Liste des évêques de Valence (France)

page de liste de Wikipédia, Valence (France)

La liste des évêques de Valence, puis de Valence, Die et Saint-Paul-Trois-Châteaux (depuis 1911), recense le nom des évêques qui se sont succédé sur le siège du diocèse de Valence, dans la région historique du Valentinois (Dauphiné), dans l'actuel département de la Drôme, en France. Valence est le siège de l'évêché.

Fondé vers la fin de la première moitié du IVe siècle, suffragant de Vienne[1], le premier évêque attesté du diocèse est Émilien, vers l'an 360[2]. En 1275, le pape uni le titre à celui de Die jusqu'en 1687[1]. En 1911, l'évêque de Valence est autorisé à joindre à son titre celui de Die et de Saint-Paul-Trois-Châteaux.

SourcesModifier

Le site Internet du diocèse de Valence publie une liste des « Les évêques du diocèse de Valence » de Saint Émilien à l'évêque actuel[3]. Cette source est, dans l'ensemble, privilégiée pour les graphies et les dates d'épiscopat.

La liste présentée s'appuie par ailleurs sur la Gallia Christiana, et les travaux des historiens régionaux, au premier rang d'entre-eux, Ulysse Chevalier, auteur d'une Notice chronologico-historique sur les évêques de Valence (1867) et du Regeste dauphinois (1912-1926). À sa suite, les travaux des historiens Jules Chevalier (1888, 1897) ou encore Louis Duchesne (1907) ont permis d'apporter des précisions ou corrections.

U. Chevalier (1867) indiquait « on ne possède, à part le fragment de St-Hugues, aucune liste ancienne des évêques de Valence, qui puisse être incontestable »[2]. Sa notice présente l'ensemble des ouvrages des siècles passés lui ayant permis d'établir cette liste de 101 noms[1]. L. Duchesne (1907) souligne que l'on ne possédait comme source, jusqu'à cette fin du XIXe siècle, que la « chronique des évêques de Valence, receuilli par Dom Estionnot dans un manuscrit de Nicolas Chorier », datant de plusieurs périodes, d'après le style d'écriture, et qui servira de base de travail à Chevalier[4]. Il distingue dans cette liste quatre groupes d'évêques — neufs noms (antérieur au IXe siècle), ceux de la période carolingienne, puis deux autres groupes pour lesquels l'ordre est discutable — qu'il analysent et critiquent[4]. Le fragment de St-Hugues dont il est question est le troisième cartulaire de Grenoble, dit de saint Hugues, datant du milieu du XIIe siècle[4].

Les évêques par périodeModifier

Les noms en retrait et/ou suivis par la mention (abs. site diocèse) correspondent aux évêques mentionnés dans des listes épiscopales, dont l'emplacement ou l'existence n'est pas clairement attesté, voire absents de la liste donnée par le site Internet du diocèse.

Antiquité tardiveModifier

Chevalier (1867) indique que la liste connaît ensuite « une longue interruption, dont la cause se trouve sans doute dans les ravages des Sarrasins à cette époque »[13] (voir notamment Présence sarrasine au nord des Pyrénées). Duchesne (1907) nomme, « mais sans prétendre que ce soit leur place, les évêques Salvius, Antonius, Antoninus, Elephas »[12].

Période carolingienneModifier

  • 788 : Bonit (Bonitus), présent au concile de Narbonne de 788[12],[14].
    • 800 : Salvius II. (abs. site diocèse)
  • 801 – 814 : Waldald.
    • 804 : Luperosus/Lupicin. (abs. site diocèse) Présent à Aix-la-Chapelle, lors de la consécration de la Chapelle palatine.
  • 835 : Adon (Ado), sans mention d'évêché, mais présent au concile de Thionville de 835[12]. Le même nom se rencontre lors du retour de Ebon, sur le siège de Reims en 840.
  • 855 : Dunctran(ne)/Dongtran (Dunctrannus, probable Dalvarannus du catalogue ?)[12].
    • Eilard. (abs. site diocèse)
    • Brocard. (abs. site diocèse)
    • Archimbert. (abs. site diocèse)
    • 855 : Agilde/Agine. (abs. site diocèse) Accusé de crime au troisième concile de Valence de 855[15].
  • 859 – 879 : Rupert/Ratbert/Rathère/Robert (Ratpertus), présent à plusieurs conciles[16]..
  • 886 – 899 : Isaac, présent au Concile de Chalon de 886[16].
  • 910 : Aimenric/Imeric (Aimenricus) ou Aymeric (Aymericus) Dalvaranne. Aymericus est placé dans le Catalogue et correspondant au Aimenricus de la liste de Grenoble[16].
  • 911 – 923 : Remégaire Ier.
  • 947 : Odilbert.

Période médiévale (fin Xe au XIIIe siècle)Modifier

Union des titres de Valence et de Die (1276-1687)Modifier

Le pape Grégoire X proclame, par une bulle en date du , l'union des titres des évêchés de Valence et de Die (Regeste dauphinois)[25],[26]. L'évêque de Die, Amédée de Genève, meurt en 1276[26]. Cependant chacun des deux diocèses garde sa propre administration (deux collèges de chanoines, deux vicaires-généraux, officials distincts).

Période moderne : retour au titre unique de ValenceModifier

Période révolutionnaire et évêques concordatairesModifier

Période contemporaineModifier

XXe siècleModifier

A partir de 1911, l'évêque de Valence porte les titres de Die et de Saint-Paul-Trois-Châteaux.

Portrait Armoiries Épiscopat Titulaire Notes
    1875 à 1905 Charles-Pierre-François Cotton
    1905 à 1912 Jean-Victor-Émile Chesnelong transféré à Sens (1912)
    1912 à 1919 Emmanuel-Marie-Joseph-Anthelme Martin de Gibergues
    1920 à 1932 Désiré Paget
    1932 à 1952 Camille Pic
    1952 à 1955 Joseph Urtasun transféré à Avignon (1955)
    1957 à 1966 Paul Vignancour transféré à Bourges (1966)
    1966 à 1977 Jean de Cambourg
    1978 à 2001 Didier-Léon Marchand retiré en 2001

XXIe siècleModifier

Portrait Armoiries Épiscopat Titulaire Notes
    2001 à 2013 Jean-Christophe Lagleize nommé à Metz en novembre 2013
    2014 à ? Pierre-Yves Michel

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (Chevalier, 1867, p. 1).
  2. a et b (Chevalier, 1867, p. 2).
  3. « Les évêques du diocèse de Valence », sur Diocèse de Valence.
  4. a b et c (Duchesne, 1907, p. 216-221) (lire en ligne)
  5. a et b (Duchesne, 1907, p. 222) (lire en ligne)
  6. a b et c « Les saints du diocèse », sur Diocèse de Valence.
  7. Nominis : Saint Émilien
  8. Forum orthodoxe.com : saints pour le 12 septembre du calendrier ecclésiastique
  9. Nominis : Saint Festus
  10. a b c d e f g et h (Duchesne, 1907, p. 223) (lire en ligne)
  11. Odette Pontal, Histoire des conciles mérovingiens, Paris, CNRS - Cerf - Institut de Recherche et d'Histoire des Textes, , 428 p. (ISBN 978-2-20403-191-2) ((de) pp. 156-159 lire en ligne) pp. 161-167 lire en ligne).
  12. a b c d et e (Duchesne, 1907, p. 224) (lire en ligne)
  13. (Chevalier, 1867, p. 4).
  14. Les études faites sur les origines gallo-romaines de la famille de Clérieu ont essayé de montrer qu'elle était rattachée aux évêques de Valence. Bonitus, évêque en 788, serait lui-même un arrière-petit-fils de l'évêque de Clermont Bonitus, et un oncle de l'évêque de Valence Salvius II (755-820). Ce dernier serait le père de l'évêque de Valence Adon (780-835) et du premier membre connu de la famille de Clérieu, Sylvion, marié à Didane, connu par un acte de 812 lui donnant, avec l'accord de l'archevêque de Vienne Barnard, l'usufruit de biens donnés au chapitre de Saint-Maurice de Vienne par l'archevêque Ursus (Les Clérieu (version 2))
  15. Adolphe-Charles Peltier, Dictionnaire universel et complet des conciles tant généraux que particuliers, des principaux synodes diocésains et des autres assemblées ecclésiastiques les plus remarquables (tome 2), t. 2, Paris, Jacques-Paul Migne, , 664 p. (lire en ligne), p. 1217.
  16. a b et c (Duchesne, 1907, p. 225) (lire en ligne)
  17. Regeste dauphinois, p. 231, Tome 1, Fascicules 1-3, Acte no 1384 (lire en ligne).
  18. a et b Jules Chevalier, Essai historique sur l'église et la ville de Die. Tome Ier, Depuis les origines jusqu'en l'année 1276, t. 1, Montélimar, , 500 p. (lire en ligne), p. 141-143.
  19. a et b Aurélien Le Coq, Hugues de Châteauneuf, évêque de Grenoble (1080-1132). Réforme grégorienne et pouvoir épiscopal entre Rhône et Alpes, Paris, Histoire. Université Paris-Est, , 522 p. (lire en ligne), p. 48.
  20. a b c et d André Blanc, La cathédrale de Valence. Témoin de l'humanité romane, Valence, Éditions Peuple libre, , 212 p. (lire en ligne), p. 23-24.
  21. Regeste dauphinois, p. 273, Tome 1, Fascicules 1-3, Acte no 1642 (lire en ligne).
  22. a et b J.Chevalier, 1897, p. 162 (lire en ligne).
  23. J.Chevalier, 1897, p. 175-176 (lire en ligne).
  24. Jules Chevalier, Essai historique sur l'église et la ville de Die. Tome Ier, Depuis les origines jusqu'en l'année 1276, t. 1, Montélimar, , 500 p. (lire en ligne), p. 390-393.
  25. Regeste dauphinois, p. 927, Acte no 11456 (lire en ligne).
  26. a et b Jules Chevalier, Essai historique sur l'église et la ville de Die. Tome Ier, Depuis les origines jusqu'en l'année 1276, t. 3, Montélimar, , 500 p. (lire en ligne), p. 403-409
  27. Jules Chevalier, Essai historique sur l'église et la ville de Die. Tome second, Depuis l'année 1277 jusqu'en l'année 1508, t. 3, Valence, Impr. de J. Céas et fils, , 500 p. (lire en ligne), p. 124 et suivantes.
  28. Jules Chevalier, EssEssai historique sur l'église et la ville de Die. Tome second, Depuis l'année 1277 jusqu'en l'année 1508, t. 3, Valence, Impr. de J. Céas et fils, , 500 p. (lire en ligne), p. 60 et suivantes.
  29. a et b Louis Boisset, Un concile provincial au treizième siècle : Vienne 1289 : église locale et société, vol. 21 de Théologie historique, Éditions Beauchesne, , 359 p. (ISBN 978-2-7010-0055-8, lire en ligne), p. 119-120.
  30. Erwin Eugster (trad. Roxane Jacobi Humbert-Droz), « Heinrich Peyer » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  31. Paul Dudon - Les Jésuites dans le Diois (1610-1763), in Revue d'histoire de l'Église de France, vol. 15 (1929), n° 66, p. 18.
  32. Jules Chevalier - Le diocèse de Die en 1644. Valence, Céas impr., 1914.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Louis de Mas Latrie, Trésor de chronologie, d'histoire et de géographie pour l'étude et l'emploi des documents du Moyen Âge (TC), V. Palmé, 1889, Paris, pp. 1509-1510 (lire en ligne)
  • Ulysse Chevalier, Notice chronologico-historique sur les évêques de Valence, Valence, Jules Céas et fils, , 16 p. (lire en ligne).  .
  • Ulysse Chevalier, Regeste dauphinois, ou Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l'histoire du Dauphiné, des origines chrétiennes à l'année 1349, Impr. valentinoise, 1912-1926 (volumes présents sur gallica.bnf.fr, lire en ligne).
  • Jules Chevalier, Mémoires pour servir à l'histoire des comtés de Valentinois et de Diois. Tome Ier, Les anciens comtes de Die et de Valence, les comtes de Valentinois de la maison de Poitiers, Paris, , 477 p. (lire en ligne).  .
  • Louis Duchesne, Fastes épiscopaux de l'ancienne Gaule. Provinces du Sud-Est (tome premier), vol. 3, Paris, Thorin et fils, , 356 p. (lire en ligne).  .
  • Louis Duchesne, Fastes épiscopaux de l'ancienne Gaule. Provinces du Sud-Est (tome premier), Paris, Albert Fontemoing. Anc. Thorin et fils, , 2e éd. (lire en ligne).
  • Jacques de Font-Réaulx, Histoire religieuse du diocèse de Valence, des origines jusqu'à nos jours dans sa circonscription actuelle, Valence, Librairie catholique, Ferdinand Rouet, (lire en ligne), p. 45.
  • Christian Frachette, « Évêques et comtes en Valentinois au Xe siècle (879-1029) : concours et concurrence pour le pouvoir », dans Noël Coulet et Olivier Guyotjannin, La ville au Moyen Âge, 2, Sociétés et pouvoirs dans la ville, éd. du CTHS, (ISBN 2-7355-0422-0), pp. 179-192.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier