Ouvrir le menu principal

L'intérieur de la prison du Bagne, sur l'île royale
Image illustrative de l’article Bagne de la Guyane française
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Guyane
Coordonnées 5° 17′ nord, 52° 35′ ouest

Géolocalisation sur la carte : Guyane

(Voir situation sur carte : Guyane)
L'intérieur de la prison du Bagne, sur l'île royale

On a coutume de ne parler que d'un seul bagne de la Guyane française (ou « bagne guyanais »), mais il se compose de plusieurs camps et pénitenciers.

Liste des camps et pénitenciersModifier

Histoire du bagne guyanaisModifier

  • Juillet 1795, les révolutionnaires Billaud-Varenne et Collot d'Herbois sont déportés en Guyane.
  • 1797, 16 autres révolutionnaires sont déportés.
  • 30 mai 1854, un décret, légiférant sur les travaux forcés, est signé par Napoléon III. Il précisait l’exécution de la peine des travaux forcés et instaurait le principe de la double peine : tout individu condamné à moins de huit années de travaux forcés était tenu, à l’expiration de sa peine, de résider pendant un temps égal à la durée de sa condamnation. Si la peine était supérieure à huit ans, il devait y résider à vie.
  • 12 mars 1898, le capitaine Dreyfus arrive au bagne, transféré depuis l'île du Diable.
  • juin 1899, départ de Dreyfus pour la France (Révision du procès).
  • En 1923, le journaliste Albert Londres se rend au bagne de Cayenne. Décrivant les horreurs de ce qu'il voit, son reportage suscite de vives réactions dans l'opinion mais aussi au sein des autorités pour l'amélioration des conditions de détention.
  • Le 14 septembre 1924, Londres écrit dans Le Petit Parisien que le bagne est supprimé, mais la réalité est tout autre : le cachot est supprimé, les peines de cellules réduites, la nourriture améliorée, des salaires sont octroyés et les forçats sont désormais séparés en fonction de la gravité de leur peine, mais le bagne existe toujours.
  • Dès 1930, l'officier de l'Armée du salut Charles Péan publie "Terre de bagne", le premier d'une série de témoignages dans une campagne d'opinion pour l'abolition du bagne.
  • 17 juin 1938, décret-loi ordonnant la suppression de la déportation en Guyane à la l'initiative du guyanais Gaston Monnerville, Sous-Secrétaire d’État aux Colonies.
  • Pendant la Deuxième Guerre mondiale, près de la moitié des bagnards meurent de malnutrition ou de mauvais traitements.
  • 17 août 1946, cent quarante-cinq détenus sont rapatriés de Guyane à Marseille.
  • Les derniers bagnards rapatriés quittent la Guyane le 1er août 1953. Au total, plus de 3 000 rapatriés ont quitté la Guyane depuis 1946 par groupe de 200 à 300 sur le navire affrété par l’Armée du salut.

Détenus célèbresModifier

 
Alfred Dreyfus

Notes et référencesModifier

  1. « Mystères d’archives | ARTE », sur Programmes ARTE (consulté le 12 novembre 2015)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

AnecdotesModifier

L'expression « la quille » dans le jargon militaire viendrait du fait que les bagnards autorisés à rentrer en France faisaient le voyage de retour sur un bateau appelé La Quille. Par extension, elle passa dans le langage des appelés au service national pour exprimer l'idée du retour à la vie civile normale.

BibliographieModifier

  • Cayenne, matricule 51793 / Bande-dessinée de Stéphane Blanco et Laurent Perrin, 2013, (ISBN 978-2-9545678-0-8)
  • Jean-Claude Michelot, La guillotine sèche : Histoire du bagne de Cayenne, Paris, Fayard, 1981, 361p. (ISBN 2-2130-1105-2)
  • Jean-Pierre Fournier, Vision du bagne : la vie des forçats, de St-Martin-de-Ré à la Guyane, Paris, éd. du Pélican, 1989, 156 p - Vilo Guyane Presse Diffusion
  • Philippe Lartin, Mémorial du bagne de la Guyane, éd. Orphie, 1988, 5 vol. 204 p., 199 p., 207 p., 192 p., 192 p.; ill. - (ISBN 2-9502-0991-2)
  • Maurice Alhoy, Les bagnes : histoires, types; mœurs, mystères, Paris, Gustave Havard, Dutertre et Michel Lévy Frères, (lire en ligne)
  • Auguste Liard-Courtois, Après le bagne !, Paris, Fasquelle, , 328 p. (lire en ligne)
  • Laviol, H., Les Mystères du bagne ou Blondel le condamné innocent, Genève, J. Meyer, 18??, 1360 p. (lire en ligne)
  • Mireille Maroger, Bagne, Paris, Denoël, , 241 p. (lire en ligne)
  • Maurice Alhoy, Les bagnes : histoires, types; mœurs, mystères, Paris, Gustave Havard, Dutertre et Michel Lévy Frères, (lire en ligne)
  • André-Daniel Laffon de Ladébat, Journal de ma déportation à la Guyane française, Paris, Société d’éditions littéraires et artistiques, , 382 p. (lire en ligne)
  • François Barbé de Marbois, Journal d’un déporté non jugé, ou déportation en violation des lois, décrétée le 18 fructidor an V, t. 1, Paris, Chatet, Fourcier J., , 275 p. (lire en ligne)
  • François Barbé de Marbois, Journal d’un déporté non jugé, ou déportation en violation des lois, décrétée le 18 fructidor an V, t. 2, Paris, Chatet, Fourcier J., , 328 p. (lire en ligne)
  • Michel Pierre, Le temps des bagnes, 1748-1953, Tallandier, 2017.

FilmsModifier

Liens externesModifier