Sarrians

commune française du département de Vaucluse

Sarrians
Sarrians
L'hôtel de ville.
Blason de Sarrians
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d’Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Carpentras
Intercommunalité Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin
Maire
Mandat
Anne-Marie Bardet
2020-2026
Code postal 84260
Code commune 84122
Démographie
Gentilé Sarriannais
Population
municipale
6 128 hab. (2019 en augmentation de 4,61 % par rapport à 2013)
Densité 163 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 05′ 03″ nord, 4° 58′ 19″ est
Altitude 36 m
Min. 26 m
Max. 118 m
Superficie 37,49 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Avignon
(banlieue)
Aire d'attraction Sarrians
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Monteux
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sarrians
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sarrians
Géolocalisation sur la carte : Vaucluse
Voir sur la carte topographique de Vaucluse
City locator 14.svg
Sarrians
Géolocalisation sur la carte : Provence-Alpes-Côte d'Azur
Voir sur la carte administrative de Provence-Alpes-Côte d'Azur
City locator 14.svg
Sarrians
Liens
Site web http://www.ville-sarrians.fr/

Sarrians [saʁjɑ̃] est une commune française située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Carte de Sarrians[1]

Située dans le Vaucluse, Sarrians fait partie du canton de Monteux, — le bureau centralisateur étant situé à 5,73 km à vol d'oiseau[2] — la commune fait partie de l'arrondissement de Carpentras, du bassin de vie et de l'aire urbaine d'Avignon, mais de la zone d'emploi de Carpentras. De plus, elle appartient à l'Etablissement Public de Coopération Intercommunale de la CA Ventoux-Comtat-Venaissin (COVE)[I 1].

La commune est dans la plaine, au sud du mont Ventoux, à l'ouest des monts de Vaucluse, à l'est du Rhône et au nord de la Durance, entre Avignon, Carpentras et Orange.

Les communes limitrophes — les distances étant mesurées à vol d'oiseau — sont, au nord : Jonquières (6,75 km), Violès (8,76 km), Vacqueyras (6,19 km) et Beaumes-de-Venise (6,35 km), à l'ouest, Courthézon (7,06 km), à l'est, Aubignan (4,56 km), et au sud, Bédarrides (7,53 km), Monteux (5,73 km) et Loriol-du-Comtat (2,64 km)[2].

Relief et géologieModifier

SuperficieModifier

La superficie de la commune est de 37,49 km2, son altitude varie de 26 à 118 mètres[3].

GéologieModifier

La commune a son territoire situé dans la plaine alluvionnaire du Comtat Venaissin proche du Mont Ventoux et des Dentelles de Montmirail.

À l'ouest de Sarrians, on retrouve le massif d'Uchaux et le massif de la Cèze constitué de Crétacé supérieur. À l'est, la partie occidentale du massif de Suzette constitué de terrains triasiques, jurassiques et crétacés et entouré d'une auréole de formations oligocènes et miocènes au Sud-Ouest, et miocènes au Nord-Ouest. Finalement, au Nord-Est, le massif miocène de Saint-RomanRasteau dominant à l'Ouest et au Nord la vallée de l'Aygues et à l'Est celle de l'Ouvèze[4].

« Geologie-scan » sur Géoportail.

HydrographieModifier

La commune est desservie sur 1 394 hectares par le canal de Carpentras avec un réseau de 22 km sous pression et de 102 km gravitairement[5].

Le territoire de Sarrians est délimité au sud par la rivière la Grande Levade et le ruisseau le Long Vallat — deux noms locaux de la Mède — ainsi que son affluent, le Brégoux que l'on retrouve avec le Seyrel au sud-est de la ville à la frontière de Loriol-du-Comtat. La frontière de Jonquières, à l'ouest de la commune, est quant à elle délimité par la rivière de l'Ouvèze. Finalement, la mayre de Payan traverse l'est de Sarrians[6].

Aucune station hydrométrique n’est présente sur le territoire de Sarrians. En revanche, une chronique des débits est disponible pour l’Ouvèze, à Bedarrides : elle mentionne que le débit moyen mensuel de ce cours d’eau est de 10,50 m³/s et que le débit d’étiage quinquennal est de 4,5 m³/s[7].

ClimatModifier

La commune est située dans la zone d'influence du climat méditerranéen. Son climat est donc soumis à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches (une brève en hiver, une très longue et accentuée en été), deux saisons pluvieuses, en automne (pluies abondantes et brutales) et au printemps[8]. Sa spécificité est son climat méditerranéen qui constitue un atout exceptionnel :

  • le mistral assainit le vignoble, principale culture de ce terroir ;
  • la saisonnalité des pluies est très marquée ;
  • les températures sont très chaudes pendant l'été.

La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et en service de 1973 à 2005 permet de connaître l'évolution des indicateurs météorologiques[9]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records SARRIANS (84) - alt : 36 m 44° 05′ 12″ N, 4° 58′ 12″ E
Statistiques établies sur la période 1981-2005 - Records établis sur la période du 01-01-1973 au 31-12-2005
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,9 1,6 4,5 7 10,8 14,3 16,7 16,4 13,1 9,7 4,9 2,1 8,5
Température moyenne (°C) 5,5 6,7 10,3 12,9 17,3 21,1 23,9 23,5 19,3 15 9,3 6,2 14,3
Température maximale moyenne (°C) 10,2 11,9 16,1 18,7 23,8 27,9 31,1 30,6 25,4 20,2 13,7 10,4 20
Record de froid (°C)
date du record
−14
15.01.85
−10
25.02.05
−11
02.03.05
−2
05.04.96
−0,5
04.05.79
5
04.06.84
9
17.07.00
8
09.08.05
3,5
30.09.74
−2
26.10.03
−7
28.11.05
−12
20.12.01
−14
1985
Record de chaleur (°C)
date du record
22
28.01.02
23,5
23.02.90
28
25.03.94
31
29.04.05
35,5
30.05.01
38
28.06.05
40,5
26.07.83
41
11.08.03
34
03.09.05
30
04.10.85
22
03.11.05
20
18.12.89
41
2003
Précipitations (mm) 45,8 36,2 42 63,6 60,6 39,9 28,5 53,4 101,1 90,4 70 49 680,5
Source : « Fiche 84122002 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


PaysagesModifier

Le territoire de Sarrians fait partie de la plaine Comtadine, séparé de la Vallée du Rhône par d'anciennes terrasses du Rhône.

Il y a environ 20 000 ans, il s'agissait d'un territoire très marécageux, mais il a été drainé dès l’époque gallo-romaine et durant le Moyen Âge, puis irrigué. Aujourd'hui, il est traversé par de nombreux cours d'eau : l’Auzon, la Nesque, l’Ouvèze ou le Calavon au Sud et évidemment la Sorgue qui a été transformé en un réseau de 500 km de cours d'eau.

Les terres sont limoneuses et riches, donc favorables aux cultures maraîchères et aux vergers. De plus, le chemin de fer a permis le fort développement d’un paysage d’agriculture intensive grâce à l'exportation de fruits et légumes.

Sarrians, tout comme le reste de la région, est très marqué par le mistral, on y retrouve donc beaucoup de haies (principalement de cyprès) afin de protéger les cultures. De plus, le vent rend le climat peu humide ce qui sèche rapidement les vignes et favorise certaines cultures[10].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives « Habitats » et « Oiseaux ». Dans les zones de ce réseau, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. Les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l'état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés[11]. Une partie du territoire communal est incluse dans le site Natura 2000[12] : « L'Ouvèze et le Toulourenc », d'une superficie de 1 245 ha sous l'égide du Ministère de l'écologie, de la DREAL Provence-Alpes-Côte d’Azur, et du MNHN (Service du Patrimoine Naturel)[13].

L'Ouvèze est également classé Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[14].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Sarrians est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[15],[I 2],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Avignon, une agglomération inter-régionale regroupant 59 communes[I 3] et 455 711 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[I 4],[I 5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sarrians, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[I 6],[I 7].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (89,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : cultures permanentes (45,3 %), zones agricoles hétérogènes (36,5 %), terres arables (7,9 %), zones urbanisées (5,7 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,9 %), forêts (0,7 %)[17].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[18].

LogementModifier

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 2 840, alors qu'il était de 2 229 en 1999[I 8].

Parmi ces logements, 87,2 % étaient des résidences principales, 3,6 % des résidences secondaires et 9,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 80,5 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 18,7 % des appartements[I 9].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 62,3 %, en légère baisse par rapport à 2008 (64,7 %). La part de logements HLM loués vides est de 7,5 % contre 4,3 % en 2008, soit un nombre de 185 contre 97[I 10].

Sarrians est situé en zone géographique B1, ce qui la rend éligible au dispositif Pinel[19].

Le tableau ci-dessous présente une comparaison de quelques indicateurs chiffrés du logement pour Sarrians[I 8], la région Provence-Alpes-Côte d'Azur[I 11] et la France entière[I 12] en 2018 :

Comparaison régionale et nationale des logements en 2018
Sarrians Provence-Alpes-Côte d'Azur France
Ensemble des logements 2 840 3 099 567 36 220 594
Part des résidences principales (en %) 87,2 74,5 82,1
Part des résidences secondaires (en %) 3,6 17,8 9,7
Part des logements vacants (en %) 9,2 7,6 8,2
Part des maisons individuelles (en %) 80,5 40,0 55,5
Part des appartements (en %) 18,7 59,0 43,4

Planification de l'aménagementModifier

La loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains (SRU) du a incité fortement les communes à se regrouper au sein d'un établissement public, pour déterminer les parties d'aménagement de l'espace au sein d'un schéma de cohérence territoriale (SCoT), un document essentiel d'orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle. La commune a d'abord été dans le territoire du SCoT de l'arc Comtat Ventoux, approuvé le [20], puis une révision a eu lieu afin de créer le SCoT-2, approuvé par le comité syndical le [21]. Aujourd'hui, il regroupe 30 communes, soit 77 400 habitants sur une superficie de 91 600 hectares[22].

En matière de planification, la commune dispose également d'un plan local d'urbanisme (PLU) approuvé le par le Conseil Municipal[23].

Voies de communications et transportsModifier

Voies de communicationsModifier

Le bourg de Sarrians est situé à environ 15 km au sud-est d'Orange et à 8 km au nord-ouest de Carpentras par la route départementale 950. Les routes départementales 21, 31, 52, 55 et 221 passent, elles aussi, sur la commune. L'autoroute la plus proche est l'autoroute A7.

La voie de chemin de fer d'Orange à l'Isle - Fontaine-de-Vaucluse, qui passait par la gare de Sarrians, a été fermée. Elle est aujourd'hui remplacée par la Via venaissia, une véloroute qui débute sur la commune d’Orange, puis descend vers le Sud-Est en passant par les gares désaffectées de : Jonquières, Sarrians, Loriol du Comtat, puis les communes de Carpentras, Pernes-les-Fontaines, Velleron, L'Isle-sur-la-Sorgue et Robion, soit un tracé final de 60 km[24].

TransportsModifier

La commune est traversée par la ligne I du réseau Trans'Cove reliant Sarrians à Carpentras. Cette dernière est notamment utilisée pour le ramassage scolaire. La ville compte trois arrêts de bus, la place Théodore Aubanel, la Paret et la Sainte Croix[25].

La gare la plus proche est celle de Carpentras (terminus de la ligne I) et la gare TGV la plus proche est la gare d'Avignon TGV.

Risques naturels et technologiquesModifier

InondationsModifier

La commune est considérée territoire à risques importants d'inondation (TRI)[26]. D'après la Base de Données Historiques sur les Inondations (BDHI), deux inondations par crue pluviale ont eu lieu en 1994 dans des villes limitrophes comptant en tout plusieurs dizaines de morts ou disparus[27],[28]. On peut également noter l'inondation de Vaison-La-Romaine en 1992 dans laquelle Sarrians fut très fortement touchée.

En conséquence, la ville participe au Programme d'Actions de Prévention des Inondations (PAPI) dit « PAPI Ouvèze provençale » depuis le et jusqu'au et a participé au « PAPI Sud-Ouest Mont Ventoux »[29] qui s'est terminé le 25 juillet 2019. Les PAPI ont pour objectif de promouvoir une gestion intégrée des risques d'inondation afin de réduire leurs conséquences dommageables sur la santé humaine, les biens, les activités économiques et l'environnement. Ils sont portés par des collectivités territoriales, en l'occurrence, le PAPI actuellement en place est porté par le Syndicat Mixte de L'Ouvèze Provençale (SMOP)[30].

Le Plan de Prévention des Risques Naturels (PPRN) est un document destiné à faire connaître les risques et réduire la vulnérabilité des personnes et des biens. Il délimite des zones exposées et définit des conditions d’urbanisme et de gestion des constructions futures et existantes dans les zones à risques. Il définit aussi des mesures de prévention, de protection et de sauvegarde. Le territoire de Sarrians fait partie de l'un d'eux, le Plan de Prévention des Risques d'inondation (PPRi) Sud-Ouest du Mont Ventoux[31],[32].

Mouvements de terrainModifier

La ville de Sarrians a déjà subi plusieurs mouvements de terrain. Selon le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), ils sont au nombre de cinq dont trois érosions de berges le causées par la pluie, puis une quatrième en 2003. On compte un glissement de terrain supplémentaire non daté. Aucun de ces évènements n'a causé de victimes humaines, mais seulement des dommages sur les biens[33].

Cela dit, les mouvements de terrain restent assez rares, la commune n'a donc pas de plan de prévention des risques mouvements de terrain[26].

SéismesModifier

La commune de Sarrians est considérée zone de sismicité 3, soit un risque modéré. Plusieurs tremblements de terre ont été recensés sur le territoire, le plus fort a eu lieu en 1769[34] avec une intensité de 5,99 sur l'échelle de Richter. Mais, le plus récent s'est produit 1909[35], ces évènements sont donc très occasionnels. La ville n'a donc pas mis en place de plan de prévention des risques sismiques[26].

RadonsModifier

Le radon est un gaz radioactif issu de la désintégration de l'uranium et du radium présents naturellement dans le sol et les roches. En se désintégrant, il forme des descendants solides, eux-mêmes radioactifs. Ces descendants, une fois inhalés, peuvent causer des problèmes respiratoires[26]. L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) classe la commune de Sarrians en potentiel radon de catégorie 2. Cette catégorie signifie que la ville est localisée sur des formations géologiques présentant des teneurs en uranium faibles, mais sur lesquelles des facteurs géologiques particuliers peuvent faciliter le transfert du radon vers les bâtiments[36].

Retrait-gonflement des argilesModifier

Lorsque la teneur en eau augmente, le sol devient souple et son volume augmente, on parle alors de « gonflement des argiles ». À l’inverse, un déficit en eau provoquera un assèchement du sol, qui devient dur et cassant, on assiste alors à un phénomène de rétractation ou « retrait des argiles »[37]. À long terme, cet aléa peut fissurer des maisons[38].

La commune est considérée moyennement exposé au retrait-gonflement des sols argileux[26]. Cependant, ce phénomène n'est pas rare puisqu'on retrouve des sables à cailloutis constitués de marnes sableuses à la base du versant mollassique au nord de la ville. Ainsi que des alluvions et des cônes de déjection de cailloutis et de galets dans une matrice argileuse[39].

Sites industrielsModifier

Selon la base de données des anciens sites industriels et activités de services (BASIAS), la commune a accueilli trente-quatre sites industriels dans le passé[40].

Aucun site industriel polluant n'est présent à Sarrians d'après le registre des émissions polluantes de 2019[41].

La ville ne compte aucun sites pollués ou potentiellement pollués (BASOL)[42].

Installations nucléairesModifier

Aucune installation nucléaire n'est présente dans la commune, mais cinq sont recensées dans un rayon de 20 km[43]. Quatre d'entre elles sont situées sur le site nucléaire de Marcoule à Bagnols-sur-Cèze : le réacteur de Phénix, fermé depuis 2010, mais toujours en cours de démantèlement[44], le laboratoire de recherche et développement Atalante, l'usine Melox qui fabrique de combustibles nucléaires et Centraco qui s'occupe du traitement des déchets radioactifs[43]. Enfin, l'irradiateur Poseidon qui entrepose et irradie du Cobalt 60, un composant radioactif[45].

Qualité de l'environnementModifier

Qualité de l'eauModifier

D'après le contrôle de l'Agence Régionale de Santé PACA réalisé en 2019, l'eau de Sarrians est conforme aux réglementations nationales. D'un point de vue bactériologique, sur les 19 prélèvements aucun ne semble indiquer la présence de bactéries pathogènes. La dureté de l'eau est quant à elle de 26,6°F en moyenne. Concernant les teneurs en nitrate, pesticide et fluor, un tableau récapitulatif est présent ci-dessous[46] :

Teneur en Nitrate, Pesticide et Fluor
Nitrate Pesticide Fluor
Nombre de prélèvements 6 4 4
Teneur maximale autorisée 50 mg/L 0,1 μg/L 1,5 mg/L
Valeur maximale atteinte 7,7 mg/L 0,014 µg/L 0,12 mg/L

Qualité des solsModifier

La commune de Sarrians n'est ni considérée sites et sols pollués ou potentiellement pollués (Basol), ni catégorisée « secteur d'information sur les sols (SIS) »[26].

ToponymieModifier

Les noms attestés de la commune, Sarrianis (1016), Sarrianis castri (1023), Sarrianum Villam (1037) et Sarriano (1267) permettent de penser à une racine sar-ser ayant le sens de colline (lou serre en provençal) accolée à une seconde racine ria(is) signifiant rivière[47].

HistoireModifier

AntiquitéModifier

La colonisation romaine a laissé des traces sur le territoire communal. Un bloc épigraphique a été retrouvé à la grange dénommée « Le Clos » où il se trouve encore sur place. Sur le site de la Bertrane ce sont des tombes à mobilier qui ont été exhumées avec des urnes. Tandis que de nombreuses médailles et monnaies antiques ont été retrouvées éparpillées[47].

Moyen ÂgeModifier

Au Xe siècle, Guillaume Ier, comte de Provence, très lié avec dom Mayeul, le 4e abbé de Cluny, désira fonder un monastère bénédictin pour y être enseveli. Il choisit une de ses terres, près de Piécard (Podium Aicardi), dit le Vieux Sarrians, et son vœu fut exaucé après sa mort en 992. Placé sous la protection de la Sainte-Croix[47], ce monastère eut le statut de prieuré dépendant de Saint-Saturnin-du-Port, grand prieuré de Cluny pour toute la basse Provence. Son prieur était seigneur de Sarrians et Piécard avec le titre de baron. Un premier castrum fut édifié en 1023[47]. Cette même année se tint, à Saint-Privat, dont une ferme a conservé le nom un concile des « Trois Provinces » où participèrent archevêques et évêques du Dauphiné, du comté et du marquisat de Provence. Un second concile suivit, toujours à Saint-Privat, lorsqu'en 1037, l'archevêque Raimbaut d'Arles vint consacrer la prioriale Sainte-Croix avec les évêques de Gap, Sisteron, Vaison et Carpentras[48].

Le suzerain du marquisat de Provence (futur Comtat Venaissin) était le comte de Toulouse qui inféoda ce fief à Barral des Baux[47]. Tout au cours de la période qui va suivre, les habitants délaissèrent, petit à petit, Piécard, pour s'établir autour du prieuré. Pourtant, en 1253, le prieur de Saint-Saturnin, rend encore hommage pour Sarrians et Piécard au comte de Toulouse. Il en est de même en 1269, où Bertrand des Baux, fils de Barral, est dit seigneur de Piécard[47].

En 1274, après la croisade contre les Albigeois, le marquisat étant revenu au Saint-Siège, Rostaing de Sainte-Jalle, le prieur de Saint-Saturnin-du-Port, esta contre Bertrand des Baux pour s'approprier sa part de seigneurie. Il y eut arbitrage en 1275[47] et une bulle de Grégoire X confirma que désormais le prieur clunisien restait seul baron de ce fief et que Bertrand était son feudataire[49].

En 1357, l’arrivée de L’Archiprêtre dans la région provoque une vague de constructions de fortifications. Dans un premier temps, Sarrians se limite à la fortification de l’église et de la maison claustrale comme refuges, en 1364[50], travaux financés par la levée d’un impôt du vingtième pour construire une maison forte et restaurer la prioriale. Quelques années plus tard, alors que le Comtat Venaissin était en permanence sous les menaces des Routiers débandés lors des trêves de la guerre de Cent Ans, il fut construit une enceinte garnie de tours et précédée de douves qui fut achevée en 1371[49],[50]. Il en resta la « Tour de la Gache » jusqu'au milieu du XXe siècle[51]. Ce fut cette même année que les derniers habitants délaissèrent Piécard et rejoignirent Sarrians[49].

Les premiers statuts de la commune lui furent octroyés en 1445. Ils accordaient une certaine indépendance puisque, en 1492, les Sarriannais purent édifier leur « Maison Commune » et bâtir une Halle aux grains.

Période moderneModifier

En dépit de ses fortifications, la cité fut assiégée et prise, en 1562, par le baron des Adrets et ses religionnaires[51]. Une grande partie des habitants se réfugièrent à Carpentras[49].

En 1684, François Niccolini, le vice-légat d'Avignon autorisa que Sarrians ait désormais un statut de ville. L’année précédente, il avait déjà octroyé aux consuls le droit de porter le chaperon de velours. Ce changement de statut impliqua une réforme des précédents et les nouveaux furent définis en 1692.

Révolution françaiseModifier

Alors qu'en France se développait la Révolution, le Comtat Venaissin était entré en ébullition. Il y eut des heurts entre les patriotes et les papistes, les premiers étaient partisans du rattachement à la France, les seconds désiraient rester sous le régime pontifical. L'armée des patriotes d'Avignon s'en alla donc assiéger Carpentras où s'étaient concentrés les papistes. Le , alors qu’elle campait à Sarrians, elle apprit que du château de Tourreau, qui se trouvait sur cette commune, allait partir une contre-attaque. Celui-ci fut pris, pillé et incendié[51].

En 1794, la commune changea de nom et décida qu'elle se nommerait désormais Marat[49].

Période contemporaineModifier

Sarrians fut dès 1940 une plaque tournante de la clandestinité et de la résistance (Front national, FTPF, AS), dont les deux principaux responsables, Albin Durand et Marius Bastidon furent tués en . Le , la commune fut le théâtre d'un drame qui marque encore aujourd'hui les consciences des habitants. Les résistants, Albin Durand et Antoine Diouf, furent torturés et assassinés par un commando de collaborationnistes. Un autre résistant, Lucien Faraud fut mortellement blessé le même jour par les Allemands et un habitant, Paul Roux, qui portait secours à un blessé a été tué. Cette date est officiellement commémorée chaque année[52].

La « tour de la Gache », seul vestige des fortifications du XIVe siècle, qui menaçait de s'écrouler dut être démolie[49]. D’autres vestiges des murailles de la ville sont visibles à partir de l’esplanade au dos de l’église. Ils comprennent une tour et des murs englobés dans les maisons.

La commune, riveraine de l'Ouvèze fut l'une des plus touchées et sinistrées lors des catastrophiques inondations du .

Politique et administrationModifier

Découpage territorialModifier

La commune de Sarrians est membre de la Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) dont le siège est à Carpentras. Depuis 2020, Jacqueline Bouyac (DVG) en est la présidente.

Sur le plan administratif, elle est rattachée à la région Provence-Alpes-Côte d'Azur dont le conseil régional, présidé par Renaud Muselier (LR), se situe à Marseille. Elle fait également partie du département de Vaucluse et, de ce fait, dépend du conseil départemental de Vaucluse, présidé par Dominique Santoni (LR), qui siège à Avignon. Finalement, Sarrians se trouve dans l'arrondissement de Carpentras où se trouve la sous-préfecture.

Pour les élections départementales, la commune dépend du canton de Monteux et, pour les élections législatives de la cinquième circonscription de Vaucluse[I 1].

Élections municipales et communautairesModifier

Tête de liste Suffrages Pourcentage CM CC
Anne-Marie Bardet 1 073 50,73 % 22 3
Alexandre Kormanyos 1 042 49,26 % 7 1

Élections de 2020Modifier

Le conseil municipal de Sarrians, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[53], pour un mandat de six ans renouvelable[54]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 29. Les 29 conseillers municipaux sont élus au premier tour avec un taux de participation de 47,45 %, se répartissant en vingt-deux issus de la liste conduite par Mme Anne-Marie Bardet (LR) et sept de la liste conduite par M. Alexandre Kormanyos (LDIV)[55].

Dans les communes de 1 000 habitants et plus, les conseillers sont élus au suffrage direct à la fois pour un mandat de conseiller municipal et pour un mandat de conseiller communautaire[56]. Les 4 sièges attribués à la commune au sein du Conseil de Communauté de la CoVe sont élus dès le premier tour : trois issus de la liste menée par Anne-Marie Bardet et un sur la liste menée par Alexandre Kormanyos[55].

Chronologie des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 mars 1959 Élie Tramier    
mars 1959 mars 1971 Armand Grangier[59]    
mars 1971 mars 1977 Charles Verot    
mars 1977 1980 Guy Bocheron    
1980 mars 2001 André Rey[60] (1934-2017) Apolitique Instituteur, maire honoraire
mars 2001 mars 2008 Henri Martin[61] (1928-2015) DVD Entrepreneur (bois et plants de vigne)
mars 2008 mars 2014 Michel Bayet (1941- ) PS Retraité de l'Éducation nationale
Conseiller général du canton de Carpentras-Nord (1998 → 2011)
Vice-président de la CA Ventoux-Comtat Venaissin [Quand ?]
mars 2014 En cours Anne-Marie Bardet (1949- ) UMP-LR Retraitée agricole
9e vice-présidente de la CA Ventoux-Comtat Venaissin (2014 → 2020)
3e vice-présidente de la CA Ventoux-Comtat Venaissin[62] (2020 → )
Réélue pour le mandat 2020-2026

Tendances politiques et résultatsModifier

Résultats pour la commune des scrutins français.
Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours.
Année Élu Battu Participation
2002[63] 62,63 % Jacques Chirac RPR 37,37 % Jean-Marie Le Pen FN 85,51 %
2007[64] 65,31 % Nicolas Sarkozy UMP 34,69 % Ségolène Royal PS 84,40 %
2012[65] 34,14 % François Hollande PS 65,86 % Nicolas Sarkozy UMP 80,85 %
2017[66] 45,00 % Emmanuel Macron EM 55,00 % Marine Le Pen FN 74,95 %
Élections législatives, résultats des deux meilleurs scores du dernier tour de scrutin.
Année Élu Battu Participation
2002[67] 63,69 % Jean-Michel Ferrand UMP 36,31 % Guy Macary FN 57,13 %
2007[68] 68,35 % Jean-Michel Ferrand UMP 31,65 % Nadine Peris PS 57,41 %
2012[69] 62,88 % Julien Aubert UMP 37,12 % Jean-François Lovisolo PS 57,81 %
2017[70] 59,11 % Julien Aubert UMP 40,89 % Jean Viard EM 37,23 %
Élections régionales, résultats des deux meilleurs scores.
Année Liste 1re Liste 2e Participation
2004[71] 38,94 % Michel Vauzelle PS 35,55 % Guy Macary UMP 67,28 %
2010[72] 35,89 % Jean-Marie Le Pen FN 33,01 % Michel Vauzelle PS 53,38 %
2015[73] 58,35 % Marion Maréchal-Le Pen FN 41,65 % Christian Estrosi LR 62,04 %
2021 44,55 % Renaud Muselier LR 55,45 Thierry Mariani RN 34,38 %
Référendums.
Année Oui (national) Non (national) Participation
1992[74] 33,09 % (51,04 %) 66,91 % (48,96 %) 75,84 %
2000[75] 71,62 % (73,21 %) 28,38 % (26,79 %) 25,79 %
2005[76] 30,85 % (45,33 %) 69,15 % (54,67 %) 69,99 %

Finances communalesModifier

La commune de Sarrians est enregistrée au répertoire des entreprises sous le code SIREN 218 401 222[77]. Son activité est enregistrée sous le code APE 84.11Z, correspondant aux administrations publiques générales[78].

En 2019, le budget communal s'équilibrait à 7 762 000  dont 6 287 000  en section de fonctionnement et 1 475 000  en investissement. La part d'impôts locaux dans les produits de fonctionnement s'établissait à 50,68 %, contre 43,71 % pour la strate de communes équivalente, avec des taux d'imposition fixés à 17,42 % pour la taxe d'habitation (y compris THLV), 23,59 % et 55,81 % pour la taxe foncière sur le bâti et le non-bâti. Par ailleurs l’encours de la dette communale s’établit à 618 /habitant contre 828 /habitant pour la strate[79].

JumelageModifier

Au , Sarrians est jumelée avec :

  Biebertal (Allemagne) depuis le .

Tous les ans, Sarrians et Biebertal s'accueille tour à tour afin de renforcer les liens d'amitié entre les deux communes par le biais d'échanges culturels, sportifs et ludiques[80].

Équipements et services publicsModifier

Eau et déchetsModifier

Prélèvements en eau et usagesModifier

Sarrians est approvisionnée en eau potable par deux stations de pompage souterraine : les forages dit St-Jean et Le Plan, tous deux sur le territoire de la commune. En 2019, ils ont respectivement pompé 122 276 m3 et 192 298 m3 soit un volume total de 314 574 m3 seulement réservé à l'eau potable[81].

Par ailleurs, d'après le rapport de l'ARS réalisé en 2019, les eaux destinées à la consommation humaine sont 100% conformes d'un point de vue bactériologique et respectent toutes les teneurs réglementaires[82]. En 2020, la qualité microbiologique de l'eau au robinet était de 100 %, la qualité physico-chimique de 95 %, et l'indice d'avancement de la protection de la ressource en eau de 80 %[83].

L'eau potable représente 52,3 % de l'usage total contre 47,7 % pour l'irrigation, soit un volume d'eau cumulé de 601 745 m3 en 2019. Sur le territoire sont présents quatorze ouvrages hydrauliques dont deux pour l'eau potable et douze pour l'irrigation[84]. De plus, la ville est desservie sur 1 394 hectares par le canal de Carpentras[5].

Services en production et distribution d'eau potable, assainissement collectif, assainissement non collectifModifier

L'assainissement collectif et la distribution d'eau potable étaient réalisés par la commune jusqu'en 2020, où les missions ont été confiées à la Communauté d'agglomération Comtat-Ventoux (COVE) tandis que l'assainissement non collectif est réalisé par le Syndicat des eaux Rhône-Ventoux[85].

L'assainissement collectif est réalisé à la station d'épuration de Sarrians[86].

Tarif de l'eauModifier

En 2020, le prix de l'eau potable était de 1,35 €/m3 tandis que celui de l'assainissement collectif était de 2,26 €/m3 soit un tarif global de 3,64 €/m3 décomposé en 62,9 % pour l'assainissement collectif et 37,1 % pour l'eau potable.

Concernant l'assainissement individuel, le prix de contrôle était de 198,00  en 2019[87].

Gestion des déchetsModifier

La collecte et le traitement des déchets sont une compétence de la communauté d'agglomération Comtat-Ventoux (COVE) depuis 1998. La collecte des ordures ménagères résiduelles, d'emballages, de papiers et de cartons est effectuée en porte-à-porte dans chaque commune tandis que le verre, le carton et le textile sont collectés en points d'apport volontaire. La collecte de textile est d'ailleurs déléguée au « Relais Provence »[82].

Un réseau de quatre déchèteries accueille les encombrants et autres déchets spécifiques (dont déchets dangereux). La plus proche pour les habitants de la commune de Sarrians est celle d'Aubignan, à égale distance de celle de Courthézon gérée par la Communauté de Communes du Pays Réuni d'Orange[88].

Deux installations d'élimination des déchets ménagers et assimilés sont présentes dans la ville de Loriol-du-Comtat : un service de transit et une plateforme de compostage, exploités par la COVE[82].

EnseignementModifier

La commune possède deux écoles maternelles Maternelle des P'tit Mousses et Les Sablons et deux écoles primaires Paul Cézanne et Marie Mauron[89]. Ensuite les élèves sont dirigés vers le collège Alphonse Silve à Monteux (ayant un dispositif ULIS[90]), puis le lycée Jean-Henri Fabre à Carpentras ou bien sur le lycée Victor Hugo qui se situe lui aussi à Carpentras. Il y a également la possibilité des lycées privés Marie Pila ou Les Chênes toujours Carpentras.

Postes et télécommunicationsModifier

La ville de Sarrians possède un bureau de poste de la société La Poste.

Les sociétés de télécommunications Orange et SFR sont engagées légalement à couvrir en fibre optique les zones moins denses (dites zones AMII, pour appel à manifestation d’intention d’investissement)[91]. Au mois d'août 2021, entre 50 % et 80 % de la commune est éligible à la fibre optique (1 763 locaux raccordables en FttH). Mais, Orange s'est engagé à rendre raccordables 100 % des logements ou locaux à usage professionnel d’ici à 2022[92].

Le département de Vaucluse a d'ailleurs fait du développement numérique un point très important à travers la création d'une délégation de service public dite « Vaucluse Numérique » qui a pour mission de mettre en place le haut et très haut débit sur le territoire[93]. De plus, le département est engagé depuis 2019 dans un Agenda 21 dont les deux premiers objectifs sont : Développer le télétravail et Construire la transition numérique de Vaucluse[94].

Concernant les réseaux de téléphonie mobile, la ville est entièrement couverte en 4G par les quatre opérateurs classiques : Orange, SFR, Free Mobile et Bouygues Télécom[95]. Tandis qu'en juin 2021, la 5G est disponible chez Free et Bouygues Télécom[96],[97].

SantéModifier

Le centre médical Jean Giono, présent depuis au moins 1996, n'a aujourd'hui plus de médecins généralistes[98]. La ville compte tout de même de nombreux professionnels de santé : six infirmières, quatre masseurs-kinésithérapeutes, deux chirurgiens-dentistes, un pédicure-podologue, deux diététiciennes, un ostéopathe, un psychomotricien ainsi que des orthophonistes et des psychologues. Il y a également deux pharmacies, un laboratoire d'analyses médicales[99] et l'EHPAD public Anne de Ponte[100].

Le centre hospitalier de Carpentras, situé à une dizaine de kilomètres, regroupe médecine, gériatrie, maternité, gynécologie... D'autres établissements sont également présents dans le Pôle Santé : la Clinique Synergia Ventoux (chirurgie), un Centre d'Imagerie Médicale (radiologie, scanner, IRM), une annexe du Centre Hospitalier Montfavet Avignon (unité de psychiatrie), un Centre de Soins de Suite et de Réadaptation, et finalement une Association de Traitement de l'Insuffisance Rénale (dialyse et auto-dialyse)[101].

Justice, sécurité, secours et défenseModifier

Les juridictions d'ordre judiciaire de premier degré dont dépend la commune sont localisées à Carpentras (tribunaux d'instance, de grande instance[102], pour enfants), à Avignon (tribunal de commerce) et à Orange (conseil de prud'hommes). Les trois sont également des tribunaux paritaire des baux ruraux. Au second degré, la commune dépend de la cour d'appel de Nîmes[103]. Les juridictions d'ordre administratif dont dépend la commune sont localisées à Nîmes pour le premier degré (tribunal administratif) et à Marseille pour le second degré (cour administrative d'appel)[104].

En matière de sécurité publique, la commune se trouve dans la circonscription de la brigade de proximité de gendarmerie de Beaumes-de-Venise[105].

La caserne Jean-Luc Sagnes compte, en mars 2017, 25 pompiers volontaires[106], tandis que la ville compte quatre policiers municipaux[107].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[108]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[109].

En 2019, la commune comptait 6 128 habitants[Note 3], en augmentation de 4,61 % par rapport à 2013 (Vaucluse : +2,09 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 9431 9012 0822 4972 6252 6552 7302 8763 026
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 0783 1223 0643 0102 7242 4802 5172 4512 660
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5902 5912 6002 3582 3892 4062 7172 8163 002
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 3013 5544 0525 0305 0945 4595 6795 8375 966
2019 - - - - - - - -
6 128--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[110] puis Insee à partir de 2006[111].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 35,4 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (33,6 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 26,3 % la même année, alors qu'il est de 28,4 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 989 hommes pour 3 099 femmes, soit un taux de 50,90 % de femmes, légèrement inférieur au taux départemental (52,03 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[112]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
2,1 
6,6 
75-89 ans
9,8 
17,3 
60-74 ans
16,1 
20,8 
45-59 ans
19,7 
17,4 
30-44 ans
18,8 
16,8 
15-29 ans
15,8 
20,5 
0-14 ans
17,7 
Pyramide des âges du département de Vaucluse en 2018 en pourcentage[113]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,7 
90 ou +
1,8 
7,8 
75-89 ans
10,2 
17,7 
60-74 ans
18,4 
20,5 
45-59 ans
20,3 
17,7 
30-44 ans
17,4 
16,4 
15-29 ans
14,9 
19,2 
0-14 ans
16,8 

Sports et loisirsModifier

La commune met à disposition plusieurs équipements sportifs libres : skate-park, city-park et terrain de basket[114].

Il y a également de nombreuses associations sportives dont la boule cassée[115] et la boule sarriannaise[116] pour la pétanque et le club de la comete sportive pour le football[117]. Le centre de culture et loisirs de la ville accueille également le club ASKR Karaté (karaté, body-karaté et krav-maga)[118] et le club de judo jujitsu « JITA KYOEI »[119],[120]. La maison des sports "Les Dentelles", ouvert en septembre 2019[121],[122], propose différents sports tels que le handball[123], le badminton, le ping-pong en loisir et le yoga Vinyasa (yoga dynamique)[124]. Un club de tennis est également présent dans la commune avec trois terrains en béton caverneux[125]. La pêche est également pratiquée comme loisir par l'Amicale des pêcheurs de Sarrians[126] et de manière plus compétitive pour l'association « Pêche compétition »[127],[128]. Cependant, le lac de la Sainte-Croix est un parcours « capturer - relâcher » jusqu'au 31 décembre 2021 selon un arrêté préfectoral[129].

Enfin, la commune est connue pour son club et sa piste de BMX ayant accueilli, à plusieurs reprises, des compétitions importantes, notamment le championnat d'Europe 2019[130] et prochainement les coupes de France[131] et d'Europe 2021[132]. La piste du BMX Club a également été labellisé « Centre de Préparation aux Jeux » par le Comité d'Organisation des Jeux Olympiques Paris 2024[133]. Sarrians est aujourd'hui une ville incontournable du BMX accueillant sur sa piste les meilleurs joueurs de la planète autant pour les compétitions que pour les entraînements.

CultesModifier

La commune possède un lieu de culte catholique, l'église Saint-Pierre et Saint-Paul (paroisse de Sarrians), rattaché au doyenné de Carpentras et à l'archidiocèse d'Avignon[134].

Concernant les autres religions, la ville de Carpentras regroupe plusieurs mosquées, une synagogue ainsi que l'église protestante Orange-Carpentras.

MédiasModifier

PresseModifier

Les sarriannais sont informés par le journal de presse quotidienne régionale La Provence né de la fusion du Provençal et du Méridional. Et départementalement, le Vaucluse Matin (édition locale du Dauphiné libéré) est disponible dans la ville.

RadioModifier

Plusieurs radios locales sont recevables dans la commune[135] :

  • MIX (89.5 FM) : radio étudiante d'Orange[136] ;
  • FlyFM (89.9 FM) : radio locale indépendante des Sorgues et du Comtat[137] ;
  • RAJE (90.3 FM) : radio créé en 1998 par un groupe d'étudiants à Avignon[138] ;
  • Radio Zinzine (92.7 FM) : radio associative non commerciale autogérée et anarchiste;
  • Comète FM (96.4 FM) : radio associative[139] ;
  • RTV FM (102.2 FM) : « radio de communication sociale et de proximité »[140] ;
  • ZAP FM (104.9 FM) : radio associative[141].

TélévisionModifier

La commune de Sarrians reçoit la chaîne de télévision régionale France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur avec l'antenne France 3 Provence-Alpes.

ÉconomieModifier

IndustrieModifier

Pendant toute la seconde moitié du XXe siècle, la commune accueillait des industries de transformation et de conserves de tomates. L'ensemble de celles-ci sont actuellement fermées[réf. souhaitée].

AgricultureModifier

Au XIXe siècle, les agriculteurs cultivaient garance, céréales, vers à soie et fourrages. Actuellement en plaine, ils se sont spécialisés sur la culture extensive du blé et la production de primeurs (fruits et légumes). La commune de Sarrians appartient à la région agricole du Comtat Venaissin[142], la ville, dans laquelle on retrouve des garrigues viticoles, est d'ailleurs comprise dans la région de la vallée du rhône[143] dont l'AOC est Vacqueyras.

TourismeModifier

Située dans la plaine du Comtat Venaissin, avec sa situation à proximité d'Avignon et de son riche patrimoine, de Carpentras et du mont Ventoux, la commune voit le tourisme occuper directement ou indirectement une place non négligeable de son économie[réf. souhaitée].

Pour loger ses touristes, Sarrians dispose d'un camping municipal classé deux étoiles[144], de chambres d’hôtes ainsi que de locations de vacances[145].

Sarrians reçoit en 2019, le label « Terre de Cyclisme » par la Fédération Française de Cyclisme pour son engagement envers le sport cycliste (Via Venaissia, piste de BMX, etc.)[146].

Revenus de la population et fiscalitéModifier

Les indicateurs de revenus et de fiscalité à Sarrians[I 13] et dans l'ensemble du département de Vaucluse[I 14] en 2018 sont présentés ci-dessous.

Revenus des ménages à Sarrians et en Vaucluse en 2018.
Sarrians Vaucluse
Nombre de ménages fiscaux 2 412 243 565
Nombre de personnes dans les ménages fiscaux 5 856 558 215
Médiane du revenu disponible par unité de consommation (en euros) 20 380 19 880
Part des ménages fiscaux imposés 44 % 44,9 %

EmploiModifier

En 2018, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 3 706 personnes, parmi lesquelles on comptait 75,5 % d'actifs dont 64,0 % ayant un emploi et 11,5 % de chômeurs[I 15].

On comptait 1 779 emplois dans la zone d'emploi, contre 1 915 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 2 410, l'indicateur de concentration d'emploi est de 73,8 %[I 16].

Évolution de l'emploi à Sarrians, dans le Vaucluse et dans la région PACA entre 2013 et 2018.
Sarrians[I 17] Vaucluse[I 18] Région PACA[I 19]
2013 2018 2013 2018 2013 2018
Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre % Nombre %
Agriculture 458 23,3 469 26,3 10 211 4,8 10 311 4,8 33 995 1,8 32 968 1,7
Industrie 176 8,9 138 7,7 21 571 10 20 358 9,5 164 316 8,7 159 197 8,3
Construction 260 13,2 198 11,1 16 963 7,9 15 301 7,1 139 490 7,4 131 465 6,9
Commerce, transports, services divers 621 31,5 643 36,1 97 854 45,6 100 694 46,9 905 297 47,9 929 375 48,4
Administration publique, enseignement, santé, action sociale 455 23,1 335 18,8 68 040 31,7 68 181 31,7 645 969 34,2 665 445 34,7
Ensemble 1 971 100 1 783 100 214 639 100 214 844 100 1 889 068 100 1 918 449 100

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Chapelle Saint Joseph et les 3 rois de Sarrians
 
Église Saint-Pierre-et-Paul

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur à deux clefs d'or passées en sautoir accompagnées en chef d'une tour donjonnée d'or, ouverte du champ, ajourée et maçonnée de sable[152]


AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, 1985, 475 p. (ISBN 2-903044-27-9)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique des communes du département de Vaucluse, Avignon, Seguin Ainé, , 400 p. (lire en ligne)
  • Association des Amis d'Antoine Diouf-Albin Durand (préf. Jean-Marie Guillon), Faits et causes : Sarrians, 1er août 1944, un village dans la tourmente, ADAD éditions, , 295 p. (ISBN 978-2955513309)
  • Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du moyen âge en France, Strasbourg, Editions Publitotal, , 1287 p. (ISBN 978-2-86535-070-4 et 2-86535-070-3), p. 1113

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

RéférencesModifier

Institut National de la statistique et des études économiques :

  1. a et b « Code Officiel Géographique - Commune de Sarrians (84122) », sur insee.fr (consulté le )
  2. « Définition - Commune rurale », sur insee.fr (consulté le ).
  3. « Unité urbaine 2020 d'Avignon », sur insee.fr (consulté le ).
  4. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  5. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Sarrians », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod, « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. a et b LOG T1 - Évolution du nombre de logements par catégorie en historique depuis 1968 (INSEE) | Sarrians
  9. LOG T2 - Catégories et types de logements (INSEE) | Sarrians
  10. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation (INSEE) | Sarrians
  11. LOG T1 - Évolution du nombre de logements par catégorie en historique depuis 1968 (INSEE) | Provence-Alpes-Côte d'Azur
  12. LOG T1 - Évolution du nombre de logements par catégorie en historique depuis 1968 (INSEE) | France entière
  13. REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 (INSEE) | Sarrians
  14. REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 (INSEE) | Vaucluse
  15. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité (INSEE) | Sarrians
  16. EMP T5 - Emploi et activité (INSEE) | Sarrians
  17. EMP T8 - Emplois selon le secteur d'activité (INSEE) | Sarrians
  18. EMP T8 - Emplois selon le secteur d'activité (INSEE) | Vaucluse
  19. EMP T8 - Emplois selon le secteur d'activité (INSEE) | Provence-Alpes-Côte d'Azur
  1. OpenStreetMap, « Carte de Sarrians » (consulté le )
  2. a et b Toutes les distances sont mesurées avec fr.distance.to.
  3. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes 2014.
  4. Bureau de recherches géologiques et minières, « Carte géologique d'Orange à 1/50 000. » [PDF] (consulté le )
  5. a et b « Le territoire desservi - Canal de Carpentras », sur www.canaldecarpentras.com (consulté le )
  6. Sandre, « Sarrians [84122] - Communes administratives », sur www.sandre.eaufrance.fr (consulté le )
  7. Ville de Sarrians, « Plan pluriannuel de gestion et d'entretien des mayres du Reynardin et de la zone industrielle » (consulté le )
  8. La climatologie du Vaucluse
  9. « Fiche du Poste 84122002 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  10. Département de Vaucluse, « La plaine Comtadine » (consulté le )
  11. « Réseau européen Natura 2000 », sur le site du ministère de la Transition écologique et solidaire, (consulté le ).
  12. « Liste des zones Natura 2000 de la commune de Sarrians », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. Inventaire national du patrimoine naturel (INPN), Fiche Ouvèze et Toulourenc de l'INPN, [lire en ligne].
  14. Inventaire national du patrimoine naturel (INPN), Fiche Ouvèze de l'INPN, [lire en ligne].
  15. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  18. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  19. « Loi Pinel Sarrians (84260) - Eligibilité, zone, plafonds & loyers Pinel en 2021 », sur Loi Pinel Infos, (consulté le )
  20. Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin, « Le premier SCoT », sur La CoVe (consulté le )
  21. Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin, « La révision du SCoT », sur La CoVe (consulté le )
  22. Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin, « Le SCoT », sur La CoVe (consulté le )
  23. Ville de Sarrians, « Plan Local d'Urbanisme (PLU) » (consulté le )
  24. Vaucluse, « La Via Venaissia », sur vaucluse.fr (consulté le )
  25. La COVE, « Trans'Cove, Ligne I » [PDF] (consulté le )
  26. a b c d e et f Georisques et BRGM, « Les risques près de chez moi : 84260 Sarrians » (consulté le )
  27. « BDHI - Fiche Synthese », sur bdhi.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  28. « BDHI - Fiche Synthese », sur bdhi.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  29. EPAGE Sud-Ouest Mont Ventoux, « PAPI intention Sud-Ouest Mont Ventoux » [PDF] (consulté le )
  30. Syndicat Mixte de l'Ouvèze Provençale, « PAPI intention Ouvèze provençal » [PDF] (consulté le )
  31. Préfecture de Vaucluse, « PPRi Sud-Ouest du Mont-Ventoux (SOMV) » (consulté le )
  32. Préfécture de Vaucluse, « Dossier Départemental sur les RISQUES MAJEURS dans le Vaucluse » [PDF] (consulté le )
  33. Géorisques et BRGM, « Mouvement de terrain à Sarrians » (consulté le )
  34. « SisFrance - BRGM, EDF, IRSN », sur sisfrance.irsn.fr (consulté le )
  35. « SisFrance - BRGM, EDF, IRSN », sur sisfrance.irsn.fr (consulté le )
  36. Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN), « Connaître le potentiel radon de ma commune » (consulté le )
  37. Géorisques et BRGM, « Le phénomène de retrait-gonflement des sols argileux » (consulté le )
  38. Géorisques et BRGM, « Retrait-gonflement des argiles : Effets & conséquences » (consulté le )
  39. Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), « Cartographie de l'aléa retrait-gonflement des argiles et établissement de propositions de PPR dans le département de Vaucluse » [PDF] (consulté le )
  40. Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), « Base de données des anciens sites industriels et activités de services (BASIAS) » (consulté le )
  41. Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), « Registre des emissions polluantes » (consulté le )
  42. Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), « Base de données des sites et sols pollués ou potentiellement pollués (BASOL) » (consulté le )
  43. a et b Géorisques et BRGM, « Carte des installations nucléaires » (consulté le )
  44. Géorisques et BRGM, « Démantèlement du réaction Phénix » (consulté le )
  45. Autorié de sûreté nucléaire (ASN), « Installation d'irradation Poseidon » (consulté le )
  46. Agence Régionale de Santé PACA, « Contrôle sanitaire des eaux destinées à la consommation humaine » [PDF] (consulté le )
  47. a b c d e f et g Robert Bailly, op. cit., p. 394.
  48. Robert Bailly, op. cit., p. 396.
  49. a b c d e et f Robert Bailly, op. cit., p. 395.
  50. a et b Germain Butaud, « Villages et villageois du Comtat Venaissin en temps de guerre (milieu XIVe-début XVe siècle) », in Christian Desplat, Les villageois face à la guerre : XIVe – XVIIIe siècle, Actes des XXIIe Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, 8, 9, 10 septembre 2000, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2002, (ISBN 2-85816-603-X), p. 55-56.
  51. a b et c Jules Courtet, op. cit., p. 298.
  52. Association des Amis d'Antoine Diouf - Albin Durand, Faits et Causes, Sarrians 1er août 1944, Un village dans la tourmente, ADAD éditions, , 295 p..
  53. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  54. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le ).
  55. a et b Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections municipales 2020 à Sarrians » (consulté le )
  56. « Conseillers communautaires : les règles de l'élection », sur https://www.vie-publique.fr/ (consulté le ).
  57. Fiche généalogique Marius Félicien FRESCHET, sur Geneanet
  58. La fiche biographique de GIRARD Émile, Marius sur le Maitron en ligne
  59. Gisèle Fanteria, « Un jardin dédié aux enfants en souvenir d'Armand Grangier », La Provence,‎ (lire en ligne)
  60. [PDF] Décès de M. André Rey, La Vie Sarriannaise, p.6, décembre 2017.
  61. « Henri Martin, l’ancien maire de Sarrians est décédé », Le Dauphiné,‎ (lire en ligne).
  62. [1]
  63. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2002 » (consulté le )
  64. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2007 » (consulté le )
  65. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2012 » (consulté le )
  66. Ministère de l'Intérieur, « Résultats de l'élection présidentielle 2017 » (consulté le )
  67. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2002 » (consulté le )
  68. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2007 » (consulté le )
  69. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2012 » (consulté le )
  70. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections législatives 2017 » (consulté le )
  71. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2004 » (consulté le )
  72. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2010 » (consulté le )
  73. Ministère de l'Intérieur, « Résultats des élections régionales 2015 » (consulté le )
  74. Ministère de l'Intérieur, « Référendum du 20 septembre 1992 » (consulté le )
  75. Politiquemania, « Référendum du 24 septembre 2000 » (consulté le )
  76. Ministère de l'Intérieur, « Référendum du 29 mai 2005 » (consulté le )
  77. « Commune de Sarrians », sur www.infogreffe.fr (consulté le )
  78. « Commune de Sarrians », sur www.societe.com (consulté le )
  79. « Les comptes de la commune », sur www.impots.gouv.fr (consulté le )
  80. Ville de Sarrians, « Jumelage », sur www.ville-sarrians.fr (consulté le )
  81. « Données sur les prélèvements en eau. », sur bnpe.eaufrance.fr (consulté le )
  82. a b et c « SINOE® - Communauté d'Agglomération Ventoux-Comtat-Venaissin », sur www.sinoe.org (consulté le )
  83. « Indicateurs pour la commune de Sarrians (84) », sur Observatoire des services publics de l'eau et de l'assainissement : prix de l'eau et performance des services (consulté le )
  84. « Données sur les prélèvements en eau : Sarrians », sur bnpe.eaufrance.fr (consulté le )
  85. « Commune - Sarrians (84) », sur Observatoire des services publics de l'eau et de l'assainissement : prix de l'eau et performance des services (consulté le )
  86. « Service - Communauté d'agglomeration Ventoux Comtat venaissin (COVE) / assainissement collectif : SARRIANS », sur Observatoire des services publics de l'eau et de l'assainissement : prix de l'eau et performance des services (consulté le )
  87. « Tarifs pour la commune de Sarrians », sur Observatoire des services publics de l'eau et de l'assainissement : prix de l'eau et performance des services (consulté le )
  88. « SINOE® - Déchèterie de Courthézon », sur www.sinoe.org (consulté le )
  89. « Annuaire des établissements scolaires. », sur Ministère de l'Education Nationale de la Jeunesse et des Sports (consulté le )
  90. Collège Alphonse Silve, « Dispositif ULIS » (consulté le )
  91. « Les engagements de couverture fibre d’Orange et de SFR en zones AMII », sur Arcep (consulté le )
  92. Arcep, « Carte de la couverture FTTH » (consulté le )
  93. « Le projet », sur vaucluse-numerique.fr (consulté le )
  94. Vaucluse, « L'Agenda 21 du Département de Vaucluse » (consulté le )
  95. Arcep, « Couverture du département en 4G » [PDF]
  96. Arcep, « Liste des sites 5G » (consulté le )
  97. Arcep, « Cartes des réseaux 5G » (consulté le )
  98. « Société Centre médical Jean Giono », sur www.société.com (consulté le )
  99. Ville de Sarrians, « Présentation de la commune » (consulté le )
  100. CNSA, « EHPAD Anne de Ponte »
  101. Centre hospitalier de Carpentras, « Le Pôle Santé » (consulté le )
  102. Ministère de la justice, « Les tribunaux de Carpentras. » (consulté le )
  103. Ministère de la justice, « Liste des juridictions compétentes pour Sarrians. » (consulté le )
  104. Conseil d'état, « La carte des juridictions administratives » (consulté le )
  105. Ministère de l'Intérieur, « Compétence territoriale gendarmerie et police nationales » (consulté le )
  106. Ville de Sarrians, « Sapeur-pompiers volontaires »
  107. Ville de Sarrians, « Police Municipale : le service. » (consulté le )
  108. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  109. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  110. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  111. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  112. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Sarrians (84122) », (consulté le ).
  113. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de Vaucluse (84) », (consulté le ).
  114. Ville de Sarrians, « Équiments sportifs à Sarrians », sur Sarrians (consulté le )
  115. « La boule cassée sarriannaise », sur www.societe.com (consulté le )
  116. « La boule sarriannaise », sur www.societe.com (consulté le )
  117. « Club de la Comète S. Sarrians », sur www.fff.fr (consulté le )
  118. « La Vie Sarriannaise no 12 », sur calameo.com (consulté le )
  119. Fédération Française de Judo, « JC JITA KYOEI SARRIANS - JUDO JUJITSU » (consulté le )
  120. « JUDO CLUB JITA KYOEI SARRIANS », sur www.societe.com (consulté le )
  121. « Sarrians. Inauguration de la Maison des sports “Les Dentelles” », sur www.ledauphine.com (consulté le )
  122. Département de Vaucluse, « Inauguration de la Maison des sports « Les Dentelles » à Sarrians » (consulté le )
  123. « La Vie Sarriannaise no 22 », sur calameo.com (consulté le )
  124. « La Vie Sarriannaise no 23 », sur calameo.com (consulté le )
  125. Ten'Up, Fédération Française de Tennis, « Tennis Club de Sarrians » (consulté le )
  126. « Amicale des pêcheurs de Sarrians », sur www.societe.com (consulté le )
  127. « Pêche compétition », sur www.societe.com (consulté le )
  128. « Sarrians : la Pêche compétition innove pour cette nouvelle saison », sur www.ledauphine.com (consulté le )
  129. Préfet de Vaucluse, « Arrêté prefectoral du 08 septembre 2017 » [PDF]
  130. Fédération Française de Cyclisme, « Coupe d'Europe : 7e et 8e manches - Sarrians », (consulté le )
  131. Fédération Française de Cyclisme, « La Coupe de France de BMX est de retour ! », (consulté le )
  132. Fédération Française de Cyclisme, « Rendez-vous les 19 et 20 juin à Sarrians, pour la Coupe d'Europe BMX », (consulté le )
  133. Fédération Française de Cyclisme, « Sarrians, "Centre de Préparation aux Jeux" pour le BMX », (consulté le )
  134. « Les paroisses du diocèse d'Avignon. », sur Diocèse d'Avignon (consulté le )
  135. « Frequence Radio Sarrians | Annuaire Sarrians Direct | Ecouter la radio », sur Frequence Radio (consulté le )
  136. « Structure & Fonctionnement - MIX la radio étudiante - 89.5 FM », sur www.radio-mix.com (consulté le )
  137. « Recevoir FlyFM », sur FlyFM 89.9 FM (consulté le )
  138. « Qui sommes-nous ? », sur RAJE (consulté le )
  139. « Accueil - Comète FM », sur cometefm.com (consulté le )
  140. « Radio RTV FM - Radio de communication sociale de proximité », sur RTV FM (consulté le )
  141. « CSA - ZAP FM », sur www.csa.fr (consulté le )
  142. Ministère de l'agriculture, « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles(PRA) », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  143. Géoportail, « Délimitation Parcellaire des AOC Viticoles de l'INAO » (consulté le )
  144. « CAMPING MUNICIPAL DE SAINTE CROIX ** à Sarrians Vaucluse », sur CampingFrance.com (consulté le )
  145. « Chambres d'hôtes à Sarrians », sur Chambres-hotes.fr (consulté le )
  146. Fédération Française de Cyclisme, « Labels territoriaux » (consulté le )
  147. « Tour et remparts attenant », notice no PA00082159, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  148. « Eglise paroissiale Saint-Pierre et Saint-Paul », notice no PA00082158, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  149. Château de Tourreausur Monumentum
  150. « Château de Tourreau », notice no PA00082157, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  151. a et b (fr) sportifs de Sarrians
  152. Ventoux - Comtat Venaissin (Sud) : Sarrians, Vexillologie Provençale, sur le site personnel de Dominique Cureau