Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Saint-Marcellin (Isère)

commune française du département de l'Isère
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Marcellin.

Saint-Marcellin est une commune française située dans la vallée sud du Grésivaudan, département de l'Isère, région Auvergne-Rhône-Alpes.

Saint-Marcellin
Saint-Marcellin au XIXe siècle illustrée par Alexandre Debelle (1805-1897).
Saint-Marcellin au XIXe siècle illustrée par Alexandre Debelle (1805-1897).
Blason de Saint-Marcellin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Le Sud Grésivaudan
Intercommunalité Pays de Saint-Marcellin
Maire
Mandat
Jean-Michel Revol
2014-2020
Code postal 38160
Code commune 38416
Démographie
Gentilé Saint-Marcellinois
Population
municipale
8 070 hab. (2014)
Densité 1 033 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 09′ 14″ nord, 5° 19′ 14″ est
Altitude Min. 275 m – Max. 300 m
Superficie 7,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Marcellin

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Saint-Marcellin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Marcellin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Marcellin
Liens
Site web Saint-marcellin.fr

Ses habitants sont appelés les Saint-Marcellinois.

Sommaire

GéographieModifier

 
Viaduc ferroviaire de Saint-Marcellin.

La commune de Saint-Marcellin est située à 51 km de Grenoble et à 46 km de Valence.

Communes limitrophesModifier

Chatte, Chevrières, Saint-Sauveur et Saint-Vérand

 
Cliquer pour agrandir la carte
  Chevrières Saint-Vérand  
Chatte N
O    Saint-Marcellin    E
S
Saint-Sauveur

ToponymieModifier

« Sancti Marcellinii » au XIe siècle puis « Les Thermopyles » pendant la Révolution. Saint-Marcellin, présumé d'origine berbère et premier évêque d'Embrun, évangélise la région avec Saint-Vincent et Saint-Domnin[1].

HistoireModifier

Durant la période mésolithique (de 9 000 à 5 000 av. J.-C), marquée par de nombreux changements économiques et sociaux, liés notamment au développement de la forêt en Europe à la suite du bouleversement écologique se traduisant par un réchauffement climatique, les hommes s’installèrent dans les différents massifs du département sous des abris rocheux et des grottes. Le site des « Lots », sur la commune de Saint-Marcellin, témoigne de l'activité agro-pastorale qu'il y avait de ce côté de l'Isère[2].

Entre 1790 et 1794, Saint-Marcellin absorbe l'ancienne commune éphémère de Plan[3].

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795 et d'arrondissement de 1800 à 1926.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[réf. nécessaire]
Période Identité Étiquette Qualité
1919 1941 Georges Dorly Rad. Vétérinaire - Député de l'Isère (1924-1928)
Conseiller général du Canton de Saint-Marcellin (1911-1940)
mai 1945 mars 1965 Ferdinand Brun
(1911-1998)
- Industriel (producteur de fromages)[4]
mars 1965 mars 1983 Paul Picard FGDS Conducteur principal de travaux publics de l'État[5]
Député de l'Isère (1967-1968)
mars 1983 juin 1995 Louis Ferrouillat RPR Chef d'entreprise[6]
juin 1995 en cours Jean-Michel Revol DVG Professeur des écoles[7], conseiller général du Canton de Saint-Marcellin (2004-2011)
Les données manquantes sont à compléter.

JumelagesModifier

La ville est jumelée avec :

Population et SociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 8 070 habitants, en augmentation de 0,36 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 013 3 047 3 215 2 780 3 191 2 885 3 116 3 408 3 460
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 459 3 295 3 173 3 340 3 307 3 250 3 393 3 392 3 308
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 237 3 305 3 348 3 312 3 764 3 995 4 258 4 308 4 486
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
5 298 6 186 6 779 6 795 6 696 6 955 7 895 8 086 8 070
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

  • Trois écoles maternelles publiques et une privée[13] ;
  • Trois écoles primaires publiques et une privée[13] :
  • Un collège public ;
  • Un lycée polyvalent public et un lycée technologique privé.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

  • Salon du livre de Saint-Marcellin.
  • Salon du bien-être de Saint-Marcellin [14].
  • Festival Barbara de la chanson française.
  • De 1990 à 2001, les Marsiannes, festival de vidéo d'aventures sportives et de découvertes.
  • 1er week-end du mois de juillet : Rallye National de Saint-Marcellin avec le parc sur le champ de mars.
  • En hiver, le Rallye de la noix dans une commune limitrophe : Chatte.

SportsModifier

La ville est très sportive. Elle a d'ailleurs gagné le challenge L'Équipe de la ville la plus sportive de France de moins de 20 000 habitants en 2013. Ses principaux clubs sont :

  • l'Olympique Saint-Marcellin, foot ;
  • le club de lai muoi de Saint-Marcellin (arts martiaux) ;
  • le Groupement Foot Pays de Saint-Marcellin, foot ;
  • le Saint-Marcellin Sports (SMS), rugby ;
  • le Basket Saint-Marcellin, basket ;
  • la Jeanne d'Arc de Saint-Marcellin, gymnastique ;
  • l'Aquatique Club Olympide, natation, triathlon ;
  • le Handball Pays de Saint-Marcellin (HBPSM), handball ;
  • le judo club de Saint-Marcellin, judo ;
  • le Tchi Kong pour enfant de Saint-Marcellin[15], Qi gong - Tai-chi-chuan ;
  • l'Amicale Laïque de Saint-Marcellin, regroupant notamment athlétisme, volley-ball, tir olympique et plongée[16],[17] ;
  • le Futsal Saint-Marcellin, futsal ;
  • l'Athletic Club Saint-Marcellin, haltérophilie, musculation force athlétique et culturisme ;
  • le Rallye de Saint-Marcellin au début du mois de juillet, sport automobile.

MédiasModifier

En 2010, la commune de Saint-Marcellin a été récompensée par le label « Ville Internet @@ »[18].

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Église St Marcellin
 
Clocher église St Marcellin
 
Église St Marcellin de nuit
 
L'ancien couvent des Carmes (fenetre sculptée avec Triskèle)
  • L'église Saint-Marcellin, du XIIe siècle, est inscrite partiellement au titre des monuments historiques par arrêté du 28 octobre 1926. Seul le clocher est inscrit[19].
  • La maison dite « Le Bateau Ivre », au 22 avenue de la Saulaie, de 1953. Elle est l'œuvre des artistes Pierre Székely (architecte, sculpteur), Vera Székely (céramiste) et André Borderie (peintre). L'intérieur et l'extérieur de la maison, le garage et le jardin font l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 14 septembre 2007[20]. Depuis 2003, l'édifice est labellisé « Patrimoine du XXe siècle » de l'Isère.
  • Les vestiges du château de Saint-Marcellin. Le château delphinal fut fondé en même temps que la ville par les dauphins.
  • L'ancien couvent des Carmes
  • L'ancien Centre de fermentation de tabac, initialement composé de quatre imposants bâtiments élevés entre 1883 et 1887[21], accueille aujourd'hui la Maison de l'économie du pays de Saint-Marcellin. Elle est située entre la rue du Colombier et l'avenue Jules David.
  • La maison forte du Mollard, des XIVe et XVIe siècles, où habita Laurent de Maugiron (1528 - 1588) , aujourd'hui un réstaurant[22].

Espaces verts et fleurissementModifier

En 2015, la commune confirme le niveau « une fleur » au concours des villes et villages fleuris[23].

Patrimoine culturelModifier

 
L'ancien Centre de fermentation de tabac, rénové, de St Marcellin
  • Espace mémoire du tabac, abrité dans la Maison de l'économie de Saint-Marcellin, était l'ancien centre de fermentation des tabacs en feuilles[24].

Personnalités liées à la communeModifier

 
Les ruines de Beauvoir et les bords de l'Isère, lithographie de Alexandre Debelle (1805-1897).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

 
Gare St Marcellin

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. André Plank, L'origine des noms des communes du département de l'Isère, Grenoble, artès, , 159 p. (ISBN 9782910459086), p. 119
  2. « Les Lots » sur le site officiel du conseil général de l'Isère patrimoine-en-isere.fr
  3. http://cassini.ehess.fr/cassini/fr/html/fiche.php?select_resultat=61212
  4. Saint-Marcellin, les rues racontent notre histoire www.saint-marcellin.fr www.saint-marcellin.fr/images/m1_MzQ_Les-rues-racontent-notre-histoire.pdf
  5. http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/trombinoscope/Vrepublique/Legis03/picard-paul-10121909.asp
  6. http://www.societe.com/societe/monsieur-louis-ferrouillat-061407029.html
  7. http://www.lemonde.fr/auvergne-rhone-alpes/isere,38/saint-marcellin,38416/elections/presidentielle-2017/
  8. a et b Annuaire des Villes Jumelées > Pays : _ > Région : RHONE-ALPES > Collectivité : ISERE, sur le site de l'AFCCRE, consulté le 15 novembre 2014.
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  13. a et b l'école du Dauphin
  14. « Salon du bien-être de Saint-Marcellin », sur salondubienetre.eklablog.fr (consulté le 22 octobre 2015)
  15. « Tchi Kong pour enfant de Saint-Marcellin », sur saint-marcellin.fr/ma-ville/associations (consulté le 11 octobre 2015)
  16. « Amicale Laïque de Saint-Marcellin »
  17. « Athlétisme Saint-Marcellin »
  18. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 19/12/2009.
  19. « Église », notice no PA00117259, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Maison dite « le Bateau Ivre » », notice no PA38000027, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Centre de fermentation de tabac », sur Isère Patrimoine (consulté le 2 août 2015)
  22. Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), p. 701
  23. « Les villes et villages fleuris > Isère », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 14 janvier 2016).
  24. « Circuits Patrimoniaux », sur saint-marcellin.fr/ma-ville/decouvrir-saint-marcellin/patrimoine (consulté le 11 octobre 2015)
  25. Sophie Delassein, Aimez-vous Sagan…, coll. « Biographie », Paris, Fayard, 2002, p. 16 et 17.