Parti du travail de Belgique

parti politique belge

Parti du travail de Belgique
(nl) Partij van de Arbeid van België
Image illustrative de l’article Parti du travail de Belgique
Logotype officiel.
Présentation
Président Peter Mertens
Fondation 1979
Siège PTB/PVDA
Boulevard Maurice Lemonnier 171,
1000 Bruxelles
Fondateur Ludo Martens
Porte-parole Raoul Hedebouw
Organisation de jeunesse COMAC, Les pionniers, RedFox
Journal Solidaire
Slogan « Les gens d'abord, pas le profit. »
Eerst de mensen, niet de winst.
Positionnement Gauche radicale ou extrême gauche[1],[2],[3]
Idéologie Actuellement :
Socialisme[4]
Marxisme[4]
Unitarisme[5]
Fédéralisme[6]
Communisme[7]

Historiquement :
Marxisme-léninisme[2],[8]
Maoïsme[8]

Groupe au Parlement européen GUE/NGL[9]
Affiliation internationale Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers
Adhérents 18 000 (2019)[10]
Couleurs Rouge
Site web ptb.be
Représentation
Députés fédéraux
12 / 150
Parlement wallon[11]
10 / 75
Parlement de la Communauté française[12]
13 / 94
Parlement bruxellois[13]
11 / 89
Parlement flamand[14]
4 / 110
Parlement européen
1 / 21
Sénat
5 / 60

Le Parti du travail de Belgique (en néerlandais : Partij van de Arbeid van België, abrégé en PTB ou PVDA) est un parti politique belge national et unitaire, c'est-à-dire non divisé selon le clivage linguistique, fondé en 1979. Le PTB s'identifie comme un parti marxiste, anti-capitaliste.

Il a connu une forte croissance au début du XXIe siècle, passant de 2 800 membres en fin 2007 à près de 20 000 membres en janvier 2020. Il a eu ses premiers élus au Parlement fédéral belge en 2014 avec Raoul Hedebouw et Marco Van Hees. Aux élections fédérales de 2019, il obtient 12 élus, dont son président l'Anversois Peter Mertens. Son orientation initiale est maoïste et marxiste-léniniste.

Le PTB est décrit par les chercheurs en science politique comme étant un parti populiste de gauche radicale ou d'extrême gauche.

HistoireModifier

Depuis 1960: les débutsModifier

Dans les années soixante, la Belgique sert de terreau fertile à une scission « pro-chinoise » du mouvement communiste européen. En 1970; le mouvement Alle macht aan de arbeiders (AMADA) est créé par des étudiants de la KU Leuven (KUL). En 1979, le mouvement d'inspiration maoïste change de nom en parti du travail de Belgique (PTB) et en Partij van de arbeid (PVDA) coté flamand, ce dernier plus important[15],[16].

Après avoir rompu progressivement avec une idéologie nationaliste flamande, ces militants, dirigés par Ludo Martens, se sont tournés vers le communisme dans sa version marxiste-léniniste. L'idéologie est également décrite comme maoïste et stalinienne pour caractériser le choix effectué par les étudiants qui fondèrent plus tard le PTB-PVDA. Ces contestataires considéraient le Parti communiste de Belgique comme « révisionniste », c'est-à-dire trop favorable à une politique social-démocrate (représentée en Belgique par le Parti socialiste). Ils étaient influencés par les Parti communiste chinois, les mouvements de guérilla en Amérique latine, les protestations contre la guerre du Viêt Nam. Ils ont également tenté de dégager du mouvement pour la flamandisation de l'université catholique de Louvain une aile de gauche. Celle-ci était caractérisée par sa transformation du slogan « Walen buiten » (wallons dehors) en « Bourgeois buiten » (bourgeois dehors).

Le PTB affirme avoir soutenu différent groupes armés comme le Front sandiniste de libération nationale au Nicaragua et le Front Farabundo Martí de libération nationale en Salvador[17].

Leur soutien et leur participation à une importante grève dans les mines de charbon leur permirent de jeter les bases d'une organisation qui neuf ans plus tard deviendra un parti politique. Ils fondèrent une publication, AMADA (Alle Macht Aan De Arbeiders : « Tout le pouvoir aux ouvriers »), qui donna son nom au « parti en construction ». En 1974, furent fondées des sections à Liège et à Charleroi et le nom du parti se devient bilingue en TPO/AMADA. En 1976, il absorba une partie des militants d'une organisation marxiste-léniniste rivale, l'UC(ML)B. En 1979 se tint son premier congrès, qui adopta un programme marxiste-léniniste et donna le nom final du Parti: PTB-PVDA. Ludo Martens devint le président entre 1979 et 1999. Laurent-Désiré Kabila, futur président de la République démocratique du Congo, assista comme observateur à ce premier congrès.

En octobre 1984, le PTB et des organisations d'extrême gauche sont les cibles de l' « opération mammouth », lancée par le gouvernement belge à la suite des attentats de l'organisation terroriste Cellules communistes combattantes. Cette opération contre ces cercles d'extrême gauche ne sera pas concluante, alors que ceux-ci ne défendent pas l'organisation CCC[18].

En 1994, le président du parti, Ludo Martens écrit Un autre regard sur Staline dans lequel il défend Joseph Staline, nie le caractère intentionnel de la famine de l'Holodomor et décrit la politique de Goulag comme justifiée[19]

Aux élections législatives belges de juin 2003, le PTB s'est associé en Flandre avec la Ligue arabe européenne de Dyab Abou Jahjah sous le nom RESIST. Le parti reconnaît avoir perdu 71 % de ses voix en Flandre après cette association[17].

Dans le début des années 2000, des membres et des cadres quittent le parti et d'autres sont exclus comme la secrétaire générale Nadine Rosa-Rosso. Dans les années 2003/2004, les nouveaux exclus portent contradiction au parti. L'interdiction est faite a tout membres d'entretenir des liens avec les anciens membres qui sont réprouvés. Nadine Rosa-Rosso, Luk Vervaet avec d'autres exclus, forment la liste Égalité qui porte à polémique sur ses liens avec l'Islam dans la société et sur le Proche-Orient, avec le conflit israélo-palestinien et son soutien aux organisations islamistes Hezbollah et Hamas[20]. Nordine Saïda dirige par la suite la liste Égalité malgré des accusations d'antisémitisme contre lui, pour lesquels il avait été exclu du MRAX[21].

En vue des élections législatives belges de juin 2007, le journal Solidaire et le site du parti ont été refondus pour pouvoir toucher un plus large public. Les structures ont même été ouvertes à une couche plus large de militants[réf. nécessaire]. Le parti a également pris le contrôle de indymedia.be durant plusieurs années : cet épisode est à présent clos puisque le site a été fermé par l'équipe du parti qui redirige systématiquement les visiteurs sur dewereldmorgen.be, un site unilingue.

Antiaméricanisme et anti-impérialismeModifier

Entre 1974 et 1985, l'orientation principale du parti, en matière de politique internationale, était sa volonté de s'opposer à l'« impérialisme américain » et au « social-impérialisme » soviétique. Il considérait une troisième guerre mondiale comme inévitable et imminente et dénonçait de façon virulente l'Union soviétique et ses alliés comme Cuba et le Viêt Nam. Dans les années 1970, il appelait à renforcer l'OTAN et à former un front anti-soviétique. Il fut particulièrement actif dans les campagnes de solidarité avec les moudjahidin d'Afghanistan. En Belgique, il exprima son soutien en 1976 au général Robert Close (1922-2003) qui annonçait que les blindés soviétiques atteindraient le Rhin en 48 heures. Le général Close devint plus tard le président de la Ligue mondiale pour la liberté et la démocratie. À partir de 1985, le PTB va modifier graduellement son analyse sur l'URSS.[réf. nécessaire]

Le PTB soutient certains États comme le Cuba, le Venezuela et le Congo, qui seraient victimes de menaces et d'intimidations. Et secondement, le PTB affirme mener un combat anti-impérialiste et condamne les interventions militaires occidentales[20].

En 2015 dans son livre du congrès de la solidarité, le PTB accuse l'Amérique capitaliste de « mépris de l'humanité », de « gangrener toute la planète » et « d'inspirer des organisations terroristes comme Daech (organisation dite de l’État islamique) à faire tout simplement la même chose »[17]. et accuse les États-Unis d'avoir « conquis un point d’appui important en Afrique centrale après le génocide au Rwanda en 1994 » et de « soutenir de fait la guerre d’agression meurtrière du Rwanda et de l’Ouganda contre le Congo voisin depuis 1998 » ( page 51). Le parti affirme que les États-Unis œuvre « au projet d’un Grand Moyen-Orient sous tutelle occidentale » (page 50) et d'être responsable de la guerre civile syrienne par « la stratégie du chaos. En attisant les tensions ethniques et religieuses en Irak et en Syrie, en exploitant un mécontentement populaire justifié et en finançant et en armant des groupes rebelles salafistes, djihadistes, ils ont cherché à provoquer la chute d’Assad en Syrie, à diviser et à affaiblir l’adversaire et finalement à faire éclater l’Irak et la Syrie ». Le parti accuse une collusion des États-Unis avec l’Union européenne pour contrôler l'Ukraine en se servant « des partis néonazis ». Le parti prone « la lutte contre l’OTAN » (page 53) et souhaite la sortie de la Belgique de l’OTAN.(page 226) Le parti critique l'intervention militaire de l'OTAN en Libye et la décris comme illégale. Le parti réaffirme le combat contre l'impérialisme et décris trois centres impérialistes : États-Unis, Japon et l'Union européenne « en construction » [17]

Le Parti de la révolution de Ludo MartensModifier

En 1996 Ludo Martens considéré comme le père-fondateur du PTB, écrit Le Parti de la révolution qui sert de « manuel de référence ». Raoul Hedebouw affirme en 2012 que « face au matraquage idéologique, le PTB s'est enfermé dans le dogmatisme, pour maintenir l'existence de l'organisation »[22].

Le parti base son activité sur des modèles: Karl Marx, Friedrich Engels, Vladimir Ilitch Lénine, Joseph Staline et Mao Zedong et il affirmait concernant ses objectifs, que « la lutte de classes révolutionnaire, l'insurrection, la guerre civile prolongée sont trois chaînons dans un même combat pour la libération »[23]. Il se base également sur les écrits de l’Albanais Enver Hoxha[24].

Le manuel est critiqué pour certaines expressions utilisés comme « rectifier et épurer » ou « combattre le déviationnisme petit-bourgeois »[22]. Des expressions décrites comme du jargon stalinien et comprend de la « rectification et épuration des cadres », notamment ceux qui se sont opposés aux Khmers rouges ou à « la suppression de l’émeute contre-révolutionnaire de Tiananmen »[24].

En 2014, le PTB fait encore référence au Parti de la révolution [24].

Soutien à des régimes totalitairesModifier

Au cours de son histoire, le PTB a soutenu, dans le cadre de ses positions politiques, les différents dirigeants du Parti communiste chinois (Mao Zedong, Deng Xiaoping, Jiang Zemin, Hu Jintao), ainsi que le régime totalitaire de Corée du Nord et son leader Kim Il-sung[25], Nicolae Ceaușescu, l'Irak lors de la guerre du Golfe, Laurent-Désiré Kabila, dans un passé plus proche Fidel Castro [20].

Depuis ses débuts en 1960, le PTB revendique des relations privilégiées avec les régimes de Chine et de Corée du Nord[26],[20].

Depuis 1992, PTB organise un « séminaire communiste international » avec des partis communistes tels que le Parti communiste de Cuba, le Parti du travail de Corée ( au pouvoir en Corée du Nord) ou le Parti communiste vietnamien ce qui lui vaut l'accusation de soutenir ces régimes[27],[28]. En 2011, la RTBF obtient des documents signés par le PTB en faveur du régime de Corée du Nord. Le PTB affirmera en réponse d'avoir pris ses distances avec le régime[29] mais reste critiqué pour avoir changé de discours « mais pas véritablement ses dirigeants »[30] ainsi que pour prendre pour modèles le Cuba et le Venezuela[31],[32].

En 2005, des membres du PTB lancent une pétition contre la résolution adoptée par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe qui « condamne avec vigueur les violations massives des droits de l’homme commises par les régimes communistes totalitaires et rend hommage aux victimes de ces crimes »[33]. Antoine de Borman directeur du centre d'études politiques économiques et sociales du cdH, critique le PTB pour son soutien aux « goulags de l’URSS aux famines du Grand Bond en Avant chinois, des déportations cambodgiennes aux crimes de la Corée du Nord, de l’insurrection de Budapest au Printemps de Prague[...] »[34].

Si pendant plusieurs années, le PTB a appuyé les différentes équipes dirigeantes en Chine, le PTB semble aujourd'hui limiter ses prises de position sur les questions internationales. En ce qui concerne Cuba, par exemple, il est passé d'une condamnation sans appel de ce « mercenaire du social-impérialisme soviétique » à un soutien de fait, la donne ayant singulièrement changé depuis la disparition de l'URSS. En 2012, Raoul Hedebouw affirme que le « PTB estime positive la révolution bolivarienne d'Hugo Chavez »[22]. Concernant les crimes commis en URSS, il les qualifie d'« erreurs » et justifie la position du PTB : « Les millions de morts en URSS. La répression. Des erreurs grosses comme des maisons, par dizaines. Il faut analyser tout ça. Mais ce n'est pas là-dessus que va se concentrer le PTB dans les prochaines années. On n'en a pas les moyens humains et matériels »[22].

Selon le politologue Manuel Abramowicz, auteur de La gauche radicale en Belgique: « Ils sont comme une mère à qui on met sous les yeux les preuves que son fils est un assassin : elle continuera toujours à le dire innocent. Même s’ils savent que ce sont des échecs et qu’on peut aligner toutes les preuves des horreurs de ces régimes, ils voudront retenir le positif, que les soins de santé sont gratuits à Cuba, que les communistes ont résisté au nazisme, que l’on a une telle sécurité sociale chez nous grâce à l’URSS, en fait surtout à cause de la peur de voir les ouvriers céder aux sirènes communistes. »[24]
.

Révolution socialisteModifier

En 1999 le PTB supporte l'idée de la révolution pour renverser le système économique capitaliste: « nous devons avoir une conviction profonde, vécue, que seul le Parti Communiste peut diriger les masses vers leur libération et que seule la révolution socialiste offre une solution aux problèmes du capitalisme ». Le chef de parti Peter Mertens réaffirme en 2005 son soutien à la révolution et son allégeance au programme du parti de 1979[35].

En 2002 le PTB réaffirme son projet « salvateur de l'humanité » : « la première tâche consiste à assimiler profondément et à propager largement et de manière offensive le bilan communiste du vingtième siècle. Notre thèse fondamentale est que seul le socialisme peut sauver l’humanité [...] »[35].

En 2012, d'après le politologue Pascal Delwit: « Le PTB plaide toujours formellement pour l’avènement d’une révolution socialiste et conteste la démocratie représentative telle qu’elle fonctionne aujourd’hui »[36].

En 2014, le politologue Pascal Delwit affirme que « derrière cette image sympa, le parti n’explique pas à tout un chacun ses vrais desseins, qui restent l’instauration d’un État socialiste. Il y a une double ligne. Une ligne extérieure, sympa, ouverte, qui a des propositions ponctuelles attractives, sur les médicaments, sur la fiscalité… Mais on a aussi une ligne interne tenue par les fondateurs ou leurs enfants pour qui la révolution socialiste reste un objectif, un aspect dont les électeurs seraient surpris de connaître l’importance aujourd’hui. »[24].

En 2016, lors de la 18e rencontre internationale des partis communistes et ouvriers le représentant du PTB affirme que son parti essaie de développer une lutte des classes en Belgique[37]

En 2018, face à la crise fiscale que dénonce le PTB, Raoul Hedebouw affirme qu'il faudrait « développer une opposition sociale » [38].

En janvier 2019, le PTB publie un programme pour une « révolution climatique et sociale »[39].

Congrès du renouveau de 2008Modifier

Lors de son VIIIe congrès, le congrès du renouveau, le parti réaffirme des principes marxistes fermes mais une approche souple vers l'électeur avec le slogan « Faire de la politique avec les gens et pas pour les gens ! ».

À la suite de son relatif échec électoral de 2003, le PTB a modifié en profondeur ses méthodes de travail et de communication. D'une part, le PTB a déclaré qu'il allait se recentrer sur le travail auprès des ouvriers en usine ainsi que sur le travail de terrain dans les communes où il est présent. D'autre part, le PTB a déclaré rompre officiellement avec ce qu'il appelle son « sectarisme » passé afin de se rapprocher des demandes concrètes des citoyens. Cela se traduit notamment par la mise en avant de revendications de progrès extrêmement concrètes relatives à la baisse du prix des médicaments, la réduction de la TVA sur les produits énergétiques de 21 % à 6 %, une augmentation du montant minimal des pensions, un meilleur contrôle des loyers ou encore la baisse du coût des sacs poubelles.

En 2008, influencé par la percée du Parti socialiste aux Pays-Bas, le PTB vise à adopter une posture «radicale-populiste» au détriment d'une rhétorique dogmatique. Le PTB ne se définit plus comme représentant de la classe ouvrière mais dorénavant de l'ensemble des travailleurs. Le parti favorise les personnalités reconnaissables et des porte-parole, il axe sa stratégie sur « des petites victoires », sur « des problèmes concrets des gens » et sur des « compromis ». Finalement le PTB et COMAC axe leurs stratégie sur les réseaux sociaux [15].

Le 2 mars 2008, le PTB a clôturé son VIIIe Congrès. Celui-ci fut placé sous le signe du renouveau, le parti adopte à présent une position réformiste afin d'asseoir son assise électorale, un pari réussi. Il a, entre autres, adopté de nouveaux statuts et élu un nouveau Comité central. Ce dernier a élu un nouveau président en la personne de Peter Mertens. Licencié en sociologie de l'université de Gand, ancien ouvrier aux usines Honda, il est entre autres auteur La classe ouvrière à l’ère des entreprises transnationales[40] ainsi que de l'essai Comment osent-ils ?[41].

Le parti affirme en 2015, que le congrès de 2008 était celui « qui mettra fin aux côtés sectaires et dogmatiques qui sévissaient dans le parti depuis vingt ans »[17].

De 2008 à 2015Modifier

Ce « changement de cap » semble avoir produit certains résultats positifs comme une légère augmentation du nombre de membres ainsi qu'un rebond, certes modéré, du score électoral du PTB lors des élections communales de 2012. On constate également une augmentation de la couverture médiatique du Parti [réf. souhaitée] .

Début 2013, le parti annonce avoir dépassé les 6 800 membres. En novembre 2016, le PTB revendique plus de 10 000 adhérents. Selon les informations de la RTBF, le PTB est le parti de Belgique dont les militants et sympathisants contribuent le plus financièrement : avec 10 000 adhérents, il a récolté en 2016 un million d'euros de cotisations et de dons, contre 600 000 euros pour le PS et ses 90 000 adhérents et 400 000 pour le MR et ses 35 000 adhérents.

Selon l'analyse de Sophie Heine en décembre 2014, politologue à l’ULB et à l’université d'Oxford, concernant la réforme du PTB : « Le PTB se distingue par ses références historiques, idéologiques, etc., qui ont été fortement influencées par le maoïsme et le stalinisme. Si la plupart des partis communistes ont suivi les évolutions du communisme européen vers davantage de réformisme à partir des années 1980, le PTB a connu une évolution plus particulière, peut-être plus en vase clos. Il n’a commencé à remettre en question ses références idéologiques historiques qu’assez récemment. Toutefois, cette volonté de s’afficher comme plus réformiste et en rupture avec les éléments les plus problématiques de son logiciel idéologique originel n’a encore été mise en œuvre qu’en partie. Les refondations idéologiques du PTB ne semblent pas avoir été faites jusqu’au bout. Il y a encore des résistances à l’intérieur du parti, certains des cadres souhaitant garder une partie des références du passé, d’autres voulant au contraire aller plus loin dans le renouveau. »[24].

En juillet 2015, la Chambre des représentants vote pour la reconnaissance du génocide arménien à l'unanimité moins 8 abstentions, dont celles des deux députés du PTB, Raoul Hedebouw et Marco Van Hees[42].

Congrès de la solidarité de 2015Modifier

Le parti se concentre sur un socialisme du XXIe siècle surnommé « Socialisme 2.0 », qui serait un changement de paradigme se revendiquant des idées de Karl Marx et Friedrich Engels. Le socialisme 2.0 est « une société vraiment collective ou communiste ». Le parti prône une « culture nouvelle » mais aussi « renouvelée et progressiste ». Le socialisme 2.0 est un projet internationaliste visant une émancipation et une « libération mondiales » [17],[35].

Le parti prône une « nouvelle démocratie », qui serait socialiste, directe et représentative. Le parti souhaitent « rendre contraignant » des droits de troisième génération hérité du combat anti-impérialiste et anti-colonial de l’Union soviétique. Sous le socialisme 2.0, le Parlement serait « l’organe suprême par rapport aux autres pouvoir » et serait investi du « contrôle de l’exécution de la politique adoptée par le pouvoir judiciaire » [17].

Le parti réaffirme sa position antiaméricaine et anti-impérialiste[17]. Concernant la Chine, Le parti affirme que sa politique « n’est pas à mettre sur le même pied que la politique de colonisation et de domination de l’Occident. Les autorités chinoises s’en tiennent au principe de win-win – l’avantage mutuel – en opposition à l’inégalité ou au jeu à somme nulle de la plupart des accords conclus avec l’Occident » [17].

Le parti prône l'adoption du « combat écologique » pour des raisons stratégiques, affirmant qu'il partage un adversaire commun avec son « combat social »[17].

Le parti souhaite « faciliter les règles » pour l'acquisition de la nationalité belge [17].

Le parti critique le courant socio-démocrate qui aurait adopté le discours néolibéral[17].

Le PTB fonctionne selon le principe du centralisme démocratique[20].

Depuis 2015Modifier

En 2016, le PTB gère 11 maisons médicales sur un total de plus de 120 en Belgique, ces maisons médicales ont pour but de dispenser des soins de santé primaires, continus, polyvalents et accessibles à toute la population. En décembre le journal l'Echo les accuse d'être un « outil de propagande »[43]. Des témoignages anonymes accusent le PTB de « violer le secret médical » et de « politiser » les consultations des maisons médicales[44]. Toute violation du secret médical est démentie par le parti[45]. Deux témoignages récoltés par Sudinfo nuancent aussi les critiques, tandis que le journal affirme que des publicités politiques « dans un lieu où on se rend pour simplement recevoir des soins médicaux, peut interpeller»[46]. Mais le parti assume la dimension politique du projet de Médecine pour le Peuple : « Pourquoi nous lions santé et politique ? Parce que nous revendiquons le droit à la santé dans une société en bonne santé. L’origine de beaucoup de maladies se trouve dans la société, dans les conditions de vie ou de travail. Ne pas faire ce lien entre la médecine et l’engagement social et politique cela peut parfois donner l'impression de passer la serpillière pendant que le robinet continue à couler. Nous allons au-delà de la maladie et nous essayons d'agir sur les facteurs qui en sont la cause. », expliquera Sofie Merckx, docteur de Médecine pour le Peuple, qui deviendra députée fédérale du PTB en 2019[47]

Pour la nouvelle année 2017, le PTB organise un envoi de cartes postales « spécial de Nouvel An » à destination de la ministre de la santé Maggie De Block. Son cabinet affirme que « 10% des messages néerlandais et 35% des messages français sont des mails très négatifs, insultants, dans lesquels certains souhaitent à la ministre de tomber malade ou de mourir »[48]. La ministre affirme être la cible depuis le début de l'année de messages haineux, de menaces et d'insultes de la part de militants du PTB. Le PTB répond par la voix de Dirk Van Duppen : « Nous recevons d'innombrables témoignages de personnes pour lesquelles les médicaments sont devenus impayables. Visiblement, quelques personnes ont profité de la campagne pour envoyer des messages de haine à la ministre. Cela concerne 41 messages sur 3.000, soit 1,3%. Quoi qu'il en soit, même 1,3%, c'est trop et inacceptable ». Le parti juge cette « frustration compréhensible », mais insiste sur le fait que « l'insulte ne mène nulle part ». Le PTB propose un débat « sur le fond » avec la ministre estimant qu'« il serait bête de la part de la ministre de mettre les 98,7% de témoignages de personnes en difficulté dans le même sac que les 1,3% de messages injurieux[49] ».

En 2018, le PTB ( et le PVDA en Flandre) reçoit le soutien électoral du collectif Vigilance musulmane[50].

Le premier mai, Mustafa Sungu, prépensionné, attaque a l'arme blanche le porte parole du PTB Raoul Hedebouw. Lors de son procès il invoque des motivations politiques et personnelles[51].

En avril 2019, trois conseillers communaux de Bruxelles du PTB sur les six, quittent le parti dénoncent « l’absence flagrante de vision, l’incohérence politique et les mensonges ». Mathilde El Bakri, représentante du PTB, les accusent alors d'avoir été « déçus de ne pas figurer sur la liste régionale mais aussi qu’ils ne respectaient pas leurs engagements à l’égard du parti, notamment celui de reverser le montant des jetons de présence au PTB »[52]. Par la suite, une série de témoignages d’(ex)-militants attaquent le PTB, qui se comporterait « un peu comme une secte », « réclamant de l’argent », et qui dénoncent des interdictions, des menaces et pressions par des cadres du parti. Raoul Hedebouw condamne les accusations et les qualifies de diffamation[53].

En juin 2019, le PTB opte pour une « politique de rupture » et propose au gouvernement de désobéir aux traités européens[54].

Le 11 juin une cinquantaine de personnalités de gauche signent une lettre ouverte dans Le Soir contre les divergences entre les partis Ecolo, PS et PTB. La lettre dénonce la diabolisation d'Elio Di Rupo président du Parti socialiste[55]. Elio Di Rupo à quant à lui réagi à l'attitude du PTB, en l'accusant de mener « un show de l'époque stalinienne ». Raoul Hedebouw, doute de sa sincérité et met fin aux négociations[56].

En décembre 2019, le PTB engage des poursuites contre l’État belge devant la Cour européenne des droits de l'homme contre l'« impartialité du processus de validation des élections »[57].

Le , au début de la phase 2 de la pandémie de maladie à coronavirus, le PTB organise une marche de protestation à Bruxelles avec 5 500 participants selon la police et 10000 selon le parti[58]. Germain Mugemangango, porte-parole et chef de groupe au Parlement wallon présente la motivation de l'événement: « Il est temps que la colère des citoyens se manifeste dans la rue »[59]. Le 3 mars, la député PTB Sofie Merckx approuve la gestion de la crise par Maggie De Block et juge la communication de bonne qualité[60]. Le 17 mars Peter Mertens se dit en faveur d « un lockdown complet » et encourage « tous ceux qui le peuvent » à rester chez eux[61].

Le 26 mars, les huit députés du PTB votent contre la proposition de loi qui donne au gouvernement des pouvoirs spéciaux pour faire face à la crise du Covid-19, ainsi que contre la proposition de loi permettant d’octroyer une garantie d’État pour certains crédits dans le cadre de la lutte contre les conséquences du coronavirus[62]. Raoul Hedebouw affirme que les secteurs concernés par les mesures sanitaires sont trop larges, et il met en cause « le patronat » qui en profiterait[63]. La Fédération générale du travail de Belgique avait précédemment affirmé que « il y a trop de patrons qui ne jouent pas le jeu et négligent la santé des travailleurs »[64].

La destitution de la présidence de la FGTB de Robert Vertenueil, relève le refus du PTB de voir un réformisme s'installer au sein des syndicats. Selon Claude Demelenne, le PTB voit le syndicalisme comme un affrontement permanent face au patronat et celui-ci refuse donc tout compromis, qu'il assimile toujours à une compromission. Le journaliste voit dans ce refus radical du compromis « un sectarisme peu compatible, sur le long terme, avec des conquêtes sociales ». Le PTB ne ne veut pas d'une concertation sociale, il rêve plutôt d'un bouleversement soudain et radical de l’ordre social existant.

Le député du cdH Christophe De Beukelaer demande l'ouverture d'une enquête à la STIB concernant la responsabilité du PTB dans un « sabotage » des concertations sociales : « Il faut appeler un chat un chat. Il y a un problème PTB à la STIB. La tension sociale de cette semaine a été exploitée par quelques personnes très proches du PTB ou fortement influencées. »[65]. Le député PTB Youssef Handichi, mis en cause dans les évènements, dément les accusations d'instrumentation de la grève et affirme que les problèmes sociaux sont réels à la STIB[66].

Positions politiquesModifier

RevendicationsModifier

Le PTB/PVDA lance en 2019 une pétition pour la pension minimum à 1 500 euros nets par mois . En décembre 2019, le nombre de signatures est de plus de 100 000[67].

Nationalisation et planification économiqueModifier

En 2008, lors du « Congrès du renouveau » le PTB affirme vouloir mettre en place la nationalisation et une économie planifiée[35].

En 2010, le PTB/PVDA évoque dans son programme la nécessité d’une nationalisation de certaines entreprises d'énergie, bancaires et de transport et d’une planification économique à des fins écologiques[35].

En 2014, Raoul Hedebouw réaffirme cette agenda politique: dans une interview il affirme avoir l'intention de nationaliser seulement les secteurs bancaire et énergétique, tandis que dans son livre publié la même année il affirme vouloir nationaliser également les secteurs pharmaceutique et du transport[35].

En 2015, le PTB/PVDA explique sa perception du socialisme: « le socialisme 2.0 est un projet internationaliste, en alternative au capitalisme mondial »[35].

Gratuité des transports en communModifier

Le PTB entend rendre les transports en commun gratuits pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le parti propose une étude de faisabilité au parlement bruxellois en 2016. Philippe Defeyt de l'institut pour un développement durable et membre d'Ecolo critique la mesure citant l'experience infructueuse de Hasselt et l'augmentation des déplacements engendrée. Bruno Colmant, professeur à la Solvay Business school affirme quant à lui que c'est impayable par le contribuable, mais envisageable dans le cadre des déplacements professionnels[68].

Le PTB met en avant l'exemple de Dunkerque et Peter Mertens affirme qu'« en Europe, 56 villes appliquent déjà cette gratuité »[69].

D'autres partis politiques belges supportent également la proposition comme le PS et le CdH ainsi que Ecolo partiellement et Démocrate fédéraliste indépendant qui souhaite « une gratuité plus ciblée sur certaines catégories »[70].

Mixité socialeModifier

En 2016, selon un sondage de La Libre-RTBF, les électeurs du PTB sont défavorables à la proposition de Philippe Close (PS), de donner le droit de vote aux étrangers vivant en Belgique aux régionales, avec 77 % qui ne la soutiennent pas en région Wallonne et 80 % en région Bruxelloise[71].

En 2018, dans une interview du journal Le Soir, Raoul Hedebouw se dit favorable à la poursuite de rapatriements forcés de migrants. Hedebouw aurait réagi par la suite sur son compte Facebook: « cela s'est glissé dans l'interview de manière incorrecte, nous sommes évidemment contre les rapatriements forcés »[72].

En 2019, le PTB/PVDA prône dans un communiqué la « super-diversité » et la solidarité dans la société, perçue comme « un atout majeur ». Le parti fait valoir que plusieurs députés sont issus de communautés et de religions différentes[73]. À Schaerbeek, le PTB propose un amendement au conseil communal afin d’autoriser le port du voile islamique à l’école communale pour éviter toute discrimination à l’égard des jeunes filles qui le porteraient[74].

Position sur l'avortementModifier

Le 27 novembre 2019, le PTB affirme soutenir une dépénalisation totale de l'interruption volontaire de grossesse (IVG). Sofie Merckx soutient l'avortement à 18 semaines en justifiant « qu’un fœtus de 18 semaines n’a aucune chance de survie », ainsi que la dépénalisation au-dessus de 18 semaines de l'avortement. Maartje De Vries accuse quant à elle la NVA et le CD&V d'être des partis qui « ont fondamentalement un problème avec le droit à l’autodétermination des femmes»[75],[76]. La députée N-VA Valerie Van Peel (en) défend la position de son parti et affirme: « Il faut dire à l'opinion publique ce que ça signifie de se faire avorter à quatre mois et demi » et décrit le fœtus comme « tout à fait développé, sauf pour sa capacité pulmonaire »[77].

ControversesModifier

Qualification d'« extrême gauche »Modifier

Le parti est décrit par les chercheurs en science politique comme étant un parti populiste de gauche radicale[78],[79],[80],[81],[82] ou d'extrême gauche[83],[84].

Selon l'analyse de Julien Dohet et Jean Faniel, le concept d'extrême gauche pousse à la controverse et à la polémique et serait utilisé par ses opposants politiques comme un enjeu de lutte politique et symbolique. Les militants du PTB évitent de se définir par la qualification d'extrême gauche, et se présentent plutôt comme la « vraie gauche » ou bien comme « gauche radicale », « gauche anticapitaliste » ou « gauche de la gauche » pour sortir de leur exclusion[85].

Concernant les changements au sein du parti, pour Jean Faniel, directeur du CRISP en 2014, le PTB ne peut plus être qualifié d’« extrême gauche » : « Il faut davantage parler de gauche radicale » et affirme ignorer s’il existe un double discours au sein du parti: « Il faudrait être dans la première ligne pour le dire, mais c’est encore un parti centralisé, notamment en termes de communication, sans que l’on puisse dire s'il existe deux lignes étanches »[86].

StalinismeModifier

Le PTB/PVDA peine à se défaire de son étiquette stalinienne, en lien avec l’hagiographie de Staline écrite par son ancien président Ludo Martens. L’actuel président Peter Mertens tente de sortir son parti de ce paradigme qui a des racines profondes[87].

Parti de l’autoModifier

Le PTB/PVDA s’oppose au parking payant et à des mesures comme la taxe kilométrique ainsi que d'autres mesures présentées comme de la fiscalité écologique, car ces mesures seraient anti-sociales. Ce qui a mené certains à lui donner le surnom « Parti de l'auto » (en néerlandais : Partij Van De Auto)[88]. Le parti argumente qu'il veut protéger les automobilistes pauvres et qu'une politique écologique doit aller de pair avec une politique sociale. Pour le PTB/PVDA, la solution serait de ne pas imposer des limites à l’utilisation de la voiture, mais de développer les transports en commun et en les rendant gratuits[89]. Des actions sont entreprises en conséquence:

  • À Anvers, le PVDA dépose une motion pour assouplir la réglementation concernant la zone à basses émissions, mais il ne trouve au sein du conseil communale que le soutien du Vlaams Belang[90]
  • À Schaerbeek contre le parking payant[91].
  • Le 17 février 2020, au conseil communal de Gand, le PTB, d'unisson avec la N-VA et le Vlaams Belang s'est opposé à l'extension de la zone à basses émissions[92].

Accusations d'antisémitismeModifier

La publication du 23 janvier 1991 dans le journal Solidaire du PTB, avec une caricature d'Israël et l'accusation contre elle d'être « la tête de pont de l'impérialisme américain » contre les pays arabes, est décrit comme relevant du nouvel antisémitisme par Henri Deleersnijder[93].

En 2002, lors d'une manifestation organisée à Anvers par la Ligue arabe européenne en collaboration avec le PTB/PVDA et d'autres organisations, des manifestants s'en prennent au quartier juif et se termine en un simulacre de bûcher où une poupée représentant un Juif orthodoxe est incendiée. Le PTB/PVDA n'aurait pas condamné les événements d'après Rudi Roth[94]. L'année suivante le parti s'associe à la Ligue arabe européenne, malgré des propos jugés antisémites par des membres de ce dernier, dont ceux du président Dyab Abou Jahjah, la même année[95].

En 2003, un journaliste du journal communautaire Regards, relève que le thème de l’antisionisme est fréquemment utilisé dans le journal Solidaire du parti, qui aurait fait preuve d’une « approbation bienveillante à l’égard des attentats aveugles commis par des terroristes palestiniens » contre des Juifs israéliens. Il nuance, en affirmant que le parti se serait néanmoins opposé à l'antisémitisme en Belgique, notamment dans une manifestation où une pancarte « Mort aux Juifs » avait été brandi, et des militants du PTB avait été pris à partie alors qu'ils étaient intervenus pour enlever cette pancarte[96].

En 2010, le rapport de la Sûreté de l'État, constate que pour les militants d’extrême gauche, dont le « PTB+/PVDA », concernant leur politique internationale, c’est surtout la cause palestinienne qui occupe leur attention. Le rapport met en garde de « la possible collusion entre l’extrême gauche et les milieux de l’islamisme radical: antisionisme et antisémitisme ont pu dans certains cas servir de ciment pour une telle convergence »[97],[98]. En 2012, le porte-parole du PTB affirme que le parti va « demander à être retirée de la liste des organisations suivies par la Sûreté de l'État »[99].

En 2013, le président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique (CCOJB) affirme que sous le couvert de l’antisionisme, le PTB et les jeunes du Comac à l’université sont antisémites. Il décrit un procédé: « Aujourd’hui, le mot sionisme est associé au mot nazisme puis au peuple juif. Une banalisation de plus. ». Il précise: « la focalisation sur les événements du Proche-Orient vient du fait que les gens sont antisémites, pas l’inverse. ». Le PTB accuse le CCOJB de diffamation, en affirmant que « l’antisémitisme est du racisme » et que le parti est antiraciste. Aurélie Decoene (présidente de Comac) et Raoul Hedebouw (porte-parole du PTB) affirment que leur antisionisme serait en réalité une critique de la politique israélienne et par un soucis « de lutte contre le racisme »[100].

En 2014, Hervé Hasquin, recteur de l’ULB (et militant du MR) affirme dans le journal La Libre Belgique que le parti aurait un « antisémitisme camouflé sous le nom d'antisionisme »[101]. Concernant l'organisation Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS): « Celles et ceux qui sont à la base de ce mouvement de boycott appartiennent au PTB, qui garde de vieilles traditions marxistes, presque soviétiques, où l'antisémitisme est camouflé sous le nom d'antisionisme ». Le PTB qualifie les accusations de « diffamatoires et relèvent de la malhonnête intellectuelle » et affirme « lutter contre toute force de racisme, d'antisémitisme et le fascisme » mais le parti affirme également s'opposer « à une idéologie – le sionisme »[102].

La Ligue belge contre l’antisémitisme a dénoncé le fait que le PTB ait invité le rappeur Médine à son festival ManiFiesta en 2015[103] et à nouveau en 2017, alors que ce dernier est remis en cause pour son geste controversé de la quenelle en soutien à Dieudonné dans ses poursuites pour antisémitisme et pour avoir assisté à un meeting de Kémi Séba, suprémaciste noir[104]. La LBCA déplore également la présence de Richard Falk ancien Rapporteur spécial des Nations unies, remis en cause concernant sa publication d'une caricature antisémite et concernant ses propos jugés antisémites par différentes personnalités politiques[105].

Le 4 mars 2015, le COMAC (jeunes du Parti du travail de Belgique) participe à l'organisation d'une conférence avec l’activiste du FPLP Khalida Jarrar à la Vrije Universiteit Brussel par visioconférence. Le FPLP étant sur la liste des organisations considérées comme terroristes par le Conseil de l'Union européenne et ayant commis des attentats contre des cibles juives et israéliennes, la LBCA demande l'annulation de la conférence et dénonce qu'« un des hauts faits d'armes du FPLP est le détournement d'avions qu'il a perpétré et où ses commandos faisaient le tri entre les passagers juifs et non-juifs ». Pour le président du LBCA, Joël Rubinfeld, cela conforte l'accusation contre le PTB d'« antisémitisme camouflé sous le nom d'antisionisme...»[106] et il interroge le journal Le Soir: « Inviteront-ils la prochaine fois un représentant de l’État Islamique et d’Al Qaïda ? »[107]. En réaction, Olivier Goessens représentant le COMAC, fait référence aux théories du complot juif en affirmant après la conférence: « C'est tout de même interpellant que l'on ne puisse pas apostropher Israël sur ses crimes sans que des ficelles ne soient tirées »[108].

Après une affaire de slogans antisémites de BDS, Jonathan Lantouwer représentant de l'Union des Étudiants Juifs de Belgique, accuse BDS et le Comac-PTB, le mouvement de jeunesse du PTB, de soutenir des « jihadistes » du Hamas et à utiliser la communauté juive comme cible de haine[109]

En 2018, le rédacteur du journal solidaire du PTB, Michel Collon est remis en cause par Marcel Sel qui affirme avoir « consulté plusieurs centaines de ses articles, et […] retrouvé au moins 34 occurrences qui correspondent à la définition de l’antisémitisme retenue par l’International Holocaust Remembrance Alliance (en) (IHRA) et votée par le Parlement européen en [110] ». En , ces allégations amènent la Fédération Wallonie Bruxelles à annuler sa participation à un événement[111].

En 2018, Gaétan Carlier et Stéphanie Koplowicz, militants du PTB décrivent le parti DéFi et son parlementaire Marc Loewenstein sous l'appellation « les zionistes », — ce qui pour Loewenstein est un code utilisé fréquemment par des antisémites et il décide de déposer plainte[112]. Stéphanie Kopowicz justifie ses actions en rétribution d'une participation de ce dernier « à une célébration pour célébrer la naissance de l'État d'Israël » qui aurait été organisé par ce qu'elle décrit comme l'« Organisation sioniste de Belgique »[113].

En 2019, Nicolas Zomersztajn, rédacteur en chef du Regards du CCLJ s'inquiète que le PTB « épouse les codes et la grammaire populiste où le Juif est souvent un repoussoir »[114].

Début 2020, l’élu NVA Michael Freilich affirme que COMAC, l’organisation des jeunes du PTB déclare que « les banques et le médias sont dans des mains juives ». Freilich dit avoir des preuves sous forme de saisies d’écran[115]. Le PVDA porte plainte contre lui pour diffamation et vol de documents[116]

Le 5 mars 2020, Stéphanie Koplowicz, député, réfute les accusations d'antisémitisme contre son parti comme une « stratégie ». Elle affirme que « la lutte contre le racisme, y compris l’antisémitisme, est inscrite dans l’ADN du parti depuis toujours », en donnant comme exemple Juliette Broder, une résistante communiste juive qui a participé à la création du parti[117]. Elle émet une comparaison de la Shoah avec le conflit israélo-palestinien, dans ce qu'elle perçoit comme une instrumentalisation pour ce qu'elle décrit comme : « reproduire l'oppression »[117].

Dictature du prolétariatModifier

D’après le politologue Pascal Delwit, le but du PTB serait l’installation de la dictature du prolétariat[20],[118]. Le président du parti Peter Mertens accuse un coup monté du PS et nie l'accusation de double discours[118].

CommunicationModifier

La stratégie de communication du PTB est remise en cause par des journalistes et des opposants politiques. En 2017, Pascal Lorent synthétise les critiques contre celle-ci: populisme, technique de communication jugée disproportionnée, tentative de masquer l'affiliation au communisme, péril d'un Grand Soir ainsi que le manque de transparence et la centralisation du parti dirigé par la vielle garde et leurs enfants[119]

En 2018, le PTB est perçu par la presse belge comme le plus outillé des partis francophones pour la collecte et l'utilisation de données personnelles. Le PTB s'est équipé du logiciel américain NationBuilder « pour cibler, sur les réseaux sociaux, un type de population bien précis pour lui délivrer un message » grâce au big data[120]. Germain Mugemangango, porte-parole du PTB, explique ce choix : « NationBuilder nous permet de distinguer au sein de notre base de données, qui compte des dizaines de milliers de personnes, celles intéressées par des thématiques spécifiques afin de cibler nos messages[121] ».

En 2019, d'après Pascal Delwit, le parti est très centralisé et toujours dirigé par les cadres « des heures les plus sombres » ou bien leurs enfants. Il affirme qu'il reste des zones d'ombres dans l'idéologie du parti, qui reste ambigu quant à sa politique, qu'il décrit par une métaphore : « le parti aime bien montrer sa salle de restaurant, moins sa cuisine ». De plus il note: « Ils n’ont jamais condamné leurs positions passées, notamment leur soutien aux Khmers rouges ou leur démenti du massacre de la place Tian'anmen »[122].

Emprise du PTB sur la FGTBModifier

En juin 2020, le président de la FGTB, Robert Vertenueil est destitué, ce dernier était en outre hostile au PTB et avait déclaré en 2019 que « Les dirigeants du PTB ont confisqué les voix de leurs électeurs, ils leur ont empêché d'avoir une politique de gauche ».. Le Vif/L'Express attribue au PTB la radicalisation d'une partie des membres de la FGTB, ce qui a créé un climat hostile au réformisme de Robert Vertenueil [123]. La Libre pose également la question du rôle du PTB dans l'affaire[124] , ainsi que le député PS Patrick Prévot[125].

Raoul Hedebouw dément que la FGTB serait noyauté par le PTB, parle d'un fantasme d'un parti de droite[126] et parle d'accusations de complot qui relèvent d'une « méconnaissance totale » de la situation[125]. Selon la FGTB, la raison de la destitution aurait été la négociation pour un Pacte social avec le président du MR, Georges-Louis Bouchez, face à la crise sanitaire de Covid-19[127]. Le président de remplacement du FGTB, Thierry Bodson, affirme également que les décisions ne sont « pas dictées par le PTB ni par un autre parti politique » [128] L'ancien président de la FGTB, Marc Goblet, confirme également que ce prétendu « noyautage par le PTB » relève du mythe [129]

Elio Di Rupo accusait déjà le PTB d'infiltrer la FGTB en décembre 2019[130] et déjà en 2018, la question de l'influence du PTB se posait au sein du syndicat[131].

Positionnement sur la politique internationaleModifier

Les positions politiques étrangères du PTB sont influencées par son communisme, l'anticapitalisme, de l'antiaméricanisme, de l'anti-impérialisme et de l'internationalisme. Concernant l'Arabie saoudite, le PTB se dit contre l'exportation d'armes à ce pays perçu comme le principal financer du djihadisme salafiste. Raoul Hedebouw affirme néanmoins être contre l'embargo, pour les travailleurs de Wallonie[132]. La position du PTB est critiquée pour européocentrisme, double discours et sont manque de reconnaissance d'autres impérialismes comme celui de la Russie, de l'Iran ou de la Turquie[133].

Selon Pascal Delwit et Guilia Sandri, le PTB se borne a demander le retrait des troupes belges d'Afghanistan, des sanctions contre Israël et « la solidarité avec la Palestine »[15].

Selon Le Vif, le PTB soutenait publiquement le régime de Bashar el-Assad en 2013[134]. En 2015, le PTB, demande au gouvernement fédéral de s'assurer que la Belgique n'achète pas du pétrole à l'État islamique[135].

À la suite des attentats de Bruxelles de 2016, le PTB met en cause notamment la politique étrangère du gouvernement, et sa réaction sera critiquée[136]. En 2017, alors que le PTB s'oppose à la coalition contre l'État islamique, le ministres des Affaires étrangères et de la Défense, Didier Reynders (MR), accuse le parti « d'oublier les exactions commises par les djihadistes »[137].

Le PTB critique en octobre 2019 l'intervention militaire de la Turquie dans le nord de la Syrie contre les Forces démocratiques syriennes, soutient la population kurde « qui en est la première victime » et insiste sur la condamnation « aussi et surtout [de] l'hypocrisie de l'Occident »[138].

Organisations visant les jeunesModifier

En 2003, le PTB décide de fusionner son mouvement Marxiste-léniniste et l'organisation Rebelle, rebaptisé RedFox qui cible les jeunes du secondaire de 14 à 18 ans. Le Comac (pour Communistes actifs) nait de cette fusion et est actif dans les universités en Belgique (à Namur depuis 2019) et dans certaines écoles secondaires des trois régions. Comac distribue des tracts, organise des projections de films et mobilise des auditoires avant le début de cours[139]. La référence du COMAC est Che Guevara et sa volonté de changer le monde[15].

Le mouvement de jeunesse du parti politique, Les Pionniers, vise quant à lui les 6 à 16 ans pour des camps de vacances qui comprennent des activités politiques avec les enfants[140].

Les Statuts du Parti du travail de Belgique de 2015, exposent l'objectif de ces mouvements dédiés à la jeunesse : « Les organisations de jeunes du PTB mènent leurs activités dans le cadre de l’orientation politique et idéologique générale du parti ». Parmi les objectifs fixés par le PTB, ces mouvements de jeunesse servent au parti: « Pour renforcer son activité parmi les jeunes », et ainsi « pour apporter sa contribution à un travail actif et fort de ses organisations de jeunes », aux objectifs du parti[141].

Les RedFox organisent régulièrement des programmes Semaine de la diversité dans différentes villes de la Belgique[142]. Les RedFox ont organisé en 2015, 2016 et 2018 un festival DiverCity à Anvers, visant à combattre le racisme et célébrer la richesse de la diversité[143]. Redfox et Comac organisent des « boostdays » pour donner de l'aide aux jeunes qui n'ont pas les moyens d'avoir recours à des profs payants.

Dans un article publié en 2019 par le journal La Dernière Heure/Les Sports, la question d'un éventuel endoctrinement des enfants est posée lors des activités politiques menées avec les jeunes enfants[144]. Pour le politologue Pascal Delwit, cet endoctrinement « va de soi »[145].

Principaux membresModifier

Liste d'élus du PTB[146]

Parlement européen (depuis les élections européennes du 26 mai 2019)

  1. Marc Botenga

Chambre des représentants (depuis les élections législatives fédérales du 26 mai 2019)

  1. Raoul Hedebouw (chef de groupe)
  2. Peter Mertens
  3. Marco Van Hees
  4. Maria Vindevoghel
  5. Greet Daems
  6. Nabil Boukili
  7. Robert D'Amico
  8. Nadia Moscufo
  9. Gaby Colebunders
  10. Steven De Vuyst
  11. Sofie Merckx
  12. Thierry Warmoes

Sénat (élection indirecte, depuis 2019)

  1. Antoine Hermant (chef de groupe)
  2. Laure Lekane
  3. Samuel Nemes
  4. Jos D'Haese
  5. Ayse Yigit

Parlement flamand (depuis les élections régionales du 26 mai 2019)

  1. Jos D'Haese
  2. Lise Vandecasteele
  3. Tom De Meester
  4. Kim De Witte

Parlement bruxellois (depuis les élections régionales du 26 mai 2019)

  1. Françoise De Smedt (cheffe de groupe)
  2. Youssef Handichi
  3. Stéphanie Koplowicz
  4. Francis Dagrin
  5. Jean-Pierre Kerckhofs
  6. Elisa Groppi
  7. Petya Obolensky
  8. Luc Vancauwenberge
  9. Caroline De Bock
  10. Leila Lahssaini
  11. Jan Busselen

Parlement wallon (depuis les élections régionales du 26 mai 2019)

  1. Germain Mugemangango (chef de groupe)
  2. Anouk Vandevoorde
  3. Samuel Nemes
  4. Laure Lekane
  5. Julien Liradelfo
  6. John Beugnies
  7. Jori Dupont
  8. Antoine Hermant
  9. Amandine Pavet
  10. Alice Bernard

Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (élection indirecte, depuis 2019)

  1. Alice Bernard (cheffe de groupe)
  2. Germain Mugemangango
  3. Anouk Vandevoorde
  4. Samuel Nemes
  5. Laure Lekane
  6. Julien Liradelfo
  7. John Beugnies
  8. Jori Dupont
  9. Antoine Hermant
  10. Amandine Pavet
  11. Elisa Groppi
  12. Jean-Pierre Kerckhofs
  13. Luc Vancauwenberge

Présidents du PTB-PVDAModifier

  1. Ludo Martens (1979-2008)
  2. Peter Mertens (2008-)

Résultats électorauxModifier

De 1979 à 2012, le PTB-PVDA n'a aucun représentant au Parlement fédéral. Ses résultats électoraux oscillent autour des 0,5 %. Il obtient cependant des sièges aux élections communales de 2000, dont deux à Zelzate en Flandre-Orientale et deux à Herstal près de Liège. Aux élections communales de 2006, le PTB obtient un total de 15 sièges qui se répartissent ainsi : six à Zelzate, deux à Herstal, deux à Hoboken (district d'Anvers) et un à Deurne (district d'Anvers), Seraing, La Louvière, Genk et Lommel.

Aux élections fédérales du 10 juin 2007, le PTB obtient, pour l'ensemble du territoire, 0,84 % des votes pour la Chambre et 0,82 % au Sénat. Ce résultat, s'il demeure modeste, constitue néanmoins le meilleur score jamais obtenu par le PTB pour des élections fédérales. Le meilleur score obtenu précédemment était de 0,74 % lors des élections fédérales de 1987[147]. Lors des élections de 2003, les différentes listes présentées par le PTB (PTB, Maria, Resist) avait obtenu 0,57 %[148].

Le progrès est très limité en Wallonie et nettement plus marqué en Flandre. Au total, le PTB améliore son score d'approximativement 18 000 voix par rapport à 2003 et 10 000 voix par rapport aux élections européennes de 2004 pour atteindre un total de 55 000 voix.

Tout en reconnaissant qu'il ne s'agit pas d'un progrès massif, le PTB se déclare cependant satisfait de son score qui fait incontestablement de lui le premier parti électoral de la gauche radicale en Belgique, devant le PC et le PSL. Néanmoins, le PTB effectue un renouveau se qualifiant de parti de gauche mais se référant toujours au marxisme. En juin 2010, quelques jours avant les élections qui suivent la chute du gouvernement provoqué par les libéraux d'Open VLD, les sondages donnent le PTB à 1,9 % d'intentions de vote. Le dimanche 13 juin 2010, il n'obtient pas le résultat que le sondage lui prédisait mais double son nombre de voix par rapport aux précédentes élections, soit 101 000 voix sur l'ensemble de la Belgique[149].

Depuis la rectification de la ligne du Parti lors du dernier congrès, l'électoralisme se traduit par une souplesse idéologique considérable par rapport à ses positions passées que le parti qualifie désormais lui-même de sectaires. Pourtant, le Parti du travail de Belgique, qui revendique désormais son appartenance à la gauche réformiste de matrice marxiste, refuse toute forme d'alliance avec les autres formations de la gauche plus ou moins radicale et maintient une forme d'organisation « intégrée » qui fait sa force mais aussi ses faiblesses. Il fait toutefois alliance avec le PCB dans la province de Liège au niveau provincial et dans les communes de Liège et de Seraing. Après les élections communales d'octobre 2012, il tend aussi la main au SP.A, à Groen et au CD&V pour créer une majorité anti-N-VA dans les districts anversois d'Anvers-ville et de Borgerhout.

Aux élections communales de 2012, le parti enregistre une avancée significative en Wallonie et en Flandre. Il passe de 15 à 47 élus communaux, dont 17 dans les districts d'Anvers, et gagne 4 conseillers provinciaux, 2 à Liège et 2 à Anvers[150]. Il devient aussi le deuxième parti à Zelzate avec six sièges, à Herstal avec quatre sièges et à Seraing avec quatre sièges. Il fait aussi son entrée dans le conseil communal de Liège-ville avec 2 élus, dans celui d'Anvers-ville avec 4 élus et dans deux communes de la région de Bruxelles-Capitale, avec 1 élu à Molenbeek-Saint-Jean et à Schaerbeek. Avec environ 17 % des voix, le PTB obtient sa première échevine à Borgerhout, Zohra Othman[151].

Pour les élections régionales, fédérales et européennes du 25 mai 2014, le PTB se présente avec la liste PTB-GO[152] qui rassemble les trois partis PTB, LCR et PC et qui reçoit le soutien de plusieurs dirigeants syndicaux[Qui ?]. Pour les élections bruxelloises, le PTB a signé un accord d'apparentement pour le collège francophone avec le B.U.B., Pro Bruxsel et le Parti pirate[153]. Lors de ce scrutin, le PTB récolte plus de 250 000 voix au niveau national, soit 3,72 %. Au niveau des régions, le PTB récolte 15 777 voix à Bruxelles, soit 3,86 % des suffrages, 106 114 voix en Flandre, soit 2,53 % et 117 882 voix en Wallonie, soit 5,76 % des votes. Le PTB obtient 2 des 150 sièges au Parlement fédéral, 4 des 89 sièges au Parlement bruxellois, aucun siège au Parlement flamand et 2 des 75 sièges au Parlement wallon.

Les élus du PTB s’engagent à ne tirer aucun avantage financier de leur mandat et de vivre avec le salaire médian, c’est-à-dire environ 1 700 euros nets par mois[154].

Le PTB est l'un des grands gagnants des élections fédérales, régionales et européennes de 2019. Au niveau fédéral, il passe de deux à douze députés à la Chambre des Représentants, dont quatre ouvriers, et obtient ses premiers élus flamands et bruxellois. Au niveau régional, il passe de deux à dix députés wallons, de quatre à onze députés bruxellois, et obtient ses 4 premiers députés flamands. Au niveau européen, il obtient son premier eurodéputé.

Chambre des représentantsModifier

Année Voix % Sièges Gouvernement
1991 30 491 0,5
0 / 212
Extraparlementaire
1995 34 247
0 / 150
Extraparlementaire
1999 30 930
0 / 150
Extraparlementaire
2003 20 825 0,2
0 / 150
Extraparlementaire
2007 56 167 0,8
0 / 150
Extraparlementaire
2010 101 088 1,6
0 / 150
Extraparlementaire
2014 251 289 3,7
2 / 150
Opposition
2019 584 621 8,62
12 / 150
Opposition

SénatModifier

Année Voix % Sièges Gouvernement
2003 18 699 0,1
0 / 40
Extraparlementaire
2007 54 807 0,8
0 / 40
Extraparlementaire
2010 105 060 1,6
0 / 40
Extraparlementaire
2014
0 / 60
Opposition
2019
5 / 60
Opposition

Entités fédéréesModifier

Parlement wallonModifier

Année Voix % Sièges +/- Gouvernement
2004 12 216 0,62
0 / 75
  Extraparlementaire
2009 24 875 1,24
0 / 75
  Extraparlementaire
2014 117 882 5,76
2 / 75
  2 Opposition
2019 278 343 13,68
10 / 75
  8 Opposition

Parlement FlamandModifier

Année Voix % Sièges +/- Gouvernement
2004 22 874 0,56
0 / 124
  Extraparlementaire
2009 42 849 1,04
0 / 124
  Extraparlementaire
2014 106 116 2,53
0 / 124
  Extraparlementaire
2019 225 593 5,32
4 / 124
  4 Opposition

Parlement bruxelloisModifier

Année Voix % Sièges +/- Gouvernement
2004 2 221 0,49
0 / 89
  Extraparlementaire
2009 4 038 0,88
0 / 89
  Extraparlementaire
2014 15 777 3,41
4 / 89
  4 Opposition
2019 55 289 13,47
11 / 89
  7 Opposition

Conseils provinciauxModifier

Année Anvers Brabant Flamand Brabant Wallon Flandre Occidentale Flandre Orientale Hainaut Liège Limbourg Luxembourg Namur
2006
0 / 84
0 / 84
0 / 56
0 / 84
0 / 84
0 / 84
0 / 84
0 / 75
0 / 56
0 / 56
2012
2 / 72
0 / 72
0 / 37
0 / 72
0 / 72
0 / 56
2 / 56
0 / 63
0 / 37
0 / 37
2018
1 / 36
0 / 36
0 / 37
0 / 36
0 / 36
3 / 56
6 / 56
0 / 31
0 / 37
1 / 37

Parlement européenModifier

Année Voix % Sièges +/- Groupe
1984 43 637 0,76
0 / 24
1989 29 778 0,50
0 / 24
 
1994 59 270 0,99
0 / 25
 
1999 22 038 0,35
0 / 25
 
2004 44 452 0,70
0 / 24
 
2009 68 540 1,04
0 / 22
 
2014 234 718 3,51
0 / 22
 
2019 566 274 8,42
1 / 22
  1 GUE/NGL

PublicationsModifier

  • Peter Mertens, La taxe des millionnaires et sept autres idées brillantes pour changer la société, Solidaire, .
  • Élargir, unir, approfondir, congrès de la solidarité 2015, PTB, .
  • Peter Mertens et David Pestieau, Comment osent-ils ? La crise, l'euro et le grand hold-up, ADEN, .
  • Peter Mertens et Raoul Hedebouw, Priorité de gauche : pistes rouge pour sortie de crise, ADEN, .
  • Documents du huitième congrès du PTB, PTB, .
  • Apprendre des campagnes électorales à Herstal et à Zelzate, PTB, .
  • Ludo Martens, Le parti de la révolution, PTB, .

Notes et référencesModifier

  1. « Trois partis d’extrême gauche s’unissent sous la bannière PTB-GO », sur Le Soir, (consulté le 18 janvier 2018).
  2. a et b (en) « APPENDIX A3 - POLITICAL PARTIES, ESS6 - 2012 ed. 2.0 », Enquête sociale européenne,‎ (lire en ligne).
  3. « La Wallonie « contaminée » par la gauche radicale », Le Monde diplomatique,‎ (lire en ligne, consulté le 8 avril 2018).
  4. a et b (en) Wolfram Nordsieck, « Belgium », sur www.parties-and-elections.eu (consulté le 12 décembre 2017).
  5. « DÉFENDRE L'UNITÉ D'UNE NOUVELLE BELGIQUE », sur ptb.be
  6. « Promise on the Belgian Left », sur jacobinmag.com
  7. « Statuten PVDA 2015 », sur issuu.com (consulté le 26 janvier 2020)
  8. a et b « ULB - PTB. NOUVELLE GAUCHE, VIEILLE RECETTE - Faculté de Philosophie et Sciences sociales », sur philoscsoc.ulb.be (consulté le 26 janvier 2020)
  9. « Belgium », sur Politico
  10. Jean-Claude Verset, « Raoul Hedebouw: "La réduction des salaires des députés, ce n'est pas un gadget, c'est une rupture en politique" », sur rtbf.be,
  11. « Site du Parlement wallon », sur parlement.wallonie.be.
  12. « Les députés — Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles / Communauté française », sur pcf.be.
  13. « Site du Parlement bruxellois », sur parlbruparl.irisnet.be.
  14. « Site du Parlement flamand ».
  15. a b c et d Pascal Delwit, Jean-Benoit Pilet, Emilie Van Haute, Les partis politiques en Belgique, Université Libre de Bruxelles, , p. 285-294
  16. Julien Versteegh, D’un mouvement étudiant à un parti, Amada, 1970-1979 (mémoire de licence en histoire contemporaine), ULB, Bruxelles, 2000 et Damien Robert, Analyse de l’évolution idéologique et politique du Parti du travail de Belgique (PTB) entre 1979 et 1990 (mémoire de licence en histoire), UCL, Louvain-la-Neuve, 2000.
  17. a b c d e f g h i j k et l Congrès de la solidarité. Elargir, unir, approfondir., Bruxelles, Edition PTB, , 255 p. (lire en ligne), p. 41,50,51,53,105, 117,144,212,216,217,224,226,231,236,
  18. (en) Simon Petermann, Noémi Gal-Or (éditrice), Tolerating terrorism in the west, London & New York, Routledge, , p. 97
  19. Ludo Martens, Un autre regard sur Staline (Another View of Stalin), EPO,
  20. a b c d e et f Pascal Delwit, PTB - Nouvelle gauche, vieille recette,
  21. Felice Dassetto, L'iris et le croissant : Bruxelles et l'islam au défi de la co-inclusion, , p. 132
  22. a b c et d François Brabant, « Raoul Hedebouw : "Le PTB n'est pas un parti de Bisounours" », Le Vif/L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 31 janvier 2020)
  23. François Brabant, « Corsé, le petit livre rouge du PTB », Le Vif/L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 31 janvier 2020)
  24. a b c d e et f Jean-François Lauwens, « Dossier spécial : Qui est le PTB? », Le Soir,‎ samedi 15 et dimanche 16 mars 2014, p. 11
  25. « Communiqué du PTB en soutien au régime de Corée du Nord », sur parlemento.wordpress.com, .
  26. Christophe Barbier et José-Maria Marti Font, La citadelle assiégée,
  27. Christophe Bourseiller, L'extrémisme : une grande peur contemporaine,
  28. L'A.E.P.I., Les cahiers d'histoire sociale, Issues 8-9, , p. 78-80
  29. « Accusé de soutenir la Corée du Nord, le PTB se défend et contre-attaque »,
  30. « La Wallonie face à Mao, sauce lapin »,
  31. « Le PTB et son modèle… cubain ! »,
  32. « "Cuba, un exemple à suivre?": Le PTB dévoile ses objectifs »
  33. Bernard De Backer,, Les crimes du communisme entre amnésie et dénégation, larevuenouvelle, n° 4, , p. 15-21
  34. « Le PTB, au carnaval du communisme »,
  35. a b c d e f et g Jonathan Dehoust, "Le marxisme dans la peau. Évolution organisationnelle, diplomatique et économique du Parti du Travail de Belgique (PTB) entre 1999 et 2017. ", Faculté des sciences économiques, sociales, politiques et de communication, Université catholique de Louvain, (lire en ligne);
  36. Alain Narinx, « Faut-il avoir peur du PTB? »,
  37. « 18 IMCWP, Contribution of WP of Belgium », , p. I'll give in 7 minutes some insides about the way the PTB is trying to develop the class struggle in Belgium via some concrete political struggles.
  38. « Exil de Depardieu : la gauche belge aussi veut faire payer les riches! », sur L'Humanité, (consulté le 20 janvier 2018).
  39. « Le PTB présente son plan pour une révolution climatique sociale », sur comac-etudiants.be (consulté le 6 mars 2020)
  40. Études Marxistes no 72 - www.marx.be
  41. « Partners », sur lesoir.be, .
  42. LaLibre, « La reconnaissance du génocide arménien adoptée par la Chambre »,
  43. Martin Buxant, « Les maisons médicales du PTB, outils de propagande »,
  44. Pascal Lorent, « Médecine pour le peuple: le PTB se défend de mélanger blouse blanche et drapeau rouge »,
  45. « Médecine pour le peuple: le PTB se défend de mélanger blouse blanche et drapeau rouge », sur Le Soir Plus, (consulté le 9 février 2020)
  46. « Maisons médicales du PTB », sur Sudpresse.be,
  47. « Le droit de vivre en bonne santé », sur archive.ptb.be,
  48. « Maggie De Block accablée d'insultes à cause du PTB », sur 7sur7.be,
  49. « Le PTB veut débattre "sur le fond" avec Maggie De Block », sur 7sur7.be,
  50. Torrekens C. (2020) Islam's de Belgique : Enjeux et perspectives. Éditions de l'Université libre de Bruxelles
  51. Marc Gerady, « Hedebouw en retire de la publicité! lance un avocat », sur sudinfo.be,
  52. « Trois conseillers communaux quittent le PTB à Bruxelles: « Une absence flagrante de vision » »,
  53. Michaël Bouche, « Raoul Hedebouw dénonce des “propos inacceptables” sur le PTB »,
  54. « Désobéir à l'Europe? Le PTB totalement irréaliste »,
  55. Claude Demelenne, « « Lettre ouverte au PTB pour en finir avec la diabolisation du PS » »,
  56. Antoinette Reyners, « Raoul Hedebouw reste sur ses positions vis-à-vis du PS: « Dur dur de croire à la sincérité d’Elio Di Rupo » »,
  57. « Le PTB traîne l’Etat belge devant la Cour européenne des droits de l’homme »,
  58. « Plusieurs milliers de personnes à la manifestation "de la Grande Colère" du PTB à Bruxelles »,
  59. « "Il est temps que la colère des citoyens se manifeste dans la rue" »,
  60. « Coronavirus : quand Maggie De Block est défendue par le PTB »,
  61. « Le PTB demande un lockdown complet pour contrer le coronavirus: «La situation est grave» »,
  62. « Coronavirus: le gouvernement Wilmès obtient les pouvoirs spéciaux à la Chambre »,
  63. « Les mesures face au coronavirus en Belgique discutées ce vendredi: la réunion débutera à 14h »,
  64. « Coronavirus : vers une crise sociale ? »,
  65. « Il y a un problème PTB à la STIB », sur 7 sur7
  66. « Le mouvement de grogne à la Stib est-il instrumentalisé par le PTB ? Youssef Handichi répond », sur BX1, (consulté le 10 juin 2020)
  67. « Le PTB a recueilli 100.000 signatures pour proposer une retraite minimum à 1500 euros », sur Site-LeVif-FR, (consulté le 29 janvier 2020)
  68. Stéphane Tassin, « Les propositions du PTB sous la loupe des économistes », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne)
  69. « Des transports en commun gratuits, ça marche ! », sur ptb.be (consulté le 1er février 2020)
  70. Fabien Van Eeckhaut et A.Marsac, « Gratuité des transports publics: vraie ou fausse bonne idée? »,
  71. RTBF, « Baromètre: c'est "non" au droit de vote des étrangers aux régionales »,
  72. Daniel Tanuro, « Asile et migrations: lettre à un ami du PTB »,
  73. « Conférence-débat: "Mais qu'est ce qui est écrit sur ma tête ?" Racisme et discriminations en Belgique », sur ptb.be (consulté le 30 janvier 2020)
  74. Schaerbeek: le PTB contre l'interdiction du voile à l'école https://www.lacapitale.be/526664/article/2020-03-01/schaerbeek-le-ptb-contre-linterdiction-du-voile-lecole
  75. Dirk Tuypens, « C'est parce qu'avorter est un choix difficile qu'une réforme est nécessaire », sur ptb.be (consulté le 30 janvier 2020)
  76. « L'adoption en commission de la dépénalisation de l'IVG est une avancée majeure pour les droits des femmes », sur ptb.be (consulté le 30 janvier 2020)
  77. « Avortement: le CD&V, la N-VA et le Vlaams Belang s’opposent vivement à l’élargissement à 18 semaines »,
  78. P. Delwit et G. Sandri, La gauche de la gauche, Chapitre: P. Delwit,J-B. Piljet et E. Van Haute E, Les partis politiques en Belgique, Edition de l'Université de Bruxelles, , p. 275-298
  79. Teun Pauwels, Populism in Western Europe : comparing Belgium, Germany and The Netherlands, Routledge,
  80. B. De Cleen et P. Van Aelst, Belgium. The rise and fall of populism research par,
  81. T. Aalberg, F. Esser, C. Reinemann, J. Strömbäck et C. De Vreese, Populist political communication in Europe, Routledge, New York, , p. 99-110
  82. B. Biard et R. Dandoy, Les préférences démocratiques au sein des partis populistes en Belgique, dans le chapitre L’État face à ses transformations, Académia-L’Harmattan, , p. 231-257.
  83. Anne Morelli et José Gotovitch, Contester dans un pays prospère : l'extrême gauche en Belgique et au Canada,
  84. Christian Vandermotten, La Belgique : « Que sais-je ? » n° 4156,
  85. Michel Biard, « Extrême » ? : Identités partisanes et stigmatisation des gauches en Europe (XVIIIe-XXe siècle), Presses universitaires de Rennes, , p. 142
  86. Jean Faniel, « PTB : "Une gauche radicale plutôt qu'une extrême gauche" », (consulté le 18 février 2020)
  87. (nl) « Hoe revolutionair is de PVDA? ‘Eén vinger kan je breken, een gebalde vuist niet’ », sur De Standaard, (consulté le 6 mars 2020)
  88. (nl) « Gemeenteraad in 10 uitspraken: “De microfoons werken prima, u hoeft niet te roepen” », sur Gazet van Antwerpen, (consulté le 29 janvier 2020)
  89. « Moins de voitures à Bruxelles: miser sur des transports publics attractifs et gratuits plutôt que d’enrichir les parkings privés », sur regiondebruxelles.ptb.be (consulté le 25 janvier 2020)
  90. (nl) « Groen clasht met PVDA over LEZ: “U bewijst dat u gezondheid toch niet zo belangrijk vindt” », sur Gazet van Antwerpen, (consulté le 29 janvier 2020)
  91. « Nos amis ont le droit de nous rendre visite sans devoir payer pour se garer ! Onze vrienden hebben het recht om ons te bezoeken zonder dat ze hoeven te betalen om te parkeren! », sur schaerbeek.ptb.be, (consulté le 29 janvier 2020)
  92. "Pauze" voor Gentse lage-emissiezone komt er niet: ze wordt in de komende 4 jaar uitgebreid https://www.vrt.be/vrtnws/nl/2020/02/18/lage-emissiezone-in-gent-wordt-uitgebreid/
  93. Henri Deleersnijder, Nouvel antisémitisme : Avatars d'une haine ancestral, Luc Pire, , p. Chapitre 8
  94. Rudi Roth, UNIA et l'antisémitisme en Belgique : «stop ou encore» ?, 2012, mis à jour en 2017
  95. Joël Rubinfeld, Les habits neufs de l'antisémitisme en Europe, chapitre La Belgique, (lire en ligne)
  96. Manuel Abramowicz, « Le gauchisme est t'il antisémite? »,
  97. Rapport annuel 2010 :
  98. Le Vif/L'Express, « La menace extrémiste en Belgique : le rapport 2010 de la Sûreté de l'État »,
  99. Le Vif/L'Express, « Le PTB mécontent de la Sûreté de l'Etat »,
  100. Aurélie Decoene et Raoul Hedebouw, « Critiquer la politique d’Israël ? Position antiraciste »,
  101. « Hasquin: Le PTB et son "’antisémitisme camouflé sous le nom d'antisionisme" », sur www.dhnet.be, (consulté le 29 janvier 2020)
  102. « Le PTB "antisémite"? Le parti répond à Hervé Hasquin », sur www.dhnet.be, (consulté le 30 janvier 2020)
  103. « LA LIGUE BELGE CONTRE L’ANTISÉMITISME DÉNONCE LA PRÉSENCE DU RAPPEUR MÉDINE À LA MANIFIESTA DU PTB », sur www.lbca.be (consulté le 29 janvier 2020)
  104. « Que reproche-t-on à Médine ? Ce qui est déformé, ce qui est avéré », sur LCI (consulté le 11 juin 2020)
  105. « La Ligue belge contre l’antisémitisme dénonce la présence du rappeur Médine à la Manifiesta du PTB »,
  106. « La Ligue belge contre l'antisémitisme exige l'annulation d'une conférence à la VUB »,
  107. « Dérapage antisémite à l’ULB (vidéo) », sur Le Soir, e 5 mars 2015
  108. « Un débat de l'"Israëli Apartheid Week" annulé à la VUB », sur rtbf,
  109. Viviane Teitelbaum, Je ne suis pas antisémite, mais...,
  110. Géraldine Kamps, « Michel Collon, en invité respectable », Centre communautaire laïc juif,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2018).
  111. Géraldine Kapms, « Michel Collon ne sera pas le bienvenu au stand de la Fédération Wallonie Bruxelles », Centre communautaire laïc juif,‎ (lire en ligne, consulté le 1er novembre 2018).
  112. « Forest: Marc Loewenstein cible d’actes antisémites », sur La Meuse, (consulté le 29 janvier 2020)
  113. (nl) « Schepen in Vorst dient klacht in wegens antisemitisme », sur www.bruzz.be (consulté le 2 février 2020)
  114. « Inquiétudes juives »,
  115. (nl) « Freilich (N-VA) blijft vinden dat PVDA-jongerenafdeling Comac schuldig is aan antisemitisme », sur knack.be, (consulté le 29 janvier 2020)
  116. (nl-BE) « PVDA dient klacht in tegen N-VA-Kamerlid Michael Freilich wegens laster en eerroof », sur Het Nieuwsblad (consulté le 16 juin 2020)
  117. a et b Michaël Verbauwhede, « La lutte contre l’antisémitisme est inscrite dans l’ADN de la gauche authentique », Solidaire,
  118. a et b (nl) « Politicoloog Delwit onthult ware gelaat extreemlinks: "PVDA danst op twee benen" », sur myprivacy.dpgmedia.be, (consulté le 6 mars 2020)
  119. Pascal Lorent, « Au PTB, il y a un déséquilibre entre le fond et la com Le Soir », Le Soir,‎
  120. Belga pour RTBF, « Le PTB, le plus outillé des partis francophones pour l'utilisation de données »,
  121. « Le PTB est le parti francophone le plus outillé pour l’utilisation des données », sur Le Soir,
  122. L'écho, Simon Souris, « Le PTB, une machine dangereuse? »,
  123. Claude Demelenne, « Le PTB a-t-il eu la peau du président de la FGTB? », sur Site-LeVif-FR, (consulté le 10 juin 2020)
  124. « La hiérarchie de la FGTB est-elle infiltrée par le PTB? », sur www.lalibre.be, (consulté le 12 juin 2020)
  125. a et b (nl) « Voorzitter van socialistische vakbond Vertenueil moet opstappen na overleg met partijvoorzitter MR », sur vrtnws.be, (consulté le 12 juin 2020)
  126. « Débattre d'un pacte social ? "Pas question de compromissions" dit Raoul Hedebouw (PTB) », sur RTBF Info, (consulté le 10 juin 2020)
  127. « Carte blanche: «La radicalisation PTBiste de la FGTB est une voie sans issue» », sur Le Soir Plus, (consulté le 10 juin 2020)
  128. « Thierry Bodson (FGTB): «Nos décisions ne sont pas influencées par le PTB» », sur Le Soir Plus, (consulté le 16 juin 2020)
  129. « Marc Goblet s’énerve: «Non, la FGTB n’est pas noyautée par le PTB!» », sur Édition digitale de Verviers, (consulté le 16 juin 2020)
  130. « Di Rupo: l'infiltration de la FGTB par le PTB est "un énorme problème" pour le PS », sur RTBF Info, (consulté le 12 juin 2020)
  131. « Le PTB infiltre-t-il les rangs de la FGTB? », sur L'Echo, (consulté le 12 juin 2020)
  132. Danielle Welter pour la RTBF, « Arabie saoudite : Raoul Hedebouw (PTB) contre un embargo sur les armes wallonnes »,
  133. Jonathan Piron pour Le Vif/L'Express, « Le PTB, la politique étrangère et les doubles standards »,
  134. Jonathan Piron, « Le PTB, la politique étrangère et les doubles standards », sur Site-LeVif-FR, (consulté le 25 juin 2020)
  135. « Du pétrole issu de l'Etat islamique en Belgique? Le PTB demande un audit », sur RTBF Info, (consulté le 25 juin 2020)
  136. Réactions post-attentats en France et en Belgique : étude comparative des discours de l’exécutif politique, Albin Wagener, Dans Mots. Les langages du politique 2018/1 (no 116)
  137. « "Le PTB préfère innocenté le terrorisme plutôt que de protéger la démocratie" », sur 7sur7 (consulté le 25 juin 2020)
  138. « Contre l'invasion turque en Syrie, pour une solution négociée », sur ptb.be (consulté le 28 août 2020)
  139. Louise Vanderkelen, « Le PTB vise aussi les étudiants »,
  140. Ludovic Jimenez, « Red Fox: quand le PTB se lance dans l’organisation de camps scout »,
  141. « Statuts PTB » (consulté le 10 août 2020)
  142. « RedFox organise une semaine de la diversité à Anvers, Bruxelles et Liège », sur ptb.be (consulté le 30 janvier 2020)
  143. « DiverCity Anvers : Festival SANS Racisme », sur RedFox FR (consulté le 28 août 2020)
  144. « Red Fox: quand le PTB se lance dans l’organisation de camps scout », sur DH Les Sports +, (consulté le 10 août 2020)
  145. « Les jeunes du PTB paradent à Liège: mais qui sont les RedFox? », sur www.lavenir.net (consulté le 28 août 2020)
  146. « Les visages du PTB », sur ptb.be (consulté le 21 juillet 2019)
  147. http://www.ulb.ac.be/soco/cevipol/documentation/Belgique/Nationales/1987.htm
  148. http://www.ulb.ac.be/soco/cevipol/documentation/Belgique/Nationales/2003.htm
  149. « Elections 2010 - Chambre - Résultats des listes Royaume », sur verkiezingen2010.belgium.be.
  150. « Le PTB anversois veut mener une opposition « constructive mais dure » contre De Wever », sur lesoir.be, .
  151. « Une première échevine PTB dans le jardin de De Wever », sur lesoir.be, .
  152. « Trois partis de "la gauche de la gauche" s'unissent sous la bannière PTB-GO! », sur rtbf.be, .
  153. « Les petits partis vont se liguer pour être élus à Bruxelles », La Libre,‎ (lire en ligne, consulté le 14 juillet 2017).
  154. « Les autres “périls” rouges », Moustique.be,‎ (lire en ligne, consulté le 30 octobre 2017).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier