Charles Ier d'Aumale

duc d'Aumale

Charles Ier de Lorraine, duc d'Aumale, gouverneur de Picardie (, château de Mauny - , Binche)[1], est un chef ligueur appartenant à la maison de Guise. Il vécut en exil dans les Pays-Bas méridionaux après l'échec de la Ligue.

Charles Ier de Lorraine
Le Duc d'Aumale (BM 1874,1114.287).jpg
Charles Ier d'Aumale
Titre de noblesse
Duc d'Aumale
-
Prédécesseur
Successeur
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieu inconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Claude de Lorraine
Catherine de Lorraine (d)
Diane de Lorraine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjointe
Marie de Lorraine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Anne de Lorraine
Marie d'Aumale (d)
Marguerite d'Aumale (d)
Henri d'Aumale (d)
Charles d'Aumale (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Distinctions
Armoiries duc d'Aumale.svg
blason

BiographieModifier

Il est fils de Claude II de Lorraine, troisième duc d'Aumale, et de Louise de Brézé, dame d'Anet. Avec son cousin Henri Ier de Lorraine, le Balafré, duc de Guise, il combat le prince de Condé en 1575.

À la mort de son père, en 1573, il devient le quatrième duc d'Aumale et pair de France. Il est fait chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit le par Henri III.

Il hérite de sa mère le domaine et le château d'Anet, qui seront saisis par ses créanciers en 1615.

Il est l'un des chefs de la Sainte-Ligue, gouverneur de Picardie et Grand Veneur de France. Il conduit la révolte en Picardie en 1587, mais tente un rapprochement avec Henri III. L'assassinat de son cousin Henri de Lorraine-Guise, en 1588, met fin à ce rapprochement et les combats reprennent.

Il est battu à Senlis le par les forces d'Henri III et d'Henri de Navarre. Fait prisonnier à la bataille d'Ivry, il refuse de se soumettre et continue la lutte.

Le Parlement de Paris le condamne pour crime de lèse-majesté et saisit ses biens le . Il s'exile au Château d’Aumale à Bruxelles, alors capitale des Pays-Bas espagnols, où il termine sa vie. Son exil dure trente ans. Il est le seul membre de la famille des Guise à avoir obstinément refusé de se soumettre au roi.

S'étant mis au service de l'archiduc Albert d'Autriche, il est doté de charges honorifiques et combat dans l'armée espagnole. Il est blessé à lors de la bataille des Dunes (1600).

Mariage et enfantsModifier

Il épouse à Joinville le sa cousine germaine, Marie de Lorraine d'Elbeuf (1555 † 1605), fille de René II de Lorraine, baron d'Elbeuf, et de Louise de Rieux. Dont :

  1. Charles de Lorraine (1580 † jeune)
  2. Henri de Lorraine († jeune)
  3. Marguerite de Lorraine († jeune)[2]
  4. Anne de Lorraine-Aumale (1600 † 1638), mariée en 1618 avec Henri de Savoie, duc de Nemours, cinquième duc d'Aumale (1572 † 1632) ;
  5. Marie de Lorraine, peut-être fiancée avec Ambroise, marquis de Spinola (mais aucune source historique ne l'atteste[3])

RéférencesModifier

  1. Christophe Levantal, Ducs et pairs et duchés-pairies laïques à l'époque moderne (1519-1790), Paris, Maisonneuve & Larose, , 1218 p. (ISBN 2-7068-1219-2), p. 418-419
  2. « Portrait de Mademoiselle Marguerite d'Aumale, fille du duc Charles d'Aumale », sur Artnet, vente par l'étude piasa à l'hôtel drouot le 16 juin 2004 (consulté le 18 avril 2020)
  3. Les Ligueurs de l'exil, p. 227

SourcesModifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier