Neil Robertson (snooker)

joueur de snooker australien

Neil Robertson
Image illustrative de l’article Neil Robertson (snooker)
Neil Robertson au Masters d'Allemagne 2015.
Fiche d'identité
Nom complet Neil Robertson
Surnom « The Thunder from Down Under »
Nationalité Australienne
Date de naissance (40 ans)
Lieu de naissance Melbourne, Australie
Professionnel Depuis 1998
Meilleur classement 1er (09/10-12/10, 06/13-05/14, 07/14-08/14, 12/14-01/15)
Gains 6 266 245 £
Break le plus élevé 147 (4 fois)
Centuries 848
Victoires en tournois (par catégorie)
Classés 23
Classés mineurs 4
Non classés 7
Victoires en tournois (triple couronne)
Championnat du monde 1 (2010)
Championnat du Royaume-Uni 3 (2013, 2015, 2020)
Masters 2 (2012, 2022)
Dernière mise à jour : 30 avril 2022

Neil Robertson est un joueur de snooker australien né le à Melbourne.

Il intègre pour la première fois le top 16 mondial lors de la saison 2006-2007 et remporte en 2010 le championnat du monde, devenant ainsi le premier joueur australien à réaliser cette performance[1]. Par la suite, Robertson devient le huitième numéro un mondial de sa discipline après une victoire sur Ronnie O'Sullivan lors de l'Open mondial 2010[2]. Il fait également partie des treize joueurs de snooker ayant achevé une triple couronne, à savoir s'être imposé au championnat du monde, au championnat du Royaume-Uni et au Masters. Il totalise 21 victoires en tournois classés.

Premier joueur à réaliser cent centuries en une saison[3], il est reconnu comme l'un des meilleurs joueurs non britannique de l'histoire du snooker[4].

CarrièreModifier

Premières années (1997-2006)Modifier

Passé professionnel en 1998, Robertson connait des succès sur les tournois pour jeunes et remporte en 2003 le championnat du monde des moins de 21 ans[5]. En 1997, alors âgé de 17 ans, il passe tout proche de la qualification pour le championnat du monde[6]. Il fait également sa première apparition au Masters après avoir remporté le tournoi de qualification en 2003[7]. Il perd néanmoins lors de son premier match contre Jimmy White.

Lors de la saison 2004-2005, Robertson entre dans le top 32 du classement mondial, grâce à une qualification régulière pour les tournois de classement. Il parvient même à se qualifier pour le championnat du monde 2005, où il s'incline contre Stephen Hendry (10-7)[8]. La saison suivante, il fait ses premiers pas dans le top 16 du classement, avec notamment un quart de finale au championnat du monde 2006.

Premières victoires en tournois (2006-2009)Modifier

Il connait ses premiers succès sur le circuit professionnel en 2006 lorsqu'il remporte sa première victoire en tournoi classé face à Jamie Cope au Grand Prix à Aberdeen, en Écosse[9]. La même année, Robertson remporte un deuxième tournoi comptant pour le classement lors de l'Open du pays de Galles. Il y bat notamment Stephen Hendry et Ronnie O'Sullivan avant de prendre le meilleur sur Andrew Higginson en finale[10]. Ces deux victoires lui permettent une entrée dans le top 10 en fin de saison.

Lors de la saison 2008-2009, Robertson remporte son troisième succès majeur au Bahreïn, en battant Matthew Stevens en finale du championnat[11]. Cette même saison, il se hisse jusqu'à la demi-finale au championnat du monde, grâce à des victoires aux dépens de Steve Davis[12], Ali Carter et Stephen Maguire[13]. Robertson met en œuvre une partie accrochée face à Shaun Murphy, mais à 14 manches partout, c'est l'Anglais qui s'échappe au score, et qui s'impose (17 manches à 14)[14].

 
Neil Robertson à la table, lors du classique Paul Hunter en 2010.

Champion du monde en 2010 et première place mondialeModifier

Il remporte le championnat du monde après une année marquée par un quatrième succès en tournoi classé lors du Grand Prix[15]. Au championnat, il est opposé au premier tour à Fergal O'Brien qu'il domine sans problème (10-5)[16]. Au deuxième tour, il retrouve le qualifié Martin Gould. L'Australien parvient à inverser une situation plus que mal embarquée ; après avoir perdu les six premières manches, puis après avoir été mené par 11-5, il parvient à s'imposer à la manche décisive pour rejoindre les quarts de finale[17]. En quart de finale, il écrase le sextuple champion du monde Steve Davis (13-5). En demi-finale, il est convié à affronter le 5e joueur mondial, Ali Carter. Robertson l'emporte sur le score de 17-12 et devient ainsi le premier joueur australien à rejoindre la finale du championnat du monde[18]. En finale, il retrouve le vainqueur de l'édition 2006, Graeme Dott. Il le bat par 18 manches à 13[19] et devient ainsi le tout premier australien à remporter le championnat du monde dans l'ère moderne[1]. Par ailleurs, Neil est seulement le quatrième vainqueur qui ne soit pas d'origine britannique, les autres étant Horace Lindrum (Australie), Cliff Thorburn (Canada) et Ken Doherty (Irlande). Il devient également pour la première fois no 1 mondial après s'être imposé à l'Open mondial, trois mois après sa victoire au Crucible[20].

Triple couronne et record du nombre de centuries en une saison (2011-2014)Modifier

 
Neil Robertson, soulevant le titre de Masters, en 2012.

L'année 2012 est marquée par une victoire au Masters aux dépens de Shaun Murphy 10 manches à 6[21]. Quelques mois après cette victoire, Robertson perd la première finale classée de sa carrière sur l'épreuve finale du championnat du circuit des joueurs[22]. Toujours en 2012, il perd en finale du championnat international[23]. En 2013, Robertson complète sa triple couronne grâce à une victoire au championnat du Royaume-Uni, dominant l'Anglais Mark Selby en finale par 10 manches à 7 malgré et après avoir été mené 5 manches à 1[24]. Il devient le seul joueur d'origine non britannique à réussir cette performance. En fin de saison, il perd une deuxième finale consécutive sur l'épreuve finale du championnat du circuit des joueurs. En 2013, il remporte deux nouveaux tournois classés ; l'Open de Chine[25] et le Classique de Wuxi[26]. La même année, il échoue sur une nouvelle finale, cette fois-ci à domicile contre Marco Fu[27].

En 2014, Robertson totalise plus de 100 century breaks en une seule saison, une première dans l'histoire de cette discipline. C'est d'ailleurs en 2014 qu'il remporte un nouveau tournoi majeur lors du Classique de Wuxi[28] et qu'il perd deux nouvelles finales (Open de Chine[29] et Open d'Australie[30]). de Le , il remporte un deuxième succès au championnat du Royaume-Uni (en) en s'imposant sur Liang Wenbo en finale sur le score de 10 manches à 5[31]. Il réalise notamment un 147 lors de la sixième manche de la rencontre. En fin de saison, il perd une première finale à l'Open du pays de Galles contre Ronnie O'Sullivan (9-5)[32].

Maintien malgré quelques inconstances (depuis 2015)Modifier

 
Neil Robertson au Masters d'Allemagne 2015.

Les deux saisons suivantes s'avèrent moins bonnes. Il remporte tout de même en 2016 le Masters de Riga (tournoi classé)[33] et en 2017 le Masters de Hong Kong (tournoi non-classé) et l'Open d'Écosse (tournoi classé)[34]. En 2018, il enregistre une nouvelle victoire sur un tournoi classé au Masters de Riga[35]. Robertson remporte son quinzième titre classé du côté de Cardiff à l'occasion de l'Open du pays de Galles[36]. Il bat également Jack Lisowski en finale de l'Open de Chine et remporte la dotation exceptionnelle de 225 000 £[37]. Au cours de la seule saison 2018-2019, l'Australien dispute six finales de suite dans des tournois classés et en remporte trois. Il perd en revanche les finales du côté du championnat international[38], du championnat des joueurs[39] et du championnat du circuit[40]. Le , il remporte le titre lors du tournoi du champion des champions en battant Judd Trump au terme d'une finale serrée conclue à la manche décisive (10-9)[41]. Au cours de la rencontre, Robertson réalise 5 century breaks, lui offrant un avantage certain pour la victoire. Il égalise à 9-9 dans une manche où il était mené 69-0.

Robertson débute brillamment l'année 2020 par trois finales disputées consécutivement sur des tournois comptant pour le classement mondial. Il remporte le Masters d'Europe en dominant son adversaire Zhou Yuelong en finale 9 manches à 0[42]. Il s'agissait d'ailleurs d'une première depuis 1989. Il perd ensuite en finale du Masters d'Allemagne contre Judd Trump (9-6)[43]. Une semaine plus tard, il remporte un nouveau tournoi classé au Grand Prix mondial face à Graeme Dott[44]. En octobre, il atteint une nouvelle finale de classement à l'Open d'Angleterre, mais s'incline cependant contre Judd Trump (9-8), malgré avoir mené 7-4[45].

Pendant la saison 2020-2021, Robertson s'adjuge un troisième titre au championnat du Royaume-Uni (victoire contre Judd Trump dans la manche décisive)[46] et gagne le championnat du circuit contre Ronnie O'Sullivan[47]. Il échoue également en finale à l'Open d'Angleterre et au tournoi des champions, battu par Trump et Mark Allen[45],[48]. C'est donc logiquement qu'il se présente au championnat du monde en tant que sérieux prétendant à la victoire. Toutefois, il s'incline en quart de finale pour la troisième année consécutive.

Pendant la saison suivante, Robertson ajoute trois titres classés à son palmarès (l'Open d'Angleterre[49], le championnat des joueurs[50] et le championnat du circuit pour la deuxième année consécutive[51]), dépassant la barre des vingt titres classés en carrière. En janvier, il s'empare d'un deuxième titre au Masters de snooker, où il inflige une lourde défaite à Barry Hawkins en finale (10-4)[52]. Robertson dispute également une quatrième finale classée à l'occasion du Grand Prix mondial, qu'il perd contre O'Sullivan[53],[54].

Technique et style de jeuModifier

TechniqueModifier

Lors du championnat du Royaume-Uni 2020, la légende Ronnie O'Sullivan explique que Neil Robertson possède sans doute le meilleur « cue action » du circuit[réf. nécessaire]. Son œil directeur droit donne l'impression que sa tête est en léger déséquilibre vers la gauche lors de l'exécution de ses coups.

Style de jeuModifier

Réputé pour être un joueur d'attaque, Robertson fait partie des meilleurs « break-builders » du circuit, ayant réussi plus de 750 fois un century en compétition professionnelle. Champion du monde en 2010, il inscrit davantage son empreinte dans le monde du snooker en 2014, lorsqu'il réalise pas moins de 103 centuries en une seule saison (saison 2013-2014).

Il est aussi réputé pour être habile et affûté sur les empochages longue distance[réf. nécessaire].

Vie personnelleModifier

Né à Melbourne, il est maintenant résidant de Cambridge en Angleterre. Par ailleurs, il pratique régulièrement à Leicester avec Mark Selby.

Il est père de deux enfants ; respectivement nés en 2008[55] et 2019. Robertson est végétalien depuis 2014[56]. Il explique toutefois que le matériel qu'il utilise, notamment au snooker, n'est pas compatible avec un mode de vie végane[57].

Il est ami avec l'ancien footballeur John Terry[58].

Grand passionné des jeux vidéos, Robertson a avoué y consacrer beaucoup moins de temps depuis 2017, expliquant que cela lui avait déjà joué des mauvais tours dans le passé[59].

En juin 2016, il devient ambassadeur d'une application de snooker[60].

PalmarèsModifier

Légende Catégorie Titres Finales
Tournois classés 23 13
Tournois classés mineurs 4 1
Tournois non classés 7 4
Tournois en équipes 1 0
Tournois pro-am 0 2
Tournois alternatifs 0 1
Tournois amateurs 24 0
Gras Tournois de la triple couronne[61]
 
Robertson au Masters d'Allemagne 2013.

TitresModifier

Saison Nom du tournoi Lieu Finaliste Score Tableau
2003-2004 Tournoi de qualification aux Masters   Prestatyn   Dominic Dale 6-5
2006-2007 Grand Prix   Aberdeen   Jamie Cope 9–5 Tableau
2006-2007 Open du pays de Galles   Newport   Andrew Higginson 9–8 Tableau
2008 Championnat du monde en double mixte ???   Joe Perry /   Leah Willett 3-1
2008-2009 Championnat de Bahreïn   Manama   Matthew Stevens 9–7 Tableau
2009-2010 Grand Prix (2)   Glasgow   Ding Junhui 9–4 Tableau
2009-2010 Championnat du monde   Sheffield   Graeme Dott 18–13 Tableau
2010-2011 Open mondial (3)   Glasgow   Ronnie O'Sullivan 5-1 Tableau
2011-2012 Classique de Varsovie   Varsovie   Ricky Walden 4-1 Tableau
2011-2012 Trophée international Alex Higgins   Killarney   Judd Trump 4-1 Tableau
2011-2012 Masters   Londres   Shaun Murphy 10-6 Tableau
2012-2013 Coupe générale   Hong Kong   Ricky Walden 7-6
2012-2013 Open de Gdynia   Gdynia   Jamie Burnett 4-3 Tableau
2012-2013 Open de Chine   Pékin   Mark Selby 10-6 Tableau
2013-2014 Classique de Wuxi   Wuxi   John Higgins 10-7 Tableau
2013-2014 Championnat du Royaume-Uni   York   Mark Selby 10-7 Tableau
2014-2015 Classique de Wuxi (2)   Wuxi   Joe Perry 10-9 Tableau
2014-2015 Open de Gdynia (2)   Gdynia   Mark Williams 4-0 Tableau
2015-2016 Champion des champions   Coventry   Mark Allen 10-5 Tableau
2015-2016 Championnat du Royaume-Uni (2)   York   Liang Wenbo 10-5 Tableau
2016-2017 Masters de Riga   Riga   Michael Holt 5-2 Tableau
2017-2018 Masters de Hong Kong   Hong Kong   Ronnie O'Sullivan 6-3 Tableau
2017-2018 Open d'Écosse   Glasgow   Cao Yupeng 9-8 Tableau
2018-2019 Masters de Riga (2)   Riga   Jack Lisowski 5-2 Tableau
2018-2019 Open du pays de Galles (2)   Cardiff   Stuart Bingham 9–7 Tableau
2018-2019 Open de Chine (2)   Pékin   Jack Lisowski 11-4 Tableau
2019-2020 Champion des champions (2)   Coventry   Judd Trump 10-9 Tableau
2019-2020 Masters d'Europe   Dornbirn   Zhou Yuelong 9-0 Tableau
2019-2020 Grand Prix mondial   Cheltenham   Graeme Dott 10-8 Tableau
2020-2021 Championnat du Royaume-Uni (3)   Milton Keynes   Judd Trump 10-9 Tableau
2020-2021 Championnat du circuit   Newport   Ronnie O'Sullivan 10-4 Tableau
2021-2022 Open d'Angleterre   Milton Keynes   John Higgins 9-8 Tableau
2021-2022 Masters (2)   Londres   Barry Hawkins 10-4 Tableau
2021-2022 Championnat des joueurs   Wolverhampton   Barry Hawkins 10-5 Tableau
2021-2022 Championnat du circuit (2)   Llandudno   John Higgins 10-9 Tableau
 
Robertson à la table.

Finales perduesModifier

Saison Nom du tournoi Lieu Finaliste Score Tableau
2007-2008 Open d'Angleterre Paul Hunter   Leeds   Matthew Couch 5-6
2010-2011 Open d'Autriche   Wels   Judd Trump 5-6
2011-2012 Championnat du circuit des joueurs   Galway   Stephen Lee 0-4 Tableau
2012-2013 Championnat international   Chengdu   Judd Trump 8-10 Tableau
2012-2013 Masters   Londres   Mark Selby 6-10 Tableau
2012-2013 Championnat du circuit des joueurs (2)   Galway   Ding Junhui 3-4 Tableau
2013-2014 Open de Bulgarie   Sofia   John Higgins 1-4 Tableau
2013-2014 Open d'Australie   Bendigo   Marco Fu 6-9 Tableau
2013-2014 Coupe générale   Hong Kong   Mark Davis 2-7
2013-2014 Championnat du monde à six billes   Bangkok   Mark Davis 4-8
2013-2014 Open de Chine   Pékin   Ding Junhui 5-10 Tableau
2014-2015 Open d'Australie (2)   Bendigo   Judd Trump 5-9 Tableau
2014-2015 Masters (2)   Londres   Shaun Murphy 2-10 Tableau
2015-2016 Open du pays de Galles   Cardiff   Ronnie O'Sullivan 5-9 Tableau
2018-2019 Championnat international (2)   Daqing   Mark Allen 5-10 Tableau
2018-2019 Championnat des joueurs (3)   Preston   Ronnie O'Sullivan 4-10 Tableau
2018-2019 Championnat du circuit   Llandudno   Ronnie O'Sullivan 11-13 Tableau
2019-2020 Masters d'Allemagne   Berlin   Judd Trump 6-9 Tableau
2020-2021 Open d'Angleterre   Milton Keynes   Judd Trump 8-9 Tableau
2020-2021 Champion des champions   Milton Keynes   Mark Allen 6-10 Tableau
2021-2022 Grand Prix mondial   Coventry   Ronnie O'Sullivan 8-10 Tableau

Titres amateursModifier

  • Championnat d'Australie des moins de 21 ans - 2000 et 2003
  • Championnat d'Océanie - 2000
  • Championnat Sud Australien - 2001
  • Championnat de Victoria - 2001 et 2002
  • Championnat d'Australie - 2002
  • Mémorial Fred Osborne - 2002 et 2004
  • Classique Lance Pannell - 2002 et 2004
  • Classique du Central Coast Leagues Club - 2003, 2004, 2006 et 2007
  • Championnat du monde des moins de 21 ans - 2003
  • International de la Côte Ouest - 2004, 2005, 2006 et 2007
  • Coupe des rois d'Australie - 2006 et 2008
  • Championnat de la ville de Melbourne - 2008 et 2009

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en-GB) « Robertson beats Dott to win title », UK Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. (en-GB) « Robertson wins World Open final », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. (en) « Neil Robertson », sur World Snooker (consulté le )
  4. (en-US) « Neil Robertson », sur World Snooker (consulté le )
  5. (en) « Neil Robertson », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  6. « WWW Snooker: Embassy World Championship 1999: Qualifying », sur www.snooker.org (consulté le )
  7. « 2003 Masters Qualifying tournament » (version du 8 décembre 2004 sur l'Internet Archive), sur www.globalsnookercentre.co.uk
  8. (en-GB) « Hendry survives Robertson scare », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. (en) « Robertson hungry for more titles », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. (en-GB) Clive Everton, « Snooker: Robertson triumphs but Higginson takes centre stage », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  11. (en-GB) « Robertson takes title in Bahrain », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  12. (en-GB) Clive Everton at The Crucible, « Snooker: Heavy first-round defeat may make Steve Davis's 29th Crucible appearance his last », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  13. (en) « Snooker World Championship: 'Awesome' Shaun Murphy beats Stephen Hendry to claim place in semi-final », sur the Guardian, (consulté le )
  14. (en-GB) « Murphy resists Robertson comeback », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. (en-GB) « Rampant Robertson sees off Ding », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. « 2010 Betfred World Championship Match 3 » (version du 30 avril 2010 sur l'Internet Archive), sur www.global-snooker.com,
  17. « 2010 Betfred World Championship Match 18 » (version du 26 avril 2010 sur l'Internet Archive), sur www.global-snooker.com,
  18. (en-GB) « Robertson reaches Crucible final », UK Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. (en) Neil Robertson wins world snooker title (heraldsun.com.au)
  20. (en) « Robertson wins World Open final », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. (en) « Masters snooker: Neil Robertson captures first title », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. « Lee downs Robertson to end title drought - Yahoo! Eurosport » (version du 20 décembre 2013 sur l'Internet Archive), sur eurosport.yahoo.com,
  23. (en-GB) « Judd Trump beats Robertson in International Championship final », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. (en) « UK Championship: Mark Selby comeback stuns Neil Robertson », sur Sky Sports (consulté le )
  25. (en-GB) « Neil Robertson beats Mark Selby to win China Open title », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. « World Snooker | News | News | Robertson Is Wuxi Wonder » (version du 29 novembre 2013 sur l'Internet Archive), sur www.worldsnooker.com,
  27. (en) « Marco Fu wins Australian Open », sur independent (consulté le )
  28. (en-GB) « TEARFUL ROBERTSON DENIES PERRY IN WUXI THRILLER », sur Inside Snooker (consulté le )
  29. (en-GB) « Ding Junhui wins China Open to equal Stephen Hendry record », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. « Bristol's Judd Trump clinches Australian Open title | Bristol Post » (version du 8 juillet 2014 sur l'Internet Archive), sur www.bristolpost.co.uk,
  31. (en) Press Association, « Neil Robertson overcomes Liang Wenbo to seal second UK Championship », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le )
  32. (en-GB) « Ronnie O'Sullivan beats Neil Robertson to win Welsh Open », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. (en-US) « Robertson Rules In Riga », sur World Snooker, (consulté le )
  34. (en) « Scottish Open: Neil Robertson beats Cao Yupeng 9-8 in dramatic final », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. (en) « Robertson Rules In Riga », sur World Snooker, (consulté le )
  36. (en) « Robertson Claims Cardiff Crown », sur World Snooker, (consulté le )
  37. (en) « Robertson Storms To Beijing Victory », sur World Snooker, (consulté le )
  38. (en-US) « Allen Wins Fourth Ranking Title », sur World Snooker, (consulté le )
  39. (en-US) « O'Sullivan Beats Murphy To Equal Titles Record », sur World Snooker, (consulté le )
  40. (en-GB) « Tour Championship: Ronnie O'Sullivan beats Neil Robertson to become world number one », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  41. (en) « Robertson Beats Trump In Classic Final », sur World Snooker, (consulté le )
  42. (en) « Robertson Whitewashes Zhou In Austria Final », sur World Snooker, (consulté le )
  43. (en-GB) « German Masters: World champion Judd Trump beats Neil Robertson in final », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. (en) « Dott Dashed By Five-Ton Robertson », sur World Snooker, (consulté le )
  45. a et b (en) « Resurgent Judd Trump wins English Open with victory over Neil Robertson », sur Eurosport, (consulté le )
  46. (en) « Robertson Edges Trump In Thrilling UK Final », sur World Snooker, (consulté le )
  47. (en) « Relentless Robertson Claims Tour Title », sur World Snooker, (consulté le )
  48. (en) « Allen Crowned Champion Of Champions », sur World Snooker, (consulté le )
  49. (en) « Robertson rallies against Higgins to win English Open », RTE,‎ (lire en ligne, consulté le )
  50. (en) « Neil Robertson triumphs over Barry Hawkins to claim another title », sur Eurosport, (consulté le )
  51. (en) « Snooker results: Neil Robertson beats John Higgins 10-9 in Tour Championship final », sur www.sportinglife.com (consulté le )
  52. (en) « Thunder Strikes For Second Masters Title », sur https://wst.tv/, World Snooker Tour, (consulté le )
  53. (en) « O'Sullivan Ends Title Drought », sur World Snooker, (consulté le )
  54. (en) « O'Sullivan wins World Grand Prix », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  55. (en-US) « Robertson Into Semis - And Hopes Baby Will Wait », sur World Snooker, (consulté le )
  56. « Robertson goes vegan ahead of UK Championship defence », sur ESPN.co.uk (consulté le )
  57. (en-US) « Vegan snooker », sur Fat Gay Vegan, (consulté le )
  58. Kieran Gill, « Chelsea welcome UK Championship title winner into dressing room », sur Mail Online, (consulté le )
  59. (en-GB) « I was 'hooked' on gaming - Robertson », BBC Sport,‎ (lire en ligne, consulté le )
  60. (pl) « GameDesire Snooker Live Pro hits App Store and Google Play! », sur Digital Entertainment Cluster (consulté le )
  61. Championnat du monde, championnat du Royaume-Uni et Masters

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :