István Szabó

réalisateur hongrois

István Szabó (en hongrois [ˈiʃtvaːn 'sɒboː]) est un réalisateur hongrois, né le à Budapest. Auteur d'une carrière internationale, lauréat d'un Oscar pour Mephisto, Szabó est avec Miklós Jancsó et Béla Tarr l'un des cinéastes magyars les plus connus, mais aussi le « moins hongrois ».

István Szabó
Description de cette image, également commentée ci-après
István Szabó, 2004
Naissance (84 ans)
Budapest
Hongrie
Nationalité Drapeau de la Hongrie Hongroise
Profession Réalisateur
Films notables Mephisto
Colonel Redl
Sunshine

CarrièreModifier

Dans les années 1960 et 1970, Szabó réalise en Hongrie des films d'auteur qui explorent le vécu de sa génération et les évènements historiques de l'époque : Père (1966), Szerelmesfilm (Un film d'amour, 1970), 25, rue des Sapeurs (1973).

En 1980, remarqué à la Berlinale avec son film Bizalom (Confiance, Ours d'argent du meilleur réalisateur), il réalise son premier film « étranger » : la production ouest-allemande Der grüne Vogel, avec Hannelore Elsner, qui lui ouvre les portes d'une carrière internationale.

Ses trois films suivants, marqués par la collaboration avec l'acteur autrichien Klaus Maria Brandauer et le chef opérateur Lajos Koltai, sont célébrés par la critique : Mephisto, adaptation du roman de Klaus Mann, remporte de nombreuses récompenses dont l'Oscar du meilleur film étranger et le prix du scénario au festival de Cannes 1981. Suivent Colonel Redl en 1985, adapté de la pièce de John Osborne, et Hanussen en 1988, biographie du voyant des nazis Erik Jan Hanussen, tous deux sélectionnés à Cannes et nommés aux Oscars.

Après un court retour en Hongrie (Chère Emma, 1992) Szabó se tourne à partir des années 1990 vers le cinéma en langue anglaise, avec Sunshine (1999, nommé au Golden Globe du meilleur film dramatique), Taking sides, le cas Furtwängler (2001) puis Adorable Julia (Being Julia, 2004), avec un succès critique moindre.

Il a également joué quelques petits rôles dans ses propres films (Túsztörténet, Rokonok) ou dans d'autres productions (Place Vendôme).

Controverse sur ses activités d'informateur sous le régime communisteModifier

Le éclate une polémique dans l'hebdomadaire hongrois Élet és Irodalom (« Vie et Littérature »). Le magazine affirme que Szabó était un « agent »[1] de la police secrète de la République populaire de Hongrie, sous le régime de Kádár. Il devait écrire des rapports sur ses anciens camarades de classes de l'université d'art dramatique et cinématographique (il en aura rédigé 48). Placé sur liste noire à la suite de preuves compromettantes, Szabó fut obligé de travailler comme « agent » seulement un an après l'insurrection de Budapest de 1956.

Szabó reconnut les faits, dit avoir eu de telles pratiques « pour sauver de la potence son camarade révolutionnaire Pál Gábor et lui-même ». En , lors de la présentation de son film Rokonok, Lajos Koltai et quatre des anciens étudiants dénoncés tinrent une conférence de presse pour relater leurs mémoires sur la Hongrie post-révolutionnaire des années 1950 et déclarèrent n'avoir aucune colère contre Szabó.

DistinctionModifier

Depuis 1984, il est membre de l'Académie des arts de Berlin[2].

Filmographie partielleModifier

Réalisateur au cinémaModifier

Réalisateur à la télévisionModifier

Auteur, scénaristeModifier

Remarque : Pour plusieurs de ces films István Szabó n'a pas été le seul auteur ou le seul scénariste

ActeurModifier

ProducteurModifier

Assistant réalisateurModifier

ConsultantModifier

Éditeur de scriptModifier

ParolierModifier

  • 1999 : Paroles de la chanson Please God May We Always Go on Singing (S'il te plaît Dieu que nous continuions à chanter) sur une musique de Maurice Jarre pour le film Sunshine (A napfény ize) d'István Szabó

PrixModifier

Notes et référencesModifier

SourceModifier

RéférencesModifier

Liens externesModifier