Classe Le Normand

classe de navires

Les escorteurs de la classe Le Normand (ou du type E52A) constituent un type de bâtiments de combat destinés à la protection ASM des convois, construits pour la Marine nationale française entre 1953 et 1959. D'abord dénommés escorteurs de 2e classe, ils reçurent en 1954 l'appellation définitive d'escorteurs rapides.

Classe Le Normand
Image illustrative de l'article Classe Le Normand
Le Bourguignon (F769)
Caractéristiques techniques
Type Escorteur rapide
Longueur 99,8 m
Maître-bau 10,3 m
Tirant d'eau 4,3 m
Déplacement 1 528 tonnes
À pleine charge 1 702 tonnes
Propulsion 2 groupes de turbines à engrenage
2 chaudières Indret
Puissance 20 000 ch
Vitesse 28 nœuds à PMP
Caractéristiques militaires
Armement 3 × 2 canons AA de 57 mm
2 × 1 canon Oerlikon de 20 mm Mk 4
1 lance-roquette de 375 mm
4 × 3 tubes lance-torpilles de 550 mm
Aéronefs non
Rayon d’action 4 500 nautiques à 15 nœuds
(390 tonnes de mazout)
Autres caractéristiques
Électronique 3 radars, 2 sonars
Équipage origine : 13 Off. 185 OM, QM et Mlots.

en fin de carrière : 9 Off, 161 OM, QM et Mlots.

Histoire
A servi dans  Marine nationale
Commanditaire Marine nationale française
Période de
construction
1952 - 1955
Période de service 1955 - 1985 (le Béarnais)
Navires construits 14
Navires prévus 14
Navires annulés 0
Navires en activité 0

Le qualificatif de rapide correspond au concept d'escorteur océanique développé au début des années 1950 dans la Royal Navy (bientôt suivie dans cette voie par l'US Navy), en réponse à la menace d'alors des sous-marins modernes de la flotte de guerre soviétique[1].

Principalement configurée pour la lutte anti-sous-marine, et composée de onze unités[2], la classe E52A fait suite à la classe des quatre E50. Cette deuxième série du type escorteur rapide en était une amélioration, et sera suivie par une troisième et ultime série de trois unités, le type E52B.

Histoire modifier

 
Le Gascon en 1967 à Bordeaux accueille des visiteurs.

Après la Seconde Guerre mondiale, la marine française est réduite à de vieilles unités ayant survécu aux combats, à l'apport d'unités légères provenant de l’US Navy et de la Royal Navy et aussi de bâtiments allemands et italiens, récupérés au titre des dommages de guerre.
L'expérience de la dernière guerre a démontré l'utilité de navires d'escorte pour la protection des convois océaniques et des grands bâtiments.
Dès 1943, apparaît donc un nouveau type d'escorteur comme les frégates britanniques de classe River, les corvettes de classe Flower dont les Forces navales françaises libres (FNFL) seront dotées, et les destroyers d'escorte américains de classe Cannon.
En 1949, la France et d'autres pays occidentaux entrant dans la Guerre froide pensent à la construction d'escorteurs rapides pour des groupes aéronavals qui serviront dans le cadre de l'OTAN. La marine française se voit confier la mission prioritaire de la lutte anti-sous-marine. Elle décline ses futures fabrications sur les escorteurs d'escadre, les escorteurs rapides de lutte anti-sous-marine et des escorteurs côtiers.

Au sujet de la dénomination de « rapide », ce qualificatif visait plus exactement à marquer leur différence avec les escorteurs « tout court » de l'époque de la Seconde Guerre mondiale, destinés à l'escorte des convois marchands, convois dont la vitesse moyenne était modeste (environ 10 nœuds) et qui ne nécessitait de leurs escorteurs qu'une vitesse maximale de l'ordre de 18 nœuds.
Le gain de vitesse (d'environ dix nœuds) par rapport aux escorteurs de convois, correspondait aux performances du même ordre, obtenues par les frégates rapides de la Royal Navy ou par les DDE de l'US Navy, résultant soit de la transformation d'anciens destroyers[3], soit de bâtiments neufs spécifiquement construits pour la lutte contre les sous-marins rapides, tels que déployés à la fin de la Guerre.

Ces bâtiments étaient-elles commandés par un capitaine de corvette, tandis que le bâtiment chef de division l'était par un capitaine de frégate. Une bande noire peinte sur la cheminée identifiait le bâtiment chef de division. Formation organique, une division d'escorteurs rapides (DER) était composée de 3 à 6 unités du même type.

Caractéristiques modifier

L'escorteur rapide de type E 52 (E52A et E52B) est un bâtiment de 1 500 tonnes. Ses deux turbines à vapeur de 20 000 ch lui permettent une vitesse maximale de 28 nœuds (52 Km/h) à PMP (puissance maximale pratique). Son rayon d'action est proche de 5 000 nautiques (9 260 km) à 15 nœuds (28 km/h). La répartition de l'armement diffère légèrement de celle des E50.
Les E52A n'ont pas été équipés de grenadeurs de sillage comme les E50.
Les quatre plateformes triples de tubes lance-torpilles sont installées sur les passavants bâbord et tribord sur l'arrière de la cheminée.
Drome : 1 baleinière de 7 m, 1 canot pneumatique de 6 places (+ 1 à partir de 1972).

Les 11 E52A avaient des passerelles différentes. Les 7 premiers, du F765 (Le Normand) au F771 (Le Savoyard) avaient un bloc passerelle de forme cubique et une passerelle découverte. Les 2 suivants, le F772 (le Breton) et le F773 (le Basque) avaient un bloc passerelle profilé et une passerelle fermée. Le F774 (l'Agenais) et le F775 (le Béarnais) avaient aussi une passerelle profilée et fermé mais élargie Ces passerelles couvertes offraient une meilleure protection des intempéries pour le personnel de quart mais aussi, et surtout, en cas d'attaque NBC. Les passerelles des trois E52B étaient, elles, identiques à celles des deux derniers E52A.

La cheminée des 11 E52A était de forme classique, surmontée par un capot peint en noir. La cheminée des 3 E52B (L'Alsacien, Le Provençal et Le Vendéen ) avait une forme dite en aile d'avion du type "Strombos-Valensi".entièrement peintes en gris coque. Les cheminées des unités chefs de division étaient cerclées d'une bande noire.

Artillerie modifier

Lutte anti-sous-marine :

  • 4 × 3 tubes lance-torpilles de 550 mm ASM avec, sur les E52A, une valise de rechargement sur l'arrière de chaque plateforme
  • E52A : 1 lance-roquettes sextuple ASM de type Bofors de 375 mm (avant)
  • E52B : 1 mortier quadruple ASM de 305 mm l l'arrière, avec capacité de tir contre la terre. Remplace le lance-roquettes

Défense antiaérienne :

  • E52A : 3 pseudo-tourelles doubles de 57 mm AA (1 affût avant et 2 affûts arrière)
  • E52B : 2 pseudo-tourelles doubles de 57 mm AA (1 affût avant et 1 affût arrière)
  • 2 canons Oerlikon 20 mm AA (de chaque bord sur le rouf arrière)

Détection électromagnétique modifier

  • 1 radar de veille combiné DRBV-20A puis DRBV-22A
  • 1 radar de navigation DRBN-32 ou DRBV-31 sur les E52B
  • 1 radar de conduite de tir DRBC-31
  • 2 détecteurs de radar ARBA + ARBR-10
  • 2 sonars : un DUBA-1 (attaque) et un DUBV-1 (veille) remplacé par un DUBV-24 à partir de 1969 (sauf sur F771, F772 et F773).

Propulsion modifier

  • Deux chaudières dissymétriques Indret timbrés à 35 kg/cm3 et surchauffe à 385°.
  • Deux groupes de turbines à engrenages - 2 hélices à 4 pales fixes
  • Puissance 20 000 ch - Vitesse 28 nœuds (>29 aux essais)
  • Production électrique : sur les E52A : 4 diesels alternateurs Renault de 180 kW (720 kW au total) ; sur les E52B, 1 des diesels alternateurs est remplacé par un turbo-alternateur de 250 kW.

Unités modifier

Type E52A variante 1/3 :

Indicatif visuel Nom Chantier Lancement Service effectif Service Fin de service Destination
F765 Le Normand Forges et Chantiers de la Méditerranée à La Seyne-sur-Mer 3e DER 1980 coulé comme cible en Méditerranée (US Navy)
F766 Le Picard Ateliers et Chantiers de la Loire à Nantes 3e DER
Escadre de la Méditerranée
1981 coulé comme cible en océan Atlantique (US Navy)
F767 Le Gascon Ateliers et Chantiers de la Loire 7e DER 1980 restitué à l’US Navy
F768 Le Lorrain Forges et Chantiers de la Méditerranée 7e DER
1978 restitué à l’US Navy
démolition en Espagne
F769 Le Bourguignon Chantiers de Penhoët à Saint-Nazaire GAASM - 7e DER
Afrique du Nord
1976 (réserve)
F770 Le Champenois Ateliers et Chantiers de la Loire 3e DER
Escadre de la Méditerranée
1975 (réserve) coulé en Atlantique en 1978 (US Navy)
F771 Le Savoyard Forges et Chantiers de la Méditerranée 5e DER
Groupe naval d'essais de missiles
1982 coulé en Méditerranée (US Navy)

Type E52A variante 2/3 :

N° coque Nom Chantier Lancement Service effectif Service Fin de service Destination
F772 Le Breton Arsenal de Lorient GAASM de Toulon
3e DER
Groupe naval d'essais de missiles
1978 Brise-lames à Brest
coulé en 1985 en Atlantique
F773 Le Basque Arsenal de Lorient GAASM de Toulon
Groupe naval d'essais de missiles
1980 coulé en 1984 comme navire-cible

Type E52A variante 3/3 :

N° coque Nom Chantier Lancement Service effectif Service Fin de service Destination
F774 L'Agenais Arsenal de Lorient GAASM de Toulon
Bâtiment d'expérimentation (Toulon)
1985 coulé en 1988 en Méditerranée
F775 Le Béarnais Arsenal de Lorient GAASM de Toulon
Océan Indien
1980 coulé en 1985 en Méditerranée

Type E52B :

N° coque Nom Chantier Lancement Service effectif Service Fin de service Destination
F776 L'Alsacien Arsenal de Lorient 5e DER 1982 coulé comme cible en Méditerranée en 1986
F777 Le Provençal Arsenal de Lorient GAASM de Toulon
5e DER
1981 coulé comme cible en Méditerranée en 1992
F778 Le Vendéen Forges et Chantiers de la Méditerranée 5e DER

Bâtiment d'expérimentation

1982 Brise-lames a Brest puis coulé comme cible.

Notes et références modifier

  1. Voir section "Histoire"
  2. Répartis en trois sous-groupes.
  3. Par remplacement d'une partie de leur artillerie par des armes sous-marines


Voir aussi modifier

Articles connexes modifier

Bibliographie modifier

  • Robert Dumas et Bertrand Magueur, Les Escorteurs Rapides, Lela Presse, , 464 p. (ISBN 9782374680170)

Liens externes modifier