Ouvrir le menu principal

Armée territoriale royale hongroise

Armée territoriale royale hongroise
Image illustrative de l’article Armée territoriale royale hongroise
Endroit du drapeau de la Honvéd, aux armes de la Hongrie

Création 1867
Dissolution 1918
Pays Drapeau de l'Autriche-Hongrie Autriche-Hongrie

L'Armée Territoriale Royale Hongroise (en hongrois: Magyar Királyi Honvédség ; en allemand: königlich ungarische Landwehr) ou Landwehr Royale Hongroise, communément appelée Honvéd, est l'une des trois composantes de l'armée de terre austro-hongroise qui exista de 1867 à 1918, date de la chute de l'empire.

HistoireModifier

 
Soldats de la Honvéd en Galicie, v.1916

Le mot hongrois Honvéd signifie « défenseur de la patrie » et est apparu au cours de la Révolution hongroise de 1848. C'est le nom donné à cette époque aux volontaires engagés pendant plusieurs semaines ou a gyözelemig (« jusqu'à la victoire »). Par la suite, un certain nombre de régiments impériaux réguliers passent au côté hongrois. Certains volontaires sont attachés à ces régiments existants et certains rejoignent de nouveaux régiments réguliers. Ainsi, le terme Honvéd est finalement utilisé pour désigner tous les membres des forces terrestres hongroises en 1848-1849. Cette armée fut finalement vaincue par l'Autriche avec l'aide de la Russie.

Avec le compromis austro-hongrois de 1867, une nouvelle armée tripartite est créée: la Landwehr des Pays de la Couronne de Saint-Étienne, dont le nom hongrois est Honvédség, littéralement « défense de la patrie ». Elle est, en pratique, une armée territoriale. Un monument commémoratif à la Honvéd de 1848-1849 est inauguré à Budapest le . De 1919 à 1945, "Honvéd" fut le nom donné à l'Armée Royale Hongroise (Királyi Honvédség).

La Honvéd, ou Landwehr royale hongroise, se compose d'unités territoriales de la moitié hongroise de l'Empire, appelée Transleithania ou Pays de la Couronne de Saint-Étienne : actuelles Hongrie, Slovaquie (alors appelée Haute-Hongrie), Transylvanie, Banat, Serbie, Croatie, Slovénie et Burgenland.

Le terme Landwehr implique habituellement des unités à la capacité de combat limitée. Ce n'est pas le cas de la Honvéd hongroise qui, bien que faible en nombre - seulement trois bataillons par régiment d'infanterie au lieu des quatre habituels dans l'armée commune - se compose de troupes régulières aguerries .

La Honvéd royale hongroise est divisée en Honvéd magyare et en Honvéd croato-slavonne (en). Le compromis croato-hongrois de 1868 accorde aux Croates le droit d'introduire le croate comme langue de travail et de commandement au sein de leurs unités. En outre, les unités croato-slavonnes de la Honvéd étaient subordonnées au ban, résidant à Zagreb, et non au ministre de la Défense nationale à Budapest.

Les officiers hongrois de la Honvéd sont formés à l'Académie militaire royale hongroise Ludovika à Budapest.

Composition au début de la Première Guerre mondialeModifier

Les régiments d'infanterie de la k.u. Landwehr sont composés de trois bataillons chacun.

GalerieModifier


Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internesModifier