Classe d'Estienne d'Orves

Aviso type A69
Image illustrative de l'article Classe d'Estienne d'Orves
Aviso Commandant Birot
Classe D'Estienne d'Orves
Caractéristiques techniques
Type aviso
Longueur 80,5 m
Maître-bau 10,30 m
Tirant d'eau 5,60 m
Tirant d'air 25 m
Déplacement 1175 Tw, 1410 t à pleine charge.
Propulsion 2 moteurs diesels SEMT Pielstick 12 PC 2 V 400, 2 hélices à pas variable
Puissance 12 000 ch (8,845 MW)
Vitesse 24 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement
Rayon d’action 4500 nautiques à 15 nœuds
Autres caractéristiques
Électronique
  • 1 radar naval de veille surface-air basse altitude DRBV-51 A
  • 1 radar de navigation DRBN-34 ou DRBV-38 (Racal Decca) ou 1007 (Kelvin Hugues)
  • 1 radar de conduite de tir DRBC 32 E
  • 1 détecteur de radar ARBR-16
  • 1 sonar de coque DUBA-25
  • 2 lance-leurres Dagaie (retiré)
  • 1 bruiteur remorqué SLQ-25 Nixie (retiré)
  • 1 système de télécommunications par satellite Syracuse ou VSAT (very small aperture terminal)
  • 1 système de transmission par satellite Inmarsat
  • 1 CMS SITAV ou SITAC (NEXEYA)
Équipage 7 officiers, 58 officiers mariniers, 24 quartiers-maîtres et matelots
Histoire
Constructeurs DCN, Lorient
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale
Flag of Argentina.svg Marine argentine
Pavillon de la marine turque Marine turque
Navires construits 20
Navires en activité 15
Navires désarmés 5
Navires démolis 2

Les avisos type A69, classe d'Estienne d'Orves ont formé l'une des plus grandes séries de bâtiments de la Marine Nationale après 1945 avec 17 unités construites, plus trois autres pour l'exportation.
Entre 2011 et 2017, les avisos classe d'Estienne d'Orves sont allégés (retrait des missiles mer-mer Exocet, notamment) et reclassés en PHM ( patrouilleur de haute mer).,[1].

HistoriqueModifier

Construits par la DCN sur le chantier naval de Lorient pour remplacer les escorteurs côtier, les avisos type A69 (A pour « aviso », 69 pour l'année de décision de construction) sont entrés en service entre 1976 et 1984 avec les indicatifs visuels allant de F781 à F797. La construction d'un aviso nécessitait entre 600 000 et 650 000 heures de travail.

Ils sont conçus comme une classe de bâtiments économiques, construits en grande série, avec pour mission principale à l'origine du programme, la lutte anti-sous-marine par petits fonds, notamment sur le plateau continental.

Bien armés pour leur tonnage de 1 100 tonnes, ils n’emportent cependant pas d’hélicoptère, et leur vitesse limitée ne leur permet pas non plus de suivre les évolutions du groupe aéronaval.

Ils sont très vite déployés de par le monde. Leur endurance et leur faible coût de possession sont très appréciés des autorités. Les avisos A69 contribuent ainsi à la surveillance de la Zone économique exclusive française, à la sécurisation des sous-marins de la FOST, à la coopération ou à la défense des intérêts français sur les mers et notamment dans le golfe de Guinée, comme aux opérations de lutte contre la piraterie dans l’océan Indien[2].

En attendant une relève sans cesse reculée et dans un souci d'économie, ils sont déclassés en PHM « patrouilleurs de haute mer ». Cette opération consiste au retrait de la plupart de leurs capacités de combat (débarquement des missiles mer-mer, des lance-leurres dagaie, du bruiteur nixie, du lance-roquettes et des tubes lance-torpilles. Parallèlement à ces retraits, les nouveaux PHM bénéficient d'une mise à jour de leurs systèmes de transmissions.

Au début des années 1980, l'Argentine a armé 3 avisos de cette classe. D'abord, un commandé à la France, puis deux autres commandés par l'Afrique du Sud et qui n'ont pas été livrés à ce pays pour cause d'embargo. L'un d'eux a participé à la guerre des Malouines lors de l'invasion de la Géorgie du Sud où il fut endommagé[3].

Six des avisos français désarmés par la Marine nationale ont été vendus à la Marine turque en 2000.

Ils doivent, à terme, être remplacés par le programme du Patrouilleur océanique.

Les six dernières unités encore en service en devraient être désarmées entre 2023 et 2028[4].

CaractéristiquesModifier

 
Le Commandant Birot et un autre aviso A69 à quai à Toulon.

Armés par un équipage de 90 marins, bien que très "marins", ces bâtiments ont la réputation d'être parmi les plus pénibles par mauvais temps. Leur fardage important les rend particulièrement sensibles au tangage et au roulis dès que la mer est formée.

Leur armement, conséquent pour un bâtiment de ce tonnage, leur permet de gérer un spectre important de missions. Pendant la guerre froide, ils étaient essentiellement utilisés pour patrouiller sur le plateau continental de l'océan Atlantique à la recherche des sous-marins de la marine soviétique. En raison des faibles performances du sonar de coque, dès qu'un écho apparaissait, le renfort d'une frégate ASM était nécessaire pour le prendre en chasse à l'aide de son sonar remorqué à immersion variable.

Leur rôle de patrouilleurs est désormais constitué essentiellement de patrouilles et de missions d'assistance, ainsi que de participations aux missions de l'ONU (blocus, contrôles de pavillons) ou de tâches similaires de police des mers (lutte contre la drogue, extraction de ressortissants, contrôle des pêches, etc.). Les missiles mer-mer 38 ou mer-mer 40 ont été débarqués, mais ils emportent plusieurs mitrailleuses et fusils-mitrailleurs, plus adaptés à leurs nouvelles missions.

Son prix est estimé à 270 000 000 Franc français[5].

Unités de la classe d'Estienne d'OrvesModifier

Navires de la Marine nationale françaiseModifier

No  Nom Mise sur cale Mise à l'eau Mise en service Désarmé Base navale Destination
F781 D'Estienne d'Orves Brest Vendu à la Marine turque en 2002 et renommé Beycoz.
F782 Amyot d'Inville Toulon Vendu à la Marine turque en 2002 et renommé Bartın.
F783 Drogou Brest Vendu à la Marine turque en 2001 et renommé Bodrum.
F784 Détroyat Brest Cimetière de Landévennec (2006-2015) ;
Démantelé à Gand (2015).
F785 Jean Moulin Brest Brise Lames à l'école navale de Lanvéoc-Poulmic (2004-2014) ;
Démantelé à Gand (2015).
F786 Quartier-Maître Anquetil Toulon Vendu à la Marine turque en 2000 et renommé Bandırma.
F787 Commandant de Pimodan Brest Vendu à la Marine turque en 2000 et renommé Bozcaada.
F788 Second-Maître Le Bihan Brest Vendu à la Marine turque en 2002 et renommé Bafra.
F789 Lieutenant de vaisseau Le Hénaff Brest En désarmement à Brest.
F790 Lieutenant de vaisseau Lavallée Brest En attente de démantèlement au Cimetière de Landévennec (depuis 2019).
F791 Commandant l'Herminier Brest En désarmement à Brest.
F792 Premier-Maître L'Her Brest
F793 Commandant Blaison Brest
F794 Enseigne de vaisseau Jacoubet Brest
F795 Commandant Ducuing Toulon
F796 Commandant Birot Toulon
F797 Commandant Bouan Toulon

TransfertsModifier

 
Le Granville de la marine argentine
  •   Marine turque : Après un passage à la DCN Brest, entre 2000 et 2002 la France a livré à la Turquie 6 avisos à la Marine turque dans le cadre d'un contrat passé par DCN International. Ce contrat prévoyait la remise en état et la préparation par l'arsenal finistérien de 6 ex-avisos de la Marine française vendus à la Turquie.

TCG Bozcaada (F-500) (ex-Commandant de Pimodan) ; vendu par la Marine française en 2000, actuellement en service et basé à Bozcaada.
TCG Bodrum (F-501) (ex-Drogou) ; vendu par la Marine française en 2001, actuellement en service et basé à Bodrum.
TCG Bandırma (F-502) (ex-Quartier-Maître Anquetil) ; vendu par la Marine française en 2000, actuellement en service et basé à Bandırma.
TCG Beykoz (F-503) (ex-D'Estienne d'Orves) ; vendu par la Marine française en 2002, actuellement en service et basé à Beykoz.
TCG Bartın (F-504) (ex-Amyot d'Inville) ; vendu par la Marine française en 2002, actuellement en service et basé à Bartın.
TCG Bafra (F-505) (ex-Second-Maître Le Bihan) ; vendu par la Marine française en 2002, actuellement en service et basé à Bafra.

Exports de navires de la classe d'Estienne d'OrvesModifier

 
La corvette argentine Guerrico en 2013.

La marine argentine arme également trois unités de la classe d’Estienne d’Orves, connus localement sous le nom de navires de la classe Drummond, avec un armement légèrement modifié par rapport aux françaises. Les deux premiers navires ont été initialement commandés par la marine sud-africaine, mais, en raison de sanctions de l’ONU contre l’Afrique du Sud, ils ne lui ont pas été livrés et ont été achetés par la marine argentine en 1978. Le troisième navire de la classe a été commandé par l’Argentine et a été livré en 1981.

Notes et référencesModifier

  1. « Ce que vont devenir les 9 avisos du type A69 », sur Mer et Marine, (consulté le 15 janvier 2021)
  2. Dominique Guillemin, « Patrick Maurand et Jean Moulin, Les avisos A69 Marines éditions, 2011, 220 pages », sur l=https://rha.revues.org/, (consulté le 17 octobre 2016).
  3. Malvinas : Georgias del Sur
  4. Vincent Groizeleau, « La Marine nationale va rapidement désarmer ses derniers PHM », Mer et Marine,‎ (lire en ligne)
  5. Quid 1996 (ISBN 2-221-08055-6), p. 2036

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier