Ouvrir le menu principal

Liste des gouverneurs du Dauphiné

page de liste de Wikimedia

La fonction de gouverneur du Dauphiné a d'abord été destinée à assurer la présence du pouvoir delphinal lorsque le dauphin de Viennois devait s'absenter. Après le "transport" du Dauphiné de Viennois à la France par Humbert II en 1349, le gouverneur, outre son rôle de commandant militaire, représente les dauphins de France qui ne résident habituellement pas dans la province. Choisi dans l'entourage immédiat du dauphin (ou du roi-dauphin) dont il est généralement un conseiller, le gouverneur est peu à peu doté de pouvoirs de plus en plus élargis jusqu'à l'avènement des Valois-Angoulême.

Ce n'est qu'avec la disparition progressive des droits coutumiers de la province et le glissement vers la monarchie absolue que les gouverneurs, proches de la famille royale, cessent d'exercer réellement le pouvoir, en même temps que l'appellation "dauphin" est vidée de sa substance juridique.

AVERTISSEMENT :

L'ensemble de cette liste reprend principalement les données accessibles sur les bibliothèques numériques ; il est probable que des ouvrages et articles plus récents et mieux documentés puissent permettre de la corriger et de la préciser.
Ne figurent ici que les gouverneurs du Dauphiné, à l'exclusion des autres fonctions que sont :
- le lieutenant du gouverneur du Dauphiné,
- le lieutenant du roi en Dauphiné et le lieutenant-général,
- le gouverneur (ou capitaine de la ville) de Grenoble,
- les gouverneurs en Dauphiné, généralement chargés d'un secteur ou d'une ville de la province.

Gouverneurs des Dauphins de ViennoisModifier

Avant 1349, le Dauphiné était divisé en plusieurs pays susceptibles d'avoir chacun leur gouverneur : Viennois - Saint-Marcellin, Briançonnais[1], Embrunnais, Gapençais, Grésivaudan, Viennois - La Tour, enfin les Baronnies à partir de 1315[2] et 1317[3]. Ces gouverneurs sont nommés par les Dauphins en fonction des besoins.

Date Gouverneur Dates Blason Titres Fonctions Commentaires
ap.1282
av.1292[4]
Odon Alleman v.1225-1292  
Valbonnais
Seigneur de Champs Gouverneur d'Embrunais
et de Gapençais[5].
Premier gouverneur signalé par les textes ? N'est pas encore en fonctions lors de l'hommage de ses vassaux le 18 juin 1282[6].
1310, 29 février[7] Aymon de Montagny av.1250-1316  
Montagny[8]
Abbé de Saint-Antoine Conseiller du Dauphin Grand-maître de la Maison de l'Aumône (1273[9]), il participe au concile de Vienne en 1289 et obtiendra l'autonomie de son abbaye en 1297[10], devenant le premier abbé de l'ordre des Antonins.
1310, 29 février[7] Arthaud de Rossillon 1275-1316  
Roussillon[11]
Seigneur d'Annonay[12] Conseiller du Dauphin Jean Nommé gouverneur en même temps que Montagne et Valbonnais.
1310, 29 février[7] Guigues Alleman 1255-1320  
Valbonnais
Seigneur de Valbonnais Conseiller du Dauphin La famille Alleman de Valbonnais possédait de nombreux fiefs au sud de Grenoble. Nommé gouverneur en même temps que les deux précédents.*
1333[13] Henri de Villars av.1300-1354  
Villars[14]
Vicaire du Dauphin Conseiller du Dauphin Évêque de Viviers puis de Valence, primat des Gaules en 1342.
Issu de la famille de Villars, deux fois représentée à Valence et Lyon.

Gouverneurs du Dauphiné de 1349 jusqu'au XVe siècleModifier

À partir de 1349, le Dauphiné est confié au fils aîné du roi de France. Ce dernier (qui peut être enfant ou adolescent) ne réside que rarement dans sa province et en confie volontiers le gouvernement à l'un de ses proches, généralement membre du Conseil royal. Le gouverneur est alors investi de très vastes pouvoirs, jusqu'en 1409[15].

Date Gouverneur Dates Blason Titres Fonctions Commentaires
1349, fin d'année[16] Aymar de Poitiers 1322-v.1375  
Poitiers[17]
Comte de Valentinois et Diois Recteur du Comtat-Venaissin (1372) Accompagne les négociations avec la Savoie qui aboutissent au Traité de Paris (1355)*
1355, ap. 13 juin[18] Jean d'Auvergne † 1386  
Auvergne
Comte de Montfort {{{1}}} Deviendra en 1361 comte d'Auvergne et de Boulogne.
1356, 3 octobre[19] Guillaume de Vergy 1290-1361[20]  
Vergy
Seigneur de Miribel {{{1}}} Préside à l'organisation des États provinciaux du Dauphiné (1357) calqués sur les États généraux de France, réunissant les Trois Ordres.
1361, 7 octobre[21] Raoul de Vienne av.1330-1388  
Louppy
Seigneur de Louppy[22] Conseiller du roi[23] Conclut en 1362 un accord avec le comte de Savoie contre les Grandes compagnies, auquel sont associés le comte de Valentinois et celui de Genève[24]. Cet accord est renforcé en 1363 par le comte-évêque de Valence[25]. Après l'avoir contré en 1364, il soutient en 1368 le duc d'Anjou contre la Reine Jeanne[26].
1369, 22 décembre[27] Jacques de Vienne † 1372[28]  
Vienne[29]
Seigneur de Saint-Georges et de Longwy[30] Capitaine général du Duché de Bourgogne Négociateur du traité de Guillon (1360), fait prisonnier à la Bataille de Brignais (1362), fait hommage au roi Jean le 28 avril 1366 pour 500£ de rente[31].
1372, 10 décembre[32] Charles de Bouville ap.1297-1385  
Bouville
Seigneur de Saint-Vrain Chambellan du roi[33] Lieutenant du roi au vicariat du royaume d'Arles (1378-)[34], ambassadeur auprès de la Diète de Francfort (1379), établit fermement le pouvoir royal en Dauphiné.
1385, août Vacance (durant ces trois mois, le Conseil delphinal administre la province au nom du dauphin)[35]
1385
17 octobre[36]
Enguerrand d'Eudin[37] † 1390  
D'Eudin[38]
Chevalier
Seigneur de Châteauvillain[39]
Chambellan de Charles V, conseiller de Charles VI A été gouverneur de Ponthieu et de Tournai (1369) puis sénéchal de Beaucaire (1382) et lieutenant de Bouville.
1390, mars Vacance (durant cette période, le roi charge le Conseil delphinal d'administrer la province en son nom)[40].
1391, 1er avril[41] Jacques de Montmaur † 1406  
Montmaur[42]
Chevalier Gouverneur de La Rochelle Destitué sur plainte des États de Dauphiné en 1399 (sera rétabli en 1406).
1399, 1er avril[43] Geoffroy Boucicaut Le Meingre[44] † v.1430  
Meingre[45]
Chevalier - Après le rétablissement des pouvoirs temporels des archevêques de Vienne (1400), Boucicaut tente d'arbitrer une querelle incendiaire impliquant le prélat Thibaud de Rougemont (1402-1403). Destitué sur plainte des États en 1406 (sera rétabli ensuite).
1406 Jacques de Montmaur † 1406  
Montmaur
Chevalier Chambellan du roi Rétabli en 1406, année de sa mort[46].
1406, 13 septembre[47] Geoffroy Boucicaut Le Meingre † v.1430  
Meingre
Chevalier - Rétabli par décision du roi après le décès de Montmaur.
1407, 21 avril[45]. La Neufville 1760, p. 49 le donne en 1404. Guillaume de Laire[48] (av.1370 - ap.1410)  
Laire[49]
Seigneur de Cornillon[47] Chambellan du roi, chevalier de l'ordre du Camaïl, lieutenant du vicaire impérial d'Arles. Proche du duc d'Orléans qui le maintient au Conseil du roi en 1406, il est victime de la régence[50]. C'est le dernier gouverneur dont les actes portent un sceau personnalisé[51].

Gouverneurs du Dauphiné au début du XVe siècleModifier

Cette nouvelle période, qui débute au cœur du conflit entre Armagnacs et Bourguignons, voit les pouvoirs des gouverneurs décroître progressivement au profit du Conseil delphinal[15]. Le dernier dauphin souverain en titre sera Louis II de Dauphiné, à qui son père Charles le Victorieux donnera ce pouvoir dès sa cinquième année (1428 - avant que Louis ne l'exerce réellement en 1441). Depuis, si le titre de Dauphin reste attaché à la primogéniture mâle de la couronne de France, il est vidé de toute souveraineté[52].

Date Gouverneur Dates Blason Titres Fonctions Commentaires
1409, 8 janvier[53] Régnier Pot v.1342-1432  
Pot[54]
Seigneur de La Prugne et de La Roche-Nolay[55] Gouverneur du Languedoc (1411-1412), conseiller de Philippe le Bon, chevalier de la Toison d'Or Démis en juin ou juillet 1414
1414, 18 juillet[56] Jean d'Angennes † 1418  
Angennes[57]
Seigneur de Rambouillet et de La Loupe 1410 : Chambellan du roi et du duc de Guyenne Également capitaine de la garde du Louvre[58], meurt au siège de Rouen.
1415, 13 juillet[54] Guichard Dauphin d'Auvergne[59] v.1365/71-1415  
Jaligny[60]
Seigneur de Jaligny[61] Chanoine de Nevers (1405), Maître d'Hôtel du roi (1408), Gouverneur de Montreuil (1413) Représenté en Dauphiné par Artus de Langon et Jean de La Bis. Tué dans une charge de cavalerie à Azincourt le 25 octobre 1415.
1415, octobre Vacance (durant cette période, le roi charge le Conseil delphinal d'administrer la province en son nom)[62]
1416, 7 février[63] Henri le Roux v.1381-1424  
Sassenage[64]
Baron de Sassenage[65] Conseiller du roi, superviseur testamentaire du comte de Valentinois et Diois (1419) En 1417 et 1418, réforme la monnaie dauphinoise[62] ; démissionne en 1420 pour faire un pélerinage à Jérusalem ; tué en 1424 à la bataille de Verneuil.
1420, juillet[66] Gilbert de Mostier[67] v.1380-1464  
Motier[68]
Seigneur de La Fayette et Montgibaud Conseiller et chambellan du roi, Maréchal de France (1421) Également Sénéchal de Bourbonnais, Maréchal du duc de Bourbon, Lieutenant-Général pour le Roi en Languedoc, Lieutenant du Dauphin puis son Capitaine-Général en Lyonnais et Mâconnais (1417), Sénéchal de Beaucaire et Nîmes (1439).
1420, 21 novembre[69] Randon de Joyeuse ?-?  
St-Didier
Seigneur de Saint-Didier Baron de Joyeuse Chevalier banneret, conseiller et chambellan du roi[70]
1425, 13 juillet[71] Bérauld Dauphin d'Auvergne 1380-1426  
Jaligny
Comte d'Auvergne et de Sancerre, seigneur de Sagonne Conseiller du roi Tué au Conseil du roi le 28 juillet 1426 sous les yeux de Charles VII.
1426, 6 juin[72] Mathieu de Foix † 1453  
Comminges[73]
Comte consort de Comminges (1419-1443) Chevalier de la Toison d'or (1440)[74] Député du roi au concile de Constance (1416), se fait représenter en Dauphiné par Jean Girard[75].
1428, 1er novembre[76] Raoul de Gaucourt v.1375-1462  
Gaucourt[77]
Seigneur d'Hargicourt Conseiller et premier chambellan du roi, Grand Maître de France (1456-1461) Poursuit la guerre contre le prince d'Orange jusqu'à la prise d'Auberive[78] et la victoire d'Anthon (1430). Nomme Jean Girard puis, le 26 août 1434, Guillaume Jouvenel des Ursins comme lieutenants.
1441[79] Bertrand de Loupy[80] ?-?   - - Cité par des actes du 27 août 1442, 24 juillet[81] et 6 décembre 1447[82].

Gouverneurs du Dauphiné depuis Louis XIModifier

L'arrivée du dauphin Louis II en exil dans ses États en 1446 change radicalement les usages du gouvernement : le Dauphin exerce réellement son pouvoir puis en confie une partie au Conseil delphinal qu'il transforme en Parlement du Dauphiné (1453) : le gouverneur n'exerce plus réellement qu'un pouvoir militaire, jusqu'au début du XVIe siècle[15]. Le roi Charles le Victorieux, après la fuite de son fils Louis, ne peut laisser à cette province la possibilité de se retourner encore contre la couronne : 1457 marque la fin de l'autonomie (relative) du Dauphiné.

Date Gouverneur Dates Blason Titres Fonctions Commentaires
(Derniers jours de 1447, vacance)   Intérim du Président du Conseil delphinal, Jean Girard, vice-chancelier du dauphin Louis[83].
1448, 1er janvier[84] Louis de Laval v.1411-1489  
Montfort[85]
Seigneur de Châtillon Chambellan du dauphin Louis II Nommé par le Dauphin lors de son exil en Dauphiné de 1446 à août 1456 (il semble assumer son propre intérim jusqu'à l'arrivée de son successeur). Sera ensuite gouverneur de Gênes (1461), puis de Champagne (1465-1472) et de Touraine (1483-1484), et Chevalier de l'Ordre de Saint-Michel (1467).
1457, 4 janvier[86] Jean Bâtard d'Armagnac † 1473  
Armagnac[87]
Chevalier Conseiller et chambellan de Louis XI Sénéchal de Valentinois le 10 août 1450 et Maréchal de Dauphiné[88].
1463, 16 juin[89] Louis de Crussol v.1425-1473  
Crussol[90]
Seigneur de Beaudisner. Grand panetier de France (1461) Sera en 1469 Maître général de l'artillerie, sénéchal du Poitou et chevalier de l'Ordre de Saint-Michel. Se démet de sa fonction après juillet 1472[91].
1472[92] Jean Bâtard d'Armagnac † 1473  
Comminges[93]
Comte de Comminges (1461-) Conseiller et chambellan de Louis XI Maréchal de France (1461), gouverneur de Guyenne (1462-1472), légitimé en 1463, chevalier de l'Ordre de Saint-Michel (1469).
(1473, septembre, vacance)   Intérim du lieutenant 'Louis Richard', seigneur de Saint-Priest et filleul du dauphin Louis[94].
1474, 7 mars[95] Jean de Daillon 1423-1481  
Daillon[96]
Seigneur du Lude Chambellan du roi (1468) Bailli du Cotentin (1470-1474). Il ajoute deux conseillers au Parlement et un à la Chambre des comptes après avoir reçu pour le Dauphiné l'hommage du prince d'Orange[97].
1481, 19 décembre[98] Palamède de Forbin 1433-1508  
Forbin
Seigneur de Solliès[99], etc. Lieutenant-général, Gouverneur et Grand sénéchal de Provence Établit l'union de la Provence à la France (1482)
1482, juin[100] Jacques de Miolans † 1496  
Miolans
Seigneur d'Anjou en Dauphiné[101] Grand chambellan de Charles VIII[102] Envoie Étienne de Poissy, sire de Hauterive, le représenter pour son entrée en fonctions[103]

Gouverneurs de la province de DauphinéModifier

Date Gouverneur Dates Blason Titres Fonctions Commentaires
1483, 13 novembre[104] François d'Orléans 1447-1491  
Longueville[105]
Comte de Dunois et de Longueville Chambellan du roi Chambellan, connétable et gouverneur de Normandie. Après accord du roi (27 mars 1484), nomme son lieutenant Hugues de la Palu le 19 avril 1484[101].
1485, 13 février[106] Philippe de Bresse[107] 1438-1497  
Savoie
Comte de Beaujeu, baron de Bresse, etc. Gouverneur de Guyenne (1466-1468), puis de Bourgogne (1469-1473), et lieutenant général du Lyonnais (1486-) Appelé Monsieur sans Terre, il deviendra duc de Savoie en 1496.
1491, 7 octobre[108] Jacques de Miolans † 1496[109]  
Miolans
Seigneur d'Anjou À nouveau gouverneur Nomme Antoine de Mévouillon comme lieutenant[107].
1497, 17 juillet[110] Jean de Foix 1450-1500  
Foix-Béarn[111]
Comte d'Étampes, vicomte de Narbonne Dans l'état-major du roi, gouverneur du Milanais (1496-1497) Beau-frère du roi, il revendique le trône de Navarre en 1483 jusqu'à la paix de Tarbes, en 1497.
(1500, novembre, à 1503, vacance)[112]   Intérim du lieutenant du Gouverneur, Antoine de Mévouillon, sire de Bressieux et de Ribiers[113].
1503[114] Gaston de Foix 1489-1512  
Foix-Béarn[115]
Comte de Foix, duc de Nemours et vicomte d'Etampes Général des armées du roi en Italie Chargé de la défense du Milanais en 1511, surnommé Foudre d'Italie pour la rapidité de ses manœuvres, il est tué à la bataille de Ravenne[116].
(1512 à 1514, vacance)[117]   Intérim du lieutenant du Gouverneur, Jean de Poitiers, vicomte d'Étoile, seigneur de Saint-Vallier[118].
1514, 26 octobre[119] Louis d'Orléans 1480-1516  
Orléans-L
Duc de Longueville, marquis de Rhotelin, comte de Neufchastel[120] Grand chambellan de France Prisonnier des Anglais en 1513 (et manifestement revenu avant 1514).
1516, 17 septembre[121] Artus Gouffier 1474-1519  
Gouffier[122]
Seigneur de Boisy, comte d'Étampes, baron de Montlevrier Pair et Grand-maître de France Frère du suivant
1519, 27 septembre[123] Guillaume Gouffier v.1482-1525  
Gouffier
Seigneur de Bonnivet puis de Boisy Conseiller du roi, amiral de France Gouverneur de Languedoc, chambellan du roi Charles et sénéchal de Saintonge dont il est originaire[124].
(1524, octobre, à 1525, mai)[125]   Gouverneur par commission de la Régente Louise, Charles Alleman, sire de Laval[126].
1525, 9 mai[127] Michel-Antoine de Saluces 1495-1528  
Saluzzo[128]
Marquis de Saluces Gouverneur du comté d'Asti, puis du Milanais, puis de Savone Gouverneur de Paris et d'Île-de-France (1526-), Lieutenant-général en Italie (1527), battu lors de la bataille d'Aversa, il meurt des suites de ses blessures.

Les Bourbons en DauphinéModifier

Date Gouverneur Dates Blason Titres Fonctions Commentaires
1526, 7 mai[129] François de Bourbon 1491-1545[130]  
St-Pol[131]
Comte de Saint-Pol Capitaine général dans l'armée d'Italie Sous ce gouvernorat François Ier reprend le pouvoir de nomination en Dauphiné[132].
1545, septembre[133] François II de Bourbon 1536-1546  
St-Pol
Comte de Saint-Pol Nommé enfant en l'honneur de son père [134]. En survivance de son père, décédé le 1er septembre.
1547, 14 mai[135] François de Lorraine 1520-1563  
Guise[136]
Comte puis duc d'Aumale, enfin duc de Guise[137] Pair et grand Chambellan de France[138], Gouverneur de Savoie après la conquête d'Henri II (1550)[128] Reprise de l'Édit précédent : Déclaration du 26 mai 1531, seul le roi pourvoit aux Offices[139].
1562, 16 janvier[140] Charles de Bourbon 1515-1565  
Roche/Yon[141]
Prince de La Roche-sur-Yon (et duc de Baupreau ?) Officier, gouverneur du Dauphin Reçoit, comme ses successeurs, 4.000 ducats de gages[139] : le gouvernorat devient une sinécure.
1565, 15 octobre[140] Louis de Bourbon 1513-1582  
Montpensier
Duc de Montpensier, souverain de Dombes Pair de France Frère du précédent, gouverneur de Touraine, Anjou et Maine (1560) et de Bretagne (1569).
1569, 11 décembre[142] François de Bourbon 1542-1592  
Montpensier
Dauphin d'Auvergne, duc de Montpensier Gouverneur d'Anjou, Maine, Touraine et Orléans (1588) Gouverneur-Gal de Languedoc et Dauphiné, il fait son entrée à Vienne le 20 avril 1574[143]. Fils du précédent.
1588, 26 mai[144] Henri de Bourbon 1572-1608  
Montpensier
Prince de Dombes puis duc de Montpensier Capitaine de 100 hommes d'armes ; gouverneur de Normandie (1592) Régulièrement remplacé dans ses fonctions (voire parfois en titre) par l'amiral de Nogaret, seigneur de La Valette (1553-1593)[145].
1591 - Nomination illégitime[146]
Henri Ier de Savoie-Nemours[147]
1572-1632
  Marquis de Saint-Sorlin.
Après avoir conquis militairement le gouvernorat du marquisat de Saluces, il entre en révolte en Dauphiné au service de la Ligue qui lui en confie le gouvernorat ; il n'exerce pas réellement et se ralliera à Henri IV en 1596[148].
1592, 2 juin[149] Jean d'Aumont 1522-1595  
Aumont[150]
Comte de Châteauroux Maréchal de France Fut aussi gouverneur de Champagne et de Bretagne, chevalier des Ordres du roi[151]. À défaut du titre, le pouvoir en Dauphiné tombe entre les mains de Lesdiguières.
1595, 17 décembre[152] François de Bourbon 1558-1614  
Conti
Prince de Conty Cumule gouverneur d'Auvergne, de Paris et du Dauphiné Fait prisonnier en 1599 devant Toissay, laissant sa fonction vacante[153]. Fils puîné, sourd et bègue de Louis de Bourbon prince de Condé et d'Eléonor de Roye, meurt sans enfants malgré deux mariages[154].
1601, 22 mars[155] Charles de Bourbon 1566-1612  
Condé
Comte de Soissons Grand-maître de France Sera aussi gouverneur de Normandie et vice-roi de Nouvelle-France ; après sa mort, le titre de gouverneur est vidé de sa substance[154].
1612[156] Louis de Bourbon 1604-1641  
Condé
Comte de Soissons, seigneur de Condé Gouverneur de Champagne (1631) Succède à son père ; peu avant, Créquy-Lesdiguières est nommé lieutenant-Gal en Dauphiné[157]. Suspension par Richelieu des États provinciaux du Dauphiné (1628).
 
Lesdiguières

Les Lesdiguières en DauphinéModifier

Le connétable de Lesdiguières, gouverneur de Grenoble (1591) puis lieutenant-général du roi en Dauphiné (1597, à la suite du Lieut.-Gal Alphonse d'Ornano), n'a jamais été gouverneur du Dauphiné en titre, même si l'on peut considérer qu'il en a rempli les fonctions. Ses successeurs au duché de Lesdiguières seront, eux, nommés gouverneurs :

Date Gouverneur Dates Blason Titres Fonctions Commentaires
1642, 3 juillet[158] François de Bonne de Créqui 1596-1677  
Créquy[159]
Duc de Lesdiguières Pair et maréchal de France Lieutenant-Gal du Dauphiné à la mort de son père Charles (1638) et petit-fils du Connétable de Lesdiguières[160].
1661, 13 novembre[161] François-Emmanuel de Bonne de Créqui 1645-1685  
Créquy
Comte de Sault, duc de Lesdiguières Pair de France Prend progressivement le gouvernorat à la suite de son père.

Les courtisans en DauphinéModifier

Date Gouverneur Dates Blason Titres Fonctions Commentaires
1681, 9 mai[162] François d'Aubusson 1631-1691  
Aubusson[163]
Comte puis duc (1668) de La Feuillade, duc (1667) puis duc-pair (1668) de Roannez[164] Pair (1668) et Maréchal (1675) de France Favori de Louis XIV, a eu sa statue place des Victoires[165].
1691, 12 octobre[166] Louis vicomte d'Aubusson 1673-1725  
Aubusson
Duc de La Feuillade et de Roannais Premier baron de la Marche, Pair puis maréchal de France (1724) Lieut.-Gal dans les armées du roi (1704)[167] et gouverneur de Savoie.
1719, 6 septembre[168] Louis d'Orléans 1703-1752  
Orléans
Duc d'Orléans, de Chartres, de Valois, etc. Conseiller à la Régence et à la Guerre (1718) Grand-maître de l'Ordre de Saint-Lazare de Jérusalem (1720), Colonel-Gal de l'infanterie (1721).
Ne réside pas dans la province.
1752, ap. 4 février[169] Louis-Philippe d'Orléans 1725-1785  
Orléans
Duc d'Orléans, de Chartres, de Valois, etc. Aucune autre fonction Ne réside pas dans la province.
1785, ap. 18 novembre[170] Louis-Philippe-Égalité 1747-1793  
Orléans
Duc de Chartres puis d'Orléans Dernier gouverneur du Dauphiné Député de la noblesse aux États-Généraux de 1789, Philippe-Égalité ne réside pas dans la province. Il est guillotiné le 6 novembre 1793.

RéférencesModifier

BibliographieModifier

  •   Guy Allard, Œuvres diverses : Les gouverneurs et les lieutenans généraux au gouvernement de Dauphiné, Grenoble, Jean Verdier impr., (réimpr. H. Gariel, Bibliothèque historique et littéraire du Dauphiné, t. 1, Grenoble, E. Allier impr., 1864, 489 p.) (lire en ligne), p. 155-211
  •   Guy Allard, Dictionnaire historique, chronologique, géographique, héraldique, juridique, politique et botanographique du Dauphiné : Manuscrit original de 1684 publié par H. Gariel, t. 1 : A à J, Grenoble, (réimpr. Skatline Reprints, Genève, 1970), XI+706 col. p. (lire en ligne)
  • Pierre-Louis-Joseph de Bétencourt, Noms féodaux : Noms de ceux qui ont tenu fiefs en France..., vol. 3-4 : Première partie, d'Anjou... et du Poitou, L-Z, Paris, Beaucé-Rusand, , 1048-(16) p. (lire en ligne)
  • Louis Boisset, Un concile provincial au treizième siècle : Vienne 1289, église locale et société, Paris, Beauchesne, coll. « Théologie historique » (no 21), , 362 p.
  •   Denis de Salvaing de Boissieu, De l'usage des fiefs et autres droits seigneuriaux, vol. 1, Grenoble, A. Faure impr., 1731a, 326 p. (lire en ligne), (Vol. I & II liés en ligne)
  • Denis de Salvaing de Boissieu, De l'usage des fiefs et autres droits seigneuriaux, vol. 2, Grenoble, A. Faure impr., 1731b, 251+74 p. (lire en ligne), (Vol. I & II liés en ligne)
  • Etienne-Jean Bouchu, « Extrait du Mémoire de la généralité de Dauphiné (1698) », dans Henri, comte de Boulainvilliers, Etat de la France, dans lequel on voit tout ce qui regarde le gouvernement : Extrait des mémoires dressés par les intendants du Royaume, t. 6, Londres, T. Wood & S. Palmer, , 466-III p. (lire en ligne), p. 1-122
  • Justin Brun-Durand, Le Dauphiné en 1698 : Suivant le mémoire de l'intendant Bouchu sur la généralité de Grenoble, Lyon / Grenoble, A. Brun, libr. / X. Drevet, libr., , 226 p. (lire en ligne)
  • Raymond Cazelles, Société politique, noblesse et couronne sous Jean le Bon et Charles V, Genève-Paris, Droz libr., coll. « Mémoires et documents publiés par la Société de l'École des chartes » (no XXVIII), , 628 p. (lire en ligne)
  • Ulysse Chevalier, Compte de Raoul de Louppy : Gouverneur du Dauphiné de 1361 à 1369, Romans, R. Sibilat-André impr., , 74 p. (lire en ligne)
  • Nicolas Chorier, Histoire généalogique de la maison de Sassenage : branche des anciens comtes de Lyon et de Forez, Grenoble, J. Nicolas, , 542 p. (lire en ligne)
  • Nicolas Chorier, L'Estat politique de la province de Dauphiné, t. 1, Grenoble, R. Philippes, , 358 (+20) p. (lire en ligne)
  • Nicolas Chorier, Histoire générale de Dauphiné, t. 2 : Depuis l'an M. de N.S. jusques à nos jours, Lyon, J. Thioly, , 782 p. (lire en ligne)
  • Élizabeth Gonzalez, Un prince en son hôtel : les serviteurs des ducs d'Orléans au XVe siècle, Paris, Sorbonne, (présentation en ligne)
  • Jacques le Quien de La Neufville (posthume), Histoire des dauphins de viennois, d'Auvergne et de France, t. 2, Paris, G. Desprez, (lire en ligne)
  • Edmond Maiguien, « Raoul de Vienne, sire de Louppy, Gouverneur du Dauphiné (1361-1369) : Discours de réception à l'Académie delphinale, séance du 13 février 1880 », Bulletin de l'Académie Delphinale, Grenoble, 3e série, vol. 16,‎ , p. 35 sq.
  • Luc Maillet-Guy (abbé), « Aymon, premier abbé de Saint-Antoine : Son nom, sa famille », Bulletin d'Archéologie et de Statistique de la Drôme, Valence, no 217,‎ , p. 47-60
  • Louis Moréri (réédité par l'abbé Gouget et M. Drouet), Le grand dictionnaire historique : mélange curieux de l'histoire sacrée et profane..., t. X, Paris, Libraires associés, , 848+89+78 p. (lire en ligne)
  • Jean-François de Pina de Saint-Didier, « Numismatique : Monnaies du Valentinois », Revue du Dauphiné, Valence, L. Borel, vol. 3,‎ , p. 58-64 (lire en ligne)
  • Max Prinet, « Sceaux Franc-Comtois décrits dans un ouvrage de sigillographie dauphinoise », Mémoires de l'Académie des Sciences, Belles-Lettres et Arts de Besançon - Tiré à part, Besançon, Jacquin impr.,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  • Gustave de Rivoire de La Bâtie, L'Armorial de Dauphiné : contenant les armoiries figurées de toutes les familles nobles et notables de cette province, accompagnées de notices généalogiques complétant jusqu'à nos jours les nobiliaires de Chorier et de Guy Allard, Lyon, impr. de L. Perrin, , 819 p. (OCLC 458008364, notice BnF no FRBNF31223843)
  • Joseph Roman, « Sigillographie des gouverneurs du Dauphiné : Lu en séance du 23 février 1887 », Mémoires de la Société nationale des Antiquaires de France, Paris, SNAF, 5e série, vol. XLVIII, no VIII,‎ , p. 1-19, 4 pl. (lire en ligne)
  • Denis-François de Secousse, Ordonnances des rois de France de la troisième race, vol. V : Ordonnances de Charles V, 1367-1373, Paris, Imprimerie royale, , 724+ccxxxv p. (lire en ligne)
  • Denis-François de Secousse (préf. Louis-Guillaume de Vilevault), Ordonnances des rois de France de la troisième race, vol. IX : Ordonnances de Charles VI, 1404-1410, Paris, Imprimerie royale, , 714+cccxxx p. (lire en ligne)
  • Jules Taulier, Histoire du Dauphiné : Depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Grenoble, Ch. Vellot, libr., , 408 p. (lire en ligne)
  • Humbert de Terrebasse, Histoire et généalogie de la famille de Maugiron en Viennois : 1257 - 1767, Lyon, Libr. L. Brun, , 349 p. (lire en ligne)
  • Jean-Pierre Moret de Bourchenu, marquis de Valbonnais, Mémoires pour servir à l'histoire de Dauphiné, Paris, I. de Bats, impr.-libr., , 681-22t p. (lire en ligne)
  • Jean-Pierre Moret de Bourchenu, marquis de Valbonnais, Histoire de Dauphiné et des princes qui ont porté le nom de Dauphins : particulièrement ceux de la troisième race..., t. 1, Genève, Fabri & Barrillot, libr., , 414-III pl. p. (lire en ligne)
  • Jean-Pierre Moret de Bourchenu, marquis de Valbonnais, Histoire de Dauphiné et des princes qui ont porté le nom de Dauphins : particulièrement ceux de la troisième race..., t. 2, Genève, Fabri & Barrillot, libr., , 627 p. (lire en ligne)
  • Gustave Vallier, « Armorial des Grands-Maîtres et des Abbés de Saint-Antoine de Viennois », Mémoires de Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Marseille, Marseille « Années 1881-1882 »,‎ , p. 105 sq. (lire en ligne)
  • Recueil de généalogies, pour sevir de suite au dictionnaire de la noblesse, t. XIII, Paris M. DCC, LXXXIII., 127 p.

NotesModifier

  1. Le Briançonnais a un statut spécifique donné le 29 mai 1343 par la Charte des Escartons
  2. Baronnie de Montauban.
  3. Baronnie de Mévouillon.
  4. Période entre le début du règne du Dauphin Humbert Ier et le décès d'Odon : Allard 1704, p. 163 n'indique pas de date, mais un vendredy après les trois semaines de Pentecôte.
  5. Valbonnais 1721, p. 6.
  6. Valbonnais 1721, p. 21.
  7. a b et c Allard 1704, p. 163.
  8. Vallier 1882, p. 132-133 ; Maillet-Guy 1923, p. 49-50 ne donne pas l'émail de la bordure.
  9. Vallier 1882, p. 132.
  10. Boisset 1973, p. 131 & 334-335.
  11. Pina 1838, p. 60. Il est probable que les croix aient été ajoutées par l'un des deux évêques de Valence, Amédée (1274-1281) ou Guillaume de Roussillon (1297-1331).
  12. Bétencourt 1826, p. 50-51.
  13. Nomination et confirmations du Dauphin Humbert de 1333 à 1348, confirmé le 16 juillet 1349 par le dauphin Charles (Roman 1887, p. 2). La Neufville 1760, p. 38-39 le place à ce poste de 1348 à 1353.
  14. Une croix tréflée et fichée brochant les armes de Villars, armes personnelles sur un sceau du 21 avril 1346 (Roman 1887, p. 3).
  15. a b et c Roman 1887, p. 4.
  16. Roman 1887, p. 3 ; Allard 1704, p. 166
  17. Allard 1704, p. 166.
  18. Roman 1887, p. 5, Allard 1704, p. 167 ; Chorier 1671, p. 11 & La Neufville 1760, p. 39 le donnent dès 1353.
  19. Allard 1704, p. 167 ; 6 octobre pour La Neufville 1760, p. 39.
  20. † 13 juin 1361 (Maiguien 1880, p. 37). Boissieu 1731a, p. 252 le voit, à tort, défunt dès 1352.
  21. La Neufville 1760, p. 39. Boissieu 1731a, p. 252 le donne, à tort, dès 1360. Démis le 10 décembre 1369 (Chevalier 1886, p. 1).
  22. Allard 1704, p. 167-168 ; Chorier 1671, p. 11-12 précise que Louppy est une prévôté du bailliage de Bar.
  23. En 1354 puis de nouveau en 1357 (Cazelles 1982, p. 172 & 265).
  24. Le 1er juillet 1362 à Chambéry (Maiguien 1880, p. 42).
  25. Le 20 novembre 1363 (Maiguien 1880, p. 47-48).
  26. Qui se solde par la paix du 13 avril 1369 en Avignon (Maiguien 1880, p. 42 ; résumé plus que succinct dans Allard 1704, p. 167-168).
  27. La Neufville 1760, p. 39-40 & Prinet 1907, p. 17 ; il reçoit confirmation du roi le 23 décembre (Allard 1704, p. 168, qui fait erreur sur son année de nomination). D'autres dates sont proposées : 10 décembre, date de la mort de Louppy (Roman 1887, p. 8), 23 septembre (Secousse 1755, p. 599), enfin 1370 (Chorier 1671, p. 12). Autre erreur de Chorier 1672, p. 363, selon qui Louis d'Anjou de passage à Vienne établit en Dauphiné deux gouverneurs, Geoffroy de la Chapelle évêque du Mans et Jacques de Vienne qui seul restera à ce poste : l'évêque du Mans de ce nom meurt en 1350). Jacques de Vienne prête son serment d'entrée en fonctions à Grenoble le 3 juillet 1370, devant l'abbé de Saint-Antoine et l'évêque du lieu (Secousse 1736, p. 59). Il reçoit pour le Dauphin l'hommage de ses vassaux le 3 mai 1371 (Allard 1704, p. 168) et est encore en poste le 23 juin (Roman 1887, p. 9). L'année 1377 donnée par Allard est à considérer comme une faute d'impression.
  28. Meurt en octobre 1372 (Prinet 1907, p. 17).
  29. Allard 1704, p. 168.
  30. Moréri 1714, p. 596.
  31. Allard 1704, p. 168 ; parent de Jean et Guillaume de Vienne.
  32. La Neufville 1760, p. 40 ; même année pour Boissieu 1731a, p. 252 & Chorier 1671, p. 12 ; peu après juin 1371 selon Roman 1887, p. 9 ; 1370 pour Allard 1704, p. 169 qui ajoute à la liste, à tort, le duc d'Anjou et de Touraine, frère de Charles V.
  33. Comme son père Hugues (Allard 1704, p. 169).
  34. Roman 1887, p. 10.
  35. Allard 1704, p. 169.
  36. Allard 1704, p. 170 (indique son décès en mars 1390), Chorier 1671, p. 12, Boissieu 1731a, p. 252 & La Neufville 1760, p. 48.
  37. Marié à Jeanne de Châteauvillain, dont il a eu une fille Jeanne. Meurt vers 1390 (Dictionnaire de la noblesse [lire en ligne]) à Grenoble, où il est inhumé en l'église Saint-André (Allard 1704, p. 170).
  38. Allard 1704, p. 170 ; bicéphale est ajouté d'après un sceau par Roman 1887, p. 11.
  39. Roman 1887, p. 10-11.
  40. Lettres 11 mars 1390 au Conseil delphinal (Allard 1704, p. 170).
  41. Allard 1704, p. 170, Roman 1887, p. 12 ; même année pour Chorier 1671, p. 12 & La Neufville 1760, p. 48.
  42. Roman 1887, p. 13.
  43. Allard 1704, p. 170 ; même année pour Chorier 1671, p. 12 & La Neufville 1760, p. 48.
  44. Fils d'un maréchal de France, frère cadet d'un maréchal de France et neveu d'un évêque de Laon.
  45. a et b Allard 1704, p. 171.
  46. Roman 1887, p. 12.
  47. a et b Roman 1887, p. 15.
  48. Chorier 1671, p. 12. De l'Ayre pour Boissieu 1731a, p. 252, de Layre pour Allard 1704, p. 171.
  49. Roman 1887, p. 15 (sans les émaux) ; Allard 1704, p. 171 ignore la bordure et décrit les armes de Pierre de Laire, Grand-Prieur de l'Abbaye de Saint-Antoine en 1493-1495 (Vallier 1882, p. 151). D'autres brisent ces armes d'une cotice ou d'un chevron engrêlé qui ne figurent pas sur son sceau de gouverneur.
  50. Comme son frère Raoul de Laire sera victime de Jean sans Peur trois ans plus tard (Gonzalez 2004, p. 300)
  51. Roman 1887, p. 17.
  52. La Neufville 1760, p. 104.
  53. Boissieu 1731a, p. 252, Allard 1704, p. 171 ; La Neufville 1760, p. 49 le donne aussi deux ans après Guillaume de Layre.
  54. a et b Allard 1704, p. 172.
  55. Chorier 1671, p. 12-13.
  56. Allard 1704, p. 172, Chorier 1671, p. 13 & La Neufville 1760, p. 49.
  57. Allard 1704, p. 172 ; brisé au centre d'une coquille de gueules selon G. de Rivoire de La Batie, Armorial de Dauphiné, Lyon, Perrin impr., 1867, p. 14.
  58. Comme Angennes n'est pas présent dans la province, le roi charge le Conseil delphinal d'administrer la province en son nom, assisté de la Chambre des comptes et du Trésorier provincial (Allard 1704, p. 172).
  59. La Neufville 1760, p. 49 l'appelle Richard.
  60. Boissieu 1731a, p. 252. Les indications de Allard 1704, p. 172 sont erronées (Saligny et armes d'Auvergne).
  61. Chorier 1671, p. 13.
  62. a et b Allard 1704, p. 173.
  63. Allard 1704, p. 173 ; même année pour La Neufville 1760, p. 49.
  64. Allard 1704, p. 173 donne avec raison Burelé d'argent et d'azur de dix pièces, au lion de gueules brochant sur le tout (langue, griffes et couronne dorées seront ajoutées dans la seconde moitié du XVe siècle).
  65. Chorier 1669, p. 341-360, Chorier 1671, p. 13.
  66. Mois tiré de La Neufville 1760, p. 49, qui précise qu'il "en exerça les fonctions pendant quatre mois". Même année pour Allard 1704, p. 173 ; Chorier 1671, p. 13 le donne en 1422.
  67. Boissieu 1731a, p. 252 & La Neufville 1760, p. 49 donnent par erreur Philibert de La Fayette.
  68. D'or à une bande dentelée de gueules et une bordure de vair selon Allard 1704, p. 174.
  69. Jules Chevalier, "Les comtes de Valentinois et de Diois", dans Bulletin de la Société d'Archéologie de la Drôme, t. 31, 1897, p. 381 & Olivier Guyotjeannin, Serge Lusignan, (éditeurs), Le formulaire d'Odart Morchesne dans la version du ms BNF fr. 5024 (coll. Mémoires et documents de l'École des Chartes, n° 80), Paris/Genève, 2005, p. 318, note 1, précisent "novembre 1420 à mars 1425". Même année pour Boissieu 1731a, p. 252 & La Neufville 1760, p. 49 (l'erreur typographique est manifeste pour 1416, vu le texte précédent) ; Allard 1704, p. 174 et Chorier 1671, p. 13 le donnent en 1422.
  70. Le formulaire d'Odart Morchesne, op. cit., p. 318, note 1, avec précisions : sa fille Jeanne épousa Gilbert de La Fayette le 15 janvier 1423.
  71. D'après Jean Duquesne, Dictionnaire des gouverneurs de Province, Paris, Christian éd., 2002, p.95. Chorier 1671, p. 13 et Boissieu 1731a, p. 252 le placent en 1424 et La Neufville 1760, p. 101 le 1er avril 1423. Non cité par Allard.
  72. Boissieu 1731a, p. 252 et mis en possession le 19 suivant (Allard 1704, p. 174) ; même année pour Chorier 1671, p. 13 & La Neufville 1760, p. 101.
  73. Allard 1704, p. 175 donne les armes de Foix.
  74. C'est par erreur qu'un des collègues de Mathieu de Foix, Guillaume de Vienne, est parfois cité comme gouverneur du Dauphiné : ce seigneur de Saint-Georges et Sainte-Croix a été gouverneur du dauphin enfant, pas du Dauphiné. (Voir Charles Duvernoy, Le château de Montbéliard et ses anciens maîtres, Besançon, Proudhon, 1840, p. 71-76 ; P.-Louis Lainé, Dictionnaire véridique des maisons nobles ou anoblies du royaume de France, tome 2, Paris, Plassan impr., 1819, p. 467-468 ; Louis Moréri, Le grand dictionnaire historique..., tome X, Paris, 1759, p. 596). En revanche, il est issu de la même famille que le gouverneur du Dauphiné Jacques de Vienne (1369) et que le malheureux gouverneur de Calais Jean de Vienne (1346).
  75. Allard 1704, p. 174.
  76. Boissieu 1731a, p. 252, Allard 1704, p. 175, Chorier 1671, p. 13 & La Neufville 1760, p. 101.
  77. Allard 1704, p. 175.
  78. Terrebasse 1905, p. 180.
  79. Seul Allard 1704, p. 176 cite ce nom, introuvable par ailleurs ; ni Chorier 1671, ni Boissieu 1731a ou La Neufville 1760 ne le connaissent.
  80. Probable descendant de Raoul de Louppy, gouverneur du Dauphiné dans les années 1360.
  81. Mois de l'établissement en 1447 par le Dauphin Louis d'une sénéchaussée de Valentinois et Diois, la seule du Dauphiné (Terrebasse 1905, p. 25).
  82. Allard 1704, p. 176.
  83. Allard 1864a, p. 561.
  84. Chorier 1671, p. 13, La Neufville 1760, p. 103 & Allard 1704, p. 176 ; Boissieu 1731a, p. 252 le donne en 1447.
  85. D'argent à la croix niflée de gueules, chaque cornière serpentée d'or (Allard 1704, p. 176).
  86. Allard 1704, p. 176, qui comme La Neufville 1760, p. 156 le nomme Jean d'Aydie en référence à son neveu, Odet d'Aydie ; Boissieu 1731a, p. 252 le donne en 1461 et Chorier 1671, p. 13-14 en 1458.
  87. Lescun n'est pas encore comte de Comminges lors de son entrée en fonctions en 1457 : il ne le deviendra qu'en 1461.
  88. Nomme lieutenant Simon Alleman, seigneur de Champs le 30 janvier 1460 (Allard 1704, p. 176-177)
  89. Allard 1704, p. 177 ; 8 juillet 1472 selon La Neufville 1760, p. 157 ; Chorier 1671, p. 14 et Boissieu 1731a, p. 252 le donnent en 1473.
  90. Fuselé d'or et de sinople, de 6 pièces (Allard 1704, p. 177). Rivoire de La Bâtie 1867, p. 181 donne, pour le même : Ecartelé au 1 & 4, de Crussol parti de Lévis (d'or à 3 chevrons de sable) et au 2 & 3 écartelé d'azur à 3 étoiles d'or en pal (Gourdon de Genouillac) écartelé d'or à la bande de gueules (Soyon) ; sur le tout de gueules à 3 bandes d'or (Uzès).
  91. Allard 1704, p. 177.
  92. Allard 1704, p. 177 ; retour inconnu de Chorier 1671, p. 14, Boissieu 1731a, p. 252 et La Neufville 1760, p. 157.
  93. Allard 1704, p. 177 donne De gueules à la croix pattée d'argent (sic), inversion des émaux de Comminges. Depuis 1461, Jean le Bâtard a écartelé Armagnac et Comminges, broché d'un bâton de sable indiquant une brisure.
  94. Allard 1864a, p. 559 & Emmanuel Pilot de Thorey, Catalogue des actes du dauphin Louis II : devenu le roi de France Louis XI, t. 2, Grenoble, Maisonville, 1899, p. 27.
  95. Chorier 1671, p. 14 (et La Neufville 1760, p. 157 pour l'année).Boissieu 1731a, p. 252 et Allard 1704, p. 177 donnent 1473.
  96. Allard 1704, p. 178.
  97. Traité de Rouen, 6 juin 1475 (Allard 1704, p. 178).
  98. Allard 1704, p. 179, qui cite un acte du 21 juillet 1483 émanant de son gouvernorat du Dauphiné ; La Neufville 1760, p. 157 précise la provenance des lettres de nomination à Thouars en Poitou (même date, enregistrées à Grenoble le 11 janvier suivant) ; Boissieu 1731a, p. 252 indique déchargé au bout de six mois.
  99. Chorier 1671, p. 14.
  100. Boissieu 1731a, p. 252, ou 28 juillet (La Neufville 1760, p. 157) ; Chorier 1671, p. 14.
  101. a et b Allard 1704, p. 179.
  102. La Neufville 1760, p. 161.
  103. La Neufville 1760, p. 157.
  104. Allard 1704, p. 179, Boissieu 1731a, p. 252 et Chorier 1671, p. 14 ; La Neufville 1760, p. 162 le donne le 29 décembre 1484.
  105. Allard 1704, p. 180 donne la version "Orléans" : D'azur à trois fleurs de lys d'or, au bâton d'argent péry en bande, et en chef un lambel de trois pendants de même.
  106. Allard 1704, p. 180 ; Chorier 1671, p. 14 le donne en 1484 et précise que son entrée à Grenoble date du 11 février 1486 ; La Neufville 1760, p. 162 le donne en mai 1485.
  107. a et b Boissieu 1731a, p. 252.
  108. Allard 1704, p. 179 ; 6 octobre selon La Neufville 1760, p. 162.
  109. Décédé au château de Jarcieu, il est inhumé en l'église des Augustins de Saint-Pierre-d'Albigny dans le caveau de famille (Chorier 1671, p. 14-15).
  110. La Neufville 1760, p. 166-167 qui date aussi son entrée effective en fonction du 10 décembre ; même année selon Boissieu 1731a, p. 252 ; non cité par Allard (qui confond les comtes de Foix ?). Chorier 1671, p. 15 ajoute qu'à son entrée à Grenoble le 10 décembre 1497, il était âgé de 70 ans (?).
  111. Par défaut d'armes personnelles, intégrant notamment Narbonne ou Étampes, ces armes sont celles de Gaston de Foix, son père.
  112. Boissieu 1731a, p. 252 et Chorier 1671, p. 15, non cité par Allard.
  113. Boissieu 1731a, p. 257 & La Neufville 1760, p. 167.
  114. Boissieu 1731a, p. 257 & La Neufville 1760, p. 167 ; Chorier 1671, p. 15 donne la même date et place son entrée à Grenoble le 21 juin 1504. Allard 1704, p. 180 le place le 1er avril 1483 (lire 1493 ?) en le confondant manifestement avec son père Jean de Foix.
  115. Par défaut d'armes personnelles, intégrant notamment Nemours ou Étampes, ces armes sont celles de Gaston de Foix, son grand-père.
  116. Allard 1704, p. 180.
  117. .
  118. Boissieu 1731a, p. 257 et Chorier 1671, p. 15-16 le donnent comme gouverneur en titre, Allard 1704, p. 180 ne le connaît qu'en tant que lieutenant, La Neufville 1760, p. 167 le mentionne avec réserves.
  119. Allard 1704, p. 180 ; Boissieu 1731a, p. 257 ; La Neufville 1760, p. 167.
  120. Chorier 1671, p. 16 et Allard 1704, p. 180.
  121. Allard 1704, p. 181, Chorier 1671, p. 16 et La Neufville 1760, p. 215-216 ; Boissieu 1731a, p. 257 le donne en 1519 à la place de son frère Guillaume.
  122. D'or à trois jumelles de sable (Allard 1704, p. 181).
  123. Allard 1704, p. 181, frère d'Artus ; Chorier 1671, p. 16 & La Neufville 1760, p. 216. Inconnu de Boissieu.
  124. Allard 1704, p. 181.
  125. Chorier 1671, p. 16, omis par Boissieu et Allard.
  126. La Neufville 1760, p. 216.
  127. Allard 1704, p. 181 ; Chorier 1671, p. 16, La Neufville 1760, p. 216 et Boissieu 1731a, p. 257.
  128. a et b Allard 1704, p. 182.
  129. La Neufville 1760, p. 216 et Allard 1704, p. 182 ; ce dernier, avec Chorier 1671, p. 16 et Boissieu 1731a, p. 257, le confond avec son père François de Bourbon-Vendôme (1470-1495). Tous le mentionnent comme gouverneur de 1526 à 1537, voire 1547.
  130. Bourbon-Saint-Pol est encore en fonctions le 24 septembre 1536 (Terrebasse 1905, p. 241).
  131. Allard 1704, p. 182 donne de gueules au lion d'or, la queue fourchée et d'argent et de gueules au lion de sable brochant sur le tout ; Rivoire de La Bâtie 1867, p. 208 donne les armes anciennes des comtes d'Estouteville : burelé d'argent et de gueules, au lion de sable, armé, lampassé et couronné d'or, brochant sur le tout (et le place en 1507, probable erreur typographique).
  132. Édit d'avril 1515 (Allard 1704, p. 182).
  133. Inconnu d'Allard, Chorier et Boissieu qui semblent l'avoir confondu avec son père, homonyme ; cité par La Neufville 1760, p. 260.
  134. La Neufville 1760, p. 260.
  135. Confirmation du 6 octobre selon Allard 1704, p. 182. La Neufville 1760, p. 260 le nomme implicitement dès 1546.
  136. D'argent à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent (Allard 1704, p. 183).
  137. Ainsi que prince de Joinville, marquis de Mayenne, comte de Nantueil (Chorier 1671, p. 16-17).
  138. Chorier 1671, p. 17.
  139. a et b Allard 1704, p. 183.
  140. a et b Allard 1704, p. 183 ; Chorier 1671, p. 17, Boissieu 1731a, p. 257.
  141. D'azur à trois fleurs de lys d'or, au bâton d'argent péri en bande (Allard 1704, p. 183).
  142. Terrebasse 1905, p. 124, et pas le 28 février 1567 Allard 1704, p. 183. Cité la bonne année par Boissieu 1731a, p. 257 et sans date par Chorier 1671, p. 17-18.
  143. Terrebasse 1905, p. 120.
  144. Allard 1704, p. 184 (lire 1588, pas 1578) ; Chorier 1671, p. 18, Boissieu 1731a, p. 257.
  145. Terrebasse 1905, p. 137.
  146. Collectif, Biographie universelle ancienne et moderne..., vol. 31, Paris, Michaud, 1821, p. 61. Non retenu dans les listes de Chorier 1671, Boissieu 1731a et Allard 1704.
  147. Jean Frézet, Histoire de la maison de Savoie, vol. 2, Turin, Alliana impr., 1827, p. 592.
  148. Collectif, Biogr. universelle, p. 61-62 ; J. Frézet, Hist. Savoie, p. 592.
  149. Confirmation du 19 juin (Allard 1704, p. 184) ; Chorier 1671, p. 18, Boissieu 1731a, p. 257.
  150. Armes du marquis de Villequier, chef de famille : d'argent au chevron de gueules accompagné de 7 merlettes de même, 4 en chef rangées et 3 en pointes mal ordonnées (Allard 1704, p. 185).
  151. Allard 1704, p. 184.
  152. Allard 1704, p. 185 ; Boissieu 1731a, p. 257. Chorier 1671, p. 18 le cite avant Charles de Bourbon (1601) avec la date 1605 : lire 1595.
  153. Allard 1704, p. 85.
  154. a et b Allard 1704, p. 185.
  155. Boissieu 1731a, p. 257 et Chorier 1671, p. 18, ou 1602 (Allard 1704, p. 185). Cité aussi par La Neufville 1760, p. 275.
  156. Boissieu 1731a, p. 257, Chorier 1671, p. 18 et La Neufville 1760, p. 300 (qui précise que la nomination est due à Marie de Médicis au nom de Louis XIII), inconnu d'Allard.
  157. Selon La Neufville 1760, p. 300, qui se trompe de Lesdiguières..., la jeunesse du nouveau gouverneur, âgé de 8 ans, explique que Lesdiguières exerce la réalité du pouvoir.
  158. Allard 1704, p. 185 ; Boissieu 1731a, p. 257 et Chorier 1671, p. 18-19. Pour La Neufville 1760, p. 300, cette nomination remonterait à la mort de Louis de Bourbon à Sedan en 1641.
  159. Armes de Bonne : de gueules au lion d'or, au chef cousu d'azur chargé de 3 roses d'argent (Allard 1704, p. 186).
  160. Allard 1704, p. 185-186.
  161. Allard 1704, p. 186 ; 1651 par erreur pour Boissieu 1731a, p. 257 ; date précisée par Chorier 1671, p. 19 : pourvu en survivance l'an 1651 & mis en possession l'an 1665.
  162. Allard 1704, p. 186 ; Boissieu 1731a, p. 258.
  163. D'or à la croix niflée [ancrée] de gueules (Allard 1704, p. 187).
  164. Allard 1704, p. 186.
  165. Allard 1704, p. 186 ; dans sa liste, Allard 1864, p. 560 mélange le père et le fils.
  166. Allard 1704, p. 187 ; Boissieu 1731a, p. 258.
  167. Reçu au Parlement de Grenoble le 18 janvier 1704 et le 19 à la Chambre des comptes et au bureau des finances (Allard 1704, p. 187).
  168. Boissieu 1731a, p. 258.
  169. Après la mort de son père.
  170. Après la mort de son père.