Melox

usine qui fabrique des assemblages de combustibles à base de plutonium

Melox
Cadre
Type
Pays
Coordonnées
Organisation
Organisation mère
Areva (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Melox est une entreprise filiale d'Orano Cycle et une usine qui fabrique des assemblages de combustibles à base de plutonium - le combustible MOX - utilisés dans les réacteurs à eau sous pression (REP) et à eau bouillante (REB) pour des clients français et étrangers.

L'usine Melox est située dans le Gard, sur environ 11 ha en limite du site nucléaire de Marcoule. À partir d'oxyde de plutonium et oxyde d’uranium, l'usine a produit, entre 1995 et 2013, 2120 tonnes de ce combustible nucléaire, utilisé dans certains réacteurs français et étrangers. Il s'agit du principal débouché pour le retraitement du plutonium issu des combustibles usés.

Actuellement 1 200 personnes participent à l'activité de l'usine et 800 sont directement employées par l'entreprise Melox. L'usine a réalisé en 2013 une production de 124 tonnes. Fin 2013, Melox est devenu un établissement Areva NC.

Melox est aujourd’hui un établissement d’Orano, qui rassemble toutes les activités du cycle du combustible nucléaire.

Procédé de fabricationModifier

La fabrication du Mox produit à l'usine Melox est basée sur le procédé conçu dans les années 1970 à la FBFC de Dessel en Belgique et au centre de Cadarache en France. Les matières nucléaires utilisées sont l'oxyde de plutonium provenant de l'usine de la Hague et l'oxyde d'uranium en poudre.

HistoriqueModifier

Atelier de technologie du plutoniumModifier

L'usine Melox a succédé à l'atelier de technologie du plutonium (ATPu) du centre de Cadarache, datant du début des années 1960 et qui a été fermée en juillet 2003 parce qu'elle n'était plus en conformité avec les nouvelles normes antisismiques[1]. La fermeture de l'atelier ATPu avait été réclamé dès 1995 par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) en raison de risques sismiques dans la région de Cadarache.

Conception et constructionModifier

L'usine Melox a été conçue à partir de 1985 par EDF, Framatome et la Cogema. En 1990 est délivré à Areva le décret d’autorisation de création de l’installation nucléaire de base n° 151 MELOX. Les travaux de construction ont alors débuté. En 1995 sont mis en service les ateliers de production de MOX destinés aux réacteurs d’EDF. En 1999, Melox a commencé la fabrication de combustibles MOX pour des clients japonais[2].

Le 16 août 2004, un convoi de plutonium est parti de l'usine de retraitement de La Hague (Manche) pour arriver le lendemain à l'usine Melox, a "alerté" l'association écologiste Greenpeace[3].

En juin 2006, Melox obtient la certification OHSAS 18001 qui permet ainsi d’avoir une triple certification avec ISO 9001 et ISO 14001.

En 2011, après plus de 15 ans de fabrication, Melox certifie son millionième crayon.

Début 2014, Melox s’est vu décerner le prix JIPM (Japan Institute of Plant Maintenance), qui récompense les entreprises engagées dans une démarche Total Productive Management.

Plutonium américainModifier

En septembre 2004, 140 kilos de plutonium provenant de missiles nucléaires américains ont été livrés par bateau à Cherbourg, puis transportés à Cadarache, avant d'être envoyés en janvier 2005 à l'usine Melox pour fabriquer quatre assemblages de combustible MOX. Un convoi en provenance de Marcoule est arrivé à la Hague le 15 mars par la route pour être reconditionné en vue d'un transport maritime. Le 23 mars, les assemblages ont été chargés sur le "Pacific Pintail", à quai dans le port de Cherbourg[4]. Les assemblages ont ensuite été livrés à l'opérateur Duke power qui exploite la centrale nucléaire de Catawba (Caroline du Sud). L'opération s'inscrit dans le programme mis en place par les États-Unis et la Russie pour transformer des stocks de plutonium d'origine militaire en les utilisant comme combustibles civils dans les centrales nucléaires[5].

Plutonium anglaisModifier

Le 21 mai 2008, quelques centaines de kilos de plutonium anglais ont été livrés à l'usine de la Hague, où il a été reconditionné pendant 2 mois avant d'être acheminé à l'usine Mélox. L'opération a été décidée en raison des nombreux problèmes de production de MOX de l'usine de Sellafield, au nord-ouest de l'Angleterre[6].

Fin 2013, 43 réacteurs dans le monde avaient déjà utilisé du MOX : 38 en Europe (22 en France, 10 en Allemagne, 3 en Suisse, 1 aux Pays-Bas et 2 en Belgique), un aux États-Unis et 4 au Japon.

Accident de FukushimaModifier

Le 11 mars 2011 débute l'accident nucléaire de Fukushima, où le réacteur n° 3 fonctionne au MOX fourni par Areva. Deux jours plus tard, l'entreprise Melox a indiqué que "le combustible MOX utilisé dans la centrale nucléaire de Fukushima n'a pas "d'incidence particulière" sur la situation de la centrale[7]".

En septembre 2011, après la fermeture de l'usine de Mox de Dessel en Belgique, et la décision des autorités britanniques de fermer l'usine de Sellafield (nord-ouest) en raison de l'impact de la catastrophe nucléaire de Fukushima sur les ventes de combustible Mox, l'usine Melox est la seule au monde à produire du Mox de manière industrielle[8]

Projet de reconversion de la filière MOX avortéModifier

En décembre 2011, l'accord entre le Parti Socialiste français et les Verts pour les élections présidentielles de 2012 prévoit une reconversion à emploi constant de la filière du retraitement et de fabrication du MOX. Mais le "plan de reconversion" de la filière MOX devait être mis en place progressivement, sur le long terme, et pas avant 2017[9].

Suspension de l'extension de l'usineModifier

Le 13 décembre 2011, Areva annonce que l'extension de Melox est suspendue et ne consiste pas un investissement prioritaire. Selon le directeur Pascal Aubret, l'usine emploie environ 900 personnes et a produit 145 tonnes de Mox en 2011 et 130 en 2010[10]. Du 20 au 22 décembre 2011, les salariés de Melox ont fait grève pour protester contre le gel des embauches et des salaires décidés par Areva[11].

En juin 2013, AREVA a livré à son client japonais KANSAI des assemblages MOX fabriqués à MELOX en 2010[12].

En octobre 2013, MELOX a fabriqué ses premiers assemblages pour la centrale de Borssele, aux Pays-Bas[13].

En 2014, les Pays-Bas sont devenus le 7e pays utilisateur de MOX, avec le changement du combustible MOX dans le réacteur de Borssele[14].

En juillet 2017, un nouveau contrat est conclu avec la compagnie japonaise Nuclear Fuel Industries pour la fabrication de 32 assemblages de MOX fabriqués par Melox, destinés aux réacteurs de la centrale Takahama exploitée par Kansaï Electric[15].

En septembre 2017, deux navires partis de Cherbourg, chargés de 16 assemblages de combustible MOX produits à Melox, arrivent au Japon, destinés aux réacteurs de la centrale de Takahama, correspondant à un contrat antérieur[16].

Melox, modèle pour un projet chinoisModifier

En janvier 2018, New AREVA et China National Nuclear Corporation (CNNC) signent un protocole d’accord commercial pour le développement d’une usine chinoise de traitement et de recyclage de combustibles usés, d’une capacité de 800 tonnes et conçue sur le modèle des usines de La Hague et Melox[17]'[18]

2018 : Melox devient un site OranoModifier

Depuis le 23 janvier 2018, l’usine de Melox est exploitée par Orano. Elle compte 725 salariés[19]. L’objectif de production de l’usine pour 2018 est de 130 tonnes de MOX, destinés à des réacteurs français et étrangers, en particulier au Japon[20]. L’usine de Melox est un site de référence pour des projets d’unités de recyclage au Japon, en Chine et au Royaume-Uni[21]. Le site est en train de se doter d’un nouveau poste de commandement de crise[22], qui représente un investissement de 10 millions d’euros, et entrera en service en 2018[21].

RéférencesModifier

  1. Des écologistes sont hostiles à la construction à Cadarache du réacteur ITER, Le Monde du 5 décembre 2003
  2. MELOX : dates-clés - AREVA
  3. Arrivée à Marcoule d'un transport de plutonium, AFP du 17 août 2004
  4. Le combustible MOX doit quitter Cherbourg vers 4H00 (Cogema) - AFP du 23 mars 2005
  5. Un convoi de MOX américain a quitté La Hague (Cogema), AFP - 22 mars 2005
  6. Le plutonium anglais débarqué à Cherbourg, Ouest-France du 22 mai 2008
  7. Areva juge "sans incidences" le combustible MOX de la centrale de Fukushima , Le Point du 14 mars 2011
  8. Fermeture de Sellafield: la France restera seule à produire du Mox, AFP du 03 août 2011
  9. Nucléaire : le PS et EELV trouvent un compromis sur la filière MOX, Le Monde du 17 novembre 2011
  10. L’extension de Melox est suspendue, Midi Libre du 14 décembre 2011
  11. Marcoule -- Les salariés de Melox reprennent le travail, Raje du 22 décembre 2011
  12. Article Le Monde, 27 juin 2013, "Retour au Japon d'une cargaison de MOX"
  13. Article Capital.fr, 4-11-2013, "Areva démarre la production de combustible MOX pour les Pays-Bas"
  14. Article Euro Energie, 1er juillet 2014, "Première production d’électricité à partir de combustible MOX aux Pays-Bas"
  15. Marcoule: Nouvelle commande japonaise pour Areva Melox, Source: Objectif Gard, 2 août 2017
  16. Marcoule: Le MOX fabriqué à Melox arrivé au Japon, Source: Objectif Gard, 23 septembre 2017
  17. New Areva et CNNC saluent les progres significatifs des negociations du contrat(...), Source: Capital, novembre 2017
  18. Marcoule: Areva Melox à l'heure chinoise, Source: Objectif Gard, 1er novembre 2017
  19. Jean-Philippe Madelaine Areva Melox - Source La Lettre M
  20. Jean-Philippe Madelaine directeur d'Orano Melox - Source Objectif Gard 24 janvier 2018
  21. a et b Perspectives pour les établissements Melox et MArcoule en 2018 - Source site Orano, 17 janvier 2019
  22. Portrait Valérie Lecuir - Source SFEN, 31 octobre 2017

Liens externesModifier