Ouvrir le menu principal

Jacques Simonet

politicien belge
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Simonet.

Jacques Simonet
Fonctions
5e Ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale

(4 mois et 25 jours)
Monarque Albert II
Gouvernement Gouvernement Simonet II
Coalition PRL-FDF-MCC / PS / CVP / VLD / SP
Prédécesseur Daniel Ducarme
Successeur Charles Picqué
2e Ministre-président de la Région de Bruxelles-Capitale

(1 an, 3 mois et 3 jours)
Monarque Albert II
Gouvernement Gouvernement Simonet I
Coalition PRL-FDF-MCC / PS / CVP / VLD / SP
Prédécesseur Charles Picqué
Successeur François-Xavier de Donnea
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Watermael-Boitsfort, Région de Bruxelles-Capitale (Belgique)
Date de décès (à 43 ans)
Lieu de décès Anderlecht, Région de Bruxelles-Capitale (Belgique)
Nature du décès Embolie pulmonaire
Nationalité Belge
Parti politique Mouvement réformateur
Père Henri Simonet
Mère Marie-Louise Angenent
Enfants Henri et Eléonore
Diplômé de Université libre de Bruxelles
Profession avocat

Jacques Simonet
Ministres-présidents du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale

Jacques Simonet, né le à Watermael-Boitsfort et mort le à Anderlecht, est un homme politique belge, membre du Mouvement réformateur. Connu pour son éloquence et ses bons mots parfois mordants, il est un des hommes-clé du Parti libéral (PRL puis MR) et semblait promis à un avenir brillant cassé par sa mort inopinée à l'âge de 43 ans[1].

BiographieModifier

Jacques Simonet est le fils d'Henri Simonet (ancien ministre, ancien commissaire européen et ancien bourgmestre PS d'Anderlecht entre 1966 et 1984) et de Marie-Louise Angenent, diplômée de l'École de commerce Solvay et professeur honoraire à la Vrije Universiteit Brussel. Il était marié et père de deux enfants, Henri et Eléonore.

Licencié en droit de l'Université libre de Bruxelles, président de la Fédération des étudiants libéraux, il a été avocat au barreau de Bruxelles à partir de 1986. Il a fait son service militaire en 1986 comme milicien attaché au cabinet de Jean Gol avec Didier Reynders, puis a continué sa carrière dans un cabinet bruxellois d'avocats qu'il abandonne ensuite pour la politique. Ainsi, dès 1987, à 24 ans, il est élu conseiller provincial du Brabant et, l'année suivante, mène la liste libérale à Anderlecht lors des élections communales.

Ministre-président de la région de Bruxelles-Capitale de 1999 à 2000, il abandonne le poste en faveur de François-Xavier de Donnea[2] et exerce dès lors à plein temps son poste de bourgmestre d'Anderlecht. En février 2004, à la suite de la démission par Daniel Ducarme de tous ses postes, il redevient brièvement Ministre-président de la région et est tête de liste du MR aux élections régionales bruxelloises de juin 2004, élections au cours desquelles son parti perd face au Parti socialiste emmené par Charles Picqué.

Il fut bourgmestre d'Anderlecht de 2001 jusqu'à sa mort le 14 juin 2007.

Jacques Simonet est connu pour ses positions tranchées: pendant la campagne électorale de 1999, il est la cible de certains jeunes maghrébins bruxellois qui lui reprochent son attitude intransigeante vis-à-vis des milieux islamistes. Le il donne ordre à la police d'expulser une quarantaine d'étrangers en situation irrégulière de l'église Notre-Dame de l'Immaculée Conception à Anderlecht et l'abbé Jan Claes dépose plainte contre lui pour arrestations arbitraires[3]. En vue des élections communales de 2006, il déclare en décembre 2005 au journaliste Jean-Claude Verset que son parti ne fera pas alliance avec le Vlaams Belang pour se constituer une majorité dans sa commune.

Le 9 septembre 2006, il est hospitalisé pour une embolie pulmonaire. Il reprend rapidement ses activités, et participe à la lutte du MR pour la conquête de la place de premier parti francophone en se présentant à une « place de combat » par choix. Dernier suppléant de la liste MR lors des élections législatives fédérales du 10 juin 2007, il récolte le quatrième score électoral de son parti [4]. Mais, peu après, le 14 juin, il décède, à l'âge de 43 ans, d'un arrêt cardio-respiratoire à la suite d'une embolie pulmonaire massive[5]. Il est enterré le 16 juin 2007 dans le caveau familial, à côté de son père, au cimetière du Vogelzang d'Anderlecht, en présence de sa famille, de nombreuses personnalités politiques et ainsi que du prince Laurent et de la princesse Claire de Belgique.

Parcours politiqueModifier

  • 1985-1986 : Président de la Fédération des étudiants libéraux (FEL)
  • 1987-1989 : Conseiller provincial du Brabant
  • 1989-1992 : Chef du groupe PRL-FDF au conseil communal d'Anderlecht
  • 1989-1995 : Député régional bruxellois (jusqu'en janvier 1995)
  • 1991 : Vice-président de l'assemblée régionale bruxelloise
  • 1991-2004 : Député fédéral (réélu en 1995, 1999, 2003)
  • 2004-2007 : Député régional bruxellois
  • 1999-2000 : Ministre-président de la Région bruxelloise (juin 1999 à octobre 2000)
  • 2001-2007 : Bourgmestre d'Anderlecht (empêché partiellement)
  • 2003-2004 : Secrétaire d'État aux Affaires européennes et aux Affaires étrangères (juillet 2003 à février 2004)
  • 2004 : Ministre-président de la Région bruxelloise (de février à juillet)

DécorationsModifier

Liens externesModifier

NotesModifier

  1. Voir article dans Le Soir, la Libre Belgique et la Dernière Heure
  2. De Donnea vient de perdre, à la suite des élections communales de 2000, le siège de bourgmestre de la ville de Bruxelles, élections par contre gagnées par Simonet qui rejette le PS d'Anderlecht dans l'opposition. À cette occasion, Simonet dira que même une "grande gueule" doit parfois savoir se taire, ce qu'il allait donc faire. En compensation, Simonet devient aussi président des libéraux bruxellois.
  3. «Nous sommes ici pour les déportés» in La Libre Belgique, 07/07/2006
  4. Dernier suppléant de la liste du MR pour le sénat, il récolte 19 845 voix de préférence, quatrième score en nombre de voix de préférence sur la liste MR, juste derrière les trois têtes de liste, dans le top 10 des voix de préférences dans la circonscription de Bruxelles-Hal-Vilvorde, voir cet article
  5. Jacques Simonet est mort dépêche Belga in La Libre Belgique