Ouvrir le menu principal
Laurent Redon

Pas d'image ? Cliquez ici

Biographie
Date de naissance (45 ans)
Lieu de naissance Saint-Chamond (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Carrière
Années d'activité 1993-2002
Qualité Pilote automobile
Dirigeant d'entreprise
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
International Sports Racing Series
1999Drapeau : France JB Team Giesse6 (1)
2001Drapeau : France Pescarolo5 (2)
IRL
2001-2002Drapeau : États-Unis Conquest Racing17 (0)
Statistiques
Numéro permanent 34
Nombre de courses 17
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 0
Podiums 1
Victoires 0

Laurent Redon, né le à Saint-Chamond, est un pilote automobile français. Il est notamment connu pour avoir été nommé « rookie of the year » (« débutant de l'année ») de Indy Racing League en 2002.

Laurent Redon fait ses débuts en karting en 1987 et passe en monoplace en 1994, dans le championnat de France de Formule 3. Il y est sacré champion dès sa deuxième saison, en 1995. Il monte ensuite en Formule 3000, l'antichambre de la Formule 1. Il y participe pendant deux saisons, terminant huitième en 1996 puis neuvième en 1997 avec un podium. Ces résultats et ses partenaires financiers lui permettent d'intégrer la Formule 1 seulement en tant que pilote d'essais et pilote de réserve pour la Scuderia Minardi en 1998 puis pour Benetton Formula en 1999. Toutefois, il n'obtiendra jamais de volant de titulaire et ne roulera jamais en Grand Prix.

Dès 1999, il se réoriente vers l'endurance, en Championnat FIA des voitures de sport, remportant notamment sa première victoire à Spa-Francorchamps en mai 1999. Après un accident à Brno, il se tient écarté des circuits jusqu'en 2001, où il remporte la victoire à Magny-Cours, dans le Championnat FIA des voitures de sport, la victoire à Estoril, dans les European Le Mans Series, et participe aux 24 Heures du Mans, dont il termine treizième.

En fin d'année 2001, il participe à deux courses de l'Indy Racing League, se classant notamment septième sur le Chicagoland Speedway pour sa première apparition. Il signe avec Conquest Racing pour participer à toutes les courses de la saison 2002. Il termine notamment trois fois dans les dix premiers, et inscrit son unique podium dans la discipline sur le California Speedway. Douzième du championnat, il est nommé « rookie of the year » (« débutant de l'année »), pour être le débutant le mieux classé du championnat. Il est le premier Français à recevoir cette distinction. Toutefois, il s'agira de sa dernière apparition en sport automobile, en tant que pilote.

En 2003, il rachète un circuit de karting près de Lyon et l'agrandit au fil du temps, pour y ajouter un parc pour enfants et un laser game. Il devient également le propriétaire de LRS Formula, une société qui permet à ses clients d'essayer et de piloter plusieurs Formule 1 des années 1990, 2000 ou 2010. En 2010, il a une brève expérience en tant que directeur d'équipe de Laurent Redon Motorsport ou LRS Formula, engagé en Superleague Formula, sous les couleurs de l'Olympique lyonnais. Avec pour pilote Sébastien Bourdais, il remporte notamment une victoire sur le circuit de Silverstone.

Sommaire

BiographieModifier

Enfance et débuts en compétition automobile (1973-1997)Modifier

Laurent Redon naît à Saint-Chamond en 1973 ; il est le fils de Josette Redon (née Zannier), et le neveu de Roger Zannier, grand industriel français à la tête du Groupe Zannier[1],[2]. Laurent Redon fait ses débuts en karting en 1987 en France[3]. Engagé dans des compétitions nationales, il participe même en 1993 à la Clio Cup France[4]. Cette même année, il termine finaliste de l'École Winfield, programme pour former les jeunes pilotes[1].

Soutenu financièrement par son oncle et le Groupe Zannier, il passe ensuite en monoplace en 1994 dans le championnat de France de Formule 3, dont il se classe neuvième[5]. La saison suivante, il reste dans cette discipline et remporte sa première victoire en mai, sur le circuit de Dijon[6]. Durant les mois suivants, il remporte d'autres courses, comme au circuit Paul-Ricard en juillet, s'affirmant comme un candidat au titre[7]. Lors du dernier weekend en septembre, il est finalement sacré champion de France de Formule 3, devant son estimé coéquipier Nicolas Minassian, vice-champion et soutenu par l'école Winfield[2], et des pilotes tels que Soheil Ayari ou Stéphane Sarrazin[8],[9].

Toujours soutenu par Zannier via la marque Kickers, il rejoint DAMS en Formule 3000, antichambre de la Formule 1, pour la saison 1996[1]. Dès sa première course sur le Nürburgring, il termine sixième et décroche son premier point dans la discipline[10]. Le reste de la saison sera plus compliqué pour le Français qui termine cependant quatrième à Magny-Cours[11], puis sur le Hockenheimring[12]. Il se classe finalement huitième du championnat avec sept points[13]. Pour la saison 1997, il rejoint Super Nova Racing toujours dans la même discipline, et est même pressenti pour devenir le futur pilote de réserve de Prost Grand Prix en Formule 1, du fait des liens très forts entre Roger Zannier et Alain Prost, amis d'enfance, et entre Prost GP et Total, l'un de ses partenaires, fournisseurs en carburant de l'équipe française[1]. Toutefois, cette saison est assez compliquée pour le Français, qui, malgré un podium sur le A1-Ring[14],[15], ne termine que neuvième du championnat, quand son coéquipier Ricardo Zonta est sacré champion[16]. Si Laurent Redon s'avérait assez satisfait de sa première saison dans la discipline en 1996, il reste néanmoins déçu de cette deuxième campagne[17].

Pilote d'essais en Formule 1 pour Minardi et Benetton (1998-1999)Modifier

Pourtant pressenti un temps pour rejoindre Prost Grand Prix en tant que pilote d'essais[1], Laurent Redon participe aux essais d'après-saison en décembre 1997 pour la Scuderia Minardi : il signe le meilleur temps de l'équipe, devant le titulaire Tarso Marques et Esteban Tuero[18]. Disposant d'un budget plus important, ce dernier est titularisé pour la saison 1998, quand Redon doit se contenter du poste de pilote de réserve et pilote d'essais, proposé par Giancarlo Minardi pour la somme de 2,5 millions de francs[17],[19]. Avec la Minardi M198, il participe aux essais en cours de saison sur le circuit de Barcelone, pour évaluer le comportement du moteur sous la chaleur, ainsi que la distribution du poids de la monoplace[20]. Lors des essais, bien que la performance ne soit pas spécialement recherchée, son meilleur temps est à une seconde du titulaire Shinji Nakano[20]. Après ces 68 tours à Barcelone, Laurent Redon participe également aux essais en juin à Magny-Cours où il boucle une cinquantaine de tours[21],[22]. Lors des essais de fin d'année en décembre, de nouveau à Barcelone, Minardi, à la suite de la blessure du titulaire Esteban Tuero au dernier Grand Prix, décide de tester trois jeunes pilotes en vue de la saison à venir : Marc Gené, Donny Crevels et Laurent Redon[23],[24],[25]. Le Français roule 64 tours, soit plus que les deux autres pilotes réunis, mais son meilleur temps de min 27 s 408 est trois dixièmes de seconde plus lent que celui de Gené, et deux secondes plus rapide que celui de Crevels[23].

 
Laurent Redon est pilote d'essais de Benetton pour la saison 1999 (ici, la Benetton B199 pilotée par le titulaire Giancarlo Fisichella).

En 1999, Laurent Redon rejoint Benetton, écurie du milieu de tableau capable de jouer les podiums, en tant que pilote de réserve et pilote d'essais, derrière les titulaires Giancarlo Fisichella et Alexander Wurz[26]. Cette arrivée a notamment été facilitée par la présence de son sponsor Kickers chez l'écurie italienne depuis quelques années déjà[17]. Le chef des opérations Joan Villadelprat qualifie le Français de « pilote extrêmement talentueux et que son expérience précédente en tant que pilote d'essais de Formule 1 [chez Minardi] fait qu'il sera un véritable atout pour les programmes de développement de la voiture. »[27]. Laurent Redon déclare « avoir renoncé à courir en CART aux États-Unis » pour prendre cette opportunité dans l'équipe italienne[17]. Il prend pour la première fois le volant de la Benetton B199, en roulant trois jours lors des essais collectif sur le circuit de Jerez : avec des problèmes mécaniques lors du dernier jour, il signe son meilleur tour dans ces essais en min 27 s 270, quand le titulaire Wurz roule en min 24 s 627[28]. En juin, il participe seulement à la première journée des essais sur le circuit de Magny-Cours, et son meilleur chrono est à presque trois secondes de celui de Wurz, qui a fait une simulation de tour de qualification avec peu d'essence, au contraire de Redon[29]. Laurent Redon précise son rôle et ses performances dans ces essais : « Le plus frustrant pour un pilote d'essai, c'est qu'on ne lui demande pas de faire des temps, mais plutôt de rouler avec beaucoup d'essence à bord et des pneus qui ne sont pas souvent les plus tendres, ce qui ne permet pas d'approcher les performances des pilotes titulaires. »[17].

En août 1999, Benetton décide de prolonger les contrats des titulaires Fisichella et Wurz, laissant à nouveau Redon sur la touche[30]. Au terme d'une année compliquée pour l'équipe italienne[31], Benetton annonce ne pas participer aux essais de fin de saison[32]. Alors que le contrat stipulait que Laurent Redon devait courir 4 000 kilomètres cette saison, il n'en a finalement couru que 1 600[17]. Durant la saison 1999, des rumeurs font état d'une tentative de rachat de l'équipe italienne par le sponsor principal de Redon[2]. Benetton et Zannier sont en effet liés depuis quelques années : en 1995, Flavio Briatore, le directeur de Benetton a racheté Kickers au groupe Zannier[33], alors en difficulté financière[34], avant de la revendre un peu plus tard au même groupe Zannier[35]. Finalement, le rachat n'aura pas lieu : c'est le constructeur français Renault qui reprend l'équipe en mars 2000[36],[37]. Un peu avant ce rachat, en janvier, Benetton confirme qu'elle remplace Redon par le Japonais Hidetoshi Mitsusada au poste de pilote d'essais[38].

Succès en endurance (1999-2001)Modifier

Laurent Redon s'engage également avec JB Team Giesse dans la International Sports Racing Series 1999, partageant une Ferrari 333 SP avec l'Italien Mauro Baldi[39]. Lors de l'ouverture de la saison, au Trophée ISRS de Barcelone, la Ferrari montre sa supériorité sur le reste du plateau, avec les deux Ferrari du JB Team Giesse occupant la première ligne : celle de Emmanuel Collard et Vincenzo Sospiri en tête, devant celle de Baldi et Redon[39]. La course est également largement dominée par les Ferrari, occupant les six premières places du classement, Laurent Redon terminant troisième pour sa première course d'endurance, à un tour des vainqueurs Collard et Sospiri[39],[40]. Lors de la deuxième manche aux 500 kilomètres de Monza, bien que devancés par la Lola B98/10 en qualifications, les Ferrari reprennent l'avantage en course, Laurent Redon s'adjugeant la deuxième place de l'épreuve[39],[40]. Lors des 500 kilomètres de Spa, s'élançant de la troisième position derrière la Lola et la Ferrari de Collard et Sospiri[41], Laurent Redon et Mauro Baldi parviennent à inverser la tendance en course, pour remporter leur première victoire dans le championnat[40],[42].

Avec le JB Team Giesse, Ferrari n'engage qu'une seule voiture aux 24 Heures du Mans, pilotée par Baldi, Jérôme Policand et Christian Pescatori, qui abandonne sur problème moteur au 71e tour[43]. De retour en championnat, Mauro Baldi et Laurent Redon terminent troisièmes aux 2 Heures 30 Minutes de Pergusa, puis quatrièmes au RAC Tourist Trophy[40]. Aux 2 Heures 30 Minutes de Brno, Laurent Redon prend le départ en quatrième position[44]. Au premier tour, la Ferrari de Christian Pescatori part en tête-à-queue : Laurent Redon arrive lancé et ne peut pas éviter la voiture en perdition de l'Italien[45]. Il le percute, et perd à son tour le contrôle de sa Ferrari, qui rebondit, forçant le Français à l'abandon[45]. Le châssis no 022 de la Ferrari 333 SP de Redon, trop endommagé lors de cet accident, n'est plus jamais réutilisé par la suite[46]. Il s'agit également de la dernière apparition en compétition de la saison pour Laurent Redon : inscrit sur la liste d'entrée pour la manche suivante au Nürburgring, il déclare finalement forfait[47], et n'est pas inscrit sur la course suivante de Magny-Cours[48].

Apogée de carrière en IndyCar (2001-2002)Modifier

 
Paddock de course aux 500 miles d'Indianapolis 2002.

Après un passage en endurance où il gagne quelques courses, il pilote ensuite pour le Mi-Jack Conquest Racing en Indy Racing League en 2001 et 2002, participant aux 500 miles d'Indianapolis où il finit « rookie of the year » (« débutant de l'année »), en se classant douzième en 2002, décrochant notamment un podium sur le California Speedway.

Reconversion (depuis 2003)Modifier

Malgré ces bonnes performances, suite à la naissance de sa fille et à d'autres raisons, il décide de retourner en France, où il arrête la compétition automobile pour y créer la société LRS Formula qui propose des stages de pilotage en Formule 1, en Ferrari et en Lamborghini et des baptêmes en GT et en F1 dans une voiture à deux ou trois places conçue pour l'occasion.

En 2003, il a repris un karting à Lyon pour le transformer quelques années après en Park Events, un parc de loisirs comprenant un karting, un laser game et un parc pour enfants.

En 2017, il est toujours gérant de LRS Formula, basé à Lyon, et de Kart in Lyon, situé à Vénissieux.

Résultats en compétition automobileModifier

PalmarèsModifier

Résultats en Formule 3Modifier

Tableau synthétique des résultats de Laurent Redon en championnat de France de Formule 3
Saison Écurie Châssis Moteur Engagements Pole positions Victoires Podiums Meilleurs tours Points inscrits Classement
1994   Winfield Dallara F393 Fiat 11 0 0 0 0 26 9e
1995   Elf La Filière - Winfield Dallara F394 Fiat 13 2 4 9 2 131 Champion
Tableau synthétique des résultats de Laurent Redon au Grand Prix de Macao
Édition Écurie Châssis Moteur Classement
1995   Fortec Motorsport Dallara F395 Mugen-Honda 16e

Résultats en Formule 3000Modifier

Tableau synthétique des résultats de Laurent Redon en championnat international de Formule 3000
Saison Écurie Châssis Moteur Engagements Pole positions Victoires Podiums Meilleurs tours Points inscrits Classement
1996   DAMS Lola T96/50 Zytek 9 0 0 0 0 7 8e
1997   Super Nova Racing Lola T96/50 Zytek 10 0 0 1 0 10 9e

Carrière en championnat du monde de Formule 1Modifier

Tableau synthétique de la carrière de Laurent Redon en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus Poste
1997   Minardi F1 Team Minardi M197 Hart 3.0 V8 Bridgestone Pilote d'essais
1998   Fondmetal Minardi Team Minardi M198 Ford-Cosworth V10 Bridgestone Pilote de réserve et pilote d'essais
1999   Mild Seven Benetton Playlife Benetton B199 Playlife V10 Bridgestone Pilote de réserve et pilote d'essais

Résultats en enduranceModifier

Tableau synthétique des résultats de Laurent Redon en endurance
Saison Écurie Châssis Moteur Engagements Pole positions Victoires Podiums Meilleurs tours Points inscrits Classement
Coupe du monde des voitures de sport 1999   JB Team Giesse Ferrari Ferrari 333 SP Ferrari F310E 4.0L V12 6 0 1 4 0 69 7e
Championnat FIA des voitures de sport 2001   Pescarolo Sport Courage C60 Peugeot A32 3.2L Turbo V6 3 0 1 1 0 20 18e
American Le Mans Series 2001   Pescarolo Sport Courage C60 Peugeot A32 3.2L Turbo V6 2 0 0 0 0 0 Non classé
European Le Mans Series 2001   Pescarolo Sport Courage C60 Peugeot A32 3.2L Turbo V6 3 0 1 1 0 65 7e

Résultats aux 24 Heures du MansModifier

Tableau synthétique des résultats de Laurent Redon aux 24 Heures du Mans
Saison Écurie Voiture Moteur Coéquipiers Classe Tours Pos. Class. Pos.
2001   Pescarolo Sport Courage C60 Peugeot A32 3.2L Turbo V6   Sébastien Bourdais
  Jean-Christophe Boullion
LMP 900 271 13e 4e

Résultats en Indy Racing LeagueModifier

Tableau synthétique des résultats de Laurent Redon en Indy Racing League
Saison Écurie Châssis Moteur Engagements Pole positions Victoires Podiums Meilleurs tours Points inscrits Classement
2001   Mi-Jack Conquest Racing Dallara IR1 Aurora 2 0 0 0 0 45 29e
2002   Mi-Jack Conquest Racing Dallara IR2 Infiniti 15 0 0 1 0 229 12e
Rookie of the year
Résultats détaillés des saisons de Laurent Redon en Indy Racing League
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 Classement Points inscrits
2001 Mi-Jack Conquest Racing Dallara IR1 Aurora F PHX
MIA
ATL
INDY
TEX
PIK
RIC
KAN
NAS
KEN
GAT CHI
7
TEX2
Abd.
29e 45
2002 Mi-Jack Conquest Racing Dallara IR2 Infiniti F MIA
15
PHX
Abd.
FON
3
NAZ (en)
15
INDY
Abd.
TEX
Abd.
PIK
7
RIC
Abd.
KAN
Abd.
NAS
16
MIC
11
KEN
Abd.
GAT
Abd.
CHI
Abd.
TEX2
10
12e
Rookie of the year
229

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e (en) « Watch out for Redon », sur grandprix.com, (consulté le 13 avril 2017)
  2. a b et c (en) « Keep an eye on the Redon Family », sur grandprix.com, (consulté le 13 avril 2017)
  3. « Fiche de Laurent Redon », sur f1minardi.free.fr (consulté le 13 avril 2017)
  4. (en) « Laurent Redon - Career and Success: », sur speedsport-magazine.com (consulté le 13 avril 2017)
  5. (en) « Formula 3 France 1994 standings », sur driverdb.com (consulté le 13 avril 2017)
  6. (en) « The Month in Motorsport », Motorsport Magazine,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  7. (en) « The Month in Motorsport », Motorsport Magazine,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  8. (en) « Formula 3 France 1995 standings », sur driverdb.com (consulté le 13 avril 2017)
  9. (en) « The Month in Motorsport », Motorsport Magazine,‎ , p. 4 (lire en ligne)
  10. « NUERBURGRING : BRACK DOMINATEUR », sur letelegramme.fr, (consulté le 15 avril 2017)
  11. (en) « 1996 Magny-Cours F3000 Results », sur motorsportmagazine.com (consulté le 15 avril 2017)
  12. (en) « 1996 Hockenheim F3000 Results », sur motorsportmagazine.com (consulté le 15 avril 2017)
  13. (en) « 1996 FIA International F3000 Championship », sur motorsportmagazine.com (consulté le 15 avril 2017)
  14. (en) « 1997 Spielberg F3000 », sur motorsportmagazine.com (consulté le 15 avril 2017)
  15. « ABANDON DE MOLLEKENS A ZELTWEG MONTOYA EN F3000,MERCEDES EN GT », sur lesoir.be, (consulté le 28 juin 2017)
  16. (en) « 1997 FIA International F3000 Championship », sur motorsportmagazine.com (consulté le 15 avril 2017)
  17. a b c d e et f Lionel Froissart, « F1. Avant le GP de France, il décrit son métier d'essayeur.Laurent Redon en réserve des cockpits », sur liberation.fr, (consulté le 12 avril 2019)
  18. (es) « Fontana y Tuero, juntos en las pruebas de la F1 », sur lanacion.com.ar, (consulté le 10 avril 2019)
  19. (en) « Minardi's new look », sur grandprix.com, (consulté le 10 avril 2019)
  20. a et b (en) « Formula One Update 98-04-30 », sur motorsport.com, (consulté le 10 avril 2019)
  21. « Les Pilotes d'essais Minardi : », sur f1minardi.free.fr (consulté le 10 avril 2019)
  22. (en) « June 1998 Test-Times », sur atlasf1.com, (consulté le 10 avril 2019)
  23. a et b (en) « News wrap-up for last week's testing », sur atlasf1.com, (consulté le 10 avril 2019)
  24. « Injured Tuero Back On Sidelines », sur crash.net, (consulté le 12 avril 2019)
  25. (es) Josep Lluís Merlos i Moratonas, Passió per la F1 : Secrets a 300 Km/h, Ara Lliberes, (ISBN 9788492907908, lire en ligne)
  26. « LAURENT REDON CHEZ BENETTON », sur letelegramme.fr, (consulté le 10 avril 2019)
  27. (en) « Benetton appoints Redon as test driver », sur atlasf1.com, (consulté le 10 avril 2019)
  28. (en) « News Wrap Up for Jerez Testing », sur atlasf1.com, (consulté le 10 avril 2019)
  29. (en) « News Wrap-Up on This Week's Testing », sur atlasf1.com, (consulté le 10 avril 2019)
  30. (en) « Fisichella and Wurz Remain at Benetton », sur atlasf1.com, (consulté le 10 avril 2019)
  31. (en) « Benetton End a Difficult Year », sur atlasf1.com, (consulté le 10 avril 2019)
  32. (en) « Benetton Will Not Test in December », sur atlasf1.com, (consulté le 10 avril 2019)
  33. Isabelle Mandraud, « Le groupe Zannier cède Kickers à l'italien Flavio Briatore », sur liberation.fr, (consulté le 9 avril 2019)
  34. Blandine Hennion, « Zannier, la success story tourne au cauchemar : le groupe retient l'attention de la COB et de la justice. », sur Libération, (consulté le 9 avril 2019)
  35. Marc Limacher, « Saga : Benetton Formula – 1994, l’âge d’or », sur tomorrownewsf1.com, (consulté le 9 avril 2019)
  36. « Formule 1 : Renault rachète l?écurie Benetton », sur lexpress.fr, (consulté le 9 avril 2019)
  37. « F1 : RENAULT RACHETE L'ECURIE BENETTON », sur humanite.fr, (consulté le 9 avril 2019)
  38. (en) « Benetton Launch Car, Sign Mitsusada as Test Driver », sur atlasf1.com, (consulté le 10 avril 2019)
  39. a b c et d (en) Terry O'Neil, Ferrari 333 SP, Veloce Publishing Ltd., , 128 p. (ISBN 9781845847586, lire en ligne), p. 82
  40. a b c et d (en) « FIA Sportscar Championship 1999 », sur classicscars.com (consulté le 12 avril 2019)
  41. (en) « SportsRacing WORLD CUP (round 3) (Grid Positions) », sur racingsportscars.com (consulté le 12 avril 2019)
  42. (en) Terry O'Neil, Ferrari 333 SP, Veloce Publishing Ltd., , 128 p. (ISBN 9781845847586), p. 84
  43. (en) Terry O'Neil, Ferrari 333 SP, Veloce Publishing Ltd., , 128 p. (ISBN 9781845847586, lire en ligne), p. 85
  44. (en) « SportsRacing WORLD CUP (round 6) (Grid Positions) », sur racingsportscars.com (consulté le 12 avril 2019)
  45. a et b (en) Terry O'Neil, Ferrari 333 SP, Veloce Publishing Ltd., , 128 p. (ISBN 9781845847586, lire en ligne), p. 89
  46. « Ferrari 333 SP », sur automotivpress.com, (consulté le 12 avril 2019)
  47. (de) « Starterliste Sports Racing World Cup », sur racingsportscars.com (consulté le 12 avril 2019)
  48. (en) « Entry list Magny-Cours 1999 », sur racingsportscars.com (consulté le 12 avril 2019)

Liens externesModifier