Naval Group

groupe industriel français spécialisé dans l'industrie navale militaire, l'énergie nucléaire et les infrastructures marines
(Redirigé depuis DCNS)

Naval Group est un groupe industriel français spécialisé dans la construction navale de défense. Société de droit privé détenue principalement à hauteur de 62,25 % par l'État français et de 35 % par Thales, Naval Group est, depuis 2017, l'héritière des arsenaux français et de la Direction des constructions et armes navales (DCAN), devenue la Direction des constructions navales (DCN) en 1991 et DCNS en 2007 (le « S » ajouté pour la notion de système et de service)[4]. Depuis 2021, le groupe se recentre sur ses activités navales.

Naval Group
logo de Naval Group

Création 1946 (DCCAN)
Dates clés 1965 : DCCAN devient DTCN
1986 : DTCN devient DCN
2003 : DCN devient une société anonyme
2007 : acquisition des activités navales de Thales et entrée de Thales dans le capital de DCN : DCN devient DCNS
2017 : DCNS devient Naval Group
Fondateurs Georges BidaultVoir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société anonyme
Slogan « Power at Sea »
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Direction Pierre Éric Pommellet
Actionnaires État français : 62,25 %
Thales : 35 %
Collaborateurs : 1,58 %
Naval Group Autocontrôle : 1,17 %
Activité Construction de navires de combat

(Conception, construction et entretien de navires militaires de surface, de sous-marins, de systèmes et d’équipements, fourniture de services aux marines)

Produits Frégates, sous-marins nucléaires ou classiques, porte-avions, systèmes d'armes embarqués, systèmes propulsifs, services aux forces navales)...
Filiales Naval Energies, Sirehna, Kershipetc.
Effectif 15 792 en 2020 (effectif moyen annuel)
SIREN 441133808[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
TVA européenne FR75441133808[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web https://www.naval-group.com

Chiffre d'affaires 3 712 000 000 € en 2019
Résultat net 188 200 000 € en 2019[3]
+ 6 %

En 2021, le groupe emploie 16 028 personnes à travers 18 pays.

Histoire modifier

Origines modifier

Les arsenaux de la Marine royale se développèrent en France à partir du XVIIe siècle, principalement sous les impulsions du cardinal de Richelieu, alors premier ministre de Louis XIII puis de Colbert, ministre de la Marine de Louis XIV. Cette politique destinée à alimenter les marines du Ponant et du Levant mène aux fondations de l’arsenal de Brest en 1631[5], de l'arsenal de Rochefort en 1665, l'extension de l'arsenal de Toulon, créé sous Henri IV[6], que suivront d'autres établissement tels l’arsenal de Lorient en 1778 ou encore l'acquisition des forges royales de Guérigny en 1781. En parallèle, la Section technique des constructions navales créée en 1895 assure la coordination entre la Marine nationale, le ministère de la Marine et les arsenaux.

Réunification des activités modifier

 
L'arsenal de Brest vers 1920

En 1927, un décret fixe définitivement les assignations des différents arsenaux et rationalise leurs rôles [7] : Brest et Lorient sont chargés de la construction des grands navires ; Cherbourg de celle des sous-marins ; Toulon, Bizerte et Saïgon ont pour mission l’entretien de la flotte. La productions des canons sont effectuées aux fonderies de Ruelle-sur-Touvre[8] et d'Indret. Les armements maritimes sont alors limitées par le traité naval de Washington de 1922, qui sera étendu par le traité naval de Londres de 1930. Les termes des traités conduisent à la conception de la classe de cuirassés rapides Dunkerque et lourds Richelieu.

En 1937, l’établissement de Gassin est créé, par la nationalisation des installations de Gassin de la SCB et de La Londe de la société Schneider, spécialisées dans le domaine des torpilles.

Dès 1944, Louis Jacquinot en tant que commissaire à la Marine est chargé de la reconstruction et la modernisation de la marine de guerre, particulièrement marquée par le drame de Mers-el-Kébir et le sabordage de la flotte à Toulon.

En 1946, à la sortie de la Seconde Guerre mondiale, un état des lieux des arsenaux français mené par le Gouvernement provisoire de la République française vient compléter le décret de 1927 concernant les attributions des différents sites : Brest est chargé de la construction et réparation des gros bâtiments ; Lorient de la construction de bâtiments moyens ; Cherbourg des sous-marins ; Toulon de la réparation et de l’entretien de la flotte. En ce qui concerne les sites non-côtiers, Indret est chargé des activités de propulsion des navires ; Ruelle de la construction de canons, de pièces de grande taille, de l’électronique ; Gassin de la production de torpilles ; Guérigny des chaînes et ancres de marine. Cinq sites sont situés outre-mer : Mers el-Kébir, Bizerte, Dakar, Diego-Suarez, Papeete[9].

Création d'une direction centralisée modifier

 
Le Clemenceau en 1962
 
Le Redoutable, premier sous-marin à propulsion nucléaire et SNLE français.

Le 23 août 1946, le décret n°46-1860 conduit à la création de la Direction centrale des Constructions et Armes Navales (DCCAN) au sein du ministère de l'Armement[10]. Ce décret est modifié par le décret n° 47-2103 du 22 octobre 1947[11], les départements ministériels propres à chaque armée (Terre, Air et Mer) passent sous l'autorité du ministre des Forces armées Pierre-Henri Teitgen et de deux secrétaires d’État, assistés de quatre organismes dont la Direction centrale des Constructions et Armes Navales (DCCAN), aux côtés de la DEFA, de la DP et de la DTIA[12]. La DCCAN est alors placée sous l'autorité du secrétaire d'État à la Marine Joannès Dupraz, et est chargée de la conception des navires, dépendant de la Marine nationale.

Une série de projets est alors initiée à la fin des années 1940 : la classe de porte-avions Clemenceau et de sous-marin Narval.

En 1958, le lancement officiel par le général de Gaulle du programme nucléaire militaire français et de la politique de la dissuasion amorce une restructuration de la base industrielle et technologique de défense. Le projet Cœlacanthe[13] réunit ainsi l'état-major de la marine, la DCCAN et le CEA, et aboutira à la mise en service en 1971 du Redoutable, premier sous-marin nucléaire lanceur d'engins français.

Jusqu'en 1961, la Marine nationale assure elle-même l’entretien et la réparation de sa flotte par l’intermédiaire du DCCAN et de ses Directions des constructions et armes navales (DCAN) des différents arsenaux[14]. Les DCAN sont dirigées par des ingénieurs militaires du corps des ingénieurs du génie maritime. À cette date, les arsenaux sont détachés de la responsabilité unique de la Marine (Direction centrale des Constructions et Armes navales - DCCAN) pour passer sous celle de la délégation ministérielle pour l’Armement (DMA), nouvellement instituée par Michel Debré ; ce qui permettra au cours des années 1970 une diversification de leurs activités.

En 1965, nouvelle dénomination, les arsenaux métropolitains et d’outre-mer dépendent désormais d'une direction unique, la Direction technique des constructions navales (DTCN), relevant toujours directement de la DMA. En 1977, la DMA devient la Délégation générale pour l’armement (DGA). L’objectif de cette réforme est de centraliser l’ensemble des capacités de conception et de construction des armées au sein d’une délégation interarmées sous l’autorité directe du gouvernement[15].

Transformation en entreprise modifier

Dans les années 1970, le contexte économique international et la décolonisation conduisent les DCAN à se développer sur de nouveaux marchés. À la perte des arsenaux d’outre-mer s’ajoutent des besoins de la Marine française en navires désormais moins importants, et les crédits se font moins faciles à obtenir. Cette dynamique s’accélère encore à la fin de la guerre froide, malgré la diversification des activités de la DTCN, dont l’entretien du réseau électrique et le déminage des littoraux. Certains sites se spécialisent également dans des projets civils : Brest construit des wagons, Guérigny des machines agricoles, Toulon des navires civils (yachts, paquebots).

Mais, au-delà des carnets de commande, c’est en fait le statut étatique de la DTCN qui est peu à peu remis en cause, étant considéré comme une contrainte administrative pour le développement du potentiel des arsenaux français.

La DTCN a remporté ses premiers contrats à l’international dès la fin des années 1960 (Portugal, Afrique du Sud, Pakistan et Espagne) grâce à son sous-marin d'attaque conventionnel de type Daphné. Vendu à quinze exemplaires, le type Daphné était également en service dans la marine française.

Par décret, le 14 mai 1986, la DTCN devint la Direction des constructions navales (DCN)[16].

Affaire des frégates de Taïwan modifier

En 1989, l'entreprise avec Thomson CSF et Défense conseil international, possédée à majorité absolue par l'état (DCN) laquelle avait utilisé Thomson CSF pour couvrir ses exportations dans l'affaire des frégates de Taïwan et où les trois entreprises étaient impliquées[Quoi ?][17].

Changement de nom et orientation internationale modifier

Cette évolution se fait en plusieurs étapes. En 1991, les Directions des constructions et armes navales (DCAN) changent de nom et reprennent universellement celui de la Direction des constructions navales (DCN)[18] ; la même année, DCN international est créée. Cette société anonyme a pour vocation de promouvoir à l'étranger les activités de la DCN et de faciliter l'exportation de ses productions.

Puis, en 1992, les activités étatiques de la DCN sont rattachées au Service des Programmes Navals (SPN), qui a pour mission la maîtrise d'ouvrage des navires destinés à l'Armée française. Désormais, la DCN n’est plus chargée que des seules activités industrielles, tout en restant maintenue au sein de la DGA. Ce changement de statut permet à DCN International, à la fin des années 1990, d'accompagner commercialement et juridiquement la DCN dans le développement de ses offres à l'étranger.

La séparation complète entre la maîtrise d'ouvrage et la maîtrise d'œuvre est achevée en 1997 avec, d'une part, la création, au sein de la DGA, de la Direction des systèmes d'armes (DSA) et de son Service des programmes navals (SPN) et, d'autre part, la consolidation de la DCN en industriel maître d'œuvre des activités de constructions neuves et de réparations[19].

Cette stratégie de développement portée par DCN International se traduit par la signature de plusieurs contrats majeurs. En 1994, trois sous-marins Agosta sont livrés au Pakistan et, en 1997, deux sous-marins Scorpène sont produits pour le Chili. Un contrat est également remporté en 2000 pour la fourniture de six frégates du type Formidable pour Singapour[20]. En 2002, un contrat pour deux sous-marins Scorpène est signé avec la Malaisie[21].

La DCN gagne également des contrats dans le domaine du forage pétrolier off-shore en 1997, le site de Brest modernise ainsi la plateforme Sedco 707, et construit des plateformes pétrolières de type SFX[22].

En 1999, la DCN devient un service à compétence nationale (SCN), sous le nom de 'DCN' sans référence à la dénomination Direction des constructions navales ; ce SCN est directement rattaché au ministère de la défense[23]. Enfin, en 2001, le gouvernement français décide de transformer la DCN en entreprise anonyme de droit privé, dont l'État posséderait la totalité du capital. En 2003 le changement de statut est effectif : la DCN devient DCN-SA[24],[25].

Développement de DCNS modifier

 
logo de DCNS.

En 2007, le groupe acquiert la branche activités navales France de Thales, en reprenant les activités de la société Thales Naval France et celles d’Armaris, l’ancienne filiale que DCN et Thales Naval France détenaient à parité, et MOPA2 – la société chargée du projet de second porte-avions. Thales entre au capital du groupe à hauteur de 25 %, et DCN devient DCNS, le S adjoint faisant référence aux Services et à l'expertise dans les Systèmes[26]. En 2011, Thales augmente sa participation et monte à 35 % du capital de DCNS[27].

L’évolution statutaire des années 2000 permet à DCNS de développer librement ses activités civiles démarrées depuis l’après-guerre et de les inscrire dans sa stratégie de croissance. C’est ainsi qu’en 2009, DCNS adopte le projet d’entreprise « championship », dont le but est de positionner le groupe comme un leader mondial du naval de défense et un innovateur dans l’énergie (nucléaire civil et énergies marines renouvelables)[28]. La vision « 2020+ », élaborée en 2012, sous-tend l’ambition exprimée[29].

Afin d’améliorer sa performance pour répondre à ses ambitions de croissance, DCNS se concentre notamment sur : l’innovation, l’internationalisation et le développement responsable. Les frégates multi-missions (FREMM) sont construites à partir de 2007 ; en 2008, l’appontage d’un drone aérien sur une frégate en navigation est une première mondiale[30]. Pour assurer une cohérence à ses activités de recherche et développement, le groupe crée en 2011 DCNS Research[31].

Les contrats passés avec les marines internationales permettent à DCNS de s’implanter dans leurs pays respectifs : la filiale DCNS India est ainsi créée en 2008 un partenariat avec les chantiers publics MDL (Mazagon Dock Ltd) à la suite de deux contrats conclus en 2005 et 2008[32], portant sur la livraison de six sous-marins conventionnels Scorpène. De même, en 2013 est inauguré un site de construction de sous-marins au Brésil dans le cadre d’un contrat prévoyant également la livraison de 4 sous-marins Scorpène et le soutien à la réalisation d’une base navale[33]. Le plus important contrat à l’international remporté par DCNS. En 2013 et 2014, le groupe poursuit son implantation en Malaisie[34] à travers le programme de livraison des corvettes Gowind et signe un contrat majeur de corvette Gowind avec l'Égypte[35].

En 2013, Piriou et DCNS créent une société conjointe : Kership, pour produire les bâtiments multi-missions (B2M) et autres navires de soutien à l'action de l'État en mer.

En , l'Australie annonce que son contrat de construction de douze sous-marins de 4 000 tonnes pour un montant total de 34,3 milliards d'euros est remporté par DCNS, face à ThyssenKrupp Marine Systems et au consortium japonais de Mitsubishi Heavy Industries et de Kawasaki Heavy Industries[36].

En , après négociation, Fincantieri disposera d’environ 48 % du capital des Chantiers de l'Atlantique, l’État français conserve ses 33,3 %, DCNS entre à hauteur de 12 % et une fondation bancaire italienne détiendra le solde[37].

Naval Group modifier

Le , DCNS change de nom et devient Naval Group, pour le 400e anniversaire de l'entreprise[38].

Activités modifier

Les activités de Naval Group sont destinées principalement à la réalisation de A à Z de navires de combat naval de défense, cœur historique de l’activité (navires, sous-marins, maintien en conditions opérationnelles des forces). En tant que systémier intégrateur, Naval Group est présent sur la totalité du cycle de vie des navires : conception ; construction ; intégration des armes, systèmes et équipements ; maintien en conditions opérationnelles ; déconstruction et démantèlement. L'entreprise fournit également des services pour les chantiers navals, les bases navales et les équipages.

Naval de défense modifier

Naval Group conçoit, réalise et maintient en condition opérationnelle des systèmes navals de surface, des sous-marins ainsi que leurs systèmes et infrastructures associés. En tant que maître d’œuvre et intégrateur de navires armés, Naval Group intervient sur l’ensemble de la chaîne de valeur : programmation stratégique, la conception, la construction, le maintien en condition opérationnelle.

Le groupe fournit ainsi la Marine nationale française et les marines étrangères, pour les produits conventionnels, avec autorisation du gouvernement français. Il met également son expertise militaire au service de l’Armée de l’air pour concevoir des systèmes automatisés de navigation et de combat, et rénover des avions[39].

Systèmes navals de surface[40] modifier

Sous-marins et armes sous-marines modifier

Équipements modifier

  • Système de lancement vertical de missiles Sylver
  • Système de manutention d’hélicoptères Samahé
  • Grilles d'appontage permettant l'atterrissage et le décollage des hélicoptères et des drones
  • Mâts hissables permettant de hisser hors de l'eau les capteurs du sous-marin lors de l'immersion périscopique et de mettre en œuvre le tube d'air frais qui alimente en air les moteurs diesel des sous-marins
  • Lignes d'arbre
  • Tubes lance-armes pour sous-marins
  • Tubes lance-torpilles pour navires de surface
  • Réducteurs
  • Echangeurs

Services modifier

  • Maintien en conditions opérationnelles des navires, des sous-marins et des systèmes
  • Modernisation des systèmes de combat et de plateforme des navires de surface et des sous-marins
  • Formation et entraînement des équipages et des industriels locaux
    • Formation à l'exploitation et à la maintenance des systèmes et équipements
    • Formation opérationnelle
    • Formation à la construction dans le cadre de programmes de transfert de technologie

Drones modifier

En juillet 2022, Naval Group annonce une réorganisation de l'entreprise[44] visant notamment à créer un centre d'excellence des drones, systèmes autonomes et armes sous-marines[45]. L'industriel prévoit dans ce cadre un investissement de 140 millions d'euros dans le Var[46].

  • Navires porte-drones du programme belgo-néerlandais rMCM (replacement Mine Counter Measure). Ces navires destinés à la lutte contre les mines destinés aux marines belge et néerlandaise sont conçus pour la mise en œuvre d'engins autonomes sous-marins, de surface et aériens. Le programme est mené en coopération avec ECA Group.
  • Drone sous-marin D19[47]
  • Système de lancement et de récupération automatique pour drones LARS (launch and recovery system)[48]
  • Démonstrateur de Drone sous-marin Océanique (DDO)[49]

Anciennes constructions, retirées du service (depuis 1946) modifier

Classe Type Période de
construction
Navires
construits
Narval Sous-marin 1951 - 1955 4
Le Corse Escorteur rapide 1952 - 1955 4
Le Normand Escorteur rapide 1952 - 1955 14
L'Adroit Escorteur côtier 1954 - 1956 4
T 47 Escorteur d'escadre 1955 - 1957 12
Aréthuse Sous-marin 1955 - 1960 4
Clemenceau Porte-avions 1955 - 1963 2
Gymnote Sous-marin expérimental 1955 - 1966 1
T 53 Escorteur d'escadre 1957 - 1958 5
T 56 Escorteur d'escadre 1958 -1960 1
Commandant Rivière Avisos-escorteurs 1958 - 1964 9
Jeanne d'Arc Croiseur porte-hélicoptères 1959 - 1964 1
Suffren Frégate 1962 - 1966 2
Daphné Sous-marin 1963 - 1975 26
Le Redoutable Sous-marin NLE 1964 - 1985 6
Aconit Corvette 1968 - 1973 1
Tourville Frégate 1970 - 1977 3
Agosta Sous-marin 1972 - 2006 13
Estienne d'Orves Avisos-escorteurs 1972 - 1984 20
Georges Leygues Frégate 1974 - 1990 7
Rubis Sous-marin 1976 - 1993 6
Eridan Chasseur de mines 1981 - 1989 35
Cassard Frégate 1982 - 1991 2

Marché d'export modifier

Naval Group capte une part de marché de l'armement naval de 17% en 2016, principalement en Amérique du Sud (Brésil 4 classe Scorpène) et en Asie (Inde 6 classe Scorpène, Malaisie 2 classe Scorpène), et il faut signaler le contrat avec l'Australie en 2016 pour 12 type Shortfin Barracuda, qui a fait l'objet d'une résiliation pour convenance[50] en septembre 2021.

Argentine modifier

  • En Argentine, en 2018, Naval Group remporte le marché pour 4 patrouilleurs Gowind, pour 319 millions d'euros[51].

Australie modifier

  • En Australie, où le groupe Naval Group a remporté en 2016[52] un appel d'offres pour la construction de sous-marins. Après dix-huit mois de négociations, un accord de partenariat stratégique entre le gouvernement australien et l’industriel français Naval Group a été signé le pour la construction de douze sous-marins d’attaque Shortfin Barracuda pour un montant de 31 milliards d’euros[53]. À la surprise générale, l'Australie annule cet important contrat le en annonçant un nouvel accord de coopération militaire avec les États-Unis et le Royaume-Uni lui permettant d'acquérir des sous-marins à propulsion nucléaire[54].

Brésil modifier

  • Au Brésil, Naval Group a remporté le marché PROSUB en , en partenariat avec le conglomérat Odebrecht. Ce programme prévoit la construction à Itaguai grâce à un transfert de technologie de 4 sous-marins de la classe Riachuelo, dérivés du sous-marin Scorpène.

Belgique modifier

  • En Belgique, Belgium Naval and Robotics, consortium constitué de Naval Group et ECA Group, s'est vu notifié le contrat de fourniture de 12 chasseurs de mines équipés de leurs systèmes de drones (une centaine de drones au total) dont le contrat a été ratifié en 2019. Six navires sont destinés à la marine belge, les six autres seront livrés à la marine néerlandaise[55].

Canada modifier

Chili modifier

  • En 1997[57], Naval Group, alors DCNS, est choisi par la marine chilienne pour la construction de 2 sous-marins Scorpène.

Émirats arabes-unis modifier

Égypte modifier

  • En 2014, Naval Group se voit confier par l’Égypte un marché de fourniture de 4 corvettes Gowind[59]. Un navire est construit sur le site Naval Group de Lorient et les trois autres sont construits à Alexandrie[60], sous la responsabilité d'Alexandria Shipyard (ASY) dans le cadre d'un transfert de technologie.

Grèce modifier

  • Le 24 mars 2022, la Grèce signe avec Naval Group un contrat de réalisation de trois frégates de défense et d'intervention (FDI HN), plus une en option, assorti d'un contrat de maintien en condition opérationnelle[61]. Le contrat inclut également la fourniture de torpilles MU90 et de contre-mesures CANTO.

Inde modifier

  • En Inde, Naval Group a été sélectionné par la Marine indienne en 2005 pour la construction de 6 sous-marins Scorpène. Tous les sous-marins de la classe Kalvari sont construits à Mumbai sous la responsabilité des chantiers publics MDL (Mazagon Dock Ltd), dans le cadre d'un programme de transfert de technologie.

En 2022, le groupe annonce ne pas pouvoir participer à l'appel d'offres lancé par la marine indienne, les exigences de cette dernière étant trop importantes. L'appel d'offres concerne la fabrication de 6 sous-marins[62].

Malaisie modifier

Pologne modifier

  • Naval Group a des partenariats stratégiques avec des chantiers SMW Gdynia en Pologne.

Roumanie modifier

  • En Roumanie, Naval Group remporte un contrat de 1,2 milliard d'euros pour la livraison de quatre corvettes Gowind. Le groupe avait présenté fin 2018 la meilleure proposition, mais l'appel d'offres avait été mis en suspens en janvier 2019 après plusieurs tentatives de déstabilisation et des pressions de la part de Liviu Dragnea, président social-démocrate de la Chambre des députés roumain. Elle a finalement été définitivement validée le [63].

Énergies et infrastructures marines modifier

Naval Group se positionne comme un innovateur en proposant une large gamme de solutions dans l'énergie nucléaire civil et les énergies marines renouvelables.

Les connaissances développées par Naval Group dans le domaine de la propulsion de systèmes navals permettent au groupe de développer des solutions dans le nucléaire civil. Il collabore ainsi avec EDF, le CEA et Areva à la construction des centrales EPR et à l’entretien de centrales nucléaires.

Naval Group construit aussi des centrales électriques thermiques et des bases navales. Le groupe conçoit notamment des centrales électriques à Mayotte[64], La Réunion[65] et Saint-Pierre-et-Miquelon[66]. Il assure l’assistance à la réalisation des bases navales à l’international, comme le site industriel de construction de sous-marins de la baie de Sepetiba près d’Itaguaí au Brésil[33].

Naval Group investit enfin en 2013 dans quatre technologies marines renouvelables : les hydroliennes, l’énergie thermique des mers (ETM), les éoliennes flottantes et l’énergie houlomotrice. Sa prise de contrôle de la société irlandaise OpenHydro en 2013 lui permet de passer de la phase de recherche et développement à une phase de production industrielle[67].

En 2016 le groupe crée la filiale Naval Énergies pour porter l'ensemble de ses activités de développement dans les énergies marines renouvelables[68].

Le développement de Naval Group dans ces secteurs de l'énergie s’inscrit dans la stratégie de croissance du groupe qui vise le doublement de son chiffre d’affaires entre 2010 et 2020.

Pour Vincent Groizeleau le potentiel de développement dans les énergies marines renouvelable serait estimé à hauteur de 1,5 fois le chiffre d'affaires de Naval Group en 2008, soit une estimation entre 3 et 4 milliards d'euros par an[69].

Le , Microsoft et Naval Group immergent le premier data center sous-marin au large des Orcades en Écosse dans le cadre du projet Natick[70].

En 2021, Naval Group met fin à ses activités dans le domaine des énergies renouvelables. Naval Energies est racheté par l’italien Saipem[71].

Implantations modifier

En France modifier

Naval Group dispose de 11 implantations en France, chacune spécialisée dans des métiers distincts.

  • Bagneux : systèmes d’information et de surveillance
  • Bouguenais : Recherche et développement (Technocampus Ocean). Cofondateur du pôle de compétitivité EMC2
  • Brest : services, maintien en condition opérationnelle des navires et sous-marins, maintenance des infrastructures industrielles portuaires de la Marine, énergies marines renouvelables. Le site se situe dans l’arsenal de Brest, sur l’Île Longue et dans la zone d'activité du Froutven et est partie prenante du Pôle Mer Bretagne.
  • Cherbourg : production de sous-marins
  • Lorient : Systèmes navals de surface
  • Nantes-Indret : Sous-marins, propulsion nucléaire ; Porte-avions nouvelle génération (PANg)[72].
  • Paris : Siège social du groupe
  • Ruelle-sur-Touvre : Sous-marins, systèmes automatisés, simulateurs, formation
  • Saint-Tropez-Gassin : Armes sous-marines (torpilles)
  • Toulon : Services, entretien des sous-marins et du porte-avions Charles de Gaulle
  • Toulon-Ollioules : systèmes d’informations et de surveillance (Technopole de la mer[73])

Dans le monde modifier

Naval Group possède des bureaux de représentation en Australie, Arabie saoudite, au Chili, aux Émirats arabes unis, en Grèce, en Inde, en Indonésie et en Malaisie. Le groupe est également présent dans le monde à travers des filiales et joint-ventures, qu’elle possède exclusivement ou en association avec d’autres entreprises[74].

Données financières modifier

2022 2021 2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
Chiffre d’affaires (en milliards €)[75] 4,353 4,005 3,291 3,70 3,60 3,19 3,19 3,06 3,07 3,36 2,93
Prises de commandes (en milliards €) 5,750 3,022 3,44 5,30 3,70 4,02 3,52 3,60 2,27 2,53
Carnet de commandes (en milliards €) 15,3 14,069 15,2 15,0 13,8 13,7 11,6 12,26 13,22 14,46
Résultat opérationnel courant (en millions €) 419 270,7 166,4 208,5
Résultat net (en millions €) 339,4 192,5 57,5 188,2 178,2 93,2 94,3 68,4 -336,1 104,1 163,7


Organisation modifier

Naval Group est une société anonyme de droit privé dont l’actionnaire principal est l’État français, avec 62,49 % du capital. Le groupe Thales possède 35 % du capital et les salariés détiennent 1,64 % du capital. Naval Group emploie fin 2021, 16 028 personnes, dont plus de la moitié est constituée de salariés de droit privé et l’autre moitié d’ouvriers d’État. Présent dans 18 pays, le groupe a développé plusieurs partenariats à l’étranger par l’intermédiaire de ses filiales et joint-ventures.

Directeurs modifier

DCN (1986)
  • Henri Cazaban (1986-1991)
  • Jacques Grossi (1991-1995)
  • Gérald Boisrayon (1995-1997)
  • Rodolphe Greif (1997-2000)
  • Jean-Marie Poimbœuf (2000-2009)
DCNS (2003)
Naval Group (2017)

Management des ressources humaines modifier

En 2021, Naval Group intègre un dispositif de médiation professionnelle, qui consiste à donner un rôle de médiateur à 10 salariés pour aider à résoudre les petits conflits personnels[76].

Communication modifier

Le groupe est partenaire du Grand-Prix de l’École navale[77], régate organisée depuis 2002 près de la presqu’île de Crozon. Il est aussi partenaire du Pôle France Voile de Brest depuis 2007, et œuvre à l’insertion professionnelle des sportifs en reconversion. Naval Group a également construit en 2008 le DCNS 1000, monocoque destiné à la course à la voile autour du monde, qui figure en 2013 dans le film En solitaire, de Christophe Offenstein, avec François Cluzet.

Naval Group a par ailleurs partagé son expertise technique en matière de matériaux composites pour coques de navires et de systèmes de navigation lors de la construction du trimaran expérimental L'Hydroptère[78], et a été partenaire de l’équipe Areva Challenge, qui a participé à la Coupe de l'America en 2007.

À travers son site industriel à Toulon-Ollioules, Naval Group est partenaire depuis 2005 du Rugby club toulonnais[79].

Naval Group est partenaire de l'Association Hermione La Fayette dans le cadre de la promotion des métiers du naval et de la transmission des savoir-faire.

Naval Group est membre de la Commission armées-jeunesse, organisme de réflexion et d'action placé sous la tutelle du Ministre des Armées[80].

Naval Group accompagne dans le cadre des diverses actions qu’elle mène l’Association pour le développement des œuvres sociales de la Marine (entraide Marine - ADOSM) qui vient en aide aux familles du personnel civil et militaire qui sert dans la Marine lorsqu’elles connaissent de graves difficultés[81].

Depuis 2018, Naval Group est partenaire du musée national de la Marine et de l'ensemble de ses sites régionaux. Ce partenariat, encadré par une convention de mécénat, vise notamment à contribuer au projet de rénovation et de réaménagement des espaces muséographiques[82].

En 2019, 118 collaboratrices de Naval Group étaient engagées comme marraines au sein de l'association « Elles Bougent », qui œuvre à la promotion des carrières scientifiques et techniques auprès des jeunes.

En 2021, Naval Group organise une collecte de fonds à destination du Bleuet de France[83].

Activité de lobbying modifier

Auprès de l'Assemblée nationale modifier

Naval Group est inscrit comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale. Il déclare à ce titre en 2013 que les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement sont compris entre 40 000 et 50 000 euros[84].

Auprès des institutions de l'Union européenne modifier

Naval Group est inscrit depuis 2011 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Il déclare en 2016 pour cette activité 7 collaborateurs à temps plein et des dépenses d'un montant compris entre 100 000 et 200 000 euros[85].

Notes et références modifier

  1. Système national d'identification et du répertoire des entreprises et de leurs établissements, (base de données) 
  2. « https://amadeus.bvdinfo.com/version-2019829/ », sous le nom NAVAL GROUP (consulté le )
  3. « NAVAL GROUP (PARIS 15) Chiffre d'affaires, résultat, bilans sur SOCIETE.COM - 441133808 », sur societe.com (consulté le ).
  4. « DCN s'offre une nouvelle identité avec DCNS », sur Mer et Marine, .
  5. Historique de l'Arsenal de Brest sur wiki-brest.net.
  6. « Les grandes dates de l'arsenal de Toulon », sur Mer et Marine (consulté le ).
  7. Décret du 22 avril 1927 relatif à l'organisation de la marine militaire, Journal Officiel de la République Française, .
  8. « La Forge à canons », sur Ville de Ruelle sur Touvre (consulté le ).
  9. Frédéric Marquie, La reconversion des chantiers et arsenaux de la Marine (1946-1953), Revue historique des armées n° 220, p 112-127.
  10. Décret n°46-1860 du 23 août 1946
  11. Décret n°47-2103 du 22 octobre 1947
  12. [Une histoire des techniques de l’arsenal de la Marine de Lorient , Fabrice Le Pavic]
  13. « La propulsion nucléaire des navires », sur Energethique (consulté le ).
  14. « Le maintien en condition opérationnelle de la flotte », sur senat.fr.
  15. Yves Fréville, « La réorganisation du MCO et la création du service de soutien de la flotte », Rapport d'information du Sénat n° 426,‎ (lire en ligne).
  16. Le maintien en condition opérationnelle de la flotte
  17. (en) Taiwan News, « Progress made on return of illegal kickbacks in Lafayette Frigate case | Taiwan News | 2021/02/06 » [« Progres made fait sur la restitutions des rétrocommissions illégales à Taiwan. »], sur Taiwan News (consulté le )
  18. QUI EST DCNS, LE GÉANT FRANÇAIS QUI A RAFLÉ LE CONTRAT MILITAIRE DU SIÈCLE?
  19. Le maintien en condition opérationnelle de la flotte, Sénat, 2005
  20. « DCNS achève le programme des frégates pour Singapour », sur Mer et Marine
  21. « DCNS livre un sous-marin du type Scorpène à la Malaisie », sur Mer et Marine
  22. Sénat, L'évolution du statut juridique de la DCN (lire en ligne)
  23. Décret no 2000-326 du 12 avril 2000 portant création du service à compétence nationale DCN.
  24. « Introduction du rapport particulier sur les comptes de DCN »
  25. « Le rapport de la Cour des comptes relatif aux comptes de DCN-SA » (consulté le )
  26. « DCN change de nom et devient DCNS », Mer et Marine,‎ (lire en ligne)
  27. « Thales se sent déjà comme un poisson dans l'eau chez DCNS », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  28. « DCNS veut doubler de taille en dix ans », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  29. « La reconquête industrielle des océans », TTU, lettre d'informations stratégiques et de défense, no 940,‎ (lire en ligne).
  30. « Premier appontage automatique d'un drone sur une frégate française », Mer et Marine,‎ (lire en ligne)
  31. « DCNS Research dynamise l’innovation », Industrie et Technologies,‎ (lire en ligne)
  32. Communiqué de presse - "DCNS inaugure sa filiale en Inde" - http://www.ambafrance-in.org/IMG/pdf/CP_DCNS_India_VF_version_finale_240309.pdf
  33. a et b « Les sous-marins franco-brésiliens de DCNS », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  34. « Corvettes Gowind pour la Malaisie : DCNS a reçu deux lettres d’attribution », Le Marin,‎ (lire en ligne)
  35. « Armement : DCNS décroche un contrat de 1 milliard d'euros en Egypte », La Tribune,‎ (lire en ligne)
  36. Dominique Gallois et Caroline Taïx, « Sous-marins vendus par DCNS à l’Australie : les coulisses d’un contrat « historique », Le Monde, 6 avril 2016.
  37. « les échos »
  38. DCNS devient Naval Group, Dominique Gallois, Le Monde, 28 juin 2017
  39. « Notification du contrat de rénovation des Atlantique 2 », sur Dassault Aviation,
  40. DCNS, Rapport annuel 2013, DCNS (lire en ligne)
  41. « Naval Group valide une nouvelle technologie de propulsion sous-marine », sur Les Echos, (consulté le )
  42. « Naval Group valide une nouvelle technologie de propulsion sous-marine », sur Les Echos, (consulté le )
  43. Naval Group, « Naval Group participe à la journée Sciences Navales sur le thème des énergies décarbonnées », Communiqué de presse,‎
  44. « Naval group fait évoluer son organisation pour accompagner son ambition de croissance »  , sur Le Marin, (consulté le )
  45. L'Usine Nouvelle, « Naval Group veut se doter d’un centre d’excellence de drones sous-marins dans le Var », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  46. La rédaction, « Naval Group va investir 140 millions d'euros dans le Var pour créer un centre de drones », sur Var-Matin, (consulté le )
  47. (en-US) Xavier Vavasseur, « Euronaval: French Navy Becomes Launch Customer of Naval Group's D-19T UUV », sur Naval News, (consulté le )
  48. (en-US) Xavier Vavasseur, « LARS for Future Belgian and Dutch MCM Motherships Successfully Tested », sur Naval News, (consulté le )
  49. Vincent Groizeleau, « Naval Group lance son premier drone océanique sous-marin | Mer et Marine », sur www.meretmarine.com, (consulté le )
  50. « Annulation de la commande australienne de sous-marins français: quelles compensations? », sur BFM BUSINESS (consulté le )
  51. « L'Argentine a sauvé les exportations de Naval Group en 2018 », sur La Tribune (consulté le )
  52. « Sous-marins : l’Australie rompt son contrat record avec Naval Group, inquiétude à Cherbourg », sur Ouest France,
  53. Nathalie Guibert, Isabelle Dellerba, « L’accord franco-australien pour construire douze sous-marins signé », sur Le Monde, (consulté le )
  54. Matthieu Pelloli, « Vente de sous-marins : la France perd le « contrat du siècle » avec l’Australie », sur leparisien.fr, (consulté le )
  55. « Naval Group démine le Bénélux », sur marine-oceans.com, (consulté le )
  56. « Jean-Marie Collin » Blog Archive » Sous-marins nucléaires pour les canadiens ! », sur alternatives-economiques.fr (consulté le )
  57. Maxime Cellier, « Les exportations d'armements navals », Centre d'Etutudes Supérieures de la Marine (CESM),‎ , p. 3 (lire en ligne   [PDF])
  58. « Chantiers navals. Corvettes Gowind, vent salvateur à Naval Group », sur www.ouest-france.fr (consulté le )
  59. « DCNS : les quatre corvettes en Egypte, c'est fait ! », sur La Tribune, 2014-07-10cest11:41:00+0200 (consulté le )
  60. « DCNS signe un contrat d'un milliard d'euros avec l'Egypte », sur Challenges, (consulté le )
  61. « La Grèce signe cinq contrats d'armement d'une valeur de 4 milliards d'euros avec la France », sur La Tribune, 2022-03-24cet18:23:00+0100 (consulté le )
  62. « Sous-marins : imbroglio autour d'un appel d'offres lancé par l'Inde », sur Les Echos, (consulté le )
  63. « Si, si Naval Group déclaré vainqueur... en Roumanie », sur latribune.fr, (consulté le )
  64. « Nouveau contrat dans le secteur des centrales électriques pour DCNS », Mer et Marine,‎ (lire en ligne)
  65. « Une centrale thermique marine pour l'île de la Réunion », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne)
  66. « EDF sélectionne DCNS pour construire une centrale », L'Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne)
  67. « DCNS prend le contrôle d’Openhydro », Mer et Marine,‎ (lire en ligne)
  68. « DCNS crée une filiale pour les énergies marines renouvelables », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  69. Estimation du marché des énergies marines renouvelables par Vincent Groizeleau en 2008 "DCNS sur la voie de la diversification et des nouvelles alliances ». Mer et Marine, page 2
  70. « Microsoft et Naval Group inaugurent leur premier serveur sous-marin - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le )
  71. Le Marin, « Éolien flottant : accord finalisé entre Saipem et Naval énergies », Le Marin,‎ (lire en ligne)
  72. « Naval Group se prépare au porte-avion français de nouvelle génération », sur usinenouvelle.com, (consulté le )
  73. tpbm-presse.com, « DCNS Ollioules en locomotive du Technopôle de la mer », sur TPBM Semaine Provence (consulté le )
  74. « Présence dans le monde », sur naval-group.com
  75. [1]
  76. « Chez Naval Group, des médiateurs internes résoudront «les petits conflits qui polluent le quotidien» », sur Usine Nouvelle (consulté le )
  77. « Partners », sur GPEN (consulté le )
  78. « l’Hydroptère DCNS Hydrofoil Sailboat », sur Ship Technology (consulté le )
  79. « Partenariat DCNS », sur RC Toulon (consulté le )
  80. Naval Group, « Rapport RSE 2020 »   [PDF], (consulté le ), p. 106
  81. Naval Group, « Rapport RSE 2020 » [PDF], (consulté le ), p. 108
  82. « Naval Group, mécène du musée national de la Marine dans le cadre de la rénovation du musée », sur Naval Group (consulté le )
  83. Naval Group, « Rapport RSE 2021 »   [PDF], (consulté le ), p. 39
  84. « Tableau des représentants d'intérêts », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le )
  85. « Transparency Register - Search the register », sur ec.europa.eu

Liens externes modifier