Matthew Stevens (snooker)

joueur de snooker gallois

Matthew Stevens
Image illustrative de l’article Matthew Stevens (snooker)
Matthew Stevens au Classique Paul Hunter 2012.
Fiche d'identité
Nom complet Matthew Stevens
Surnom « The Welsh Dragon »
Nationalité Drapeau du pays de Galles Galloise
Date de naissance (43 ans)
Lieu de naissance Carmarthen, Pays de Galles
Professionnel Depuis 1994
Meilleur classement 4e (2005-2006)
Gains 2 543 905 £
Break le plus élevé 147 (2012)
Centuries 320
Victoires en tournois (par type)
Classés 1
Non classés 7
Dernière mise à jour : 25/05/2020

Matthew Stevens est un joueur de snooker gallois, né le à Carmarthen[1].

Professionnel depuis 1994, ses principales performances sont une victoire au championnat du Royaume-Uni en 2003, contre Stephen Hendry[2] et au Masters 2000, contre Ken Doherty[3].

Stevens fait partie des joueurs dits « malheureux finalistes » des championnats du monde de snooker, avec deux finales perdues en 2000 contre Mark Williams (18-16)[4] et en 2005 contre Shaun Murphy, également 18-16[5]. Il a par ailleurs perdu deux finales de suite au championnat du Royaume-Uni, en 1998[6] et 1999[7], contre John Higgins et Mark Williams. Il compte ainsi une seule victoire en tournoi classé pour huit finales disputées.

Au cours de la saison 2005-2006, Stevens s'est propulsé au 4e échelon du classement mondial ; son meilleur en carrière.

CarrièreModifier

Début de carrière (1994-1996)Modifier

Devenu professionnel en 1994, à l'âge de 17 ans, Matthew Stevens s'inscrit parmi les joueurs les plus prometteurs de sa génération. Il dispute son premier tournoi comptant pour le classement lors du Grand Prix 1995[8]. L'année suivante, il démontre à quel point son potentiel est élevé en remportant le championnat Benson & Hedges (tournoi qualificatif pour le Masters)[9]. Après avoir battu la légende Terry Griffiths au tour préliminaire, Stevens accède au tableau principal, où il est éliminé par Alan McManus[10].

Révélation, confirmation et meilleur classement mondial (1997-2005)Modifier

En 1997, il se révèle réellement en atteignant plusieurs demi-finales dans les compétitions auxquelles il se qualifie. C'est le cas au Grand Prix 1997[11] et au championnat du Royaume-Uni 1997[12]. En avril, il participe pour la première au championnat du monde[13]. Après des victoires sur Alain Robidoux et Mark King, le jeune Stevens est dominé par Ken Doherty, 13 à 10. Cette révélation assez rapide propulse déjà le Gallois dans le top 32 du classement.

 
Matthew Stevens en 2013.

Il confirme les attentes reposant sur lui et aligne la finale d'un tournoi majeur lors du championnat du Royaume-Uni en 1998, avant d'être battu par John Higgins[6]. Il réitère l'année suivante, mais est battu par Mark Williams[7]. Toujours en 1999, il remporte le Masters d'Écosse[14]. Certes non classé, le tournoi réunit la crème du snooker mondial de l'époque, notamment John Higgins ; adversaire de Stevens en finale. Au championnat du monde 2000, Matthew Stevens se qualifie pour la finale, dominant Alan McManus (au deuxième tour) et Jimmy White (en quart de finale). En finale, il affronte le joueur gallois, Mark Williams[15]. À défaut d'avoir mené 13-7 et 14-10, il s'incline sur le score de 18-16. L'année 2000 est également marquée par une victoire sur le très prestigieux Masters, aux dépens de l'Irlandais Ken Doherty, par 10 manches à 8[3]. Il termine la saison à la 6e place mondiale. Les deux saisons qui suivent demeurent régulières ; Stevens est demi-finaliste du championnat du monde 2001[16], du championnat du monde 2002[17], du Masters de Thaïlande 2002[18] et du Masters d'Irlande 2002[19].

En 2003, Matthew Stevens remporte son seul et unique titre classé à ce jour, lors du championnat du Royaume-Uni, inscrivant un succès sur Stephen Hendry, par 10 manches à 8[2]. Cette même saison 2003-2004, le joueur gallois est demi-finaliste du championnat du monde[20] et de l'Open de Grande-Bretagne[21] ; il retrouve la 6e place mondiale.

Deux ans plus tard, il est de nouveau finaliste dans un tournoi de classement en Irlande[22]. En avril 2005, il rallie une nouvelle finale au championnat du monde, dominant Andy Hicks[23], Jimmy White[24], Stephen Hendry[25] et Ian McCulloch[26]. Il s'y incline cette fois-ci face à l'Anglais Shaun Murphy[15]. En dépit d'avoir mené 10-6, il s'incline comme en 2000 sur le score final de 18-16. Cet échec fait de lui un joueur dit « malheureux finaliste du championnat du monde ». Grâce à cette performance, il se retrouve propulsé au classement mondial et obtient par la même occasion le meilleur classement de sa carrière : no 4. Matthew Stevens rencontre également des succès sur le trophée d'Irlande du Nord[27] et le Pot Black[28] ; des tournois non classés.

Baisse de régime (depuis 2006)Modifier

Manque de résultats (2006-2010)Modifier

La saison 2005-2006 est terrible pour Matthew Stevens. A défaut d'avoir atteint son meilleur classement en carrière, le joueur du pays de Galles se montre quelque peu en difficulté sur les tournois importants. N'atteignant aucun quart de finale de la saison, il laisse passer sa chance de faire mieux au classement. Avec ce bilan saisonnier mauvais, il rétrograde à la 14e position du classement. Bien que quart de finaliste du championnat du monde 2007, Stevens suit la même dynamique lors des deux saisons suivantes et sort du top 16.

Bien que finaliste du championnat de Bahreïn 2008[29] (unique édition du tournoi), il continue d'accuser le coup au classement, descendant jusqu'à la 26e position en début de saison 2009-2010.

 
Stevens au Masters d'Allemagne 2013.

Regain de motivation (2011-2013)Modifier

Stevens doit attendre le championnat de la ligue de 2011 avant de remporter un autre titre sur le circuit professionnel[30]. Au cours de cette même saison, ses performances dans les tournois de classement redeviennent dignes de ses capacités. Il est notamment demi-finaliste du championnat du circuit des joueurs 2011[31], après une saison constante sur cette nouvelle série de tournois. Toujours en 2011, il est quart de finaliste de l'Open du pays de Galles[32] et du Masters de Shanghai ; il retrouve la 14e place mondiale.

En 2011-2012, il peine à se lancer, atteignant son premier quart de la finale de la saison au Masters d'Allemagne de février. Il y est dominé par le futur vainqueur, Ronnie O'Sullivan (5-3)[33]. Au mois d'avril, il bat successivement Marco Fu, Barry Hawkins et Ryan Day, pour rejoindre sa première demi-finale au championnat du monde depuis 2005[34]. Il est finalement dominé par O'Sullivan, sur le score de 17 manches contre 10[35]. Il termine ainsi la saison au 10e rang mondial ; son meilleur classement de fin de saison depuis 2005.

En mars 2013, il aligne la finale de l'Open mondial[36], disputant ainsi sa huitième finale en tournoi classé. Après avoir éliminé des joueurs comme Neil Robertson, Shaun Murphy et Judd Trump[37], il s'incline face au jeune Mark Allen, dans une finale où Stevens aura été complètement inexistant[38]. Malgré ce résultat et une saison globalement régulière, il baisse un peu au classement.

 
Matthew Stevens en 2020.

Descente vertigineuse et regain d'espoir (depuis 2014)Modifier

Depuis cette finale perdue, Matthew Stevens connait des saisons plus que décevantes, ce qui lui a coûté sa place dans le top 32 du classement. Toutefois, il connait quelques sursauts comme au championnat du monde en 2015, où issu des qualifications, il bat Mark Williams au premier tour[39], avant d'être battu à son tour par l'Anglais Ronnie O'Sullivan[40]. Il continue de croire en son retour, lorsqu'il est demi-finaliste du Classique de Wuxi 2013[41], mais chute ensuite en dehors du top 40 mondial.

Au cours de la saison 2018-2019, retombé à la 57e place mondiale, il est l'invité surprise des demi-finales du championnat international. Matthew Stevens y sera battu par Mark Allen, sur le score de 9 à 6. Cette performance lui vaut de finir la saison à la 43e position du classement. En fin d'année 2019, il crée la surprise en battant Mark Selby en huitième de finale du championnat du Royaume-Uni[42]. Stephen Maguire met fin à son beau parcours en quart de finale. Le 2 mars 2020, il retrouve le top 32 du classement mondial.

Vie personnelleModifier

Né à Carmarthen, Matthew Stevens envisage très tôt une carrière professionnelle, après des victoires chez les juniors.

Au début des années 2000, il est bouleversé par plusieurs drames. A commencer par le décès de son manager en 2001 ; manager qui n'est autre que son père[43]. En 2005, son ami Paul Hunter meurt des suites d'un cancer. Stevens se dévoue pour lui jusqu'au bout, portant son cercueil le jour de ses funérailles[44].

En tant que joueur de poker confirmé, il a déjà remporté des compétitions internationales dans la discipline[45].

Divorcé depuis 2015, il est père de deux enfants.

PalmarèsModifier

Légende Catégorie Titres Finales
Tournois classés 1 7
Tournois classés mineurs 0 1
Tournois non classés 7 1
Tournois en équipes 1 1
Tournois pro-am 0 1
Gras Tournois de la triple couronne[46]
 
Matthew Stevens (2013).

TitresModifier

Saison Nom du tournoi Lieu Finaliste Score Tableau
1995-1996 Championnat Benson & Hedges   Prestatyn   Paul McPhillips 9-3 Tableau
1995 Masters de Belgique   Belgique   Patrick Delsemme 7-1
1998-1999 Coupe des nations   Newcastle upon Tyne   Écosse 6-4
1999-2000 Masters d'Écosse   Motherwell   John Higgins 9-7
1999-2000 Masters   Wembley   Ken Doherty 10-8 Tableau
2003-2004 Championnat du Royaume-Uni   York   Stephen Hendry 10-8 Tableau
2005-2006 Trophée d'Irlande du Nord   Belfast   Stephen Hendry 9-7
2005-2006 Pot Black   Londres   Shaun murphy [47]
2010-2011 Championnat de la ligue   Stock   Shaun murphy 3-1
 
Stevens au Classique Paul Hunter 2016.

Finales perduesModifier

Saison Nom du tournoi Lieu Finaliste Score Tableau
1998-1999 Championnat du Royaume-Uni   Bournemouth   John Higgins 6-10 Tableau
1998-1999 Tournoi professionnel Pontins   Prestatyn   Jimmy White 5-9
1999-2000 Championnat du Royaume-Uni (2)   Bournemouth   Mark Williams 8-10 Tableau
1999-2000 Coupe des nations   Reading   Angleterre 2-6
1999-2000 Championnat du monde   Sheffield   Mark Williams 16-18 Tableau
2004-2005 Grand Prix de Fürth   Fürth   Paul Hunter 2-4
2004-2005 Masters d'Irlande   Dublin   Ronnie O'Sullivan 8-10 Tableau
2004-2005 Championnat du monde (2)   Sheffield   Shaun Murphy 16-18 Tableau
2008-2009 Championnat de Bahreïn   Manama   Neil Robertson 7-9 Tableau
2011-2012 Trophée Kay Suzanne   Gloucester   Ronnie O'Sullivan 2-4 Tableau
2012-2013 Open mondial   Haikou   Mark Allen 4-10 Tableau

Notes et référencesModifier

  1. (en) Matthew Stevens sur le site global-snooker.com « Copie archivée » (version du 28 septembre 2010 sur l'Internet Archive)
  2. a et b (en) « Stevens clinches UK crown », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  3. a et b « WWW Snooker: Benson & Hedges Masters », sur www.snooker.org (consulté le 25 mai 2020)
  4. « BBC News | SPORT | Williams wins epic snooker final », sur news.bbc.co.uk (consulté le 25 mai 2020)
  5. (en-GB) « Qualifier Murphy wins world title », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  6. a et b « 1998 UK Championship Results », sur www.snookerdatabase.co.uk (consulté le 25 mai 2020)
  7. a et b « 1999 UK Championship Results », sur www.snookerdatabase.co.uk (consulté le 25 mai 2020)
  8. « snooker.org: Grand Prix 1995 », sur www.snooker.org (consulté le 25 mai 2020)
  9. « masqual » (version du 16 février 2012 sur l'Internet Archive), sur web.archive.org,
  10. (en) Ron Florax, « CueTracker - 2011 PTC - Event 1 - Snooker Results & Statistics Database », sur cuetracker.net (consulté le 25 mai 2020)
  11. « Snooker Scene » (version du 24 janvier 2013 sur l'Internet Archive), sur web.archive.org,
  12. « snooker.org: Liverpool Victoria UK Championship 1997 », sur www.snooker.org (consulté le 25 mai 2020)
  13. « Matthew Stevens Player Profile », sur www.snookerdatabase.co.uk (consulté le 25 mai 2020)
  14. « WWW Snooker: Regal Scottish Masters 1999 », sur www.snooker.org (consulté le 25 mai 2020)
  15. a et b (en) « Matthew Stevens », sur World Snooker (consulté le 30 mars 2020)
  16. (en-GB) « Framewatch: Higgins v Stevens », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  17. « BBC SPORT | Other Sports | Snooker | World Champs 2002 | Brave Ebdon sinks Stevens », sur newsvote.bbc.co.uk (consulté le 25 mai 2020)
  18. « snooker.org: Singha Thailand Masters 2002 », sur www.snooker.org (consulté le 25 mai 2020)
  19. « World Snooker Association » (version du 14 juin 2002 sur l'Internet Archive), sur web.archive.org,
  20. (en-GB) « Dott into final after epic », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  21. « WWW Snooker: British Open 2003 », sur www.snooker.org (consulté le 25 mai 2020)
  22. « SNOOKER - Global Snooker Centre » (version du 18 décembre 2006 sur l'Internet Archive), sur web.archive.org,
  23. (en-GB) « Stevens sees off Hicks challenge », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  24. (en-GB) « Stevens completes White thrashing », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  25. (en-GB) « Stevens stays cool to beat Hendry », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  26. (en-GB) « Stevens lines up Murphy showdown », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  27. (en) Ron Florax, « CueTracker - 2005 Northern Ireland Trophy - Finishes - Snooker Results & Statistics Database », sur cuetracker.net (consulté le 25 mai 2020)
  28. (en-GB) « Stevens wins Pot Black comeback », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  29. (en-GB) « Robertson takes title in Bahrain », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  30. « World Snooker | News | News | Gutsy Stevens Takes CLS Title » (version du 12 juin 2012 sur l'Internet Archive), sur web.archive.org,
  31. « PartyCasino.com Players Tour Championship Finals (2011) - snooker.org », sur www.snooker.org (consulté le 25 mai 2020)
  32. « Welsh Open 2011 - Final Stages » (version du 11 février 2011 sur l'Internet Archive), sur web.archive.org,
  33. (en-GB) « O'Sullivan reaches German semis », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  34. (en-GB) « Stevens and Carter both through », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  35. (en-GB) « Inspired O'Sullivan reaches final », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  36. (en) « World Open: Matthew Stevens & Mark Allen reach China final », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  37. Mike Dawes, « Trump makes short work of Bond to set up Stevens clash in Haikou quarter-finals », sur Mail Online, (consulté le 30 mars 2020)
  38. (en) « Mark Allen beats Matthew Stevens to retain World Open title », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  39. M. S. P. WalesOnline, « Matthew Stevens beats Mark Williams at The Crucible », sur walesonline, (consulté le 30 mars 2020)
  40. (en) « World Snooker Championship: Ronnie O'Sullivan through », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2020)
  41. « Robertson cruises to Wuxi Classic final and avenges World Championship loss », sur Mail Online, (consulté le 25 mai 2020)
  42. (en-GB) « Stevens edges Selby to reach last 16 », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  43. « Sporting Life - Snooker » (version du 5 juin 2011 sur l'Internet Archive), sur web.archive.org,
  44. (en-GB) « Hundreds gather at Hunter funeral », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  45. (en-GB) « Snooker star wins poker's big pot », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mai 2020)
  46. Championnat du monde, championnat du Royaume-Uni et Masters.
  47. Le score final a été de 1-0 (53-27), pour Stevens.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :