Stephen Hendry

joueur de snooker écossais

Stephen Hendry
Image illustrative de l’article Stephen Hendry
Stephen Hendry au Classique Paul Hunter 2011.
Fiche d'identité
Nom complet Stephen Gordon Hendry
Surnom « The King of the Crucible »
« The Golden Boy »
Nationalité Drapeau de l'Écosse Écossaise
Date de naissance
Lieu de naissance Édimbourg, Écosse
Professionnel 1985 à 2012, 2020 à nos jours
Meilleur classement 1er (9 saisons)
Gains 8,097,000 £
Break le plus élevé 147 (11 fois)
Centuries 775
Victoires en tournois (par type)
Championnat du monde 7 fois (1990, 1992, 1993, 1994, 1995, 1996,1999)
Classés 36
Non classés 39
Dernière mise à jour : 25/08/2020

Stephen Gordon Hendry, né le 13 janvier 1969, est un joueur de snooker écossais professionnel de 1985 à 2012, et commentateur actuel pour la BBC et ITV.

Il a remporté sept fois le plus prestigieux tournoi de snooker, le championnat du monde, un record dans l'ère moderne, et détient le record du nombre de saisons passées en tant que n°1 mondial (neuf saisons). Son premier titre mondial gagné en 1990, à l'âge de 21 ans, a fait de lui le plus jeune champion du monde de tous les temps, un record qu'il détient toujours[1]. Hendry a également remporté six titres de Masters (dont cinq consécutifs), et cinq titres de champion du Royaume-Uni. Son total de 18 victoires dans les tournois de la triple couronne n'est dépassé que par les 19 de Ronnie O'Sullivan. Hendry est l'un des trois seuls joueurs à avoir remporté les trois tournois de la triple couronne en une seule saison, et le seul à avoir réussi l'exploit à deux reprises, lors des saisons 1989-1990 et 1995-1996[2],[3]. Jusqu'à août 2020, il codétient le record du nombre de victoires sur des tournois classés avec O'Sullivan, mais ce dernier le double en remportant un 37e titre de classement au championnat du monde 2020[4]. Ayant construit son palmarès à la fin du XXe siècle, il est reconnu comme le joueur dominant des années 1990, successeur de Steve Davis qui à dominé les années 1980.

Il est un constructeur de breaks prolifique, ayant enregistré un total de 775 centuries en carrière, parmi lesquels 11 breaks maximums officiellement reconnus en compétition professionnelle[5].

Il est décoré de l'Ordre de l'Empire britannique en 1994, et a été élu personnalité sportive écossaise de l'année en 1987 et 1996[6].

En mai 2012, après avoir participé à son 27e championnat du monde consécutif, il annonce sa retraite, mettant ainsi fin à son record de 23 saisons consécutives dans les 16 premiers du classement mondial.

Il évolue maintenant en tant que commentateur pour la BBC et ITV, et dispute la tournée mondiale seniors. En septembre 2020, la fédération internationale lui propose une invitation pour jouer au niveau professionnel ; invitation qu'il accepte après plusieurs mois d'entrainement et des matchs prometteurs en senior[7].

BiographieModifier

Hendry est né à South Queensferry, West Lothian, a grandi à Gorgie, Edimbourg, puis à Dalgety Bay, Fife[8], où il a fréquenté le lycée Inverkeithing[9]. Il est ensuite retourné à South Queensferry à l'âge de quatorze ans, et a d'ailleurs vécu dans un appartement de Queensferry au début de sa carrière professionnelle.

Il a rencontré sa future femme Mandy Tart dans un camp de vacances de Pontins à l'âge de 16 ans. Le couple s'est marié en 1995 et s'est installé à Auchterarder. Ils ont deux fils, Blaine (né en 1996) et Carter (né en 2004). En 2014, Hendry a quitté sa femme après 19 ans de mariage et s'est installé en Angleterre pour poursuivre une relation avec l'artiste et actrice Lauren Thundow, âgée de 26 ans, qu'il avait rencontrée l'année précédente lors d'un événement de snooker[10],[11].

Professionnel dès 1985, il grave son empreinte au snooker à jamais, remportant un total de 36 tournois classés, dont sept titres de champion du monde. Egalement vainqueur du Masters de snooker à six reprises, il compte 18 victoires sur les tournois de la triple couronne. Cette régularité lui vaut la réputation de « joueur des années 90 », lui qui a été numéro un mondial pendant neuf saisons, dont huit consécutives (de 1990 à 1998). Il est aussi un grand exemple de longévité ; il passe 23 saisons dans le top 16 du classement mondial, avant de se retirer du jeu en 2012.

Il est passionné de poker et de football[12].

À son retour en Écosse après l'Open de Thaïlande en septembre 2003, Hendry a cassé sa queue de billard. Cette queue, qu'il possédait depuis l'âge de 14 ans, l'ayant achetée pour 40 livres sterling, était celle qu'il avait utilisée pour remporter ses sept titres mondiaux. Depuis les attentats du 11 septembre 2001, les joueurs de snooker sont tenus de placer leur queue dans les soutes des avions, où elle est susceptible d'être endommagée[13].

Malgré son retrait du jeu en 2012, Stephen Hendry continue de s'investir dans sa discipline, commentant très régulièrement les matchs sur les antennes de la BBC et de ITV.

Il joue encore au snooker sur la tournée mondiale seniors. En 2020, il explique vouloir peut-être envisager un retour à la compétition sur le circuit de snooker professionnel[14].

CarrièreModifier

Débuts et période amateur (1981-1985)Modifier

Hendry commence à jouer au snooker en 1981, à l'âge de 12 ans, lorsque son père, Gordon, lui achète une table de snooker pour enfants comme cadeau de Noël[15]. Deux ans plus tard, il remporte le championnat écossais dans la catégorie des moins de 16 ans. L'année suivante, il remporte le championnat amateur écossais et devient aussi le plus jeune participant au championnat du monde amateur.

En 1985, après avoir conservé le titre de champion d'Écosse en amateur, il devient professionnel. À 16 ans et trois mois, il est le plus jeune professionnel de tous les temps.

A noter que les trois seuls tournois amateurs remportés par Hendry ont lieu en Écosse.

Premières années professionnelles (1986-1988)Modifier

En 1986, il devient le plus jeune joueur à se qualifier pour le championnat du monde, un record qu'il détiendra jusqu'en 2012, lorsque Luca Brecel se qualifiera à l'âge de 17 ans et un mois. Il perd contre Willie Thorne, qui applaudit la prestation de Hendry à la fin du match. Associé à Mike Hallett, il remporte le championnat du monde en double de cette année-là. Hendry remporte également le championnat d'Écosse professionnel en 1986, 1987 et 1988.

En 1987, il va jusqu'en quart du mondial, ne s'inclinant que contre le tenant du titre, Joe Johnson (13-12). Hendry devient ainsi à 18 ans le plus jeune joueur à remporter un match sur cette compétition (record encore actuel).

Au cours de la saison 1987-1988, Hendry remporte ses premiers titres majeurs, le Grand Prix, en battant Dennis Taylor, 10 manches à 7 en finale[16], et l'Open de Grande-Bretagne de 1988. À la fin de cette saison, il est classé no 4 mondial, et est élu personnalité sportive écossaise de l'année.

Champion du monde, numéro un mondial et domination du snooker international (1989-1998)Modifier

Premier titre de champion du monde et première place mondialeModifier

La saison 1989-1990 marque le début de la période de domination de Hendry. Cette saison-là, il remporte le championnat britannique, le Classique de Dubaï, l'Open d'Asie, le Masters d'Écosse, le Masters[17] et surtout son premier championnat du monde, en battant Jimmy White 18 manches à 12 en finale, ce qui l'élève au sommet du classement mondial à l'âge de 21 ans[18].

20 nouveaux titres classés, dont cinq de champion du monde (1990-1996)Modifier

 
Stephen Hendry, l'homme des années 1990.

La saison suivante, il établit un record de cinq titres majeurs en une saison (championnat du Royaume-Uni, Classique de Dubai[19], Open d'Asie[20], Open de Grande-Bretagne[21] et Grand Prix[22]) et réalise un triplé au Masters, en battant Mike Hallett 9 manches à 8 en finale, après être revenu de 7-0 et 8-2. Cependant, Hendry ne parvient pas à conserver son titre mondial, s'inclinant en quarts de finale face à Steve James.

Au cours de la saison 1991-1992, Hendry reconquiert le titre mondial, en remportant 10 manches d'affilée en finale, pour battre White 18 à 14. Il remporte également le Masters et réalise son premier break de 147 en compétition, dans la Ligue. Il remporte aussi le titre au Pays de Galles et au Grand Prix, pour la deuxième année consécutive. Cette nouvelle saison très réussie lui permet de se maintenir au sommet du classement de son sport.

Un an plus tard, il renouvelle son titre de champion du monde, et gagne un cinquième titre consécutif au Masters. Un peu plus tôt dans la saison, Hendry avait remporté pour la première fois de sa carrière l'Open international[23]. Comme l'année précédente, Hendry termine numéro un mondial.

La saison suivante, il conserve le titre de champion du monde, battant de justesse Jimmy White 18 manches à 17 en finale[24]. Au cours de cette saison 1993-1994, Hendry est sacré pour la première fois à l'Open d'Europe qui se déroule à Anvers[25]. Stephen Hendry s'adjugeait déjà un peu plus tôt dans la saison un troisième titre à Dubai. En 1994, Stephen Hendry affronte Ronnie O'Sullivan en finale du Challenge de charité de Liverpool. Le match, disputé au meilleur des 17 frames, voit Hendry prendre une avance de 6-1 et de 8-2, avec des breaks de 110, 129 et 136. O'Sullivan remporte les 6 manches suivantes pour égaliser le match à 8-8. Dans la dernière manche, Hendry réalise un break maximum de 147, pour remporter le match (9-8).

En 1994-1995, après avoir reçu un MBE, il remporte trois épreuves de classement, dont les championnats du monde et du Royaume-Uni, qu'il conservera l'année suivante. En 1994, lors de la finale britannique, Hendry bat Ken Doherty, 10-5, faisant 7 century breaks durant le match. Cette performance est décrite par le journaliste de snooker David Hendon comme « la meilleure finale que personne n'ait jamais jouée ». Il réalise aussi un magnifique doublé à l'Open d'Europe, et continue de se maintenir à la première place mondiale.

Sa série de succès se poursuit en 1995-1996 avec trois titres classés ; le championnat du monde, où une victoire 18 manches à 12 en finale contre Peter Ebdon lui permet d'égaler l'exploit de Ray Reardon et Steve Davis, en décrochant une sixième victoire mondiale, le championnat du Royaume-Uni (pour la quatrième fois) et le Grand Prix, également pour la quatrième fois. En janvier 1996, Hendry soulève son sixième titre au Masters[26]. Il s'agit d'ailleurs de son dernier titre au Masters, ce qui constitue un record. Ce record est finalement battu par O'Sullivan en 2017[27].

Baisse de régime, mais maintien au sommet (1997-1998)Modifier

En 1997, il remporte pour la deuxième fois le prix de la personnalité sportive écossaise de l'année et ajoute trois autres titres de classement à son palmarès (championnat du Royaume-Uni, Open international et Open du pays de Galles[28]), bien que Ken Doherty lui ait empêché de gagner un sixième titre de suite au championnat du monde, en le battant 18 manches à 12 en finale[29]. Cette contre-performance ne l'empêche pas de terminer l'année à la première marche du classement ; il s'agit d'ailleurs de la septième saison où Hendry réalise cet exploit.

La saison qui suit est en revanche plus compliquée. Hendry réalise trois finales de classement, mais ne parvient à en remporter qu'une seule lors du Masters de Thailande[30]. Il perd les deux autres au championnat du Royaume-Uni[31] et à l'Open de Grande-Bretagne, et s'incline aussi en finale du Masters[32]. Cette finale qui l'oppose à Mark Williams est particulièrement décousue. Hendry se fait tout d'abord remonter de 9-6, malgré avoir eu des opportunités pour conclure la rencontre. Dans la dernière manche, Williams est mené 56-34, lorsque Hendry manque la marron de la victoire. Williams revient et manque à son tour la dernière bille. Après plusieurs échecs sur cette dernière bille, dont un dernier au centre pour Hendry, le jeune Williams remporte le titre. Ainsi, les neuf ans de règne de Hendry prennent fin ; il termine l'année à la 2e place mondiale.

Septième titre historique au championnat du monde (1999)Modifier

Après une saison marquée par deux nouveaux titres majeurs, Hendry se présente au Crucible en tant que deuxième favori, juste derrière son jeune compatriote John Higgins. Après une victoire difficile contre le prometteur Paul Hunter au premier tour (10-8), Hendry, tel un rouleau compresseur, écrase ses adversaires un par un pour rejoindre la demi-finale. Cette rencontre le voit affronter une jeune star montante ; Ronnie O'Sullivan. Après une demi-finale très spectaculaire, Hendry s'impose à l'expérience. En finale, il surclasse Mark Williams (18-11), pour devenir le plus titré au mondial. Il s'agit de son septième titre en huit finales à Sheffield[33].

Fin de carrière (1999-2010)Modifier

Manque de régularitéModifier

Hendry lance idéalement la saison 1999-2000, en remportant deux des trois premiers tournois ; l'Open de Grande-Bretagne[34], où il inscrit le cinquième break de 147 de sa carrière, et le premier dans une finale de classement, et la prestigieuse coupe des champions, où il bat en finale Mark Williams[35]. Plus tard dans la saison, il s'impose pour la cinquième fois de sa carrière sur la première ligue[36]. Cependant, il est étonnamment battu au premier tour du championnat du monde 2000 par le qualifié Stuart Bingham[37]. Ce résultat décevant lui fait perdre une place au classement général de fin de saison.

La saison 2000-2001 est décevante, car il ne réussit pas à gagner une seule épreuve de classement pour la première fois depuis la saison 1988-1989, et n'atteint qu'une seule finale, lors du Masters de Thaïlande[38]. Sur les tournois de la triple couronne, l'Écossais se montre régulier, mais ne parvient pas à franchir le cap des demi-finales ; il termine l'année au 5e rang mondial.

Le dernier fait d'arme de 2002Modifier

En novembre-décembre 2001, il s'adjuge un troisième titre à l'Open d'Europe, en dominant Joe Perry en finale (9-2). Il se montre ensuite très régulier sur l'ensemble de la saison.

 
Stephen Hendry au championnat du monde de 2002.

Hendry arrive au Crucible Theatre en tant que tête de série no 5 ; il ne fait pas vraiment partie des favoris. Au premier tour, il remporte son match en donnant une leçon de snooker au jeune Shaun Murphy qui dispute son premier championnat du monde[39]. Son match des huitièmes de finale n'est guère plus difficile. Opposé à Anthony Davies, surprenant vainqueur de Alan McManus au premier tour, Stephen Hendry l'emporte sans encombre (13 à 3)[40]. C'est en quart de finale que le parcours de Hendry devient plus compliqué. Il y retrouve un vieux rival ; Ken Doherty qui l'avait empêché de remporter le titre en 1997. Après un début tonitruant de Hendry qui s'envole à 8-4, Doherty, comme à son habitude, s'accroche et parvient à revenir à hauteur après la deuxième session. La dernière session est riche en suspense ; aucun des deux joueurs ne s'échappent. Hendry finit tout de même par l'emporter dans la dernière manche et qualifie cette victoire de « très spéciale »[41]. Toutefois, Hendry n'a pas réussi le plus dur en remportant ce match, et doit se préparer à affronter le tenant du titre : Ronnie O'Sullivan en demi-finale. En plus de l'attente qui est générée par cette affiche, la demi-finale prend une dimension historique et très médiatique. Avant le match, O'Sullivan évoque un différend qu'il y aurait eu entre lui et Hendry sur une autre compétition[42]. Il poursuit en déclarant : « la chose la plus satisfaisante pour moi serait de renvoyer Stephen Hendry en Écosse ». Il évoque ensuite le respect en Écosse, en le minimalisant[43]. Cependant, il n'en n'est rien lors de la rencontre. Stephen domine la partie du début jusqu'à la fin, signant plusieurs centuries. Il s'impose par 17 manches à 13[44]. Pour sa neuvième finale au mondial, il affronte un homme qu'il connait bien : Peter Ebdon, qu'il avait battu lors de la finale de 1996. Cette fois-ci, c'est Ebdon qui prend la tête de la rencontre en menant d'abord 4-0, puis 10-6. Hendry s'engage ensuite dans une partie de résistance, pour égaliser à 12-12 après la troisième session[45]. Hendry poursuit sur sa lancé et entame la dernière session en prenant les deux premières manches avec un meilleur break de 63 points. A 14 manches partout, Hendry signe un break de 58 pour mener 15-14. Son adversaire fait alors preuve de beaucoup de sang froid, et inscrit trois des quatre manches suivantes, avec un break de 111[46]. En passe de devenir champion du monde, Ebdon manque une bille noire presque droite à 52-27. En champion, Hendry va au bout de la table pour s'offrir une manche décisive[47]. Après plusieurs erreurs dans cette manche finale, c'est Ebdon qui parvient finalement à s'imposer[48].

Maintien dans le top 10, retour à la première place mondiale et déclin progressif (2003-2010)Modifier

Après sa finale au championnat du monde, Hendry se maintient dans le classement (6e mondial). Il réalise alors une assez bonne saison, marquée par un troisième titre en carrière à l'Open du pays de Galles, en battant Mark Williams (9-5)[49]. En plus de ce titre, Hendry rallie deux autres finales à l'Open d'Europe[50] et au Masters[51]. Après une défaite assez sévère face à Mark Williams en quart de finale du championnat du monde 2003[52], Hendry retrouve la 2e place du classement.

La saison 2003-2004 de Stephen Hendry se résume par sa 35e victoire sur un tournoi de classement, qu'il achève à l'Open de Grande-Bretagne[53]. En novembre, il rejoint sa neuvième finale au championnat du Royaume-Uni, mais ne parvient pas à s'imposer, laissant la victoire à Matthew Stevens[54]. En avril 2004, il officie en tant que deuxième favori pour le titre de champion du monde. Après des victoires successives sur Stuart Pettman[55], Barry Pinches[56] et Ian McCulloch[57], il subit une très lourde défaite contre Ronnie O'Sullivan, s'inclinant sur le score de 17 contre 4[58].

 
Stephen Hendry et Neil Robertson en 2010.

En février 2005, il remporte son 36e et dernier titre classé à ce jour, lors de la coupe de Malte[59]. Dans les mois qui suivent, le « roi du Crucible » se présente sur deux autres finales de classement, au Pays de Galles[60] et à l'Open de Chine[61]. La saison suivante, Hendry redevient numéro un mondial sans savoir disputé la moindre finale sur des tournois classés. Il a connu ses meilleurs résultats à l'occasion du championnat du Royaume-Uni[62] et du Grand Prix[63], avec des demi-finales. Cependant, il ne reste numéro un mondial que le temps d'une saison. Durant cette saison, Stephen Hendry réalise sa dernière finale classée de carrière au championnat britannique. Après avoir battu Dave Harold (9-7)[64], Mark Williams (9-6)[65], Ronnie O'Sullivan[66] et Graeme Dott[67], il est battu par son bourreau de 2002, Peter Ebdon (10-6)[68]. Il finit la saison par plusieurs mauvaises performances qui le font descendre au rang no 8 ; son plus mauvais classement depuis 1988.

Les trois saisons qui suivent ne s'arrangent pas vraiment pour le septuple champion du monde. Hendry ne parvient à atteindre que trois demi-finales classées ; sa place dans le top 10 est désormais très menacée. Au championnat du monde 2009, Hendry élimine Mark Williams 10 manches à 7 au premier tour. Cette victoire lui garantit une place dans le top 16 du classement pour la saison suivante. Il s'impose ensuite contre Ding Junhui (13-10). Le 28 avril, Hendry réalise un break maximal de 147 contre Shaun Murphy[69]. Il perd finalement le match le lendemain, et se fait éliminer du tournoi. À l'âge de 40 ans, il devient le joueur le plus âgé à faire un 147 dans un tournoi de classement et seulement le deuxième joueur, après Ronnie O'Sullivan, à faire cela au Crucible. Hendry se retrouve à la 10e place du classement mondial et quitte le top 8 pour la première fois depuis la saison 1987-1988.

La saison 2009-2010 est encore plus catastrophique. Hendry connait pour meilleur résultat un quart de finale à l'Open de Chine ; il sort du top 10 en fin de saison.

Dernières années en tant que professionnel (2010-2012)Modifier

 
Stephen Hendry sur une épreuve du championnat des joueurs (2010).

Saison 2010-2011Modifier

Au cours de la saison 2010-2011, Hendry n'a pas pu maintenir sa série d'invincibilité au premier tour des épreuves de classement, puisqu'il a perdu au premier tour du Masters de Shanghai contre Martin Gould par 5 à 2[70]. Lors de l'Open mondial de Glasgow, Hendry a enregistré des blanchissages de 3-0 contre Bjorn Haneveer et Mark Davis, avant d'être battu par son rival Ronnie O'Sullivan[71]. Lors du championnat du Royaume-Uni 2010 à Telford, Hendry doit jouer contre un autre vieux rival, Jimmy White. Malgré les difficultés qu'il a rencontrées tout au long du match, Hendry a réussi à s'imposer 9 à 8. Au deuxième tour, Hendry a été battu par Mark Williams[72]. Après le match, Hendry a exprimé sa frustration quant à sa forme et a révélé qu'il souffrait de « yips » depuis dix ans, ce qui l'empêchait de jouer à son meilleur niveau et lui faisait manquer les billes faciles[73].

Hendry a perdu contre le champion du monde en titre Neil Robertson au Masters 2011[74]. Hendry réalise son dixième break de 147 à l'Open du pays de Galles 2011, dans la manche d'ouverture de son match qui l'oppose Stephen Maguire, mais finit par perdre le match. À l'Open de Chine 2011, Hendry a blanchi Matthew Stevens (5-0) au premier tour, avant de s'incline face à Ding Junhui au deuxième tour[75]. Au championnat du monde 2011, il vainc Joe Perry dans la manche finale du premier tour, avant de s'incliner au deuxième tour, pour la deuxième année consécutive, face à Mark Selby (13 à 4)[76].

RetraiteModifier

Hendry entame la saison 2011-2012 lors de la première épreuve du championnat du circuit des joueurs, et s'incline contre Kyren Wilson, ce qui lui vaut d'être classé en dehors du top 16 après l'épreuve, pour la première fois depuis la saison 1987-1988. Il est toutefois revenu dans le top 16 après avoir atteint le deuxième tour de l'Open d'Australie[77]. En septembre, il affronte Robert Milkins au premier tour du Masters de Shanghai, mais perd le match (5-1)[78], perdant ensuite sa place dans le top 16, et se retrouvant ainsi classé 21e, ce qui signifie que Hendry ne participera pas au Masters pour la première fois depuis 23 ans et qu'il devra se qualifier pour atteindre les étapes principales de tous les événements de classement du calendrier de snooker[79].

 
Hendry au Classique Paul Hunter 2011.

Hendry parvient à se qualifier pour le championnat du Royaume-Uni de 2011, après avoir battu Gerard Greene (6-2), au dernier tour de qualification. C'était son premier match de qualification depuis 1989[80], mais il s'incline contre son compatriote Stephen Maguire au premier tour. Il atteint ensuite les demi-finales de la douzième épreuve du championnat du circuit des joueurs, en janvier 2012, mais s'incline, une fois de plus face à Maguire (4-3)[81]. Stephen perd ensuite dans un match de qualification contre James Wattana et ne peut donc pas participer à un tournoi de classement pour la première fois depuis 15 ans[82].

Hendry se qualifie pour l'Open du pays de Galles en blanchissant Kurt Maflin (4-0), pour atteindre le premier tour, où il retrouve le champion en titre du Masters, Neil Robertson. Il enregistre le résultat de sa saison jusqu'ici en triomphant 4-1[83]. Il est finalement battu par Mark Allen au tour suivant (4-0). Hendry a également affronté l'Australien Robertson au premier tour de l'Open mondial, après avoir battu Mike Dunn (5-2), en qualifications. Il est cette fois-ci battu[84]. Hendry se qualifie également pour l'Open de Chine, et y bat Martin Gould au premier tour sur la dernière noire. Il retrouve ensuite Robertson pour la troisième fois consécutive dans une épreuve de classement cette saison, et est battu par 5 manches à 3[85].

Hendry dispute son 27e championnat du monde consécutif lors de l'édition 2012 en éliminant une nouvelle fois Yu Delu sur un score de 10 frames à 6[86]. Il réalise son onzième break de 147 en carrière face à Stuart Bingham qu'il bat 10-4 lors de la journée d'ouverture. C'est son troisième break maximum au Crucible Theatre. Avec Ronnie O'Sullivan, il codétient le record de trois « 147 » en championnat du monde. Au deuxième tour, il bat le quadruple champion du monde et tenant du titre John Higgins sur le score de 13-4[87]. En quart de finale son compatriote écossais Stephen Maguire le bat sur le score de 13-2, et met ainsi fin à la série de 8 victoires consécutives du septuple champion du monde. Dans la foulée, Hendry annonce la fin de sa carrière avec effet immédiat pour se concentrer sur ses intérêts commerciaux, même s'il reste commentateur pour la BBC Snooker[88].

Retour sur le circuit professionnel (depuis 2020)Modifier

Le 1er septembre 2020, il est annoncé que Hendry effectuerait son retour au jeu après avoir reçu une invitation spéciale pour les deux prochaines saisons professionnelles[89]. En octobre, son entraîneur Stephen Feeney explique que Hendry attendra d'être prêt pour retrouver la compétition[90]. Feeney déclare ensuite que Hendry a retrouvé un très bon niveau de jeu et que l'objectif pour lui sera de retrouver le top 16 mondial et de rejouer un jour au Crucible[90].

RecordsModifier

Hendry a remporté 74 titres professionnels, faisant de lui le deuxième joueur le plus titré de tous les temps, derrière Steve Davis. Hendry est le détenteur du record commun pour le nombre de titres de classement remportés, établissant le record de 36 avant d'être égalé par Ronnie O'Sullivan en 2019. Toutefois, Hendry a établi ce record à une époque où il y avait moins d'épreuves de classement par saison. Hendry a également remporté quatre titres par équipes ainsi que plusieurs titres amateurs. Parmi ses autres records de carrière figurent le plus grand nombre de titres de classement consécutifs, le plus grand nombre de century breaks inscrits en un match (7), le plus grand nombre de centuries réalisés en un tournoi (16), le plus grand nombre d'années en tant que numéro un mondial, la plus longue présence dans les 16 premiers du classement mondial (23 saisons) et - au moment de sa retraite - le plus grand total de prix en argent.

 
Stephen Hendry (à la table) et Matthew Stevens (en arrière plan) lors du Masters.

PalmarèsModifier

Légende Catégorie Titres Finales
Tournois classés 36 21
Tournois non classés 39 25
Tournois en équipes 4 2
Gras Tournois de la triple couronne[91]

TitresModifier

Saison Nom du tournoi Lieu Finaliste Score Tableau
1987-1988 Grand Prix   Reading   Dennis Taylor 10-7
1987-1988 Open de Grande-Bretagne   Brighton   Mike Hallett 13-2
1987-1988 Masters   Londres   John Parrott 9-6 Tableau
1989-1990 Masters de Thaïlande   Hua Hin   James Wattana 9-6
1989-1990 Classique de Dubaï   Dubaï   Doug Mountjoy 9-2
1989-1990 Championnat du Royaume-Uni   Preston   Steve Davis 16-12 Tableau
1989-1990 Masters (2)   Londres   John Parrott 9-4 Tableau
1989-1990 Championnat du monde   Sheffield   Jimmy White 18-12 Tableau
1990-1991 Grand Prix (2)   Reading   Nigel Bond 10-5
1990-1991 Masters de Thaïlande (2)   Hua Hin   Dennis Taylor 9-3
1990-1991 Classique de Dubaï (2)   Dubai   Steve Davis 9-1
1990-1991 Championnat du Royaume-Uni (2)   Preston   Steve Davis 16-15 Tableau
1990-1991 Open de Grande-Bretagne (2)   Derby   Gary Wilkinson 10-9
1990-1991 Grand Prix (3)   Reading   Steve Davis 10-6
1990-1991 Masters (3)   Londres   Mike Hallett 9-8 Tableau
1991-1992 Open du pays de Galles   Newport   Darren Morgan 9-3
1991-1992 Masters (4)   Londres   John Parrott 9-4 Tableau
1991-1992 Championnat du monde (2)   Sheffield   Jimmy White 18-14 Tableau
1992-1993 Open international   Ravenscraig   Steve Davis 10-6
1992-1993 Masters (5)   Londres   James Wattana 9-5 Tableau
1992-1993 Championnat du monde (3)   Sheffield   Jimmy White 18-5 Tableau
1993-1994 Classique de Dubaï (3)   Dubai   Steve Davis 9-3
1993-1994 Open d'Europe   Anvers   Ronnie O'Sullivan 9-5
1993-1994 Championnat du monde (4)   Sheffield   Jimmy White 18-17 Tableau
1994-1995 Championnat du Royaume-Uni (3)   Preston   Ken Doherty 10-5 Tableau
1994-1995 Open d'Europe (2)   Anvers   John Parrott 9-3
1994-1995 Championnat du monde (5)   Sheffield   Nigel Bond 18-9 Tableau
1995-1996 Grand Prix (4)   Sunderland   John Higgins 9-5
1995-1996 Championnat du Royaume-Uni (4)   Preston   Peter Ebdon 9-3 Tableau
1995-1996 Masters (6)   Londres   Ronnie O'Sullivan 10-5 Tableau
1995-1996 Championnat du monde (6)   Sheffield   Peter Ebdon 18-12 Tableau
1996-1997 Championnat du Royaume-Uni (5)   Preston   John Higgins 10-9 Tableau
1996-1997 Open du pays de Galles (2)   Newport   Mark King 9-2
1996-1997 Open international (2)   Aberdeen   Tony Drago 9-1
1997-1998 Masters de Thaïlande (3)   Hua Hin   John Parrott 9-6
1998-1999 Open d'Écosse   Aberdeen   Graeme Dott 9-1
1998-1999 Championnat du monde (7)   Sheffield   Mark Williams 18-11 Tableau
1999-2000 Open de Grande-Bretagne (3)   Plymouth   Peter Ebdon 9-5
2001-2002 Open d'Europe (3)   La Valette   Joe Perry 9-2
2002-2003 Open du pays de Galles (3)   Cardiff   Mark Williams 9-5
2003-2004 Open de Grande-Bretagne (4)   Brighton   Ronnie O'Sullivan 9-6
2004-2005 Coupe de Malte   Portomaso   Graeme Dott 9-7

RéférencesModifier

  1. (en-GB) « Stephen Hendry (archives) », sur Biogs (consulté le 25 août 2020)
  2. (en-GB) John Dee, « Snooker: Williams clinches thriller », Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le 25 août 2020)
  3. « Snooker: Williams Makes It a Triple Crown" - The News Letter (Belfast, Northern Ireland), May 6, 2003 | Online Research Library: Questia Reader », sur www.questia.com (consulté le 25 août 2020)
  4. (en) « Stephen Hendry sees nothing but a Ronnie O’Sullivan win after opening session », sur www.shropshirestar.com (consulté le 25 août 2020)
  5. « World Snooker | News | News | Sensational Hendry Scores 147 », sur web.archive.org, (consulté le 25 août 2020)
  6. (en-GB) « Stephen Hendry MBE », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2020)
  7. « https://twitter.com/wearewst/status/1300908791274172417 », sur Twitter (consulté le 26 octobre 2020)
  8. (en) « WHERE I GREW UP: Stephen Hendry », sur The Independent, (consulté le 25 août 2020)
  9. (en) « The boy who went to pot. », sur HeraldScotland (consulté le 25 août 2020)
  10. (en) David Scott, « Snooker star Stephen Hendry leaves wife for 26-year-old lover », sur Express.co.uk, (consulté le 25 août 2020)
  11. (en-GB) Sandra Gray, « Snooker star Stephen Hendry splits from his wife », sur The Courier, (consulté le 25 août 2020)
  12. « World Snooker | Players | Players Alphabetical | Players Alphabetical | Stephen Hendry », sur web.archive.org, (consulté le 25 août 2020)
  13. (en-GB) « Hendry's cue crisis », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 25 août 2020)
  14. « Snooker news: Could Stephen Hendry really make a comeback? », sur Eurosport, (consulté le 25 août 2020)
  15. « Stephen Hendry takes a cue from the game's stars - 10.29.90 - SI Vault », sur web.archive.org, (consulté le 26 août 2020)
  16. « On this week », sur Eurosport, (consulté le 26 août 2020)
  17. « Hendry again in masters », sur news.google.com (consulté le 25 octobre 2020)
  18. (en-GB) « 1990 - Cue Stephen Hendry », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2020)
  19. « 1990 Dubai Classic Results », sur www.snookerdatabase.co.uk (consulté le 25 octobre 2020)
  20. « Asian Open », sur web.archive.org, (consulté le 25 octobre 2020)
  21. « brit », sur web.archive.org, (consulté le 25 octobre 2020)
  22. « GP », sur web.archive.org, (consulté le 25 octobre 2020)
  23. « International Open », sur web.archive.org, (consulté le 25 octobre 2020)
  24. (en) « Snooker / World Championship: Hendry holds nerve to deny White again: », sur The Independent, (consulté le 26 octobre 2020)
  25. « European Open », sur web.archive.org, (consulté le 26 octobre 2020)
  26. (en-GB) « Hendry beats O'Sullivan to win Masters », sur uk.sports.yahoo.com (consulté le 26 octobre 2020)
  27. (en-GB) « O'Sullivan wins record Masters title », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 26 octobre 2020)
  28. « 1997 Welsh Open Result Grid », sur www.snookerdatabase.co.uk (consulté le 26 octobre 2020)
  29. « Snooker: Doherty ready to fulfil rich promise - The Independent (Lond… », sur archive.vn, (consulté le 26 octobre 2020)
  30. « snooker.org: Beer Chang Thailand Masters 1998 », sur www.snooker.org (consulté le 26 octobre 2020)
  31. « snooker.org: Liverpool Victoria UK Championship 1997 », sur www.snooker.org (consulté le 26 octobre 2020)
  32. (en-GB) « On this Week: White becomes Brown », sur uk.sports.yahoo.com (consulté le 26 octobre 2020)
  33. « BBC News | Sport | Seventh title for Hendry », sur news.bbc.co.uk (consulté le 26 octobre 2020)
  34. « WWW Snooker: British Open 1999 (autumn) », sur www.snooker.org (consulté le 27 octobre 2020)
  35. « On this Week », sur arquivo.pt (consulté le 27 octobre 2020)
  36. « Premier League Snooker : 2000 Results », sur web.archive.org, (consulté le 27 octobre 2020)
  37. « End of the world for Hendry as Bingham's debut rocks the Crucible - The Sunday Herald | HighBeam Research », sur web.archive.org, (consulté le 27 octobre 2020)
  38. « snooker.org: Blue Eagle/Thai Airways Thailand Masters 2001 », sur www.snooker.org (consulté le 27 octobre 2020)
  39. (en-GB) « Hendry eases into second round », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  40. « BBC SPORT | WORLD CHAMPS 2002 | Hendry eases past Davies », sur newsvote.bbc.co.uk (consulté le 27 octobre 2020)
  41. « BBC SPORT | WORLD CHAMPS 2002 | Hendry wins thriller », sur newsvote.bbc.co.uk (consulté le 27 octobre 2020)
  42. (en-GB) « O'Sullivan lashes out at Hendry », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  43. « BBC SPORT | WORLD CHAMPS 2002 | O'Sullivan edges past Lee », sur newsvote.bbc.co.uk (consulté le 27 octobre 2020)
  44. « BBC SPORT | Other Sports | Snooker | World Champs 2002 | Hendry storms past O'Sullivan », sur newsvote.bbc.co.uk (consulté le 27 octobre 2020)
  45. (en) « A night on the sofa with Peter Ebdon », sur the Guardian, (consulté le 27 octobre 2020)
  46. (en-GB) « Ebdon wins Crucible thriller », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  47. (en-GB) Clive Everton, « Clive Everton: Cometh the hour, came the man », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  48. (en-GB) « Ebdon wins Crucible thriller », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  49. « WWW Snooker: Regal Welsh Open 2003 », sur www.snooker.org (consulté le 27 octobre 2020)
  50. (en-GB) « O'Sullivan triumphs in Torquay », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  51. (en-GB) « Williams hammers Hendry », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  52. (en-GB) « Williams eases through », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  53. « WWW Snooker: British Open 2003 », sur www.snooker.org (consulté le 27 octobre 2020)
  54. « WWW Snooker: Travis Perkins UK Championship 2003 », sur www.snooker.org (consulté le 27 octobre 2020)
  55. (en-GB) « Hendry races to victory », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  56. (en-GB) « Hendry wins thriller », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  57. (en-GB) « O'Sullivan crushes Hamilton », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  58. (en-GB) « O'Sullivan races into final », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  59. (en-US) « Stephen Hendry », sur World Snooker (consulté le 27 octobre 2020)
  60. « Welsh Open 2005 », sur web.archive.org, (consulté le 27 octobre 2020)
  61. « Super Ding seals title. - Free Online Library », sur www.thefreelibrary.com (consulté le 27 octobre 2020)
  62. (en) WalesOnline, « Snooker: Davis set for a ding-dong final », sur WalesOnline, (consulté le 27 octobre 2020)
  63. « Grand Prix 2005 », sur web.archive.org, (consulté le 27 octobre 2020)
  64. « Gale Power Search - Document - Hendry fends off Harold's centuries », sur go.gale.com (consulté le 27 octobre 2020)
  65. (en-GB) Clive Everton, « Snooker: Hendry reaps the benefit of hard graft », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  66. (en) « Hendry snookered as O'Sullivan walks out », sur www.scotsman.com (consulté le 27 octobre 2020)
  67. (en-GB) « Hendry shows class to reach final », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  68. (en-GB) « Ebdon beats Hendry to join elite », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  69. (en) Hendry behind despite 147 break
  70. « 2010 Shanghai Masters Draw », sur web.archive.org, (consulté le 27 octobre 2020)
  71. « 2010 World Open Final Venue Results », sur web.archive.org, (consulté le 27 octobre 2020)
  72. « 12BET.com UK Championship (2010) - snooker.org », sur www.snooker.org (consulté le 27 octobre 2020)
  73. (en-GB) « Hendry reveals 'yips' frustration », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  74. « Ladbrokes Mobile Masters (2011) - snooker.org », sur www.snooker.org (consulté le 27 octobre 2020)
  75. « China Open 2011 - Final Stages », sur web.archive.org, (consulté le 27 octobre 2020)
  76. (en-GB) « World Championship scores », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  77. (en) « Bingham climbs to 12th », sur Sky Sports (consulté le 27 octobre 2020)
  78. « Bank of Communication Shanghai Masters (2011) - snooker.org », sur www.snooker.org (consulté le 27 octobre 2020)
  79. (en) Dailyrecord.co.uk, « Masters Snooker: Absence of Stephen Hendry at Alexandra Palace will be strange, admits Graeme Dott », sur Daily Record, (consulté le 27 octobre 2020)
  80. (en-GB) « Hendry beaten in UK first round », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  81. (en-US) « Maguire Breaks Trophy Drought », sur World Snooker, (consulté le 27 octobre 2020)
  82. (en) « Sports news, live streaming & results », sur Eurosport (consulté le 27 octobre 2020)
  83. (en-GB) « Hendry beats Robertson in Newport », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 27 octobre 2020)
  84. (en-GB) « Robertson beats Hendry », sur uk.sports.yahoo.com (consulté le 27 octobre 2020)
  85. (en-GB) « Robertson beats Hendry in China », sur uk.sports.yahoo.com (consulté le 27 octobre 2020)
  86. (en) World Snooker: Stephen Hendry wins Crucible qualifier
  87. (en) World Snooker Championship 2012: Hendry crushes Higgins
  88. (en) Stephen Hendry retires after World Snooker Championship defeat
  89. (en) King Of The Crucible Hendry Returns
  90. a et b (en-US) « Hendry Has Point To Prove – Feeney », sur World Snooker, (consulté le 27 octobre 2020)
  91. Championnat du monde, championnat du Royaume-Uni et Masters

Liens externesModifier