Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lescun.
Jean de Lescun
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Vers entre et Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Surnom
Le bâtard d’ArmagnacVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Arnaud-Guilhem de Lescun (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Annette d’Armagnac de Termes (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Marguerite de Saluces (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Madeleine de Lescun (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Armes Jean de Lescun.png
blason

Jean de Lescun d’Armagnac, comte de Comminges (mort en 1473), dit « le bâtard d’Armagnac », est un Maréchal de France du XVe siècle[1].

BiographieModifier

Il est le fils naturel d'Arnaud-Guilhem de Lescun, évêque d'Aire-sur-l’Adour, et d'Annette d'Armagnac de Termes[2]. Il appartient par son père à la petite et ancienne seigneurie de Lescun dans le Béarn[2]. Il commence sa carrière militaire auprès du comte Jean V d'Armagnac, auprès de qui il devient un capitaine renommé. Lorsque ce dernier renie son hommage au roi Charles VII, le capitaine le suit jusqu'en Auvergne en mettant le pays à feu et à sang[2].

En 1444, le Dauphin du roi Charles VII, qui deviendra Louis XI, est envoyé contre le comte d'Armagnac[2]. Il le bat rapidement et le fait prisonnier. Jean de Lescun se rattache à la cause du Dauphin, qu'il servira fidèlement, et cela jusqu'à sa mort[2].

Gouvernorat puis Comte de CommingesModifier

Il doit toute sa carrière à la faveur du roi Louis XI, dont il gagne les bonnes grâces et devient le favori alors que ce prince est encore dauphin. Il est nommé sénéchal du Valentinois et maréchal du Dauphiné en 1450, puis gouverneur du Dauphiné de 1457 à 1463 puis à nouveau de 1472 à 1473[3], et il reçoit le titre de comte de Briançonnais en 1464. Il est nommé entretemps gouverneur de Lyon de 1468 à 1473[2].

Conseiller et chambellan royal, il est élevé le à la dignité de maréchal de France, puis officier de la Cour des Aides le , une semaine plus tôt que d'autres[4], et reçoit la jouissance du comté de Comminges[5], juste avant le sacre de Louis XI.

Il est aussi seigneur de Sauveterre en Comminges et Lombez (à distinguer de Sauveterre-de-Comminges), vicomte de Serrières (région de Saint-Frajou], l'Isle-en-Dodon, Salherm, Lilhac, Montbernard, Puymaurin, Mondilhan, Saint-Ferréol, Escanecrabe, Castéra-Vignoles..., dans le prolongement du Savès) et sire de Saint-Béat. Ensuite, il est nommé gouverneur de Guyenne et lieutenant général « en considération de ce que dans la grande nécessité du Roi, il avait laissé tous ses parents, amis, biens et héritages qu’il avait en Gascogne pour le suivre et l'accompagner » en 1462.

Gouverneur de GuyenneModifier

Profitant de la faveur royale, de la reconquête finale sur les Anglais en Aquitaine, de sa charge de gouverneur de Guyenne/Aquitaine et de la déconfiture de la Maison d'Armagnac, il est aussi gratifié de nombreux autres fiefs. Ainsi, Cazaubon/Casaubon, Labastide-d'Armagnac, Monclar, Marguestau/Margestan, Castelnau, Larée, Mauléon-d'Armagnac... ; en Albigeois seigneur de Labastide-de-Lévis, Castelnau-de-Lévis, Puybegon, Sénégats et Graulhet[6] (ces fiefs des vicomtes de Lautrec, passés à leurs descendants Lévis, sont cédés à Jean de Lescun en 1460/1466 par les deux frères Jean († 1474) et Antoine († 1494) de Lévis-Lautrec ; ils iront à la fin du XVe siècle à des descendants du maréchal de Lescun : les d'Amboise d'Aubijoux, dont Louis d'Amboise d'Aubijoux ci-dessous, arrière-petit-fils de Jean de Lescun et mari de Blanche de Lévis-Lautrec-Ventadour) ; en Quercy et Agenais, il acquiert Gourdon, Fumel, Tournon (et Caussade ?).

Famille et descendanceModifier

En 1465, il se marie avec Marguerite de Saluces (morte ap. 1478), fille du marquis Ludovic Ier de Saluces et d'Isabelle Paléologue de Montferrat (fille du marquis Jean-Jacques et de Jeanne de Savoie). Ils auront une fille, Madeleine de Lescun, † 1515, dame de Sauveterre en Comminges et Lombez, baronne de l'Eauzan (Casaubon, Mauléon etc.), à qui son père le maréchal lègue aussi les fiefs albigeois, et qui épouse le 13 novembre 1484 Hugues d'Amboise, seigneur d'Aubijoux, tué le 14 septembre 1515 à la bataille de Marignan (ils sont les parents de Jacques et les grands-parents de Louis d'Amboise d'Aubijoux évoqué ci-dessus).

On connaît au bâtard d'Armagnac deux autres filles légitimes (aussi de Marguerite de Saluces ?) : Catherine de Lescun (dame de Langoiran, à qui son père le maréchal lègue aussi les fiefs quercynois ; femme de Gaston de Montferrand fils de Bertrand IV), et Antoinette ; ainsi que trois enfants naturels : Jeannot de Mauléon et Cazaubon, Catherine et Jeanne (de Marie Sohier ; légitimés en 1466).

Il reçut en 1469 le collier de l’Ordre de Saint-Michel, en tant que première promotion[7] et mourut le .

Son frère[réf. nécessaire], aussi nommé Jean de Lescun, fut archevêque d'Auch de 1463 à sa mort en septembre 1483. Sixte IV lui octroya aussi l'abbaye de La Caze-Dieu en 1473 (à Beaumarchès ; Ordre des Prémontrés) contre l'avis de l'Ordre.[réf. nécessaire]

Marie de Lescun, femme d'Odet d'Aydie, aussi comte de Comminges, était leur cousine éloignée.[réf. nécessaire]

ArmoiriesModifier

Figure Blasonnement
 

Armes avant 1461 (Armagnac) : Écartelé aux 1 et 3 d'argent au lion de gueules, aux 2 et 4 de gueules au lion d'or[8]

 

Armes après 1461 : Écartelé : aux I et IV, contre-écartelé aux 1 et 4 d'argent au lion de gueules (Armagnac), aux 2 et 3 de gueules au lion léopardé d'or (Rodez) ; au II et III d'argent à la croix pattée de gueules (Comminges), le tout brisé d'un bâton en barre de sable.[9],[10]

Notes et référencesModifier

  1. « Jean bâtard d'Armagnac dit de Lescun », sur Histoire généalogique et chronologique de la Maison de France, t. VII, p. 94, par le Père Anselme et Honoré Du Fourny, 1733, à la Compagnie des Libraires associés
  2. a b c d e et f Association des amis du Musée d'histoire militaire de Lyon et de sa région (Lyon, Rhône),, Les gouverneurs de Lyon, 1310-2010 le gouvernement militaire territorial, Ed. Lyonnaises d'Art et d'Histoire (ISBN 9782841472260 et 2841472264, OCLC 758287729, lire en ligne)
  3. Nommé sénéchal par lettres du roi du puis gouverneur par lettres du  : Guy Allard - Les gouverneurs et lieutenans généraux au gouvernement de Dauphiné, Grenoble, Jean Verdier impr., 1704 (réed. par H. Gariel, Grenoble, 1864, p. 176-177). Allard ne fait pas le rapprochement entre le bâtard d'Armagnac de la première période et le maréchal de France seigneur de Comminges de la seconde.
  4. https://books.google.fr/books?id=4-ZZAAAAYAAJ&pg=PA468
  5. Le comté de Comminges était retourné à la Couronne depuis la mort de Mathieu de Foix en 1453 et le roi pouvait donc en disposer. Cependant, Jean de Lescun prétendait volontiers se rattacher aux anciens comtes, arborant dans ses armes la croix pattée de Comminges et le lion des Armagnac. Il reprenait ainsi les prétentions de la branche des comtes d'Armagnac et se posait en leur héritier (le comte Jean III d'Armagnac avait épousé Marguerite comtesse de Comminges ; son grand-père Jean Ier était le fils de Bernard VI d'Armagnac et de Cécile de Rodez, fille de Mascarosse de Comminges fille du comte Bernard VI de Comminges). Or sa mère Annette ne venait que de la branche cadette des Armagnac de Termes (sœur de Jean IV, le père de Thibaud de Termes ; fille de Jean III, fils de Géraud maréchal d'Armagnac, fils de Jean II, fils de Jean Ier (fils de Roger II d'Armagnac de Termes, fils de Roger Ier de Fezensaguet et frère du comte Géraud VI) et de Béatrice de Lautrec (fille d'Isarn Ier de Lautrec-Montredon). Par son ascendance paternelle Béarn de Lescun alliée aux Castelnau-Tursan, le maréchal de Lescun descendait de Gaston VII de Béarn mais aussi de Gaston IX-II de Foix, et donc de Mathe de Matha vicomtesse de Marsan, fille de Pétronille de Comminges-Bigorre et femme de Gaston VII. De plus la femme de Jean de Lescun, Marguerite de Saluces, avait pour grand-mère maternelle Jeanne de Savoie fille d'Amédée VII et de Bonne de Berry, elle-même arrière-petite-fille, par sa mère Jeanne d'Armagnac, de Bernard VI d'Armagnac et Cécile de Rodez ci-dessus.
  6. Pour d'aucuns, l'acquisition de Graulhet sur les Lévis-Lautrec n'aurait été faite qu'un peu plus tard, par les d'Amboise d'Aubijoux issus du maréchal de Lescun (son gendre Hugues ou son petit-fils Jacques). Certains précisent même que Graulhet serait passé à la maison de Foix, et que Jean de Foix-Lautrec, petit-fils du comte Jean Ier et mari de Jeanne d'Aydie de Lescun – cousine éloignée du maréchal de Lescun bâtard d'Armagnac – l'aurait échangé en 1498 avec Hugues d'Amboise d'Aubijoux.
  7. https://books.google.fr/books?id=OJ-b2-CLz7EC&pg=PA238 Lettres patentes de Louis XI, Amboise, le 1er août 1469
  8. Guy Allard, Les gouverneurs... de Dauphiné, 1704-1864, p. 177.
  9. pagesperso-orange.fr/alexis.gaudry
  10. Jean de Lescun sur roglo.eu

Pour aller plus loinModifier

Bibliographie complémentairesModifier

  • Emmanuel Johans, « Jean de Lescun (v. 1405-1473) : Destinée politique d’un vrai bâtard, pseudo-Armagnac, au service du roi », dans Bâtards et bâtardises dans l’Europe médiévale et moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 9782753555471, lire en ligne), p. 279–288.

Liens externesModifier

[1] Galeries historiques du Palais de Versailles, p.212, Imprimerie royale, 1842