Ouvrir le menu principal

Ordre de Sainte-Anne

ordre honorifique de l'Empire russe

Ordre de Sainte-Anne
Ordre de Sainte-Anne
L'étoile de l'ordre de Sainte-Anne.

Type distinction civile et militaire comportant 4 grades
Décerné pour distinguant une carrière civile ou militaire, la valeur militaire.
Statut éteinte
Chiffres
Date de création
Dernière attribution 1917
Importance
Anna2nd.jpg
à titre militaire
Annenorden 2.jpg
à titre civil
Order of Saint Anne Ribbon.PNG
le ruban porté sur l'uniforme.

L'ordre de Sainte-Anne (en russe : Орден Cвятой Анны, Orden Sviatoï Anny) était un ordre de chevalerie du duché de Holstein-Gottorp, puis un ordre honorifique de l'Empire russe. La devise de cet ordre était « Amantibus, Justitium, Pictitiam et Fidum », ce qui signifie « Amour, justice, piété et fidélité ». Il était composé, de 1735 à 1815, de trois classes, puis de quatre, de 1815 à 1917, date de la chute de l'Empire et de la suppression de l'ordre.

La fête de l'ordre avait lieu le 3 février.

HistoriqueModifier

 
Sainte-Anne 1796-1815.

L'ordre de Sainte-Anne est à l'origine un ordre honorifique du duché de Holstein-Gottorp, créé le 14 février 1735, par le duc Charles Frédéric de Holstein-Gottorp, en l'honneur de son épouse, Anna Petrovna, fille de l'empereur Pierre le Grand. En 1762, l'avènement de leur fils Pierre III, époux de la future impératrice Catherine II, marque l'union des dynasties Romanov et Holstein-Gottorp. Désormais la dynastie impériale russe s'appellera Holstein-Gottorp-Romanov. Le fils de Pierre III et Catherine II, Paul Ier, succéda à sa mère en 1796, et institua l'ordre de Sainte-Anne en tant qu'ordre de l'Empire russe en 1797. L'empereur Alexandre Ier, fils de Paul Ier, ajouta en 1815, une quatrième classe à l'ordre.

L'empereur était, de droit, chef de l'ordre. Tous les membres de l'ordre de Saint-André, étaient aussi membre de l'ordre de Sainte-Anne.

InsignesModifier

  • croix : à quatre branches, de couleur rouge, émaillée, et portant au centre l'image de Sainte Anne ;
  • ruban : rouge liseré de jaune.

Personnalités distinguées par l'ordreModifier

  • Charles Andrieu (vers 1840-1910), comédien au théâtre Michel de Saint-Pétersbourg (Russie), croix de Sainte-Anne 2e classe, décernée en 1908 par l'empereur ;
  • Alfred-Alexandre-Cécile Becquet de Sonnay (1811-1893), dit « le général de Sonnay », général de brigade commandeur de la Légion d’honneur et des ordres de Sainte-Anne de Russie et du Mdjidieh, également titulaire de la médaille de Crimée, de la médaille d’Italie et de la valeur militaire de Sardaigne.
  • Auguste-Jean-Paul-Marie-Joseph Desarnauts (1819-1890), Officier de la Légion d’honneur, commandeur de l’ordre de Sainte Anne de Russie, et avocat de formation, il sera Procureur Impérial à Toulouse, puis à Paris.
  • Georges Imhaus (1817-1888), directeur de la Presse et de la Librairie au ministère de l'Intérieur. Receveur général des Finances, trésorier payeur général à Foix, Bourg-en-Bresse, Nancy et Marseille. Délégué de La Réunion, membre du conseil d'administration central du Crédit foncier colonial, commandeur de l'ordre de Saint-Anne de Russie ;
  • Guy Blanché de Pauniat (1886-1946) ;
  • Pierre Marie Perrin (1883-1937), commandeur de l'ordre de Sainte-Anne de Russie, ingénieur civil des Mines, capitaine de réserve ;
  • Félix-Louis Peyssard (de Passorio) (1802-1868), régisseur du théâtre de Saint-Pétersbourg, décoré à la suite du tsar, chevalier de l'ordre de Sainte-Anne ;
  • Gustave Lucien Gaston de Selves (1874-1942), officier de cavalerie. Médaille d'argent de l'Ordre de Sainte-Anne le 11 juin 1899 ;
  • Théophile Poilpot (1848-1915), peintre, graveur et affichiste français.
  • Johannes Nolet de Brauwere van Steeland, Chevalier

Églises titulaires de l'ordreModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

SourcesModifier

Almanach impérial pour l'année 1810, Testu (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :