Ouvrir le menu principal

Sadillac

commune française du département de la Dordogne

Sadillac
Sadillac
Le village de Sadillac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Sud-Bergeracois
Intercommunalité Communauté de communes des Portes sud Périgord
Maire
Mandat
Yves Bordes
2014-2020
Code postal 24500
Code commune 24359
Démographie
Gentilé Sadillacois
Population
municipale
118 hab. (2016 en augmentation de 8,26 % par rapport à 2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 44′ 05″ nord, 0° 29′ 02″ est
Altitude Min. 104 m
Max. 193 m
Superficie 5,63 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Sadillac

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Sadillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sadillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sadillac

Sadillac est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Sommaire

GéographieModifier

GénéralitésModifier

Dans le quart sud-ouest du département de la Dordogne, en Bergeracois, la commune de Sadillac est rattachée à l'aire urbaine de Bergerac[1] et s'étend sur 5,63 km2. Elle est bordée au sud sur plus de 1 500 mètres par le ruisseau du Réveillou et est arrosée par son affluent le ruisseau de Bonnefin.

L'altitude minimale avec 104 mètres se trouve localisée à l'extrême sud-ouest, là où le ruisseau de Bonnefin quitte la commune et sert de limite entre celles de Razac-d'Eymet et de Singleyrac. L'altitude maximale avec 193 mètres est située à l'est, en limite de la commune de Saint-Perdoux[2]. Au niveau géologique, le sol se compose de calcaires et de molasses oligocènes[3].

Desservi par la route départementale 107, le petit bourg de Sadillac est établi en rive droite du ruisseau de Bonnefin. En distances orthodromiques, il est situé dix kilomètres au nord-est d'Eymet et treize kilomètres au sud de Bergerac, la sous-préfecture.

En provenance de la commune de Ribagnac, un tronçon commun aux sentiers de grande randonnée GR 636 et GR 654 est traverse le territoire communal à l'est, sur environ 1,7 km, et continue vers la commune de Saint-Capraise-d'Eymet.

Communes limitrophesModifier

 
Carte de Sadillac et des communes avoisinantes.

Sadillac est limitrophe de six autres communes, dont Bouniagues au nord-est par un simple quadripoint au lieu-dit les Trois Tables.

UrbanismeModifier

Villages, hameaux et lieux-ditsModifier

Outre le bourg de Sadillac proprement dit, le territoire se compose d'autres villages ou hameaux, ainsi que de lieux-dits[4] :

  • Citole
  • les Combettes
  • la Coutaude
  • le Cros
  • la Forêt
  • le Grand Caillou
  • la Grande Borie
  • les Justices
  • les Martineaux
  • Mouchechat
  • le Moulin à Vent
  • le Moulin de Citole
  • le Moulin de Sadillac
  • le Muscat
  • les Naudoux
  • le Nizeaud
  • Pécachard
  • le Petit Caillou
  • le Picaud
  • Trémolat
  • la Verdure

ToponymieModifier

La première mention écrite connue du lieu date de l'an 1363 sous la forme Sadelhac[5]. Le nom a ensuite changé d'orthographe, passant à Sedalhacum, puis Sedilhac au XVIe siècle, pour devenir Cherchiliac en 1648 et Sadillac au XIXe siècle[6]. Le nom de Sadillac vient d'un nom de personnage gallo-roman ou latin Satellius suivi du suffixe -acum, indiquant le « domaine de Satellius »[5],[7]. Le nom pourrait également provenir d'un sanctuaire cité sous le nom latin de Sanctae dei genitris Mariae de Sadalago[8].

En occitan, le nom s'orthographie Sadilhac[9], qui se prononce Chadilia.

HistoireModifier

Le territoire communal a fait l'objet d'une occupation dès l'époque gallo-romaine[5].

Au XIe siècle, l'abbaye de Moissac installe un prieuré bénédictin sur le site[5], signalé en 1365 comme appartenant à la châtellenie de Bergerac[10].

En mai 1569, les protestants détruisent en grande partie son église reconstruite ensuite[11].

Créée à la Révolution, la commune s'est d'abord appelée Sadillac et Gleyrac[12], avant de se séparer de Gleyrac qui devient Singleyrac[13].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifsModifier

Dès 1790, la commune de Sadillac a été rattachée au canton de Ribagnac qui dépendait du district de Bergerac jusqu'en 1795, date de suppression des districts. Lorsque ce canton est supprimé par la loi du 8 pluviôse an IX () portant sur la « réduction du nombre de justices de paix », la commune est rattachée au canton d'Eymet dépendant de l'arrondissement de Bergerac[12].

Dans le cadre de la réforme de 2014 définie par le décret du 21 février 2014, ce canton disparaît aux élections départementales de mars 2015[14]. La commune est alors rattachée au canton du Sud-Bergeracois dont le bureau centralisateur reste fixé à Eymet.

IntercommunalitéModifier

Fin 2001, Sadillac intègre dès sa création la communauté de communes Val et Coteaux d'Eymet. Celle-ci est dissoute au 31 décembre 2013 et remplacée au 1er janvier 2014 par la communauté de communes des Portes Sud Périgord.

Administration municipaleModifier

La population de la commune étant comprise entre 100 et 499 habitants au recensement de 2011, onze conseillers municipaux ont été élus en 2014[15],[16].

Liste des mairesModifier

 
La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1935 1959 Henri Froustier SE  
1959 1977 Arnaud Coste DVD  
1977 1983 Jean-Pierre Escaudemaison PCF  
1983 2001 Christian Gaillard Les Verts  
mars 2001[17] (réélu en mars 2014) En cours Yves Bordes SE Retraité agricole

JuridictionsModifier

Dans les domaines judiciaire et administratif, Sadillac relève[18] :

DémographieModifier

Les habitants de Sadillac se nomment les Sadillacois[19].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[21].

En 2016, la commune comptait 118 habitants[Note 1], en augmentation de 8,26 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
450205214248230232236225212
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
213203199197214230189160156
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
159153151137123133117137121
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
13513810210011392104109118
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

RemarqueModifier

La chute brutale de population entre les recensements de 1793 et 1800 (- 54 %) est due à la séparation de Singleyrac qui devient une commune indépendante.

ÉconomieModifier

EmploiModifier

En 2015[23], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent quarante-six personnes, soit 40,0 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (quatre) a augmenté par rapport à 2010 (deux) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 8,5 %.

ÉtablissementsModifier

Au , la commune compte treize établissements[24], dont cinq au niveau des commerces, transports ou services, cinq dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale, et un dans l'industrie[25].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

Le romancier britannique William Boyd y possède une maison[30].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Aire urbaine de Bergerac (109), Insee, consulté le 25 avril 2019.
  2. « 193 » sur Géoportail (consulté le 25 avril 2019)..
  3. Patrick Ranoux, préface de René Pijassou, Atlas de la Dordogne-Périgord, Ouvrage publié à compte d'auteur, Speed impression, 1996, (ISBN 978-2-9501476-1-5), p. 19.
  4. « Sadillac » sur Géoportail (consulté le 25 avril 2019).
  5. a b c et d Chantal Tanet et Tristan Hordé, Dictionnaire des noms de lieux du Périgord, Éditions Fanlac, 2000, (ISBN 2-86577-215-2), p. 292.
  6. Vicomte Alexis de Gourgues, Dictionnaire topographique du département de la Dordogne comprenant les noms de lieu anciens et modernes (L-Z), article « SADILLAC », 1873, sur guyenne.fr, consulté le 29 avril 2018.
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 581.
  8. Notice affichée dans l'église.
  9. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 29 avril 2018.
  10. a et b « Église Sainte-Anne », notice no PA00082790, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 27 septembre 2014.
  11. Évelyne Bermond-Picot et Gérard Leconte, « Prieuré de Sadillac » dans Les abbayes et prieurés du Périgord, GLI éditions, 2016, (ISBN 978-2-9535284-4-2), p. 185-187.
  12. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. « Notice communale de Singleyrac », sur Ldh/EHESS/Cassini (consulté le 10 avril 2013)
  14. Légifrance, « Décret no 2014-218 du 21 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Dordogne », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 25 avril 2019).
  15. Article L2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance, consulté le 25 avril 2019.
  16. Résultats des élections municipales et communautaires 2014 sur le site du ministère de l'Intérieur, consulté le 25 avril 2019.
  17. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 25 août 2014.
  18. « Annuaire des juridictions d'une commune », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 25 avril 2019).
  19. Fiche commune Sadillac, Union des maires de la Dordogne, consultée le 26 novembre 2016.
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  23. Dossier complet - Commune de Sadillac (24359) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 18 décembre 2018.
  24. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 18 décembre 2018).
  25. Dossier complet - Commune de Sadillac (24359) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 18 décembre 2018.
  26. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 250.
  27. Jean-Marie Bélingard, Dominique Audrerie et Emmanuel du Chazaud (préf. André Chastel), Le Périgord des chartreuses, Périgueux, Pilote 24 édition, , 341 p. (ISBN 2-912347-11-4), p. 205.
  28. Guy Penaud, Dictionnaire des châteaux du Périgord, éditions Sud Ouest, 1996, (ISBN 2-87901-221-X), p. 132.
  29. Les Amis du Moulin de Citole, consulté le 25 avril 2019.
  30. Stéphane Joahny, « William Boyd, l'homme tranquille de Sadillac », Le Journal du dimanche,‎ (ISSN 0242-3065, lire en ligne)