Alfred Dreyfus

officier français d'origine alsacienne et de confession juive

Alfred Dreyfus
Alfred Dreyfus
Alfred Dreyfus en 1894.

Naissance
Mulhouse (Empire français)
Décès (à 75 ans)
Paris (République française)
Origine Drapeau de la France France
Arme Artillerie
Grade Lieutenant-colonel
Années de service 18781918
Conflits Première Guerre mondiale
Distinctions Officier de la Légion d'honneur Officier de la Légion d'honneur
Signature de Alfred Dreyfus

Alfred Dreyfus, né à Mulhouse le et mort à Paris le , est un officier français d'origine alsacienne et de confession juive. Il a été victime, en 1894, d'une machination judiciaire qui est à l'origine d'une crise politique majeure des débuts de la IIIe République, l'affaire Dreyfus (1894-1906). Durant ces années de troubles, une large partie de l'opinion française se divise entre dreyfusards et anti-dreyfusards.

Biographie

Famille

Alfred Dreyfus est issu d'une vieille famille de confession juive installée en Alsace depuis plusieurs siècles. Son grand-père était un modeste commerçant de Rixheim, non loin de Mulhouse. Son père, Raphaël Dreyfus, créa à Mulhouse une petite filature de coton et les affaires prospérant, il y ajouta une usine de tissage. Il permit ainsi à sa famille de faire partie de la bourgeoisie mulhousienne. Raphaël se maria avec Jeanne Libmann-Weill, le couple eut neuf enfants, dont sept survécurent. Alfred Dreyfus est le benjamin de la famille[1], il passa son enfance dans la maison familiale rue du Sauvage puis dans une maison cossue, rue de la Sinne, à Mulhouse. Sa mère étant tombée malade à la suite de sa naissance, sa sœur aînée Henriette fut pour cet enfant timide comme une seconde mère[2].

La quiétude de la vie familiale est perturbée par la guerre franco-allemande de 1870, la défaite française et la perte de l'Alsace-Lorraine. Après la signature du traité de Francfort, l'Alsace-Moselle est annexée par l'Empire allemand en 1871. Mosellans et Alsaciens ont cependant la possibilité de garder la nationalité française mais ils doivent dans ce cas quitter leur domicile et partir pour la France. En 1872, les Dreyfus optent pour la nationalité française et quittent l'Alsace pour Paris.

La famille s'installe d'abord à Bâle, en Suisse, puis, en 1873, Alfred Dreyfus est envoyé à Paris poursuivre ses études où il passe le baccalauréat et entre au collège Sainte-Barbe pour préparer le concours d'entrée à l'École polytechnique. Il est reçu, à 19 ans, 182e sur 236[2].

Alfred Dreyfus épouse, le 18 avril 1890, Lucie Hadamard (-), issue d'une famille aisée de diamantaires originaire de Metz. Le couple a deux enfants : Pierre (-) et Jeanne (-)[2].

Début de carrière militaire

 
Fiche matricule d'Alfred Dreyfus à l'École polytechnique.

Il entre à l'École polytechnique en 1878, à 19 ans[3],[4]. En 1880, il en sort 128e sur 286, et accède, avec le grade de sous-lieutenant, à l'École d'application d'artillerie de Fontainebleau.

Au tournant des années 1880, la grande majorité des officiers généraux sont légitimistes ou bonapartistes. L'état-major reste attaché à l'ordre moral, et hostile à la République et à la démocratie, perçues par beaucoup d'officiers comme hostiles à l'armée.

Alfred Dreyfus reste deux ans à Fontainebleau, où il est bien noté par ses supérieurs. Le 1er octobre 1882, il est nommé lieutenant au 31e régiment d'artillerie du Mans. À la fin de 1883, il est affecté aux batteries à cheval de la 1re division de cavalerie de Paris. L'appréciation de ses supérieurs est élogieuse : « intelligent […], consciencieux […], zélé […], officier plein d'entrain, très hardi cavalier, instruit, intelligent, excellent lieutenant de batterie à cheval […], meilleur lieutenant du groupe des batteries ». En septembre 1889, il est nommé capitaine au 21e régiment d'artillerie, détaché comme adjoint à l'École centrale de pyrotechnie militaire de Bourges. Dans le même temps, il prépare les examens d'admission à l'École de guerre, où il est reçu le 20 avril 1890, la veille de son mariage.

Officier stagiaire à l'état-major

Alfred Dreyfus entre à l'École de guerre à l'automne 1890. Les appréciations de ses supérieurs sont une nouvelle fois excellentes. En novembre 1892, il en sort avec la mention « très bien », classé 9e sur 81. Il est ainsi appelé en tant que stagiaire à l'état-major de l'armée, au ministère de la Guerre, le 1er janvier 1893, avec le grade de capitaine. En tant que stagiaire, il passa successivement dans chacun des bureaux de l’état-major[2].

À partir de 1892, dans son journal, La Libre Parole, Édouard Drumont, laissant libre cours à son antisémitisme, mène une vigoureuse campagne contre la présence d'officiers juifs dans l'armée française. Or, Alfred Dreyfus ne bénéficie pas du soutien d'officier de haut rang, ni d'homme politique. Sa fortune personnelle, son origine alsacienne et juive, susciteraient jalousie et méfiance[5].

En septembre 1894, la section de « statistique »[a] (en réalité le service d'espionnage et de contre-espionnage de l'armée), soustrait à l’ambassade d'Allemagne un bordereau révélant qu'il existe un traître dans l'armée française. Alfred Dreyfus, dont l'écriture ressemble à celle du bordereau, apparaît rapidement comme le suspect idéal pour plusieurs raisons : les ambitions politiques et la crainte d'être « débarqué » du ministre de la Guerre Auguste Mercier[7] et l'antisémitisme de l'état-major et singulièrement du service de « statistique ».

Procès et condamnation de 1894

 
Les deux cases occupées par Dreyfus à l'île du Diable.

Le 15 octobre, il est arrêté et incarcéré à la prison du Cherche-Midi pour espionnage au profit de l'Allemagne. Il passe en conseil de guerre à Paris le  ; le procès se déroule à huis clos. Dreyfus est défendu par un avocat pénaliste talentueux, Edgar Demange, de confession catholique, choisi par son frère Mathieu. Cet avocat tente de démontrer à la Cour l'insuffisance des charges pesant sur l'accusé puisque les différentes expertises en écritures produites se contredisent ; l'une de celles-ci a été effectuée par Bertillon.

Mais, contre toute attente[8], Dreyfus est condamné le 22 décembre à l'unanimité pour trahison, « à la destitution de son grade, à la dégradation militaire, et à la déportation perpétuelle dans une enceinte fortifiée », c'est-à-dire au bagne en Guyane. Il n'est pas condamné à mort, cette peine ayant été abolie pour les crimes politiques depuis 1848.

Pour les autorités, la presse et le public, les quelques doutes d'avant procès sont dissipés. Son cas est évoqué devant la Chambre des députés et il ne trouve alors aucun défenseur, pas même en la personne de Jean Jaurès qui le condamne à la tribune ou de Clemenceau, les deux soulignant que la peine de mort venait d'être appliquée à un jeune soldat insolent en vertu du Code de justice militaire[9].

Dégradation

Alfred Dreyfus est dégradé le dans la cour d'honneur de l'École militaire de Paris devant une foule haineuse tenue à distance qui crie notamment « À mort Judas ! Mort au juif ! »[10].

Léon Daudet, polémiste antisémite, qui assista à la dégradation de Dreyfus, en fit cette relation dans Le Figaro du 6 janvier 1895 :

« […] Près de nous il trouve encore la force de crier « Innocent ! » d'une voix blanche et précipitée. Le voici devant moi [...] l’œil sec, le regard perdu vers le passé, sans doute puisque l'avenir est mort avec l'honneur. Il n'a plus d'âge. Il n'a plus de nom. Il n'a plus de teint. Il est couleur traître. Sa face est terreuse, aplatie et basse, sans apparence de remords, étrangère à coup sûr, épave de ghetto. Une fixité d'audace têtue subsiste, qui bannit toute compassion. C'est sa dernière promenade parmi les humains et l'on dirait qu'il en profite, tant il se domine et brave l'ignominie. C'est un terrible signe que cette volonté n'ait pas sombré dans la boue, qu'il n'y ait eu ni effondrement ni faiblesse. […] »

Déportation et détention à l'île du Diable (Guyane)

 
Dreyfus dans sa maison à l'île du Diable, 1898 (Stéréoscopie vendue par F. Hamel, Altona-Hambourg, collection Fritz Lachmund).

Le , Alfred Dreyfus est embarqué sur le Ville-de-Saint-Nazaire, qui accoste à l'île Royale le 8 mars. Gardé secrètement sur l'île Royale, il pose pied sur l'île du Diable cinq jours plus tard.

Les conditions de détention sont pénibles : il est surveillé jour et nuit par des gardiens relevés toutes les deux heures. Il a interdiction de parler à ses geôliers, qui ne peuvent à leur tour lui parler. Sa liberté de mouvement est limitée aux 200 mètres à découvert entourant la case, local de 4 m sur 4 m, où il loge. Lucie, son épouse, n'est pas autorisée à le rejoindre contrairement aux lois de 1872 et 1873[11]. Le climat équatorial est particulièrement éprouvant, chaleur et sécheresse alternant avec des pluies torrentielles.

À partir du 14 avril 1895, le prisonnier tient son journal mais l'interrompt le 10 septembre 1896 « tellement las, tellement brisé de corps et d'âme »[12].

En septembre 1896, la nouvelle de son évasion, répandue par la presse britannique à l'instigation de Mathieu Dreyfus pour que son frère ne tombe pas dans l’oubli, est reprise par les journaux français mais démentie le lendemain. Néanmoins, par précaution, le ministre des Colonies, André Lebon, ordonne de faire construire une double palissade autour de sa case et de le faire mettre aux fers, la nuit, du 6 septembre au 20 octobre 1896[13]. De jour comme de nuit, Dreyfus est consigné dans sa case.

Sa santé et son moral déclinent rapidement. Le bagnard Charles Benjamin Ullmo, qui occupe la case après Dreyfus, raconte que celui-ci disait parler aux requins et que ceux-ci venaient à l'appel. Il dort avec l'aide de calmants prescrits par le médecin des îles, écrit à sa femme, à son frère, au général de Boisdeffre, chef d'état-major des armées, au président de la République, alors que sa correspondance est inspectée minutieusement. Dans ses lettres, Dreyfus défend constamment son honneur, clame son innocence, demande la réouverture de l'enquête. Le courrier lui arrive avec deux mois de retard, certaines de ses lettres ne parviennent pas à sa femme et certaines lettres de son épouse ne lui sont pas transmises : elles sont, à partir de mars 1897, recopiées par « une main banale »[14]. Il remplit ses cahiers du nom de sa femme et de figures géométriques[réf. nécessaire]. Tenu dans l'ignorance complète des progrès concernant son dossier, il n'essaie toutefois jamais de s'évader ou de tenter une quelconque violence à l'encontre des autorités du bagne.

« L'Affaire »

 
Caricature d'Alfred Dreyfus par V. Lenepveu dans le Musée des Horreurs (1899).

En mars 1896, le lieutenant-colonel Georges Picquart, devenu chef du service de renseignements (section de statistique) en juillet 1895, intercepte un document, le « petit bleu », qui ne laisse aucun doute sur les accointances de son auteur, le commandant Esterhazy, avec l'ambassade d'Allemagne. Il découvre par ailleurs que le dossier secret comportant des pièces couvertes par le secret militaire, communiqué au conseil de guerre pendant le délibéré, à l'insu de la défense, est vide de preuves.

L'affaire Dreyfus naît à ce moment-là, à la suite de l'acquittement du véritable traître, Ferdinand Walsin Esterhazy, au moment où Émile Zola publie « J'accuse…! » dans l’Aurore du , une lettre adressée au président Félix Faure où il affirme que Dreyfus est innocent. L'État engage alors un très médiatisé procès en diffamation à rebondissements, au terme duquel Émile Zola est condamné au maximum de la peine. L'Affaire éclate alors au grand jour et divise les grands courants politiques de l'époque en clans « dreyfusards » et « anti-dreyfusards »[15],[16],[17].

Parmi les autres défenseurs d'Alfred Dreyfus se situe notamment l'écrivain Charles Péguy, dont la librairie Bellais, qu'il fonde en 1898 avec l'argent de son épouse, sert de quartier général aux « dreyfusards » du Quartier latin[18] ; d'autres dreyfusistes se réunissaient ailleurs car « le dreyfusisme fut éclaté, hétérogène voire hétéroclite et eut au moins une dizaine de ces quartiers généraux : la rédaction de L’Aurore, celles des Figaro, des Droits de l’Homme, du Journal du Peuple, du Radical, de La Revue blanche, la librairie Stock, le bureau de Lucien Herr, etc.[19] ».

Son cas, à nouveau évoqué à la Chambre des députés, provoque un scandale dans le cadre de crises ministérielles. Les « preuves » produites par le ministre de la Guerre devant la Chambre se révèlent être des faux commis par les militaires. L'auteur de ces fausses pièces, le colonel Henry, interrogé par le ministre de la Guerre Godefroy Cavaignac le 30 août 1898, reconnaît les faits. Mis en état d'arrestation, il est emprisonné au fort du Mont Valérien le jour même. Le lendemain matin, il est retrouvé mort dans sa cellule, couvert de sang, la gorge ouverte, un rasoir à la main[20].

Procès de Rennes et seconde condamnation

 
Ouverture des débats au second procès du capitaine Alfred Dreyfus devant le conseil de guerre de Rennes en août 1899.

Après l'arrêt de la Cour de cassation annulant le premier jugement, Dreyfus est rapatrié pour être jugé par un second conseil de guerre, à Rennes. Le procès public débute le  ; Alfred Dreyfus y comparait physiquement affaibli. Maurice Barrès qui assiste au procès, retient un instant son fiel antisémite et dresse ce portait de Dreyfus :

« Toute la salle bougea d'horreur et de pitié mêlées quand Dreyfus parut. Sa figure mince et contractée ! […] ce pauvre petit homme qui, chargé de tant de commentaires, s'avançait avec une prodigieuse rapidité. Nous ne sentîmes rien à cette minute qu'un mince flot de douleur qui entrait dans la salle. On jetait en pleine lumière une misérable guenille humaine. Une boule de chair vivante, disputée entre deux camps de joueurs et qui depuis six ans n'a pas eu une minute de repos, vient d'Amérique rouler au milieu de notre bataille. Mais déjà Dreyfus a gravi les trois marches de l'estrade, la nouvelle station de son calvaire[21] […] »

Le 9 septembre, le jury le reconnaît à nouveau coupable de trahison, mais lui accorde le bénéfice de circonstances atténuantes et le condamne à dix ans de détention. Dreyfus, sur le conseil de ses avocats, signe alors une demande de pourvoi en cassation. Son état de santé fait craindre à certains de ses proches les conséquences d'une nouvelle détention. Après un débat qui divise les chefs de file des dreyfusards (Clemenceau, Jaurès, Millerand…), Mathieu Dreyfus convainc son frère de renoncer à son pourvoi en cassation et de signer un recours en grâce. Le 19 septembre, le président de la République, Émile Loubet, gracie Alfred Dreyfus. Mais le combat pour la reconnaissance de son innocence n'est pas terminé pour autant[22].

« Alfred Dreyfus n'est pas un héros »

La grâce de Dreyfus ouvre la voie à l'apaisement des esprits. Une loi d'amnistie concernant « tous les faits criminels ou délictueux connexes à l'affaire Dreyfus ou ayant été compris dans une poursuite relative à l'un de ces faits », excepté le jugement de Dreyfus - qui peut ainsi poursuivre sa demande de révision - est votée par le Parlement en décembre 1900[23].

Mais la grâce obtenue, la liberté acquise et le retour à la vie ordinaire retirent à Dreyfus le statut de martyr dont l'avaient paré les dreyfusards. Il attire sur sa personne les rancœurs de certains d'entre eux (Labori, Picquard, Péguy…), qui n'acceptent pas qu'il ait privilégié sa vie privée au combat emblématique pour la justice. Il lui est reproché d'avoir négocié la grâce avec le gouvernement Pierre Waldeck-Rousseau et de ne pas manifester assez de reconnaissance envers ceux qui se sont engagés pour lui. Pour plusieurs personnalités, il n'est plus un innocent persécuté supportant avec stoïcisme son martyre, mais a renoncé à être un symbole en restant en dessous de la cause qu'il représentait[24].

Réhabilitation

Cependant, Alfred Dreyfus souhaite toujours se pourvoir en cassation mais a besoin pour ce faire qu'apparaissent des faits nouveaux non établis au procès de Rennes. Les 6 et 7 avril 1903, Jean Jaurès qui mène le combat à la Chambre des députés, en donnant lecture d'une lettre du général de Pellieux datée du 31 août 1898, est interrompu par le président du Conseil de l'époque, Henri Brisson, qui en séance, affirme que le gouvernement n'en avait pas eu connaissance. Le fait nouveau est là, le général André, ministre de la Guerre, est chargé de mener une enquête. Alfred Dreyfus dépose une requête en révision le 25 novembre 1903. La chambre criminelle de la Cour de cassation rassemble les pièces du dossier et les examine jusqu'au 19 novembre 1904. De plus, deux rapports sont remis à la chambre criminelle, l'un sur un faux du commandant Henry et l'autre sur l'expertise graphologique de Bertillon. Le travail d'enquête est terminé le 14 mai 1905. Il ne reste qu'à statuer. Il est décidé de ne le faire qu'après les élections législatives de mai 1906. Le marathon judiciaire ne prend fin que le [25],[26],[27], lorsque les chambres réunies de la Cour de cassation rendent l'arrêt suivant :

« Attendu en dernière analyse que de l'accusation portée contre Dreyfus rien ne reste debout,
Et que l'annulation du jugement du Conseil de guerre ne laisse rien subsister qui puisse, à charge, être qualifié de crime ou délit ;
Attendu dès lors que, par application du paragraphe final de l'article 445 du code d'instruction criminelle, aucun renvoi ne doit être prononcé ;
Par ces motifs,
Annule le jugement du Conseil de guerre de Rennes, qui le 9 septembre 1899, a condamné Dreyfus à dix ans de détention et à la dégradation militaire […] ;
Dit que c'est par erreur et à tort que cette condamnation a été prononcée ; [...] »

Alfred Dreyfus est ensuite réintégré dans l'armée avec le grade de chef d'escadron et est nommé chevalier de la Légion d'honneur, le [28]. Il est décoré au cours d'une cérémonie officielle dans la cour de l'École militaire où la troupe lui rend les honneurs. Le 25 juillet, il est présenté au président de la République, Armand Fallières et l'informe de son intention de prendre sa retraite[29].

Après la réhabilitation

Toutefois, son ancienneté mal calculée ne lui donne pas le rang qu'il aurait dû avoir. Alfred Dreyfus nommé commandant de l'artillerie pour l'arrondissement de Saint-Denis, le 15 octobre 1906, tente quelques démarches auprès du président du Conseil, Georges Clemenceau, et du ministre de la Guerre, le général Picquart, pour obtenir le grade de lieutenant-colonel, auquel il aurait pu prétendre si son temps de détention avait été intégré à son ancienneté de service, sans succès[30]. Il fait alors valoir ses droits et est mis à la retraite, le 25 octobre 1907[31].

En 1908, il est victime d'un attentat par balles et blessé au bras lors de la cérémonie de transfert au Panthéon des cendres d'Émile Zola, son défenseur[32]. L'auteur de l'attentat, Louis Grégori, est acquitté, lors de son procès[33].

Il est mobilisé pendant la Première Guerre mondiale, en tant que chef d'escadron d'artillerie de réserve, affecté à l'état-major de l'artillerie du camp retranché de Paris puis à partir de 1917 au parc d'artillerie de la 168e division et participe aux combats du Chemin des Dames et de Verdun. En septembre 1918, il est élevé au grade de lieutenant-colonel. Le , il est promu officier de la Légion d'honneur[28].

Après la Grande Guerre, prématurément vieilli, il mène une vie paisible dans son appartement parisien entouré de ses proches. Souffrant pendant plusieurs mois, il part en Suisse se faire opérer ; à son retour, il reste alité, soigné par son gendre médecin, et meurt le 12 juillet 1935. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse. Il survécut à tous ceux qui l'avaient soutenu : Auguste Scheurer-Kestner, le premier à être convaincu de son innocence, est mort en 1899, Émile Zola en 1902, Bernard Lazare en 1903, le général Picquart en janvier 1914, Jean Jaurès assassiné le 31 juillet 1914, Charles Péguy tué au combat, le 5 septembre 1914, Fernand Labori, l'un de ses avocats au procès de Rennes, en 1917, Joseph Reinach en 1921, Anatole France en 1924, Edgar Demange, son avocat tout au long de l'affaire, en 1925, Georges Clemenceau en 1929, Mathieu Dreyfus, le « frère admirable », en 1930. Quant au véritable espion, Esterhazy, réfugié en Angleterre sous une fausse identité, il meurt en 1923.

Peu de temps avant sa mort, Alfred Dreyfus avait résumé ainsi sa vie à son petit-fils : « Je n'étais qu'un officier d'artillerie, qu'une tragique erreur a empêché de suivre son chemin[34]. »

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Publications

  • Alfred Dreyfus, Lettres d'un innocent, Stock, (Lire sur Gallica).
  • Alfred Dreyfus, Cinq années de ma vie, Paris, Fasquelle, (en ligne : facsimile de la première édition, ebook sur Gutemberg).
  • Alfred Dreyfus, Carnets 1899-1907, Paris, Calmann-Lévy, .
  • Alfred Dreyfus officier en 14-18 - Souvenirs, lettres et Carnets de guerre, Georges Joumas, Regain de lecture, 2011
  • Alfred Dreyfus, Lettres à la marquise, Paris, Grasset, 2017.
  • Alfred Dreyfus citoyen, De la réhabilitation à la Grande Guerre 1906-1914, Georges Joumas, Regain de lecture, 2018

Décorations

Hommages

Une statue d’Alfred Dreyfus par Tim, installée en 1988 au jardin des Tuileries, a été transférée à la place Pierre-Lafue, voie située entre le boulevard Raspail et les rues Notre-Dame-des-Champs et Stanislas, où elle a été inaugurée le . Une réplique de cette œuvre a été inaugurée par Ron Huldai, maire de Tel Aviv-Yafo et Anne Hidalgo, maire de Paris le [35].

Une statue, œuvre de la sculptrice Sylvie Koechlin, est érigée en 2016 à Mulhouse, Square Steinbach, à deux pas de la maison familiale où il a grandi[36].

En Guyane une tour télégraphe a été baptisée à son nom, la Tour Dreyfus.

La promotion 1995 de l’École nationale de la magistrature française a pris le nom « Alfred Dreyfus » comme nom de baptême de promotion.

En 1997, son petit-neveu, le chanteur Yves Duteil, lui rend hommage dans une chanson appelée « Dreyfus »[37].

Le transfert de ses cendres au Panthéon a été envisagé, mais Jacques Chirac a indiqué le y avoir renoncé. En effet, malgré de nombreux soutiens, il a été estimé que Dreyfus était d’abord une victime, et que, si héros il devait y avoir dans l’Affaire, c'était Zola, déjà au Panthéon. Robert Badinter, le CRIF, la Ligue des droits de l'homme sont également de cet avis[38]. Le , une cérémonie d'hommage solennel fut organisée à l'École militaire en présence du président de la République Jacques Chirac entouré du Premier ministre et de plusieurs membres du gouvernement.

Sa ville natale, Mulhouse, a décidé de consacrer l'année 2016 à Alfred Dreyfus. Toute une série de manifestations sont organisées tout au long de l'année par la municipalité en lien avec les acteurs historiques, culturels et associatifs mulhousiens[39].

En matière d'odonymie, il existe, en France, de nombreuses voie publiques baptisées Alfred Dreyfus ou Capitaine Dreyfus comme à Vénissieux, Saint-Étienne, Saint-Cyr-l'École, Panazol, Niort, Bouguenais, Saint-Jacques-de-la-Lande, Montreuil, La Roche-sur-Yon, La Chapelle-sur-Erdre, Valence, Montpellier, Pérols, Poitiers, Ramonville-Saint-Agne, Alfortville, Mulhouse, Blotzheim, Rennes ou Bourges. Il y a également un collège Capitaine Dreyfus à Rixheim.

Notes et références

Notes

  1. La section de « statistique » avait été créée, après la défaite de 1871, au sein de l'état-major, c'était en réalité un service d'espionnage et de contre-espionnage. Ce bureau était rattaché administrativement au 2e bureau mais dépendait, dans les faits, directement du chef d'état-major[6].

Références

  1. « Alfred Dreyfus : arbre généalogique », sur Dréfus réhabilité (Ministère français de la Culture) (consulté le 21 septembre 2017)
  2. a b c et d Jean-Denis Bredin, L'Affaire, Paris, Juillard, 1983 pp. 20 à 28 (ISBN 2-7 242-2 068-4)
  3. « Fiche matricule d'Alfred Dreyfus », sur le site de la bibliothèque de l'École polytechnique.
  4. Vincent Duclert, Alfred Dreyfus : l'honneur d'un patriote, Paris, Fayard, , 1259 p. (ISBN 978-2-213-62795-3 et 2-213-62795-9, OCLC 67610241), p. 40-42
  5. Jean-Denis Bredin, L'Affaire, Paris, Juillard, 1983 p. 28 (ISBN 2-7 242-2 068-4)
  6. Jean-Denis Bredin, L'Affaire, Paris, Juillard, 1983 p. 49 (ISBN 2-7 242-2 068-4)
  7. Philippe Oriol 2014, p. 20-26
  8. Philippe Oriol 2014, p. 112
  9. Jean-Denis Bredin, L'Affaire, Paris, Juillard, 1983 p. 100 (ISBN 2-7 242-2 068-4)
  10. Jean-Denis Bredin, L'Affaire, Paris, Juillard, 1983 p. 12 (ISBN 2-7 242-2 068-4)
  11. Jean-Denis Bredin, L'Affaire, Paris, Juillard, 1983 p. 128 (ISBN 2-7 242-2 068-4)
  12. Jean-Denis Bredin, L'Affaire, Paris, Juillard, 1983 p. 126 (ISBN 2-7 242-2 068-4)
  13. Philippe Oriol 2014, p. 168-193 et 248-269
  14. Jean-Denis Bredin, L'Affaire, Paris, Juillard, 1983 p. 203 (ISBN 2-7 242-2 068-4)
  15. Bredin 1993.
  16. Duclert 2006, p. ?.
  17. Marcel Thomas, L'Affaire sans Dreyfus, Genève, Fayard - Idégraf, .
  18. Pierre Peyrard, Les Chrétiens et l'Affaire Dreyfus, Les l'Atelier / Les Éditions Ouvrières, , 216 p., pages 132 à 136 notamment.
  19. « Reconsidérations à propos de Charles Péguy, Bernard Lazare et l’affaire Dreyfus », sur Société internationale d’histoire de l’affaire Dreyfus, (consulté le 11 octobre 2019).
  20. Le chef d'escadron Walter, commandant du Mont-Valérien, « Annonce du suicide du lieutenant colonel Henry, chef d'escadron du Mont-Valérien », Document militaire, sur dreyfus.culture.fr, Centre historique des Archives nationales, (consulté le 21 septembre 2017)
  21. Maurice Barrès, Scènes et Doctrines du nationalisme, Félix Guven, 1902
  22. Jean-Denis Bredin, L'Affaire, Paris, Julliard, 1983 p. 394 à 398 (ISBN 2-7 242-2 068-4)
  23. Jean-Denis Bredin, L'Affaire, Paris, Julliard, 1983 p. 404 (ISBN 2-7 242-2 068-4)
  24. Jean-Denis Bredin, L'Affaire, Paris, Juillard, 1983 p. 401 (ISBN 2-7 242-2 068-4)
  25. Philippe Oriol 2014, p. 973-1051
  26. Arrêt de la Cour de cassation du 12 juillet 1906, [1], [2].
  27. Guy Canivet, « La Cour de cassation dans l'affaire Dreyfus », allocution d’ouverture au colloque organisé à Rennes, les 23 et 24 mars 2006, par la Ville de Rennes, le Musée de Bretagne, l’Association des amis du Musée de Bretagne et la Société internationale d’histoire de l’Affaire Dreyfus.
  28. a et b « Alfred Dreyfus », base Léonore, ministère français de la Culture
  29. Jean-Denis Bredin, L'Affaire, Paris, Juillard, 1983 pp. 441 à 444 (ISBN 2-7 242-2 068-4)
  30. Philippe Oriol 2014, p. 1112-1119
  31. Jean-Denis Bredin, L'Affaire, Paris, Juillard, 1983 p. 445 (ISBN 2-7 242-2 068-4)
  32. « Quatre héros de la Résistance entrent au Panthéon », sur www.lavoixdunord.fr, (consulté le 14 avril 2016).
  33. Philippe Oriol, L'Histoire de l'affaire Dreyfus de 1894 à nos jours, Paris, Les belles Lettres, 2014, p. 1093-1095
  34. Jean-Denis Bredin, L'Affaire, Paris, Juillard, 1983 p. 447 (ISBN 2-7 242-2 068-4)
  35. Le Figaro, 26 novembre 2018
  36. L'Écho Mulhousien, mars 2014, page 45.
  37. « Dreyfus (paroles d'Yves Duteil) »
  38. Le Monde, 7 juillet 2006.
  39. « Mulhouse inaugure l'année Alfred Dreyfus », sur lefigaro.fr (consulté le 7 mai 2017)

Voir aussi

Bibliographie

Filmographie

Articles connexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes