les jeunes filles égarées, dirigé par une mère supérieure (Julieta Serrano) qui tombe amoureuse de Yolanda (Cristina Sánchez Pascual), une chanteuse en difficultés qui ne partage pas ses sentiments. La Loi du désir (1987)[200] interprété dans ses rôles principaux par Eusebio Poncela, Antonio Banderas et Carmen Maura, raconte les aventures d'un cinéaste homosexuel qui rencontre un jeune homme le soir de la première de son nouveau film et dont la jalousie mènera à une fin tragique. Dans Parle avec elle, (2002), l'homosexualité de l'infirmier Benigno (Javier Cámara) est tour à tour évoquée et remise en question[201]. La Mauvaise Éducation (2004)[202] relate l’histoire d'Eduardo Goded (Fele Martínez), cinéaste de succès dans le Madrid du début des années 1980 et ses retrouvailles avec Ignacio – qu'on appelle alors Ángel – (Gael García Bernal), son premier amour d'enfance, qui a écrit un scénario reflétant la vie que tous les deux ont menée dans le collège catholique, où ils subissaient le harcèlement et les abus du père Manolo (Lluís Homar). La piel que habito (littéralement « La Peau que j'habite », 2011)[203] parle d'un chirurgien plasticien, Robert Ledgrand (Antonio Banderas), qui, pour se venger d'un jeune homme appelé Vicente (Jan Cornet) qui a agressé sa fille, le soumet à une opération de changement de sexe, le transformant en Vera Cruz (Elena Anaya).

Cinéma italienModifier

 
Luchino Visconti, l'un des fondateurs du néoréalisme italien.

Luchino Visconti (1906-1976) a été l'un des réalisateurs les plus importants dans l'histoire du cinéma italien[204]. Cinéaste ouvertement bisexuel et l'un des fondateurs du néoréalisme italien, il évoluera plus tard vers un cinéma plus stylisé et personnel laissant une large place aux personnages homosexuels et à l' homoérotisme. Son premier film comportant des allusions à l'homosexualité fut Les Amants diaboliques (1943)[205], où il présentait comme une relation amoureuse – bien que d’une manière voilée – la profonde amitié qui unissait deux des personnages principaux. D'autres œuvres de Visconti comprenant des éléments homosexuels sont Rocco et ses frères (1963)[206], où une famille du Sud de l'Italie éprouve des difficultés d’adaptation dans l'univers industrialisé de Milan, ou, plus explicitement cette fois, Les Damnés (1969)[207], avec Dirk Bogarde et Helmut Berger dans une reconstruction de la Nuit des Longs Couteaux. Mais son film le plus emblématique est Mort à Venise (1971)[208], adaptation au cinéma du roman de Thomas Mann, où un compositeur de musique inspiré de Gustav Mahler, obsédé par la beauté et la perfection d'un jeune Polonais en villégiature avec sa famille, en tombe follement amoureux.

 
Le réalisateur Pier Paolo Pasolini, décédé en d'étranges circonstances en 1975.

L'homosexualité a aussi été déterminante dans le cinéma de Pier Paolo Pasolini (1922-1975)[209], qui l'utilisa sous une forme politique et la présentait comme opposée au mode de vie bourgeois. Pour reprendre ses propres paroles, il conçut son long métrage Théorème (1968), où tous les membres d'une famille tombent amoureux du personnage interprété par Terence Stamp, comme « une histoire religieuse, un dieu qui arrive dans une famille bourgeoise, beau, jeune, fascinant, ange et/ou démon »[210]. Dans sa Trilogie de la vie, comprenant Le Décaméron (1971), Les Contes de Canterbury (1972) et Les Mille et Une Nuits (1974), il adapta des textes classiques en laissant de côté la politique explicite pour montrer le fascisme et la domination au moyen de l'érotisme. Son dernier film, très polémique, Salò ou les 120 Journées de Sodome (1975), sorti deux semaines avant sa mort, associait l'Italie fasciste de Mussolini et la philosophie du marquis de Sade, montrant des scènes de viol, d'humiliation sexuelle, de coprophagie et de torture[211].

 
À la différence d'autres réalisateurs italiens comme Pasolini ou Visconti, Bernardo Bertolucci n'a pas évoqué fréquemment dans ses films la thématique LGBT.

Visconti et Pasolini mirent souvent l'homosexualité au centre de leur discours. D'autres réalisateurs homosexuels, comme Franco Zeffirelli[212] ou Bernardo Bertolucci, y ont moins fréquemment fait allusion. De toute la filmographie de Bertolucci, le film le plus ouvertement homosexuel est Le Conformiste (1970)[213]. Il raconte l'histoire d’un homme gay, interprété par Jean-Louis Trintignant, qui, pendant la dictature de Mussolini renie sa sexualité en épousant une femme et en adhérant au parti fasciste pour tenter de paraître hétérosexuel. Toujours dans la même période de l'histoire italienne, Une journée particulière (Ettore Scola, 1977) retrace l'amitié entre Antonietta (Sofia Loren), mariée avec un membre du parti fasciste fanatique et autoritaire, et un homosexuel interprété par Marcello Mastroianni, qui incarne le contraire de ce qu'est son mari[214].

 
Ferzan Özpetek et une partie du casting du film Le Premier qui l'a dit (2010).

Cet « âge d’or » de l'homosexualité a été suivi par presque deux décennies pendant lesquelles cette thématique est restée quasi absente des tournages italiens. Le relai a été pris au milieu des années 1990 par le réalisateur turco-italien Ferzan Özpetek, dont la carrière a pour fil directeur l'amour et l'homosexualité. Le premier film d'Özpetek, Hammam, le bain turc (1997)[215] acquit une renommée internationale, contant l'histoire d'un architecte italien qui hérite d'un hammam en Turquie et abandonne son épouse et la vie routinière qu'il mène en Italie pour s'installer à Istanbul, où il s'engage bientôt dans une amitié intime avec un jeune homme. Parmi ses autres films, citons Tableau de famille (2001)[216], où une femme découvre, après la mort de son mari, que celui-ci menait une double vie homosexuelle, La Fenêtre d'en face (2004), Le Premier qui l'a dit (2010), où le benjamin d'une famille d’industriels décide lors d'un repas de fête de révéler son homosexualité, mais est précédé en cela par son frère aîné et devient ainsi contre son gré l'héritier de l'usine, ou encore Pour toujours[217], où deux hommes qui vivent ensemble depuis plus de quinze ans se voient confier par la meilleure amie de l'un deux, qui doit être hospitalisée, les enfants de celle-ci.

Cinéma scandinaveModifier

Le film muet suédois Les Ailes (Mauritz Stiller, 1916) est considéré comme le doyen des films LGBT au niveau européen et même mondial[218]. Ce fut la première production traitant d'une relation homosexuelle comme thème principal de son scénario. Basée sur le roman Mikaël de Herman Bang, qui connut ultérieurement d'autres adaptations cinématographiques, comme celle du Danois Carl Theodor Dreyer, l'histoire relate l'amour tragique d'un sculpteur qui s'entiche de son jeune modèle.

Après la Seconde Guerre mondiale, on voit peu à peu apparaître des films de thématique LGBT, comme par exemple La Fille aux jacinthes (Hasse Ekman, 1950)[219], qui raconte l'histoire d’une jeune pianiste qui se suicide et les recherches de la police sur ses motifs.

En 1964 sort le film controversé 491 (en) (Vilgot Sjöman)[220], basé sur le roman éponyme de Lars Görling (sv), qui met en scène six jeunes criminels recrutés pour participer à une expérience sociale de cohabitation dans un appartement sous surveillance de deux travailleurs sociaux. Le film a été censuré pour ses scènes de viol homosexuel masculin ou d'agression sexuelle d'une femme par un chien.

 
Lukas Moodysson dépeint dans Fucking Åmål (1998) le coming out de deux adolescentes dans un petit village de Suède.

L'évolution des valeurs morales dans l'Europe du Nord généra des films et courts métrages sur des thèmes initiatiques s'adressant aux adolescents et jeunes gens hésitant à faire leur coming out ou éprouvant des difficultés à accepter leur propre sexualité. Parmi les exemples les plus remarquables, on trouve Fucking Åmål (Lukas Moodysson, 1998)[221], qui relate l'histoire de deux jeunes filles, Agnes (16 ans) et Elin (14 ans), élèves du collège du village paumé d’Åmål, qui, outre les conflits inhérents à l'adolescence, découvrent l'attraction et le profond désir d'être ensemble ; ou encore la coproduction suédo-norvégienne Sebastian (en) (När Alla Vet, Quand tout le monde sait) (Svend Wam (en), 1995)[222], qui raconte le coming out d'un garçon de 16 ans, sympathique et ayant des relations saines avec sa famille, lorsqu'il tombe amoureux de son meilleur ami.

Les nouveaux schémas familiaux et le chamboulement des repères moraux font l'objet de films comme Les Joies de la famille (Ella Lemhagen, 2008)[223], où un couple gay s'attaque aux formalités d'adoption d'un enfant d'un an et demi et se retrouvent, suite à une confusion (1,5/15), avec un délinquant juvénile homophobe de 15 ans. Kyss mig (Alexandra-Therese Keining, 2011)[224], a pour personnage principal Mia (Ruth Vega Fernandez), une jeune architecte qui prépare ses noces avec Tim (Joakim Nätterqvist), jusqu'à ce qu'elle découvre son attirance pour Frida (Liv Mjönes), la fille de son futur beau-père. Nous trouvons d'autres exemples de modèles familiaux dans Holy Mess (en) (Helena Bergström, 2015)[225], où le couple gay composé de Simon (Anastasios Soulis (en)) et Oscar (Anton Lundqvist (en)), invitent leurs familles à Noël pour leur faire savoir que, grâce à leur amie Cissi (Rakel Wärmländer (sv)), ils attendent leur premier enfant.

Des thèmes comme l'intégration des gays ou le coming out ont aussi été traités dans des films tels que la comédie islandaise Esprit d'équipe (Róbert Ingi Douglas (en), 2005)[226], où Otta Thor (interprété par Björn Hlynur Haraldsson), star d'une équipe de football de Reykjavik, dévoile à la presse son homosexualité. Devant l'hostilité de ses camarades, il décide de quitter l'équipe et de rejoindre un club amateur où évoluent deux joueurs gays. Les deux équipes s'affronteront le jour de la Marche des fiertés.

Autres pays européensModifier

 
Le réalisateur serbe Srđan Dragojević au 6e Festival international du film d'Odessa.

Malgré sa longue tradition cinématographique, le cinéma russe attendit le XXIe siècle pour produire son premier film à thématique LGBT. Je t'aime, toi (Ya Lyublyu Tebya) (Olga Stolpovskaja et Dmitry Troitsky, 2003)[227] est une comédie sur un ton de fable, où Vera (Lioubov Tolkalina) et Tim (Evgueni Koriakovski) entament à Moscou une relation dans laquelle tout se passe normalement jusqu'à ce que Tim renverse en voiture un jeune Kalmouke, Uloomji (Damir Badmaev), étrange et séduisant, récemment arrivé dans la capitale. Tim l'emmène à la maison et la vie du couple s'en trouvera bouleversée.

Pour la Serbie, il convient de mentionner la tragi-comédie La Parade (Srđan Dragojević, 2011)[228], où Limun, vétéran sans scrupules et des plus violents de la guerre de l’ex-Yougoslavie, reconnaissant envers Radmilo, vétérinaire homosexuel qui a sauvé son chien, accepte de réunir des vigiles pour assurer la sécurité de la Marche des fiertés.

En République tchèque, on retiendra la production du réalisateur Wiktor Grodecki (en), né en Pologne, qui a abordé dans différents films la thématique LGBT. Après deux documentaires traitant de la prostitution masculine chez les mineurs, Not angels but angels (en) (1994)[229] et Body Without Soul (en) (1996)[230], il a débuté dans le long métrage avec Mandragora (film) (en) (1997)[231], un film controversé qui traite de la prostitution masculine, des drogues et du sida. Marek (Miroslav Caslavka), un adolescent de 15 ans, las des discussions avec ses parents et avide de quitter le collège, abandonne le domicile familial et débarque à Prague. Après avoir quitté son premier proxénète, il trouve refuge en David (David Svec), autre jeune gay pour lequel il commencera à éprouver une attirance amoureuse.

Le film slovène Consequences (2018 film) (en) (Darko Štante, 2018) décrit les rouages d'un centre de détention pour jeunes[232] : à 17 ans, Andrej (Matej Zemljič) est placé dans un établissement pénitentiaire pour mineurs ; il y intègre un groupe de garçons délinquants avec lesquels il se perd dans la drogue et la violence. Mais bientôt les désirs d'Andrej le rattrapent ; démasqué, il va devoir faire un choix pour rester fidèle à lui-même.

La filmographie des Pays-Bas comprend un certain nombre de films abordant la thématique LGBT. Voor een verloren soldaat (« Pour un soldat perdu », Roeland Kerbosch, 1992)[233] raconte l'initiation sexuelle d’un adolescent hollandais par un soldat canadien au moment du débarquement des Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Boys (Mischa Kamp, 2014)[234] relate l'histoire de Sieger, un garçon de 15 ans orphelin de mère qui vit avec son père et son frère. Son appartenance à une équipe d'athlétisme lui permet de s'évader de ses problèmes quotidiens. Lors d'un camp d'été qui sert de préparation à un tournoi important, il commence à ressentir une forte attirance pour Marc, un camarade de son équipe.

Cinéma d'Amérique latineModifier

Plusieurs films à thématique LGBT ont fait époque dans le cinéma latino-américain, notamment à partir des années 1990, connaissant un écho retentissant au niveau international. Parmi les plus significatifs, il convient de retenir le long métrage brésilien Le Baiser de la femme araignée (Héctor Babenco, 1985), le film hispano-cubano-mexicain Fraise et chocolat (Tomás Gutiérrez Alea et Juan Carlos Tabío, 1994), ou, du Mexique, El callejón de los milagros (« L'Impasse des miracles », Jorge Fons, 1995), du Pérou, No se lo digas a nadie (« Ne le dis à personne », Francisco José Lombardi, 1998) ou encore, d'Argentine Vies brûlées (Marcelo Piñeyro, 2000).

Cinéma paraguayenModifier

Le long métrage le plus récent dans ce genre est celui de Marcelo Martinessi : intitulé "Les Héritières", il sortit en Allemagne en 2018 avec, dans le rôle principal, Ana Brun, qui remporta un Ours d'or à la Berlinale. L'action se déroule dans différents quartiers d'Asunción, où Chela voit sa vie bouleversée après l'arrestation pour fraude fiscale de sa compagne Chiqui, avec laquelle elle vit depuis plus de trente ans. Dans cette difficile situation financière, elle se fait chauffeur privé au service d'un groupe de riches bourgeoises. C’est là qu'elle fait la connaissance d'Anji, de vingt ans plus jeune, qui gravite à la périphérie de cette caste privilégiée, et en tombe amoureuse[235].

Cinéma argentinModifier

 
La relation entre les personnages interprétés par Isabel Sarli et Alba Mujica (es) dans Fuego (es) (Armando Bo, 1969) a été l'une des premières représentations du lesbianisme dans le cinéma argentin[236].

Dans la filmographie LGBT argentine, on remarquera Adiós, Roberto (es) (Enrique Dawi, 1995), le pseudo-homophobe Almejas y mejillones (es) (Marcos Carnevale (es), 2000), Un año sin amor (Anahí Berneri, 2005) et Vies brûlées (Marcelo Piñeyro, 2000).

L'un des premiers films à contenu LGBT tournés en Argentine a été Otra historia de amor (es) (« Une autre histoire d'amour », Américo Ortiz de Zárate, 1986)[237], qui raconte l'histoire d’un homme marié, père de deux enfants, qui tombe amoureux de son chef.

Adiós, Roberto (es) (Enrique Dawi, 1995)[238] est un film dramatique où Roberto, un homme séparé de sa femme, est contraint à la colocation pour des raisons économiques ; il partage alors un appartement avec Marcelo, avec lequel il entretient des liens d'amitié, mais dont il ignore l'homosexualité. À l'issue d'une fête, les deux hommes entament une relation sexuelle les menant à s'interroger sur leurs sentiments et leur identité sexuelle.

Adrián Suar (es) a interprété avec Andrea del Boca une comédie d'intrigue intitulée Apariencias (es) (« Apparences », Alberto Lecchi (es), 2000) [239], où Carmelo, secrètement amoureux de sa collègue Veronica, va la chercher à l'aéroport au retour d'un voyage, mais celle-ci est accompagnée. Rentrant à la maison, Carmelo s'infiltre accidentellement dans un défilé de la Gay Pride où il est aperçu par Veronica, qui le croit gay. Carmelo profite de ce malentendu pour surmonter sa timidité et se rapprocher d'elle.

 
Marcelo Piñeyro, réalisateur de l’un des films LGBT les plus remarqués en Argentine : Vies brûlées (2000).

Vies brûlées (Marcelo Piñeyro, 2000)[240] est basé sur un roman de Ricardo Piglia, où deux amants et délinquants professionnels acceptent de participer au braquage d'un véhicule blindé, dans l'espoir que cette opération ravivera la fougue amoureuse qui les avait animés au début de leur relation. Le film remporta le Prix Goya du meilleur film ibéroaméricain.

Almejas y mejillones (es) (« Moules et palourdes », Marcos Carnevale (es), 2000)[241] est une coproduction hispano-argentine dont l'une des protagonistes est une lesbienne qui, ne pouvant payer son loyer, mais étant dans l'impossibilité financière de déménager ailleurs, est contrainte de vivre en ménage avec le nouveau locataire, ce qui remet en question son homosexualité.

La première œuvre de la réalisatrice Anahí Berneri, Un año sin amor (2005)[242] dépeint la vie d'un jeune écrivain séropositif, déprimé et abandonné par sa famille, qui s'adonne à des pratiques sexuelles sadomasochistes et recherche de nouveaux soutiens affectifs pour affronter sa situation.

La filmographie de Pablo Oliveiro[243] a abordé à plusieurs reprises la thématique LGBT, depuis ses débuts dans le court métrage Historia de amor en un baño público (2002) . Comptent parmi ses œuvres les plus remarquables Puto (2006)[244], qui met en scène deux hommes vivant une relation harmonieuse, auxquels un sorcier prédit une prompte séparation, ou Un ovni sobre mi cama (« Un Ovni sur mon lit », 2011)[245], dont l'action se déroule dans un monde futur post-apocalyptique et déshumanisé où Rex, un cartographe au chômage, et Ian, un extraterrestre en fuite, entament une relation qui remettra tout en cause.

Plan B (Marco Berger, 2009)[246] relate l'histoire de Bruno, interprété par Manuel Vignau, qui ne peut pas accepter que son ex-fiancée se lie avec Pablo. Bruno entreprend alors de séduire le fiancé de son ex pour pouvoir la reconquérir, mais quand l'amour est en jeu, les résultats sont inespérés.

Mi mejor amigo (es) (« Mon meilleur ami », 2018) est un film argentin écrit et réalisé par Martín Deus[247]. Lorenzo, adolescent studieux, mène une vie paisible dans une petite ville de Patagonie jusqu'à ce que son père décide d'accueillir Caíto, fils d'une famille amie, un jeune garçon frondeur et mystérieux. D'abord méfiant, Lorenzo va peu à peu se rapprocher de Caíto sans soupçonner les conséquences de cette nouvelle amitié.


Cinéma brésilienModifier

Nous trouvons les premiers antécédents d'une filmographie de thématique LGBT dans O Menino e o Vento (pt) (Carlos Hugo Christensen, 1967)[248], où un jeune ingénieur se voit impliqué dans la disparition d'un mineur avec lequel on le soupçonnait d'entretenir des rapports inappropriés. Dans les années 1980, la coproduction américano-brésilienne Le Baiser de la femme araignée (Héctor Babenco, 1985)[249], basé sur le roman éponyme de Manuel Puig, raconte l'histoire d'un prisonnier politique (Raúl Juliá) et d'un homosexuel détenu pour avoir séduit un mineur (William Hurt), lesquels, en dépit de leurs visions différentes du monde et des relations humaines, commencent à développer des affections mutuelles.

 
Aluizio Abranches (en), réalisateur du film Jamais sans toi (2007).

Toutefois, c'est à partir du XXIe siècle que la thématique LGBT a été la plus présente dans les productions brésiliennes. Jamais sans toi (Aluizio Abranches (en), 2009)[250] relate l'histoire de deux jeunes frères utérins qui, après le décès de leur mère, tombent amoureux et finissent par entretenir une relation affective de caractère incestuel sans se soucier des réactions de leur famille ou de leurs amis.

 
Tess Amorim (en) (Giovanna), Guilherme Lobo (en) (Leonardo) et Fabio Audi (en) (Gabriel), les trois protagonistes du court métrage Eu Não Quero Voltar Sozinho (es) (2010) et du film Au premier regard (2014), réalisés par Daniel Ribeiro.

La trajectoire du réalisateur Daniel Ribeiro est aussi significative. Il fit ses débuts avec le court métrage Café au lait (2007), qui met en scène deux jeunes garçons devant prendre en charge leur jeune frère après la mort de leurs parents dans un accident. Il réalisa plus tard le court métrage Eu Não Quero Voltar Sozinho (es) (« Je ne veux pas rentrer tout seul », 2010), où un adolescent aveugle tombe amoureux, à la stupeur de sa meilleure amie, d'un nouveau camarade de classe. Son premier long métrage a été Au premier regard (en portugais : Hoje Eu Quero Voltar Sozinho, « Aujourd’hui, je veux rentrer seul », (2014), qui reprend et approfondit l'histoire racontée dans le court métrage, avec les mêmes personnages principaux, mais de nouvelles sous-trames et un nouveau narratif[251]. Le film a reçu un grand nombre de distinctions lors de festivals de cinéma tels que la Berlinale 2014, Outfest 2014 ou le Festival international du film de Guadalajara 2014.

Cinéma colombienModifier

La coproduction franco-colombienne La Vierge des tueurs (Barbet Schroeder, 2000)[252] a causé bien des remous dans certains secteurs sociaux et même sa censure. Il s'agit presque d'un documentaire, basé sur le roman autobiographique de Fernando Vallejo, qui décrit les expériences de Fernando (Germán Jaramillo (es)), un écrivain homosexuel, qui revient à Medellín après des années d'absence et entame une relation sentimentale avec Alexis, un jeune tueur à gages de 16 ans.

 
Olga Segura est l'une des protagonistes de La luciérnaga (« La luciole », 2015), principal film de la réalisatrice Ana María Hermida (es).

Sur le registre lesbien, le premier grand film d'Ana María Hermida (es), La luciérnaga (« La luciole », 2015)[253] met en scène deux femmes, Lucía (Carolina Guerra) et Mariana (Olga Segura), unies dans la douleur par la mort tragique dans un accident du frère de l'une et fiancé de l'autre. Peu à peu, le deuil, l'appui réciproque feront place à l'amour.


Suite du chapitre en cours de traduction à partir de l'article espagnol.

DocumentaireModifier

Festivals LGBT et prixModifier

 
Affiche du festival du film LGBT Massimadi.

Notes et référencesModifier

  1. Clément Graminiès, « Le crime est dans le placard », sur Critikat, (consulté le ).
  2. Roth-Bettoni 2007, p. 46.
  3. Roth-Bettoni 2007, p. 47-48.
  4. Déclaration de Dustin Lance Black au Monde, dans Isabelle Regnier, « Van Sant : “Des milliers de gens sont venus spontanément pour faire de la figuration” », Le Monde,‎ , p. 22 (lire en ligne).
  5. Henri Plouïdy, « Emancipé, le cinéma gay sort enfin du placard pour raconter sa propre histoire », Le Temps,‎ (lire en ligne).
  6. Vincent Soubeyrand, HO(MO)LLYWOOD, Visibilité et représentation(s) de l'homosexualité dans le cinéma américain depuis les années 1990, Université de Lille, (lire en ligne), p. 61-64.
  7. (es) Rafael Arribas, « De cómo la homosexualidad se coló en el cine mudo: sissies y travestidos », (consulté le ).
  8. a et b (es) Cristóbal Ramiro, La homosexualidad en el cine, Ediciones Irreverentes, (ISBN 978-84-96959-78-1).
  9. « Morocco (Cœurs brûlés) », sur cinematheque.fr (consulté le ).
  10. Céline Dubois, « La reine Christine - une ode à la subversion des genres », sur Le 7e genre (consulté le ).
  11. (es) Jesús del Río, « El ranking de mujeres que son iconos lésbicos », El Mundo,‎ (lire en ligne).
  12. Francis Bordat, « Le code Hays. L'autocensure du cinéma américain », Vingtième Siècle, revue d’histoire, no 15,‎ (lire en ligne).
  13. Antoine Royer, « Critique de film : Le Poison », (consulté le ).
  14. J. M., « Edward Mytryk – Feux croisés », sur Le Monde, (consulté le ).
  15. Olivier Père, « La Corde de Alfred Hitchcock », sur arte.tv, (consulté le ).
  16. Tony Parodi, « « LA RIVIÈRE ROUGE » (1948) : LE PREMIER WESTERN DE HOWARD HAWKS », sur profession-spectacle.com, (consulté le ).
  17. Agnès Giard, « Comment filmer un gay en douce », sur Libération, (consulté le ).
  18. Jean-Yves Alt, « Spratacus, un film de Stanley Kubrick (1960) », (consulté le ).
  19. Théo Ribeton, « La Chatte sur un toit brûlant – Entrechats conjugaux », sur Critikat, (consulté le ).
  20. Clément Graminiès, « Soudain l'été dernier – La pulsion dévorante », sur Critikat, (consulté le ).
  21. « La Rumeur », sur LE BLEU DU MOIROIR – Reflets cinématographiques (consulté le ).
  22. Anne Sivan, « L’Escalier », sur DVDCLASSIK, (consulté le ).
  23. Didier Roth-Bettoni, « « Les Garçons de la bande », de William Friedkin, ressort en DVD », sur Hétéroclite, (consulté le ).
  24. « Point limite zéro - Richard C. Sarafian », sur Tortillapolis, (consulté le ).
  25. Marie Bigorie et Benoît Smith, « Chasse à l’homme », sur Critikat, (consulté le ).
  26. a et b (en) Janet Maslin, « Screen : A couple’s ″parting glances″ », sur New York Times, (consulté le ).
  27. Ignacio Ramonet, « Caméras politiques : « Le mystère Silkwood » », sur Le Monde diplomatique, (consulté le ).
  28. « La Couleur pourpre », sur DVDCLASSiK (consulté le ).
  29. Zogarok, « Optimisme, joie, oubli », sur Sens Critique, (consulté le ).
  30. (en) Brent Lang, « Why Studios Fear Putting Gay Characters in Movies Like ‘Star Wars’ and ‘The Avengers’ », sur variety.com, (consulté le ).
  31. (en) Dara Tom, « Homosexuals Protest ‘Basic Instinct’ as Anti-Gay and Anti-Women », sur AP News, (consulté le ).
  32. Sylvestre Sbille, « ‘Philadelphia’ a fait changer le regard sur les malades du sida », sur L’Écho, (consulté le ).
  33. Andy Greene, « Flashback: Bruce Springsteen Plays ‘Streets of Philadelphia’ at 1994 Oscars », sur rollingstone.com, (consulté le ).
  34. « Cinéma Garçon d'honneur, de Ang Lee. La comédie du mariage », sur Le Monde, (consulté le ).
  35. (es) Eduardo-Martín Larequi García, « Una comedia como las de antes: In and Out, de Frank Oz », sur lenguaensecundaria.com, (consulté le ).
  36. Pauline Weiss, « Le Mariage de mon meilleur ami : la scène culte où Julianne avoue à Michael qu'elle l'aime », sur Marie Claire, (consulté le ).
  37. Didier Péron, « Sur le canevas rebattu du type odieux converti à l'amour de son prochain, Jack Nicholson en fait des tonnes dans une livraison qui évite par miracle les clichés réacs. Le meilleur du pire. Pour le pire et pour le meilleur de James L. Brooks avec Jack Nicholson, Helen Hunt, Greg Kinnear etc., 2 h 18 mn », sur Libération, (consulté le ).
  38. (en) Michael Costello, « To Wong Foo, Thanks for Everything! Julie Newmar (1995) », sur AllMovie (consulté le ).
  39. (en) « Synopsis Chasing Amy », sur viewaskew (consulté le ).
  40. FinalFlorent, « Jerkin’off in the Shower – Avis sur American Beauty », sur Sens Critique, (consulté le ).
  41. « La Maison au bout du monde », sur allociné (consulté le ).
  42. Thomas Janua, « Brokeback Mountain : la scène qui a choqué l'Amérique », sur telestar, (consulté le ).
  43. Pascal Laëthier, « Les transsexuels sont-ils psychotiques ? », sur cinepsy.com, (consulté le ).
  44. Norbert Creutz, « Le cinéma du mercredi. «Capote» ou la tragédie d'écrire », sur Le Temps, (consulté le ).
  45. Véronique Doduik, « Revue de presse de « Harvey Milk » (Gus van Sant, 2008) », sur Cinémathèque, (consulté le ).
  46. « Le Talentueux Mr Ripley », sur explicationdefilm.com, (consulté le ).
  47. « Jim Carrey singe la mort », sur Le Temps, (consulté le ).
  48. « Le Talentueux Mr Ripley », sur toutelatele.com, (consulté le ).
  49. « Moonlight », sur explicationdefilm.com, (consulté le ).
  50. « Après un cafouillage «Moonlight» est sacré meilleur film lors de la 89e cérémonie des Oscars », sur Le Temps, (consulté le ).
  51. (en) Stephanie Monohan, « Forbidden Fruit : The Golden Age of the Exploitation Picture », sur screenslate, (consulté le ).
  52. (en) Greg Taylor, Artists in the Audience : Cults, Camp, and American Film Criticism, Princeton University Press, , 208 p. (ISBN 9780691089553, lire en ligne).
  53. Clemence Bodoc, « Christine Jorgensen, célébrité… malgré elle – Les Culottées, par Pénélope Bagieu », sur madmoizelle.com, (consulté le ).
  54. Claudine Eizykman, « Cinéastes : Kenneth Anger », sur cinédoc, (consulté le ).
  55. Aurélien Portelli, « Le corps dans la trilogie new-yorkaise de Paul Morrissey », sur il était une fois LE CINEMA (consulté le ).
  56. « Joyeux… Joe Dalessandro », sur roijoyeux.wordpress, (consulté le ).
  57. « Barbara Hammer, pionnière du cinéma queer », (consulté le ).
  58. Valérie de Graffenried, « John Waters, le gentil déjanté », sur Le Temps, (consulté le ).
  59. (en) B. Ruby Rich, « New Queer Cinema », (consulté le ).
  60. Raphaël Le Toux-Lungo, « Is This Desire ? », sur critikat, (consulté le ).
  61. Pascale Macary-Garipuyté, « Le mouvement « queer » : des sexualités mutantes », Psychanalyse, no 7,‎ , p. 43-52 (lire en ligne).
  62. (es) Amelia Abraham, « Cine para outsiders: una entrevista con GreggAraki », sur vice, (consulté le ).
  63. Olivier Nicklaus, « Le parcours atypique de John Cameron Mitchell », sur les Inrockuptibles, (consulté le ).
  64. Jean-François Rauger, « Miller’s Crossing », sur le Cinématographe, (consulté le ).
  65. (en) Gary Goldstein, « Review : ‘Cowboys’ a powerful movie for the moment », sur Los Angeles Times, (consulté le ).
  66. (en) Michaël Parent, « Dracula (1931) », (consulté le ).
  67. Ana Benabs, « D'échec à film culte : comment le « Rocky Horror Picture Show » a construit sa légende », sur france24, (consulté le ).
  68. (es) Sergei, « Queer Horror, homosexuales en el cine de terror », (consulté le ).
  69. (en) Shane Brown, « Vingarne (Mauritz Stiller, 1916) », (consulté le ).
  70. Damien Delille, « Magnus Hirschfeld et l'atlas visuel des sexualités dans l'entre-deux-guerres », Genre & Histoire,‎ (lire en ligne).
  71. (en) « Anders als die anderen », sur teddyaward.tv, (consulté le ).
  72. Claude Rieffel, « Garçon manqué », sur avoir-alire.com, (consulté le ).
  73. « Michael (Karl Theodor Dreyer, 1924) », sur allenjohn.over-blog.com, (consulté le ).
  74. « Geschlecht In Fesseln (Wilhelm Dieterle, 1928) », sur allenjohn.over-blog.com, (consulté le ).
  75. « Loulou (Die Büchse der Pandora) – de Georg Wilhelm Pabst - 1929 », sur playitagain.unblog.fr, (consulté le ).
  76. « Jeunes filles en univorme », (consulté le ).
  77. Mathieu Macheret, « Fassbinder, cinéaste du fard et de l'artifice », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  78. « Les larmes amères de Petra von Kant – la critique du film », sur avoir-alire.com, (consulté le ).
  79. « Le droit du plus fort – la critique du film », sur avoir-alire.com, (consulté le ).
  80. Nicolas Maille, « Mauvaises vies », sur critikat.com, (consulté le ).
  81. Kuzniar 2000, p. 88-92.
  82. « «Taxi zum Klo» de Frank Ripploh – Les douceurs du petit matin », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  83. (en) « Gay Male Cinema In Europe Since The 1970s: From Critique To Consensus », (consulté le ).
  84. (en) Douglas Messerli, « Wolfgang Petersen : Die Konsequenz (The Consequence) », sur internationalcinemareview, (consulté le ).
  85. (en) Interview by Pamela Jahn, « Interview with Ulrike Ottinger », sur electricsheepmagazine.co.uk, (consulté le ).
  86. « No Hard Feelings (Futur Drei) », sur cheries-cheris.com, (consulté le ).
  87. « The Lodger (Les Cheveux d'or) – Alfred Hitchcock (1927) », sur moncinemaamoi.blog, (consulté le ).
  88. (en) Jamie Sexton, « Borderline (1930) », sur screenonline.org.uk, (consulté le ).
  89. (en) Jenny Hammerton, « First A Girl (1935) », sur screenonline.org.uk, (consulté le ).
  90. Clément Graminès, « Prise de position politique », sur critikat.com, (consulté le ).
  91. Anna Hohler, « Subjectives. Revue de presse : Dirk Bogarde, le «James Dean qui roulait lentement» », Le Temps,‎ (lire en ligne).
  92. Jean-Paul Torok, « Qu'est-ce que le ‘Free Cinema’ », Positif, no 49,‎ .
  93. Philippe Pelletier, « Tony Richardson », sur cineartistes.com, (consulté le ).
  94. « Les corps sauvages », sur imdb.com (consulté le ).
  95. (en) Phil Wickham, « L-Shaped Toom, The (1962) », sur screenonline.org.uk, (consulté le ).
  96. « The Music Lovers (La Symphonie Pathétique) », sur belairclassiques.com, (consulté le ).
  97. « Une vie une oeuvre: Derek Jarman, cinéaste queer (1942-1994) », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  98. « « Maurice », de James Ivory – Un scandale bien tempéré », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  99. Francis Rousselet, Terence Davies – cinéaste de l'intime, Aléas, (ISBN 978-2-84301-130-6).
  100. « « Distant Voices », de Terence Davies – Famille, famille… », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  101. Justin Kwedi, « The Long Day Closes », sur iletaitunefoislecinema.com (consulté le ).
  102. Virgile Dumez, « Stephen Frears », sur cinedweller.com (consulté le ).
  103. « Kitsch, classes sociales et multiculturalisme dans « My beautiful laundrette » (Stephen Frears, 1985) », Revue Lisa, vol. XV, no 1,‎ (lire en ligne).
  104. Thomas Sotinel, « « Prick Up Your Ears » : entre vaudeville et film noir », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  105. « The Crying Game (1992) Awards », sur imdb.com (consulté le ).
  106. « Beautiful Thing (1996) », sur senscritique.com (consulté le ).
  107. « Peter’s Friends (1992) », sur senscritique.com (consulté le ).
  108. « The Full Monty. Disney+ annonce une série avec les acteurs du film – Une suite 25 ans plus tard », sur cineserie.com (consulté le ).
  109. (en) Andre Soares, « Hollow Reed Movie: Straight Dad vs. Gay Dad in Overbaked Drama », sur altfg.com, (consulté le ).
  110. (en) Adrian Martin, « Different for Girls (Richard Spence, UK, 1997 », sur filmcritic.com.au, (consulté le ).
  111. « Indian Summer = Alive and Kicking (1996) Nancy Meckler », (consulté le ).
  112. (en) Kate Kellaway, « When miners and gay activists united: the real story of the film Pride », The Observer,‎ (lire en ligne).
  113. (en) Prof Jack Copeland, « Alan Turing: The codebreaker who saved ‘millions of lives’ », sur BBC News, (consulté le ).
  114. (en) « Breaking the Code », sur imdb.com (consulté le ).
  115. Nicolas Rieux, « DANISH GIRL de Tom Hooper : la critique du film », sur mondocine.net (consulté le ).
  116. Virginie Nussbaum, « Un film historique LGBT? Oui, merci », Le Temps,‎ (lire en ligne)
  117. « Le mythe d'Orphée selon Jean Cocteau » (consulté le ).
  118. Lucile Commeaux, « Voyez Un chant d’amour de Jean Genet et vibrez à la sensuelle image du sexe entre quatre murs », sur France Culture, (consulté le ).
  119. Jean de Baroncelli, « Les Amitiés particulières », sur Le Monde, (consulté le ).
  120. Jean-Nichel Frodon, « Chantal Akerman : la mort avait toujours été là », sur slate, (consulté le ).
  121. David Duez, « Revue de presse de « Je, tu, il, elle » (Chantal Akerman, 1974) », sur Cinémathèque, (consulté le ).
  122. Sandrine Bajos, « «Emmanuelle a changé le monde !» : le film érotique débarque sur Netflix », sur Le Parisien, (consulté le ).
  123. Catherine Laporte, « 1975 – Sur le tournage d'Histoire d'O », sur L'Express, (consulté le ).
  124. « La Cage aux folles », (consulté le ).
  125. (en) Desson Howe, « 'Birdcage' Takes Flight », sur The Washington Post, (consulté le ).
  126. S. Blumenfeld, « « L'homme blessé », un film atypique dans le paysage du cinéma français », sur Les Inrockuptibles, (consulté le ).
  127. André Tapps, « Refaire sa vie en 1954 – Coup de foudre », sur Ciné-Bulles, (consulté le ).
  128. « Joyeux… André Téchiné », sur roijoyeux, (consulté le ).
  129. Jérémy Gallet, « Les Roseaux sauvages – André Téchiné - critique », sur à voir-à lire, (consulté le ).
  130. Jean-Marc Lalanne, « Avec « Quand on a 17 ans », André Téchiné signe un grand film sur l'adolescence des années 2010 », sur Les Inrockuptibles, (consulté le ).
  131. Hélène Marzolf, « Revoir « Les Nuits fauves », noire romance sur fond vintage », sur Télérama, (consulté le ).
  132. « Décès Cyril Collard », sur INA, (consulté le ).
  133. Christophe Carrière, « François Ozon : ange ou démon ? », sur L'Express, (consulté le ).
  134. Guillaume Gas, « Gouttes d'eau sur pierres brûlantes (Critique) », sur les Chroniques de Cliffhanger, (consulté le ).
  135. Romain Le Vern, « Le Temps qui reste », sur à voir-à lire, (consulté le ).
  136. « 8 femmes (Huit femmes) – la critique », sur à voir-à lire, (consulté le ).
  137. Thomas Sotinel, « « Une nouvelle amie » : Romains Duris goûte au plaisir du travestissement », sur Le Monde, (consulté le ).
  138. « Famille tu me hais », (consulté le ).
  139. « 120 Battements par minute », sur allociné, (consulté le ).
  140. (es) Manuel Lechón Álvarez, La sala oscura: guía del cine gay español y latinoamericano, Ediciones Nuer, (ISBN 84-8068-074-1).
  141. Emmanuel Le Vagueresse, « Travestis, transsexuels et homosexuels dans le cinéma espagnol de la Transition démocratique (1975-1982) : une interrogation à la nation », sur Mélanges de la Casa de Velázquez, (consulté le ).
  142. (es) « Historia de nuestro cine: ¡Harka! (presentación) », sur rtve.es, (consulté le ).
  143. (es) Diego Galán, « '¡Harka!', patriotería y ambigüedad », El País,‎ (lire en ligne).
  144. (es) Diego Galán, « Necrológica: Luis María Delgado, cineasta », El País,‎ (lire en ligne).
  145. Nicolas Zugasti, « La Résidence », sur L'ouvreuse, (consulté le ).
  146. Olivier Père, « Vampyros Lesbos », sur Les Inrockuptibles, (consulté le ).
  147. (es) Mateo Sancho Cardiel, « El actor que creó un género : el landismo », sur Diario de León, (consulté le ).
  148. (es) Salvador Sáinz, « No desearás al vecino del quinto (1970) », sur Diario de Cine, (consulté le ).
  149. « Mi querida señorita », sur Spain is Culture (consulté le ).
  150. (es) « Desaparece totalmente la censura teatral y de espectáculos », El País,‎ (lire en ligne).
  151. (es) « Historia de nuestro cine: Cambio de sexo (presentación) », sur RTVE, (consulté le ).
  152. (es) « Historia de nuestro cine: A un dios desconocido (presentación) », sur RTVE, .
  153. (es) « La Corea – 1976 », sur abc.es.
  154. (es) « Un hombre llamado Flor de Otoño », sur RTVE, .
  155. (es) « Más que amor, frenesí », sur Premios Goya, (consulté le ).
  156. (es) Manuel Cuellar del Río, « Perdona bonita, pero Dunia AyasoLucas quería a Félix Sabroso », sur elasombrario.público.es, (consulté le ).
  157. (es) Luis Martínez, « Amor de Hombre », El País,‎ (lire en ligne).
  158. « Les Vies de Loulou – Bigas Luna, 1991 », sur chaosreign.fr, (consulté le ).
  159. Nathalie Piernaz, « Raisons de vivre (Sobreviviré) », sur chronicart.com, (consulté le ).
  160. (en) Douglas Messerli, « Gerardo Viera - Segunda Piel (Second Skin) », sur internationalcinemareview.blogspot.com, (consulté le ).
  161. « Krampack de Cesc Gay », sur semainedelacritique.com, (consulté le ).
  162. (es) Teresa Cendros, « Concha Velasco protagoniza 'Km. 0' junto a 13 jóvenes actores », El País,‎ (lire en ligne).
  163. Geneviève Praplan, « Ma mère préfère les femmes (surtout les jeunes…) », sur cine-feuilles.ch (consulté le ).
  164. (es) Ciro Krauthausen, « Miguel Albaladejo estrena 'Cachorro', un filme cómico y tierno », El País,‎ (lire en ligne).
  165. Marion Defaut, « Pièce pas montée », sur critikat.com, (consulté le ).
  166. « Espagne – Mariage homosexuel : la loi de 2005 validée par le tribunal constitutionnel », Le Point,‎ (lire en ligne).
  167. (es) « Chuecatown, de Juan Flahn », sur Diario Levante, (consulté le ).
  168. Gaspard Granaud, « LITTLE ASHES de Paul Morrison : Dalí au cœur d'une passion gay dévastatrice », sur popandfilms.fr, (consulté le ).
  169. « Mentiras y gordas », sur lahiguera.net (consulté le ).
  170. Gaspard Granaud, « ANDER de Roberto Castón : changer les habitudes », sur popandfilms.fr, (consulté le ).
  171. « 80 Jours – un film de Jon Garaño et José Mari Goenaga », sur cinespagne.com (consulté le ).
  172. « Los héroes del mal », sur des-images-aux-mots.fr, (consulté le ).
  173. Thomas Sotinel, « « Fronteras » : l’immigration clandestine et l'homosexualité expliquées aux ados », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  174. (es) « De chica en chica », sur El Mundo, (consulté le ).
  175. Ilyass Malki, « L'amour impossible de Carmen et Lola », sur zerodeconduite.net, (consulté le ).
  176. Davide Abbatescianni, « Berlinale 2019 – Compétition – Critique : Elisa & Marcela », sur cineuropa.org, (consulté le ).
  177. « ¡Corten!, Comédie Queer et kitsch à Barcelone », sur La Dépêche, (consulté le ).
  178. (es) Idoia Ugarte, « El fantasma de la sauna, una película musical inspirada en los clásicos de Hollywood », El País,‎ (lire en ligne).
  179. Maëlle Parras, Théâtralité et intimité dans le cinéma de Ventura Pons (thèse de doctorat), (lire en ligne).
  180. « Ocaña, retrato intermitente », sur cinespagnol-nantes.com, (consulté le ).
  181. (es) Belén Ginart, « Ventura Pons lleva al cine "Caricias", de Sergi Belbel », El País,‎ (lire en ligne).
  182. (es) Isabel Gallo, « El espacio de La 2 'La noche temática' se acerca a la comunidad homosexual », El País,‎ (lire en ligne).
  183. (en) Ventura Pons, « Food of Love », Catalan Review, vol. XVIII, nos 1-2,‎ , p. 237-248 (lire en ligne), où le réalisateur offre un regard intimiste sur l'inspiration qui l'a guidée et la conceptualisation et la réalisation du film.
  184. « Le cinéma « quinqui » d’Eloy de la Iglesia », sur cinespagne.com (consulté le ).
  185. « La Semana del Asesino d'Eloy de la Iglesia (1972) », sur culte7art, (consulté le ).
  186. Emmanuel Le Vagueresse, « Los placeres ocultos (1977) d’Eloy de la Iglesia : un manifeste contre l'hétérocentriste au tout début de la transition démocratique espagnole », sur Itinéraires, (consulté le ).
  187. (es) « Necesidad y prisa – 40 años de El diputado de Eloy de la Iglesia », sur academiadecine.com, (consulté le ).
  188. (es) « Otra vuelta de tuerca, 1985 », sur cinegayonline.org, (consulté le ).
  189. (es) Elisa Silió, « Eloy de la Iglesia vuelve tras 15 años con "Los novios búlgaros" », El País,‎ (lire en ligne).
  190. (es) Carlos Aguilar, Dolores Devesa et Carlos Losilla, Conocer a Eloy de la Iglesia, Filmoteca Vasca, (ISBN 848845208X).
  191. (es) Pilar Pedraza, Agustí Villaronga, Akal, (ISBN 978-84-460-2514-6).
  192. Gaspard Granaud, « PRISON DE CRISTAL de Agusti Villaronga :mal total », sur popandfilms.fr, (consulté le ).
  193. Jérémie Marchetti, « EL MAR, Agustí Villaronga, 2000 », sur chaosreign.fr, (consulté le ).
  194. Coralie Huché, « ″Pain noir″ : dans les secrets d'un village catalan », sur Le Monde, (consulté le ).
  195. « Almodovar, le réalisateur qui a donné des couleurs au cinéma espagnol », sur Le Point, (consulté le ).
  196. (es) « Almodóvar está considerado uno de los 100 directores más poderosos del mundo », sur El Mundo, (consulté le ).
  197. Thomas Sotinel, « Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier », sur Le Monde, (consulté le ).
  198. (es) « Historia de nuestro cine - Laberinto de pasiones (Presentación) », sur RTVE, (consulté le ).
  199. (es) « Historia de nuestro cine - Entre tinieblas (presentación) », sur RTVE, (consulté le ).
  200. (es) « Historia de nuestro cine - La ley del deseo (presentación) », sur RTVE, (consulté le ).
  201. Christophe Roussel, « Parle avec elle : L'amour fou », sur lequotidienducinema.com, (consulté le ).
  202. Jean-Marc Lalanne, « La mauvaise éducation », sur Les Inrockuptibles, (consulté le ).
  203. Thomas Sotinel, « ″La Piel que habito″ : l'éblouissante expérience du docteur Almodovar », sur Le Monde, (consulté le ).
  204. Denilson Lopes, « En deçà et au-delà du cinéma moderne : Visconti, mélancolie et néo-baroque », Cinémas : revue d'études cinématographiques / Cinémas: Journal of Film Studies, vol. 8, nos 1-2,‎ , p. 113-124 (DOI 10.7202/024745ar, lire en ligne).
  205. « Ossessione (Les Amants Diaboliques) – Luchino Visconti (1943) », sur moncinemaamoi.blog, (consulté le ).
  206. Gérard Crespo, « Rocco et ses frères – Luchino Visconti - critique », sur avoir-alire.com, (consulté le ).
  207. Olivier Nicklaus, « les damnés », sur Les Inrockuptibles, (consulté le ).
  208. « Mort à Venise – la critique du film », sur avoir-alire.com, (consulté le ).
  209. Camille Lestienne, « Pasolini : la mort tragique d'un cinéaste révolté », sur Le Figaro, (consulté le ).
  210. Jean-Marc Hémion, « Théorème de résistance, fuites poétiques d’une «vitalité désespérée» ? », sur tk-21 LaRevue, (consulté le ).
  211. « Je est un monstre – Avis sur Salo ou les 120 Journées de Sodome », sur senscritique.com, (consulté le ).
  212. « Disparition de Franco Zeffirelli, le cinéma italien en deuil », Les Echos,‎ (lire en ligne).
  213. « Le Conformiste – Bernardo Bertolucci - critique », sur avoir-alire.com, (consulté le ).
  214. Jules Chambry, « Une journée particulière (1977) d’Ettore Scola : quand les oiseaux quittent leur cage », sur lemagducine.fr, (consulté le ).
  215. « Il bagno turco - hamam », sur quinzaine-realisateurs.com, (consulté le ).
  216. « Tableau de famille », sur cine-feuilles.ch, (consulté le ).
  217. Christophe Martet, « Ferzan Özpetek : « Il y a plusieurs de types de familles, celle du lien du sang, et il y a des familles d'amis, que j'aime appeler les familles du cœur » », sur komitid.fr, (consulté le ).
  218. Roth-Bettoni 2007.
  219. (en) « La Fille aux jacinthes – Flicka och hyacinter », sur mubi.com (consulté le ).
  220. (en) « 491 », sur imdb.com (consulté le ).
  221. « Fucking Åmål », sur senscritique.com (consulté le ).
  222. (en) Douglas Messerli, « Sved Wam – Sebastian (När alla vet) (When Everyone Knows) », sur internationalcinemareview, (consulté le ).
  223. Dorotée Aznar, « Les Joies de la famille », sur petit-bulletin.fr, (consulté le ).
  224. Clément Graminiès, « Kyss mig – Une histoire suédoise », sur critikat.com, (consulté le ).
  225. Jorn Rossing Jensen, « A Holy Mess : Noël est un « sacré capharnaüm » dans la comédie dramatique de Bergström », sur cineuropa, (consulté le ).
  226. « Esprit d'équipe », sur mulderville.net, (consulté le ).
  227. « Je t'aime toi », sur kinoglaz.fr (consulté le ).
  228. Nicolas Maille, « Marche serbe », sur critikat.com, (consulté le ).
  229. (en) Alice Heneghan, « Not Angels,but? », sur East European Film Bulletin, (consulté le ).
  230. (en) « Telo bez duzeMarche serbe », sur imdb.com (consulté le ).
  231. (en) « Mandragora », sur imdb.com (consulté le ).
  232. Antoine Corte, « « Conséquences » (2019) de Darko Štante », sur bullesdeculture.com, (consulté le ).
  233. Johanne Larue, « For a Lost Soldier (Voor een Verloren Soldaat) », sur mediafilm.ca (consulté le ).
  234. Clément Graminiès, « Boys (Jongens) », sur critikat.com, (consulté le ).
  235. Thomas Sotinel, « « Les Héritières » : chute et renouveau au Paraguay », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  236. « ’Fuego’: The insane story of a raging nymphomaniac », sur dangerousminds.net, (consulté le ).
  237. (es) Luciano Deraco, « Amar en tiempos difíciles – Otra historia de amor (1986) », sur Polifonía, (consulté le ).
  238. (es) « Adiós, Roberto », sur cinedetematicagay, (consulté le ).
  239. « Apariencias », sur imdb.com (consulté le ).
  240. Didier Péron, « «Vies brûlées» à vif », Libération,‎ (lire en ligne).
  241. (es) « Almejas Y Mejillones », sur cine.com (consulté le ).
  242. Isabelle Regnier, « « Un Año sin amor » », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  243. « Pablo Oliveiro », sur imdb.com (consulté le ).
  244. « Puto », sur imdb.com (consulté le ).
  245. (es) « Crítica: «Un ovni sobre mi cama», amor robot », sur noticine.com (consulté le ).
  246. Jean-Luc Douin, « « Plan B » : tel est pris qui croyait prendre », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  247. Samra Bonvoisin, « Le film de la semaine : « Mon meilleur ami » de Martin Deus », sur cafepedagogique.net, (consulté le ).
  248. (en) Douglas Messerli, « Carlos Hugo Christensen – O menino e o vento (The Boy and the Wind) », sur internationalcinemareview, (consulté le ).
  249. Yaël Hirsch, « Le baiser de la femme araignée, un chef-d'œuvre à redécouvrir en Dvd le 16 février », sur toutelaculture.com, (consulté le ).
  250. Gaspard Granaud, « Jamais sans toi d'Aluiso Abranches : Romance interdite ? », sur popandfilms.fr, (consulté le ).
  251. Clément Graminiès, « Déjà-vu », sur critikat.com, (consulté le ).
  252. Jean Gavril Sluka, « Critique de film : La Vierge des Tueurs », sur dvdclassik.com, (consulté le ).
  253. (es) « ‘La luciérnaga’, nueva película lésbica con sello colombiano », (consulté le ).
  254. The silver screen - Color me lavender sur Allociné.
  255. De la cage aux roseaux sur Allociné.
  256. a et b « À propos », sur KOMITID (consulté le ).
  257. « Vues d'en face | Festival International du Film LGBT+ de Grenoble », sur vuesdenface.com (consulté le ).
  258. « Un festival 100% LGBT+ à Gindou dans le Lot : Tolérance sur les planches », sur ladepeche.fr (consulté le ).
  259. « LGBT+66 PERPIGNAN », sur lgbt66 (consulté le ).
  260. Le président est Jean-Loup Thévenot ; l'association regroupe, en date du , 173 adhérents.
    Voir : « Perpignan : Le 3e Festival LGBT+ Et Alors ?! Fin prêt pour les 4, 5 et 6 octobre », sur lindependant.fr (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Cet essai analyse l’esthétique des représentations cinématographiques des homosexuel·les dans les films français et décrypte l’imaginaire collectif de la société française, ses rapports sociaux, la construction de l’identité masculine.
Dans un chapitre, revue critique des films incluant des personnage(s) homo(s) ou à lecture homosexuelle.
  • Marc-Jean Filaire, L’ado, la folle et le pervers : Images et subversion gay au cinéma, Béziers, H & O, , 216 p. (ISBN 978-2-84547-184-9)
Analyse des images des homosexuels masculins, typologie et études de films détaillées. L’ouvrage offre un panorama des clichés qui structurent la représentation oppressive ou transgressive des gays dans la société occidentale.
  • Hélène Fleckinger, « “Y a qu’à pas baiser”. La représentation des corps sexués dans le cinéma militant féministe et homosexuel (France, années 1970) », dans Christian Biet et Olivier Neveux, Une histoire du spectacle militant. Théâtre et cinéma militants 1966-1981, Montpellier, L’Entretemps, .
  • Hélène Fleckinger et Olivier Neveux, « Entretien avec Lionel Soukaz, « Il y a de la pensée dans le sexe et du sexe dans la pensée », dans Christian Biet et Olivier Neveux, Une histoire du spectacle militant. Théâtre et cinéma militants 1966-1981, Montpellier, L’Entretemps, .
  • (en) Alice A. Kuzniar, The Queer German Cinema, Stanford University Press, (ISBN 0-8047-3995-1, lire en ligne).
  • Frédéric Martel, Le Rose et le Noir, Les homosexuels en France depuis 1968, Paris, Seuil, , 772 p. (ISBN 978-2-7578-1055-2).
Très nombreuses mentions des films homosexuels et chronologie finale avec liste des films.
Sont référencés plus d’un millier de films de 1912 à 2005 dans lesquels l’homosexualité apparaît, de manière secondaire ou centrale.
Histoire des représentations, encyclopédie du cinéma gay. Un panorama riche, très complet.
  • (en) Vito Russo, The Celluloid Closet : Homosexuality in the Movies, It Books, , 2e éd. (1re éd. 1981), 384 p. (ISBN 978-0-06-096132-9)
Traduit en italien sous le titre Lo schermo velato, chez Baldini & Castoldi (1999). Essai très complet d’un Américain, journaliste et critique de cinéma, mort en 1990 de sida. De ce livre est tiré le documentaire The Celluloid Closet.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier