Jaligny-sur-Besbre

commune française du département de l'Allier

Jaligny-sur-Besbre
Jaligny-sur-Besbre
La mairie.
Blason de Jaligny-sur-Besbre
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Intercommunalité Communauté de communes Entr'Allier Besbre et Loire
Maire
Mandat
Annie Deborbe
2020-2026
Code postal 03220
Code commune 03132
Démographie
Gentilé Jalignois [1]
Population
municipale
551 hab. (2021 en diminution de 8,01 % par rapport à 2015)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 22′ 51″ nord, 3° 35′ 34″ est
Altitude Min. 239 m
Max. 307 m
Superficie 9,63 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Moulins-2
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Jaligny-sur-Besbre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Jaligny-sur-Besbre
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
Jaligny-sur-Besbre
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
Jaligny-sur-Besbre
Liens
Site web jaligny-sur-besbre.fr

Jaligny-sur-Besbre est une commune située dans le département de l'Allier, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Autrefois appelée Jaligny, elle a pris son nom actuel le .

C'est une des plus anciennes villes du Bourbonnais. Elle aurait été fondée en 67 et doit sa célébrité à un château fort dont les différents seigneurs ont joué un rôle assez actif dans l'histoire à compter du XIIe siècle.

Malgré ses dimensions modestes, Jaligny porte le titre de ville depuis le Moyen Âge, qualité confirmée en 1569[2] et 1752[3] dans l'énumération des villes closes du Bourbonnais. Jadis close de murailles, son enceinte avait la forme d'une demi-circonférence. La domination des seigneurs de Bourbon ayant longtemps été limitée à la région proche de Moulins, la plus grande partie du territoire arrosé par la Besbre et ses affluents, et, plus à l'est, par la Lodde, se trouvait placée dans le ressort de la puissante seigneurie de Jaligny[4].

Jaligny doit une relative notoriété à plusieurs romans de René Fallet qui ont été portés à l'écran, comme Les Vieux de la Vieille (1960) avec Jean Gabin, Pierre Fresnay et Noël-Noël, Un idiot à Paris (1967), dans lequel Jean Lefebvre interprète Roger Gouby, un « bredin », idiot de village, ou La Soupe aux choux de Jean Girault (1981).

Géographie modifier

 
Situation dans le département de l'Allier.

Jaligny est sise en Sologne bourbonnaise, sur les contreforts des monts du Forez et de la Madeleine, dans la vallée de la Besbre, affluent direct de la Loire. Cette région de la Moyenne Besbre, parfois appelée la « vallée des châteaux », se trouve en pointe de la riche plaine de Forterre. Elle est, de ce fait, l'une des aires les plus prospères de production de bovins charolais, de dindes et volailles fermières.

Le territoire de la commune possède de nombreux atouts : environnement naturel de grande qualité, paysage de bocage, relief vallonné et surfaces boisées, bords de Besbre, étangs, atmosphère de tranquillité, sentiers de promenade, randonnée, pêche et chasse, produits du terroir de qualité et un patrimoine architectural intéressant.

Faubourgs et lieux-dits modifier

 
Lieux-dits de Jaligny-sur-Besbre.

Communes limitrophes modifier

Le territoire de Jaligny est limitrophe de celui des communes de Thionne, au nord-ouest, de Châtelperron, au nord-est et à l'est, de Chavroches, au sud, et de Treteau, au sud-ouest.

Communes limitrophes de Jaligny-sur-Besbre
Thionne
Treteau   Châtelperron
Chavroches

Voies de communication et transports modifier

 
Voies routières.

La commune est située au croisement des axes Moulins - La Clayette (RD 989) et Dompierre-sur-Besbre - Lapalisse (RD 480).

Par voie routière, Jaligny est à environ 30 km au sud-est de Moulins et 40 km au nord-est de Vichy. On peut rejoindre la route nationale 79, portion de la route Centre-Europe Atlantique à Diou (24 km) ou en passant par Le Donjon (environ 18 km).

Les gares ferroviaires les plus proches sont Moulins (30 km), celle de Saint-Germain-des-Fossés (29 km) et Dompierre-Sept-Fons (19 km), gare régionale SNCF, du réseau TER Auvergne-Rhône-Alpes, desservie par des trains express régionaux de la relation « Dijon-Ville (ou Paray-le-Monial) - Moulins-sur-Allier ».

La commune est desservie par une ligne de service régulier des transports routiers interurbains de personnes : la ligne B08 (Le Donjon-Jaligny-Moulins)[5], et une ligne de transport à la demande (TAD) qui permet de se rendre et de repartir de Jaligny le mercredi matin et le samedi après-midi, jours où sont également assurées des correspondances avec la ligne interurbaine B08 à destination ou en provenance de Moulins[6].

Le transport scolaire est assuré par trois lignes de ramassage pour les élèves de l'école primaire. Ces autocars desservent également le collège.

Climat modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[7]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique altéré et est dans la région climatique Centre et contreforts nord du Massif Central, caractérisée par un air sec en été et un bon ensoleillement[8].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,1 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 819 mm, avec 10,8 jours de précipitations en janvier et 7,6 jours en juillet[7]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, sur la commune de Saint-Léon à 8 km à vol d'oiseau[9], est de 11,7 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 857,2 mm[10],[11]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[12].

Géologie modifier

On trouve à Jaligny, en direction de Lapalisse, des collines de calcaire d'eau douce très prononcées. Elles y sont, de même que dans presque tous les lieux où existe ce type de formation, recouvertes par une terre argileuse, grise, très propre à la culture du blé, qu'on connaît dans cette région sous le nom de « terres fortes », par opposition aux sables et aux débris de granite qui ne produisent que du seigle, et qu'on désigne par le nom de « varennes ».

Ces collines présentent en abondance un dépôt singulier, formé de la réunion dans une concrétion calcaire de tubes droits et courts, considéré par les géologues comme le travail d'animaux analogues aux larves des phryganes (indusia tubulata). L'enveloppe de ces tubes renferme toujours beaucoup de petites coquilles rapportées soit au genre hélice, soit aux ampullaires. Ces coquilles sont très abondantes à Jaligny. On ne les trouve pas seulement engagées dans les parties dures, mais elles y existent aussi, en quantité innombrable, dans un calcaire pulvérulent, où les indusia ne forment que des rognons épars[13].

Hydrographie modifier

 
Carte hydrographique.

La Besbre traverse Jaligny du sud au nord après avoir drainé de nombreux cours d'eau de faible ou moyenne importance, principalement sur sa rive droite (Barbenan, Andan, Petite Têche, etc.). Depuis sa sortie de la Montagne bourbonnaise au Breuil, elle adopte un fond plat, de largeur irrégulière (jusqu'à 400 m) et une pente très faible (environ 0,25 %) qui lui donnent une faible profondeur et s'écoule dans une vallée fermée au fond souvent inaccessible. À partir de Lapalisse, où elle rejoint le sud de la plaine de Sologne bourbonnaise, elle devient alors moins large (50 m) et de tracé plus régulier.

Un barrage régule son cours à la sortie du bourg de Jaligny. Cet ouvrage, d'abord en bois jusqu'au début du XXe siècle, a été détruit lors d'une crue dans les années 1980 et remplacé par un barrage mobile à clapets.

Linguistique modifier

Jaligny est située à l'extrême sud du domaine de la langue d'oïl en Bourbonnais, le croissant, zone intermédiaire oc-oïl, commençant aux alentours de Boucé et de la plaine de Forterre.

De nos jours, seules certaines personnes âgées s'expriment encore assez facilement en français du Bourbonnais. Cependant, quelques tournures ou expressions demeurent employées en français courant, ainsi que certains mots du vocabulaire bourbonnais hérités du français classique.

Toponymie modifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Castrum Gallinici[14] ; Castrum Gallini en 1036[15] ; Jaliniacum, Jaligniacus au XIe siècle[16] ; Jalenhiacum[17] ; Jalineic ou Jaliniec vers 1100[16] ; Galinec vers 1160[18] ; Jalignet en 1373[16].

Le nom de Jaligny procède de l'anthroponyme latin Gallinius avec le suffixe -acum[19],[16], d'origine gauloise et indiquant le lieu ou la propriété. D'où le sens global de « domaine de Gallinius ».

Histoire modifier

Paléolithique modifier

Au cours de travaux d'utilité publique, fin 1934, des terrassiers exhumèrent dans le bourg de Jaligny des débris d'ossement de mammouth, en particulier une molaire bien conservée. Celle-ci fut déterminée[20] comme appartenant à l'Elephas primigenius Blum. La position stratigraphique du fossile se trouva précisée comme appartenant à une terrasse ancienne de la Besbre. Par la suite, une seconde molaire fut exhumée en 1938.

Origines modifier

Jaligny aurait été fondée en l'an 67.

À l'origine, se dressait un castrum bâti, semble-t-il, pour commander le passage de la Besbre. C'était, comme Lapalisse, un point de défense où s'était établie de bonne heure une famille féodale, héritière d'un guerrier franc ou d'un noble sénateur gallo-romain.

La voie romaine reliant Avaricum (Bourges) à Augustodunum (Autun), venant de Vichy par Treteau où se trouve la borne milliaire XXXVI, se dirigeait vers Jaligny en passant par le lieu-dit la Pierre-Qui-Danse[21]. Selon Edmond Tudot, cette voie reliait Bordeaux à Lyon[N 1]. Elle traverse obliquement les terres cultivées et n'a que peu de contacts avec la route actuelle reliant Varennes-sur-Allier à Jaligny. C'était une voie large qui dépassait 7 mètres.

On a trouvé à Jaligny plusieurs statères d'or et un tétradrachme gaulois au titre de Philippe de Macédoine[21].

La première maison seigneuriale de Jaligny modifier

La terre de Jaligny appartint d'abord aux sires de Jaligny (XIe et XIIe siècles). C'est aux environs de l'an 1000 qu'on peut y trouver une puissante famille de ce nom, que certains historiens donnent comme une branche de la maison de Châtillon[22].

Les Jaligny seraient originaires des curtes de Huillaux et de Lenax, d'où ils investirent dans des châteaux mieux situés : Jaligny, Thiers, et peut-être Montpensier, Thuret, Bulhon et Montboissier[23]. Ils seraient un lignage de troisième rang, au-dessous des puissants comtes et barons du nord de l'Auvergne qu'étaient les Bourbons et les Thiers-Montboissier[23].

Le plus ancien des documents[17] concernant la première maison de Jaligny est daté du 24 octobre[24] de la sixième année du règne de Henri Ier, correspondant à l'an 1036[25] ; c'est la charte de fondation du prieuré du Saint-Sépulcre par Hector (Ithier)[23], seigneur de Jaligny, approuvée et souscrite par Rencon, évêque de Clermont[25].

Les historiens mentionnent également Foulques (Falco de Jaligniaco ou Falconus[23]) dont on conserve une charte datée de 1056[17], par laquelle il donne à l'abbaye de Tournus, dont son frère Guillaume était abbé :

« toutes les terres qu'il possédait depuis la rivière de la Têche jusqu'à Trézel, de plus tout ce qui lui appartenait dans cette ville, même les portes de ses murs avec leur revenu, le quart de l'église avec la sacristie et ses dépendances, etc. »

Cette donation fut approuvée par sa femme Béatrix et ses fils Gouffier et Ithier[17].

Dans une lettre de 1061, on trouve désigné, sous le titre de Princeps Jaligniaci, Oudin ou Hildin (Eldinus[23]), qui donne à Franck de Boucé, prieur de Saint-Pourçain, les églises de Parroux et de Villiers[17]. En 1095, un Gouffier (Golferius) de Jaligny figure parmi les témoins d'Archambaud V, dans une assemblée convoquée par le pape Urbain II, « pour régler un différend élevé entre le seigneur de Bourbon et les moines de Souvigny »[17].

Les Jaligny passaient à cette époque pour une des plus puissantes familles du pays[17]. Aux XIe et XIIe siècles, avant que les sires de Bourbon n'étendissent leur influence jusqu'à la Loire, la domination des sires de Jaligny s'exerçait de l'Allier à la Loire sur la plus grande partie du nord de la région, comprenant le Donjon, et leur seigneurie jouait sans doute alors un rôle politique déterminant[26]. Au cours du XIIe siècle, ils possèderont aussi une grande partie de la Limagne, notamment à Saint-Beauzire, Gerzat, Cébazat, Neyrat, Saint-Alyre et, Ségur, à l'Est de Clermont. Il serait donc possible qu'au moins la partie Ouest de la butte de Montferrand ait appartenu à leur domaine[23]. Un descendant d'Hector, Foulques III (ou II) de Jaligny, seigneur de Puy-Guillaume[27], y fonda, en 1126[N 2], l'abbaye de Montpeyroux, premier établissement cistercien dans le diocèse de Clermont[23].

Du XIe au XIIIe siècle modifier

 
Maison d'Amboise.

En 1081, les sires princes de Jaligny s'allièrent aux sires de Bourbons, par le mariage de Guillaume de Jaligny, fils d'Oudin-le-Barbu, à Ermangarde de Bourbon, fille d'Archambaud le Fort qui lui donna pour dot la seigneurie de Beçay. De ce mariage naquirent deux enfants, Oudin et Élisabeth.

À la mort de son père, Oudin hérita du domaine de Jaligny. Il mourut jeune et sans postérité et la seigneurie revint à sa sœur Élisabeth. Cette dame de Jaligny, parfois appelée Élisabeth de Souvigny en raison du lieu de sa naissance, épousa Hugues Ier (ou II) d'Amboise[N 5] en 1103 et lui apporta la terre patrimoniale de Jaligny. Le couple eut quatre enfants : trois fils, Sulpice II Le Hutin, seigneur d'Amboise ; Hugues II d'Amboise, croisé en Terre sainte ; et Oudin, seigneur de Jaligny[31] ; et une fille, Denyse, qui épousa Ernulph de Bourbon et mourut sans postérité[17]. Certaines sources[32] citent trois autres enfants : Étienne, mort en Terre-Sainte, Élisabeth (v. 1120-ap. 1176), épouse de Robert II de Blou, seigneur de Champigny[33], et un fils dont le nom reste inconnu, possesseur d'un fief en Touraine.

Veuve en 1129, Élisabeth de Jaligny se mit elle-même à la tête d'une petite armée pour récupérer l'héritage de son père que des seigneurs voisins lui avaient enlevé. La lutte dura longtemps, mais elle finit par triompher et rentra dans son bien. De même, en 1128, elle prit les armes pour défendre quelques-uns de ses enfants qui étaient attaqués. Elle se retira ensuite à Jaligny, qu'elle avait donné en apanage à son fils Oudin[17].

Vers 1152, elle tenta de convaincre son fils Sulpice d'Amboise de ne pas s'engager dans une guerre contre Goscelin d'Aulnay et Thibaud V le Grand, comte de Blois et comte de Champagne. Ne parvenant pas à l'en dissuader, elle se résigna à l'appuyer et, en 1153, le rejoignit à Maindré, château dépendant de la seigneurie d'Amboise et situé en limite du comté de Blois[34], qu'elle organisa pour soutenir un siège. Le comte de Blois assiégea vainement la forteresse mais, par traîtrise, réussit à capturer Sulpice et ses fils Hugues II (ou III) d'Amboise et Hervé, qui l'accompagnaient[17], et à les retenir prisonniers dans son donjon de Châteaudun. Abandonnant Maindré, ses défenseurs se retirèrent alors au château de Chaumont, d'où ils demandèrent l'aide d'Oudin. Mettant ses terres sous la garde de son parent Archambaud VII de Bourbon, le seigneur de Jaligny rassembla ses vassaux et se porta au secours de son frère. Il soutint le siège du château de Chaumont contraignant le comte de Blois à se retirer. Celui-ci, pour se venger de sa défaite, fit soumettre à la torture Sulpice, qui en mourut le , et fit attacher son cadavre à un gibet[17]. Pour obtenir la libération d'Hugues et d'Hervé, Élisabeth, en 1154, conclut avec Thibaut un traité de paix dont la condition était la destruction du château de Chaumont[17].

 
Maison de Châtillon.

Vers la même époque, son fils Oudin, se rendant en pèlerinage à Saint-Gilles, fut tué par plusieurs de ses hommes-lige[17], officiers du sire d'Amboise son frère, avec lequel il était en compétition pour la possession de terres[14]. Craignant de voir une seconde fois la terre de Jaligny livrée à la merci des seigneurs des environs, Élisabeth prit aussitôt toutes les mesures pour en assurer la possession à son petit-fils Hugues II (ou III) d'Amboise. Celui-ci se rendit en hâte dans les domaines de son oncle, reçut l'hommage des vassaux et prit le titre de seigneur de Jaligny[17]. Souffrant depuis longtemps d'une pleurésie, Élisabeth de Jaligny mourut le et fut enterrée à Pontlevoy, près de son fils Sulpice.

Au XIIIe siècle, le fief passa à la maison de Châtillon[35] par le mariage d'Alix d'Amboise, dame de Jaligny, fille de Hugues IV d'Amboise (1170—1218) et de Marguerite de Berrie en Loudunois, avec Eudes Ier de Châtillon-en-Bazois. De leur union naquit Hugues Ier de Châtillon (v.1220 — 1268), seigneur de Treteau et de Billezois[14], qui épousera Isabelle, fille de Guillaume de Mello-Saint-Bris le Jeune (cf. l'article Dreu), et en aura deux enfants dont Hugues II de Châtillon-Jaligny (v. 1240-1296), son successeur, qui n'eut pas d'héritier mâle[36].

À la fin du XIIIe siècle, il ne restait comme descendant mâle de la famille de Châtillon-Jaligny que le frère de Hugues II de Châtillon, Guillaume de Châtillon-Jaligny, chantre d'Auxerre puis évêque de Laon en 1279[37],[N 6] ou 1280[38]. Celui-ci maria sa nièce, Isabeau de Châtillon, fille de Hugues II, à Guiot de Château-Villain, seigneur de Luzy. Devenue veuve, elle épousa, en 1289[N 7], Robert III, comte de Clermont, dauphin d'Auvergne, qui lui établit un douaire de mille francs[39] (Robert était veuf de Hélissent/Alix de Mercœur, qui lui avait donné Jean Ier, d'où la suite des Dauphins d'Auvergne, comtes de Clermont). Elle lui apporta les seigneuries de Jaligny, Dompierre et Treteau.

À cette époque, un hôpital et des écoles étaient déjà implantés à Jaligny. Le rector scholarum (maître d'école)[N 8] est mentionné dans un procès-verbal du Vendredi saint 1261[40]. Robert III déclare, comme seigneur de Jaligny, que le prieur du Saint-Sépulcre jouit du droit de conférer, après présentation dudit seigneur, soit à un laïc soit à un clerc, soit à vie soit à temps, l'hôpital de Jaligny et la conduite des écoles de cette ville[N 9],[24]. C'est le plus ancien document mentionnant des écoles en Bourbonnais[24].

XIVe siècle modifier

 
Blason de la cour du château de Jaligny d'après une matrice de sceau[44].

Robert III (ou IV), comte de Clermont, dauphin d'Auvergne (v. 1255-1324), et sa deuxième femme Isabelle de Châtillon-Jaligny, eurent cinq enfants[25], dont l'aîné, Robert Ier Dauphin (1290-1330), hérita des terres de Jaligny, Tretiaux et Saint-Ilpize.

  • Robert Dauphin Ier du nom[45] épousa en premières noces Almodie d'Apchon de Combronde. De cette union, issirent les Dauphins de Saint-Ilpize et de Combronde, venus de leur fils Robert II Dauphin[N 10].
  • Veuf, il se remaria avec la veuve d'Henri de Châtillon, Isabeau de Châtelperron, dame de la Ferté-Chauderon, pour mettre fin aux débats, procès et luttes armées, qui, depuis des temps immémoriaux, divisaient les seigneuries de Jaligny et de Châtelperron[46],[47]. Comme Robert et Isabeau étaient parents au quatrième degré, ils adressèrent une supplique au pape Jean XXII, qui commit l'évêque de Clermont, Arnaud-Roger de Comminges, pour l'informer sur la réalité des motifs allégués et accorda la dispense nécessaire. Le mariage fut célébré le , à Puyfol[47]. De cette seconde union naquirent Hugues puis Guichard Dauphin.

Robert Ier Dauphin mourut le et fut inhumé à l'abbaye des chanoines prémontrés de Saint-André-lès-Clermont[47],[48] Après sa mort, une contestation s'éleva entre ses enfants et Isabeau de Châtelperron, sa seconde épouse, au sujet de ses conventions matrimoniales. Une transaction fut conclue en fin juin 1331 par laquelle Jaligny et Tréteau demeurèrent à Isabeau et à ses fils Hugues Dauphin et Guichard Ier Dauphin, tandis que le reste de ses biens allèrent à son fils aîné Robert II Dauphin, né de son mariage avec Almodie de Combronde[47]. Isabeau se remaria avec Guy de Bourbon, seigneur de Clacy[47], dont elle eut trois fils, Géraud[47] (ou Girard)[49], Guillaume[49], qui fut chambellan du roi en 1374[47] et Gui (Guyot)[49] ; elle mourut en 1355, âgée de 45 ans[50]. Hugues Dauphin fut tué à la bataille de Poitiers[51] en 1356. Il était sans enfant et l'héritage de Jaligny et Tréteau fut transmis à son frère Guichard Ier Dauphin[14]. À partir de cette époque, les seigneurs de Jaligny prirent une part active aux affaires du royaume.

 
Le duc Louis II et les chevaliers de l'Écu d'or

Cousin du duc Louis II de Bourbon dont il était « l'un des plus valeureux compagnons »[14] et qualifié de « vaillant homme et Seigneur de grand mérite » par Jouvenel des Ursins[47], Guichard Ier Dauphin s'était d'abord engagé dans la cléricature en 1346 et déclarait alors vouloir demeurer dans l'état clérical, comme le montre un acte de donation qu'il fit à son frère la même année, « dans lequel il se réserve pour ses habits la somme de trente livres par an jusques à ce qu'il auroit un semblable ou plus grand revenu en bénéfices »[47]. Finalement, il prit la qualité d'écuyer en 1355 et, à la mort de son frère Hugues, reçut les seigneuries de Jaligny, Treteau et la Ferté-Chauderon.

Le , le duc Louis II le reçut dans l'ordre de l'Écu d'or qu'il instituait ce jour-là pour récompenser les principaux gentilshommes de son domaine[51]. Au cours de cette année 1367, Guichard assiègea le château de Jaligny, alors occupé par les Anglais, et, par des actions longues et pénibles, contraignit ceux-ci à se retirer. Les opérations poliorcétiques endommagèrent gravement Jaligny et Guichard dut en refaire presque entièrement l'enceinte[52].

Guichard Dauphin reçut de Charles V la charge de gouverneur du futur roi Charles VI et des autres enfants royaux[47] et tint successivement plusieurs grands offices de la couronne : chambellan du roi Charles V, conseiller du roi, échanson de France (1380-1382)[53],[47], grand maître des arbalétriers de France en 1379, de 1388 à 1394 et de 1399 - il accompagna le roi, contraint de se retirer en Normandie, en raison de l'épidémie de peste noire qui ravageait alors Paris[47] - jusqu'en 1403[53].

En 1402, avec le maréchal de France Jean II de Rieux, il leva une armée de 12 000 hommes[47] et gagna la principauté de Galles pour soutenir la révolte des Gallois menée par Owain Glyndŵr, premier prince de Galles, contre le roi d'Angleterre Henri IV. D'après Baluze, « ils n'y firent autre chose digne de remarque si ce n'est qu'il ruinèrent tout le pays par où ils passèrent & obligèrent le Roy d'Angleterre de quitter le champ de bataille au Prince son fils et de se retirer à Wincestre »[47]. En 1403, il fit foi et hommage au duc Louis II pour ses fiefs du duché de Bourbonnais et fut reçu parmi les chanoines de Nevers[54].

De son premier mariage, vers 1365, avec Isabeau de Sancerre[55],[N 11], Guichard Ier eut deux fils : Guichard II Dauphin, vers 1365 ou 1371 et Louis, sans lignée, qui finit sa courte vie au monastère de Marseigne[55]. Après la mort d'Isabeau, survenue avant 1375[47], il épousa Marguerite de Frôlois, veuve de Simon de Châteauvillain puis de Jean IV de Châtillon[56]. En 1381, n'ayant pas d'enfant de leur mariage ni espoir d'en avoir, les époux se firent donation mutuelle de « tous leurs meubles et acquets »[47]. Guichard eut aussi un fils naturel, Claudin, connu sous le nom de bâtard de Jaligny, auquel son demi-frère Guichard II donnera la maison forte et la ville de Dornes en Nivernais, le [47].

Jalligny, ville et franchise modifier

 
Scène de fiançailles (début du XVe siècle).

Le , une sentence des Requêtes du palais établit un droit de bourgeoisie entre « puissant seigneur messire Guichard Dauphin, grand maître des arbalétriers de France, baron de Jalligny et les bourgeois et les habitans de la dite ville et franchise de Jalligny »[57]. Ce titre, également fondé sur différents aveux, dénombrements, terriers, transactions et arrêts, exemptait les habitants de la ville de la corvée et des autres servitudes, et sera confirmé par la Coutume de Bourbonnais[58].

Ce droit seigneurial était levé, annuellement, « à chacun jour de Noël », sur « tous les bourgeois, manans et habitants de ladite ville, fauxbourgs et franchise de ladite ville »[57]. Pour les plus riches, il consistait en 6 sols et 1 bichet de froment, « mesure de Jalligny »[57] :

« Lequel droit et devoir doit être imposé par le Baillif du lieu, assisté des Officiers dudit Seigneur de Jalligny, & doivent lesdits Habitans s'assembler, & convenir entr'eux d'une ou de deux personnes, pour, conjointement avec lesdits sieurs Baillif & Officiers, faire ladite imposition. S'ensuivent les confins & limites de ladite franchise &c. »

— Détails des fiefs de la Baronnie de Jalligny en France, 1726.

XVe siècle modifier

 
Enluminure aux armes de Guichard II Dauphin.
Blason de Guichard II Dauphin.
1- Timbre de l'écu de Guichard II[59].
2- Dans le Codex Bergshammar (XVe siècle)[60].
3- D'après le blasonnement de Baluze[61].
4- Dans l'armorial de la Cour amoureuse[62],[63],[64].

À la mort de Guichard Ier, en 1403, son fils Guichard II Dauphin (1366-1415), qui avait épousé, vers 1400, Éléonore de Culant, fille d'Eudes, seigneur de Culant en Berry, et déjà veuve de Philippe de La Trémouïlle (fils de Guillaume de La Trémoïlle de Bourbon-Lancy et d'Uchon, et neveu de Guy VI), hérita de ses titres et domaines. La même année, il reçut également de son grand-oncle maternel, Louis de Sancerre, maréchal puis connétable de France, qui avait testé en sa faveur, les terres et châtellenies de Bommiers et la baronnie, château et châtellenie de Luzy[47]. D'après la Chronique du religieux de Saint-Denys, le connétable de Sancerre, sans alliance ni enfants légitimes, lui aurait demandé, « pour ne pas voir périr avec luy les armes de sa maison », de les écarteler avec les siennes[47]. Le , Guichard prit rang parmi les chanoines du chapitre cathédral de Nevers[N 12].

Bien né et richement doté, puisqu'il possédait des terres en Bourbonnais, au premier rang desquelles l'importante seigneurie de Jaligny[65], en Nivernais, avec la baronnie de La Ferté-Chauderon, et en Berry, par l'héritage de son oncle et la dot de son épouse, Guichard II Dauphin fut une figure notable de l'histoire du règne de Charles VI[66]. Il intégra l'hôtel du roi grâce à l'intervention du duc de Bourbon, auquel il manifestait un grand attachement et qui l'avait fait son député le . Dès lors, le roi se l'attacha comme conseiller et chambellan[67],[68] et lui commit la gestion des impôts de la Champagne.

Il le chargea également de plusieurs missions diplomatiques : en 1408, après avoir été envoyé auprès du duc de Bourgogne pour tenter une conciliation au nom du roi, Guichard II participa à la bataille d'Othée contre les Liégeois qui assiégeaient la ville de Maestricht[47] et, en 1409, il prit part à l'ambassade destinée à rétablir les relations avec l'Angleterre[67]. Le , il fut nommé Grand maître de l'hôtel de Charles VI[69], recevant ainsi le plus haut des offices de la couronne, qui consistait à diriger l'ensemble des services de la maison du roi et à assumer la fonction de surintendant du domaine royal, et en 1410, il fit partie de la commission chargée de réformer l'administration royale[67].

En 1411, il fut envoyé par le roi pour combattre le duc de Berry, le comte d'Armagnac et le seigneur d'Albret. En 1412, il commanda l'avant-garde des armées du roi lors du siège de Bourges et, la même année, servant les ambitions de Jean sans Peur dont il était devenu le chambellan quelques années plus tôt[67], il fut envoyé en Orléanais pour lutter contre les troupes armagnaques et soumit la ville de Jargeau[47]. En récompense, le duc de Bourgogne lui octroya de nombreux dons et pensions pris sur le trésor royal, ainsi que la charge de gouverneur-capitaine de la ville et du château de Montreuil[67]. À cette époque, il combattit à plusieurs reprises contre les Anglais. Il quitta donc le château de Bommiers, que l'alliance avec la maison de Sancerre avait fait entrer dans la famille, et réunit tous les biens meubles dans son château de Jaligny. Le , sur le point de se rendre à Montreuil, il dressa lui-même l'inventaire de sa bibliothèque[67]. Remarquable pour l'époque, celle-ci comptait 83 ouvrages : 42 livres qui étaient originellement au château de Bommiers et qui furent transférés à Jaligny, et 41 volumes constituant le fonds propre de Jaligny[66].

Mais, les événements n'étant plus favorables à Jean sans Peur et les Bourguignons ayant quitté Paris, en butte à l'hostilité du duc d'Orléans, contre lequel il s'était déclaré, Guichard II perdit l'office de souverain maître de l'Hôtel au profit du comte de Vendôme le . En , il fut toutefois envoyé par Charles VI au duc de Bourgogne pour recevoir, au nom du roi, le serment de paix entre Armagnacs et Bourguignons[70]. Au début de l'année 1415, en compensation de la perte de sa charge de grand-maître de l'hôtel, on lui accorda le gouvernement du Dauphiné dont il prit possession le [47] en envoyant comme procureurs noble Artus de Langon et Jean de La Bis. L'acte de prise de possession est daté du mois de [71], cependant, on ne sait pas s'il exerça réellement cette charge[67].

 
Tour d'enceinte.

Il semblerait que l'enceinte de Jaligny — qui lui valait la qualification de ville close — datât de cette époque[17]. La partie de cette ancienne muraille qui longeait la Besbre était construite en ligne droite ; elle était défendue à son extrémité orientale par une tour ; l'autre extrémité aboutissait au château. Une porte[N 13], située vers le milieu de cette ligne, donnait accès dans la ville par une arcade en plein cintre ; elle était munie d'une herse et d'un assommoir composé de deux arcatures, également en plein cintre, jetées entre deux contreforts, et laissant entre elles et le mur un espace vide par lequel des hommes, placés dans une salle supérieure, pouvaient lancer à couvert des projectiles sur l'ennemi. Dans cette salle se tenaient aussi les hommes qui manœuvraient la herse[N 14]. L'autre portion de l'enceinte partait du château et allait, en décrivant une demi-circonférence, se rallier à la tour. Cette ligne était vraisemblablement munie, de distance en distance, de tours destinées à renforcer la muraille[17],[N 15].

Guichard II Dauphin fut mortellement touché à la bataille d'Azincourt[72] le , alors qu'il était lancé dans une charge de cavalerie sur l'aile des troupes françaises. Ses plus fidèles amis rapportèrent sa dépouille à son épouse Éléonore et on le déposa au prieuré du Saint-Sépulcre de Jaligny. Comme il était sans descendance d'Eléonore de Culan, il avait testé en faveur de ses petits-cousins, Béraud Ier Dauphin, seigneur de Combronde et de Saint-Ilpise, et Robert (IV)[47], mais ceux-ci furent également tués à Azincourt[72].

XVIe siècle modifier

 
Blason des Dauphin sur un chapiteau de l'église.

Après un long procès[47] entre les héritiers présomptifs de Guichard II, tant du côté paternel que maternel, Jaligny échut finalement à son arrière-petite-cousine, Blanche Dauphine (1410-1454)[73], petite-fille de Béraud I er d'Auvergne (Dauphin)[74], fille de Béraud II Dauphin[75] – lui aussi tué à Azincourt – et de Philippa de Veauce, dame du Châtelard[76].

Combronde, St-Ilpize et Jaligny passèrent ensuite à Béraud (III) dit Dauphin de Lespinasse[77], fils de Blanche Dauphine et de son mari Jean de L'Espinasse-Changy, seigneur de Maulévrier, épousé en 1423[N 16]. À la requête de Béraud, une charte de 1480 autorisa la création de foires à Jaligny[78]. À sa mort, en 1482, ses domaines furent dévolus à sa fille Françoise Dauphine de L'Espinasse (1462-v.1511)[79], dame de Combronde, de Saint-Ilpize, de Jaligny et de Treteau[14].

Vers 1489–1491, le fief retourna à la maison d'Amboise par le mariage de ladite Françoise Dauphine de L'Espinasse, dauphine de Jaligny, avec Guy (ou Guyon) d'Amboise (1475-v.1508)[80], capitaine de la 1re compagnie des gentilshommes ordinaires de la Maison du Roi, seigneur de Ravel, fils cadet de Charles Ier d'Amboise-Chaumont et neveu de prélats mécènes dont Louis et Georges d'Amboise.

Entre 1499 et 1501, Guy d'Amboise, alors conseiller et chambellan du roi, obtint de Louis XII la création de foires à Jaligny, Treteau et Saint-Voir[81] puis, en 1501, à Jaligny[82]. En 1503, il rendit hommage à la duchesse de Bourbon pour son épouse, damoiselle Françoise Daulphine, « de son chastel, maison et ville de Jaligny, avec cens tailles, boys, laydes, four, péages, prés, garennes, estangs, en toute justice, haute, moyenne et basse, garde des sceaux et bailliages en ladite seigneurie et justice de Jaligny, avec le petit village de Charnay, où il y a trois estangs. » Le tout était estimé à une valeur annuelle de 300 livres[83]. C'est de cette époque que datent les grandes transformations du château où sont encore inscrits les noms des époux : « Guion Damoese » (d'Amboise) et « Françoise Vadhine » (Dauphine).

Leur fille Antoinette d'Amboise (1495-)[84], dame de Chaumont et héritière de la maison de Chaumont d'Amboise, épousa en troisièmes noces, le 23 octobre 1518, Antoine de La Rochefoucauld-Barbezieux, gouverneur de l'Île-de-France (1471-1537)[85],[14]. Le , Antoine de La Rochefoucauld, en tant que patron et présentateur de l'hôtel-Dieu de Jaligny, présenta Claude Ministrat, « clerc idoine », à Antoine de Chabannes, évêque du Puy et prieur commendataire du prieuré du Saint-Sépulcre de Jaligny, pour pourvoir à l'office de recteur, vacant « par la mort et le trépas » de feu messire Claude Matherat[86].

 
Maison de La Guiche.

En 1545, Jaligny passa à la famille de Chabannes, par le mariage de Catherine de La Rochefoucauld[87], fille d'Antoine et Antoinette, avec Charles de Chabannes, seigneur de La Palice[N 17]). Catherine eut plusieurs filles de ce mariage, dont l'aînée, Éléonore[88] (ou Aliénor) de Chabannes[89], dame de Jaligny, épousa successivement Just III de Tournon[90], puis, le 5 janvier 1570, Philibert de La Guiche[91], dont elle n'eut pas de descendance. C'est sans doute dans ces années que le cardinal de Tournon, abbé commendataire de la Chaise-Dieu, « acquéreur de Charles de La Rochefoucauld » - le frère de Catherine ? -, rendit hommage à la chambre de France « des terres et seigneuries de Jalligny et Tresteaulx »[92].

La Description générale du Bourbonnais en 1569, établie par Nicolas de Nicolaÿ recensait 78 feux (environ 390 habitants) à la paroisse de Jaligny, « tant en la ville et franchise que hors la franchise »[2]. À titre de comparaison, les paroisses englobant la ville de Moulins et ses faubourgs (Yzeure et Saint-Bonnet-et-Saint-Jean), comptaient alors 349 feux (± 1.750 h.), la ville de Vichy 194 feux (± 970 h.) et la ville et les faubourgs de Montluçon 464 feux (± 2.320 h.). Sur le territoire paroissial, en plus des écoles et de l'hôtel-Dieu, on trouvait alors, comme dans un quart des paroisses du diocèse de Clermont, une communauté de prêtres-filleuls, appelés à Jaligny « enfants-prêtres »[93],[94], tous étant natifs de la paroisse[94]. Leur fonction consistait principalement dans la célébration des messes pour les défunts de la paroisse, fondées par testaments ou par donations, mais ils apportaient aussi une plus grande solennité apportée au culte paroissial, en permettant les messes chantées avec diacre et sous-diacre, « les processions et surtout, la psalmodie commune – voire le chant – de tout ou partie de l’office canonial »[94]. Mais ces sociétés de prêtres constituaient également « un rouage essentiel » de l'économie et de la société villageoise car, résidant dans leur familles, ces clercs participaient à la vie agricole et contribuaient à la gestion des biens patrimoniaux et, par une gestion rationnelle des biens des fondations pieuses, ils pouvaient également exercer une activité de prêteur[94].

XVIIe siècle modifier

Éléonore de La Guiche, dame de Jaligny, mourut le [14], laissant comme seule héritière sa fille Anne de Tournon (v.1570-1614)[95] qui avait été mariée, la même année, à un neveu de son beau-père, Jean-François de La Guiche (1570-1632)[96], seigneur de Saint-Géran, comte de La Palice. Celui-ci reçut la charge de maréchal de camp au siège d'Amiens, en 1597. De cette union naquirent cinq enfants, dont un fils, Claude-Maximilien. Anne mourut en 1614 et le maréchal de Saint-Géran se remaria, en 1619, avec Suzanne Aux Épaules, dame de Sainte-Marie-du-Mont, dont il aura deux filles. La même année, il fut nommé gouverneur, sénéchal et lieutenant-général du Bourbonnais, gouverneur de Moulins et de Chantelle. Louis XIII l'élèva, le 24 août, à la dignité de maréchal de France[14] et le fit, le 31 décembre, chevalier du Saint-Esprit. Il commanda les armées du roi aux sièges de Clérac, de Montauban, de Saint-Antonin et de Montpellier, en 1621 et 1622. Il mourut en son château de La Palice, en Bourbonnais, le et fut enterré dans la paroisse de Saint-Géran.

Claude-Maximilien de La Guiche[97], né en 1603, hérita des titres et possessions de son père et d'une partie de ceux de sa mère[N 18] et Jaligny eut dès lors les mêmes seigneurs que Lapalisse. Appelé, à titre de courtoisie, le comte de Saint-Géran, Claude-Maximilien épousa, en , Susanne de Longaulnay, née vers 1605 d'une première union de sa belle-mère, Suzanne Aux Espaules, et de Jean de Longaunay, dont il eut un fils, Bernard, le [98]. Il fut nommé gouverneur (), sénéchal et maréchal du Bourbonnais, et fit face à la révolte fiscale des Moulinois de . Il mourut à Moulins, le [99].

 
Drapeau d'ordonnance du régiment d'Albret de 1674 à 1678.

Bernard de La Guiche, comte de Saint-Géran et de La Palice, chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit, fut lieutenant-général des armées du roi[99] et ambassadeur[100] à Florence, en Angleterre et Brandebourg. Il se maria en avec Françoise de Warignies, dame du palais de la reine Marie-Thérèse d'Autriche, avec laquelle il eut une fille, Suzanne-Madeleine, née en décembre 1688 à Versailles, qui deviendra carmélite et trépassera au château de Versailles en 1743.

En avril 1677, deux actes de François Chartier, avocat au parlement et bailli de Jaligny, requis par le curé Jean Burelle, constatèrent les nombreuses dégradation commises[101] par deux escadrons de cavalerie du régiment de Chambert et par l'aide-major et plusieurs cavaliers du régiment d'Albret[102].

En 1679, la famille de La Guiche dut se dessaisir de la quasi-totalité de ses biens, à l'exception du fief de Lapalisse[103], et Bernard vendit la seigneurie de Jaligny - ainsi que celles de Treteau et Châtelperron - à l'un de ses créanciers, Jean-Baptiste Larchier, conseiller à la Cour des aides de Paris, qui en fit l'acquisition en 1682. Ce dernier la revendit, le , à Marie-Gabrielle de Marmande, veuve de Charles Guillaud de La Motte. Âgé de 54 ans, Bernard de La Guiche décèdera à Paris, le .

En 1686, le procès-verbal de la généralité de Moulins, précisant que la dame de la Motte-Guillaud en a le fief et justice, notait à Jaligny la tenue d'une foire et l'existence d'un « pont de bois sur la rivière de Bèbre, en très méchant état, qu'il seroit nécessaire de faire de pierre pour le passage des troupes et commodité publique ». Jaligny (ville) comptait alors 35 feux (± 175 h.) et Jaligny (paroisse), avec le fief des Escures, 16 feux (± 80h.)[104].

XVIIIe siècle modifier

 
Paulin de Barral.

Au décès de Gabrielle de La Motte, Châtelperron échut à sa fille, Marie-Cilénie, épouse de François de Charry des Gouttes, tandis que Jaligny et Treteau, avec Boucé et Sorbier, formèrent le patrimoine de son fils, Clément-Éléonor Guillaud de La Motte[N 19], colonel du régiment de La Mothe (1695-1590), brigadier des armées du roi et gouverneur de Moulins-en-Bourbonnais[14],[105]. Du mariage de Clément Guillaud et de Françoise Quatrebarbes[106], en 1704, naquirent deux fils, Charles (1702- ) et Henri-Augustin (1707-1762) Guillaud de La Motte, qui hérita de Jaligny au décès de son père, en 1710. Augustin[107], marquis de Jaligny[108], gouverneur de Moulins et capitaine du château de Moulins, épousa, le 4 mai 1742, Marie-Charlotte-Geneviève du Boisjourdan[109], qui lui donna deux filles, Henriette-Gabrielle et Marie-Séraphine Guillaud de La Motte. Il mourut en 1762 et fut inhumé le à Jaligny[110].

Le , Marie-Séraphine Guillaud de la Motte[111] épousa Pierre-François-Paulin, comte de Barral, seigneur d'Allevard en Dauphiné, descendant d'une vieille famille de maîtres de forges, chevalier de Malte et colonel de dragons, lui apportant Jaligny et Treteau. Il avait été reçu de minorité dans l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem le et dut, pour se marier, être dégagé de ses vœux[112]. À la sortie des Liaisons dangereuses en 1782, Marie-Séraphine obtint une séparation de corps et de biens pour « débauches » de son mari. Paulin, libertin fameux, aurait en effet servi de modèle, parmi d'autres, à son parent, Choderlos de Laclos, pour le personnage du vicomte de Valmont.

En 1768, le curé Foulhoux bénit deux nouvelles cloches. En 1772, on construisit le chemin du lieu-dit « le grand domaine » jusqu'à Marseigne, que l'on prolongea en droite ligne jusqu'à la Besbre. Le chemin, réalisé par un « atelier de charité », fut empierré grâce à la démolition des remparts de Jaligny. On bâtit ainsi un pont en bois sur la rivière, à l'emplacement du pont actuel[113].

De 1775 à 1778, plusieurs travaux furent entrepris sur l'église : le pignon d'entrée fut reconstruit et le mur Nord réparé. On édifia la tour de l'escalier qui monte au clocher, on bâtit une charpente sur la voûte pour la couvrir en tuiles plates, on refit à neuf le pavement et on pratiqua une niche pour les fonts baptismaux dans le mur de droite[113].

Révolution française modifier

Lors de l'assemblée générale des trois ordres, du ressort de la sénéchaussée de Moulins, le , le curé Guillaume-Joseph Fouilhoux faisait partie des représentants du clergé pour la châtellenie de Chavroches, y assistant comme procureur fondé de M. Chacaton, curé de Saint-Bonnet-de-Four, et de M. de Vaulx, curé des paroisses de Floret[N 20] et de Trezeil, son annexe. Le prieur-curé de Jaligny, Pierre-François Fouilhoux, y assistait également, au titre de la châtellenie des Basses-Marches[N 21]. Il était procureur fondé de M. Sébastien Gauthier, curé de La Celle-sous-Montaigut, et de M. Brody, curé de Quinssaines. L'ordre du tiers-état était représenté par Antoine Tain et Barthélemy Desfayer, propriétaires, députés de la paroisse de Jaligny[114].

La commune de Jaligny fut créée par le décret de l'Assemblée nationale constituante du , proclamé par le roi le [115], supprimant et abolissant « les municipalités actuellement subsistantes en chaque ville, bourg, paroisse ou communauté, sous le titre d'hôtels-de-ville, mairies, échevinats, consulats, & généralement sous quelque titre & qualification que ce soit ». Pour rendre uniforme l'administration du royaume, les lettres patentes du , données sur décrets de l'Assemblée nationale des 15 janvier, 16 et 26 février, partagèrent les anciennes provinces en 83 départements regroupant les districts formés de cantons qui avaient été créés le , par le décret de la Constituante « relatif à la constitution des assemblées primaires et des assemblées administratives ». Jaligny devint alors chef-lieu d'un canton appartenant au district du Donjon[116].

   
Estampes opposant le « prêtre patriote prêtant de bonne foi le serment civique » au « prêtre aristocrate » fuyant le même serment (1790).

Comme dans la plupart des communes, la Révolution française entraîna à Jaligny des troubles dus, notamment, à la constitution civile du clergé, décrétée par la Constituante le , à la suite de la nationalisation des biens du clergé en novembre 1789, et qui provoqua la division du clergé français en clergé « jureur » et clergé « réfractaire ». Dans un premier temps, Jaligny fit exception à la tendance générale de l'époque : alors que son plus proche voisin, Joseph Lacombe, curé de Marseigne, avait prêté serment, Guillaume-Joseph Fouilhoux, curé depuis 1766, « après avoir exposé son attachement pour la religion et la patrie, son respect et sa soumission entière pour les lois qui regardent en même temps le citoyen et le chrétien »[117], déclara solennellement que sa conscience lui ordonnait de le refuser. Malgré cela, la municipalité de Jaligny l'autorisa « à continuer ses fonctions comme ci-devant jusqu'à ce qu'il en soit autrement ordonné »[117].

Mais la liberté dont jouissait le curé Fouilhoux attira les prêtres insermentés qui venaient, dans une paix relative, célébrer l'office dans l'église pour leurs paroissiens[117]. Le 10 et le 17 avril 1791, Devaux, curé de Trézelles, et son vicaire dirent à Jaligny publiquement la messe et confessèrent les quelques habitants de cette paroisse qui les y avaient suivis. Ils furent dénoncés et les officiers municipaux décidèrent de remplacer le curé de Jaligny. Le département de l'Allier décida, le 26 avril, son transfert au séminaire de Moulins et nomma, à sa place, le prêtre jureur Claude-Pierre Marcillat, jusqu'alors vicaire de Saint-Pierre de Moulins[118]. Pourtant, arguant que « tous les citoyens ayant droit de choisir le lieu de leur domicile, il entend demeurer à Jaligny tant qu'une loi positive ne s'y opposera pas »[117], Guillaume-Joseph Fouilhoux, auquel la population était très attachée, continua à officier et, sur les registres paroissiaux, à côté du nom de Marcillat faisait figurer le sien, suivi de la mention « prêtre catholique »[117]. Malgré la résistance du curé jureur qui voulait lui refuser les clefs de l'église, la municipalité l'autorisa cependant à célébrer la messe, « sauf à lui de se pourvoir des ornements et de tout le nécessaire d'après le décret de l'assemblée nationale du 17 mars 1791 » ailleurs qu'à la sacristie. Fouilhoux continua donc à officier ; il signa son dernier acte de baptême le 31 décembre 1792[117].

 
Le peuple français reconnaît l'être suprême et l'immortalité de l'âme, estampe anonyme, 1794, Paris, BnF, département des estampes et de la photographie.

À partir de 1793, la paroisse subit la volonté de déchristianisation imposée par la Convention. Marcillat avait prêté, le 1er octobre 1792, le serment de liberté-égalité et, le 2 décembre, on l'avait nommé officier municipal et chargé des registres de l'état civil. Il conserva ses fonctions jusqu'au mois d'octobre, où Joseph Fouché l'appela à Lyon pour y être membre de la « Commission temporaire de surveillance républicaine » qu'il avait mise en place avec Jean-Marie Collot d'Herbois pour « former un supplément révolutionnaire à toutes les autorités constituées »[119] et maintenir leur zèle révolutionnaire. Le 20 frimaire an II (10 novembre 1793), on constata que Marcillat était parti depuis un mois.

Le 27 nivôse an II (16 janvier 1794), on acta la démolition du clocher, dont les matériaux furent vendus au démolisseur, et, le 29 pluviôse (17 février), on dressa un inventaire des objets mobiliers de l'église, devenue temple de la Raison. Confessionnaux, bancs, tableaux, etc., « des bois encombrant le temple de la Raison, ci-devant église, devenus inutiles, depuis que Jaligny a renoncé aux erreurs du fanatisme », furent vendus le 10 floréal[117] (29 avril). Fouilhoux continua secrètement son ministère, aidé par François Virot, un paysan illettré du hameau des Joules, qui enseignait le catéchisme, récitait les prières et allait chercher le prêtre qui venait de nuit, déguisé, pour baptiser ou marier[117].

 
Drapeau d'infanterie de la période révolutionnaire (1789-1793)

Pendant cette période, même s'ils furent largement imputés par les révolutionnaires aux « prédications séditieuses » du clergé insermenté, les troubles ne furent pas seulement religieux. Les procès-verbaux du Directoire[N 22], mentionnaient Jaligny comme municipalité royaliste, aux côtés de 19 autres et de 5 municipalités inciviques dans le département de l'Allier. Le 12 septembre 1792, à l'occasion de l'enrôlement des volontaires, on y injuria et on y frappa les commissaires envoyés par le directoire pour procéder à la levée de dix hommes destinés à la formation du 2e bataillon de l'Allier[120]. Des mandats d'arrêt furent lancés contre les quinze principaux meneurs, domestiques chez des prêtres réfractaires ou métayers chez les seigneurs des environs. Six d'entre eux réussirent à se cacher des gendarmes mais tous passèrent en jugement devant le tribunal criminel de l'Allier, le 17 février 1793, qui en acquitta trois, dont un contumace. Les autres, présents ou contumaces, furent condamnés à de la prison ferme, entre trois mois et deux ans, et à une peine de deux heures d'exposition sur la publique du Donjon[117].

 
Départ pour les frontières d'un citoyen volontaire

Par ailleurs, les républicains, soucieux de « veiller à la conservation de l'espèce humaine en mettant les mœurs à l'ordre du jour », proscrivirent « l'yvrognerie … et, également cette volupté honteuse ou plutôt cette lubricité qui assimile l'homme à la brute »[117]. Le comité de surveillance de Moulins ayant « pour y parvenir, fait arrêter les femmes et les filles publiques, et celles qui courent les promenades la nuit »[117], le conseil général de Jaligny ne voulut pas être en reste. « Considérant que, dans le moment où la patrie a besoin de défenseurs, il est nécessaire qu'une femme habite avec son mari, à moins qu'il n'y ait incompatibilité entre eux », il fit demander à une femme de Bourbon-Lancy, habitant depuis peu la commune, compte des motifs de sa séparation et l'invita à regagner le domicile conjugal. Le même jour, jugeant que « sous un gouvernement républicain, il fallait que les mœurs fussent régénérées », il expulsa une fille « qui n'a cessé depuis un temps infini de mener une vie contraire aux bonnes mœurs »[117]. Suivant l'exemple des grandes villes de l'Allier, Jaligny, le 12 ventôse an II (2 mars 1794), interdit également aux cabaretiers marchands de vin de « donner à boire à aucun particulier domicilié dans cette commune pendant les neuf jours qui suivront chaque décade » (soit 9 jours sur 10) ; ils étaient autorisés à vendre du vin à emporter « pourvu qu'il n'excède pas demi-bouteille par individu »[117].

XIXe siècle modifier

Les églises de France furent rouvertes le et le mouvement de déchristianisation continua à décroître sensiblement après le coup d'État du 18 fructidor an V () puis la prise du pouvoir par Bonaparte et le concordat de 1801 rétablit officiellement le culte en 1802. La paix religieuse revenue, Fouilhoux rouvrit son église et fut curé jusqu'à la nomination de son successeur, le 26 vendémiaire an XI (19 octobre 1802)[121], mais il signa son dernier acte le 24 avril 1803 et son successeur, Jean Potier, ne fut installé que le 25 mai 1803[117].

 
Blason de Nicolas Guyot

Sous le premier empire, Paulin de Barral, chambellan du roi Jérôme de Westphalie et cousin de l'impératrice Joséphine, fut fait baron Barral et de l'Empire par décret du , (lettres patentes signées à Paris le [122]). Peu avant, un décret du faisait également baron de l'Empire Nicolas Guyot, né à Jaligny le 6 février 1776, capitaine au 26e régiment d'infanterie légère (constitué à partir de la 16e demi-brigade légère bis et de la 17e demi-brigade légère, elle-même issue, pour partie, du 2e Bataillon de volontaires de l'Allier)[123], membre de la légion d'honneur[124]. Lieutenant de voltigeurs à la bataille d'Ebersberg, le 3 mai 1809, il avait été « exposé au plus grand péril ». Le lendemain, au moment de passer le régiment en revue, Napoléon l'avait fait appeler et lui avait dit[123] :

« Vous êtes désigné par vos chefs comme l'officier le plus brave du régiment ; je vous nomme baron et vous donne quatre mille livres de rente en dotation. »

— Colonel Pouget, Souvenirs de guerre du Général Baron Pouget

Dans son édition du , la rubrique « Travaux publics » du journal Le Mémorial bordelais remarque, « parmi les grands travaux qui occupent, sur tous les points de la France, une innombrable quantité d'ouvriers », la construction d'un pont à Jaligny (Allier)[125]. Cet ouvrage venait vraisemblablement se substituer à la structure bâtie en 1772.

Second Empire modifier

Bien que considérée comme municipalité royaliste, à la fin du siècle précédent - en 1793, le directoire du district du Donjon jugeait que « l'expérience a prouvé que l'on ne pouvait compter sur [la garde nationale] de Jaligny »[126] -, la localité comptait quand même, cinq décennies plus tard, quelques notables républicains. C'est pourquoi, lors du coup d'État du 2 décembre 1851, qui ne rencontra que peu d'opposition dans la région, un médecin, Chomet[127], et un pharmacien réussirent à soulever une petite partie de la population, plus des artisans que des paysans. Parti du Donjon, un mouvement d'émute se répandit et les insurgés marchèrent sur Lapalisse.

 
Chasseur à pied.

Le vers midi, 4 à 5 000 insurgés étaient réunis à Marseigne pour y être passés en revue[128]. La nouvelle arrivant de la mise en marche de la troupe de Moulins et de Clermont, ils se dispersèrent. Le , les insurgés de Jaligny firent prisonnier le maire et le gardèrent militairement jusqu'au lendemain. Après avoir distribué des fusils, de la poudre et des balles, ils allèrent ensuite de commune en commune pour recruter des partisans. À Lapalisse, des affontements armées avaient eu lieu et les insurgés du Donjon s'étaient emparés de la sous-préfecture de Lapalisse, avaient séquestré le sous-préfet et tué sauvagement 2 gendarmes[129] avant de retourner au Donjon et de piller son château.

Sous les ordres de Billard, de Saint-Léon, les insurgés se rassemblèrent de nouveau à Jaligny, rejoints par des gens de Thionne, de Chavroche, de Tréteau et de quelques autres communes[128]. La bande insurrectionnelle tenta de marcher sur Moulins, mais, le , arriva à Jaligny une colonne mobile composée de gendarmes, de chasseurs à pied et de citoyens volontaires aux ordres de M. Devaulx de Chambord[128]. Il fut procédé à 36 arrestations[128] et les insurgés furent containts de se retirer en désordre. La troupe occupa les localités d'où étaient partis les opposants et, le 7, la tranquillité était rétablie. Les biens de Chomet furent mis sous séquestre[127] et plusieurs insurgés jalignois furent déportés en Algérie jusqu'à leur amnistie en 1859[113].

En 1852, les sœurs de la Présentation ouvrirent une école de filles[113].

En 1856, on reconstruisit de nouveau le pont sur la Besbre[130].

IIIe République modifier

Détruit en 1794, le clocher de l'église fut rebâti dans la 2e moitié du XIXe siècle selon les plans de l'architecte vichyssois Abel Madeleine[131].

Le , la municipalité adopta un projet, déjà présenté en 1874, de construction d'une école communale de garçons, estimant pouvoir approvisionner le tiers de la somme nécessaire, et désigna un architecte de Jaligny pour en établir le devis et en dresser les plans. Lors de sa séance du , le conseil municipal décida l'ouverture d'école de filles dès le mois d'avril et annonça en confier la direction à une religieuse de la communauté des Augustines de Moulins, laquelle recevrait les émoluments attachés à sa fonction, à la condition cependant que la commune resterait libre de choisir une institutrice laïque, lorsqu'elle serait en mesure de la loger, et de lui transférer le traitement[132]. L'adjudication pour la construction de la maison d'école fut annoncée par la mairie au [133].

Un décret du autorisa la création dans la commune d'un bureau de bienfaisance (devancier de l'actuel centre communal d'action sociale)[134].

Le , Marie (1872-1944), fille d'Hector Marie Edme de Barral[135] épousa Paulin de Villardi de Montlaur, comte Georges de Montlaur, capitaine de dragons[136]. Seule héritière de la ligne aînée des Barral[137], elle transmettra ainsi la propriété du château et de nombreuses terres à Jaligny à la famille de Montlaur.

Le , la Société anonyme du chemin de fer d'intérêt local de Dompierre à la Palisse mit en service la ligne qui desservait, entre autres, la gare de Jaligny.

 
Avenue de la Gare.

En 1894, la municipalité de Jaligny vendit une parcelle de terre au minotier Auguste Turaud pour construire un deuxième pont sur la Besbre, le « pont de la Chaume »[113], permettant de la sorte un accès direct au « moulin de la Chaume » à partir du bourg. Situé sur la rive gauche de la rivière, alors que le « moulin du château » se trouvait sur la rive droite, cette minoterie semblait déjà ancienne à cette époque puisqu'il est documenté en 1820 comme appartenant à la famille Aubert, dont un des membres, Jean, fut maire de Jaligny de 1801 à 1830. Racheté en 1873 par Selaquet, un boulanger de Jaligny, il avait été pris en location par la famille Turaud en 1881 puis était passé dans cette famille en 1889 par le mariage de l'un des fils avec la fille de Jean Selaquet[138].

Le , le conseil municipal décida de créer l'avenue de la Gare et prévit à son budget une dépense de 5 000 francs (équivalant plus ou moins à 21 300  de 2022). En échange de l'ancien chemin « étroit et tortueux » qui était devenu insuffisant, Hector de Barral cèda le terrain et le parc du château fut aligné le long de la nouvelle avenue. Finalement, le devis complet pour l'avenue de la gare s'élèva à 10 624 francs et fut accepté par le conseil municipal le [113].

Lors des manœuvres du Centre de 1898, qui débutèrent le 6 septembre, opposant à Dompierre-sur-Besbre les 8e et 13e corps d'armée[139], Jaligny fut le quartier général de la 6e division de cavalerie[140].

XXe siècle modifier

Après leur expulsion en 1880, une partie des congrégations religieuses s'étaient reconstituées, donnant lieu à une réaction anticléricale des autorités de la Troisième République, qui fut d'abord relativement tempérée sous le gouvernement Waldeck-Rousseau (1899-1902). Avec l'arrivée aux affaires du gouvernement Combes la lutte contre l'influence scolaire de l'Église catholique, que Combes lui-même exposait comme une « campagne laïque »[141], l'anticléricalisme s'était encore durci avec notamment la fermeture de 3 000 écoles non autorisées de congrégations autorisées par le titre III de la loi Waldeck-Rousseau[142]. Les Sœurs de la Présentation déposèrent alors une demande d'autorisation et le conseil municipal de Jaligny émit un avis favorable, par 6 voix contre 3 de ses 9 membres présents sur 12, au maintien de leur école[143]. Néanmoins, anticipant la nouvelle expulsion des congrégations et pour qu'à la rentrée suivante la situation soit « satisfaisante pour les pères de famille », il décida, le , d'utiliser provisoirement la salle de la mairie pour permettre la création d'un deuxième poste d'institutrice laïque. De fait, 76 filles seront inscrites pour la rentrée. L'école congréganiste de filles ferma définitivement en 1904[113].

En 1905, débuta la construction d'un pont en béton de 28 m. sur la Besbre destiné à remplacer le pont de bois édifié en 1856. La réception définitive des travaux eut lieu le [113].

En 1908, la caserne de gendarmerie, qui était jusqu'alors installée près du pont, fut transferée dans ce qui aurait dû être le presbytère, dont la construction avait été votée par la municipalité le , avant la loi de séparation des Églises et de l'État (actuel hôtel de ville)[113].

En 1912, le conseil municipal décida le transfert du cimetière qui était à proximité du bourg. Le nouveau cimetière ouvrira en 1914, route du Donjon[113].

 
Monument aux morts de Jaligny vers 1921.

Lors de sa séance du , le conseil vota l'érection d'un monument aux morts sur la place de la République, pour perpétuer la mémoire des enfants de Jaligny morts pour la France au cours de la guerre de 1914-1918. Le maire, Auguste Turaud, informa le conseil qu'en mémoire de son fils « Mort pour la France », il faisait don à la commune du coq gaulois écrasant le casque à pointe allemand en bronze destiné à surmonter le monument. L'édifice fut réalisé en granit gris dont les éléments furent taillés au Mayet-de-Montagne, puis acheminés par chemin de fer à la gare de Jaligny puis, avec des voitures à chevaux jusqu'à la place de la République[144]. 43 noms furent gravés dans le granit, auxquels s'ajouteront par la suite 7 noms pour 1939-1945 et 3 pour les opérations d'Afrique du Nord, en 1956, 1957 et 1961.

En 1922, on décida que l'emplacement de l'ancien cimetière serait aménagé en place du marché et, le , on commença la construction de la première halle (travée centrale du marché actuel)[113].

 
1re halle du marché.

En projet depuis 1897, où les édiles hésitaient encore entre l'éclairage électrique et l'acétylène[145], l'électrification du bourg de Jaligny fut réalisée en 1927 par la Société Centrale de Distribution d'Énergie. En 1928, l'aménagement de sa traversée se poursuivit avec le goudronnage de la rue de la Poste.

Du 24 janvier au 21 février 1929, la France connut sa plus grande vague de froid depuis 1879 ; le 13 février au matin, on enregistra jusqu'à –30 °C dans la plaine de la Limagne[146]. Dans son édition du 22 février, le journal « Le Gaulois » rapporta que des loups poussés par la faim avaient été signalés dans les bois de Jaligny[147] et le quotidien de Georges Clémenceau, « L'Homme libre », annonça le même jour que des chasseurs avaient aperçu plusieurs aigles dans le parc du château[148].

1931 vit la démolition de l'ancienne mairie et la construction d'un nouveau bâtiment accueillant hôtel de ville, la salle des fêtes et la Poste, selon les plans de Marcel Génermont, architecte des monuments historiques de l'Allier.

L'école de scolarité prolongée.
L'hôpital.
L'école de filles.

Le marché couvert fut agrandit en 1932, par l'édification d'une deuxième travée en bordure de la route du Donjon.

En 1936, en application de la circulaire ministérielle du 30 octobre relative à l'allongement de la scolarité et aux classes de fin d'études[149], la commune fit l'acquistion de la propriété dite « l'hôpital » pour y créer de deux classe de scolarité prolongée. Le bâtiment avait été édifié à la fin du siècle précédent par Louis de Chantemerle, juge de paix, conseiller général du canton de Jaligny, maire de Cindré et sénateur, qui voulait en faire don à la commune pour qu'elle en fît une maison de retraite. N'ayant pas été réélu sénateur en 1885, il céda la maison à une famille qui, pour acheter le couvent de Marseigne, la revendit à la municipalité[150].

Au mois d'août 1937, Jean Zay, ministre de l'Éducation nationale et des Beaux-Arts, inaugura l'école modèle de scolarité prolongée. À cette occasion, il fit, après la réception à la mairie, la visite de l'établissement et le banquet qui suivit, plusieurs annonces importantes concernant les projets de loi qu'il allait présenter aux chambres, lors de la rentrée parlementaire : la réforme de l'enseignement, la création d'une école nationale d'administration et le statut du droit d'auteur et du contrat d'édition[151].

La même année, la municipalité décida d'aménager le terrain de sport et de construire des bains publics.

En 1938, le trafic sur la ligne de chemin de fer local fut définitivement arrêté.

Seconde Guerre mondiale modifier

Au mois de , après la percée de Sedan, le groupe d'armée no 4 de l'armée française, commandé par le général Huntziger établit son quartier général au château.

Comme dans de nombreux villages, la défaite des armées françaises entraîna un afflux de réfugiés civils à Jaligny qui les hébergea jusqu'à leur retour, à partir du mois de juin. Certains d'entre eux, qui louaient la gare, désaffectée depuis la cessation de l'exploitation de la ligne de chemin de fer, étaient encore présents en juin 1941[152].

 
Tracé de la ligne de démarcation dans l'Allier.

Entrée en vigueur le , après la signature de l'armistice entre l'Italie et la France du [153], la ligne de démarcation passait dans les bois de Jaligny, au nord du territoire communal. L'invasion de la zone libre le par les troupes allemandes entraîna sa suppression officielle le .

À partir de novembre 1942, en application des clauses de la convention[154] d'armistice, les Allemands vidèrent les stocks de munitions à chargement spécial (gaz de combat, toxiques chimiques et fumigènes) constitués depuis la Première guerre mondiale à l'entrepôt de réserve générale de munitions de La Ferté-Hauterive (situé sur le territoire de Saint-Loup[155],[156]) et créerent un important dépôt de ces munitions dans la forêt de Jaligny[157], protégé par une troupe bien équipée[158]. Des unités allemandes s'installèrent sur la commune, au château et dans d'autres propriétés de la commune, notamment à Marseigne.

Le , un responsable local de la Résistance s'enquit auprès d'un exploitant forestier de l'importance des troupes allemandes en forêt puis décida d'y effectuer une mission de reconnaissance avec quelques hommes. Ils trouvèrent sur place le cuisinier de l'unité et le tuèrent. Le 21 août, en représailles, des soldats du 18e Bataillon[158] regroupèrent des habitants du faubourg de Marseigne et quelques passants au carrefour des « Quatre-Chemins », avec l'intention de les fusiller pour venger l'assassinat du soldat. Sur ces entrefaites, deux véhicules de la compagnie FTPF 1218[158] du camp « Guy Mocquet » de Dompierre-sur-Besbre, dirigée par le docteur Clusel, médecin et communiste, qui venaient de piller certaines propriétés des environs et se dirigeait vers Sorbier pour y récupérer des armes récemment parachutées[158],[N 23], arrivèrent à Marseigne et, voyant le carrefour tenu par les Allemands, ouvrirent le feu[159]. Les Allemands ripostèrent et les six occupants de la première voiture, immobilisée par un jet de grenades[158], furent tous tués. Estimant les représailles suffisantes, ils libérèrent ensuite les otages. Les corps des maquisards furent exposés à l'église paroissiale, avec le produit des vols qu'ils venaient de commettre. La population de Jaligny refusa leur inhumation au cimetière communal mais on installa un monument au lieu où ils avaient été tués. Celui-ci fut déplacé par la suite de l'autre côté de la route, le long du mur de l'actuelle brigade de gendarmerie, sur lequel est apposée une plaque mortuaire portant leurs noms ainsi que celui de la jeune Paulette Michelet, âgée de seulement 14 ans, tuée accidentellement à proximité le 5 septembre 1944, d'un coup de fusil par un soldat FFI qui nettoyait son arme[158].

Après 1945 modifier

En 1959, un collège d'enseignement général fut créé à Jaligny, équipé et géré, pour l'essentiel, par la commune et les communes environnantes. L'équipement fut réalisé en classes préfabriquées (dont 7 par le budget communal de Jaligny et deux groupes de 3 classes fournies par l'État). Les communes constituèrent alors un syndicat intercommunal pour la construction d'une cantine scolaire afin d'héberger plus de 300 demi-pensionnaires, le service de demi-pension étant géré par un comité de gestion de bénévoles. En préalable à une nationalisation, la situation juridique de l'établissement fut régularisée à la rentrée 1970 par la création officielle du collège d'enseignement général mixte n" 0030019 E de Jaligny-sur-Besbre comme établissement de second degré, sous le régime municipal[160].

Marseigne modifier

 
Marseigne sur la carte de Cassini.

Le village de Marseigne, situé sur la rive gauche de la Besbre, semble avoir été bâti sur l'emplacement d'un camp romain[21], comme peuvent le laisser penser son nom de Marsinha des anciennes chartes (Martis signa, enseigne de Mars, périphrase pour désigner un camp)[161], ainsi que sa position topographique sur la voie romaine secondaire reliant Decize à Roanne par la vallée de la Besbre. Cette voie, venant de Dompierre, rejoignait ensuite Lapalisse[21]. Son existence est avérée par les nombreux vestiges gallo-romains découverts à ses abords. Elle remplaçait un chemin protohistorique attesté par le champ d'urnes de Dompierre et le trésor de Marseigne, composé de bijoux d'or (un bracelet d'or uni, une lame d'or enroulée « en ressort de sonnette », des torques d'or hélicoïdal à crochets coniques et un crochet conique en or) et d'un lingot de bronze, datant de l'âge du bronze trouvés en 1868 et 1869[162]. Des restes de cette voie ont été identifiés à Decize, Marseigne et Dompierre[83].

Aujourd'hui faubourg de Jaligny, Marseigne, dont l'existence est largement documentée depuis le Moyen Âge, était, sous l'Ancien Régime, une paroisse, au sens de subdivision administrative civile, qui appartenait à la généralité, à l'élection et au bailliage de Moulins[163] et relevait de la coutume du Bourbonnais. C'était une possession de l'abbesse des bénédictines de Notre-Dame de Nevers[24], qui était titrée dame de Marseigne[164] et y avait droit de justice, haute, moyenne et basse[161].

En tant que subdivision ecclésiastique, la paroisse de Marseigne relevait du diocèse de Clermont. Elle était sous le vocable de Notre-Dame[24], bien qu'une tradition très ancrée localement la place sous le patronage de saint Blaise[165],[166],[N 24]. Son curé était nommé à la présentation de l'abbesse de Notre-Dame de Nevers[24], en sa qualité de dame de Marseigne.

Un prieuré dépendant de cette abbaye est déjà connu à Marseigne en 1293, à l'occasion d'un différend entre Robert III, comte de Clermont, seigneur de Jaligny, et Isabelle, prieure de Marseigne, au sujet de la justice haute et basse du prieuré et des amendes qu'elle devait toucher pour les délits commis dans la ville de Marseigne[161].

On sait, par le terrier de Chavroches, refait en 1509 sur ordre de la duchesse Anne de Bourbon, que le fief de La Vauvre (près de Jaligny) appartenait à la prieure de Marseigne[128] et, par la Description générale du Bourbonnais en 1569 établie par Nicolas de Nicolaÿ que la paroisse comptait 28 feux fiscaux, ce qui pourrait équivaloir à environ 140 habitants. À la même époque, Nicolaÿ recensait 78 feux (environ 390 habitants) à la paroisse de Jaligny, « tant en la ville et franchise que hors la franchise »[2].

 
Blason de l'abbaye Notre-Dame de Nevers.

L'exploitation par les sociétés savantes locales des archives de la Nièvre relatives à l'abbaye Notre-Dame de Nevers, a permis de documenter un grand nombre d'autres droits et possessions du prieuré, notamment au XVIIe siècle. Ainsi, trois procès-verbaux d'une visite canonique du prieuré, effectuée le 22 juillet 1624 par Jacques Aubert, prêtre et religieux profès de l'abbaye de Saint-Vincent du Mans, commissaire député par Claude de Gamaches, abbesse de Notre-Dame de Nevers, accompagné du notaire royal au bailliage et siège présidial de Saint-Pierre-le-Moûtier, fournit un compte-rendu très complet de l'état général du monastère, de ses aménagements et de ses revenus.

La prieure, dame Perronne de La Guiche, étant absente, les commissaires passèrent par le cloître pour se rendre à l'église, où ils constatèrent que « la voulte couvrant le grand aultel est crevassée, fendue et entre ouverte, menassant ruyne et quant à deux petites voultes, estant à l'entrée du choeur de lad. esglise, avons veu qu'elles ont esté puis naguères refaictes à neuf. »[161]. Le soir, « au logis de Nostre-Dame », ils reçurent messire Jean Tungnaud, curé de Marseigne et chapelain du prieuré qui y résidait dans une chambre, « d'aultant que à présent il n'y a aucune maison presbiteralle, estant ruynée de long temps et les parochiens si pauvres qu'ils n'ont moyen de la faire rebastir. »[161]. Il déclara en outre qu'il assurait le service divin et célébrait la sainte Messe au moins un jour sur deux en l'église du prieuré et qu'il y célèbrait même les vêpres les dimanches, ainsi qu'aux fêtes de Notre-Dame et des Apôtres[161]. Le lendemain, les commissaires rejoignirent messire Tungnaud dans le prieuré, où il leur montra une grande chambre planchée à neuf, une des salles attenantes, une cuisine et deux autres petites chambres, « toutes lesquelles chambres, salles et cuisine, avons trouvé en bon estat et suffisamment garnies de meubles »[161].

Il ressort également de l'audition du chapelain que le prieuré était propriétaire d'un moulin à blé « assez proche et au-dessus de Jalligni, sur la rivière de Besbre, justice dudit prioré, qui s'accense communément 50 quartes froment et seigle ». Il possédait également un domaine – sans doute celui des Ardillers[14] – et « plusieurs articles de cens, rentes et beaux deniers, debvoirs » lui étaient dus, comme en témoignèrent les documents présentés au commissaire de l'abbesse[161].

La prieure avait droit de dîme aux paroisses de Saligny (dîme de Paray), Collanges et les Fougis, sur la paroisse de Thionne. En outre, elle avait totale justice, haute, moyenne et basse dans l'enclos et pourpris de la paroisse de Marseigne, cimetière et deux maisons devant ladite église, ainsi qu'en la maison du jardinier[161].

 
Le Couvent.

En 1686, le procès-verbal de la généralité de Moulins, établi par l'intendant d'Argouges, estimait le revenu du prieuré de Marseigne à 800 livres (au cours de 2023, environ 17 216 euros). La paroisse comptait alors 26 feux (environ 130 habitants) ; à titre de comparaison, Jaligny (ville) recensait 35 feux (± 175 h.) et Jaligny (paroisse), avec le fief des Escures, 16 feux (± 80h.)[104].

Certains documents mentionnent aussi à Marseigne[N 25] un prieuré augustin, également sous le vocable de Notre-Dame, qui aurait été rattaché à l'abbaye Saint-Martin de Nevers[167],[168],[169]. Quelques-uns d'entre eux considèrent que c'est son prieur qui percevait en totalité la dîme de la paroisse de Marseigne ainsi que la dîme de Paray, sur le territoire de Saligny, indivise avec le curé prieur de Saligny et le propriétaire de cette terre[170].

Lors de l'assemblée générale des trois ordres, du ressort de la sénéchaussée de Moulins, le , deux députés de la paroisse de Marseigne, Claude Lageneste, commissaire en droit seigneuriaux, et Gilbert Puignard, propriétaire, de la paroisse de Marseigne, représentaient l'ordre du tiers état pour la châtellenie de Chavroches[114].

La commune de Marseigne fut créée par le décret de l'assemblée nationale du , proclamé par le roi le [115]. Bien que décidée le , par délibération du département de l'Allier[171], sa fusion à celle de Jaligny semble avoir été effective antérieurement au , car ce jour-là, le curé Lacombe annonça son intention de prêter le serment à la constitution civile du clergé « à la municipalité de Marseigne et Jaligny réunis »[117].

 
Marseigne au cadastre de 1833.

La paroisse catholique disparut de facto quand le dernier curé, Joseph Lacombe, quitta Marseigne pour Vaumas, dont il fut curé « intrus » (« juratus, fuit intrusus à Vaumas ; absque moribus et doctrina »[117]) en 1791-1792[172]. Elle fut alors desservie par Claude-Pierre Marcillat, curé constitutionnel de Jaligny, qui, le , alla prendre les vases sacrés de l'église qui menaçait ruine et les rapporta à Jaligny, puis elle fut rattachée à Saint-Hippolyte de Jaligny, vraisemblablement vers 1797, quand le curé Guillaume-Joseph Fouilhoux, sortit de la clandestinité dans laquelle il vivait depuis 1793[117]. L'état religieux des ecclésiastiques de l'Allier vers 1802, la mentionnera comme « actuellement réunie à Jaligny »[121].

Le 16 janvier 1792, « presbytère, jardin, deux petits vergers provenant de la cure de Marseigne » furent adjugés en biens nationaux à un dénommé Bassot pour 4 500 livres et, le 24 prairial an II (12 juin 1794), « les bâtiments du prieuré de Marseigne, dépendant des Bénédictins de Nevers, église, cimetière, jardin, verger » le furent pour 37 000 livres à Jean-Marie Pomer de Péreux[173]. Il ne reste rien de l'église paroissiale, qui n'apparaît déjà plus sur le plan cadastral de 1833, mais, du prieuré, subsiste un beau logis à double corps, nommé « le Couvent ». Le lieu-dit « La Vieille Cure » est un rare témoignage toponymique de l'existence de cette ancienne paroisse.

Le prieuré du Saint-Sépulcre modifier

 
Moines bénédictins au XIIe siècle.

Il y avait, non loin de la ville, un monastère bénédictin aujourd'hui disparu, le prieuré du Saint-Sépulcre, de son nom de fondation le « Prieuré du Saint-Sépulcre de Beaulieu »[N 26], fondé par Hector (ou Hictor), seigneur de Jaligny, le 24 octobre 1036[24], au retour d'un pèlerinage en Terre sainte. Le préambule de l'acte de fondation porte : « La vie est éphémère et rude pour ceux qui ne se confient qu'à eux-mêmes ; des peines seront infligées aux méchants et une récompense accordée aux bons. » Hector ajoute que, « pour assurer la paix éternelle de son âme, [il] fonde une église et la consacre au Saint-Sépulcre, en mémoire de la vive compassion dont le Christ fut ému quand il revint par le chemin de Jérusalem »[174]. Il entend que sa fondation demeure à perpétuité telle qu'il l'établit et « voue quiconque essaierait d'y changer quelque chose, fût-ce le roi même, aux châtiments qu'ont subi les traîtres Judas, Antiochus, Domitien, Néron, Datan et Ambiron[174],[175],[N 27]. »

Le Moûtier de Jaligny fut érigé en monastère après sa cession à l'abbaye de la Chaise-Dieu (après 1052) et soumis à la règle de saint Benoît[24].

On trouve aux Archives nationales une charte du portant procuration du prieur du Saint-Sépulcre de Jaligny, Étienne de Montaigu, pour être représenté à Montpellier devant le vicomte de Narbonne et recevoir de lui les avis du roi Philippe le Bel au sujet de l'affaire du pape Boniface VIII[14],[N 28].

 
Le Moûtier de Jaligny.

Au XIVe siècle, ce prieuré était devenu très prospère. De nombreux litiges vont alors naître entre les religieux et les seigneurs du voisinage. Le plus curieux concerne la prétention du prieur du Moûtier qui revendique le privilège de chasser la grosse bête dans les bois de Jaligny[14]. Plus sérieusement, en 1379, Guichard Dauphin reprochait au prieur du Moûtier, Guillaume de Rochefort, d'avoir transformé depuis une quinzaine d'années, sans son autorisation, son prieuré en « une maison forte pourvue d'eschiffes et de tours et environnée de murs et de fossés, et cela à son très grand préjudice, attendu que ledit prieuré est sis près de son chastel de Jaligny, que jusque-là il n'a pas été fortifié, et que l'emparement n'en estant pas suffisant et le lieu n'étant tenable et défendable, grand péril et inconvénient se pourrait ensuir »[14]. Ce à quoi les moines répliquent qu'ils n'ont fait qu'« obéir aux nécessités du moment en fortifiant leur prieuré, attendu que c'est le seul moyen d'assurer le service divin et d'offrir à leurs sujets un lieu où ils puissent mettre eux et leurs biens en sûreté. Les choses, en outre, ont été faictes de façon suffisante pour que la maison fût tenable et défensable, et il serait injuste de les obliger à démolir ce qu'ils ont péniblement édifié à grands frais et labeur ». Un arbitrage intervint et, le , un traité fut signé par lequel le prieur était autorisé à maintenir son prieuré en l'état de maison forte, avec ses tours, eschiffres (guérites), murs et fossés, pour protéger les revenus importants du monastère, estimés à 300 livres par an[176] et même à en augmenter les fortifications. En outre, il y pouvait mettre et instituer « un capitaine ydoine et suffisant du pays de Bourbonnais, Auvergne ou de Bourgogne, pour la tuition, seureté et garde dudit lieu, qui permit et réservé toutes foyes que le capitaine qui mis, institué et estably aura esté par les religieux fera serment solennel en la présence du seigneur de Jaligny ou de son bailli, toutes et quantes fois que requis en sera, de bien et loyalement gouverner et exercer l'office de capitaine dudit lieu au proffit dudit seigneur de Jaligny, des religieux et du pays »[14].

 
Pierre sculptée aux armes d'Antoine de Balzac d'Entraigues.

Aux constructions de cette époque appartiennent le rempart de la façade ouest, la tour de l'angle nord-ouest et des vestiges de la tour sud-ouest.

Le prieuré du Moûtier avait la collation de seize cures et des droits seigneuriaux dont la nomenclature serait interminable. Ses revenus étaient considérables et dépassaient encore 6 000 livres à la Révolution. En dépendait, notamment, le prieuré-cure de Cossaye[177] et de Saint-Germain-en-Viry[178]. Dès le XIVe siècle, les droits, cens et devoirs du fief de Toulon appartenaient au prieur de Saint-Sépulcre qui en a joui jusqu'à la Révolution française[14]. Le prieuré fut, par la suite, donné à l'abbaye de La Chaise-Dieu[174].

 
Armes d'Antoine de Balzac d'Entraigues.

Le régime de la commende s'introduisit très tôt dans ce bénéfice et, à partir de 1456 où Antoine de Balsac est cité comme prieur commendataire[N 29], on voit successivement passer Antoine de Chabannes, évêque du Puy (1520), Philibert de la Guiche (1540), François de la Guiche (1545-1578), Pierre Roux (1591), Antoine Challemoux, prêtre de Chambilly (1593-1613), Antoine Berthoux, de Mazerier (1613-1635), Jacques de Bayard (1635-1666), Jean-Jacques de Charry des Gouttes (1666-1718) puis Jean Oliva ou Olivat, bibliothécaire du cardinal de Rohan puis du prince de Soubise[N 30] ( -1747) et enfin Charles-Louis de Taillandier (1747-1792)[14].

Mettant aux mains de particuliers, généralement étrangers au monastère, des ressources destinées au culte, la commende était, de façon générale, un régime déplorable. Au Moûtier son emploi fut particulièrement scandaleux. Bien souvent le commendataire réduisait au maximum le personnel du couvent, se bornant à assurer le service divin. Philibert de la Guiche fit encore pire : il chassa d'un seul coup tous les religieux, et, régi dès lors comme un bien ordinaire, ce prieuré ne fut plus qu'une propriété des La Guiche, dont Roux, Chalmoux, Berthoud et Bayard ne furent en réalité que des fermiers. En 1681, pourtant, il y eut une tentative de restauration de vie religieuse, mais elle ne semble pas avoir réussi et la communauté, en 1743, se trouvait de nouveau réduite à un seul religieux, nommé Prévost, titulaire unique de tous les offices claustraux.

Le 16 mai 1744, le roi autorisa l'abbé Jean Oliva à poursuivre la suppression de la mense conventuelle et des offices claustraux[179]. Le 6 avril 1746, l'évêque de Clermont prit le décret de suppression de la mense conventuelle[179]. En et le , des lettres patentes du roi confirmèrent le décret épiscopal et ordonnèrent son exécution[179]. Enfin, cette même année, le grand conseil de la Chaise-Dieu décida que, moyennant une rente de 400 livres payée à la mense conventuelle de l'abbaye par le prieur du Moutier, les fondations faites à ce monastère y seraient transportées et qu'à leur intention il serait célébré chaque semaine, dans l'église abbatiale, une messe à voix basse. Devenus inutiles, l'église et les bâtiments claustraux furent détruits ; on vendit les ornements et objets servant au culte et, en 1750, de cette fondation d'Hector de Jaligny, à laquelle il était interdit de toucher « sous peine de damnation éternelle », il ne restait plus que des domaines et des rentes servant uniquement à rendre la vie facile à un heureux bénéficiaire.

Cependant, un pouillé de 1762 mentionne encore comme étant à la collation du prieur de Jaligny les cures suivantes : « Saint-George du Vernet, Sainl-Alyre de Billy, Notre-Dame de Ciernat, Sainte-Anne de Montaigut-le-Blanc, Saint-Eloy de Montordre, Saint-Voyes près Jaligny, Saint-Maurice de Tréteaux, Saint-Lambert de Chasannes, Saint-Vénérand, Saint-Hypolite de Jaligny, Saint-Sépulcre près Jaligny, avec Notre-Dame de Thionne, son annexe[180]. »

 
Puits du XIIe siècle.

Du Moûtier du XVIe siècle il reste tout un côté et deux tours. En outre, au-dessous des constructions actuelles, il est facile de suivre, sur tout leur pourtour, la base des vieux murs. À cet ancien prieuré, construction carrée et flanquée de quatre tours, affectant bien plus la forme d'un château fort que d'un couvent, on ajouta, au XVe siècle, la vaste aile où sont maintenant les appartements habitables et une porterie, dont les voûtes étroites à arêtes vives passent, généralement et à tort, pour les restes d'une ancienne chapelle. De ces constructions datent deux élégantes pierres sculptées aux armes des Balzac d'Entraigues, dont l'une se trouve encastrée dans un mur et dont l'autre est une ancienne clef de voûte de la porterie : un ange aux ailes déployées tient le blason devant lui. Plus tard, la partie la plus ancienne du Moûtier subit un remaniement complet et les vieilles salles gothiques disparurent pour faire place à des chambres hautes au goût du XVIe siècle. Ces travaux furent interrompus lors de la scandaleuse gestion de Philibert de la Guiche et il n'en subsiste guère qu'une cheminée inachevée dont les ornements sont seulement esquissés. À la fin du XIXe siècle, on y lisait encore deux inscriptions : Cognosce te ipsum et Facile contemnit omnia quisemper cogitat esse mor(iturus)[14].

L'église, autour de laquelle s'étendait le cimetière, se trouvait à l'emplacement de la basse-cour actuelle. Lors de travaux au cours du XIXe siècle, on y a découvert de nombreux chapiteaux et pierres sculptées, provenant des démolitions de 1747, qui furent malheureusement brisés pour être utilisés comme moellons[14]. Seule subsiste, dans la cour d'honneur, une margelle de puits taillée d'un seule bloc et ornée d'arcatures romanes du XIIe siècle. Des fouilles récentes, entreprises par l'actuel propriétaire, ont mis au jour des sépultures anciennes à l'emplacement supposé de l'église.

Cette maison forte est aujourd'hui située sur le territoire de la commune de Thionne.

Politique et administration modifier

Jaligny a été le chef-lieu d'un canton qui regroupait huit communes et totalisait 4 280 habitants en 2011. Le canton fait partie de la première circonscription de l'Allier. Depuis fin , la commune est rattachée au canton de Moulins-2[183].

Dans l'ordre administratif, la commune appartient à l'arrondissement de Vichy et au département de l'Allier.

Dans l'ordre judiciaire, Jaligny-sur-Besbre relève du tribunal d'instance de Vichy, du tribunal de grande instance, du tribunal de commerce de Cusset et de la cour d'appel de Riom[réf. souhaitée].

La commune est membre de la communauté de communes Entr'Allier Besbre et Loire.

Municipalité modifier

Le conseil municipal de Jaligny-sur-Besbre est composé de 15 membres élus au scrutin majoritaire à deux tours[184]. La population communale étant inférieure à 1 000, les candidatures isolées et les listes incomplètes sont autorisées[185], mais on ne peut plus être élu si l'on n'a pas préalablement fait acte de candidature[186]. Chaque électeur choisit librement parmi tous les candidats ceux qu'il préfère : il peut panacher les listes, sans toutefois dépasser le nombre des 15 élus possibles. Les candidats ayant recueilli au premier tour la majorité absolue des suffrages exprimés et au moins un quart des voix des électeurs inscrits sont élus dès ce premier tour[187]. Au deuxième tour, sont élus ceux ayant alors obtenu le plus de voix. L'élection est acquise au plus âgé lorsque tous ne peuvent être élus compte tenu du nombre de sièges à pourvoir[187].

Aux élections municipales de 2014, la participation était de 358 votants sur 529 inscrits sur les listes électorales de la commune, soit un taux de 67,67 %. 15 sièges étaient à pourvoir. Tous les candidats de la liste unique ont été élus dès le premier tour.

On remarque également que plusieurs des candidats sont des habitants de la commune récemment installés.

Liste des maires depuis 1983
Période Identité Étiquette Qualité
1983 1986 Élie Combaret   Vétérinaire
1986 1989 Jean Bernardin   Gérant de coopérative
1989 2008 Marcel Achard PS Retraité de l'enseignement
2008 2010 Lucie Jaboin DVG Retraitée de l'enseignement
2010 2014 Pierre-Henri Vinay   Directeur de galerie d'art
2014 2020 Michel Laurent[192]   Agent technique
2020 En cours
(au )
Annie Deborbe[193]   Avocate

Hôtel de ville modifier

Les services de la mairie sont installés depuis 2005 dans l'ancienne caserne de gendarmerie, rue de la Couzenotte[113].

La construction de ce bâtiment sur des plans de l'architecte Antoine Percilly de Vichy avait été décidée le par le conseil municipal pour être le presbytère. Le financement du projet fut assuré pour partie par la vente de l'ancien presbytère situé route du Donjon, qui fut vendu le, et une subvention de l'État, le reste étant pris en charge par le conseil de fabrique de la paroisse[113]. Lors de la suppression de cet établissement public du culte par la Loi de séparation des Églises et de l'État du , la commune recouvrit à titre définitif la libre disposition du presbytère et c'est finalement la brigade de gendarmerie, qui devait s'installer au « Château Rouge », à la sortie du bourg, sur la route de Saint-Léon qui occupa ces locaux, peu fonctionnels pour accueillir des bureaux et des logements, de 1908[113] jusqu'à la construction de la nouvelle brigade à Marseigne dans les années 1980.

Services publics modifier

  • Le corps des sapeurs-pompiers a été fondé en 1886, année de l'achat de la première pompe à bras[194]. Depuis la départementalisation des corps de sapeurs pompiers, le centre de secours de Jaligny, autrefois communal, est rattaché au S.D.I.S. de l'Allier et appartient à la compagnie N3 du groupement Nord basé à Moulins[195].
21 sapeurs-pompiers volontaires - dont cinq féminines, pour une moyenne d'âge de 33 ans - commandés par un officier, sont affectés au centre de secours de Jaligny, renforcé par les 13 volontaires[196], commandés par un sous-officier, du centre de première intervention de Trézelles. Plusieurs recrues issues de la filière « Jeune sapeur-pompier » sont attendues en juillet 2024.
La caserne des pompiers, située près du cimetière, a été construite en 1995. Lors de sa session du , le conseil départemental de l'Allier a annoncé une subvention d'investissement d'1 million d'euros par an sur 2 ans soutenir la construction de trois nouveaux centres de secours, notamment à Jaligny-sur-Besbre[197].
En plus d'un camion citerne contenant 4 000 litres d'eau et pouvant transporter 5 sapeurs-pompiers, le centre est doté d'un véhicule de secours et d'assistance aux victimes et d'un V.P.I. (Véhicule de protection et d'incendie). La dotation d'un V.L.T.T. est prévue au budget 2024-2026 pour renforcer la chaîne de commandement « feux espaces naturels ».
En 2023, l'activité opérationnelle du centre a compté 445 interventions, dont 54 pour feux, 318 secours d'urgence aux personnes, 49 accidents sur la voie publique et 24 opérations diverses[198]. Les pompiers de Jaligny ont également participé, du 30 octobre au 2 novembre, à l'exercice « Vulcain », destiné à l'entrainement des réservistes de l'armée de terre à conduire une opération sur le territoire national[199].
  • Depuis la fermeture de l'agence postale en mai 2023, la municipalité a installé une agence postale communale dans la « salle de mémoire » de l'ancien hôtel de ville[200].

D'autres administrations ont été présentes sur la commune :

  • une agence postale ;
  • une agence du trésor public à compétence cantonale (perception) assurait le recouvrement des impôts directs et de certaines taxes ;
  • une justice de paix réglait les litiges de la vie quotidienne par une démarche conciliatrice. La salle de justice de paix existe toujours dans les locaux de l'ancien hôtel de ville.

Enseignement modifier

108 élèves fréquentent l'école de Jaligny : 81 dans les 5 classes de l'école élémentaire[201] et 27 l'école maternelle[202]. Plus de la moitié d'entre eux viennent des communes environnantes : Châtelperron, Mercy, Saint-Voir et Thionne.

Construit en 1978, le collège des Chenevières[203] compte 14 salles. 12 professeurs enseignent à 122 élèves[204], répartis sur 8 classes[205]. En 2022, le taux de réussite au brevet des collèges a été de 73,7 % en 2022, avec 28 admis pour 38 inscrits, dont 60.71 % de réussite avec mention[206]. Le collège des Chenevières se classe au 6 402e rang des 8 732 établissements français.

Ces établissements sont rattachés à l'inspection académique de Moulins et dépendent de l'académie de Clermont-Ferrand.

Santé et social modifier

  • Un médecin généraliste et une pharmacie sont implantés sur la commune, ainsi qu'un kinésithérapeute et deux cabinets infirmiers.
  • Le Centre Social[207] a été fondé en 1966 de par l'initiative des élus, des responsables des caisses locales de la Mutualité Sociale Agricole et de quelques personnalités locales intéressées par l'action sociale. C'est une association loi 1901 avec pour but de « promouvoir, créer, gérer toutes les activités et les services d'ordre sanitaire, social, culturel, éducatif, familial, en faveur des enfants, des adolescents, des malades, des vieillards et des familles en général ». Dès son origine, Le Centre Social est créé par et pour la population afin de répondre à l'ensemble des besoins sociaux de son territoire. L'activité du Centre Social a considérablement évolué au cours de toutes ces années. Si durant les quinze premières années, les actions entreprises étaient d'ordre médico-social, le Centre Social, depuis 1980, se présente comme un équipement de proximité à vocation d'animation globale et tend à s'inscrire comme un véritable instrument du développement social local. L'animation globale développée par cette structure participe à un soutien de l'animation de la vie locale et au développement social de son territoire par une approche favorisant l'exercice de la citoyenneté et l'échange social. À ce titre, le Centre Social s'attache particulièrement à la participation des habitants, dans tous les projets qu'il conduit. Équipement de quartier à vocation globale, familiale et plurigénérationnelle, c'est un lieu de vie sociale et un lieu d'inventions sociales concertées et novatrices. Dans les axes prioritaires de son projet social, on retrouve des objectifs tels que l'intégration des nouvelles populations, le développement des solidarités locales, voire européenne, la valorisation de la politique enfance jeunesse, la mise en réseau des associations et des collectivités, le soutien technique aux projets…
  • Un établissement d'hébergement temporaire pour personnes âgées (EHTPA), financé par la communauté de communes Val de Besbre - Sologne Bourbonnaise, est ouvert depuis le . La « Résidence du Val-de-Besbre » possède une capacité d'accueil non-médicalisé de 27 personnes.

Jumelages modifier

La commune n'est actuellement jumelée à aucune localité étrangère.

Démographie modifier

Évolution démographique modifier

Jaligny est marqué par une forte baisse démographique, plus prononcée que sur la globalité du département de l'Allier. En un siècle, entre le recensement de 1896 et celui de 1999, la commune a perdu plus de 35 % de ses habitants. Avec 694 habitants en 1999, on y dénombre 68 habitants de moins qu'en 1990, soit une baisse de 8,92 %, pendant que l'ensemble du département perd seulement 3,77 % de sa population sur la même période. Plus que l'important déficit migratoire constaté dans les années 1970, aujourd'hui c'est surtout le déficit naturel qui est la cause de cette décroissance. L'excédent des décès sur les naissances explique actuellement les trois-quarts de la baisse démographique. La constante dégradation du bilan naturel résulte plus d'une chute du nombre des naissances que d'une augmentation des décès.

Comme dans le reste des zones rurales du département, les personnes âgées y sont sur-représentées. Cependant, la population des campagnes semble baisser à un rythme moins soutenu que celles des principaux pôles d'activités de l'Allier. Le bilan migratoire devenu légèrement positif annule une partie du déficit naturel.

Situé par l'Insee entre 25 et moins de 30 %, le taux de renouvellement de la population fait apparaître une plus grande stabilité que sur l'ensemble de l'Allier. En revanche, les personnes qui s'installent sur la commune sont plus âgées que dans les aires urbaines, où les nouveaux habitants sont principalement de jeunes ménages. La part des 60 ans ou plus parmi les nouveaux arrivants se situe entre 15 et 20 % contre 13,5 % pour la globalité du département et moins de 10 % pour ses pôles d'activités.

La part des actifs parmi la population âgée de 15 ans ou plus est de moins de 46 % quand elle est de 50 % pour l'Allier, en raison de la population plus âgée et d'une diminution de l'emploi agricole. La part des femmes actives parmi la population féminine âgée de 20 à 59 ans est inférieure à 70 % contre 75 % pour la moyenne du département.

On dénombre en 2005, sur la commune, 370 foyers fiscaux. 147 sont imposables (soit une évolution de 13,9 % par rapport à 2003), 223 non-imposables (-3,9 %). Le revenu net imposable moyen (12 933 ) a baissé de 1 % entre 2003 et 2005 alors que le revenu net imposable global (4 785 000 ) a progressé de 1,2 % pendant la même période.

Le taux de chômage de la population active est de 11 % (5 % des hommes, 18,4 % des femmes).


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[208]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[209].

En 2021, la commune comptait 551 habitants[Note 1], en diminution de 8,01 % par rapport à 2015 (Allier : −1,97 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
597408427568643627689888889
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9219059509241 0141 0621 0791 0951 073
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0591 0391 012946927954924869825
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
822827778767762694652641598
2018 2021 - - - - - - -
563551-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[210] puis Insee à partir de 2006[211].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges modifier

La population de la commune est âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 24,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (29,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 42,3 % la même année, alors qu'il est de 34,6 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 262 hommes pour 301 femmes, soit un taux de 53,46 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (52,05 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[212]
HommesClasse d’âgeFemmes
2,3 
90 ou +
3,7 
13,4 
75-89 ans
18,9 
24,0 
60-74 ans
21,9 
22,1 
45-59 ans
21,3 
10,7 
30-44 ans
12,0 
15,3 
15-29 ans
9,3 
12,2 
0-14 ans
13,0 
Pyramide des âges du département de l'Allier en 2020 en pourcentage[213]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,8 
9,8 
75-89 ans
13,5 
21 
60-74 ans
21,7 
20,9 
45-59 ans
19,8 
15,8 
30-44 ans
15,1 
15,5 
15-29 ans
12,9 
15,9 
0-14 ans
14,1 

Urbanisme modifier

Typologie modifier

Jaligny-sur-Besbre est une commune rurale[N 34],[214]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[215],[216]. La commune est en outre hors attraction des villes[217],[218].

Occupation des sols modifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (81 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (39,4 %), prairies (35,3 %), forêts (12,4 %), zones agricoles hétérogènes (6,3 %), zones urbanisées (6,2 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,5 %)[219].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l'évolution dans le temps de l'occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Logement modifier

Jaligny comptait 389 logements en 1999. Le parc est relativement ancien, plus de la moitié des résidences principales (56 %) ayant été construites avant 1949, contre 32,9 % en France. Cela s'explique par le fait que la presque totalité des zones non bâties est consacrée à l'agriculture.

Les résidences principales représentent 74,6 % du parc, soient 291 logements dont le nombre moyen d'occupants est de 2,3 personnes.

Les résidences secondaires (43 en 1999) ont évolué de 19,4 %, au cours de la décennie précédente.

La majorité des résidences (92 %) sont des logements individuels. On note une augmentation de 72,2 % de logements en immeubles collectifs ans la période 1990-1999, mais cela ne représente que 9 logements supplémentaires construits sur cette période.

Zones protégées modifier

  • Une grande partie du château est inscrite depuis le à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques. À l'extérieur, ce sont les façades et les toitures du château et de la poterne, la tourelle d'escalier sud avec sa voûte en palmier. À l'intérieur, sont inscrits, au rez-de-chaussée : le grand salon avec son décor (à l'exception des colonnes), la salle de billard avec son décor, la cheminée de la salle-à-manger, le plafond à solives peintes de l'office ; au premier étage : les deux cheminées en pierre des tours nord et sud.
  • Le parc et le château du Lonzat, y compris ses décors intérieurs (salle à manger, salon, escalier à ferronnerie, chambres à cheminées et trumeaux), ses communs et dépendances, chaumière, allée d'honneur, avant-cour et cour d'honneur sont inscrits depuis le .

Économie modifier

Jaligny est un pôle de services intermédiaires[N 35] du bassin de vie de Moulins, éligible au Programme régional des petites villes d'Auvergne, tiraillé entre les petites villes de Dompierre-sur-Besbre, Lapalisse et Varennes-sur-Allier[220].

Le pôle de Jaligny-sur-Besbre est fragile. Son statut de chef-lieu de canton permet le maintien de son activité, mais sa faible population, en baisse continue (taux de variation annuel total de -1,03 % entre 1990 et 1999) risque de le faire passer sous la taille critique. Sa capacité à rester un pôle de service local dépend du maintien des services publics (collège, sapeurs-pompiers, gendarmerie), de la modernisation et de la mise en valeur du pôle.

Une étude menée dans le cadre du programme « Equal » indique que près des deux-tiers des entrepreneurs jugent le territoire de la Communauté de communes Val de Besbre Sologne Bourbonnaise peu attractif. En , aucune installation d'entreprise n'y avait eu lieu depuis au moins cinq ans. Les raisons mises en avant par les chefs d'entreprises sont très diverses et concernent, en particulier, l'éloignement du territoire et sa mauvaise desserte, l'absence de zones d'activités, la faiblesse des équipements et des services publics, des moyens de communication, l'insuffisance des structures d'accueil, de maintenance et de promotion des entreprises, la faible structuration du territoire, le peu d'implication des élus dans des actions de développement économique, ainsi que la difficulté à pourvoir des postes qui demandent des compétences particulières. 73 % des chefs d'entreprises interrogés citent notamment des difficultés de recrutement de personnels qualifiés et motivés.

Secteur primaire modifier

L'activité économique de la commune ressortit principalement au secteur primaire, notamment à l'agriculture. Onze exploitations agricoles sont recensées en 2000 à Jaligny. Le territoire agricole se compose essentiellement d'une grande zone de plaine d'élevage extensif en systèmes herbagers. Les céréales et les oléagineux se développent peu à peu. Toutefois, les productions agricoles restent peu diversifiées.

 
Bovins de race charolaise.

Mais l'agrandissement des exploitations (60 ha de surface agricole utilisée moyenne en 1988, 102 ha en 2000) rend leur reprise et l'installation de jeunes agriculteurs problématique[221]. Ce problème est d'autant plus préoccupant que les chefs des exploitations sont, selon la Chambre d'agriculture de l'Allier en 2004, « plus âgés que la moyenne du département » sur le territoire de la Communauté de communes Val de Besbre Sologne Bourbonnaise.

Toutefois, La chambre d'agriculture prône la vigilance à l'égard de l'agrandissement des exploitations. Elle soutient le développement de voies alternatives (bio, filière qualité). Dans le Val de Besbre –Sologne Bourbonnaise, les productions agricoles sont depuis toujours orientés vers la qualité. Le Charolais du Bourbonnais a été, en 1974, le tout premier label rouge bovin décerné en France. Cette race est depuis clairement authentifiée pour sa qualité supérieure et bénéficie depuis 1996 d'une identification européenne : l'IPG (Indication Géographique Protégée). Un autre label a été attribué au « Charolais Label Rouge ». La filière avicole s'est engagée dans la même direction, avec la reconnaissance, dès 1961, du label de qualité A.F.A.Q. pour le « Poulet Bourbonnais ». 20 % des exploitations fournissent des produits certifiés « labels qualité ». Des productions labellisées « Agriculture biologique » ont fait leur apparition, avec encore cependant quelques difficultés en matière de débouchés et de rentabilité.

L'étendue des surfaces boisées assure également des activités d'exploitation forestière.

Secteur secondaire modifier

Ce secteur n'est pratiquement pas représenté à Jaligny. Seule subsiste une scierie, dont les activités ont dû se diversifier pour faire face aux difficultés qui touchent ce genre d'entreprise.

Secteur tertiaire modifier

La commune reste un pôle de services intermédiaires, avec commerces de proximité (supérette, boulangerie, coiffure...), école, collège, brigade de gendarmerie, notaire, médecins, pharmacie, banque, etc. Mais l'artisanat, les commerces et les services de proximité sont en perte de vitesse. On constate, au sein de l'EPCI, la même répartition de l'activité par secteur qu'au niveau départemental : 45 % dans le bâtiment, 30 % dans les services, 15 % dans l'alimentaire et 10 % dans la production. Les artisans se raréfient dans la majorité des communes. Plusieurs raisons expliquent cette crise de l'artisanat rural : la diminution de la population, le changement des habitudes de consommation et les futurs départs à la retraite (selon la Chambre des métiers, 45 % des chefs d'entreprises ont plus de 50 ans). Certaines professions sont plus touchées que d'autres : la boulangerie connaît une situation relativement stable, alors que la boucherie rencontre de grosses difficultés (du fait notamment de la modification des circuits de distribution). Ce phénomène touche également les services publics : le Trésor public a clos son bureau à Jaligny.

Vie locale modifier

Marchés modifier

  • Le marché couvert, silhouette familière de la commune, fut construit en trois étapes. Les travaux du premier bâtiment débutèrent le . On dépensa alors 32 000 francs (36 428  de 2022[222]) pour édifier une halle en bois de 24 mètres sur 13, augmentée d'une ligne d'appentis de 3 mètres de largeur et 60 mètres de longueur, qui prendrait appui sur le mur du parc du château. La deuxième travée fut construite en 1932 pour agrandir la halle. Le marché prit son allure définitive en 1954 avec l'ajout d'une troisième travée s'appuyant sur le mur des communs du château. Il accueille chaque année le concours agricole et la « foire aux dindes ».
À l'occasion de son centenaire, il a été entièrement restauré par des entreprises bourbonnaises sous l'égide de l'architecte Timothée Gaudron, spécialisé dans le patrimoine, et de l'architecte des bâtiments de France Guillaume Prapant, de façon que « le bâtiment s’inscrive dans le périmètre historique du château de Jaligny tout en facilitant les usages ». Le budget total des études et des deux années de travaux s'est élevé à 636 731 . La préfète de l'Allier, Pascale Trimbach a inauguré la nouvelle halle le [223].
  • Chaque mercredi, un marché se tient dans les rues du bourg. En plus des commerçants itinérants, des agriculteurs des environs viennent proposer leurs produits.

Cultes modifier

La paroisse Saint-Hippolyte a été supprimée le , lors de la réorganisation du diocèse de Moulins et rattachée à la nouvelle paroisse Saint-Jean XXIII, comportant 24 « clochers », dont le curé réside à Varennes-sur-Allier[224].

Vie associative modifier

 
La Fanfare de la Besbre au début des années 1960.

De nombreuses associations régies par la loi de 1901 ont leur siège à Jaligny et animent la vie locale. Elles sont groupées dans une « inter-société ».

  • La plus ancienne est sans doute la Fanfare de la Besbre, harmonie-fanfare fondée en 1884. Formation en déclin à la fin des années 1970, elle a repris vie -même si elle compte beaucoup moins de musiciens que par le passé- grâce à l'initiative de quelques habitants.
  • L'Union sportive de Jaligny (USJ) est le club de football de la commune. Créé entre les deux guerres, ses couleurs sont traditionnellement « jaune et noir », les premiers équipements ayant été fournis par le pensionnat Saint-Gilles de Moulins dont c'étaient les couleurs des équipes sportives. En , une entente a été conclue avec l'Union sportive de Vaumas puis en , les deux clubs ont fusionné pour former un club unique de football, « Jaligny-Vaumas Foot »
  • D'autres associations sportives sont également actives dans la commune : des clubs de handball, de boxe, de tennis, de tennis de table, de judo, de gymnastique, de pétanque, ainsi qu'un club de football pour les plus jeunes, l'Entente sportive du Val de Besbre.
  • L'association « Agir en Pays Jalignois » est née en 1989 à l'initiative de quelques personnes afin d'honorer la mémoire de René Fallet. Elle travaille à la promotion du livre et de la lecture en milieu rural et, notamment, elle organise chaque année les « Journées littéraires du Bourbonnais » au cours desquelles sont remis le prix René Fallet, décerné à l'auteur d'un premier roman en langue française, et le prix Bourbonnais.
  • L'association « Les Amis du patrimoine de Jaligny », fondée le , a pour objet de préserver, restaurer et mettre en valeur le patrimoine matériel et immatériel de la ville[225].
  • Diverses autres associations existent, tels anciens combattants, généalogie et histoire, développement agricole, pêche, retraités, etc.

Sports et loisirs modifier

  • Le stade municipal Georges Sulima est le stade de l'US Jaligny et du CS Vaumas. Cette entente sportive est composée de deux équipes seniors évoluant respectivement en 1re et 3e division de district, ainsi que des équipes de jeunes en entente avec d'autres clubs.
  • Le gymnase a été construit en 1998 à proximité du stade pour remplacer un terrain de basket-ball et l'ancien préfabriqué qui servait de salle de sports.
  • Les installations sportives communales comprennent également un stade de handball et un terrain de tennis.
  •  
    Canoë-kayak sur la Besbre.
    Une base de canoë-kayak est située au bord de la Besbre, en face de la place René-Fallet.
  • La « Maison aquarium », située près de la Besbre, entre le collège des Chenevières et le terrain de camping municipal, présente une trentaine d'espèces de poissons et d'écrevisses de la rivière et une signalétique complète apporte des informations sur chaque espèce. Un étang reconstitué de la Sologne bourbonnaise, avec vue subaquatique, permet notamment d'observer de belles carpes. Elle propose également un film sur les quatre saisons de la Besbre ainsi qu'un espace d'observation des invertébrés aquatiques et un espace de jeux pédagogiques et de dessins pour les enfants. Elle organise des expositions thématiques temporaires, scientifiques ou artistiques, relatives à l'eau, la pêche ou la vie aquatique.
  • Le camping municipal est équipé de chalets en bois sur un terrain ombragé et tranquille situé en bordure de la Besbre.
  • Un sentier de petite randonnée (no 49 et 50), le « Circuit du tacot », permet une promenade d'environ h 45 à pied ou 45 min à vélo. Ce circuit emprunte une partie de l'ancienne ligne de chemin de fer et 76 % de son tracé est constitué de chemins de terre.
  • La commune possède sa propre bibliothèque, située dans l'ancienne perception. Outre son fonds propre, constitué d'un grand nombre de livres qui lui ont été donnés, elle bénéficie de nombreux autres ouvrages de tout genre à l'occasion des passages réguliers d'un bibliobus[205].

Patrimoine architectural modifier

Église Saint-Hippolyte modifier

Hector de Jaligny, de retour des Croisades, construisit l'église Saint-Hippolyte (XIe et XVe siècles) sur le plan de celle du Saint-Sépulcre de Jérusalem, avec coupole byzantine ; il y établit un saint Sépulcre, lequel a disparu pendant les mauvais jours de 1793[226]. Elle est d'architecture de transition et présente un mélange d'arcs en plein cintre et en ogive. D'après les plans initiaux, la nef devait avoir cinq travées. Elle est restée inachevée et en possède seulement trois. On explique généralement ce fait par la longueur des constructions de cette époque. On construisait par travée, fermant d'un mur provisoire la partie terminée, afin de pouvoir l'utiliser pour le culte. La construction se poursuivait devant ce mur. On ne possède pas de renseignement sur les raisons qui ont motivé l'arrêt des travaux après la troisième travée. Le pignon ouest a été entièrement reconstruit à la fin du XVIIIe siècle. Il est possible qu'il ait remplacé le dernier mur provisoire.

La coupole surmontant l'autel, est ornée de peintures murales du XVIIIe siècle. Au fond du chœur, l'abside, qui s'ouvre par deux colonnes du XIIe siècle présentant des chapiteaux à rinceaux, est décorée des statues des quatre évangélistes, réalisées à la fin du XIXe siècle par le sculpteur Moretti, de Moulins. L'autel actuel a été façonné par un artisan local après le concile Vatican II. Les poissons qui le décorent sont le symbole très ancien de l'eucharistie. Il remplace l'ancien maître-autel]du XIXe siècle, déplacé dans la chapelle latérale de droite.

L'église possède une statuaire particulièrement intéressante, dominée par les deux statues de la fin du XVe siècle en pierre, saint Jean-Baptiste et sainte-Barbe, patrons de deux confréries complémentaires, la Bonne Mort et le Saint Sacrement. Sainte Barbe tient dans ses mains la tour où elle fut enfermée de son vivant et la palme de son martyre. Saint Jean-Baptiste est reconnaissable par l'agneau qu'il porte sur le bras gauche et son vêtement « en poil de bête ». Ces statues auraient été commandées par Guy d'Amboise, propriétaire du fief à la suite de son mariage avec Françoise d'Espinasse. La similitude de l'esthétique de sainte Barbe avec celle du triptyque de l'Annonciation de Vic-le-Comte, peint vers 1497, laisse supposer qu'elle a été réalisée à cette époque. Bien que l'expression du visage de Jean-Baptiste soit très différente, on note les mêmes yeux bridés que ceux du visage de sainte Barbe et une même aisance du manteau qui démontrent une communauté de facture. Une pietà, primitivement peinte de couleurs vives dont on devine encore certaines traces, complète les statues de cette époque. Originale par la jeunesse et la sérénité des visages, elle aurait été commandée en rapport avec la sépulture de Guy d'Amboise, mort en 1508.

À l'entrée du chœur, se trouvent les statues[227] en bois polychrome du XVIIIe siècle de saint Hippolyte[N 36], titulaire de l'église et patron de la paroisse, et de saint Blaise, patron de Marseigne.

Château modifier

Un château Renaissance se dresse à l'entrée de Jaligny, sur la rive de la Besbre. Il s'élève au pied d'une petite colline, et est entouré de jardins et d'un vaste parc. Il fut reconstruit à la fin du XVe siècle (après 1489)[228] à la place d'un édifice plus ancien, dont subsiste un châtelet d'entrée du XIVe siècle (après 1363)[228], autrefois rattaché à l'enceinte. Construit sur un plan rectangulaire, deux tours rondes, hautes et épaisses, flanquent sa façade ouest. Des lucarnes Renaissance à fronton triangulaires ont été ajoutées aux toitures au cours du XVIe siècle. La façade opposée est complétée, à l'angle sud-est, par un pavillon rectangulaire, dont l'étage contenait une chapelle, construite par le cardinal d'Amboise, premier ministre de Louis XII, et deux tours d'escalier. À cette époque se rattachent les constructions de l'escalier principal et de sa porte décorée en anse de panier.

Autres monuments modifier

  • Vestige des fortifications de la ville antérieures au XIIe siècle, la Vieille tour aurait été construite entre le XIIe et le XIIIe siècle. Elle aurait jadis servi de prison. En partie détruite pendant la guerre de Cent Ans, elle est le dernier élément d'un mur d'enceinte qui en comptait sept autres. Elle a été transmise à la commune par testament.
  • Le château du Lonzat est une gentilhommière construite pendant la première moitié du XVIIe siècle. Le corps de logis à un étage est flanqué de deux tours carrées disposées en diagonale, auxquelles s'ajoute, au centre de la façade, une troisième tour édifiée au XIXe siècle, époque où les ouvertures ont été refaites et les pavillons de la cour d'honneur mansardés. Le premier seigneur connu du Lonzat est Marc de Fradel, écuyer, en 1617.
  • Les Matras, ferme fortifiée du XVe siècle[N 37], berceau des Matherats, ancienne famille bourgeoise de la région.

Personnalités liées à la commune modifier

Personnage de fiction modifier

  • Françoys de la Haya, capitaine de Jaligny, est le destinataire de la Description de fortune, dans La Penthaire de l'Esclave fortuné, ouvrage du poète Michel d'Amboise publié en 1530[229].

Évènements annuels modifier

Les évènements sont liés aux traditions locales, qui sont essentiellement rurales et agricoles.

  • Le Concours agricole, institué en 1948, a lieu le week-end, trois semaines avant Pâques. En 2007, il a rassemblé une quarantaine d'éleveurs qui ont présenté une centaine de bovins d'engraissement de race charolaise et quelques ovins. Les critères principaux de jugement sont l'état d'engraissement et la conformation.
  • « Capitale de la Dinde », Jaligny organise chaque année, depuis le , sa « Foire aux Dindes[230] », deux semaines avant Noël, le mercredi. Une personnalité y est invitée à recevoir une dinde primée. Winston Churchill, la reine Élisabeth II, le pape Paul VI, le dessinateur Piem ou la chanteuse québécoise Fabienne Thibeault (en ) sont au nombre de ceux qui ont reçu une dinde d'honneur[231],[232].
  • La fête patronale, qui attirait par le passé de nombreux forains, a lieu un dimanche proche du , fête de saint Hippolyte.
  • Le Prix littéraire René Fallet (du nom de l'écrivain, voir ci-dessus) et le Prix Bourbonnais sont décernés chaque année depuis 1990, à l'occasion des « Journées littéraires du Bourbonnais », organisées à Jaligny par l'association « Agir en pays Jalignois ». Le prix René Fallet est décerné à l'auteur d'un premier roman de langue française. Cet auteur doit être âgé de 40 ans au plus l'année de la publication de son ouvrage. Les Prix du Bourbonnais ont été créés dans le but de faire connaître les auteurs, les éditeurs et les ouvrages bourbonnais. Toutes les catégories littéraires peuvent y participer.
  • Une brocante se tient chaque année à la mi-octobre, aux alentours de la fête de saint Luc, patron d'un quartier de Jaligny. Autrefois, la coutume existait, à l'occasion de cette fête, d'organiser un banquet pour déguster une oie.

Héraldique modifier

 
Enveloppe officielle aux armes de la ville, 1967.

D'or au dauphin pâmé d'azur, au bâton de gueules brochant, sur lequel un écusson d'argent broche à son tour en chef, et à la filière de gueules brochant sur le tout.

Les armes de la ville tirent leur origine de celles des seigneurs de Jaligny aux XIVe et XVe siècles, d'après le dessin donné par Georges de Soultrait dans l'Amorial du Bourbonnais[233], dont elles se différencient par l'ajout d'une filière de gueules propre à la commune.

   
Blason des seigneurs de Jaligny par Baluze
Blason par Soultrait

Le blason des sires de Jaligny était issu de celui des Dauphins d'Auvergne (D'or au dauphin pâmé d'azur), brisé une première fois pour leur branche cadette des Dauphin de Saint-Ilpize et de Combronde par l'adjonction d'un bâton de gueules (D'or au dauphin pâmé d'azur, au bâton de gueules[47]) et surbrisé d'un écusson d'argent pour les Dauphin de Jaligny, eux-mêmes collatéraux des précédents (D'or au dauphin pâmé d'azur, au bâton de gueules en bande, chargé d'un écu d'argent en chef[234]).

Les dessins d'Étienne Baluze, dans son Histoire généalogique de la maison d'Auvergne, publiée en 1708, montrent clairement un bâton disposé en bande, comme c'est la norme, alors que Soultrait semble le considérer comme un meuble et le dispose en pal. Celui-ci donne par ailleurs un blasonnement incorrect à l'appui de son dessin : D'or au dauphin pâmé d'azur, au bâton de gueules, brisé en chef d'un écu d'argent, brochant sur le tout. En effet, à la place de « chargé » ou « brochant », il utilise le terme « brisé » qui n'est normalement employé que pour qualifier les armes d'une branche puinée dont les ainés sont nominativement désignés ; par exemple : Des Dauphin de Saint-Ilpize, brisé en chef d'un écusson d'argent.

Galerie photographique modifier

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

  • Marguerite de Lussan, Nicolas Baudot de Juilly, Histoire et règne de Charles VI, 1753.
  • Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières : par une société de gens de gens de lettres, de savans et d'artistes, 1804.
  • Georges Touchard-Lafosse, La Loire historique pittoresque et biographique, de la source de ce fleuve à son embouchure dans l'océan., Paris, 1851.
  • François Gabriel T. Basset de Jolimont, L'Allier pittoresque, 1852.
  • Aubert de la Faige et Roger de la Boutresse, Les fiefs du Bourbonnais, Paris-Moulins, 1896-1932.
  • Lucien Fanaud, Voies romaines et vieux chemins en Bourbonnais, Moulins, 1960
  • René Germain, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Éditions de Borée, 2004.

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Edmond Tudot (1805-1861), professeur de dessin au lycée impérial de Moulins, créateur du musée de la Société d'émulation du Bourbonnais traite des voies romaines dans un rapport daté de 1859, sur la topographie de la Gaule pendant les quatre premiers siècles de notre ère, commandé par le ministre de l'instruction publique en 1857
  2. On trouve plusieurs dates concernant cette fondation. Plusieurs auteurs la situent en 1126, certains en 1137, tels Nicolas Lenglet du Fresnoy, dans sa Méthode pour étudier la géographie parue en 1741, d'autres en 1155. Jean-Baptiste Bouillet, dans le Nobiliaire d'Auvergne publié en 1848, avance la date de 1209.
  3. Selon les sources, Golfier ou Gouffier est considéré comme le frère d'Eldin, soit considéré comme la même personne : 1096 « Je, Ayme, épouse autrefois de dom Goufier de Jaligny, quand j'ay reçu l'habit de saintemoniale en Marcigny »
  4. Le cartulaire de Marcigny cite, en janvier 1133 ou 1134, Ayma, mère de Faucon de Jaligny : « Ayma, Falconis de Galiniaco mater »
  5. Seigneur d'Amboise, Montrichard, Chaumont-sur-Loire & Nanteuil
  6. Dans son Histoire de la ville de Laon, publiée en 1822, Jacques François Laurent Devisme, donne également 1279 comme date d'élection au siège épiscopal de Laon. Guillaume de Chatillon-Jaligny est décédé le
  7. Bertrand de La Queuille, assistait au contrat de mariage. (Jean Julien de Courcelles, Dictionnaire universel de la Noblesse de France, , p. 97)
  8. Généralement, les maîtres d'école ont reçu la tonsure et portent le qualificatif de clercs, mais certains sont mariés et on charge de famille.
  9. Augustin Vayssière, Le prieuré du Saint-Sépulcre du Moûtier-lez-Jaligny, vol. I, coll. « Archives historiques du Bourbonnais », , p. 181-182.

    « Item, confessus fuit dictus Robertus quod ad presentationem ipsius et predecessorum suorum, prior Jaligniaci et predecessores sui priores dicti prioratus habent jus et ad eos pertinet conferre seu committere personis laicis seu clericis, ad vitam persone seu ad tempus, domum hospitalis Jaligniaci et curam seu regimen scholarum in villa Jaligniaci existentium. »

    — Extrait de la charte de Robert III

  10. Robert Dauphin II, x Catherine de Chalus de Bussières (et Chalus-Lembron) < Robert III, x Françoise d'Aurouze < Béraud Ier Dauphin, † 1415 à Azincourt, x Isabeau d'Apchon < Béraud II ( 1415 à Azincourt avec son père et son frère Robert (IV) ; mari de Philippa/Philippe de Veauce : voir ci-dessous ; la sœur de Béraud II, Marguerite Dauphine, épousa Edouard de Lavieu-Feugerolles, dont une postérité notable en Forez et Bourbonnais : les Lavieu de Feugerolles, Talaru, Chabannes de La Palice...
  11. Fille de Louis II comte de Sancerre, Isabelle de Sancerre, dame de Bomiers, était veuve de Pierre de Graçais/Graçay, seigneur d'Isle, de Cléry, de la Ferté-Nabert et de Vouzon
  12. Il n'était pas rare, à l'époque, de voir de grands seigneurs bienfaiteurs d'une église, avoir rang parmi les chanoines, et se placer au chœur en habit militaire, même avec des éperons et des armes. Étienne Baluze a publié dans ses Preuves de l'histoire de la maison d'Auvergne, le procès-verbal de l'installation de Guichard II Dauphin au chapitre de Nevers :

    « Acte en date du 27 novembre 1405, en présence de Jean Guineau, clerc notaire, par lequel il appert comme noble et puissant messire Guichard Dauphin, chevalier baron de la Ferté-Chauderon, seigneur de Jaligny, se transporta à la porte de l'église cathédrale de Nevers, les éperons dorés chaussés, l'épée ceinte, et le faucon sur le poing : où étant, vinrent au-devant de lui le collège de la dite église, chanoines et chapelains, revêtus de chapes, avec la croix, l'eau bénite et les cierges allumés. Et messire Pierre le Clerc, archidiacre de Désise en ladite église, le prenant par la main, le mena en l'état ci-dessus en l'église, jusque devant le grand autel. Puis la grand'messe étant dite, le menèrent dans le chapitre, où ils le reçurent pour leur confrère et chanoine, ainsi qu'il avait été fait à ses prédécesseurs, après qu'il eut donné son serment sur les saints Evangiles, et protesté qu'il ne révélerait jamais les secrets du chapitre en choses qui lui pourraient préjudicier. Puis baisa à la bouche ledit archidiacre, messire Jacques de Besson, Jean de Maurigny et autres chanoines d'icelle église. Puis remenèrent ledit baron en l'église, et le firent asseoir au quatrième siège, du côté de l'archidiacre de Nevers, présens nobles hommes messire Pierre de Veaulce, Jean de Montagu le Belin, Joseph de Citin, et Claudin Bastard de Jaligny, chevaliers ; Philippe de Villaines, Guichard de Villiers, Étienne de Poisson, Guillaume de Chevenon, Jean Chauderon, Jean d'Aligny le jeune, et Antoine d'Armes, écuyers. »

    — Étienne Baluze, Histoire généalogique de la maison d'Auvergne : justifiée par chartres, titres, histoires anciennes, & autres preuves authentiques, vol. I, Antoine Dezallier, , 540 p. (lire en ligne), Livre III, pp.239-240.

  13. Cette porte s'est écroulée vers 1875, ainsi qu'on le lit dans le « Cahier des charges de vente des matériaux de l’ancienne Porte de Ville », sur Généalogie et histoires en Val de Besbre (consulté le ).
  14. L'article de Fanjoux, bibliothécaire-archiviste de la ville de Moulins cité en référence nous apprend que cette porte subsistait encore au milieu du XIXe siècle dans sa quasi-intégralité, à l'exception de la salle haute, construite en moellons comme le reste de la muraille.
  15. En 1849, Fanjoux note la présence de quelques pans d'une tour carrée, menaçant de s'écrouler, qui étaient cette hypothèse.
  16. La terre de L'Espinasse se situe à Saint-Forgeux, Saint-Germain, Noailly, Lespinasse, Changy.
  17. St-Ilpize resta aux La Rochefoucauld-Chaumont-Langeac, et que Combronde passe aux Puy-du-Fou
  18. Combronde alla aux du Puy du Fou, issus du second mariage de Catherine de La Rochefoucauld avec René du Puy du Fou (cf. l'article Gilbert) ; quant à St-Ilpize, il passa à la postérité d'un frère de Catherine, Antoine de La Rochefoucauld-Barbezieux de Chaumont-sur-Loire, et à ses descendants La Rochefoucauld-Langeac.
  19. Clément Guillaud de La Motte portait : « D'azur au chevron d'or, accompagné en chef de 2 étoiles et d'un fermail de même en pointe. »
  20. Ancienne paroisse Sainte-Croix, réunie vers 1790 à Trézelles.
  21. Est du Bourbonnais, vers Le Donjon
  22. Tome IV : nivôse-ventôse an VI (-)
  23. Les résistants interrogés par Jean Débordes, Paroles de résistants : 50 témoignages reçus, embuscades, trahisons, déportations, exécutions, Romagnat, Éditions de Borée, , 447 p. (ISBN 2-84494-196-6) confirment que ce maquis avait, comme d'autres maquis F.T.P., une piètre réputation dans la région, qu'il mettait plus ou moins en coupe réglée.
  24. Une confusion est parfois possible entre le titre de l’église paroissiale et le patronage de la paroisse, qui peuvent être différents.
  25. René Germain cite une prieure de Marseigne, dame Ysabeau de Boutefeu, en 1462 et mentionne un prieur vers 1507, ce qui pourrait attester la présence de deux prieurés.
  26. « Ecclesia Sancti Sepulcri de Bello Loco », in pago arvernico juxta castrum galiniacum (Thibaud-Landroit, Annales scientifiques, littéraires et industrielles de l'Auvergne, Volume 27, 1854)
  27. Datan et Abiron avaient tenté de lapider Moïse. On retrouve des conditions semblables dans de nombreux actes de fondation de cette époque, comme la donation de tous les droits et usages à l'abbaye de Saint-Gilles par Raymond de Saint-Gilles, comte de Toulouse, le .
  28. Les inventaires et documents des archives de l'Empire (1868) recensent dans la Collection de sceaux un fragment de celui d'Étienne de Montaigu, appendu à une adhésion au procès de Boniface VIII. De forme ogivale, il représente les saintes Femmes et l'ange au Tombeau sous un écu échiqueté. La légende du sceau est en latin : Sigillum Stephani Montisacuti, prioris Sancti Sepulcri monasterii Jalinensis.
  29. Antoine de Balzac ou de Balsac était abbé de Savigny, au diocèse de Lyon, prieur commendataire d'Ambierle, chapelain du pape et co-exécuteur testamentaire de Jacques Ier de Chabannes de La Palice. (Bulletin de la société d'émulation du Bourbonnais, 1861)
  30. On conserve aux Archives nationales (Y 14404) le scellé après décès, en date du 19 mars 1757, de « Jean Olivat, prêtre, prieur de Moutier-lès-Jaligny, mort en son appartement en l'hôtel de S. A. E. le cardinal de Soubise, rue Vieille-du-Temple. »
  31. Un acte de baptême cité par François Daniel, Histoire des grandes familles françaises du Canada; ou, Aperçu sur le chevalier Benoist et quelques familles contemporaines, E. Senécal, est signé par ce prêtre :

    « Aujourd'hui, douze Octobre, mil cinq cent quatre-vingt-cinq, a été baptisé sur les fonds, Jean, fils de noble homme Nicolas Benoist et de Marie Anne de Flosseux, ses père et mère, nommé par honorable Jean Dousgard, Seigneur de Vigny, et Dame Dorothée Marie Decros, les quels ont signé avec nous. Par nous prestre, Curé de la Paroisse de Jaligny, H. Daulmel. »

  32. Président de la Commission municipale, faisant fonction de maire.
  33. Adjoint faisant fonction de maire
  34. Selon le zonage publié en , en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  35. Pour l'INSEE, un pôle de services intermédiaires est une commune exerçant par les équipements de sa gamme intermédiaire une attraction sur les habitants d'au moins une autre commune. L'aire d'influence du pôle est l'espace géographique au sein duquel les habitants réalisent la plus grande partie de leurs déplacements pour fréquenter les commerces de services de la gamme intermédiaire qui recouvre des commerces et des services, publics et privés, d’usage relativement fréquent mais ne relevant pas de la proximité immédiate. Les équipements caractéristiques de cette gamme sont : des commerces : supermarché ou hypermarché, droguerie, librairie, magasin d’électroménager, de chaussures, de meubles, de vêtements ; des services financiers ou juridiques : banque ou caisse d’épargne, étude de notaire, des services locaux de l’État : commissariat ou gendarmerie, perception, collège privé ou public, - certaines professions de santé : dentiste, masseur kinésithérapeute, vétérinaire, ambulancier, etc.
  36. Soldat romain du IIIe siècle converti par saint Laurent qui a été, selon la tradition, mis en pièces par des chevaux sauvages, sous l'empereur Valérien. Il est fêté le 13 août.
  37. Ou XVIIe siècle, selon les auteurs.
  38. À l'origine, le monument était surmonté d'un bronze massif représentant le coq gaulois écrasant le casque à pointe allemand. Volé en décembre 1991, ce bronze a depuis été remplacé par une copie.

Notes des insertions automatiques modifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes modifier

  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références modifier

  1. https://www.habitants.fr/allier-03
  2. a b et c Nicolas de Nicolay, Description générale du Bourbonnais en 1569, ou Histoire de cette province (villes, bourgs, châteaux, fiefs, monastères, familles anciennes, etc.), Moulins, C. Desrosier,
  3. Simon Coiffer de Moret, Histoire du Bourbonnais et des Bourbons qui l'ont possédé,
  4. Jean Richard, in Bulletin de la Société d'Émulation du Bourbonnais, cité par André Leguai, Grande encyclopédie de l'Allier, Histoire des communes de l'Allier, Éditions Horvath, 1985-1986 (ISBN 978-2-7171-0368-7 et 2-7171-0368-6)
  5. Plan et horaires de la ligne B08
  6. Fiche horaire TAD du secteur de Jaligny-sur-Besbre
  7. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  8. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Jaligny-sur-Besbre et Saint-Léon », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France « Saint-Léon », sur la commune de Saint-Léon - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Station Météo-France « Saint-Léon », sur la commune de Saint-Léon - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  13. Jean Julien Omalius d'Halloy, Mémoires pour servir à la description géologique des Pays-Bas, de la France et de quelques contrées voisines,
  14. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s Aubert de la Faige et Roger de la Boutresse, Les Fiefs du Bourbonnais, Paris-Moulins, 1896-1932
  15. Marcel Bonin, Noms de lieux en Bourbonnais, Éditions De Borée, , 283 p. (ISBN 978-2-844-94400-9), p. 23.
  16. a b c et d Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Librairie Droz, , 704 p. (ISBN 978-2-600-05898-8), p. 561.
  17. a b c d e f g h i j k l m n o et p G. Fanjoux, Notice archéologique et historique sur la ville de Jaligny et sur ses seigneurs, vol. 10e, Moulins, P.-A. Desrosiers, coll. « L'art en province »,
  18. Pierre-François Fournier, Les noms de lieux en -acus en Auvergne et sur ses confins (Forez, Bourbonnais), p. 28.
  19. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 365
  20. Émile-M. Buisson, « Le paléolithique en Bourbonnais. À propos du Mammouth de Jaligny (Allier) », Bulletin de la Société préhistorique de France, t. 46, nos 1-2,‎ , p. 50-52 (DOI 10.3406/bspf.1949.2482, lire en ligne).
  21. a b c et d Lucien Fanaud, Voies romaines et vieux chemins en Bourbonnais, Moulins, de Borée, , 330 p. (ISBN 2-84494-006-4)
  22. Coiffier-Demoret, cité dans André Leguai, Grande encyclopédie de l'Allier, Histoire des communes de l'Allier, Éditions Horvath, 1985-1986 (ISBN 978-2-7171-0368-7 et 2-7171-0368-6)
  23. a b c d e f g h et i Emmanuel Grélois, « Une histoire ecclésiastique de Montferrand au XIIe siècle », Siècles [En ligne], 48 | 2020, mis en ligne le 24 février 2018, consulté le 27 octobre 2023. URL : http://journals.openedition.org/siecles/6756
  24. a b c d e f g et h Jacques-Joseph Moret, Notes pour servir à l'histoire des paroisses bourbonnaises depuis leur origine jusqu'a nos jours, t. 1, Moulins, Imprimerie bourbonnaise, , p. 607
  25. a b et c Adolphe Michel, L'ancienne Auvergne et le Velay : Histoire, archéologie, moeurs, topographie, vol. 2, t. II, Moulins, P.A. Desrosiers, , 484 p. (lire en ligne), p. 159
  26. Neil Stratford, Le portail roman de Neuilly-en-Donjon sur Gallica.
  27. Dominique Branche, L'Auvergne au moyen âge., Thibaud-Landriot, Consultable en ligne, p. 353-355
  28. Marcellin Boudet, Cournon et ses chartes de franchise : Pièces justificatives, vol. 26, t. XXVI, Clermont-Ferrand, Société des amis de l'université de Clermont, coll. « Revue d'Auvergne », (lire en ligne), p. 178 - 182
  29. a b c d et e Jean Richard, Le Cartulaire de Marcigny-sur-Loire (1045-1144) : Essai de reconstitution d’un manuscrit disparu, Dijon, Société des Analecta burgundica, (lire en ligne).
  30. Archives du Puy-de-Dôme, chap cath., arm. 18, sac P, cote 1.
  31. Daniel Martin, L'identité de l'Auvergne : mythe ou réalité historique : essai sur une histoire de l'Auvergne des origines à nos jours, Nonette, Éditions Créer, , 717 p. (ISBN 2-909797-70-8) Daniel Martin dans son ouvrage cite un Gouffier, sire de Jaligny, qui reçoit, en 1120, du chapitre de Clermont un étendard pris sur l'autel de la Vierge « pour être porté au combat contre les Sarrazins ».
  32. a et b Étienne Pattou, « Maison d’ Amboise & Clermont d’Amboise, Bussy, Aubijoux, etc », mis à jour le 13 août 2023
  33. Fiche de Robert II de Blou
  34. Conférence de Dominique Laurent : « Elisabeth de Jaligny », Société bourbonnaise des études locales, consultable en ligne
  35. Famille de Châtillon, sur Geneawiki.com
  36. « Descendance d'Alix d'Amboise, dame de Jaligny », sur portail Geneanet (consulté le ).
  37. Nicolas Le Long, Histoire ecclésiastique et civile du diocèse de Laon, et de tout le pays contenu entre l'Oise et la Meuse, l'Aisne et la Sambre, Seneuze,
  38. Maximilien Melleville, Histoire de la ville de Laon et de ses institutions civiles judiciaires, etc, , p. 44.
  39. Desaint et Saillant, Abrégé chronologique des grands fiefs de la couronne de France, avec la chronologie des princes et seigneurs qui les ont possédés, jusqu'à leurs réunions a la couronne : avec la chronologie des princes et seigneurs qui les ont possédés, jusqu'à leurs réunions à la couronne Pierre-Nicolas Brunet,
  40. Ernest Bouchard, Histoire du collège de Moulins, C. Desrosiers,
  41. Étienne Baluze, Histoire généalogique de la maison d'Auvergne, Antoine Dezallier,
  42. Foundation for Medieval Genealogy : Charles Cawley's Medieval Lands
  43. Arbre généalogique de la famille de Châtillon-en-Bazois
  44. Vente aux enchères du sceau de la court de château de Jaligni, le 24 juin 2015, Drouot-Richelieu.. Parti, au 1: d'or au dauphin pâmé d'azur, au bâton de gueules brisé en chef d'un écusson d'argent (seigneurs de Saint-Ilpize) ; au 2 : losangé d'or et d'azur chargé d'un lambel de gueules de trois pièces (branche cadette de la maison de Châtillon-en-Bazois)
  45. « Robert Dauphin de Jaligny et Saint-Ilpize », sur Geneanet, arbre de Guillaume de Wailly.
  46. « Le château de Châtelperron », sur SiteW (consulté le ).
  47. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x et y Étienne Baluze, Histoire généalogique de la maison d'Auvergne : justifiée par chartres, titres, histoires anciennes, & autres preuves authentiques, vol. I, Antoine Dezallier, , 540 p. (lire en ligne), Livre III, pp.235-246.
  48. « Un monastère clermontois oublié : l’abbaye des chanoines Prémontrés de Saint-André [vers 1169-1790] », sur Site de la paroisse Notre-Dame de Clermont (consulté le ).
  49. a b et c Étienne Pattou, « Maison & Duché de Bourbon », sur Racines et Histoire, (consulté le ).
  50. « Isabeau de Châtelperron », sur Geneanet (consulté le ).
  51. a et b Raphaël Carrasco (LLACS) (dir.), Vincent Challet (CEMM) (Responsable scientifique de l'édition numérique), Gilda Caïti-Russo (LLACS) (Responsable de l’édition des annales occitanes) et Philippe Martel (LLACS) (Traduction du texte du manuscrit AA9 pour les annales occitanes), Université Paul Valéry Montpellier-III, 2014-...., « Édition critique numérique du manuscrit AA9 des Archives municipales de Montpellier dit Le Petit Thalamus », Site du projet Thalamus   (consulté le ) : « mosenher Aynart Daufin : Guichard Ier Dauphin (de Jaligny), mort en 1403. », Année 1356.  
  52. Henri Viallet, Chroniques de la moyenne Besbre, FeniXX, , 184 p. (ISBN 2402045191 et 9782402045193, lire en ligne).
  53. a et b Mongez, Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières : par une société de gens de gens de lettres, de savans et d'artistes, Panckoucke, , p. 504-511.
  54. François Gabriel T. Basset de Jolimont, L'Allier pittoresque, .
  55. a et b Étienne Pattou, « Comtes de Sancerre », sur Racines et Histoire, (consulté le ), p. 6.
  56. Geneawiki : Famille de Châtillon.
  57. a b et c « Détails des fiefs de la Baronnie de Jalligny en France ».
  58. Cité par Edme de La Poix de Fréminville, in Les Vrais principes des fiefs, en forme de dictionnaire..., § Bourgeoisie, p. 205, 1769.
  59. Élise Herbeaux, « Armoiries de Guichard Dauphin II ou de Béraud III de Clermont-Sancerre », sur Bibale - CNRS, (consulté le ) : Casque : d'argent couronné de gueules. Cimier : une tête de dauphin d'azur allumée, oreillée et lampassée de gueules entre deux vols bannerets d'or. Lambrequins : d'azur.
  60. (sv) « Armorial de Bergshammar », sur Archives nationales suédoises (consulté le ), p. 298.
  61. D'or au dauphin pâme d'azur, au bâton de gueules chargé d'un écusson en chef (Blason des seigneurs de Jaligny).
  62. Confréries de la Cour amoureuse et de l'Épinette ; Traité de blason. sur Gallica
  63. Inès Villela-Petit, « Béraud III, dauphin d'Auvergne, ou Guichard II Dauphin ? Un cas d'homonymie héraldique », dans Revue française d'héraldique et de sigillographie (no 71-72), 2001-2002, p. 53-72 et pl. II à IV.. Dans son Armorial historique et généalogique du Nivernais, Georges de Soultrait rapporte que l'Inventaire des titres de Nevers de l'abbé de Marolles décrit un sceau équestre de Guichard II appendu à une charte de 1406 : Sceau de Guichard, où il est à cheval, tenant son écu écartelé des armes des Dauphin et de Champagne et que le P. Anselme de Sainte-Marie, dans La science héraldique du blazon, lui attribue un écartelé aux 1 et 4 d'or au dauphin pâmé d'azur (Dauphins d'Auvergne) et aux 2 et 3 d’azur à la bande d’argent, cotoyée de deux cotices potencées et contre-potencées d’or, au lambel de gueules brochant sur le tout (Maison de Sancerre).
  64. « Les armoiries de Guichard II Dauphin d’Auvergne », sur Blog des Faydits de Champagne, (consulté le ).
  65. Jean Richard, La seigneurie de Jaligny aux XIe, XIIe et XIIIe siècles, vol. 50, Moulins, coll. « Bulletin de la Société d'émulation du Bourbonnais », 1960-1961, 9 p., p. 139-147.
  66. a et b Olivier Mattéoni (Corinne Péneau dir.), Noblesse et culture à la fin du Moyen Âge : la bibliothèque de Guichard Dauphin, souverain maître de l’Hôtel de Charles VI (1413), Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. « Histoire ancienne et médiévale / Itinéraires du savoir de l’Italie à la Scandinavie Xe – XVIe siècle », , 461 p. (EAN 9791035101770, lire en ligne), p. 319-343
  67. a b c d e f et g J. Le Roux de Lincy, Inventaire des livres composant la bibliothèque des seigneurs de Jaligny, 6 juin 1413, coll. « Bulletin du bibliophile / 6e série »,
  68. Bibliophile et Bibliothécaire, Inventaire des Livres de Jaligny et qui souloient estre à Bomiez,
  69. Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières : par une société de gens de gens de lettres, de savans et d'artistes, , p. 517
  70. Marguerite de Lussan et Nicolas Baudot de Juilly, Histoire et règne de Charles VI, t. VII, , p. 74
  71. « Ascendance d'Inès de La Fressange », sur bernard-guinard.com (consulté le )
  72. a et b Marguerite de Lussan et Nicolas Baudot de Juilly, Histoire et règne de Charles VI, t. VII, , p. 252
  73. Blanche Dauphine d'Auvergne, sur Geneanet.org
  74. Béraud Dauphin d'Auvergne, sur Geneanet.org
  75. Béraud II Dauphin d'Auvergne, sur Geneanet.org
  76. Philippa de Veauce
  77. Béraud dit Dauphin de Lespinasse, sur Geneanet.org
  78. Archives nationales, Trésor des Chartes (registres), Premiers inventaires du Trésor des chartes, cartulaires royaux et cartulaires divers. Registres de chancellerie stricto sensu. « Transcripta » et « Fueros ». Tome III (début du XVIIIe siècle), Inventaire - JJ//156-JJ//211 : Creatio nundinarum in loco de pro Berardo Dauphin Domino de Combronde et de Jaligny.
  79. Françoise Dauphine de Lespinasse, sur Geneanet.org
  80. Guy d'Amboise, sur Geneanet.org
  81. Archives nationales, Trésor des chartes, Inventaire - JJ//98-JJ//107 : Alia in locis de Jaligny, de Tresteaux et de S Berio pro Guidone de Amboise Domino dictorum locorum.
  82. Archives nationales, Trésor des chartes, Inventaire - JJ//226/A-JJ//235 : Création de foires à Jaligny, à la requête de Guy d'Amboise, seigneur de Ravel et de Jaligny, conseiller et chambellan du roi.
  83. a et b René Germain, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Romagnat, Éditions de Borée, , 678 p. (ISBN 2-84494-199-0)
  84. Antoinette d'Amboise, sur Geneanet.org
  85. Antoine de La Rochefoucauld, sur Geneanet.org
  86. Henri de Chabannes, Preuves pour servir à l'histoire de la maison de Chabannes, t. I, Eugène Jobard, , 943 p. (lire en ligne), p. 837.
  87. Catherine de La Rochefoucauld
  88. Éléonore de Chabannes, sur Geneanet.org
  89. Aliénor de Chabannes, sur Man8rove.com
  90. Juste III de Tournon, sur Geneanet.org
  91. Philibert de La Guiche, sur Geneanet.org
  92. Archives nationales, Chambre des comptes de Paris. Série P. Hommages rendus à la chambre de France (XIVe – XVIe siècles). Tome III : Bailliages de Touraine et de Berry. Sénéchaussée de Bourbonnais, Inventaire - P//12-P//17 : Hommage des terres et seigneuries de Jalligny et Tresteaulx, mouvant de la châtellenie de Moulins, rendu aux mains du garde des sceaux par le cardinal de Tournon [François de Tournon], acquéreur de Charles de La Rochefoucauld, grand sénéchal de Guyenne, seigneur de Barbezieux.
  93. Stéphane Gomis, Les « enfants-prêtres » des paroisses d'Auvergne, XVIe – XVIIIe siècles, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, coll. « Études sur la Massif Central », , 546 p. (ISBN 2845162901 et 9782845162907, lire en ligne), p. 84
  94. a b c et d Stéphane Gomis, « Les fraternités de prêtres en France sous l’Ancien Régime : sociétés de crédit ou « mutualités sacerdotales » ? », dans Florent Quellier (dir.), Georges Provost (dir.), Du ciel à la terre : Clergé et agriculture, XVIe – XIXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, (ISBN 9782753530966, lire en ligne), p. 145-155
  95. Anne de Tournon, sur Geneanet.org
  96. Jean-François de La Guiche, sur Geneanet.org
  97. Claude-Maximilian de La Guiche, sur Geneanet.org
  98. Bernard de La Guiche, sur Geneanet.org
  99. a et b François-A. de La Chesnaye-Desbois et Jean-E. Badier, Dictionnaire de la noblesse : contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, l'explication de leurs armes et l'état des grandes terres du royaume, vol. 10, Paris, Schlesinger frères, , 3e éd., 500 p. (lire en ligne), p. 40
  100. « Bernard de La Guiche », sur Man8rove (consulté le ).
  101. Victor Meillheurat, « Recherches historiques dans les études du notariat », Le Cabinet historique : moniteur des bibliothèques et des archives, Paris, vol. 14, t. I,‎ , p. 296-297 (lire en ligne).
  102. Louis Susane, Histoire de l'infanterie française, t. VI, Paris, , 442 p. (lire en ligne), p. 418-419 : Le régiment d'Albret, créé en 1674, était resté en garnison à Bayonne jusqu'à la mort du maréchal de Turenne, en 1775. Il fut alors appelé sur la frontière d'Allemagne et placé à Thionville. Il sera renommé régiment de Gandelus en 1678. Son uniforme uniforme consistait en habit et culotte blancs ; parements, collet et veste rouges ; boutons jaunes ; pattes ordinaires garnies de cinq boutons et cinq boutons sur la manche; chapeau bordé d'or.
  103. René Germain et Dominique Laurent, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Romagnat, Éditions De Borée, , 678 p. (ISBN 2844941990 et 9782844941992), p. 533
  104. a et b Louis-A. Vayssière, Procès-verbal de la généralité de Moulins : dressé en 1686 par Florent d'Argouges, Moulins, Durond, , 291 p. (lire en ligne), p. 58
  105. Louis-M. Guiller, Recherches sur Changé-lès-Laval : Histoire féodale, t. 2, Laval, S. Chailland, (lire en ligne), p. 124
  106. Françoise Quatrebarbes, sur Geneanet.org
  107. Augustin Guillaud de la Motte, sur Geneanet.org
  108. Chroniques castrogontériennes : « Henri Augustin Guillaud de la Motte, marquis de Jaligny, comte de la Motte au Mesnil-Geoffroy et de Saint-Denis du Maine, baron de Boucé, seigneur du Boisjourdan, du Coudray et autres lieux, gouverneur de Moulins. »
  109. Marie-Charlotte du Boisjourdan, sur Geneanet.org
  110. « Henri Augustin Guillaud de La Motte », sur Man8rove (consulté le ).
  111. Marie-Séraphine Guillaud de la Motte, sur Geneanet.org
  112. Georges Salamand, Paulin de Barral, libertin dauphinois : mémoires de Marie Séraphine Guillaud de la Motte Barral, La Pensée Sauvage, 1989.
  113. a b c d e f g h i j k l m et n Historique de Jaligny, Dates repères relevées par Michel Valette
  114. a et b Clairefond, Notice sur les députations du Bourbonnais et du département de l'Allier, vol. I, P.-A. Desrosiers, coll. « Bulletin de la Société d'émulation du département de l'Allier », , 400 p. (lire en ligne), p. 196-216
  115. a et b « Texte du décret du 14 décembre 1789, toujours en vigueur au Grand-Duché de Luxembourg », sur Journal officiel du Grand-Duché de Luxembourg, (consulté le )
  116. « Formation des départements et des districts », sur Wikiwix Archive, (consulté le ).
  117. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s et t Louis Audiat, La terreur en Bourbonnais : les victimes : II. Moulins et Lyon, vol. II, Moulins, André Paris, , 364 p. (lire en ligne)
  118. Inventaire sommaire des Archives départementales postérieures à 1790, Allier, série L sur Gallica, p. 158
  119. Site du musée du patrimoine militaire de Lyon : La répression après le siège de Lyon
  120. Historique du 2e bataillon de l'Allier, sur le site : « Soldats de la Grande Armée »
  121. a b c d e f et g Joseph-H. Clément, Le personnel concordataire dans le département de l'Allier, Librairie historique du Bourbonnais, Durond, (lire en ligne)
  122. Original de la transcription des lettres patentes relatives au décret du 3 décembre 1809, accordant le titre de baron de l'Empire à Pierre, Paulin, François de Barral. Compiègne (14 avril 1810).
  123. a et b Historique du 26e régiment d'infanterie légère, sur le site : « Soldats de la Grande Armée »
  124. Original de la transcription des lettres patentes relatives au décret du 15 août 1809, accordant le titre de baron de l'Empire à à Nicolas Guyot. Paris (16 décembre 1810).
  125. Le Mémorial bordelais du 1er octobre 1817 sur Gallica
  126. Études franciscaines du 1er janvier 1930 sur Gallica
  127. a et b Le Narrateur impartial du 28 décembre 1851 sur Gallica
  128. a b c d et e Marcel Jay, Chavroches, Thibault Jay, 129 p. (lire en ligne), p. 21 et 25
  129. « Quatre gendarmes tombèrent sous ce feu meurtrier ; les deux gendarmes Basson et Jaillard, le maréchal-des-logis Lemaire et le lieutenant Combat. Le maréchal-des-logis était tombé de cheval sur les deux genoux. Un insurgé s'approcha de lui et lui tira deux coups de pistolet qui le renversèrent. Lemaire fut traîné sur les dalles de l'église, et on lui écrasa la tête à coups de crosse de fusils. Telle était la rage de ces forcenés, qu'ils percèrent son cadavre de coups de sabre et qu'ils égorgèrent son cheval. Le lieutenant et les deux gendarmes, tous deux grièvement blessés, furent laissés par terre, sans secours, pendant plus de deux heures. Depuis lors, le lieutenant Combat a succombé à ses blessures. Il laisse une veuve et des enfants. » P. Mayer, Histoire du deux décembre : avec documents inédits et pièces justificatives, Ledoyen,
  130. Rapports et délibérations du conseil général de l'Allier, 1857 sur Gallica
  131. « Le reconstruction du clocher », sur Patrimoine de Jaligny et des alentours (consulté le ).
  132. Guy Kokoreff, De la charrue au château : Le temps des mémoires, t. 2, Éditions du Signe, 276 p. (lire en ligne).
  133. Le Fer : revue métallurgique, commerciale et financière du 1er décembre 1884 sur Gallica
  134. Revue des établissements de bienfaisance, 1889 sur Gallica
  135. « Hector de Barral », sur Man8rove (consulté le ).
  136. « Georges de Villardi de Montlaur », sur Man8rove (consulté le ).
  137. « La comtesse Georges de Montlaur, née Marie de Barral, était la seule héritière de la ligne aînée de Barral, représentée au XIIIe degré par Pierre-François comte de Barral fils de Jean Baptiste-François de Barral-Clermont-Monferrat, comte de Barral, 2e marquis de La Bastie-d'Arvillard, baron de la Roche-Cormier etc., président à mortier au parlement de Grenoble et de Marie-Charlotte de Chaumont-Quitry, qui fut mariée par contrat signé à Versailles par Leurs Majestés et la famille royale le à Marie-Catherine Guillaud de La Motte, dame de Jaligny en Bourbonnais, fief encore conservé dans la descendance Villardi Quinson de Montlaur. » Cité sur « La baronnie-Marquisat de Montlaur en Languedoc et sa transmission dans la maison de Villardi-Quinson », sur site du château de Montlaur (consulté le )
  138. « Le barrage de la chaume », sur Patrimoine de Jaligny et des alentours (consulté le ).
  139. Le Gaulois du 11 septembre 1898 sur Gallica
  140. Gil Blas du 23 août 1898 sur Gallica
  141. Guy Laperrière, Les congrégations religieuses de France au Québec, 1880-1914, t. II : Au plus fort de la tourmente, 1901-1904, Presses Université Laval, , 604 p. (ISBN 978-2-7637-7631-6), p. 439.
  142. Jean Leduc, L'Enracinement de la République : 1879 - 1918, Hachette Éducation, , 240 p. (ISBN 978-2-01-181875-1, lire en ligne), Pt76.
  143. Bulletin des congrégations du 30 novembre 1902 sur Gallica
  144. Michel Valette, « Monument aux morts de Jaligny-sur-Besbre », sur Patrimoine de Jaligny et des alentours (consulté le ).
  145. « Chroniques de l'éléctricité », sur Google books, Industrie Électrique, (consulté le ), p. 103.
  146. Guillaume Séchet, « Il n’avait jamais fait aussi froid depuis 1879 », sur Meteo-Paris, (consulté le ).
  147. Jacques Baillon, Le loup, en France, au XXe siècle, Olivet, TheBookEdition, , 133 p. (ISBN 2954804203 et 9782954804200, lire en ligne), p. 78.
  148. L'Homme libre du 22 février 1929 sur Gallica
  149. Jean Zay, 148. 30 octobre 1936 : Circulaire relative à l'allongement de la durée de la scolarité et aux classes de fin d'étude, Paris, Institut national de recherche pédagogique, coll. « L'enseignement du Français à l'école primaire – Textes officiels. Tome 2 : 1880-1939. », (lire en ligne), p. 359-362.
  150. « Allier - Tourisme - Jaligny, l'une des plus anciennes villes du Bourbonnais », sur Malone03 : Découverte du Bourbonnais, (consulté le ).
  151. « À Jaligny : M. Jean Zay annonce d'importantes réformes pour la rentrée », L'Écho d'Alger : journal républicain du matin, no 9865,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le ).
  152. Rapports et délibérations du conseil général de l'Allier du 23 juin 1941 sur Gallica
  153. Jean-Yves Mary, Alain Hohnadel et Jacques Sicard, Hommes et ouvrages de la ligne Maginot, t. 3 : Le destin tragique de la ligne Maginot, Paris, Éditions Histoire & collections, coll. « L’Encyclopédie de l'Armée française » (no 2), , 246 p. (ISBN 2-913903-88-6), p. 221.
  154. « Texte de l'armistice signé à Rethondes le 22 juin 1940 », sur Digithèque de matériaux juridiques et politiques, 1998-2009 (consulté le ).
  155. « Biographie de Marie Victor Bouchon », sur Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation de l'Allier (consulté le ).
  156. « Un parc photovoltaïque à Saint-Loup : une bénédiction pour cette commune de l'Allier », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  157. « 1940, la débâcle et l’Armistice. », sur La Guerre des Gaz ou la guerre chimique pendant la Première et Deuxième guerre mondiale (consulté le ).
  158. a b c d e et f Marseigne, sur le site de l'ANACR03
  159. Jean Débordes, Paroles de résistants : 50 témoignages reçus, embuscades, trahisons, déportations, exécutions, Romagnat, Éditions de Borée, , 447 p. (ISBN 2-84494-196-6)
  160. « Compte-rendu intégral de la 2eséance de l'Assemblée nationale du 30 juin 1972 », sur https://archives.assemblee-nationale.fr/, (consulté le ).
  161. a b c d e f g h et i Visite du prieuré par Jacques Aubert, commissaire député par l'abbesse de Nevers Claude de Gamaches, le , in A. Sery, Abbaye des bénédictines de Notre-Dame de Nevers, vol. XIX, t. IX, Nevers, Societé nivernaise des lettres, sciences et arts, coll. « Bulletin de la Société nivernaise des lettres, sciences et arts », , 579 p. (lire en ligne), p. 292-300
  162. Christiane Eluère, Les ors préhistoriques, vol. 2, Paris, Picard, coll. « Age du bronze en France », , 287 p. (ISBN 2708400851 et 9782708400856), p. 248
  163. Dominique Magnan, Dictionnaire Géographique Portatif De La France Où L'on donne une connoissance exacte des Provinces, Gouvernemens, Villes, Bourgs, Villages, Fleuves, Rivileres, Abbayes, &c. qu'il y a dans ce Royaume : Avec Le nom des Bureaux de Poste, auxquels il faut adresser les lettres, pour les faire parvenir à tous les lieux de la France et les païs étrangers, t. 3, Desaint,
  164. Ambre Vilain, Matrices de sceaux du Moyen Âge, Paris, Éditions de la Bibliothèque nationale de France, , 338 p. (ISBN 2717726233 et 9782717726237, lire en ligne), p. 75
  165. « Les Gaietés du Sabre », La Lanterne : journal politique quotidien, (consulté le ) : « On écrit de Jaligny (Allier) : Dimanche soir, jour de la Saint-Blaise et fête du village de Marceigne... », p. 2
  166. Jacques-Joseph Moret, Calendrier bourbonnais : histoire religieuse du Bourbonnais, vol. 1, , p. 79

    « Saint-Blaise-de-Marseigne, ancienne paroisse réunie à Jaligny. »

  167. Dom J-M Besse, Abbayes et prieurés de l'ancienne France, Paris,
  168. René Germain, Les campagnes bourbonnaises à la fin du Moyen Âge, Presses universitaires Blaise-Pascal, , 366 p. (ISBN 978-2-87741-077-9, lire en ligne)
  169. Dom L.-H. Cottineau, Répertoire topo-bibliographique des abbayes et prieurés, t. II, Mâcon, Protat frères, , col. 1771
  170. P. Gagnol, La dîme ecclésiastique en France au XVIIIe siècle, Genève, Slatkine-Mégariotis reprints, , 466 p., p. 209
  171. Archives départementales de l'Allier (préf. Pierre Flamand, Rédacteurs : Ferdinand Claudon et Pierre Flamand), Inventaire sommaire des Archives départementales postérieures à 1790 : Allier, vol. I, Moulins, coll. « Les archives de la Révolution française », , 338 p. (lire en ligne), p. 174
  172. Archives départementales de l'Allier et F. Claudon, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790 : Allier, série E, supplément, Moulins, Fudez frères,
  173. J. Cornillon, Vente des biens nationaux, t. Ier, Moulins, L. Grégoire, , p. 147 & 149
  174. a b et c Georges Touchard-Lafosse, La Loire historique pittoresque et biographique, de la source de ce fleuve à son embouchure dans l'océan, Paris,
  175. François Gabriel Basset de Jolimont, L'Allier pittoresque,
  176. Archives départementales de l'Allier
  177. « Histoire de la commune de Cossaye », sur pagesperso-orange (consulté le )
  178. Congrès archéologique de France, Séances générales, 1855
  179. a b et c Société d'émulation du Bourbonnais, Extraits de procès verbaux, année 1880, Moulins, Desrosiers, (lire en ligne), p. 335
  180. Louis-Antoine Chaix de Lavarène, Monumenta pontificia Arverniae, decurrentibus IX°, X°, XI°, XII°saeculis. Correspondance diplomatique des papes concernant l'Auvergne depuis le pontificat de Nicolas Ier jusqu'à celui d'Innocent III (IXe, Xe, XIe, XIIe siècles), Clermont-Frerrand, Bellet et fils, 1886, p. 210, note 1
  181. Ernest Audard, Actes des martyrs et des confesseurs de la foi pendant la Révolution, vol. 1, Tours, Mame, , p. 282
  182. Archives départementales du Puy-de-Dôme, Documentation hypothécaire, cote 4 O 1346
  183. Décret no 2014-265 du portant délimitation des cantons dans le département de l'Allier
  184. Article L. 252l du Code électoral
  185. Article art L. 255-3 du Code électoral
  186. Article L. 257 du Code électoral
  187. a et b Article L. 253 du Code électoral
  188. Inventaire sommaire des Archives départementales postérieures à 1790, Allier, série L sur Gallica, p. 216
  189. Inventaire sommaire des Archives départementales postérieures à 1790, Allier, série L sur Gallica, p. 105
  190. Bien qu'il venait d'être arrêté pour faux en écriture privée, Mivière fut élu maire par 9 voix sur 9 du conseil municipal : La Gazette du Centre du 13 mai 1882 sur Gallica. Il fut condamné à trois ans de prison en cour d'assises pour faux, faux en écriture privée, faux en écriture publique, abus de confiance, etc. : H. Le Trésor de La Rocque, « Les finances de la République : La gestion des chambres depuis le vote de la constitution », Le Correspondant : religion, philosophie, politique, vol. 113,‎ , p. 280 (lire en ligne, consulté le ). En 1892, il fut condamné à cinq ans de travaux forcés par la cour d'assises du Puy-de-Dôme pour avoir, de complicité avec un ouvrier serrurier, forcé le coffre-fort de la Société générale de Vichy, d’où il avait enlevé une quarantaine de mille francs : La Plage du 4 décembre 1892 sur Gallica.
  191. Mivière fut déclaré démissionnaire par le conseil général de l'Allier le  : Journal officiel de la République française du 18 avril 1883 sur Gallica
  192. Liste des maires de l'Allier [PDF], sur le site de l'association des maires et présidents de communautés de l'Allier, 8 avril 2014 (consulté le 7 juin 2014).
  193. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le ).
  194. Michel Valette, Les pompiers de Jaligny
  195. « Organisation territoriale », sur SDIS 03 : Site officiel du service départemental d'incendie et de secours de l'Allier (consulté le ).
  196. « Le centre de secours regroupe 13 pompiers », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  197. « Le Département réaffirme son soutien financier aux pompiers de l'Allier », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  198. « Plus de quatre cents interventions en 2023 », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  199. « Exercice Vulcain : « Dès qu’un réserviste porte le treillis, il est un militaire à part entière » », sur Ministère des Armées, (consulté le ).
  200. « Le marché couvert opérationnel en 2023 », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  201. « École primaire », sur Ecoles-france, (consulté le ).
  202. « École primaire de Jaligny-sur-Besbre », sur Université Numérique, (consulté le ).
  203. « Collège des Chenevières », sur Site du Collège des Chenevières (consulté le )
  204. « Collège des Chenevières », sur Ecoles-france, (consulté le ).
  205. a et b Bulletin municipal, Jaligny infos, 2009
  206. « Collège des Chenevières Jaligny sur Besbre », sur Ville-Data (consulté le ).
  207. « Centre social de Jaligny-Neuilly », sur Site du Centre social de Jaligny-Neuilly (consulté le )
  208. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  209. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  210. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  211. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  212. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Jaligny-sur-Besbre (03132) », (consulté le ).
  213. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de l'Allier (03) », (consulté le ).
  214. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  215. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  216. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  217. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  218. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  219. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  220. Étude du Pôle géomatique régional d'Auvergne, fiche 93
  221. « L’agriculture a évolué vers l’agrandissement des exploitations en maintenant une orientation principale vers l’élevage bovin. Les chefs d’exploitation sont plus âgés que la moyenne du département. Le problème de la continuité de l’activité se pose, car les investissements nécessaires au rachat d’une exploitation sont colossaux. Il en découle une potentielle déprise des surfaces agricoles ». (Chambre d’agriculture, )
  222. Calculé avec le convertisseur franc-euro de l'INSEE : « Convertisseur franc-euro : Pouvoir d'achat de l'euro et du franc », sur Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  223. « Les choix audacieux d'une rénovation respectant le patrimoine, à Jaligny-sur-Besbre », La Montagne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  224. « Les clochers. », sur Paroisse Jean XXIII (consulté le ).
  225. Page Facebook des Amis du patrimoine de Jaligny
  226. Abbé Barthelaix, Le château de Jaligny, 1867
  227. « Photos de l'église Saint-Hippolyte », sur petit-patrimoine.com (consulté le )
  228. a et b Charles-Laurent Salch et Joseph-Frédéric Finó (photogr. Dominique Martinez), Atlas des châteaux forts en France, Strasbourg, Éditions Publitotal, , 19e éd. (1re éd. 1977), 834 p., p. 46 (cf. Jaligny).
  229. Michel d'Amboise, La Penthaire de l'Esclave Fortune : Ou sont contenues plusieurs lettres et fantasies cõposees nouvellement en lan 1530., Paris, Alain Lotrian et Denis Janot, (lire en ligne).
  230. Histoire de la foire aux dindes.
  231. Invités d'honneur (1950-1999)
  232. Invités d'honneur (1989-2005)
  233. Georges de Soultrait, Armorial du Bourbonnais, p. 3 et pl. XIX sur Gallica.
  234. Étienne Baluze, cité par Georges de Soultrait, Armorial historique et archéologique du Nivernais, t. Ier, Nevers, Michot, , 282 p., p. 253.