Ouvrir le menu principal

Championnat du monde de Formule 1 1997

compétition de sport automobile
Championnat du monde de Formule 1 1997
Généralités
Sport Formule 1
Création 1950
Organisateur(s) FIA
Édition 48e
Nombre de manches 17 Grands Prix
Site web officiel www.fia.com
www.formula1.com
Palmarès
Champion pilote Drapeau du Canada Jacques Villeneuve
Champion constructeur Drapeau du Royaume-Uni Williams-Renault

Navigation

Alexander Wurz, pilote débutant sur Benetton à Silverstone en 1997

Le championnat du monde de Formule 1 1997 est remporté par le Canadien Jacques Villeneuve sur une Williams-Renault. Williams remporte le championnat du monde des constructeurs.

Au gré de leurs victoires et contre-performances respectives, Jacques Villeneuve, sur Williams-Renault, et Michael Schumacher, sur Ferrari, luttent tout au long de la saison pour le titre mondial.

Le Canadien s'impose sept fois contre cinq succès pour Schumacher, qui est toutefois en tête du classement avec un point d'avance au départ du dernier Grand Prix, à Jerez de la Frontera où, fait exceptionnel, les deux pilotes réalisent un temps identique pour la pole position en qualifications. En course, le pilote Ferrari, sur le point d'être dépassé par son rival, effectue une manœuvre anti-sportive qui se retourne contre lui : il doit abandonner alors que Villeneuve parvient à poursuivre la course et se classer troisième à l'arrivée : il remporte le championnat tandis que Schumacher est sanctionné et rayé du classement 1997.

Gerhard Berger s'impose à Hockenheim, offrant à Benetton sa vingt-septième et dernière victoire. L'écurie McLaren-Mercedes monte en puissance et obtient trois succès, avec David Coulthard et Mika Häkkinen qui remporte à Jerez le premier Grand Prix de sa carrière. La période faste de Williams s'achève avec un neuvième titre des constructeurs.

Sommaire

RepèresModifier

PilotesModifier

Débuts en tant que pilote-titulaire :

Transferts :

Retraits :

Transferts en cours de saison :

Retours en cours de saison :

Débuts en tant que pilote d'essais :

ÉcuriesModifier

CircuitsModifier

Règlement sportif : les nouveautésModifier

  • Quota de pneus alloué par week-end : 36 pneus « sec », 28 « pluie ».
  • Chaque pilote doit choisir avant le début des qualifications 28 pneus d'une seule qualité. 16 pneus dans le lot seront tirés au sort et utilisés seulement en qualification.
  • En cas de problème sur sa monoplace de course, un pilote a le droit d'utiliser un « mulet » lors des essais qualificatifs.

Règlement technique : les nouveautésModifier

  • Enregistreur de données « boîte noire » obligatoire sur toutes les monoplaces.
  • Structure d'absorption des chocs arrière obligatoire, fixée à la boîte de vitesses et d'une capacité d'absorption égale

Pilotes et monoplacesModifier

Pilotes et monoplaces de la saison 1997
Écurie Constructeur Châssis Moteur Pneus no  Pilotes Pilotes d'essais et de réserve
  Danka Arrows Yamaha Arrows A18 Yamaha 3.0 V10 B 1   Damon Hill   Jörg Müller
  Martin Brundle
  Darren Turner
  Martin Brundle
2   Pedro Diniz
  Rothmans Williams Renault Williams FW19 Renault 3.0 V10 G 3   Jacques Villeneuve   Jean-Christophe Boullion
  Juan Pablo Montoya
  Marc Hynes
  Max Wilson
  Nicolas Minassian
  Soheil Ayari
4   Heinz-Harald Frentzen
  Scuderia Ferrari Marlboro Ferrari F310B Ferrari 3.0 V10 G 5   Michael Schumacher   Luca Badoer
  Gianni Morbidelli
  Max Biaggi
6   Eddie Irvine
  Mild Seven Benetton Renault Benetton B197 Renault 3.0 V10 G 7   Jean Alesi   Alexander Wurz
  Oliver Gavin
  Emanuele Pirro
  Martin Brundle
  Oliver Gavin
8   Gerhard Berger
  Alexander Wurz
  West McLaren Mercedes McLaren MP4-12 Mercedes 3.0 V10 G 9   Mika Häkkinen   Nick Heidfeld
  Darren Turner
  Oliver Gavin
10   David Coulthard
  Benson & Hedges Total Jordan Peugeot Jordan 197 Peugeot 3.0 V10 G 11   Ralf Schumacher   Ricardo Zonta
  Darren Turner
  Pedro de la Rosa
12   Giancarlo Fisichella
  Prost Gauloises Blondes Prost JS45 Mugen-Honda 3.0 V10 B 14   Olivier Panis   Emmanuel Collard
  Jarno Trulli
15   Shinji Nakano
  Red Bull Sauber Petronas Sauber C16 Petronas 3.0 V10 G 16   Johnny Herbert   Norberto Fontana
  Michael Schumacher
17   Nicola Larini
  Gianni Morbidelli
  Norberto Fontana
  PIAA Tyrrell Tyrrell 025 Ford 3.0 V8 G 18   Jos Verstappen   Toranosuke Takagi
  Jean-Christophe Boullion
19   Mika Salo
  Minardi F1 Team Minardi M197 Hart 3.0 V8 B 20   Ukyo Katayama   Tarso Marques
  Tom Kristensen
  Esteban Tuero
  Laurent Redon
  Luca Badoer
  Oliver Martini
21   Jarno Trulli
  Tarso Marques
  HSBC Malaysia Stewart Ford Stewart SF01 Ford 3.0 V10 B 22   Rubens Barrichello   Jackie Stewart
  Paul Stewart
23   Jan Magnussen
  MasterCard Lola F1 Team Lola T97/30 Ford 3.0 V8 B 24   Vincenzo Sospiri   Andrea Montermini
25   Ricardo Rosset

Résumé du championnat du monde 1997Modifier

Attendu en tant que grand favori pour sa deuxième saison dans la discipline, Jacques Villeneuve déchante rapidement lors du Grand Prix d'ouverture à Melbourne. En effet il est percuté au départ par Irvine et sa course s'achève dès le premier virage. McLaren en profite pour renouer avec le succès grâce à Coulthard, plus de trois ans après la dernière victoire de Senna, lors du Grand Prix d'Australie 1993.

Les deux manches sud-américaines sont plus conformes aux pronostics avec deux victoires pour Villeneuve et sa Williams-Renault. Ces deux manches permettent de constater la bonne tenue de la nouvelle écurie Prost qui signe, grâce à Panis, la troisième place au Brésil et une probante deuxième ligne en Argentine, due en grande partie aux gommes Bridgestone.

Michael Schumacher se fait assez discret malgré un abandon en Argentine. Benetton poursuit sa descente aux enfers et les deux jeunes pilotes Jordan (Ralf Schumacher et Giancarlo Fisichella) font grosse impression avec une empoignade musclée qui tourne à l'avantage du premier en Argentine. Quant à Damon Hill, il se traîne en fin de peloton avec sa modeste Arrows et son numéro 1.

Les ennuis ressurgissent au début de la saison européenne pour Villeneuve qui abandonne à Imola pendant que son coéquipier Frentzen, jusqu'alors décevant, signe sa première victoire en résistant à une grosse pression de Michael Schumacher.

À Monaco, l'écurie Williams prend l'eau lors d'un Grand Prix brusquement inondé juste avant le départ qui permet à Michael Schumacher de signer son premier succès de l'année. Cette épreuve est marquée par les premiers points de la nouvelle écurie Stewart grâce à la deuxième place Rubens Barrichello, aidé par les pneus Bridgestone.

Le Grand Prix d'Espagne permet à Villeneuve de signer son troisième succès de la saison. Michael Schumacher, quatrième, ne peut rien face à Jean Alesi et face à l'association Panis-Prost-Bridgestone de plus en plus performante.

Pour Villeneuve, la dynamique se brise net lors d'un Grand Prix du Canada riche en événements. Il sort dès le deuxième tour, et Coulthard, parti pour décrocher une victoire pleine d'opportunisme grâce à une stratégie à un arrêt, tombe sur un mauvais train de pneumatiques, s'arrête une deuxième fois et cale à l'issue de ce second pit-stop. À cet instant, à l'autre bout du circuit, Panis, alors troisième au championnat, sort violemment de la piste et se brise les deux jambes. Michael Schumacher l'emporte finalement devant Alesi et Fisichella.

Le baron rouge poursuit son hégémonie sur ce championnat en se baladant en France. Mais en Grande-Bretagne, la roue tourne : alors qu'il semble avoir course perdue après un pit-stop à rallonge, Villeneuve bénéficie des abandons successifs des Ferrari de Schumacher et Irvine pour cueillir une nouvelle victoire promise à la McLaren d'Häkkinen, trahi par son moteur Mercedes. L'écurie britannique confirme de course en course sa montée en puissance, encore freinée par de gros problèmes de fiabilité.

À Silverstone, Damon Hill marque enfin son premier point en 1997 et on remarque le bon résultat des Benetton-Renault, sur le podium grâce à Alesi et au débutant Alexander Wurz, suppléant son compatriote autrichien Gerhard Berger.

Berger, absent depuis Montréal à cause d'une sinusite, retrouve son volant à Hockenheim, et sur son circuit fétiche, il signe la pole position, la victoire et le meilleur tour en course : c'est la première victoire d'une Benetton depuis plus d'un an (Grand Prix du Japon 1995). Cette course est également marquée par la prestation du jeune italien Giancarlo Fisichella, deuxième sur la grille et seul à avoir pu contester la domination de Berger. Michael Schumacher prend une excellente deuxième place pendant que Jacques Villeneuve abandonne à la suite d'une erreur alors qu'il était dans l'incapacité de venir à bout de Jarno Trulli, remplaçant de Panis chez Prost et quatrième en Allemagne.

Le Grand Prix suivant, en Hongrie, offre un des scénarios les plus surprenants et les plus cruels de l'histoire de la F1. La surprise ne vient évidemment pas de la première ligne Michael Schumacher-Jacques Villeneuve mais de la présence juste derrière eux du tenant du titre Damon Hill, ressuscité sur un circuit poussiéreux où il a toujours été à son avantage et où ses pneus Bridgestone font merveille. En course, Hill se débarrasse de Schumacher au bout de dix tours et s'envole vers une victoire aussi improbable que méritée lorsqu'il perd l'usage de la moitié de sa boîte de vitesses à deux tours de la fin. Villeneuve le rattrape dans le dernier tour et remporte un succès précieux, d'autant que Schumacher ne finit que quatrième.

À Spa, sous des trombes d'eau, Michael Schumacher passe Alesi et Villeneuve lors du premier tour de course, le départ ayant été donné sous safety car, et ne sera plus jamais inquiété. Loin derrière, Fisichella s'offre une brillante deuxième place et Villeneuve ne termine que cinquième avant de gagner une place sur tapis vert après le déclassement d'Häkkinen pour essence non conforme.

À Monza, les deux protagonistes de la saison offrent une copie bien pâle : cinquième place pour Villeneuve et sixième pour Schumacher. Le champ est libre pour Alesi et Coulthard. Le Français, poleman pour la deuxième fois de sa carrière, domine le début de course mais l'Écossais le dépasse lors de leur seul pit-stop simultané.

Avant d'aborder le Grand Prix d'Autriche sur le nouveau tracé de l'A1-Ring, Schumacher est clairement en position de force au championnat (67 points contre 57 pour Villeneuve). Cette course va offrir un scénario inattendu à commencer par sa grille de départ : si Villeneuve est en pole, on trouve Häkkinen deuxième, Trulli troisième, les Stewart de Barrichello et Magnussen cinquième et sixième, Hill septième (soit quatre Bridgestone parmi les sept premiers) tandis que Michael Schumacher n'est que neuvième. Villeneuve rate complètement son départ et Häkkinen casse son moteur dès le premier tour. Trulli, qui effectue sa dernière course avant le retour de Panis, mène très longtemps les débats, bien aidé par Barrichello, deuxième en début de course, qui ralentit considérablement l'avancée de Villeneuve. Grâce au pit-stop, Villeneuve lui chipe le commandement. Michael Schumacher remonte en troisième position mais un dépassement sur Frentzen sous drapeau jaune le contraint à une pénalité. L'Allemand ne sauvera finalement que le point de la sixième place.

À trois courses de la fin, Schumacher n'a qu'un point d'avance sur Villeneuve. Le Grand Prix du Luxembourg au Nürburgring est le parfait symbole de la réussite de Villeneuve cette année. Häkkinen, en pole, réussit parfaitement son envol et son coéquipier Coulthard vient se ranger dans son sillage tandis que Villeneuve touche son équipier Frentzen sans dommages. Il n'en est pas de même quelques mètres derrière : la grosse tension entre les deux pilotes Jordan-Peugeot, Fisichella et Ralf Schumacher, fait une victime inattendue en la personne de Michael Schumacher lorsque les deux fougueux débutants s'entrechoquent et entraînent Schumacher vers le bac à sable et l'abandon. Puis, alors que les deux pilotes McLaren dominent largement la course, Coulthard casse son moteur à vingt tours de l'arrivée ce qui permet à Villeneuve de se retrouver deuxième. Un tour plus tard, c'est le moteur d'Häkkinen qui cède et permet à Jacques Villeneuve de franchir la ligne d'arrivée en vainqueur avec neuf points d'avance au championnat à la clé. Derrière, Alesi, Frentzen et Berger permettent à Renault de réaliser un quadruplé. On retrouve l'Arrows de Diniz et la Prost de Panis, de retour après son accident à Montréal, pour compléter les six premières positions.

La manche nippone tourne à la démonstration de Ferrari. Au cours de ce Grand Prix, la situation de Villeneuve s'aggrave car il est disqualifié à la suite d'un nouveau non-respect des drapeaux jaunes aux essais. L'appel interjeté par Williams étant suspensif, Villeneuve est autorisé à courir sans trop se faire d'illusions sur l'issue du recours administratif. Il décide donc d'adopter une stratégie lourde et lente afin de bloquer Schumacher et de permettre à un maximum de pilotes se trouvant derrière lui de le dépasser. Mais le coéquipier de Schumacher, Eddie Irvine, dépasse Villeneuve, puis, après les arrêts au stand, bloque habilement le Canadien pour permettre à Schumacher de dépasser les deux voitures d'un coup : l'Allemand remporte son cinquième succès de la saison. Derrière, Villeneuve a évidemment sombré et termine cinquième avant d'être finalement disqualifié. À l'entame du dernier Grand Prix, un point sépare le double champion du monde et Villeneuve (78 à 77).

C'est en outsider que Villeneuve aborde la dernière course de la saison à Jerez en Espagne. En qualifications, Villeneuve, Schumacher et Frentzen réalisent un temps identique au millième près (1:21.072). L'ordre d'établissement des chronos offre la pole effective à Villeneuve mais il n'en profite pas et Schumacher prend le dessus au départ. Frentzen est alors envoyé en lièvre pour tenter de rattraper le Baron rouge mais n'y parvient pas et se range derrière son coéquipier pour bouchonner les autres concurrents afin que son chef de file ne soit pas gêné par le trafic après ses arrêts au stand. Le duel Michael Schumacher-Villeneuve tient toutes ses promesses, l'écart entre les deux n'excédant jamais cinq secondes et se réduisant progressivement après les premiers arrêts au stand. Après le second et ultime pit-stop, Villeneuve fond sur Schumacher et tente de le dépasser dans un virage à droite : Schumacher braque son volant sur la Williams pour fermer la porte et provoque un accrochage. Mais sa manœuvre échoue et l'Allemand abandonne. Villeneuve n'est pas encore sacré : il lui faut encore terminer la course à la sixième place minimum (il serait à égalité de points mais avec plus de victoires que Schumacher, serait sacré). Il ralentit énormément en fin de course pour ménager sa monoplace accidentée et finalement cède la victoire dans les ultimes virages à la McLaren d'Häkkinen qui remporte son premier Grand Prix devant Coulthard. McLaren signe le seul doublé de la saison et Villeneuve, grâce à sa troisième place, devient champion du monde.

Au palmarès, il devance Frentzen, Coulthard et Alesi : Schumacher, à la suite de son geste anti-sportif à l'encontre de Villeneuve à Jerez, est rayé du classement mais conserve ses victoires, pole positions et meilleurs tours obtenus dans la saison.

Grands Prix de la saison 1997Modifier

Calendrier des Grands Prix de la saison 1997
no  Date Grand Prix Lieu Vainqueur Écurie Pole position Record du tour Résumé
598 9 mars   Grand Prix d'Australie Melbourne   David Coulthard   McLaren-Mercedes   Jacques Villeneuve   Heinz-Harald Frentzen Résumé
599 30 mars   Grand Prix du Brésil Interlagos   Jacques Villeneuve   Williams-Renault   Jacques Villeneuve   Jacques Villeneuve Résumé
600 13 avril   Grand Prix d'Argentine Buenos Aires   Jacques Villeneuve   Williams-Renault   Jacques Villeneuve   Gerhard Berger Résumé
601 27 avril   Grand Prix de Saint-Marin Imola   Heinz-Harald Frentzen   Williams-Renault   Jacques Villeneuve   Heinz-Harald Frentzen Résumé
602 11 mai   Grand Prix de Monaco Monaco   Michael Schumacher   Ferrari   Heinz-Harald Frentzen   Michael Schumacher Résumé
603 25 mai   Grand Prix d'Espagne Barcelone   Jacques Villeneuve   Williams-Renault   Jacques Villeneuve   Giancarlo Fisichella Résumé
604 15 juin   Grand Prix du Canada Montréal   Michael Schumacher   Ferrari   Michael Schumacher   David Coulthard Résumé
605 29 juin   Grand Prix de France Magny-Cours   Michael Schumacher   Ferrari   Michael Schumacher   Michael Schumacher Résumé
606 13 juillet   Grand Prix de Grande-Bretagne Silverstone   Jacques Villeneuve   Williams-Renault   Jacques Villeneuve   Michael Schumacher Résumé
607 27 juillet   Grand Prix d'Allemagne Hockenheim   Gerhard Berger   Benetton-Renault   Gerhard Berger   Gerhard Berger Résumé
608 10 août   Grand Prix de Hongrie Budapest   Jacques Villeneuve   Williams-Renault   Michael Schumacher   Heinz-Harald Frentzen Résumé
609 24 août   Grand Prix de Belgique Spa-Francorchamps   Michael Schumacher   Ferrari   Jacques Villeneuve   Jacques Villeneuve Résumé
610 7 septembre   Grand Prix d'Italie Monza   David Coulthard   McLaren-Mercedes   Jean Alesi   Mika Häkkinen Résumé
611 21 septembre   Grand Prix d'Autriche A1-Ring   Jacques Villeneuve   Williams-Renault   Jacques Villeneuve   Jacques Villeneuve Résumé
612 28 septembre   Grand Prix du Luxembourg Nürburgring   Jacques Villeneuve   Williams-Renault   Mika Häkkinen   Heinz-Harald Frentzen Résumé
613 12 octobre   Grand Prix du Japon Suzuka   Michael Schumacher   Ferrari   Jacques Villeneuve   Heinz-Harald Frentzen Résumé
614 26 octobre   Grand Prix d'Europe Jerez de la Frontera   Mika Häkkinen   McLaren-Mercedes   Jacques Villeneuve   Heinz-Harald Frentzen Résumé

Classement des pilotesModifier

Classement pilotes[2]
Classement Pilote Points                                  
Champion   Jacques Villeneuve 81 - 10 10 - - 10 - 3 10 - 10 2 2 10 10 - 4
2e   Heinz-Harald Frentzen 42 - - - 10 - - 3 6 - - - 4 4 4 4 6 1
3e   David Coulthard 36 10 - - - - 1 - - 3 - - - 10 6 - - 6
4e   Jean Alesi 36 - 1 - 2 - 4 6 2 6 1 - - 6 - 6 2 -
5e   Gerhard Berger 27 3 6 1 - - - 10 - 1 - - 3 - 3
6e   Mika Häkkinen 27 4 3 2 1 - - - - - 4 - - - - - 3 10
7e   Eddie Irvine 24 - - 6 4 4 - - 4 - - - - - - - 4 2
8e   Giancarlo Fisichella 20 - - - 3 1 - 4 - - - - 6 3 3 - - -
9e   Olivier Panis 16 2 4 - - 3 6 - 1 - -
10e   Johnny Herbert 15 - - 3 - - 2 2 - - - 4 3 - - - 1 -
11e   Ralf Schumacher 13 - - 4 - - - - 1 2 2 2 - - 2 - - -
12e   Damon Hill 7 - - - - - - - - 1 - 6 - - - - - -
13e   Rubens Barrichello 6 - - - - 6 - - - - - - - - - - - -
14e   Alexander Wurz 4 - - 4
15e   Jarno Trulli 3 - - - - - - - - - - 3 - - - - - -
16e   Pedro Diniz 2 - - - - - - - - - - - - - - 2 - -
17e   Mika Salo 2 - - - - 2 - - - - - - - - - - - -
18e   Shinji Nakano 2 - - - - - - 1 - - - 1 - - - - - -
19e   Nicola Larini 1 1 - - - -
20e   Jan Magnussen 0 - - - - - - - - - - - - - - - - -
21e   Jos Verstappen 0 - - - - - - - - - - - - - - - - -
22e   Gianni Morbidelli 0 - - - - - - - -
23e   Norberto Fontana 0 - - - -
24e   Ukyo Katayama 0 - - - - - - - - - - - - - - - - -
25e   Tarso Marques 0 - - - - - - - - - -
Dsq*   Michael Schumacher 78 6 2 - 6 10 3 10 10 - 6 3 10 1 1 - 10 -
  • Le jugement du Conseil Mondial de FIA, rendu le 11 novembre 1997, disqualifie Michael Schumacher du championnat pour conduite dangereuse au Grand Prix d'Europe à Jerez. Cependant, contrairement à une disqualification classique, il conserve à son palmarès ses victoires, points, pole positions et meilleurs tours obtenus durant la saison. Aucune sanction n'est prononcée contre l'écurie qui conserve ses points et sa deuxième place au classement des constructeurs.[3],[4].

Classement des constructeursModifier

Classement constructeurs[5]
Classement Écurie Points                                  
Champion   Williams-Renault 123 - 10 10 10 - 10 3 9 10 - 10 6 6 14 14 6 5
2e   Ferrari 102 6 2 6 10 14 3 10 14 - 6 3 10 1 1 - 14 2
3e   Benetton-Renault 67 3 7 1 2 - 4 6 2 10 11 - 1 6 - 9 2 3
4e   McLaren-Mercedes 63 14 3 2 1 - 1 - - 3 4 - - 10 6 - 3 16
5e   Jordan-Peugeot 33 - - 4 3 1 - 4 1 2 2 2 6 3 5 - - -
6e   Prost-Mugen-Honda 21 2 4 - - 3 6 1 - - 3 1 - - - 1 - -
7e   Sauber-Petronas 16 1 - 3 - - 2 2 - - - 4 3 - - - 1 -
8e   Arrows-Yamaha 9 - - - - - - - - 1 - 6 - - - 2 - -
9e   Stewart-Ford 6 - - - - 6 - - - - - - - - - - - -
10e   Tyrrell-Ford 2 - - - - 2 - - - - - - - - - - - -
11e   Minardi-Hart 0 - - - - - - - - - - - - - - - - -

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Calendar 1997 », sur chicanef1.com (consulté le 23 juillet 2015)
  2. (en) « Classement des pilotes 1997 », sur formula1.com (consulté le 10 mai 2014)
  3. (en) « Décision du Conseil Mondial de la FIA du 11 novembre 1997 », sur statsf1.com (consulté le 3 juillet 2014)
  4. (en)« Schumacher exclu du championnat...1997 », sur liberation.fr, (consulté le 3 juillet 2014)
  5. (en) « Classement des constructeurs 1997 », sur formula1.com (consulté le 10 mai 2014)

Sur les autres projets Wikimedia :