Ouvrir le menu principal

Jean II de Viennois

aristocrate français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Viennois (homonymie).
Jean II de Viennois
Sceau Jean II de Viennois.jpg
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Activité
AristocrateVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Anne d'Albon (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Béatrice de Hongrie (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants

Jean II de la Tour du Pin dit Jean II de Viennois (né vers 1280 — mort en mars en 1318 ou 1319 au Pont de Sorgues, près d’Avignon) fut dauphin de Viennois de 1306 à 1318. Il était fils d'Humbert Ier, dauphin de Viennois et seigneur de la Tour du Pin, et d'Anne d'Albon, dauphine de Viennois.

BiographieModifier

Origines et héritageModifier

Né vers 1280, Jean est le fils de Humbert de la Tour du Pin, qui par mariage avec Anne d'Albon, fille de Guigues VII du Viennois (1225-1269), dauphin de Viennois et de Béatrice de Faucigny (1234-1310), porte le titre de Dauphin à la mort de Jean Ier en 1282[1].

Guerre delphino-savoyardeModifier

L'œuvre politique principale de ce dauphin, en guerre avec son voisin savoyard, est de jalonner la frontière de villes neuves fortifiées ou baties pour renforcer sa défense. Jean II veut utiliser la trêve entre Dauphiné et Savoie pour renforcer une frontière qui n'était jusque-là défendue que par des arbres. Cette politique est identique à celle pratiquée par les rois d'Angleterre en Aquitaine à la même époque. Il essaie d'y attirer, par des concessions de terres prises sur la forêt et de droits d'usage pour la construction des maisons, des habitants qui sont tenus, en échange, aux chevauchées à faible distance et à l'entretien de leurs remparts pour résister aux incursions savoyardes. En accordant des franchises à ces bourgs, il attire et fixe les habitants sur place, participant ainsi à la défense du territoire.

C'est à cette époque que les bourgs de La Buissière et Avalon (bourg de nos jours intégré à la commune de Pontcharra, en Isère) sont ceinturés d'un rempart formant ainsi un bourg castral. Ce mur est financé par les bourgeois eux-mêmes, qui payent une redevance en nature appelée vingtain qui est levée pour la première fois en 1310. La charte de franchises de La Buissière est concédée à la même époque par ce Dauphin entre 1308 et 1315. Avalon reçoit, après avoir obtenu des libertés en 1250 et 1262 des suites des enquêtes, sa charte de franchises le [2], peu après que le bourg ait été incendié par les Savoyards car il n'était défendu que par une palissade de bois. Jean II se rend souvent à La Buissière et Avalon au cours de son règne, vraisemblablement pour vérifier l'avancement des travaux de fortification.

Il signe un traité de paix avec le le comte de Savoie Amédée V, le dans l'église de Villard-Benoît, sous les auspices de l'archevêque de Tarentaise, Bertrand Ier de Bertrand, et l'évêque de Grenoble, Guillaume IV de Royn[2]. Le traité stipule que les deux princes échangeront des mandements, mais aussi qu'ils ne feront plus construire de bâties « dans deux zones limitrophes : entre les Molettes et le Bréda au mandement d'Avalon et dans le mandement savoyard de Voiron et de La Buisse, si proche de Grenoble » (Bernard)[2]. Le Dauphin rend la bâtie de La Boisse, après l'avoir détruite au comte de Savoie[3]. Il récupère également les places de Montrevel (Bresse), Meyssieu (Lyonnais) et Danthesieu/Demptézieu (Viennois)[3]. Cette trêve reste « à peu près respectée »[4], notamment grâce à la nomination de gardiateurs[3].

Selon les espions du comte de Savoie, le Dauphin aurait amassé une armée près de Pont-d'Ain, mais l'attaque n'aura pas lieu[3]. Les années 1315-1316 restent relativement calmes[3]. En 1316, le dauphin s'empare, par traîtrise, du bourg fortifié de Miribel[5]. En 1318, les accords sont rompus avec la construction des châteaux des Allymes, pour le dauphin, et de Luisandre, pour le comte[3]. L'offensive savoyarde reprend à partir des années 1320, avec notamment la prise du bourg d'Ambérieu, du château de Saint-Germain (août 1321) ou en encore du château de La Corbière (décembre 1321)[6].

Mort et successionModifier

La Chronique de Savoye (XVe siècle) de Cabaret, historiographe du comte Amédée VIII, qui fait l'éloge du comte Amédée V, racontait que « le dauphin, très affecté par la perte du château, de la ville et des bourgs de Saint-Germain ainsi que par celle d'Ambérieu, impressionné par la grande armée que son rival avait rassemblée, tomba gravement malade et mourut peu après »[7].

Jean II semble mourir le 4 ou 5 mars[8] 1319[9],[10] — on trouve également l'année 1318 donnée pour la fin de règne[11] —, sur le chemin du retour d'une visite à la Cour pontificale d'Avignon, à Pont de Sorgues[12], petite ville à une lieue d’Avignon.

Mariage et enfantsModifier

 
Jean II et Béatrice de Hongrie par Alexandre Debelle (1805-1897).

Jean de Viennois épousa en 1296 Béatrice de Hongrie, fille de Charles Martel, roi titulaire de Hongrie, et de Clémence de Habsbourg. Ils eurent deux enfants :

Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Jean II sur le site L'atelier des dauphins.

Notes et référencesModifier

  1. Nicolas Carrier, Matthieu de La Corbière, Entre Genève et Mont-Blanc au XIVe siècle : enquête et contre-enquête dans le Faucigny delphinal de 1339, Librairie Droz, , 401 p. (ISBN 978-2-8844-2019-8), p. Introduction.
  2. a b et c Félix Bernard, Histoire de Montmélian, chef-lieu du comté et bailliage de Savoie, des origines à 1706, Imprimerie Allier, , 429 p., p. 105.
  3. a b c d e et f Alain Kersuzan, Défendre la Bresse et le Bugey - Les châteaux savoyards dans la guerre contre le Dauphiné (1282 - 1355), Lyon, coll. « Histoire et Archéologie médiévales », , 433 p. (ISBN 272970762X, lire en ligne), chap. 14, p. 54.
  4. Alain Kersuzan, Défendre la Bresse et le Bugey - Les châteaux savoyards dans la guerre contre le Dauphiné (1282 - 1355), Lyon, coll. « Histoire et Archéologie médiévales », , 433 p. (ISBN 272970762X, lire en ligne), chap. 14, p. 15.
  5. Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg-en-Bresse, Gromier Ainé, (lire en ligne), p. 234.
  6. Alain Kersuzan, Défendre la Bresse et le Bugey - Les châteaux savoyards dans la guerre contre le Dauphiné (1282 - 1355), Lyon, coll. « Histoire et Archéologie médiévales », , 433 p. (ISBN 272970762X, lire en ligne), chap. 14, p. 56-59, « La grande offensive savoyarde 1320-1334 ».
  7. Jehan d'Orieville, dit Cabaret (traduction de Daniel Chaubet), La Chronique de Savoye, La Fontaine de Siloé, coll. « Les Savoisiennes », , 297 p. (ISBN 978-2-90869-795-7, lire en ligne), p. 148.
  8. Adalbert Mischlewski, Chanoines réguliers de Saint-Antoine-en-Viennois, 1995, p. 57.
  9. Ulysse Chevalier, Annales de la ville de Romans: manuscrit inédit, J. Céas, 1897, 327 pages, p. XIX.
  10. René Avezou, Robert Avezou, Petite histoire du Dauphiné, 1947, p. 39.
  11. Gérard Giordanengo, Féodalités et droits savants dans le Midi médiéval, Ashgate Publishing Company, 1992, 338 pages, p. 856.
  12. Hubert Janeau, Les institutions judiciaires du Dauphiné de Viennois sous la troisième race des dauphins (1282-1349), Imprimerie Allier, 1942, 301 pages, p. 24.