Ouvrir le menu principal

Once Upon a Time… in Hollywood

film sorti en 2019 et réalisé par Quentin Tarantino
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Once Upon a Time (homonymie).
Ne doit pas être confondu avec Il était une fois Hollywood.
Once Upon a Time in… Hollywood
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.
Titre québécois Il était une fois à Hollywood
Réalisation Quentin Tarantino
Scénario Quentin Tarantino
Acteurs principaux
Sociétés de production Columbia Pictures
Polybona Films
Heyday Films
Visiona Romantica
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Comédie dramatique
Durée 161 minutes
Sortie 2019

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Once Upon a Time… in Hollywood ou Il était une fois à Hollywood au Québec est un film américano-britannique écrit, coproduit et réalisé par Quentin Tarantino, sorti en 2019.

Le film est présenté en compétition officielle lors du festival de Cannes 2019.

SynopsisModifier

Contexte et toile de fondModifier

1969, à Hollywood. Le mouvement hippie est à son apogée et se manifeste massivement contre la guerre du Vietnam, toujours en cours. Richard Nixon est élu nouveau président des États-Unis, succédant à Lyndon B. Johnson, tandis que les émeutes de Stonewall débouchent sur un mouvement de lutte pour la libération des personnes LGBT.

Une année charnière dans l'histoire des États-Unis, également bouleversée par l'avènement du « Nouvel Hollywood », un mouvement cinématographique qui enterre le cinéma classique hollywoodien, dit le « Vieil Hollywood », et s'illustre par la prise de pouvoir des réalisateurs au sein des grands studios américains et la représentation radicale de thèmes jusqu'alors tabous et interdits par le code Hays comme la violence, la sexualité, etc.

Rick Dalton – star déclinante d'une série télévisée de western – et Cliff Booth – sa doublure de toujours – assistent à la métamorphose artistique d'un Hollywood qu'ils ne reconnaissent plus du tout en essayant de relancer leurs carrières. De plus, en plein été, le 9 août, Hollywood sera à jamais marqué par un fait divers barbare : l'assassinat de l'actrice Sharon Tate enceinte de 8 mois, épouse du cinéaste franco-polonais Roman Polanski et voisine de Rick Dalton, ainsi que de ses amis dans sa villa, par les disciples du gourou Charles Manson.

Résumé détailléModifier

En février 1969, l'acteur Rick Dalton (Leonardo DiCaprio), ancienne star de la série télévisée Le Chasseur de primes (Bounty Law) et de séries B, est invité à déjeuner par son agent Marvin Schwarz (Al Pacino) qui lui annonce qu'il est désormais ringard, à force de toujours jouer des méchants perdants dans des séries, dans une industrie hollywoodienne moderne. Il lui propose, pour redonner un souffle à sa carrière, de partir en Italie pour tourner des westerns spaghettis, notamment sous la direction de Sergio Corbucci. Rick Dalton refuse, craignant d'être humilié dans des séries B fauchées. Alcoolique, capricieux et narcissique, il trouve du réconfort auprès de son ami chauffeur et doublure Cliff Booth (Brad Pitt), un cascadeur suspecté d'avoir tué sa femme Billie (Rebecca Gayheart). Mais Dalton semble retrouver de l'espoir lorsqu'il voit que ses nouveaux voisins sont le couple le plus en vogue du moment : le cinéaste Roman Polanski (Rafał Zawierucha (en)), tout juste auréolé du succès de son film Rosemary's Baby et sa compagne, l'actrice Sharon Tate (Margot Robbie). La nuit tombée, Booth raccompagne Dalton dans sa maison à Cielo Drive et rentre chez lui, dans une caravane miteuse près d'un drive-in où il vit seul avec sa chienne Brandy. Quant à Polanski et son épouse, ils vont faire la fête au manoir Playboy, où ils retrouvent notamment leur ami coiffeur des stars Jay Sebring (Emile Hirsch), l'acteur Steve McQueen (Damian Lewis) et les chanteuses Cass Elliot (Rachel Redleaf) et Michelle Phillips (Rebecca Rittenhouse). En observant le couple et Sebring danser, McQueen explique à la chanteuse Connie Stevens (Dreama Walker) que Sebring, l'ex de Sharon Tate, attend que Polanski fasse un faux pas pour reconquérir sa compagne qu'il aime toujours.

Accumulant les petits rôles dans des séries télévisées, Dalton obtient le rôle d'un méchant dans la série Ranch L (Lancer en VO). Il rencontre notamment l'acteur James Stacy (Timothy Olyphant), le héros principal, qui s'avère être un de ses fans, ou encore sa partenaire Trudi Fraser (Julia Butters), une petite fille de 8 ans adepte de l'Actors Studio. Mais, pendant le tournage, Dalton perd ses moyens et oublie ses répliques en raison de son alcoolisme. Après une crise dans sa loge, déterminé et refusant d'être un loser, il retourne sur le tournage où il doit, lors d'une scène, prendre en otage le personnage de Maribella, jouée par la jeune enfant. Sa performance impressionne Trudi et le réalisateur Sam Wanamaker (Nicholas Hammond). Lorsqu'elle lui annonce qu'il a été brillant, alors qu'elle le voyait déprimer en raison de sa carrière en chute libre, Dalton s’effondre en larmes et retrouve confiance en lui. Pendant ce temps, Booth répare l'antenne de télévision de Dalton. Sur son toit, il voit un homme étrange aux cheveux longs se garer devant la résidence de Polanski. Il s'agit de Charles Manson (Damon Herriman). Ce dernier erre autour de la maison pour voir Terry Melcher, un producteur de musique. Mais lorsque Jay Sebring, qui tient compagnie à Sharon Tate, lui annonce qu'il ne vit plus ici avant de le virer de leur propriété, le regard de Manson croise celui de l'épouse de Polanski et il part aussitôt après l'avoir saluée.

Booth se remémore son passé. Alors que Dalton cherche un cascadeur pour le doubler, un professionnel, Randy (Kurt Russell), lui déconseille de choisir Booth car il aurait tué son épouse en mer. Mais Dalton refuse d'y croire et l'engage aussitôt. Sur le tournage de la série Le Frelon vert, Booth assiste à un discours arrogant de Bruce Lee (Mike Moh), qui considère qu'il est le meilleur (bien meilleur que Cassius Clay), et lui propose un combat à mains nues pour prouver qu'il n'est pas aussi fort qu'il le prétend. Mais leur duel se termine par un match nul lorsque Janet (Zoe Bell), la femme de Randy, les arrête et voit qu'ils ont cabossé sa voiture en se battant, ce qui amène Randy à ne plus engager Booth.

La même journée, Sharon Tate se rend seule dans une librairie pour acheter un cadeau à son mari. Elle lui achète le roman Tess d'Urberville. À Westwood, elle se rend dans le Bruin Theater où, invitée par le propriétaire, elle assiste à une projection du film Matt Helm règle son comte où elle partage l'affiche avec Dean Martin. Cachée derrière ses lunettes de soleil, elle entend avec bonheur les rires du public lors des scènes où elle démontre ses talents comiques. Elle se remémore par ailleurs son entraînement pour le film auprès de Bruce Lee.

Pendant ce temps, Booth prend en stop une hippie aguicheuse, Pussycat (Margaret Qualley), qui ne le laisse pas indifférent. Cette dernière lui propose une fellation pendant qu'il conduit mais il refuse, la soupçonnant d'être mineure. Elle désire aller au ranch Spahn, où l'attendent d'autres hippies et plus précisément les adeptes de Charles Manson, et Booth décide de l'accompagner pour visiter les décors en ruine de la série Le Chasseur de primes où il doublait Dalton. Aussitôt arrivé sur le lieu, Booth découvre qu'ils agissent bizarrement. Il rencontre Charles Watson (Austin Butler) et Lynette Fromme (Dakota Fanning), deux complices de Manson, qui voient d'un mauvais œil son arrivée au ranch. Alors qu'il souhaite revoir son vieil ami George Spahn (Bruce Dern), propriétaire des lieux, il découvre qu'il est aveugle et à moitié sénile. Quand Booth lui annonce que les hippies profitent de son infirmité pour loger dans son domaine, le vieillard réfute et avoue qu'il couche avec Lynette. En échange de rapports sexuels avec les jeunes femmes, il les autorise à habiter chez lui. Quand Booth insiste pour lui dire qu'il est manipulé par la bande de hippies, Spahn lui explique qu'il n'a pas peur d'eux et le renvoie. Dehors, Booth voit que l'un des pneus de sa voiture a été crevé par un des hippies, Steve « Clem » Grogan (James Landry Hébert). Booth lui explose le visage à coups de poing et l'oblige à le changer. Témoins de la scène, les hippies s'offusquent et Catherine Share (Lena Dunham) demande à une autre, Sundance (Cassidy Hice), d’aller chercher rapidement Watson. Quand ce dernier arrive sur son cheval, il voit que Booth est déjà parti.

Le soir même, alors que Booth et Dalton regardent ensemble la performance du second dans un épisode de Sur la piste du crime (The F.B.I. en VO), son agent Schwarz fait de même et, contre l'avis de son acteur, appelle les producteurs du cinéaste italien Sergio Corbucci pour leur annoncer que Dalton sera parfait dans le rôle principal de leur prochain western spaghetti.

Six mois plus tard. Dalton et Booth partent pour l’Italie pour tourner des westerns spaghettis ou des séries B fauchées tournées par des cinéastes italiens comme Corbucci ou Antonio Margheriti, quatre films qui permettent à Dalton de gagner beaucoup d'argent et de rencontrer sa femme, l'actrice Francesca Capucci (Lorenza Izzo). Désormais marié, il retourne à Hollywood où il s'apprête à se séparer définitivement de son ami Cliff, ce dernier acceptant cet accord pour poursuivre seul son chemin. Quant à Sharon Tate, elle est désormais enceinte de Polanski et elle est sur le point d'accoucher.

La nuit du 9 août 1969, en raison de l'absence de son époux parti à Londres pour préparer son nouveau film, Sharon Tate invite ses amis Jay Sebring, Abigail Folger (Samantha Robinson) et Wojciech Frykowski (Costa Ronin) dans un restaurant mexicain puis ils rentrent tous chez Tate pour poursuivre la soirée. Quant à Dalton, il fête sa séparation avec Booth en buvant de l'alcool dans un autre restaurant puis ils reviennent chez Dalton, où sa femme dort profondément. Alors que Dalton se prépare des margaritas, Booth retrouve une cigarette imbibée de LSD qu'il a achetée à une hippie et décide de la fumer avant de partir promener sa chienne en pleine nuit. Au même moment, Charles Watson, accompagnés de ses sbires Susan Atkins (Mikey Madison), Linda Kasabian (Maya Hawke) et Patricia Krenwinkel (Madisen Beaty) arrivent en voiture à Cielo Drive pour accomplir la demande de leur gourou Charles Manson : celle de massacrer tous les occupants de la maison de Terry Melcher sans exception. Soit celle où se trouvent Sharon Tate et ses amis.

Mais, dès qu’ils sont garés devant la villa de Sharon Tate, Dalton les remarque à cause du bruit et de la fumée épouvantables de leur voiture. Ce dernier, détestant les hippies, sort de chez lui en colère et les menace pour qu'ils partent immédiatement du quartier privé. Les tueurs hippies, complètement défoncés, s'en vont mais ils ont reconnu Dalton comme le héros de la série télévisée Le Chasseur de primes. Atkins leur propose d'aller le tuer sauvagement et, surexcités, ses complices acceptent sa proposition. Sur le chemin, Kasabian leur fait croire qu'elle a oublié son couteau et part le récupérer dans la voiture. Mais elle s'enfuit sous leurs yeux. Quand ils pénètrent par effraction chez Dalton, ils tombent sur Booth, rentré de sa promenade mais totalement sous l'emprise de sa cigarette hallucinogène. Mais il réussit à les reconnaître comme les hippies du ranch Spahn. Ces derniers prennent peur et s'apprêtent à le tuer jusqu'au moment où la chienne de Booth attaque Watson et le blesse gravement à la jambe et aux parties génitales. Booth, qui avait encore la boîte de conserve pour chien en main, la jette en plein dans le visage d'Atkins, ce qui la blesse très gravement jusqu'à la faire hurler de douleur de manière particulièrement stridente durant de longues minutes. Booth explose la tête de Watson d’un coup de pied avant d'être poignardé à la jambe par Krenwinkel. Il la massacre brutalement en fracassant sa tête contre les murs de la maison avant qu’il ne s'évanouisse en raison de sa blessure. Mordue par Brandy et aveuglée par Booth, Atkins fonce dans la piscine, où Dalton écoute de la musique avec un casque sur les oreilles. Surpris et halluciné, inconscient de ce qui s'est passé chez lui, il récupère son lance-flammes, une arme jadis utilisée sur le tournage d'un film où il brûlait des nazis, et incinère aussitôt Atkins dans l'eau où elle meurt dans les flammes et coule au fond de la piscine.

Booth est emmené à l'hôpital et, avant qu'il ne parte, Dalton lui avoue qu'il est un véritable ami tandis que sa femme, qui s'est débattue contre Krenwinkel qui voulait la tuer, est interrogée par la police, qui quitte rapidement les lieux. Désormais seul, Dalton est accosté par Jay Sebring à travers la grille de la villa de Sharon Tate. Ce dernier lui avoue qu'il est de ses plus grands fans et qu'il connait par cœur ses films. Ému, Dalton l'est encore plus quand Sharon Tate en personne, qui ignorait la présence de son voisin acteur, l'invite à travers l'interphone à les rejoindre pour boire un verre. Intimidé, Dalton accepte sa proposition. Ainsi, le 9 août 1969, Dalton fait connaissance avec Sharon Tate et ses trois amis, toujours en vie...

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

  Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[7]
  Source et légende : version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[8]

ProductionModifier

Développement du projetModifier

Les premières indiscrétions du film remontent au printemps 2017. En juillet 2017, il est annoncé que The Weinstein Company produira le film, dont le script est en finalisation et dans lequel pourraient jouer Brad Pitt et Jennifer Lawrence[9].

La préproduction à l'automne 2017 est marquée par l'affaire Harvey Weinstein, collaborateur historique de Tarantino ainsi que par le décès de Charles Manson, le . Le , il est annoncé que la distribution du film sera finalement assurée par Sony Pictures, après avoir été mis en concurrence avec d'autres studios comme Warner Bros., Universal Pictures, Paramount Pictures, Annapurna Pictures et Lionsgate[10]. Sony aurait proposé à Quentin Tarantino un budget de 95 millions de dollars, le final cut et un « extraordinaire contrôle créatif », un pourcentage sur les recettes et enfin que les droits du film lui reviennent dans 10 ou 20 ans[11].

Distribution des rôlesModifier

 
L'actrice australienne Margot Robbie incarne Sharon Tate.
 
L'acteur principal Leonardo DiCaprio lors de la projection du film au Festival de Cannes 2019.

En novembre 2017, Tom Cruise est évoqué pour un rôle non spécifié, peu de temps après l'annonce de la présence de Leonardo DiCaprio et Brad Pitt[12]. Tarantino dira lors de la sortie américaine du film, qu'il devait incarner le personnage de Cliff Booth.

En mai 2018, Margot Robbie confirme qu'elle jouera Sharon Tate, l'épouse du cinéaste Roman Polanski assassinée par les disciples de Charles Manson[13].

De plus, à quelques heures d'intervalles, il est annoncé que Tarantino fait appel à quatre de ses acteurs fétiches, Michael Madsen, Tim Roth, Zoë Bell et Kurt Russell, pour des seconds rôles mineurs. Il engage également Burt Reynolds, ancienne gloire des années 1970-1980, pour incarner George Spahn, un éleveur américain qui louait son ranch à l'industrie cinématographique pour tourner des westerns et qui a surtout hébergé Charles Manson et ses disciples. En échange du logement, Manson lui prodiguait ses suiveuses pour qu'elles couchent avec lui[14].

Quelques jours plus tard, l'acteur Timothy Olyphant, plus connu pour la série Justified et Deadwood (HBO), est engagé pour un rôle encore inconnu[15].

En juin 2018, Al Pacino, Dakota Fanning, Damian Lewis, Emile Hirsch, Luke Perry, Clifton Collins Jr., Nicholas Hammond, Keith Jefferson, James Marsden et Julia Butters rejoignent le casting[16],[17],[18].

Le mois suivant, en juillet 2018, le casting est étoffé avec l'arrivée de plusieurs acteurs au casting dont l'américain Mike Moh dans la peau de Bruce Lee ou bien James Remar, déjà apparu dans Django Unchained de Tarantino[19].

En août 2018, c'est au tour de Lena Dunham, Maya Thurman-Hawke, Lorenza Izzo et Austin Butler de rejoindre le casting. L'acteur polonais Rafał Zawierucha, inconnu du grand public, interprétera le rôle du cinéaste Roman Polanski, mari de Sharon Tate à l'époque, tandis que l'acteur australien Damon Herriman incarnera Charles Manson. Ce dernier incarnera également ce rôle dans la série Netflix Mindhunter. Danny Strong, Sydney Sweeney, Rumer Glenn Willis, Margaret Qualley, Clu Gulager, Costa Ronin, Dreama Walker, Madisen Beaty et Samantha Robinson sont également annoncés au casting.

Le 6 septembre 2018, Burt Reynolds décède à 82 ans. Il est révélé ensuite qu'il n'avait pas encore commencé à tourner ses scènes[20]. Le rôle est finalement repris par l'un de ses amis, Bruce Dern, qui avait par ailleurs tourné dans les deux précédents films de Quentin Tarantino, Django Unchained (2012) et Les Huit Salopards (2015)[21].

Il s'agit du dernier long métrage de l'acteur américain Luke Perry, décédé d'un accident vasculaire cérébral le à l'âge de cinquante-deux ans.

Initialement prévus pour faire des apparitions, James Marsden, James Remar, Tim Roth et Danny Strong sont finalement coupés au montage et absents du film présenté au Festival de Cannes 2019[22]. Néanmoins, leurs scènes pourraient être rajoutées pour le montage de la version cinéma puisque Tarantino a annoncé quelques jours après sa présentation cannoise qu'il comptait rallonger la durée de son film.

En juillet 2019, Lew Temple révèle que Jack Nicholson, qui n'avait plus tourné depuis des années, apparait dans le film[23]. Il n'est cependant pas présent dans le film.

TournageModifier

Le tournage débute le à Los Angeles[24],[25].

En septembre 2018, l'équipe tourne pendant trois jours à Holmby Hills, dans le manoir Playboy qui appartenait à Hugh Hefner. Le propriétaire des lieux, Daren Metropoulos, sera ainsi crédité comme producteur associé au générique du film[26]. Plusieurs autres lieux iconiques de Los Angeles apparaissent dans le film : les cinémas Fox Bruin Theater (en) et Fox Theater de Westwood, le Cinerama Dome, El Coyote Cafe (en) (Beverly Boulevard) ou encore le Musso & Frank Grill. Le Corriganville Movie Ranch (en) près de Simi Valley sert quant à lui de décor au ranch de George Spahn où vit la « famille Manson »[27].

Les prises de vues s'achèvent le [28].

MusiqueModifier

Quentin Tarantino's
Once Upon a Time… in Hollywood
Original motion picture soundtrack

Bande originale de divers artistes
Sortie  
  [29]
Enregistré années 1960, années 1970
Durée 74 minutes
Genre pop, rock psychédélique, musique de film
Producteur Quentin Tarantino, Holly Adams West, Shannon McIntosh (exé.), David Heyman (exé.)[30]
Label L. Driver Productions / Columbia

Bandes originales par Quentin Tarantino

L'album de la bande originale du film sort le sur les labels L. Driver Productions et Columbia Records[31]. Il regroupe principalement des chansons pop-rock des années 1960 ainsi que des brèves interludes constituées de publicités et reportages radiophoniques, mais aucun dialogue du film (contrairement aux précédents bandes originales des films de Quentin Tarantino).

Dans la première bande-annonce teaser du film, on peut par ailleurs entendre Straight Shooter de The Mamas and the Papas et Bring a Little Lovin’ de Los Bravos[32]. Dans la première bande-annonce longue, on entend Good Thing de Paul Revere and the Raiders et Brother Love's Travelling Salvation Show de Neil Diamond[33].

Liste des titresModifier

No TitreAuteurInterprètes[31] Durée
1. Treat Her RightRoy Kent Head, Gene KurtzRoy Head & The Traits 2:04
2. Ramblin' Gamblin' ManRobert SegerThe Bob Seger System 2:22
3. HushJoe SouthDeep Purple 4:08
4. Mug Root Beer Advertisement (interlude)Johnny MannKHJ 0:08
5. HectorJoe Espinosa, John GonzalezThe Village Callers 2:32
6. Son of a Lovin' ManTerry Cashman, Gene Pistilli, Tommy WestBuchanan Brothers 2:56
7. Paxton Quigley's Had the Course (tiré du film Three in the Attic)Chad Stuart, Jeremy ClydeChad and Jeremy 3:17
8. Tanya Tanning Butter Advertisement (interlude)Bristol-Myers 1:06
9. Good ThingTerry Melcher, Mark A. LindsayPaul Revere and the Raiders 3:02
10. HungryBarry Mann, Cynthia WeilPaul Revere and the Raiders 2:53
11. Choo Choo Train (Mono Single version)Donald Fritts, Eddie HintonThe Box Tops 2:50
12. Jenny Take a RideBob Crewe, Enotris Johnson, Richard PennimanMitch Ryder & The Detroit Wheels 3:36
13. Kentucky WomanNeil DiamondDeep Purple 4:44
14. The Circle GameJoni MitchellBuffy Sainte-Marie 3:00
15. Mrs. RobinsonPaul SimonSimon and Garfunkel 3:36
16. Numero Uno Cologne Advertisement (interlude)I Profumi di Capri 0:49
17. Bring a Little Lovin'Johannes Vandenberg, George YoungLos Bravos 2:17
18. Suddenly / Heaven Sent Advertisement (interlude)Harold E. Weed / Dana Classic Fragrances 0:59
19. Vagabond High School Reunion (interlude)KHJ 0:20
20. KHJ Los Angeles Weather Report (interlude)KHJ 0:10
21. The Illustrated Man Advertisement / Ready for Action (interlude)Syd Dale 0:29
22. Hey Little GirlOtis Blackwell, Bobby StevensonDee Clark 2:15
23. Summer Blonde Advertisement (interlude)Coty Inc. 1:15
24. Brother Love's Traveling Salvation ShowNeil DiamondNeil Diamond 3:27
25. Don't Chase Me Around (tiré du film Gas-s-s-s)Barry MeltonRobert Corff 1:45
26. Mr. Sun, Mr. MoonMark A. LindsayPaul Revere and the Raiders feat. Mark Lindsay 2:45
27. California Dreamin'Michelle Phillips, John PhillipsJosé Feliciano 4:09
28. Dinamite Jim (English Version)Nico Fidenco, Giuseppe CassiaI Cantori Moderni di Alessandroni 2:27
29. You Keep Me Hangin' On (Quentin Tarantino Edit)Holland-Dozier-HollandVanilla Fudge 5:00
30. Miss Lily Langtry (tiré du film Juge et Hors-la-loi)Maurice JarreMaurice Jarre 3:13
31. KHJ Batman Promotion / Batman Theme (interlude)Neal HeftiKHJ 1:06
74:00

Autres chansons et morceaux présents dans le filmModifier

De nombreux autres titres sont présents dans le film mais absents de l'album[34] :

AccueilModifier

Accueil critiqueModifier

 
Quentin Tarantino et Margot Robbie lors de la projection du film au Festival de Cannes 2019.

Aux États-Unis, le film reçoit plutôt de bonnes critiques. Sur l'agrégateur Rotten Tomatoes, il obtient 84% d'avis favorables pour 371 critiques et une note moyenne de 7,7610[35]. Sur Metacritic, il récolte une moyenne de 85100 pour 59 critiques[36].

Dans un article de The Hollywood Reporter, le film est décrit comme une « lettre d'amour de Tarantino au Los Angeles des années 60 » et souligne les choix d'acteurs et de lieux de tournage, malgré quelques réactions divisées au sein de la rédaction concernant la fin du film[37]. Dans Variety, Owen Gleiberman le décrit comme un « collage captivant d’un film — mais qui n'est pas, en fin de compte, un chef-d’œuvre »[38]. Peter Bradshaw de The Guardian lui donne la note maximale de 5 étoiles en mettant en avant les prestations de Brad Pitt et Leonardo DiCaprio en décrivant le film « scandaleux, désorientant, irresponsable et également brillant »[39]. Steve Pond du site TheWrap écrit quant à lui « grand, effronté, ridicule, trop long, et en fin de compte vivifiant, le film est un grand terrain de jeu pour son réalisateur pour fétichiser l'ancienne culture pop et apporter sa perversité joyeuse à l’art de faire des films »[40]. Katie Rife du site The A.V. Club note le film B+ et le décrit comme le film « mélancolique et crise de la moitié de vie » de Quentin Tarantino[41]. Richard Brody de The New Yorker pense que le film propose une « vision obscène et régressive des années 1960 »[42].

En France, le film obtient une moyenne de 4,15, pour 38 critiques, sur le site Allociné[43].

Box-officeModifier

Aux États-Unis, le film sort mi-juillet, quelques semaines avant la sortie française. Pour son premier week-end d'exploitation sur le sol américain, il récolte 40,35 millions de dollars. Il s'agit alors du meilleur démarrage pour un film du réalisateur, devant Inglourious Basterds (38,1 millions de dollars en 2009) et Django Unchained (30,1 millions de dollars en 2012)[44]. En France, le film signe également le meilleur premier jour au box-office pour le réalisateur avec 192 373 entrées, devançant ainsi les 165 414 entrées du premier jour de Inglourious Basterds[45].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
  États-Unis
  Canada
141 037 131 $[3] 20 (en cours)
  France 2 633 106 entrées[46] 17
  Total hors États-Unis 230 952 273 $[3] 20 (en cours)
  Total Monde 371 989 404 $[3] 20 (en cours)

DistinctionsModifier

CommentairesModifier

InfluencesModifier

 
Burt Reynolds, ici en 1970, a servi de principale influence pour le personnage de Rick. Il devait apparaitre dans le film (avant son décès) ainsi qu'à l'écran (incarné par James Marsden).
« Rick Dalton a un peu de George Maharis en lui, mais il ressemble aussi un peu à Edd Byrnes, à Tab Hunter, à Vince Edwards (…). Ce sont tous des types qui étaient beaux, qui incarnaient, comme Ty Hardin, une certaine beauté robuste. Et tout à coup, du jour au lendemain, les acteurs deviennent des types androgynes aux cheveux longs et poilus, comme Michael Sarrazin, Peter Fonda ou le jeune Michael Douglas[47]. »

Quentin Tarantino, 2019

La série fictive Le Chasseur de primes (Bounty Law) dans laquelle joue Rick Dalton s'inspire de la série Au nom de la loi (Wanted Dead or Alive) (1958–1961)[48]. De plus, comme l'interprète de la série Steve McQueen, Rick Dalton a quitté cette série à succès pour se lancer dans une carrière cinématographique[49].

Par ailleurs, la relation entre Rick Dalton et sa doublure Cliff Booth s'inspire de celle entre Burt Reynolds et Hal Needham[50]. Rick Dalton est également en partie basé sur Ty Hardin[51],[52]. Le personnage de Rick rappelle également Chuck Connors, vedette de la série L'Homme à la carabine (The Rifleman, 1958-1963), ou encore Richard Boone (qui a également eu Hal Needham comme doublure)[53].

Pour le personnage de Cliff Booth, Quentin Tarantino et Brad Pitt s'inspirent du personnage incarné par Tom Laughlin dans Billy Jack[54] ainsi que des acteurs Gary Kent[55] et Gene LeBell[56]. Les moments où Cliff Booth est confronté à la famille Manson, rendent hommage à Donald Shea[57], assistant de George Spahn au ranch de Spahn, en froid perpétuel avec les résidents de 1969.

Les circonstances de la mort de Billie Booth, la femme de Cliff, rappellent celles de Natalie Wood[52],[58].

Francesca Capucci, interprétée par Lorenza Izzo, s'inspire de Sophia Loren et Claudia Cardinale[52],[59].

L'une des séquences du film nous plonge sur le tournage de la série Le Frelon vert, série télévisée historique. La diffusion de celle-ci aura permis de populariser Bruce Lee aux Etats-Unis, ainsi qu'en Chine. Une autre séquence nous montre un casting imaginaire de Rick Dalton pour le film La Grande Évasion.

Plus généralement, Quentin Tarantino a été influencé par divers films des années 1950-1960. Grâce à Sony Pictures, il a pu accéder au catalogue de Columbia Pictures et organiser dans certains pays une rétrospective télévisée de certains de ces films : Bob et Carole et Ted et Alice (1969), Fleur de cactus (1969), Easy Rider (1969), Model Shop (1969), La Bataille de la mer de Corail (1959), Campus (1970), Matt Helm règle son comte (1968), Les requins volent bas (1968), Le Salaire de la violence (1958) et Représailles en Arizona (1965)[52]. Quentin Tarantino cite également comme influences Le Détraqué (1973) de Bert I. Gordon, Le Voyage fantastique (1966) de Richard Fleischer ou encore le western Les Cent Fusils (1969) de Tom Gries[47].

Bien que le personnage de l'agent Marvin Schwarz (incarné par Al Pacino) ne s'inspire pas d'un véritable agent, son nom évoque Marvin Schwartz (en), producteur de plusieurs films des années 1960-1970. Dans Once Upon a Time… in Hollywood, Marvin Schwarz insiste sur le fait qu'il n'y a pas de « t » dans son nom, suite à une erreur de prononciation de Rick Dalton[60].

Le personnage de Pussycat (incarnée par Margaret Qualley) est un personnage « composite » inspiré de plusieurs membres de la Manson Family : Kathryn "Kitty" Lutesinger et Ruth Ann Moorehouse[61]. Par ailleurs un autre personnage est nommé Pussycat dans le livre The Family d'Ed Sanders[62].

Le personnage de la jeune actrice Trudi Fraser rappelle Jodie Foster, qui a joué enfant dans des séries western comme Bonanza ou Gunsmoke[53].

Clins d’œilModifier

On retrouve mentionnée, comme dans de nombreux autres films films de Tarantino (Pulp Fiction, Kill Bill, Groom Service, Les Huit Salopards...), la marque fictive de cigarettes Red Apples. Dans une séquence post-générique, Rick Dalton tourne une publicité pour la marque.

On peut voir dans une scène que Sharon Tate se rend dans une librairie pour acheter un exemplaire du roman Tess d'Urberville de Thomas Hardy, qu'elle compte offrir en cadeau à son mari, le réalisateur Roman Polanski. Ce dernier adaptera l'œuvre quelques années plus tard dans le film Tess (1979).

Lorsque Rick et Cliff reviennent d'Italie, on peut voir que la mosaïque murale de l'aéroport international de Los Angeles est la même que celle derrière Pam Grier dans le générique d'entrée de Jackie Brown (1997), troisième film de Quentin Tarantino[63].

 
Cadillac DeVille 1965, assez similaire à celle du film
 
Une Volkswagen Karmann Ghia cabriolet bleue des années 1960

La Cadillac DeVille 1966 blanche appartenant à Rick (mais conduite par Cliff) appartient en réalité à l'acteur Michael Madsen (qui fait un caméo dans ce film). Elle apparaissait déjà dans Reservoir Dogs (1992), le premier film de Quentin Tarantino[63]. Par ailleurs, la voiture de Cliff est une Volkswagen Karmann Ghia 1967 cabriolet bleue, assez semblable à celle de 1973 conduite par Beatrix Kiddo dans Kill Bill : volume 2 (2004)[58].

 
Façade du New Beverly Cinema de Quentin Tarantino

Losque Sharon Tate et Jay Sebring arrivent pour diner au restaurant El Coyote, ils évoquent une avant-première d'un film pornographique qui a lieu juste à côté, au cinéma Eros. Quelques années plus tard, Quentin Tarantino le rachètera et l'exploitera sous le nom de New Beverly Cinema (en)[63]. Par ailleurs, Rick et Marvin se donnent rendez-vous dans le célèbre restaurant Musso & Frank Grill.

Lorsque Rick tourne des films en Italie, l'un d'eux est réalisé par Antonio Margheriti. C'est le faux nom utilisé par Donny Donowitz (Eli Roth) dans Inglourious Basterds (2009). Le réalisateur a par ailleurs beaucoup influencé Quentin Tarantino[63].

L'épisode de la série Sur la piste du crime dans lequel joue Rick s'intitule All the Streets Are Silent. Cet épisode a véritablement été diffusé en 1965. Rick y incarne un personnage nommé Michael Murtaugh. Dans la réalité, le rôle de Murtaugh a été tenu par Burt Reynolds (qui devait apparaitre dans Once Upon a Time… in Hollywood)[63].

Lorsque Sharon Tate se rend au cinéma pour voir Matt Helm règle son comte, on peut apercevoir une affiche de El mercenario de Sergio Corbucci avec Franco Nero. Ce dernier tient un petit rôle dans Django Unchained, film influencé par Django (1966), autre collaboration entre Sergio Corbucci et Franco Nero[63].

Kurt Russell incarne ici Randy, chargé de gérer les cascadeurs sur les tournages. Dans Boulevard de la mort (2007), il incarnait le cascadeur Stuntman Mike[58]. L'actrice et cascadeuse Zoë Bell joue ici la femme de Kurt Russell, tandis qu'elle jouait sa victime dans Boulevard de la mort.

Lorsque Rick Dalton repousse les membres de la secte Manson de sa rue, il insulte « Tex » Watson et l'appelle « Dennis Hopper ». Ce dernier incarne un motard hippie dans Easy Rider, film qui a influencé Quentin Tarantino[58].

Lors d'une scène, des images de Rick Dalton sont insérées dans le film La Grande Évasion (1963).

Daniella Pick, l'épouse de Quentin Tarantino, apparait brièvement dans le rôle de l'actrice italienne Daphna Ben-Cobo[64]. Par ailleurs, on peut voir la costumière Courtney Hoffman dans le rôle de Rebekka, la costumière de Rick Dalton pour la série Lancer. Courtney Hoffman a travaillé sur les costumes de Les Huit Salopards et sur ceux portés par Christoph Waltz dans Django Unchained et a entretenu une relation avec Quentin Tarantino en 2015[65].

ControversesModifier

Shannon Lee, fille de Bruce Lee, a ouvertement critiqué la manière dont est traité son père dans le film[63]. Quentin Tarantino se défend en déclarant notamment : « Bruce Lee était un type plutôt arrogant. La manière dont il s'exprimait, je n'ai pas tout inventé. Je l'ai entendu dire des trucs comme ça. Les gens prétendent qu'il n'a jamais dit qu'il pouvait battre Mohamed Ali, et bien si, il l'a dit. Non seulement il l'a dit, mais sa femme, Linda Lee, a rapporté ces propos dans sa première biographie que j'ai lue. Elle a tout à fait dit ça »[66].

Par ailleurs, Emmanuelle Seigner, compagne de Roman Polanski, déclare au moment de la projection du film à Cannes « Je ne critique pas le film. Je dis juste que ça ne les dérange pas de faire un film qui parle de Roman et de son histoire tragique et donc de faire du business avec ça, alors que de l'autre coté, ils en ont fait un paria »[67]. Cependant, dans une interview pour Deadline.com, Quentin Tarantino affirme avoir été en contact avec Roman Polanski via un ami commun : « Après que j’ai fini le film, il en a eu vent et m’a contacté via un ami en commun. Cet ami m’a appelé et m’a dit : “alors qu’est-ce qu’il se passe ?” Il a dit que Roman n’était pas en colère. Il ne m’a pas appelé furieux. Il était juste curieux »[68].

Adaptation sur petit écran et version longueModifier

Dans une interview confiée au New York Times, Brad Pitt révèle que Quentin Tarantino est en négociations avec une plateforme de streaming pour transformer le film en une mini-série de plusieurs épisodes[69]. Le premier montage initial du film faisait environ 4 heures et 20 minutes[5].

Le , une version rallongée sort dans quelques salles américaines. Cette version inclut environ 10 minutes supplémentaires[5].

Le premier ajout concerne deux publicités, juste avant l'apparition du logo Sony Pictures. La première est une campagne pour la marque fictive de cigarettes Red Apple. Deux acteurs se retournent face caméra après que le narrateur leur ait demandé s'ils voulaient « croquer dans la pomme rouge ». Ils sont rejoints par une une jeune femme qui en allumae une cigarette en souriant. La publicité se poursuit avec l'arrivée du jeune Burt Reynolds (incarné par James Marsden) qui sort une Red Apple sur le plateau de tournage d'une série western (qui rappelle celui de Gunsmoke). Le deuxième ajout est une publicité pour la marque de bières Old Chattanooga Beer, déjà apparue auparavant dans Boulevard de la mort. L'acteur Walton Goggins est le narrateur de cette publicité[6].

La version longue est également agrémentée d'une version rallongée de la série télévisée ficitive Bounty Law. Le shérif Hackett, joué par Michael Madsen, est davantage présent. Cette nouvelle version contient également une scène post-générique. Il s'agit d'un plus long aperçu de la série télévisée Lancer dans laquelle Rick Dalton (Leonardo DiCaprio) incarnait une nouvelle fois un antagoniste. Timothy Olyphant et Luke Perry y sont davantage ldes frères Lancer. Ils sont accompagnés à bord d'une diligence par la jeune Trudi Fraser (Julia Butters) qui incarne à l'écran. Cette séquence inédite se clôture avec Nicholas Hammond, dans le rôle du réalisateur Sam Wanamaker, qui coupe la scène et félicite la petite Trudi Fraser pour sa performance[6].

Notes et référencesModifier

  1. « Charles Manson », dans Wikipédia, (lire en ligne)
  2. AlloCine, « Once Upon A Time... : que faut-il comprendre de la fin du film de Quentin Tarantino ? [SPOILERS] », sur AlloCiné (consulté le 30 août 2019)
  3. a b c et d (en) « Once Upon a Time in Hollywood », sur Box Office Mojo (consulté le 14 décembre 2019)
  4. (en) « Shot on Kodak 35mm, Quentin Tarantino’s Once Upon a Time in Hollywood » (consulté le 14 décembre 2019)
  5. a b et c Ryan Reed, « Quentin Tarantino Re-Releasing "Once Upon a Time in Hollywood" With Unseen Footage », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant,‎ (lire en ligne)
  6. a b c et d « Once Upon a Time... : que contient la version longue du film ? », sur Allociné, (consulté le 29 octobre 2019)
  7. « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage.
  8. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage Québec.
  9. (en) Borys Kit, « Quentin Tarantino Prepping New Movie Tackling Manson Murders (Exclusive) », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 18 juin 2018).
  10. http://deadline.com/2017/11/quentin-tarantino-sony-pictures-wins-auction-charles-manson-margot-robbie-tom-cruise-brad-pitt-leonardo-dicaprio-1202210597/.
  11. (en) Borys Kit, « How Sony Nabbed Quentin Tarantino's Manson Movie », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 18 juin 2018).
  12. « Tom Cruise au casting du prochain Quentin Tarantino ? », sur Première, (consulté le 3 avril 2018).
  13. (en) Jenna Marotta, « Margot Robbie Finally Confirms ‘Once Upon a Time in Hollywood’ Casting », sur IndieWire, (consulté le 9 mai 2018).
  14. (en) Justin Kroll, « Burt Reynolds and Kurt Russell Eye Quentin Tarantino’s Manson Movie », sur Variety, (consulté le 9 mai 2018).
  15. (en) Mike Sprague, « Timothy Olyphant joins Tarantino's new film », Joblo, (consulté le 11 août 2018).
  16. Juliette Mitoyen, « Al Pacino rejoint le casting monstre du prochain Tarantino », sur Le Point, (consulté le 9 juin 2018).
  17. « Once Upon a Time in Hollywood : Damian Lewis, Dakota Fanning et Luke Perry au casting du prochain Tarantino », sur Allociné, (consulté le 7 juin 2018).
  18. (en) « James Marsden Joins Tarantino's Once Upon a Time in Hollywood in Undisclosed Role », sur Collider, (consulté le 9 juin 2018).
  19. « Once Upon a Time in Hollywood : Des nouveaux au casting - Eklecty-City », sur Eklecty-City, (consulté en aa juillet 2018).
  20. (en) Mia Galuppo, « Burt Reynolds Did Not Shoot Role in Quentin Tarantino's New Movie », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 6 septembre 2018).
  21. (en) « Bruce Dern Replaces His Friend Burt Reynolds In Quentin Tarantino’s ‘Once Upon A Time In Hollywood’ », sur Deadline, (consulté le 27 septembre 2018).
  22. (en) « Quentin Tarantino cuts five Once Upon a Time in Hollywood cast members from final edit », sur The Independent, (consulté le 23 mai 2019)
  23. « Jack Nicholson a mis fin à la pause de sa carrière pour Once Upon a Time in Hollywood », sur Bluewin], (consulté le 24 juillet 2019)
  24. (en) Tarantino's Once Upon A Time In Hollywood Begins Filming On June 18th In LA.
  25. « Once Upon A Time In Hollywood : les premières photos de tournage du nouveau Tarantino », sur Allociné, (consulté le 18 juin 2018).
  26. « Once Upon A Time In Hollywood : Tarantino tourne au manoir Playboy », sur Allociné, (consulté le 14 septembre 2018).
  27. (en) Nate Nickolai, « "Once Upon a Time in Hollywood": A Guide to the Los Angeles Area Landmarks »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Variety, (consulté le 16 août 2019)
  28. (en) « Once Upon a Time in Hollywood » [archive du ], sur Backstage (consulté le 1er novembre 2018)
  29. « Once Upon a Time in Hollywood », sur Fnac (consulté le 5 août 2019)
  30. Informations incluses dans le livret de l'album de la bande originale
  31. a et b (en) « Quentin Tarantino's Once Upon a Time in Hollywood Original Motion Picture Soundtrack », sur Apple Music (consulté le 26 juillet 2019)
  32. (en) Matt Singer, « What Are the Songs in the Once Upon a Time in Hollywood Trailer? » [archive du ], sur ScreenCrush, (consulté le 21 mars 2019)
  33. (en) « Songs and music featured in Once Upon a Time in Hollywood », sur tunefind,
  34. « Once Upon a Time… in Hollywood », sur Cinezik (consulté le 26 juillet 2019)
  35. (en) « Once Upon a Time in Hollywood (2019) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 5 août 2019).
  36. (en) « Once Upon a Time in Hollywood Reviews », sur Metacriticconsulté le=5 août 2019.
  37. Trilby Beresford et Katie Kilkenny, « 'Once Upon a Time in Hollywood': What the Critics Are Saying », sur The Hollywood Reporter, (consulté le 21 mai 2019)
  38. Owen Gleiberman, « Cannes Film Review: ‘Once Upon a Time…in Hollywood’ », Penske Business Media, LLC.,‎ (lire en ligne)
  39. Peter Bradshaw, « Once Upon a Time ... in Hollywood review - Tarantino's dazzling LA redemption song », sur The Guardian, (consulté le 4 juillet 2019)
  40. Steve Pond, « ‘Once Upon a Time … in Hollywood’ Film Review: A Contemplative Quentin Tarantino Still Blows the Roof Off Cannes », TheWrap,‎ (lire en ligne)
  41. Katie Rife, « Once Upon a Time...In Hollywood Is Quentin Tarantino’s Wistful Midlife Crisis Movie », sur The A.V. Club, (consulté le 24 juillet 2019)
  42. (en) Review: Quentin Tarantino’s Obscenely Regressive Vision of the Sixties in “Once Upon a Time . . . in Hollywood”. The New Yorker. July 27, 2019.
  43. « Critiques presse pour le film Once Upon a Time… in Hollywood », sur Allociné (consulté le 22 août 2019)
  44. « Box Office US : Tarantino fait le meilleur démarrage de sa carrière », sur Allociné, (consulté le 5 août 2019)
  45. « Once Upon a Time... : premier jour record pour Quentin Tarantino en France », sur Allociné, (consulté le 15 août 2019)
  46. « Once Upon a Time in Hollywood », sur JP's Box-office (consulté le 14 décembre 2019)
  47. a et b Jessica Lachenal, « Les films qui ont inspiré Tarantino pour Once Upon a Time in Hollywood », sur Trois couleurs, (consulté le 16 août 2019)
  48. (en) Jessica Lachenal, « "Bounty Law" Wasn't A Real TV Show, But "Once Upon A Time In Hollywood" Borrowed From This Classic Series »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Bustle (consulté le 11 août 2019)
  49. « Once Upon a Time... : comment Quentin Tarantino a revisité les séries western », sur Allociné, (consulté le 21 août 2019)
  50. (en) Brady Langmann, « The Stuntman Who Inspired Brad Pitt's Once Upon a Time in Hollywood Character Is More Badass In Real Life », Esquire, (consulté le 26 juillet 2019)
  51. http://thenewbev.com/blog/2019/07/pure-cinema-podcast-july-2019-with-quentin-tarantino/ (minute 13)
  52. a b c et d (en) Rebecca Alter, « Who's Who in Once Upon a Time in Hollywood: A Character Guide », sur Vulture,
  53. a et b (en) Tom Brueggemann, « ‘Once Upon a Time in Hollywood’: 13 Easter Eggs, References, and Callbacks You May Have Missed », sur Indiewire, (consulté le 16 août 2019)
  54. (en) Zack Sharf, « The Crazy Coincidence that Brought Tarantino and Brad Pitt back together for "Hollywood" »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Indiewire, (consulté le 11 août 2019)
  55. (en) B. Alan Orange, « Danger God Trailer: Meet the Stuntman Who Helped Inspire Tarantino's Once Upon a Time »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Movieweb, (consulté le 11 août 2019)
  56. (en) Eugene S. Robinson, « Debunking Quentin Tarantino's "Mockery" of Bruce Lee »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Ozy, (consulté le 11 août 2019)
  57. (en) Donald S. Shea, « Who Was Donald ‘Shorty’ Shea And How Was He Linked To Brad Pitt’s Character In ‘Once Upon A Time In Hollywood? »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Oxygen, (consulté le 21 août 2019)
  58. a b c et d (en) « Once Upon a Time in Hollywood Easter Eggs and Reference Guide », sur Den of Geek, (consulté le 15 août 2019)
  59. Arturo Conde, « Lorenza Izzo talks cross-cultural connections in 'Once Upon A Time... In Hollywood' », sur NBC news, (consulté le 11 août 2019)
  60. « Sharon Tate, Charles Manson, Bruce Lee... Qui sont les vrais personnages de Once Upon a Time in Hollywood ? », sur Allociné, (consulté le 15 août 2019)
  61. Lindsey Romain, « What Once Upon a Time...in Hollywood Gets Right About the Manson Family », Nerdist,‎ (lire en ligne)
  62. Ed Sanders, The Family: The Story of Charles Manson's Dune Buggy Attack Battalion, (lire en ligne)
  63. a b c d e f et g (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  64. (en) « 10 fast facts about the cast of 'Once Upon a Time ... in Hollywood' », sur fromthegrapevine, (consulté le 21 août 2019)
  65. (en) « Sealed with a kiss! Quentin Tarantino puckers up with girlfriend Courtney Hoffman as he receives a star on Hollywood Walk Of Fame », sur Daily Mail, (consulté le 21 août 2019)
  66. « Once Upon a Time… in Hollywood : Quentin Tarantino défend sa version d'un Bruce Lee "arrogant" », sur Allociné, (consulté le 15 août 2019)
  67. « Once Upon a Time… in Hollywood : le coup de gueule d’Emmanuelle Seigner », sur Allociné, (consulté le 15 août 2019)
  68. « Once Upon a Time in Hollywood : Tarantino a bien été en contact avec Polanski », sur HuffPost, (consulté le 15 août 2019)
  69. « La version longue d'Once Upon a Time... in Hollywood pourrait devenir une mini-série », sur Biiinge by Konbini - A season with no finale (consulté le 9 septembre 2019)

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier