Pierre Maraval (historien)

historien français

Pierre Maraval, né à Roquecourbe le et mort le à Toulouse, est un historien et universitaire français, éditeur et traducteur, spécialiste du christianisme des premiers siècles et de l'Antiquité tardive[1].

Pierre Maraval
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Directeur
Centre d'analyse et de documentation patristiques (d)
-
André Benoît (d)
Jean-Marc Prieur (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 84 ans)
ToulouseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Pierre Émile Louis MaravalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Distinction

BiographieModifier

Jeunesse et formationModifier

Né dans une famille modeste, Pierre Maraval tient de sa mère, très pieuse, un engagement religieux qui le conduit au petit séminaire[2]. Il entre brièvement dans un monastère dans lequel il exerce la fonction de bibliothécaire[2].

Licencié en théologie catholique en 1964, Pierre Maraval enseigne la patristique au studendat des Rédemptoristes de Dreux de 1967 à 1970. Il est invité en parallèle à l'Académie alphonsienne, à l'Université pontificale du Latran, mais affirme son goût pour les langues anciennes. Il soutient une thèse en 1971 sur la Vie de sainte Macrine de Grégoire de Nysse, dont il établit le texte avant de le traduire et de le commenter, sous la direction de l'helléniste Marguerite Harl[2].

En 1974, Pierre Maraval est agrégé des lettres et docteur d'État en 1983. En 1985, il soutient une nouvelle thèse en histoire intitulée Lieux saints et pèlerinages d'Orient. Histoire et géographie des origines à la conquête arabe[3].

Carrière universitaireModifier

Pierre Maraval est maître-assistant et professeur à l'université Strasbourg II de 1971 à 1998, professeur à l'université Paris-Sorbonne de 1998 à 2004, puis professeur émérite de la même université[4].

Membre de la Société des antiquaires de France, du Comité Français des Études Byzantines et de l’Association pour l’Antiquité Tardive, il est professeur invité dans plusieurs universités européennes et nord américaines et membre du comité éditorial de certains nombres de revues académiques. Il occupe également le poste de directeur du Centre d’analyse et de documentation patristiques entre 1987 et 1995[5].

Travaux de rechercheModifier

Travail d'éditionModifier

Pierre Maraval est connu pour son travail d'édition de textes rares. Citons entre autres le Journal de voyage d’Egérie (fin du ive siècle)[2], une série de onze textes réunis dans Récits des premiers pèlerins chrétiens au Proche-Orient (ive au viie siècle), ainsi que différentes œuvres de Grégoire de Nysse.

DistinctionsModifier

DécorationsModifier

PrixModifier

PublicationsModifier

  • Grégoire de Nysse, Vie de sainte Macrine, édition et traduction, Paris, Cerf, 1971 ("Sources Chrétiennes", no 178).
  • Égérie, Journal de voyage (Itinéraire), édition et traduction, Paris, Cerf, 1982[8] ("Sources Chrétiennes", no 296).
  • Lieux saints et pèlerinages d'Orient. Histoire et géographie des origines à la conquête arabe, Paris, Cerf, 1985; 2004; Cerf/CNRS 2011.
  • La Passion inédite de S. Athénogène de Pédachthoé en Cappadoce, édition et traduction, Bruxelles, Société des Bollandistes, 1990.
  • Grégoire de Nysse, Lettres, édition et traduction, Paris, Cerf, 1990 ("Sources Chrétiennes", no 363).
  • Procope de Césarée, Histoire secrète, traduction annotée, Paris, Les Belles-Lettres, 1990, 2000.
  • Les persécutions des chrétiens pendant les quatre premiers siècles, Paris, Desclée, 1992.
  • Petite vie de Saint-Jérôme, Paris, Desclée, 1998.
  • Récits des premiers pèlerins chrétiens au Proche-Orient, IVe – VIIe siècle, Textes choisis, présentés, traduits et annotés, Paris, Cerf, 1996.
  • Le christianisme de Constantin à la conquête arabe, Paris, PUF, "Nouvelle Clio", 1997[9].
  • L'empereur Justinien, Paris, PUF (collection Que sais-je ?), 1999[10]; CNRS Éditions, 2012.
  • Eusèbe de Césarée, La théologie politique de l’empire chrétien. Louanges de Constantin, traduction annotée, Paris, Cerf, 2001.
  • Socrate de Constantinople. Histoire Ecclésiastique, édition et traduction, 4 volumes, Paris, , Cerf, 2004-2007 ("Sources Chrétiennes", no 477, 493, 505, 506).
  • Le christianisme des origines à Constantin, Paris, PUF, "Nouvelle Clio", 2006[11] (en collaboration avec Simon Claude Mimouni).
  • Agathias, Histoires. Guerres et malheurs du temps sous Justinien, traduction annotée, Paris, Les Belles-Lettres, 2007.
  • Théodose le Grand. Le pouvoir et la foi, Paris, Fayard, 2009[12].
  • Actes et Passions des martyrs chrétiens des premiers siècles, traduction annotée, Paris, Cerf, 2010.
  • Discours et Lettres de Constantin, traduction annotée, Paris, Les Belles-Lettres, 2010.
  • Constantin le Grand, Paris, Éditions Tallandier, 2011, 2014[13].
  • Les fils de Constantin, Paris, CNRS Éditions, 2013[14].
  • Grégoire de Nysse, Éloge de Grégoire le Thaumaturge, Éloge de Basile, édition et traduction, Paris, Cerf, 2014.
  • Justinien. Le rêve d'un empire chrétien universel, Paris, Éditions Tallandier, 2016[15].
  • Alexandre le Grand et les brahmanes (Palladios d'Hélénopolis, La vie des brahmanes suivi de Correspondance d'Alexandre et de Dindime (Anonyme), traduction, Paris, Les Belles-Lettres, 2016.
  • Grégoire de Nysse, Lettre canonique, lettre sur la pythonisse et six homélies pastorales, édition et traduction, Paris, Cerf, coll. « Sources Chrétiennes » no 588, 2017 .

Notes et référencesModifier

  1. « Pierre Maraval », sur babelio.com
  2. a b c et d Philippe-Jean Catinchi, « La mort de l’historien Pierre Maraval », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. « Pierre Maraval, Biographie de la Documentation de Radio France », sur France Inter, (consulté le )
  4. « Pierre Maraval. Biographie », sur franceinter.fr,
  5. « Pierre Maraval », sur cfeb.org
  6. « Pierre Maraval », sur academie-francaise.fr
  7. « Docteurs Honoris Causa », sur uclouvain.be
  8. Charles Delvoye, « Pierre Maraval, "Égérie. Journal de voyage (Itinéraire)" », L'Antiquité classique, vol. 52,‎ , p. 416-417 (lire en ligne)
  9. Véronique Somers, « Pierre Maraval, "Le christianisme, de Constantin à la conquête arabe" », Revue Théologique de Louvain, vol. 30,‎ , p. 540-541 (lire en ligne)
  10. François Hinard, « Maraval (Pierre), "L'Empereur Justinien" », Revue des Études Grecques, vol. 115, no 1,‎ , p. 429 (lire en ligne)
  11. Bernard Pouderon, « Mimouni (Simon Claude) et Maraval (Pierre), "Le Christianisme des origines à Constantin" », Revue des Études Grecques, vol. 120, no 1,‎ , p. 344-346 (lire en ligne)
  12. « Théodose le Grand. Le pouvoir et la foi », sur lhistoire.fr,
  13. Philippe Maxence, « L'oeuvre de Constantin », sur lefigaro.fr,
  14. « Les fils de Constantin », sur franceculture.fr,
  15. « Justinien, le rêve d'un empire chrétien universel », sur lefigaro.fr,

Voir aussiModifier

Liens externesModifier