Ouvrir le menu principal

François-Ferdinand d'Autriche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir François et Ferdinand.
François-Ferdinand d'Autriche
Description de cette image, également commentée ci-après
L'archiduc François-Ferdinand.

Titres

Prince héritier de l'Empire austro-hongrois


(18 ans, 1 mois et 9 jours)

Prédécesseur Charles-Louis d'Autriche
Successeur Charles d'Autriche

Prétendant au trône de Modène


(38 ans, 7 mois et 8 jours)

Prédécesseur François V
Successeur Charles Ier
Biographie
Titulature Archiduc d'Autriche-Este
Duc de Modène, de Reggio et de Massa
Prince de Carrare
Dynastie Maison de Habsbourg-Lorraine
Nom de naissance Franz Ferdinand von Österreich
Naissance
Graz (Empire d'Autriche)
Décès (à 50 ans)
Sarajevo (Autriche-Hongrie)
Sépulture Château d'Artstetten
Père Charles-Louis d'Autriche
Mère Marie-Annonciade de Bourbon-Siciles
Conjoint Sophie Chotek von Chotkowa und Wognin
Enfants Sophie de Hohenberg
Maximilien de Hohenberg
Ernest de Hohenberg
Religion Catholicisme romain

Signature

Signature de François-Ferdinand d'Autriche
Description de l'image Personal coat of arms of Francis Joseph I. of Austria-Hungary (1916) – Gerd Hruška.jpg.

L'archiduc François-Ferdinand d'Autriche-Este (en allemand : Franz Ferdinand von Österreich-Este) est né le à Graz et mort assassiné le à Sarajevo (Autriche-Hongrie). Archiduc d'Autriche-Este et prince de Hongrie et de Bohême, il devient l'héritier du trône de l'Empire austro-hongrois à partir de 1896[1]. Son assassinat est l'événement déclencheur de la Première Guerre mondiale[2],[3],[4].

BiographieModifier

Enfance et héritagesModifier

 
L'archiduc François-Ferdinand en 1864.
 
L'archiduc Charles-Louis et l'archiduchesse Maria-Annunziata, parents de l'archiduc (1870)

François-Ferdinand naît le à Graz (Styrie) en Autriche. Il est le fils aîné de l'archiduc Charles-Louis d'Autriche et de sa seconde épouse, la princesse Marie-Annonciade de Bourbon-Siciles. Son père est le jeune frère des empereurs François-Joseph d'Autriche et Maximilien du Mexique.

Après la naissance de François-Ferdinand, le couple a trois autres enfants :

Victime de la tuberculose, l'archiduchesse Marie-Annonciade meurt à l'âge de 28 ans en 1871, laissant orphelins de mère ses quatre enfants dont l'aîné, François-Ferdinand, n'a que six ans.

Pour la seconde fois, l'archiduc Charles-Louis est veuf. Il n'a que 38 ans. Il se remarie en 1873 à Marie-Thérèse de Bragance, fille du défunt roi Michel Ier de Portugal, mort en exil pour avoir convoité le trône de sa nièce. La nouvelle archiduchesse a 22 ans de moins que son mari. C'est une femme de caractère, d'une grande piété. Elle élèvera comme les siens ses beaux-enfants dont l'aîné n'a que 8 ans de moins qu'elle.

L'archiduc Charles-Louis et l'archiduchesse Marie-Thérèse donneront le jour à deux filles qui viendront compléter la fratrie :

En 1875, son cousin François V, gendre du roi Louis Ier de Bavière, le dernier duc de Modène, meurt sans enfant. Il désigne alors comme héritier François-Ferdinand, alors âgé de onze ans, à la condition qu'il ajoute Este à son nom. François-Ferdinand relève ainsi le titre de la branche autrichienne de Modène, issue du mariage de l'archiduc Ferdinand d'Autriche-Este avec la princesse Marie-Béatrice de Modène en 1771.

À la mort de l'archiduc Rodolphe, retrouvé sans vie dans le pavillon de chasse de Mayerling, le , en compagnie de sa maîtresse Marie Vetsera[5], le père de François-Ferdinand devient héritier du trône. Il y renonce immédiatement en faveur de son fils aîné[6]. L'archiduc Charles-Louis meurt prématurément d'une fièvre typhoïde contractée après avoir bu l'eau du Jourdain lors d'un pèlerinage en Terre sainte en 1896[6]. Dès lors, François-Ferdinand est désigné officiellement comme héritier du trône impérial[7].

Amateur de chasseModifier

La chasse est la grande passion de François-Ferdinand[8], qui jouit d'une réputation de bon tireur[9]. Dès le début des années 1890, il est considéré comme le meilleur tireur du monde[10].

Il fait, pour chasser, le tour du monde en 1893 à bord du croiseur SMS Kaiserin Elisabeth mais emmène aussi diplomates (pour représenter l'Empire), photographes, taxidermistes et naturalistes pour garnir les vitrines du Musée d'histoire naturelle de Vienne[11]. Il ressort de ses cahiers de chasse, qui ont tous été préservés, qu'avec ses équipes il a tué au cours de sa vie 274 889 animaux[12]. Parmi eux, de nombreux animaux exotiques tels que les tigres, les lions et les éléphants et jusqu'aux kangourous et aux émeus d'Australie[13].

Plus tard, le relevé d'un jour de juin 1908 indique 2 763 mouettes[14] et en 1911, son palmarès de l'année s'élève à 18 799 têtes[15]. Ce penchant pour la chasse est jugé excessif même par la noblesse européenne de cette époque[16]. Pas moins de 100 000 trophées sont exposés dans son château de Konopiště en Bohême[17],[18] qui contient également une grande collection d'antiquités, l'autre passion de François-Ferdinand[19].

Carrière militaireModifier

 
François-Ferdinand en uniforme.

Comme beaucoup d'hommes de la lignée des Habsbourg, François-Ferdinand entre dans l'armée austro-hongroise dès son plus jeune âge. Ses promotions sont rapides et fréquentes. Il atteint le rang de lieutenant à l'âge de quatorze ans, capitaine à vingt-deux ans, colonel à vingt-sept et enfin major-général à trente et un ans[20].

Bien qu'il n'ait jamais reçu de formation au commandement, il dirige brièvement le 9e régiment de hussards hongrois[21]. En 1898, il devient le représentant « à la disposition de Sa Majesté » pour tous les services et agences militaires qui reçoivent l'ordre de lui transmettre tous leurs documents[20].

En 1913, l'héritier du vieil empereur est nommé inspecteur général des forces armées de l'Autriche-Hongrie (Generalinspektor der gesamten bewaffneten Macht), position supérieure à celle détenue auparavant par l'archiduc Albert de Teschen et qui prévoit le commandement en temps de guerre[22].

Mariage et familleModifier

 
Sophie Chotek de Chotkowa et Wognin.

En 1894, François-Ferdinand rencontre la comtesse Sophie Chotek lors d'un bal à Prague. Sophie est une dame de compagnie de la princesse Isabelle de Croÿ, épouse de l'archiduc Frédéric de Teschen.

François-Ferdinand commence à fréquenter la villa de l'archiduc Frédéric à Pressbourg. Sophie écrit à François-Ferdinand durant sa convalescence sur l’île de Lošinj dans la mer Adriatique, où il se soigne de la tuberculose. Ils gardent leur relation secrète[23]. L'archiduchesse Isabelle suppose que l'archiduc recherche sa future épouse et future impératrice parmi ses nombreuses filles. Un jour, alors que l'archiduc a laissé ses affaires personnelles et notamment sa montre sur un banc pour participer à un match de tennis, l'archiduchesse Isabelle s'empare de la montre et l'ouvre, croyant y trouver le portrait de celle de ses filles choisie par l'archiduc héritier ; elle découvre le portrait de sa dame d'honneur. Offusquée, elle chasse bruyamment celle qui n'est plus pour elle qu'une « intrigante ». Le scandale est public mais François-Ferdinand, chevaleresque, refuse de se séparer de la femme qu'il aime et qui partage ses sentiments. Profondément amoureux, il refuse d'épouser une autre femme au grand dam de l'empereur.

En effet, les règles matrimoniales imposent à tous les membres de la maison impériale et royale de Habsbourg-Lorraine – ainsi qu'à toutes les maisons souveraines de l'époque – d'épouser uniquement un membre d'une dynastie régnante ou ayant régné en Europe. Sophie ne fait pas partie d'une de ces familles, même si elle compte parmi ses ancêtres, par les femmes, des princes de Bade, de Hohenzollern-Hechingen et de Liechtenstein. Un des ancêtres directs de Sophie est Albert IV le Sage, comte de Habsbourg et landgrave de Haute-Alsace, dont elle descend par sa fille Élisabeth de Habsbourg, sœur de l'empereur Rodolphe Ier du Saint-Empire[24].

Finalement, en 1899, l'empereur François-Joseph autorise le mariage, à la condition qu'il soit officiellement considéré comme morganatique et que leurs descendants ne puissent prétendre à la couronne[5]. Ainsi, Sophie ne partage pas les rang, titre, préséance ou privilèges de son époux. De plus, elle ne peut apparaître en public à ses côtés, ne peut voyager dans la voiture impériale ni s'asseoir dans la loge impériale au théâtre à côté de son époux[23].

Le mariage est célébré le en la chapelle du château de Reichstadt (désormais Zákupy) en Bohême. Ni François-Joseph, ni aucun archiduc, pas même les frères de François-Ferdinand, n'assistent à la cérémonie[5]. Les seuls membres de la famille impériale présents sont l'archiduchesse Marie-Thérèse de Portugal et ses deux filles Marie-Annonciade et Élisabeth, belle-mère et sœurs de François-Ferdinand.

Après son mariage, Sophie reçoit le titre de princesse souveraine de Hohenberg (Fürstin von Hohenberg), avec traitement d'altesse sérénissime (Ihre Durchlaucht). En 1909, elle reçoit le titre plus élevé de duchesse de Hohenberg (Herzogin von Hohenberg), avec traitement d'altesse (Ihre Hoheit).

Malgré cela, elle cède en préséance aux archiduchesses (y compris celle qui sont en bas âge) et reste éloignée de son époux en présence des autres membres de la famille impériale[23].

 
L'archiduc François-Ferdinand, avec son épouse Sophie, duchesse de Hohenberg et leurs trois enfants, Sophie, Maximilien et Ernest.

Le couple a quatre enfants qui leur donneront à titre posthume douze petits-enfants dont onze garçons :

En 1889, l'archiduc-héritier François-Ferdinand avait reçu de son père, l'archiduc Charles-Louis, le château d'Artstetten. Par la suite, il acquiert le château de Konopiště qui est sa dernière résidence avant son assassinat à Sarajevo.

En 1909, peu après la mort de son dernier-né, il signe le contrat pour la construction d'un caveau familial de douze places sous l'église du château d'Artstetten pour lui, son épouse et leurs enfants.

Le couple, très uni, mène une vie retirée. Férus d'horticulture, François-Ferdinand et son épouse font construire les premières serres en Autriche et cultivent une roseraie contenant plusieurs milliers de cultivars[27].

CaractèreModifier

L'archiduc était une personne réservée, voire méfiante. L'historien allemand Michael Freund décrit François-Ferdinand comme « un homme d'une énergie sans inspiration, sombre physiquement et émotionnellement, qui irradiait d'une aura d'étrangeté et jetant une ombre de violence et d'imprudence … une vraie personnalité au milieu de l'ineptie aimable caractérisant la société autrichienne de l'époque »[28].

Son admirateur Karl Kraus ajoute : « il n'était pas de ceux qui vous saluent... il ne se sentait aucune obligation d'atteindre cette région inexplorée que les Viennois appellent leur cœur »[29].

Ses relations avec l'empereur François-Joseph étaient tendues : le serviteur personnel de l'empereur indique dans ses mémoires que « le tonnerre et la foudre faisaient rage pendant leurs discussions »[30].

Les commentaires et ordres que l'héritier du trône écrit dans les marges des documents de la commission centrale impériale pour la conservation architecturale (dont il est le protecteur) révèlent ce qui peut être décrit comme « un conservatisme colérique »[31].

Idées politiquesModifier

 
Projet de réforme de l'archiduc François-Ferdinand avec le « troisième pôle » en vert[32].
 
Proposition d'Aurel Popović : quinze « états fédérés » ethnolinguistiques semi-autonomes formant la confédération des « États-Unis de Grande-Autriche »[33].
 
L'archiduc et l'empereur allemand.

Les historiens sont en désaccord sur la façon de définir les philosophies politiques de François-Ferdinand. Certains lui attribuent des vues libérales sur les peuples de l'Empire (Juifs compris) tandis que d'autres mettent l'accent sur son centralisme dynastique, son conservatisme catholique et sa tendance à entrer en conflit avec d'autres dirigeants[20]. Tous ont des arguments, car le centralisme et l'autoritarisme dynastique n'empêchent pas des positions politiquement fédéralistes : Jean-Paul Bled estime pour sa part qu'il reste essentiellement un conservateur et un catholique militant, aussi bien dans sa conception de l'État que dans ses goûts personnels, mais qu'il est aussi un partisan de la réforme du dualisme austro-hongrois et de la modernisation technologique de l'Empire, plus particulièrement de son armée.

Il a plaidé pour l'octroi d'une plus grande autonomie au sein de l'Empire pour les peuples autres que les Allemands et les Hongrois, et pour la prise en compte de leurs doléances, en particulier pour les Tchèques en Bohême et pour les peuples slaves du sud de Croatie et de Bosnie, exclus du pouvoir par le compromis austro-hongrois de 1867[34].

L'historien italien Leo Valiani rapporte :

« François-Ferdinand était un prince aux penchants absolutistes, mais il avait certains dons intellectuels et un incontestable sérieux moral. Un de ses projets — malgré son impatience, sa suspicion, son tempérament hystérique, son engagement à cet égard et les méthodes par lesquelles il s'est proposé d'y parvenir et qui ont souvent changé — était de consolider la structure de l’État, l'autorité et la popularité de la Couronne, dont il voyait clairement que le sort de la dynastie dépendait, en supprimant, si ce n'est la dominance des Autrichiens allemands qu'il souhaitait maintenir pour des raisons militaires mais en diminuant l'administration civile, certainement l'emprise beaucoup plus lourde des Magyars sur les Slaves et les Roumains qui en 1848-49 avaient préservé la dynastie dans des combats armés avec les révolutionnaires hongrois.

Le baron Margutti, aide de camp de François-Joseph, a entendu dire par François-Ferdinand en 1895, puis en 1913 – avec une constance remarquable, compte tenu des changements qui ont eu lieu entre ces années – que l'introduction du dualisme austro-hongrois en 1867 avait été désastreuse et que, quand il monterait sur le trône, il rétablirait un gouvernement central fort : cet objectif, selon lui, ne pourrait être atteint que par l'octroi de l'autonomie administrative à toutes les nationalités de la monarchie.

Dans une lettre du à Leopold Berchtold, ministre des Affaires étrangères de l'empire d'Autriche-Hongrie, dans laquelle il donne ses raisons pour ne pas vouloir la guerre avec la Serbie, l'archiduc déclare : « l'irrédentisme contre notre pays […] cessera immédiatement si les Slaves ont une vie confortable et agréable au lieu d'être bafoués par les Hongrois ».

Ce qui a incité Berchtold a écrire dix ans après la mort de François-Ferdinand que s'il était monté sur le trône, il aurait remplacé le dualisme austro-hongrois par une fédération supranationale[35]. »

L'idée centrale qui anime François-Ferdinand est celle de restaurer un pouvoir central fort, affaibli selon lui par le compromis de 1867 qui accordait trop de pouvoirs à la noblesse hongroise, pour laquelle il éprouvait une vive hostilité[36]. L'archiduc considère le nationalisme hongrois comme une menace pour la dynastie des Habsbourg et se met en colère quand les officiers du 9e régiment de hussards (qu'il commande) parlent hongrois en sa présence — bien qu'il s'agisse de la langue officielle du régiment[21]. Il tient en outre la composante hongroise de l'armée de la double monarchie, la Honvédség, comme une force peu fiable et menaçante contre l'empire. Il se plaint de l'incapacité des Hongrois à fournir des fonds à l'armée commune[37] et s'oppose à la formation d'unités d'artillerie au sein des forces hongroises[38].

Il soutient l'instauration du suffrage universel pour renforcer la représentation des divers peuples à la diète de Budapest et ainsi affaiblir la noblesse hongroise[39]. Ses meilleurs soutiens se trouvent donc parmi les peuples soumis à la domination hongroise. Des personnalités croates, slovaques et roumaines sont des familiers de sa résidence viennoise, tels Milan Hodza ou Iuliu Maniu[40].

Toutefois, il ne faudrait pas croire que l'archiduc était critique uniquement envers les Hongrois et amical envers tous les peuples non-représentés de l'Empire : s'il a des amitiés au sein de la noblesse (allemande) de Bohême, en revanche ses liens avec les Tchèques sont « exécrables » et il est également très critique envers l'aristocratie polonaise[40].

En revanche, contrairement à Franz Conrad von Hötzendorf chef de l'état-major général de Vienne, François-Ferdinand préconise une approche prudente envers la Serbie, pensant qu'un traitement dur de la Serbie (préconisé par Hötzendorf) amènerait l'Autriche-Hongrie à un conflit ouvert avec la Russie, ruinant les deux Empires : l'histoire lui donnera raison. Il entretient des relations cordiales avec l'empereur Guillaume II d'Allemagne, un homme de sa génération, qui soutient ses vues pour mieux contrôler l'alliance austro-allemande.

Enfin, bien que l'Autriche-Hongrie ait participé en 1900 à l'Alliance des huit nations pour écraser la révolte des Boxers en Chine, François-Ferdinand estime que la double-monarchie n'agit pas comme une grande puissance, car elle n'a pas de troupes stationnées à demeure en Chine, alors que « des États nains comme la Belgique et le Portugal »[41], en ont. François-Ferdinand est un important et influent partisan de la Marine austro-hongroise à une époque où la puissance de la mer n'est pas une priorité dans la politique étrangère de l'Autriche. Après son assassinat en 1914, la Marine rend hommage à François-Ferdinand et à sa femme en transportant leurs dépouilles à bord du SMS Viribus Unitis.

AssassinatModifier

Voyage à SarajevoModifier

 
François-Ferdinand et Sophie à Sarajevo le 28 juin 1914.

En 1913, l'archiduc François-Ferdinand a été nommé inspecteur général des armées. À la demande de l'empereur François-Joseph, il participe aux manœuvres de l'armée austro-hongroise en Bosnie en juin 1914[42].

Après la fin des manœuvres, le , François-Ferdinand a prévu pour le lendemain une visite de Sarajevo, capitale de la Bosnie-Herzégovine, avec son épouse Sophie, afin d'inaugurer un nouveau musée[43]. Après une réception donnée par le général Potiorek, gouverneur de la ville, la journée doit se poursuivre par la visite d'une mosquée et d'un fabriquant de tapis[44]. La visite coïncide avec le quatorzième anniversaire de l'annonce du mariage de François-Ferdinand et Sophie et l'archiduc tient à faire profiter son épouse des honneurs qu'il reçoit.

Les circonstances du voyage d'inspection de François-Ferdinand à la suite des grandes manœuvres organisées en Bosnie-Herzégovine semblent avoir favorisé les assassins :

  • le est le jour anniversaire de la défaite des Serbes à la bataille de Kosovo en 1389 face aux Ottomans. La visite d'un Habsbourg-Lorraine est considérée par certains nationalistes serbes comme une provocation[44] ;
  • Bilinski, ministre chargé de l'administration de la Bosnie-Herzégovine à Vienne, ne tient pas compte de l'avertissement de l'ambassadeur de Serbie à Vienne, Jovan Jovanovic, affirmant qu'un attentat était en préparation ;
  • en présence de Sophie, épouse morganatique de l'archiduc, le grand-maître de la cour, le pointilleux prince de Montenuovo — lui-même issu du mariage morganatique d'une tante de l'empereur, c'est le petit-fils de Marie-Louise d'Autriche — retire la troupe — 40 000 hommes — de Sarajevo, afin de ne pas rendre les honneurs militaires que la duchesse de Hohenberg n'était pas en droit de recevoir mais privant le couple d'une protection militaire.

L'attentatModifier

Article détaillé : Attentat de Sarajevo.
 
La quatrième de couverture du Petit Journal du 12 juillet 1914.

Un premier attentat a lieu sur le parcours menant à la réception prévue en l'honneur de l'archiduc et de son épouse. Un des conspirateurs, Nedeljko Čabrinović, jette une grenade sur la voiture du couple. Cependant, la bombe explose derrière eux, blessant les occupants de la voiture suivante.

En arrivant à la résidence du gouverneur, François-Ferdinand fait part de son mécontentement aux autorités locales : « C'est comme ça que vous accueillez vos invités — avec des bombes ! »[45].

Il décide par la suite d'aller visiter les blessés à l'hôpital. Toutefois, les chauffeurs ne sont pas avertis du changement d'itinéraire, ce qui oblige la voiture archiducale à s'arrêter au milieu de la foule, devant le jeune Gavrilo Princip à un moment où, confrontés à l'échec de leur entreprise, les jeunes terroristes cherchent à s'éloigner discrètement de la foule[46]. Saisissant sa chance, Princip tire sur le couple[45] atteignant Sophie à l'abdomen et François-Ferdinand au cou.

François-Ferdinand est encore vivant lorsque les premiers témoins arrivent pour leur porter secours[4]. Ses derniers mots sont pour Sophie : « Ne mourez pas Darling, vivez pour nos enfants »[45]. Il meurt quelques minutes plus tard tandis que Sophie meurt sur le chemin de l’hôpital[47].

SépultureModifier

 
Sépultures de François-Ferdinand et Sophie au château d'Artstetten.

Avant sa mort, l'archiduc François-Ferdinand avait fait ériger une chapelle au château d'Artstetten où il voulait reposer en compagnie de son épouse, Sophie. Celle-ci ne pouvant être inhumée dans la crypte des Capucins à Vienne.

Les obsèques ont eu lieu à Vienne, le 4 juillet 1914, en présence de l'Empereur, de la famille impériale et royale, des enfants du couple et des officiels autrichiens. L'inhumation, dans la chapelle funéraire du château d'Artstetten, est une cérémonie privée.

Les enfants du couple ont été recueillis par l'archiduchesse Marie-Thérèse de Bragance, fille de Michel Ier de Portugal et veuve de leur grand-père paternel, l'archiduc Charles-Louis. Ils écriront, peu de temps avant sa mort, une lettre à l'assassin de leurs parents.

ConséquencesModifier

En Autriche, les circonstances de la mort de François-Ferdinand suscitent des réactions diverses, de la tristesse à la satisfaction de voir disparaître le plus fervent partisan du trialisme[48].

Les réactions serbes sont sans équivoque. Des manifestations de joie, autant à Belgrade qu'en province, sont attestées par les diplomates en poste dans le royaume[49], malgré l'observation d'un deuil de huit semaines en Serbie[50].

L'assassinat de l'archiduc galvanise les partis bellicistes. Après un mois de tergiversation, l'empereur François-Joseph fait publier une déclaration de guerre au royaume de Serbie. Par la suite, une escalade de déclarations de guerre entre les Empires centraux, dont l'Empire allemand et les pays alliés de la Serbie, déclenche la Première Guerre mondiale[2],[3],[4].

GénéalogieModifier

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
16. Léopold II du Saint-Empire
 
 
 
 
 
 
 
8. François Ier d'Autriche
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
17. Marie-Louise d'Espagne
 
 
 
 
 
 
 
4. François-Charles d'Autriche
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
18. Ferdinand Ier des Deux-Siciles
 
 
 
 
 
 
 
9. Marie-Thérèse de Bourbon-Naples
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
19. Marie-Caroline d'Autriche
 
 
 
 
 
 
 
20. Frédéric de Deux-Ponts-Birkenfeld
 
 
 
 
 
 
 
10. Maximilien Ier de Bavière
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
21. Françoise de Palatinat-Soulzbach
 
 
 
 
 
 
 
5. Sophie de Bavière
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
22. Charles-Louis de Bade
 
 
 
 
 
 
 
11. Caroline de Bade
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
23. Amélie de Hesse-Darmstadt
 
 
 
 
 
 
 
1. François-Ferdinand d'Autriche
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
24. Ferdinand Ier des Deux-Siciles (=18)
 
 
 
 
 
 
 
12. François Ier des Deux-Siciles
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
25. Marie-Caroline d'Autriche (=19)
 
 
 
 
 
 
 
6. Ferdinand II des Deux-Siciles
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
26. Charles IV d'Espagne
 
 
 
 
 
 
 
13. Marie-Isabelle d'Espagne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
27. Marie-Louise de Bourbon-Parme
 
 
 
 
 
 
 
3. Marie-Annonciade de Bourbon-Siciles
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
28. Léopold II du Saint-Empire (=16)
 
 
 
 
 
 
 
14. Charles-Louis d'Autriche-Teschen
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
29. Marie-Louise d'Espagne (=17)
 
 
 
 
 
 
 
7. Marie-Thérèse de Habsbourg-Lorraine-Teschen
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
30. Frédéric-Guillaume de Nassau-Weilburg
 
 
 
 
 
 
 
15. Henriette de Nassau-Weilbourg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
31. Louise Isabelle de Kirchberg
 
 
 
 
 
 

Notes et référencesModifier

  1. Brook-Shepherd, Gordon, Royal Sunset: The European Dynasties and the Great War, Doubleday, (ISBN 978-0-385-19849-3), p. 139.
  2. a et b S.L.A. Marshall, World War I, Mariner Books, (ISBN 0-618-05686-6), p. 1
  3. a et b Keegan, John, The First World War, Vintage, (ISBN 0-375-70045-5)
  4. a b et c Johnson, Lonnie, Introducing Austria: A Short History (Studies in Austrian Literature, Culture, and Thought), Ariadne Press, (ISBN 0-929497-03-1), p. 52–54.
  5. a b et c Brook-Shepherd, Gordon, The Austrians: A Thousand-Years Odyssey, Carroll & Graf, (ISBN 0-7867-0520-5), p. 107, 125–126.
  6. a et b « The Crown Prince's Successor », The New York Times,‎ (lire en ligne) Accessed 22 May 2009.
  7. Jean Sevillia, « François-Ferdinand, l'archiduc assassiné ».
  8. Friedrich Weissensteiner: Franz Ferdinand. Der verhinderte Herrscher. Österreichischer Bundesverlag, Wien 1983, S. 52–59.
  9. Linhart berichtet (unter Verweis auf "Mit Gmunden kann Borneo nicht mithalten") von einem Wettbewerb mit Kunstschützen Buffalo Bill in Wien, den Franz Ferdinand gewann in LB in FAZ vom 16. Juli 2013 S. 30.
  10. Wolfram G. Theilemann: Adel im grünen Rock. Adliges Jägertum, Grossprivatwaldbesitz und die preussische Forstbeamtenschaft 1866–1914. Akademie Verlag, Berlin 2004, (ISBN 3-05-003556-0), S. 73.
  11. Archduke Franz Ferdinand's World Tour : [www.franzferdinandsworld.com/]
  12. Wladimir Aichelburg: Erzherzog Franz Ferdinand von Österreich-Este und Artstetten. Lehner, Wien 2000, (ISBN 3-901749-18-7), S. 32.
  13. « The Archduke Franz Ferdinand », The Argus (Australia),‎ (lire en ligne) Accessed 28 June 2010
  14. Gerhard Roth: Eine Reise in das Innere von Wien. Essays. S. Fischer, Frankfurt am Main 1991, (ISBN 3-10-066045-5), S. 182.
  15. Wladimir Aichelburg: Erzherzog Franz Ferdinand von Österreich-Este und Artstetten. Lehner, Wien 2000, (ISBN 3-901749-18-7), S. 33.
  16. (de)Wladimir Aichelburg, Erzherzog Franz Ferdinand von Österreich-Este und Artstetten, Vienna: Lehner, 2000, (ISBN 978-3-901749-18-6), p. 31 : "Tatsächlich war Franz Ferdinand ein außergewöhnlich leidenschaftlicher Jäger" - "It is a fact that Franz Ferdinand was an unusually passionate hunter."
  17. (de)Michael Hainisch, ed. Friedrich Weissensteiner, 75 Jahre aus bewegter Zeit: Lebenserinnerungen eines österreichischen Staatsmannes, Veröffentlichungen der Kommission für neuere Geschichte Österreichs 64, Vienna: Böhlau, 1978, (ISBN 978-3-205-08565-2), p. 367 : "Konopischt ... das einst dem Erzherzoge Franz Ferdinand gehört hatte. Das Schloß ist voller Jagdtrophäen" - "Konopiště ... which once belonged to Archduke Franz Ferdinand. The castle is full of hunting trophies."
  18. Neil Wilson and Mark Baker, Prague: City Guide, Lonely Planet City Guide, 9th ed. Footscray, Victoria / Oakland, California / London: Lonely Planet, 2010, (ISBN 978-1-74179-668-1), p. 237.
  19. (de)Thomas Veszelits, Prag, HB-Bildatlas 248, Ostfildern: HB, 2003, (ISBN 978-3-616-06152-8), p. 106 : "Jagdtrophäen, Waffen aus drei Jahrhunderten und Kunstschätze füllten die Räume" - "Hunting trophies, weapons dating to three centuries, and art treasures filled the rooms."
  20. a b et c Rothenburg 1976, p. 141.
  21. a et b Rothenburg 1976, p. 120.
  22. Rothenburg 1976, p. 170.
  23. a b et c G. J. Meyer, A World Undone: The Story of the Great War 1914 to 1918, Bantam Dell, (ISBN 978-0-553-38240-2, lire en ligne), p. 5.
  24. Enache Nicolas, La Descendance de Marie-Thérèse de Habsburg, ICC, Paris, 1996, p. 54-58
  25. (de) Schwarz, Otto. Hinter den Fassaden der Ringstrasse: Geschichte, Menschen, Geheimnisse. Amalthea, Vienna, 2007, (ISBN 978-3-85002-589-8), p. 26
  26. The Family Crypt, Artstetten Castle.
  27. "François-Ferdinand d'Autriche" Par Jean-Paul Bled - Tallandier - 2012
  28. Freund, Michael: Deutsche Geschichte. Die Große Bertelsmann Lexikon-Bibliothek, Bd. 7. C. Bertelsmann Verlag, 1961. p. 901
  29. Die Fackel. Issue July 10, 1914
  30. Ketterl, Eugen. Der alte Kaiser wie nur einer ihn sah. Cissy Klastersky (ed.), Gerold & Co., Vienna 1929
  31. Brückler, Theodor: Franz Ferdinand als Denkmalpfleger. Die "Kunstakten" der Militärkanzlei im Österreichischen Staatsarchiv. Böhlau Verlag, Vienna 2009. (ISBN 978-3-205-78306-0)
  32. Christopher M. Clark, 'Les Somnambules : été 1914, comment l'Europe a marché vers la guerre, Paris, Flammarion, 2013, (ISBN 978-2-08-121648-8), page 120
  33. D'après [1].
  34. Morton, Frederick, Thunder at Twilight: Vienna 1913/1914, Scribner, (ISBN 978-0-684-19143-0), p. 191.
  35. Valiani, Leo, The End of Austria-Hungary, Alfred A. Knopf, New York (1973) pp. 9–10 [translation of: La Dissoluzione dell'Austria-Ungheria, Casa Editrice Il Saggiatore, Milano (1966) pp. 19–20]
  36. Entretien Jean-Paul Bled, « François-Ferdinand, l'héritier problématique », La Nouvelle Revue d'histoire, no 64, janvier-février 2013, p. 54-57 et Henri Bogdan, L'Autriche-Hongrie et la question nationale, Confluences méditerranéennes 2010, vol. 2, n° 73, p. 13-20. Si le compromis austro-hongrois favorisait en effet la noblesse hongroise, c'est précisément en échange de sa fidélité à la dynastie Habsbourg, mais François-Ferdinand lui reprochait de s'opposer obstinément à toute réforme de l'Autriche-Hongrie et de vouloir à terme créer un État-nation indépendant des Habsbourg sur l'ensemble des pays de la Couronne de saint Étienne. Tenus en échec par l'opposition de la noblesse hongroise, l'élargissement du corps électoral, l'austroslavisme et le trialisme restent à l'état d'aspirations inassouvies : l'archiduc y voit un danger de dislocation de l'Empire, et la suite de l'histoire lui donnera raison. Il tenait István Tisza, Premier ministre de Hongrie de 1903, pour un révolutionnaire et un traître patent (cité dans Béla Köpeczi et Zoltán Szász (dir.), History of Transylvania, Akadémiai Kiadó, Budapest 1994, (ISBN 963-05-6703-2), [2]).
  37. Rothenburg 1976, p. 147.
  38. Rothenburg 1976, p. 133.
  39. Entretien Jean-Paul Bled, « François-Ferdinand, l'héritier problématique », La Nouvelle Revue d'histoire, no 64, janvier-février 2013, p. 54-57, Max Schiavon, L'Autriche-Hongrie la Première Guerre mondiale : la fin d'un empire, Soteca 14-18 Éditions, coll. « Les Nations dans la Grande Guerre », Paris 2011, (ISBN 978-2-9163-8559-4), P. 139 et Jean Bérenger, L'Autriche-Hongrie : 1815-1918, Armand Colin 1998, (ISBN 978-2200217433 et 2200217439) : en 1910, dans le royaume de Hongrie, seuls 6 % des hommes (et aucune femme) disposent du droit de vote et un tiers des terres appartient à moins de 9 000 familles de la noblesse hongroise, seule dans la Chambre des magnats du Parlement de Budapest (Főrendiház) et largement majoritaire à la Chambre des représentants (Képviselőház) ; en outre, en Hongrie, la vie politique est essentiellement réservée aux Magyars : sur 453 députés, 372 sont magyars soit 82%, alors que les Magyars ne représentant que 47% de la population du Royaume dans ses frontières d'avant 1918.
  40. a et b Entretien Jean-Paul Bled, « François-Ferdinand, l'héritier problématique », La Nouvelle Revue d'histoire, no 64, janvier-février 2013, p. 54-57.
  41. Rothenburg 1976, p. 136.
  42. Dedijer 1966, p. 285.
  43. Dedijer 1966, p. 9.
  44. a et b « Dimanche 28 juin 1914 : un agenda bien rempli », sur lefigaro.fr (consulté le 29 juin 2014)
  45. a b et c Beyer, Rick, The Greatest Stories Never Told, A&E Television Networks / The History Channel, (ISBN 0-06-001401-6). p. 146–147
  46. (en) William C. Potter, A Bosnian diary, , p. 289
  47. MacDonogh, Giles, The Last Kaiser: The Life of Wilhelm II, St. Martin's Griffin, (ISBN 978-0-312-30557-4), p. 351.
  48. Fischer, Les Buts de guerre de l'Allemagne impériale, p. 65
  49. Clark, Les Somnambules, p. 387
  50. Clark, Les Somnambules, p. 388

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Maurice Muret L'Archiduc François-Ferdinand, 1932, Paris, Bernard Grasset, 347 pages
  • Chantal de Badts de Cugnac et Guy Coutant de Saisseval Le Petit Gotha, nouvelle édition 2002, 918 pages, couvre la généalogie et histoire des familles régnant ou ayant régné entre 1830 et 2001, autoédité, Paris, (ISBN 2-9507974-0-7)
  • L'Empire d'Autriche, 3 volumes (1990-1993), 33 cm, CEDRE (Centre d'étude des dynasties royales européennes), Paris
  • Vladimir Dedijer, La route de Sarajevo, Ed. Gallimard
  • Albert Mousset, Un drame historique - L'attentat de Sarajevo, Ed. Payot
  • Jean-Louis Thiériot, François-Ferdinand d'Autriche – De Mayerling à Sarajevo, Éditions de Fallois, Paris
  • Alain Decaux, « Chapitre 4 : Sarajevo ou la fatalité », C'était le XXe siècle - 1. De la Belle Époque aux Années folles, Perrin, 1996, réédité en livre de poche chez Pocket en 1999, (ISBN 978-2-266-08911-1)
  • Jean-Paul Bled, François-Ferdinand d'Autriche, Tallandier, (lire en ligne).
  • (en) Vladimir Dedijer, The Road to Sarajevo, New York, Simon and Schuster, (OCLC 400010)
  • (en) G. Rothenburg, The Army of Francis Joseph, West Lafayette: Purdue University Press,
  • Fritz Fischer, Les Buts de guerre de l’Allemagne impériale (1914-1918), Paris, Editions de Trévise, , 654 p.
  • Christopher Clark, Les somnambules : Été 1914 : comment l'Europe a marché vers la guerre, Paris, Flammarion, , 668 p. (ISBN 978-2-0812-1648-8)

Bande dessinée historiqueModifier

Au cinémaModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier