Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moine (homonymie).
Article général Pour un article plus général, voir Monachisme.
Page d’aide sur l’homonymie « Monacaux » redirige ici. Pour l’article homophone, voir Monaco.

Un moine, ou une moniale (du latin monachus, « homme solitaire »[1] et du grec monakhos, de monos, seul[2]), est un homme ou une femme lié par des vœux de religion et menant, en solitaire ou en communauté, une vie essentiellement spirituelle[2].

Les moines dans le mondeModifier

 
Moines bouddhistes en Thaïlande.

Les moines sont présents dans les traditions religieuses catholique, orthodoxe, jaïne, bouddhiste, shintoïste, taoïste et hindoue. Les traditions protestantes (luthérienne, anglicanne ou autres) après avoir rejeté la vie monastique lors de la Réforme la redécouvrent depuis la seconde moitié du XXe siècle comme dimension essentielle du christianisme.



Les moines dans la religion chrétienneModifier

 
Antoine le Grand, fondateur du monachisme chrétien occidental. Tableau de Francisco de Zurbarán.

Antoine (v.251- v.356) est considéré comme le modèle et le père des moines. Il vit seul, en anachorète ou ermite, dans un désert d'Egypte après avoir entendu les mots de l'évangile: "Si vous voulez être parfait, allez, vendez tout ce que vous avez, donnez le aux pauvres, puis venez et me suivez, et vous aurez un trésor dans le Ciel"[3].

Dans le monde chrétien, suivant l'enseignement des évangiles et de la tradition des Pères de l'Église, moines et moniales sont des hommes ou des femmes qui se mettent à la suite du Christ (la 'sequela Christi') et prononcent des vœux de pauvreté, chasteté et obéissance pour mieux l'imiter. Pour leur vie de prière et de contemplation, la grande majorité des moines et moniales cherchent le soutien d'une communauté religieuse (cénobitisme) et vivent dans un monastère ou un couvent généralement éloigné des villes. Mais il peut aussi vivre seul en ermite (Érémitisme). Les moines gyrovagues - qui erraient de monastère en monastère bien qu'ils ne sont plus autorisés par l'Église catholique existent toujours.


Notes et référencesModifier

  1. « Étymologie du mot moine »
  2. a et b Grand Larousse en 5 volumes, 1988, p.2070
  3. Société de Gens-de-Lettres, Nouveau dictionnaire historique, Caen, chez G. Leroy, seul Imprimeur du Roi, , p. 246

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Gisèle Krauskopff, Adeline Herrou, Moines et moniales de par le monde. La vie monastique au miroir de la parenté, éditions L'Harmattan, (lire en ligne)
  • Adeline Herrou, Une journée dans une vie, une vie dans une journée. Des ascètes et des moines aujourd'hui, Presses Universitaires de France, (lire en ligne)

Articles connexesModifier